Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Vincent Coëffé, Hawaii, la fabrique d’un espace touristique

2014, Coll. Géographie sociale, Presses Universitaires de Rennes, 198 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Vincent Coëffé, Hawaii, la fabrique d’un espace touristique, 2014, Coll. Géographie sociale, Presses Universitaires de Rennes, 198 pages

Texte intégral

1Dans ce livre qui reprend sa thèse de 2003, Vincent Coëffé examine la mise en tourisme de Waikiki, haut-lieu du tourisme aux îles Hawaii. L’ouvrage est organisé en quatre parties, la « mise en désir des lieux », le « pari du tourisme », l’« urbanisation en spirale », la « durabilité du lieu ». Les trois premières parties retracent l’histoire du développement touristique de cet espace situé entre la ville de Honolulu et le célèbre volcan Diamond’s Head.

2Les écrivains, comme dans d’autres espaces insulaires, ont joué un rôle initial dans la découverte du potentiel touristique. Ici, ce sont Robert Louis Stevenson, Jack London et Mark Twain, séduits par la tropicalité, le surf et les femmes polynésiennes. Mais, Waikiki, Honolulu et l’archipel hawaïen en général sont alors difficiles d’accès et ne possèdent que de très rudimentaires capacités d’hébergement. La plage est essentiellement fréquentée à la journée par des résidents de Honolulu.

3La promotion du tourisme hawaïen au début du 20ème siècle est le fait d’un effort concerté des compagnies de navigation, renforçant leurs dessertes de l’archipel, et des conglomérats « Big Five » contrôlant les plantations de fruits tropicaux. Un marketing territorial est mis en oeuvre, mettant en avant des célébrités locales comme le champion olympique de natation et surfeur Duke Kahanamoku, premier des « beach boys » associés aux « hula girls ». Les premiers hébergements à Waikiki se développent, alors que l’hôtellerie de haut de gamme accroît rapidement la capacité d’accueil (Moana Hotel, 1901 puis Royal Hawaiian Hotel, 1927) et conduise progressivement à l’urbanisation d’un site dont l’attrait était justement son caractère non urbain (cocoteraie).

4Mais c’est surtout après la seconde guerre mondiale que l’essor touristique de Hawaii se manifeste avec force, tant auprès de clientèles américaines que japonaises. Les grands complexes hôteliers à capitaux nippons et les vols directs en avion gros porteur font émerger cette grande destination touristique au milieu de l’océan. Les films à thème hawaïen figurant Elvis Presley renforcent le mythe de Waikiki, alors même que l’espace touristique devient une ville dense, extension de Honolulu.

5Dans la dernière partie de l’ouvrage, Vicent Coëffé change de registre, et de type de rédaction, devenant parfois beaucoup plus jargonnant (ex. page 147 : « on y retrouve une forme de liminalité qui assure notamment la disjonction avec l’environnement urbain immédiat donnant à voir de grands nombres, des costumes considérés comme étant en rupture avec les « habitus » de l’univers mondain »). Il y analyse les comportements, attitudes et aspirations de ceux qui fréquentent ce lieu de tourisme. Il y évoque l’espace du piéton, l’« hédonisme de l’être ensemble », « l’éphémère éternité de la plage » avec la théatrâlité et les masques ces acteurs, ainsi que les jeux du surf, où Eros et Thanatos se côtoient. La connotation sexuelle du lieu est un fil conducteur de cette quatrième partie, de la stratégie des seins nus au string, des tatouages au plaisir orgasmique de l’enveloppement dans une vague rouleau pour ceux et celles qui pratiquent le surf, sport de tous les dangers. Mais à part pour le surf, l’essentiel du propos de la 4ème partie, par exemple sur la drague à la plage ou les attitudes en boîte de nuit, pourraient s’appliquer à d’autres lieux, comme St Tropez ou Pattaya.

6C’est au total une étude intéressante de l’espace de Waikiki et des pratiques de ce lieu. Mais alors pourquoi le livre suggère-t-il dans son titre une étude de l’ensemble hawaïen ? Si quelques lignes sont consacrées au site très visité de Pearl Harbour, quasiment tout le reste de l’archipel est occulté. Pas un mot du ‘Grand Canyon du Pacifique » (Waimea Canyon) sur l’île de Kaua’i ou du tourisme volcanique autour des volcans Mauna Loa et Kilauea de la grande île Hawaii, ni des circuits en avion d’une journée pour « couvrir » les îles. Une comparaison avec la mise en tourisme simultanée d’autres espaces touristiques des États-Unis comme la Floride méridionale (Miami Beach), aurait été intéressante aussi. Dans d’autres archipels à forte fréquentation comme les Baléares, des chercheurs géographes ont mis en évidence les disparités spatiales introduites par la plus ou moins grande mise en tourisme. Dans le cas présent, c’est une des grandes faiblesses de l’ouvrage, qui ne traite que partiellement le sujet qui attire l’attention initiale du lecteur, trompé par le titre.

7 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Vincent Coëffé, Hawaii, la fabrique d’un espace touristique », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/3032

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page