Navigation – Plan du site
Articles

Nouveaux lieux de sociabilité cosmopolites à Antananarivo

Pratiques et représentations de l’exotisme
New Cosmopolitan Sociability Places in Antananarivo. Practices and Representations of Exoticism
Catherine Fournet-Guérin

Résumés

Á Antananarivo comme dans les autres métropoles d’Afrique orientale, la présence temporaire ou permanente d’étrangers originaires de pays du sud est de plus en plus importante et visible. Ces circulations internationales se traduisent en particulier par la création de lieux de sociabilité destinés à cette clientèle (casinos, restaurants, hôtels) ou bien à la population locale avide de nouveautés, ainsi que par l’ouverture d’autres lieux par des Tananariviens qui captent des modes internationales (bars, salles de spectacle, spas). Un inventaire de ces nouveaux lieux est établi et une typologie proposée : lieux génériques, lieux créés localement selon une inspiration étrangère non-occidentale, et lieux empruntant à une nostalgie coloniale. Leur répartition dans l’agglomération montre le regain d’attractivité du centre-ville d’origine coloniale, concomitamment à l’émergence de nouvelles centralités périphériques. La diversité de la clientèle et de ses motivations est étudiée : loin de considérer ces lieux comme exogènes et élitistes, les citadins locaux apprécient les fréquenter, les incorporent à leurs pratiques et, plus encore, développent un nouvel imaginaire de l’ailleurs. Ces pratiques et les représentations dont les nouveaux lieux de sociabilité cosmopolites sont le cadre peuvent alors être analysées en termes de « créolisation », notion qui permet d’insister sur les interactions entre différentes influences culturelles. En particulier, un nouvel exotisme tourné vers l’ensemble du monde se développe, témoignant de l’attrait des citadins pour la consommation d’ambiances cosmopolites.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le mot a deux niveaux de sens. Celui, neutre, de « qui comprend des personnes de tous les pays, qui (...)
  • 2 Par lieu de sociabilité, on entend un lieu ouvert au public, extérieur à l’espace domestique, d’acc (...)

1Á Antananarivo, capitale à la fois politique et économique de Madagascar, comme dans les autres métropoles d’Afrique de l’Est, on observe la diffusion récente et rapide de formes urbaines standardisées, telles les tours, les hôtels haut de gamme ou les centres commerciaux. Se développent également des lieux créés par ou pour les étrangers en situation de migration ou de circulation temporaire dans le pays, en particulier les Chinois ou d’autres ressortissants de pays du Sud. Ces circulations internationales constituent, par leur ampleur numérique, leur diversité d’origine géographique et leur visibilité, un élément de changement important dans les villes et une contribution à un cosmopolitisme1 émergent. Parmi ces nouveautés dans le paysage urbain figurent de nouveaux lieux de sociabilité2, créés par ou pour ces étrangers.

  • 3 Outre une connaissance diachronique de la ville depuis les années 1990, les données recueillies spé (...)

2Á travers l’étude de ces lieux de sociabilité, de leur nature, de leur localisation et de leur fréquentation, on analysera ce qu’ils peuvent dire de la citadinité et du rapport au monde des Tananariviens : il s’agit d’un bon prisme pour examiner les rapports qui s’établissent entre les territoires de la modernité, liés à la mondialisation des formes et des flux, et la ville ordinaire des pratiques citadines quotidiennes. Á partir de résultats fondés sur un travail de terrain approfondi3, on montrera comment ces lieux nouveaux d’inspiration internationale, loin d’être considérés par les citadins comme des modèles plaqués et sans âme, sont en réalité pleinement intégrés à des pratiques locales (Augé, 1992). Ces pratiques et les représentations de l’ailleurs dont ils sont le cadre peuvent alors être analysées en termes de « créolisation », notion qui permet d’insister sur les interactions entre différentes influences culturelles. Quels nouveaux imaginaires exotiques les citadins développent-ils alors ?

1. De nouveaux lieux de sociabilité à Antananarivo créés par des étrangers ou inspirés de modèles étrangers

1.1. Identification des nouveaux lieux de sociabilité

Carte 1 : Nouveaux lieux de sociabilité dans les quartiers centraux et péricentraux d'Antananarivo

Carte 1 : Nouveaux lieux de sociabilité dans les quartiers centraux et péricentraux d'Antananarivo

Fond de carte : Florence Bonnaud, Paris IV, 2002.
Conception et réalisation : Catherine Fournet-Guérin, 2013.

3Depuis le début des années 2000, la capitale malgache a changé d’apparence du fait notamment de la création de nombreux lieux de sociabilité liés à la présence d’étrangers, principalement originaires de pays du Sud, ou à des influences internationales, captées par des entrepreneurs tananariviens en quête de nouveautés. Il s’agit de lieux consacrés au loisir et/ou à la consommation, qui reflètent soit la présence de nouveaux groupes étrangers en ville, ou l’incorporation locale de modèles étrangers.

4Les casinos tout d’abord constituent une forme spatiale très visible par l’envergure des bâtiments et leur architecture très contemporaine. Á Antananarivo, il existe plusieurs casinos chinois, dont l’un est situé en plein centre, juste à côté de l’hôtel de ville (carte 1). Nombre d’autres ont été ouverts durant les années 2000, soit dans le quartier central de Behoririka qui est désormais dominé par le commerce chinois (Fournet-Guérin, 2006), soit dans divers quartiers périphériques de l’agglomération. C’est le cas du restaurant-casino Jim, ouvert en 2007 dans un quartier industriel et peu fréquenté du sud-ouest de la ville, à Ankadimbahoaka. Á Antananarivo, la législation impose qu’un casino soit adossé à une autre activité, hôtelière ou de restauration. De ce fait, les casinos chinois sont souvent localisés au premier ou au deuxième étage d’un immeuble comportant un restaurant au niveau inférieur, et ce pour des raisons de sécurité. Dans les étages, le casino est moins vulnérable à une attaque à main armée, pratique qui s’est multipliée depuis les années 2000 (photo 1).

Photo 1 : Le complexe du Pacifique, en plein centre-ville, comportant à la fois un hôtel, casino en étage et un billard, ouvert en 2011et tenu par un gérant chinois

Photo 1 : Le complexe du Pacifique, en plein centre-ville, comportant à la fois un hôtel, casino en étage et un billard, ouvert en 2011et tenu par un gérant chinois

Cliché : Fournet-Guérin, 2011.

5Les restaurants tenus par des étrangers sont également nombreux : chinois en premier lieu, mais aussi indiens, arabes, ou, plus rare, d’autres pays africains. Les restaurants chinois ne sont pas une nouveauté à Antananarivo : comme partout dans le monde, ils proposent depuis des décennies une cuisine d’inspiration cantonaise et souvent fortement modifiée en fonction des goûts locaux. En revanche, les restaurants chinois récemment créés l’ont été par des Chinois provenant de provinces du nord de la Chine (Dongbei), dont la cuisine est très différente de celle diffusée dans le monde entier. Ils sont avant tout destinés à la clientèle chinoise récemment émigrée. La carte s’avère difficile à comprendre pour un consommateur malgache ou occidental. Nombre d’ingrédients sont importés de Chine et les cuisiniers sont soit le plus fréquemment des Chinois immigrés, soit, plus rarement, des Malgaches qui ont été formés à cette cuisine.

6Les hôtels se sont multipliés dans la capitale. En particulier, l’annonce de l’organisation du sommet de l’Union africaine en juillet 2009 - finalement annulé au motif d’instabilité politique - a contribué à l’ouverture simultanée de centaines de lits, grâce aux subventions accordées par l’État pour pallier leur déficit. On trouve désormais à la fois des hôtels de chaîne, tel l’Ibis du groupe français Accor, des hôtels anciens rénovés, tel le Colbert, institution depuis l’époque coloniale, des hôtels qui se veulent inspirés par l’environnement local et dont le décor utilise l’artisanat merina, tel le Tamboho, situé dans l’enceinte fermée du Tana Waterfront (complexe ouvert dans les années 2000 au nord de la ville et comportant un centre commercial, quelques entreprises, des villas de luxe et l’hôtel), et enfin des hôtels tenus par des gérants chinois, comme le Pacifique, tous datant de 2009 au plus tôt. Tous ces hôtels ne présentent aucune originalité particulière et pourraient se trouver dans n’importe quelle ville du monde : même dans les « boutiques-hôtels » comme le Tamboho qui se veulent uniques (entretien avec le directeur, 2011), le modèle qui préside à la conception conduit à une impression de répétition dans le monde entier et de conformisme, à l’instar des centres commerciaux qui s’inspirent de l’architecture locale (Gibout, 1998). Ainsi, ces hôtels, qu’ils se veulent uniques et le reflet d’une ville en particulier ou qu’ils appartiennent à des chaînes, font tous l’objet de pratiques qui les insèrent dans une culture urbaine internationale (Sanjuan, 2003).

7Dans un tout autre genre, depuis quelques années, se développe à Antananarivo la mode du spa, terme emphatique qui désigne soit un institut de beauté plutôt haut de gamme, ou bien un lieu de prostitution - à peine - déguisé. L’adoption même de ce terme signale un mimétisme international : le « spa » a une connotation à la fois élégante, moderne et étrangère. Plusieurs ont ouvert, dans la plupart des hôtels visant une clientèle aisée, dans des locaux à part, ou encore dans des complexes chinois multifonctionnels (photo 2). Ces lieux, d’accès payant et sélectif, témoignent de l’intérêt d’élites tananariviennes pour ces lieux de soins du corps et de sociabilité féminine, au carrefour d’influences multiples (européenne, asiatique, orientalisante et locale).

8Enfin, les centres commerciaux constituent un type de lieu de sociabilité nouveau et développé sur des modèles étrangers. Plus qu’au monde occidental, les formes en vigueur à Antananarivo comme dans les grandes villes d’Afrique orientale empruntent à l’Afrique du Sud, aux pétro-monarchies du Golfe et aux pays émergents d’Asie ou d’Amérique latine. En effet, ces centres commerciaux sont souvent fermés, sécurisés, d’accès filtré. Á Antananarivo, c’est le cas du Tana Waterfront. Il existe d’autres petites galeries marchandes, mais dont l’accès n’est pas aussi contrôlé.

Photo 2 : Le complexe multifonctionnel chinois archétypal, ouvert dans les années 2000

Photo 2 : Le complexe multifonctionnel chinois archétypal, ouvert dans les années 2000

Á Happy Zone, on propose bar, karaoké, billard, restaurant, sauna, massage (façade pour activité de prostitution comme l’indique la mention : « cherche masseuse serveuse, fille, 18-22 ans »)

Cliché : Fournet-Guérin, 2011.

1.2. Quelles localisations privilégiées ?

1.2.1. Des localisations périphériques caractéristiques du processus de métropolisation

9Les périphéries tananariviennes se sont beaucoup transformées depuis une quinzaine d’années sous l’influence du processus de mondialisation, aux conséquences pleinement visibles, même dans des métropoles de deuxième rang comme Antananarivo. En particulier, une tendance au développement de nouvelles centralités y est observable. C’est le cas au nord de l’agglomération, dans le secteur dit de la route des hydrocarbures (carte 2), et, plus loin, aux alentours de l’aéroport international d’Ivato. Dans le premier quartier, coexistent d’une part des usines, des entrepôts, des ateliers, des zones d’habitat précaire, et d’autre part des hôtels modernes et haut de gamme, deux tours de bureaux, dont la plus grande du pays, en cours d’achèvement en 2014, une grande mosquée, un immense temple évangélique dans un entrepôt reconverti, le centre commercial Tana Waterfront et le seul hypermarché de Madagascar, Jumbo Score. Pour nombre de Tananariviens, ce quartier devient un potentiel centre-ville de substitution.

Carte 2 : Le quartier de la route des hydrocarbures (ou Ankorondrano) - l'émergence d'une nouvelle centralité périphérique pour Antananarivo

Carte 2 : Le quartier de la route des hydrocarbures (ou Ankorondrano) - l'émergence d'une nouvelle centralité périphérique pour Antananarivo

Réalisation : Catherine Fournet-Guerin, 2013.
Sources : relevés de terrain, 2011.

10Le second pôle périphérique en développement est celui aux abords de l’aéroport de la ville, dans la commune d’Ivato, officiellement classée commune rurale, située dans la continuité du tissu urbain de l’agglomération à entre dix et quinze kilomètres au nord-ouest du centre-ville. En lien avec l’essor du trafic aérien international, Ivato se développe continûment depuis les années 1990 et constitue l’un des principaux fronts d’urbanisation de la capitale. Cette urbanisation s’est cependant fortement accélérée depuis 2008 car la commune devait accueillir le sommet de l’Union africaine prévu pour juillet 2009 : construction d’un centre de conférences, d’un hôtel de luxe jamais inauguré, de cinquante-trois villas présidentielles qui ont dû être reprises par l’entreprise chinoise qui les avait construites afin de les aménager en hôtel (le Paon d’Or), et de plusieurs autres hôtels, tous construits avec des capitaux publics chinois également, via la société Sogecoa (Orchid Hotel). A ces constructions développées sous l’impulsion de l’Etat s’ajoutent d’autres dynamiques spatiales qui confortent le développement du nouveau pôle d’Ivato : l’ambassade des États-Unis, après avoir été localisée depuis 1960 dans le centre-ville d’Antananarivo, a ouvert en 2011 sur la route d’Ivato, à une dizaine de kilomètres du centre. D’autres installations vont dans le sens d’un développement d’une nouvelle centralité, telles l’une des quatre écoles françaises de la ville, l’école américaine, un grand supermarché de la chaîne sud-africaine Shoprite, plusieurs usines en zone franche, un site pour foires et salons internationaux et l’un des plus grands restaurants de la chaîne malgache de pizzas et de restauration rapide, La Gastro-nomie.

11Une ébauche de polycentralité se dessine ainsi au sein de l’agglomération, davantage caractérisée par le développement de ces deux nouvelles centralités que par le délaissement du centre ancien, d’origine coloniale. Il n’est en effet pas possible de parler de déclin de ce centre, lequel est soumis à des transformations importantes sans toutefois être délaissé.

1.2.2. Des localisations centrales qui demeurent attractives

12Le centre-ville n’est cependant pas resté à l’écart des transformations des années 2000. En effet, on y trouve à la fois des lieux de sociabilité nouveaux et d’autres rénovés et remis au goût du jour (carte 1).

13Les lieux nouveaux sont des restaurants, qu’ils soient chinois ou européens d’inspiration mondiale (cuisine mélangée empruntant à diverses régions du monde), des spas, des casinos on l’a vu, ou encore des cabarets de jazz, tel The Manson, dirigé par un Européen dans le quartier central et à la mode d’Isoraka (un lieu nouveau, mais qui puise dans la culture locale très marquée par la pratique du jazz depuis l’époque coloniale). De nombreux hôtels ont également ouvert depuis 2009 (Le Louvre, très haut de gamme ; hôtels chinois, moyenne gamme). Plus original, le Café de la Gare, situé dans l’enceinte désaffectée du bâtiment éponyme, en bordure du quai, a (r)ouvert en 2009, devenant en quelques années seulement un haut lieu de la sociabilité des élites politiques, économiques et culturelles tananariviennes (voir 1.3.).

14Une ébauche de processus de gentrification est même discernable, puisque des entrepôts ou des espaces bâtis vacants, souvent industriels, sont réhabilités et reconvertis en lieux de loisirs : c’est le cas du Madarail, boîte de nuit dans le quartier industriel péricentral d’Antanimena. Les années 2010 confirmeront ou infirmeront cette tendance, pour l’heure trop balbutiante pour être clairement analysée.

1.3. Typologie des lieux de sociabilité

15Une typologie en trois groupes peut être établie pour classer ces nouveaux lieux de sociabilité.

16Tout d’abord, certains sont directement importés de modèles internationaux standardisés et constituent ce que Jacques Lévy (1997) désigne comme des « lieux génériques ». Il s’agit des grands hôtels de chaîne, des spas, des centres commerciaux, etc., autant de lieux qui se retrouvent à l’identique dans toutes les villes du monde. Á Antananarivo, ce mouvement est encore modeste, puisque par exemple les grandes chaînes internationales de restauration rapide n’y sont pas présentes, contrairement aux métropoles d’Afrique australe et orientale, et que le groupe Accor est le seul d’envergure internationale qui soit installé à Madagascar.

17Les lieux de sociabilité d’inspiration étrangère mais créés localement, que ce soit par des acteurs tananariviens ou par des étrangers installés en ville, et recomposés localement, constituent un deuxième type. Il s’agit des casinos, billards et restaurants chinois, des restaurants à la mode, comme la chaîne de pizzas La Gastro-nomie. Le cas de Médina Spa est emblématique de ce type : il s’agit d’un « day spa », selon la carte de visite, qui propose en réalité un mélange composite d’activités empruntant à des influences du monde entier. Tout à Médina Spa évoque une recherche délibérée de mélange d’influences : la cuisine, le nom à la fois arabe et anglais, le décor de style arabo-mauresque, la provenance très internationale des marchandises, et le goût pour un exotisme orientalisant. Ce lieu incarne bien ce qu’A. Choplin a appelé les « nouveaux orientalismes » (2009 : 309), c’est-à-dire l’attrait de citadins d’Afrique pour des pratiques et des décors d’origine orientale, entendus dans un sens très vague et fondés sur le kitsch. La carte témoigne de ces rapprochements divers : « massages du monde, snacking bar, oriental lounge-Shisha, pâtisserie orientale ».

18Enfin, un troisième type de nouveau lieu de sociabilité est constitué par des lieux qui s’appuient sur l’imaginaire colonial en jouant sur la nostalgie qu’ils véhiculent ainsi, à travers leur décor, leur nom. Ces lieux néo-coloniaux dans leur conception sont très à la mode à Antananarivo, mais aussi partout en Afrique. Il peut s’agir de salles de cinéma, de bars, de restaurants, de halls de gare ou de cabarets de jazz. L’exemple emblématique est celui du Café de la Gare et de la salle des pas perdus de cette même gare centrale, transformée en centre commercial pour des produits artisanaux de luxe. Sélectionnés dans le cadre d’un appel d’offres de la société concessionnaire de la gare et des chemins de fer (Madarail) en 2009, les gérants suisses du Café de la Gare ont opté pour un mélange entre la référence explicite au passé colonial et ferroviaire (photographies anciennes, wagon ancien converti en sanitaires sur le quai même, ventilateurs à l’ancienne, sièges en cuir, zinc, parquet, horloge ancienne, bougeoirs) et l’ancrage malgache (décoration réalisée par des artisans malgaches : ferronnerie, boiseries) (photos 3 et 4). La première influence est cependant nettement plus appuyée, si bien que le Café de la Gare s’inscrit visuellement dans un ensemble de signes renvoyant au passé français et à la nostalgie de cette époque (voir 3.3.). Alors que la gare était depuis près de vingt ans un endroit déserté et quelque peu fantomatique, le Café de la Gare et la gare elle-même sont devenus des lieux prisés, très appréciés des étrangers mais aussi et surtout des Malgaches aisés, toutes générations confondues. Il s’agit d’un retournement des pratiques et des représentations dans une ville où les lieux coloniaux étaient jusqu’alors considérés comme quelque peu démodés et réservés à des élites vieillissantes et nostalgiques.

Photo 3 : L’entrée du Café de la Gare

Photo 3 : L’entrée du Café de la Gare

La voiture ancienne plonge le client dans une ambiance de nostalgie coloniale

Photo 4 : Le décor à la fois colonial et malgache de l’intérieur du Café de la Gare

Photo 4 : Le décor à la fois colonial et malgache de l’intérieur du Café de la Gare

Cliché : Fournet-Guérin, 2011.

2. Á quelle clientèle sont destinés les nouveaux lieux de sociabilite ?

2.1. Une clientèle étrangère, ethnique ou de passage en ville…

19De manière banale et attendue, les nouveaux lieux de sociabilité sont fréquentés par la clientèle pour laquelle ils ont été conçus et à laquelle ils s’adressent directement : dans un restaurant chinois récent comme Jim à Antananarivo, dont la carte est en français et en chinois, une partie importante de la clientèle est composée des « nouveaux Chinois » (Fournet-Guérin, 2006) qui se sont installés depuis une quinzaine d’années. On peut alors parler de lieux dits « ethniques ». Ces lieux sont à la fois bien connus à l’intérieur d’un groupe étranger spécifique et bien identifiés comme tels de la part des citadins d’origine locale (Garnier, 2006). Nombre de Tananariviens ont pu indiquer aisément quels étaient les lieux fréquentés par les Chinois, les Indiens ou les Africains : restaurants des quartiers péricentraux de Behoririka et de Soarano ou de périphérie pour les premiers, clubs de sport en proche campagne pour les deuxièmes, bars dans des quartiers populaires de plaine pour les troisièmes, tels celui dit des 67 hectares. Pour les Chinois d’Antananarivo, ceux de passage dans la capitale depuis l’étranger (comme de RPC, de Hong Kong et de Singapour) ou le reste de l’île ou encore pour des salariés malgaches de province également de passage, des hôtels comme le New Century ou le Pacifique offrent une bonne localisation à un coût modique comparativement aux autres hôtels de la place, fort onéreux pour le budget d’une entreprise non occidentale. Il en va de même pour les hôtels proches de l’aéroport, qui attirent du fait de leur proximité avec celui-ci, évitant de devoir se rendre en ville, déplacement particulièrement pénible en raison des embarras considérables de la circulation.

20Ainsi, dans ces nouveaux lieux de sociabilité, on rencontre des hommes d’affaires, étrangers venus du monde entier ou Malgaches, des salariés envoyés pour une mission de quelques semaines dans la capitale, mais également des touristes, des missionnaires évangéliques en provenance d’Afrique ou d’Amérique (Brésiliens, Etats-Uniens), ainsi que des membres de la « diaspora » malgache installée outre-mer, en Europe ou ailleurs. En effet, les émigrés de passage au pays constituent depuis quelques années une nouvelle clientèle. Ils sont désireux de plus d’espace que leur famille ne peut leur en offrir et souhaitent échapper à la pression familiale et aux sollicitations incessantes auxquelles ils sont soumis lors de leur passage. Leur aisance financière relative leur permet de séjourner dans de tels lieux durant quelques jours, voire quelques semaines. Ils fréquentent massivement les restaurants chinois de périphérie durant la période des fêtes de Noël. Ces lieux répondent à leurs exigences d’un cadre agréable et moderne, d’une bonne accessibilité en voiture et d’un dépaysement recherché par rapport à la cuisine malgache. Comme ailleurs en Afrique, les citadins émigrés contribuent ainsi à développer de nouvelles pratiques spatiales et à en imprégner les lieux qu’ils fréquentent.

21Ces nouveaux lieux de sociabilité, qu’ils soient centraux ou périphériques, sont ainsi fréquentés par une clientèle étrangère résidante ou de passage à Antananarivo, hétérogène dans ses origines comme dans ses motivations, mais qui traduit bien l’insertion croissante de la ville dans des flux internationaux.

2.2. … mais aussi une clientèle tananarivienne locale

22Loin de demeurer des lieux étrangers, comme hors-sol dans la ville, les nouveaux lieux sont incorporés à la sociabilité locale : conçus par des étrangers et pour leur usage, ils sont rapidement fréquentés par les citadins locaux qui y développent des usages mixtes, incarnant de nouvelles formes de sociabilité.

  • 4 Newsmada, http://www.newsmada.com/​nuit-de-la-st-sylvestre-la-fete-malgre-tout/​, consulté le 2 janvi (...)

23Á Antananarivo, des lieux ouverts par des étrangers sont ainsi très prisés des Malgaches. C’est le cas de longue date, mais le phénomène s’est également manifesté pour les lieux génériques récents : on assiste à l’adoption immédiate des lieux de sociabilité ouverts ces dernières années par des étrangers, surtout des Chinois. Ainsi, dans les établissements multifonctionnels chinois, une partie importante de la clientèle est malgache, que ce soit dans les restaurants, les billards, les salons de massage et les bars. Au New Century, il existe une vaste salle comportant plusieurs tables de billard, pour l’essentiel utilisées par de jeunes étudiants malgaches qui y trouvent un lieu de rencontre et de loisir à la fois spacieux, central et peu onéreux. Le billard constitue en effet l’un des loisirs préférés dans la sociabilité estudiantine. Les faux salons de massage dans lesquels s’exerce la prostitution ont évidemment besoin d’une clientèle locale pour développer un chiffre d’affaires suffisant. Les Tananariviens apprécient également beaucoup les restaurants chinois nouvellement ouverts : ceux-ci sont très prisés pour l’organisation de fêtes familiales, telles que les mariages, les anniversaires ou les baptêmes. Á l’hôtel chinois A & C (prononciation à l’anglaise), situé dans une rue non bitumée et d’accès malcommode non loin de l’aéroport d’Ivato, le ministre de la santé s’apprêtait à fêter le mariage de son fils lors de ma visite en juillet 2011. Ce même hôtel a accueilli l’une des fêtes de la Saint-Sylvestre « en vue » en 2011, qui fit l’objet d’un reportage dans un site Internet consacré aux événements festifs à Antananarivo4.

24Dans les spas haut de gamme, comme le Majorel, au décor délibérément kitch, qui emprunte à diverses origines (mobilier chinois, « ambiance balinaise » selon les termes de la responsable, et mise en scène de produits cosmétiques français, ce qui plaît à la clientèle pour son image de mode et de luxe), la clientèle est pour moitié étrangère mais résidente à Tananarive, européenne et américaine, mais pour moitié locale, à la fois malgache et indienne (distinction opérée à ma demande). Ces clients tananariviens sont par exemple des jeunes filles de famille aisée qui y réservent en groupe et viennent y fêter un anniversaire.

2.3. Une diversité sociale inattendue

25Les propos qui précèdent tendraient à laisser penser que la clientèle des nouveaux lieux de sociabilité tananariviens est avant tout et exclusivement aisée. C’est une réalité, pour les spas, les hôtels et restaurants haut de gamme ou encore les centres commerciaux fermés et accessibles à une clientèle motorisée tels le Tana Waterfront. Cette clientèle illustre bien le développement, depuis une quinzaine d’années, d’une nouvelle bourgeoisie qui profite de l’ouverture internationale et qui consomme beaucoup dans sa ville de résidence, tout comme d’étrangers au fort pouvoir d’achat qui manifestent leur présence dans la ville par un mode de vie fondé sur une consommation ostentatoire.

26Il serait cependant erroné de limiter ici l’analyse. En effet, des citadins socialement très divers ont été identifiés comme usagers de ces nouveaux lieux de sociabilité. Outre les élites, il est désormais frappant d’observer l’élargissement aux classes moyennes en développement timide mais réel à Antananarivo comme dans les grandes villes d’Afrique (Darbon, 2012). Ainsi, pour nombre de Tananariviens, il est devenu possible de s’offrir de temps à autre le plaisir d’une partie de billard dans un lieu moderne et abrité, d’un restaurant qui ne soit pas une simple gargote (nom générique des restaurants populaires malgaches), d’une THB (la bière locale, institution identitaire) ou d’une crème glacée dans un bar du centre-ville moderne, ou encore d’un moment de lèche-vitrine à l’affût des nouveautés dans un des centres commerciaux de périphérie que l’on rallie en minibus collectif, seul transport en commun dans l’agglomération. Parmi ces nouvelles classes moyennes, on trouve de jeunes diplômés ayant réussi à trouver un emploi dans le secteur formel (entreprises liées aux NTIC, ONG, agences internationales présentes en nombre dans la capitale, etc.), des Malgaches d’outre-mer ayant choisi de revenir travailler dans leur pays avec des conditions salariales qu’ils jugent satisfaisantes, ou encore des originaires de groupes minoritaires tels les Indiens, qui hésitent moins à fréquenter ces nouveaux lieux plus neutres culturellement car plus internationalisés que les habituels lieux exclusivement malgaches où ils ne se sentent pas toujours les bienvenus.

27Enfin, d’autres lieux relèvent d’une sociabilité plus populaire et sont fréquentés par des citadins bien plus modestes : restaurants chinois bon marché, bars, casinos chinois, lieux de culte animés par les mouvements évangéliques, ou encore supermarchés qui constituent un but de promenade et de flânerie. Il ne faudrait ainsi pas réduire l’impact sur la ville des nouveaux migrants et des modes en circulation internationale aux seules catégories aisées de la population et aux seuls quartiers privilégiés. Si la géographie qui s’en dégage s’inscrit en partie de fait dans une géographie socialement sélective, nombre de ces nouveaux lieux de sociabilité sont également présents dans les quartiers défavorisés, qu’ils soient péricentraux ou périphériques. C’est d’ailleurs en ce sens qu’A. Tarrius et L. Missaoui (2000) entendent la notion de « nouveaux cosmopolitismes », lesquels concernent au premier chef des individus aux ressources souvent modestes.

28Cependant, le développement rapide de lieux destinés à une clientèle aisée peut également être interprété comme le signe d’une polarisation croissante de la société urbaine, entre une minorité privilégiée et une majorité à l’écart de certaines formes de consommation. Il est évident que certains des lieux évoqués ne sont pas accessibles aux plus modestes, numériquement très majoritaires. Antananarivo est une ville dans laquelle la pauvreté est massive, la misère omniprésente, quels que soient les espaces. Les lieux dont il est ici question jouxtent d’ailleurs très souvent des habitations précaires situées dans des environnements insalubres (par exemple dans le quartier de la route des hydrocarbures). Le cas des restaurants et casinos chinois mis à part, ces pratiques d’hybridation culturelle dans des lieux cosmopolites restent un fait numériquement très minoritaire.

29Il reste à examiner pour quels motifs les citadins sont autant attirés par ces nouveaux lieux. Les imaginaires exotiques qu’ils véhiculent sont-ils à l’origine de leur forte attractivité ?

3. les raisons du succès auprès de la clientèle tananarivienne : désir de nouveauté et quête d’exotisme5

3.1. La recherche de lieux génériques, symbole d’une modernité internationale désirée

30Des pratiques standardisées de sociabilité dans des lieux non domestiques, développées dans toutes les métropoles du monde, sont observables à Antananarivo. Ces pratiques se déroulent dans des lieux eux-mêmes standardisés ou conçus selon des modèles qui en font des lieux qui pourraient se situer n’importe où dans le monde et non en particulier là où ils se trouvent, (spas, restaurants à la mode, centres commerciaux…). Dans les grands hôtels, la référence à une norme internationale déterritorialisée est souvent forte et recherchée par la clientèle tananarivienne. Dans les entretiens avec les clients, les mêmes qualificatifs reviennent fréquemment : c’est « propre », « moderne », « calme », « tranquille », « joli », « grand », « lumineux ».

31Ainsi, parmi les nouveaux lieux de sociabilité, beaucoup pourraient s’apparenter à la définition devenue classique - mais souvent dans un sens erroné - des non-lieux (Augé, 1992), c’est-à-dire des endroits identiques de par le monde, monofonctionnels et caractérisés par une circulation permanente, et qui de prime abord ne sont pas des lieux au sens fort du terme, c’est-à-dire qui ne sont pas le support de pratiques et de formes de socialisation. Or M. Augé a montré que ces endroits peuvent bien devenir des lieux et accueillir des pratiques et des représentations, autrement dit qu’ils font ville : si le lieu est générique, la pratique ne l’est pas forcément. Pourtant, nombre de chercheurs semblent rétifs à cette idée de l’appropriation des lieux génériques par les citadins et continuent de projeter un a priori négatif sur ceux-ci. Le cas du Caudan Waterfront de Port-Louis à Maurice est emblématique. Il s’agit d’un centre commercial datant des années 1990, en plein centre-ville, conçu sur le double modèle international du waterfront et du mall. Dans un article consacré aux lieux de sociabilité à Port-Louis et à leur appropriation par les différentes communautés ethniques, A. de Cauna (2002 : 53) voit le Caudan comme un « non-lieu », un « espace transnational », standardisé, sans lien avec l’urbanité locale. M.-S. Bock Digne (2003 : 292) va plus loin dans le rejet du Caudan hors de toute appropriation citadine, le considérant comme « hors de la ville réelle, (…) ressembl[ant] plus à une infrastructure imprégnée des signes de la mondialisation qu’à un traditionnel lieu de rencontre »

  • 6 Se développent ainsi dans les pays pauvres des formes de leisure shopping (shopping de loisir), d’a (...)

32L’hypothèse ici défendue est qu’il s’agit de présupposés hostiles à ces formes internationales standardisées. Pour statuer de façon rigoureuse sur la question, il faudrait mener des enquêtes et poser aux personnes qui le fréquentent les questions suivantes : pourquoi venez-vous dans ce centre commercial ? Où habitez-vous ? Á quelle fréquence venez-vous ? Qu’est-ce qui vous plaît ici ? Est-ce que vous venez pour un motif précis ou bien pour flâner ?, etc. Il est fort probable que le traitement des réponses mettrait en évidence le contraire de ce que veulent croire les auteurs précités, à savoir une bonne image de ce lieu, une bonne intégration dans la vie des citadins, un rayonnement géographique important et un lieu en tant que tel, c’est-à-dire associé à des pratiques, telles que le loisir, la déambulation, l’ostentation (il est probablement bien vu d’y être vu !). Á Antananarivo, ce travail a été mené à propos de la fréquentation des supermarchés (Fournet-Guérin, 2007) ; il a permis de montrer que ceux-ci sont un but de promenade, en famille ou entre amis. Les gens en font une sortie à but récréatif, parfois pour y emmener leur famille de province en visite, et les enfants des quartiers pauvres des environs viennent y flâner. Le supermarché, archétype du lieu monofonctionnel uniquement dévolu à la consommation, est en fait un lieu de détente assez présent dans les représentations de nombreux citadins, qu’ils habitent loin ou non, et qu’ils aient les moyens d’y faire des achats ou non6.

  • 7 Le terme « créolisation » est ici entendu dans l’esprit de la pensée d’essayistes antillais, tels R (...)

33L’intérêt de l’étude de ces nouveaux lieux réside ainsi dans leur « créolisation »7, c’est-à-dire dans le mélange de modèles exogènes et de pratiques et de représentations locales : conçus par des étrangers et le cas échéant à leur usage, ils sont en fait rapidement appropriés par les citadins locaux qui y développent des usages mixtes. En cela, ils incarnent des formes nouvelles de sociabilité. Ainsi, contrairement à ce qui est couramment affirmé, les citadins fréquentent et apprécient les nouveaux lieux de sociabilité génériques non pas par défaut, mais bien pour ce qu’ils sont, à savoir des lieux incarnant une modernité standardisée et internationale. Fréquenter ces nouveaux lieux leur permet de participer à la vie du monde, alors qu’ils en sont à la périphérie et qu’ils en conçoivent de l’amertume. Le désir de modernité, de consommation standardisée, le sentiment de ne pas être à la marge du monde, sont des motivations puissantes qu’on ne saurait dénier aux citadins africains. Déplorer ces pratiques au nom de leur supposée pauvreté culturelle et de leur standardisation ne constituerait-il pas un moyen pour des observateurs occidentaux de plaquer une image obsolète des sociétés des pays du Sud et de vouloir les confiner dans des pratiques supposées « authentiques » ou « traditionnelles » ? La position ici défendue est que les Tananariviens ont, comme tous les citadins du monde, le droit d’aimer fréquenter des lieux génériques, de rechercher la banalité, d’être en quête de mimétisme, autant de pratiques qui les inscrivent dans une expérience citadine universelle.

34Plus encore, il est possible d’analyser ces pratiques comme l’expression de ce qui est ici désigné comme un nouvel exotisme.

3.2. La recherche d’un nouvel exotisme, non exclusivement occidental

35Si certains lieux de sociabilité sont recherchés parce qu’ils offrent l’accès à des pratiques mondialisées dans un cadre standardisé, d’autres le sont en raison de leur caractère exotique, c’est-à-dire qui renvoie à un imaginaire de l’ailleurs fantasmé (Garnier, 2006). Ce caractère peut être un décor, une cuisine, un type d’activité ou une image de modernité. C’est le cas des restaurants chinois récemment ouverts à Antananarivo : on y mange une cuisine inconnue à Madagascar, dans un décor coloré et surchargé qui plaît beaucoup et dans un cadre moderne, très éclairé, qui tranche avec nombre de restaurants malgaches souvent sombres et à l’ambiance un peu triste. Là, c’est bien l’exotisme qui est recherché, à travers la nouveauté, la quête d’évasion et la consommation d’un ailleurs. En ce sens, il est possible de dire que les citadins développent des pratiques et des représentations cosmopolites des nouveaux lieux de sociabilité, c’est-à-dire que ceux-ci sont recherchés pour leur caractère étranger.

36De ce fait, la recherche de l’exotisme existe bien chez les citadins tananariviens, dans le même sens que celui qui est identifié chez les consommateurs occidentaux. Autrement dit, la quête de l’exotisme n’est pas l’apanage de l’Occident moderne. La fréquentation de lieux recréant artificiellement un ailleurs dans une logique commerciale est donc tout autant désirée par les Tananariviens que par les Occidentaux et tous les citadins du monde. Je rejoins ici l’analyse développée par T. Fouquet (2007) à propos des migrants sénégalais : « Ni vraiment au Sud, ni vraiment au Nord (…), les individus se construisent en se nourrissant d’imaginaires multiples et en élaborant "leur" monde » (Fouquet : 97). Les citadins africains fréquentent des lieux kitsch et cela signale d’une part un imaginaire nouveau et élargi, et d’autre part l’appropriation et l’adaptation locales de modèles en circulation mondiale.

37Les clients apprécient le caractère exotique du lieu, son décor composite mêlant plusieurs influences étrangères (comme Médina Spa ou le Café de la Gare) ou encore le fait d’y voir des individus divers socialement et ethniquement, même si cela relève d’une vision folklorisée. Le caractère composite du décor de ces lieux ou de la cuisine qui y est servie est précisément ce qui est recherché. J.-L. Amselle (2009) examine de manière critique ces pratiques « ethno-bobos » qui idéalisent des lieux dits métissés, alors que les individus qui fréquentent ces lieux n’ont aucun intérêt pour l’ailleurs réel. Il analyse comme un vain artifice la vogue du métissage dans les villes occidentales. Or cette tendance s’affirme en fait dans toutes les villes du monde, y compris dans celles qui sont dominées dans les représentations mondiales, celles que J.-L. Amselle voudrait défendre de ce marketing de l’exotisme. Á Antananarivo comme à Paris, certains citadins n’aiment rien tant que de se rendre dans des lieux de sociabilité qu’ils se représentent comme cosmopolites pour se piquer d’ouverture sur l’autre et de métissage. On peut y voir et y dénoncer une domination du capitalisme dans sa version culturelle, certes, mais on peut aussi y voir l’accession à une forme de liberté de consommation et d’expression du désir d’ailleurs chez des groupes symboliquement dominés à l’échelle mondiale (Appadurai, 2001).

3.3. La recherche d’un passé idéalisé : lieux de sociabilité récents et nostalgie citadine

38Ce désir d’exotisme peut également se développer dans des lieux qui fondent leur attractivité sur la nostalgie, c’est-à-dire qui proposent à leur clientèle un dépaysement tourné vers un passé idéalisé. C’est le cas de l’hôtel Colbert ou du Café de la Gare, l’un n’ayant jamais cessé d’exister, l’autre étant au contraire une création de toutes pièces, ce qui l’inscrit dans ce que P. Gervais-Lambony (2012) appelle la « nostalgie post-moderne », c’est-à-dire celle d’un lieu qui n’a jamais existé.

39Comme nombre de grands hôtels construits à l’époque coloniale dans les métropoles d’Afrique, dans un style ostentatoire, l’hôtel Colbert représente l’établissement de prestige de la métropole. Il a acquis et conservé un rôle majeur dans la sociabilité locale depuis l’indépendance, en particulier pour les élites qui apprécient sa pâtisserie et son salon de thé, son bar et ses restaurants, sa piscine et son spa, ces derniers ayant été ouverts au début des années 2000 : le Colbert a su s’adapter à des exigences nouvelles et demeurer l’un des piliers de la sociabilité élitaire. On y vient entre collègues, en famille le dimanche après-midi, entre amis le soir, discuter affaires ou fêter un événement comme un mariage. La responsable de la clientèle fait même état d’une demande particulière, la célébration de mariages civils, en lieu et place de la mairie de l’arrondissement, située à quelques centaines de mètres en contrebas dans le quartier de Soarano (près de la gare) en bordure d’une rue très passante, aux trottoirs entièrement occupés par des commerçants de rue. La responsable évoque également la pratique du zoma mahafinaritra, littéralement « vendredi joli », qui désigne à Antananarivo le fait de sortir le vendredi soir en ville pour s’y détendre autour d’un verre, dans un cabaret musical ou autre. Il est révélateur que l’hôtel Colbert se soit positionné sur ce créneau plutôt associé à une sociabilité soit populaire, soit ancienne (années 1950 et 1960). Même si l’hôtel se présente avant tout comme un hôtel d’affaires, il est ainsi le lieu de multiples activités citadines pour qui le caractère de haut lieu de la sociabilité coloniale reste important.

40Quant au Café de la Gare, il est devenu, en quelques années, un lieu de sociabilité connu et reconnu par une partie importante de la société urbaine, en jouant sur la nostalgie et sur un hommage à un lieu disparu du passé colonial. A ce titre, cette expérience est originale et frappe par son incorporation très rapide à la citadinité locale. On peut relever le paradoxe politique dans un pays et dans une ville dans lesquels le souvenir de la domination coloniale est vif. Pourtant, pour ce qui est d’Antananarivo, ce souvenir est marqué par l’ambivalence : d’une part une vigoureuse affirmation nationaliste et d’autre part l’expression fréquente d’une nostalgie de cette période coloniale comme celle d’un âge d’or urbain, en termes d’aménagement, de qualité du paysage, d’aménités, d’urbanité des mœurs citadines, etc. Cette ambivalence de la mémoire de l’époque coloniale et cette nostalgie se retrouvent dans les propos suivants, émanant de Tananariviens :

41« Je dessine l’ambiance du Café de la Gare. Ici, ils ont fait revenir l’ambiance de la gare, la musique de la gare, le train de nuit, tout ça quoi. J’aime bien les choses qui bougent, les véhicules, les enfants, les trains. J’aime beaucoup le chemin de fer. Mon père, son père, ils étaient cheminots, alors… forcément… Tout ça ici, ça a failli s’écrouler avant la réhabilitation, avant le Café de la Gare. » (Doda, dessinateur, entretien, juillet 2011)
« Quand il n’y a pas trop de touristes, les Malgaches, ils viennent ici. C’est raffiné, on croise du monde, c’est calme par rapport à d’autres endroits. On croise que des V.I.P., ou des moins V.I.P., mais on n’est jamais dérangé ici (…). D’abord on y mange, et… c’est… c’est la gare ! C’est toute une histoire entre la France et Madagascar, enfin, vous voyez de quoi je parle. » (personne interrogée dans un web-documentaire consacré à Antananarivo, URL http://afrique.arte.tv/​blog, Antananarivo, consulté le 5 juillet 2011)

42« Avant, l’Avenue c’était les Champs Élysées, il y avait des arbres, on y circulait à pied avec aisance sans craindre les pickpockets, il y avait des magasins de mode. Analakely était un très beau quartier, on aimait y descendre le vendredi, ça faisait partie de notre vie, c’était agréable, c’était un lieu de rendez-vous (…) Ce sont des bons souvenirs du Zoma, c’est toute une génération, on n’oublie pas. » (Georgette, soixante ans, esthéticienne, entretien en mars 2000)

43Ainsi, qu’ils datent de l’époque coloniale et aient été remis au goût du jour, ou qu’ils aient été créés récemment à l’image de ce passé, les lieux faisant appel à la nostalgie pour plaire aux Tananariviens connaissent un succès croissant.

3.4. De la créolisation des pratiques : la complémentarité entre nouveaux et anciens de lieux de sociabilité

44Enfin, on formule également l’hypothèse que les nouveaux lieux, qu’ils soient génériques ou insérés dans l’histoire de la ville, n’entrent pas en concurrence avec les lieux de sociabilité locale établis de longue date, tels les gargotes, les bars, les anciens restaurants chinois (La Muraille de Chine) ou indiens (Shalimar), les hôtels un peu démodés des années 1970 (l’ancien Hilton, devenu Carlton, le Panorama) ou autres (boîtes de nuit, billards de plein air). Au contraire, il est probable que la diversification des possibilités contribue à accentuer le sentiment d’avoir accès à des formes internationales de modernité, et donc à améliorer la satisfaction de vivre en ville (Houssay-Holzschuch et Teppo, 2009). Loin de l’affaiblir ou de la diluer, les nouveaux lieux de sociabilité contribueraient à épanouir la citadinité. Il n’y a donc pas d’opposition simpliste entre des modèles étrangers qui seraient comme hors-sol et des pratiques citadines locales : les deux se transforment mutuellement. De fait, les changements évoqués satisfont la plupart des Tananariviens, quel que soit leur niveau social. Ils apprécient la modernisation de leur ville et sont fiers qu’elle rejoigne des standards internationaux. Nombreux sont ceux qui n’entretiennent aucune nostalgie de la ville des années 1990, un peu morne et peu connectée au reste du monde, autrement dit un peu « provinciale ».

Conclusion

45Les Tananariviens développent de nouveaux imaginaires et un nouvel exotisme, tournés vers l’ensemble du monde et non plus vers les seules références occidentales. Ils sont avides de participer au « spectacle du monde » (Côté, 2005), composé de la visibilité fortuite du cosmopolitisme ou de sa consommation active. Plus encore, ils souhaitent être acteurs de ce spectacle. Ils développent alors une sociabilité fondée dans ses lieux sur la recherche d’un dépaysement, voire d’une nostalgie. Loin d’être circonscrit à une élite, ce mouvement d’affichage d’ouverture sur l’autre est assez largement diffusé socialement - sans toutefois concerner l’ensemble de la population. Ces lieux créolisés, investis de représentations cosmopolites, traduisent la diffusion de la mondialisation et la circulation d’idées et de pratiques internationales, fussent-elles standardisées et artificielles. Désormais à l’affût des modes venues du monde arabe ou de différents pays d’Asie considérés comme à la pointe de la modernité - certaines d’entre elles étant d’ailleurs empruntées au modèle états-unien avant d’être modifiées et rediffusées - les citadins africains sont à cet égard eux aussi des citadins comme les autres.

Haut de page

Bibliographie

Amselle J.-L., 2009 [1990, première édition], Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs, Paris : Payot, 3ème édition, 267 p.

Appadurai A., 2001, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Payot et Rivages, 322 p.

Augé M., 1992, Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris : Seuil, 149 p.

Bock Digne M.-S., 2003, Paysages urbains et lieux de vie. Etude diachronique des villes maritimes insulaires du sud-ouest et de l'ouest de l'océan Indien, Paris : L’Harmattan, 400 p.

Cauna (de) A., 2002, Du front de mer aux parcs de Port-Louis (Maurice), Géographie et cultures, n° 41, pp. 39-56.

Chivallon C., 2004, La diaspora noire des Amériques. Expériences et théories à partir de la Caraïbe, Paris : C.N.R.S., 258 p.

Choplin A., 2009, Nouakchott, au carrefour de la Mauritanie et du monde, Paris : Prodig-Karthala, 366 p.

Côté J.-F., 2005, Le spectacle du monde : nouvelles formes de cosmopolitisme et espaces-temps fracturés des métropoles contemporaines, Sociologie et Sociétés, vol. 37, n° 1, pp. 231-260.

Darbon D., 2012, Classe(s) moyenne(s) : une revue de la littérature. Un concept utile pour suivre les dynamiques de l'Afrique, Afrique contemporaine, vol. 4, n° 244, pp. 33-51.

Fouquet T., 2007, Imaginaires migratoires et expériences multiples de l’altérité : une dialectique actuelle du proche et du lointain, Autrepart, vol. 1, n° 41, pp. 83-98.

Fourchard L., Goerg O. et Gomez-Perez M. (dir.), 2009, Lieux de sociabilité urbaine en Afrique, Paris : L’Harmattan, 610 p.

Fournet-Guérin C., 2006, La nouvelle immigration chinoise à Tananarive, Perspectives chinoises, n° 96, pp. 46-57.

Fournet-Guérin C., 2007, Vivre à Tananarive. Géographie du changement dans la capitale malgache, Paris : Karthala, 427 p.

Garnier J., 2006, Pratiques de l’échange, circulations et stratégies spatio-temporelles, Thèse de géographie, Université de Poitiers, 2 vol. 578 p.

Gervais-Lambony P., 2012, Nostalgies citadines en Afrique Sud, EspacesTemps.net, Textuel, mis en ligne le 07 mai 2012, consulté le 30 août 2012, URL : http://espacestemps.net/document9459.html.

Gibout C., 1998, Les entrées de ville, une affaire de commerce ou d’hospitalité, Annales de la recherche urbaine, n° 78, pp. 109-113.

Hannerz U., 1990, Cosmopolitans and locals in World Culture, in Featherstone M. (ed.), Global Culture. Nationalism, Globalisation and Modernity, Londres: Sage, pp. 237-251.

Houssay-Holzschuch M. et Teppo A., 2009, A mall for all? Race and Public Space in Post-Apartheid Cap Town, Cultural Geographies, vol. 16, n° 3, pp. 351-379.

Lévy J., 1997, Penser la ville : un impératif sous toutes les latitudes, C.E.M.O.T.I., n° 24, pp. 27-30.

Sanjuan T. (dir.), 2003, Les grands hôtels en Asie : modernité, dynamiques urbaines et sociabilité, Paris : Publications de la Sorbonne, 272 p.

Tarrius A. et Missaoui L., 2000, Les nouveaux cosmopolitismes : mobilités, identités, territoires, La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube, 224 p.

Haut de page

Notes

1 Le mot a deux niveaux de sens. Celui, neutre, de « qui comprend des personnes de tous les pays, qui subit des influences de nombreux pays » (dictionnaire Le petit Robert). Le terme est alors descriptif, plus ou moins synonyme de « multiculturel », au sens de présence de plusieurs cultures dans un même endroit. Mais il peut également revêtir un sens fort, chargé de représentations : selon U. Hannerz (1990 : 239), « le cosmopolitisme comporte une position en faveur de la diversité en elle-même, de la coexistence de cultures au cœur de l’expérience individuelle. (…) Il occasionne une ouverture intellectuelle et esthétique à l’égard de nouvelles expériences culturelles, une recherche des contrastes plutôt que de l’uniformité. » (traduction libre)

2 Par lieu de sociabilité, on entend un lieu ouvert au public, extérieur à l’espace domestique, d’accès gratuit ou payant, libre ou contrôlé, dans lequel des individus se rendent pour y pratiquer une activité de loisir ou se retrouver par affinités. On y inclura la sociabilité liée au monde du travail. Pour davantage de précisions sur la notion et sur son épistémologie dans les sciences sociales, voir l’introduction de Fourchard et al. (2009).

3 Outre une connaissance diachronique de la ville depuis les années 1990, les données recueillies spécifiquement pour l’écriture de ce texte l’ont été dans le cadre d’une mission de terrain en 2011 (observation, dépouillement de la presse). Le recensement des lieux étudiés a été mené à l’échelle de l’agglomération par relevé de terrain, complété par un annuaire économique, et se veut exhaustif. Quinze entretiens qualitatifs semi-directifs ont en outre été menés, auprès de clients des lieux cités, des gérants d’établissements ou d’employés dans les lieux évoqués (Français, Chinois, Indiens de Madagascar, Malgache, Mauricien).

4 Newsmada, http://www.newsmada.com/nuit-de-la-st-sylvestre-la-fete-malgre-tout/, consulté le 2 janvier 2012.

5 En français, l’exotisme a d’abord été défini d’un point de vue ethnocentrique, comme l’illustre la définition proposée par le Petit Robert : « [exotique] : qui n’appartient pas à nos civilisations de l’Occident, qui est apporté de pays lointains ». Dans le Trésor de la langue française informatisé, l’approche est au contraire décentrée : « Qui est relatif, qui appartient à un pays étranger, généralement lointain ou peu connu ». Un exotisme est alors envisageable de partout dans le monde.

6 Se développent ainsi dans les pays pauvres des formes de leisure shopping (shopping de loisir), d’abord identifiées dans les pays les plus riches. On rejoint ici les thématiques abordées par la géographie de la consommation.

7 Le terme « créolisation » est ici entendu dans l’esprit de la pensée d’essayistes antillais, tels Raphaël Confiant ou Edouard Glissant, et la notion élargie à d’autres sociétés du monde. Pour plus de détails à propos des débats sémantiques autour de cette notion (notamment des alternatives possibles : hybridation, multiculturalité, transculturation) et de son usage par des essayistes post-modernes, voir Chivallon, 2004 : 155 sqq.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Nouveaux lieux de sociabilité dans les quartiers centraux et péricentraux d'Antananarivo
Crédits Fond de carte : Florence Bonnaud, Paris IV, 2002.Conception et réalisation : Catherine Fournet-Guérin, 2013.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2995/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photo 1 : Le complexe du Pacifique, en plein centre-ville, comportant à la fois un hôtel, casino en étage et un billard, ouvert en 2011et tenu par un gérant chinois
Crédits Cliché : Fournet-Guérin, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2995/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Photo 2 : Le complexe multifonctionnel chinois archétypal, ouvert dans les années 2000
Légende Á Happy Zone, on propose bar, karaoké, billard, restaurant, sauna, massage (façade pour activité de prostitution comme l’indique la mention : « cherche masseuse serveuse, fille, 18-22 ans »)
Crédits Cliché : Fournet-Guérin, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2995/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Carte 2 : Le quartier de la route des hydrocarbures (ou Ankorondrano) - l'émergence d'une nouvelle centralité périphérique pour Antananarivo
Crédits Réalisation : Catherine Fournet-Guerin, 2013.Sources : relevés de terrain, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2995/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Photo 3 : L’entrée du Café de la Gare
Légende La voiture ancienne plonge le client dans une ambiance de nostalgie coloniale
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2995/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Photo 4 : Le décor à la fois colonial et malgache de l’intérieur du Café de la Gare
Crédits Cliché : Fournet-Guérin, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2995/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Fournet-Guérin, « Nouveaux lieux de sociabilité cosmopolites à Antananarivo », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2995

Haut de page

Auteur

Catherine Fournet-Guérin

Maître de conférences HDR en géographie
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences humaines
Département de géographie
57 av. Pierre Taittinger
51096 Reims CEDEX
cfournetguerin@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page