Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Cécile Gintrac, Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain

2014, Les Prairies Ordinaires, 408 pages
Helga-Jane Scarwell
Référence(s) :

Cécile Gintrac, Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain, 2014, Les Prairies Ordinaires, 408 pages

Texte intégral

1Cécile Gintrac et Matthieu Giroud ont entrepris de publier un ouvrage dont l’objectif assumé vise à produire « une géographie critique de l’urbain ». Ils nous livrent un ouvrage de près de 400 pages dont chaque lecteur pourra mesurer la qualité et l’utilité. Il s’agit d’un assemblage de onze textes géographiques, emblématiques d’une approche critique/radicale de la recherche urbaine de ces vingt dernières années et jusqu’à présent inédits en français.

2Le recueil comprend les textes de Jennifer Robinson ; Melissa R. Gilbert ; David Harvey ; Erik Swyngedouw ; Frank Moulaert et Arantxa Rodriguez ; Roger Keil et Julie-Anne Boudreau ; Bernd Belina ; Kanishka Goonewardena et Stefan Kipfer ; Neil Smith ; Don Mitchell ; Marcelo Lopes de Souza ; Edward W. Soja. La totalité de ces auteurs se situent dans une perspective critique face aux logiques qui s’imposent dans les sociétés contemporaines.

3Comment rendre compte de cet ouvrage ? Et d’abord, comment le lire ?

4D’abord, il se distingue par la diversité des objets, des approches, des influences et des productions théoriques, des terrains d’investigation retenus même si tous contribuent à mettre en évidence les contradictions spatiales et urbaines produites par le système capitaliste. Le lecteur peut-il donner la priorité aux entrées qui l’attirent particulièrement ou s’atteler à une lecture linéaire ?

5Cet ouvrage tombe à point nommé, à un moment où la ville est réduite à un « prêt-à- penser urbain » (p.9), une idéologie « mainstream » de la ville créative, compétitive, globale, écologique, sûre, expérientielle ou encore multiculturelle. Hors de ce cadre, point de salut pour penser la ville. La ville n’est pas pauvre d’urbanistes, d’aménageurs, d’économistes, mais pauvre par son manque de renouvellement dans ses modèles, sans doute pauvre de vision politique et d’aménagement du territoire alors que nous sommes dorénavant tous inscrits dans des modes de vie urbains.

6C’est pourquoi Cécile Gintrac et Matthieu Giroud nous incitent à réfléchir à la place de la pensée critique sur l’urbain. Leur ouvrage s’inscrit clairement dans le champ des « critical urban studies », de la géographie urbaine radicale et critique non francophone, ce qui le situe tout de suite par rapport à d’autres approches de la géographie contemporaine. Cela ne signifie en aucun cas que cette approche bien que datée chronologiquement, soit dépassée ou se limiterait à des visées strictement pédagogiques de transmission de connaissances clairement identifiées. Point s’en faut. Cet ouvrage est pleinement d’actualité. En effet, deux mots occupent particulièrement l’espace du débat territorial : métropolisation et périurbanisation mais sur fond de crise économique, de discours néo-libéral, de politiques sécuritaires, de nouvelles formes de mobilisation, d’inégalités accrue.

7La lecture de ces textes rassemblés contribuera certainement à renouveler l’approche spatiale de l’urbain et l’analyse des modes de développement de la ville contemporaine, tout en nous ouvrant les champs inexplorés jusqu’alors.

8Dans leur diversité, ces textes nous rappellent qu’il existe non pas une façon de produire la ville, mais plusieurs, toutes aussi qualitatives sur le long terme. Aussi, plutôt que de contribuer au « recyclage des conceptions de la ville » (p. 9), nous pourrions nous interroger sur les formes alternatives de production de la ville qu’illustrent notamment les « cittaslows » ou les « transition towns ».

9La ville comme le précise le titre, doit être contestée, d’aucuns diront même chahutée. C’est exactement ce que nous encouragent à faire les auteurs de ces textes critiques. En dépit de la radicalité de certaines analyses, bien que « le prêt- à-penser » dominant soit tout autant radical par la myopie dont il fait preuve face aux renforcement des inégalités, de la ségrégation entre les quartiers, des égoïsmes, « par ce que l’espace ne dit pas », l’ouvrage se présente comme une réflexion sur l’évolution du capitalisme.

10Être géographe ne consiste pas seulement « à décrire des phénomènes nouveaux, mais à les expliquer en profondeur » (p.90). Cet ouvrage y parvient parfaitement ou à tout le moins, nous donne des clefs de lecture de notre société contemporaine. En effet, mieux qu’une démarche qualifiée « d’idéologique », la géographie peut par la variété de ses méthodes, de ses approches et de ses concepts nous aider à comprendre comment l’espace est mobilisé comme instrument et ressource du pouvoir.

11Finalement, quelles appréciations porter sur « Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain » ? Elles sont nombreuses. On peut tout d’abord louer l’originalité du projet, son actualité et même son arrière-plan théorique militant assumé dès l’introduction. A l’inverse, on peut lui reprocher ce même aspect qui pourrait nuire à la fécondité heuristique de l’entreprise. Ceci étant dit, cette remarque ne saurait faire oublier que l’ouvrage est réussi. En outre, les co-directeurs ont présenté de façon pédagogique les auteurs qu’ils mobilisent en recourant à des présentateurs pour chacun des textes.

12Assurément, nous recommandons cet ouvrage de très bonne facture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Cécile Gintrac, Matthieu Giroud, Villes contestées. Pour une géographie critique de l’urbain », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 20 mai 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/3016

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Université Lille 1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page