Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Fondation Victor Segalen, Images croisées France-Chine

2014, Paris : La Documentation Française, 154 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Fondation Victor Segalen, Images croisées France-Chine, 2014, Paris : La Documentation Française, 154 pages

Texte intégral

1La relation France-Chine est ancienne. On se souvient qu’en 1964 le général de Gaulle fut le premier homme d’État occidental à renouer des liens diplomatiques avec la Chine de Mao. Un demi-siècle plus tard, cet ouvrage, bilingue (une première moitié en français, une seconde moitié, identique, en chinois), est le compte-rendu d’une table-ronde franco-chinoise organisée en 2012 à Pékin par la Fondation Victor Segalen.

2De la lecture de cette synthèse rédigée par Nicolas Rousseaux, président d’une société de consultants en média (traduction Liu Wenling), il ressort que les relations seraient bonnes entre les deux pays, qui estiment leurs cultures respectives et cherchent à jouer conjointement un rôle dans les affaires du monde. Une bonne partie de l’argumentation repose sur des sondages d’opinion, brièvement explicités à la fin et qui montrent par exemple une image de la France auprès des Chinois comme un pays romantique et la nation du luxe. Le fond de l’ouvrage est en effet d’examiner les regards respectifs des deux sociétés l'une sur l’autre. Mais si l’on fait appel à des sondages d’opinion, la liste des participants à ce forum, où est intervenu Valéry Giscard d’Estaing, indique que les débats ont été entre représentants du monde de la diplomatie et des affaires dans les deux pays. Le seul universitaire présent était un professeur chinois de communication.

3Çà et là, des pistes de réflexion intéressantes sont soulevées : ainsi, la France doit-elle dans sa promotion économique jouer la carte du luxe (gastronomie, parfums…) correspondant à l’image « romantique » qu’en ont les Chinois, ou bien au contraire insister sur ses réalisations technologiques (Airbus, TGV…) ? La question du manque de respect des brevets est abordée, avec l'idée que la Chine a du mal à s'intégrer dans un mode de pensée occidental.

4Cependant, on sort de la lecture de cet ouvrage assez déçu, car il donne l’impression d’une collection de clichés consensuels, sans esprit critique réel, du fait du manque de diversité des participants. L’argumentation ne s’appuie sur aucune bibliographie, aucune statistique, si ce n'est les sondages, et des points cruciaux comme la corruption, les droits de l’homme ou les atteintes à l’environnement en Chine ne sont quasiment pas mentionnés. La question des minorités musulmanes dans les deux pays est complètement occultée. Quant à l’image des Français comme sympathiques et accueillants, elle est malheureusement en contradiction avec beaucoup d’enquêtes auprès de visiteurs étrangers. La Documentation Française serait-elle dans le cas présent une annexe commune du Secrétariat d'État au Tourisme et des services de propagande de la République Populaire de Chine ?

5Cet ouvrage n’apportera rien aux géographes ni aux étudiants. On peut faire nettement mieux sur le sujet des relations France-Chine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Fondation Victor Segalen, Images croisées France-Chine », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2983

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page