Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Monique Barrué-Pastor, Cultures du risque en montagne - Le Pays Toy

2014, Editions L'Harmattan, 624 pages
Philippe Lahousse
Référence(s) :

Monique Barrué-Pastor (dir.), Cultures du risque en montagne - Le Pays Toy, 2014, Editions L'Harmattan, 624 pages

Texte intégral

1Situé dans les Hautes-Pyrénées, le Pays Toy regroupe la vallée de Barèges et la haute vallée du Gave de Pau jusqu’au cirque de Gavarnie. La multiplicité des risques naturels inhérente à ce milieu montagnard (avalanches, crues torrentielles, inondations, coulées de boue, glissements de terrain, etc.), l’apparition de nouveaux dangers avec le développement du tourisme et des sports de montagne, l’abondance des archives historiques, l’efficacité des pratiques de transmission orale des événements catastrophiques permettant l’entretien d’une mémoire du risque et l’adaptabilité de l’architecture vernaculaire aux contraintes du milieu, sont autant de raisons qui ont poussé les auteurs de cette ouvrage collectif à en faire un site expérimental d'étude des relations entre société rurale et environnement montagnard à risque. L’objectif est ici d’intégrer les connaissances et les savoir-faire locaux dans une démarche pluridisciplinaire (entre géographes de plusieurs spécialités et architectes) d’élaboration d’une culture scientifique et technique du risque dans la perspective d’une confrontation avec les enjeux récents et à venir en matière d’aménagement et de développement durable en zone de montagne.

2Dans l’introduction, Monique Barrué-Pastor, Directrice de Recherche au CNRS (Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires à Toulouse-le-Mirail), précise d’emblée que le concept de risque retenu par les auteurs est fondé sur l’expérience, le vécu et l’ancrage des catastrophes naturelles dans l’histoire individuelle et collective de la population du Pays Toy, ce qui lui permet de développer une réelle capacité opérante d’anticipation des risques pour mieux les maîtriser. Une culture du risque qui se traduit jusque dans le bâti, via les formes d'intégration du risque avalancheux dans l'architecture des granges foraines fortifiées et encastrées dans la pente. Ce long préambule, d’une vingtaine de pages, n’est évidemment pas sans intérêt mais certains développements auraient aisément trouvé leur place dans le corps de l’ouvrage, permettant ainsi une introduction plus concise, (mais) plus traditionnelle.

3Cet ouvrage de 619 pages se décompose ensuite en quatre parties, respectivement déclinées en 4, 2, 3 et 2 chapitres. Après un chapitre introductif consacré à la présentation des choix théoriques et méthodologiques, la première partie s’articule autour de l’idée que l’identité et la culture Toy est indissociable de l’objet « risque ». Pour nous en convaincre, les auteurs (car Rémi Bénos et Johan Milian contribuent aussi à cette partie) nous plongent, au travers des 3 chapitres suivants, dans l’histoire de ces vallées pyrénéennes au cours de deux derniers siècles. On y découvre l’omniprésence du risque, tant par le nombre d’événements catastrophiques recensés que par son influence sur la construction identitaire du Pays Toy.

4La deuxième partie souligne, au travers cette fois du prisme de l’architecture fortifiée des granges foraines (pour lesquelles Michel Barrué propose une typologie dans le chapitre 6), les savoir-faire vernaculaires en matière d’intégration du risque induit par les avalanches. Pour Monique Barrué-Pastor, ces édifices constituent « un marqueur des risques lisibles dans le paysage et favorisent la conscience de la nécessaire prise en charge des risques potentiels toujours actuels… Elles représentent à ce titre l’élément culturel le plus tangible qui favorise la transmission de cette culture toujours vivace chez les Toy ». L’auteure n’hésite donc pas à les considérer comme l’élément paysager le plus symbolique de la culture du risque dans la société montagnarde Toy. Et c’est précisément cette capacité d’adaptation de l’architecture vernaculaire aux contraintes du milieu naturel qui a été transposée dans le dispositif de défense de la station thermale de Barèges contre les avalanches et les crues torrentielles, par l’intermédiaire notamment de l’implication directe des villageois.

5Dans une troisième partie intitulée « Vécus, représentations et pratiques du risque », la parole est donnée aux habitants du Pays Toy, grâce de deux campagnes d’entretiens réalisées à 20 ans d’intervalle (1988/1989 et 2007/2008) par la même enquêtrice. Le questionnement aborde la complexité des rapports entre risques, montagne et changement social, autour de témoignages que la transmission mémorielle sur plusieurs générations au sein d’une même famille font remonter jusqu’en 1860 ! Après un chapitre précisant les concepts et méthodes retenus, c’est d’abord le point de vue des institutions locales qui est exploré. Pour traiter des trente dernières années (1977-2009) et du renouvellement des problématiques liées aux risques, Monique Barrué-Pastor nous rapporte en premier lieu les propos de deux maires non-éleveurs, tiraillés entre la prévention et la nécessité de préserver le développement de leur commune. Et, pour souligner les différentes représentations du risque chez les élus locaux, c’est ensuite au tour de deux maires bergers-éleveurs de s’exprimer. Traumatisés par les difficultés économiques que traverse leur profession, ces derniers n’hésitent pas à élargir la notion de risque pour en faire une raison supplémentaire d’aller à l’encontre des dictats de l’État en matière de gestion des risques naturels. Le long chapitre qui clôt cette troisième partie (plus de 150 pages) quitte le domaine institutionnel pour se consacrer au vécu individuel et familial du risque. L’auteure donne pour cela la parole aux éleveurs, tous propriétaires de granges fortifiées et issus de maisons ancestrales. Cela permet de mesurer la dimension sociale du risque et de comprendre la manière dont les éleveurs ont réussi à vivre avec le risque, dans un contexte social « de plus en plus pénétré par des principes de lutte contre l’incertitude structurelle et gagnés au principe de précaution ».

6La gestion des risques et l’action publique sont abordées dans la quatrième et dernière partie de l’ouvrage. L’élaboration des Plans de Prévention des Risques (PPR) dans le canton de Luz-Saint-Sauveur sert alors de toile de fond à une réflexion, menée cette fois par Rémi Bénos et Johan Milian, sur le rôle des différents acteurs (services de l’État, élus locaux, scientifiques, bureaux d’étude, population, etc.) dans cette phase de formalisation du risque à des fins planificatrices. Ils s’intéressent ensuite, dans le dernier chapitre de l’ouvrage, à l’évolution des pratiques récréatives en zone de montagne (escalade, canyoning, via-ferrata, saut à l’élastique, randonnée, cascade de glace et VVT) et qui conduisent à une valorisation touristique du risque. L’encadrement de ces pratiques apparaît souvent comme un accompagnement nécessaire pour se prémunir des dangers du milieu. Ce mécanisme permet de soutenir le marché des professionnels de la montagne (pisteurs, guides, accompagnateurs, moniteurs, etc.), faisant ainsi du risque une ressource structurante pour l’activité touristique.

7La conclusion de l’ouvrage « ouvre une perspective de confrontation entre perception des risques locaux et enjeux globaux susceptibles de recomposer les priorités en termes de protection de la biodiversité et de développement durable ».

8L’ouvrage est complété par un CD-ROM interactif dont la conception et la réalisation technique ont été assurées par Serge FARAUT (Laboratoire de Recherche en Architecture de Toulouse). Il s’articule autour de quatre entrées thématiques :

  • Le thème « Risque » donne accès aux fiches descriptives des évènements répertoriés et des lieux concernés. Elles renvoient aux documents cartographiques qui constituent l’armature du thème « Territoire ». Ce portail permet également d’accéder à la chronologie des évènements recensés depuis le XVIIIème siècle dans le canton.

  • L’item « Architecture » propose un catalogue de plus de 100 fiches descriptives de l’architecture vernaculaire ainsi qu’un tableau synoptique et interactif de l’ensemble des granges fortifiées du Pays Toy.

  • La partie « Territoire » est organisée autour d’un jeu de représentations cartographiques interactives proposées à différentes échelles : le canton de Luz-Saint-Sauveur, les quatre principales vallées, les terroirs à risques et les quartiers de granges. L’interface donne aussi accès à la cartographie des risques via un onglet spécifique. On y retrouve la localisation des événements sur la période contemporaine (1986-2009), des Cartes de Localisation des Phénomènes d’Avalanches (CLPA) et la cartographie réglementaire des risques (Plan d’Exposition aux Risques et Plan de Prévention des Risques).

  • Le menu « Paysage » propose une restitution paysagère du territoire et des sites à risque, au travers de photographies et d’images panoramiques interactives. Ces images sont également accessibles à partir des fiches descriptives des granges du thème « Architecture ».

9En définitive, cette contribution est particulièrement riche et fouillée du point de vue ethnographique, historique, géographique et social. C’est pour cela qu’elle est susceptible d’intéresser tous ceux, chercheurs, élus, gestionnaires ou citoyens qui s’intéressent aux risques en montagne car bon nombre d’observations et réflexions menées trouvent écho dans d’autres territoires montagnards.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lahousse, « Monique Barrué-Pastor, Cultures du risque en montagne - Le Pays Toy  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/3025

Haut de page

Auteur

Philippe Lahousse

Université Lille 1 Sciences et Technologies

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page