Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Safâa Monqid, Femmes dans la ville. Rabat : de la tradition à la modernité urbaine

2014, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 226 pages
Antonin Margier
Référence(s) :

Safâa Monqid, Femmes dans la ville. Rabat : de la tradition à la modernité urbaine, 2014, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 226 pages

Texte intégral

1Il est aujourd’hui acquis que dans l’espace urbain s’inscrivent de manière prégnante des normes de sexes, régissant et organisant la société. Par les comportements que dictent et imposent les lieux, des inégalités de genre apparaissent et se reproduisent, tant à travers les pratiques quotidiennes qu’à travers l’aménagement. Bien que les études sur la dimension genrée de la ville soient aujourd’hui relativement courantes (Jacqueline Coutras, Sylvette Denèfle entre autres), le cas de la ville maghrébine est rarement étudié. Participant à combler ce manque, Safâa Monqid, maîtresse de conférence à l’université Paris 3, s’intéresse à Rabat, capitale moderne et vitrine du changement en cours de la société marocaine. En faisant le choix d’analyser l’espace urbain tel qu’il est vécu et pratiqué par les femmes, l’auteure vise à comprendre l’évolution de la place des femmes dans la société. Une cinquantaine de citadines, de milieux et d’âge différents, ont ainsi été interrogées entre 2000 et 2004.

2Dans un premier temps, l’auteure éclaire rapidement la configuration sociale et urbaine de la société marocaine, avant l’avènement du protectorat, montrant ainsi comment les traditions ont construit des normes spatiales de genre. L’éducation, par exemple, différenciée entre garçons et filles, participait de la reproduction des lieux qui leur sont associés, l’intérieur pour les filles, et l’espace extérieur pour les garçons. L’organisation même de la médina s’appuyait sur cette dissociation entre « un monde extérieur, public, masculin et un monde intérieur, privé, féminin ». Le labyrinthe que constituait la médina, loin d’être illogique et confus possédait au contraire sa propre cohérence et s’inscrivait dans cette volonté de défendre et de protéger les espaces résidentiels, et en particulier les femmes, qui « relèvent de l’ordre du sacré ».

3Durant le protectorat français et sous l’influence des nationalismes marocains, de profonds changements transformèrent la société. D’une part, l’essor de l’éducation pour les filles ainsi que la montée du salariat féminin ont été déterminants dans leur conquête de l’espace urbain. En contribuant à l’éclatement de « la notion de dedans et de dehors », le travail à l’extérieur a remis en cause la division spatiale traditionnelle, et « conduit à une valorisation des femmes qui font désormais partie intégrante du système économique ». D’autre part, l’émergence d’un urbanisme européen renforça l’apparition de nouveaux modes d’habiter, en l’occurrence avec la construction de logements plus ouverts sur la rue et l’extérieur. Intégrant des centres d’affaires, de consommation ou de loisirs, le développement de la ville nouvelle a notamment réduit le prestige de la médina. Bien que beaucoup des femmes interrogées soient critiques à l’égard du protectorat, beaucoup reconnaissent pourtant le rôle qu’il a eu sur l’ouverture du pays ainsi que sur l’évolution de la condition des femmes.

4L’émigration qui a suivi cette période aurait également eu un effet notable sur l’émancipation des femmes. Car malgré la distance et la séparation, les solidarités familiales et les liens avec les familles émigrées restent forts. Et l’envoi régulier d’argent ou de cadeaux répond souvent aux besoins de ceux restés sur place et dont les revenus sont insuffisants. Cependant, les liens qui perdurent entre les deux bords de la méditerranée, n’ont pas que des impacts économiques mais également des effets culturels. Toute une modernisation et une émancipation se jouent effectivement à travers ces liens, l’arrivée de produits particuliers de l’étranger participant à la transmission de valeurs « modernes », et incitant à des nouvelles « manières de faire », notamment par le biais de certains cadeaux (robes, pyjamas, chaussures, maquillages, etc.). Or, l’auteure montre que ces échanges se font souvent sous l’égide des femmes qui connaissent mieux que les hommes « les lois du bon usage et du savoir-vivre », mais qui, également, « entretiennent les liens de sociabilité » et « s’occupent du choix des dons en termes de cadeaux à faire aux femmes membres de leur famille, car elles évaluent les besoins domestiques d’une autre femme ». En suscitant une forme de mimétisme chez les familles restées sur place, les femmes émigrées auraient donc un rôle prépondérant dans l’évolution sociale et culturelle du pays ainsi que dans le « processus de changement des mœurs ».

5Évidemment, dans ce contexte d’émancipation et d’expansion du salariat féminin, l’accès des femmes à l’espace public se développe, les territoires urbains fréquentés s’élargissent, les frontières se déplacent et les normes spatiales se modifient en profondeur. L’auteure rappelle cependant que cette extension du domaine de vie varie considérablement selon le statut social des femmes. En effet, pour les femmes « traditionalistes », l’espace investi se limite bien souvent au quartier, aux lieux de proximité ou à la médina et les sorties du quartier sont relativement rares, ou alors accompagnées du mari ou d’un membre de la famille. Tandis que pour les femmes « en transition » et « modernes », le fait de travailler, l’accès plus facile à la mobilité, leur permet plus facilement d’investir le centre ville moderne ou certains centres commerciaux extérieurs au quartier résidentiel. Mais les contraintes qui pèsent sur l’accès féminin aux espaces publics restent prégnantes. Sous la pression sociale et familiale, la plupart des femmes sont astreintes à des horaires précis de déplacements, leur présence dans l’espace public nocturne n’étant guère tolérée. Même les femmes salariées, si elles sont considérées comme libres et indépendantes, subissent des contraintes, car elles doivent tout de même assurer une part importante des travaux domestiques et se trouvent ainsi dans une « lutte » pour concilier leurs différentes obligations.

6L’important travail d’enquête permet en outre à l’auteure de ne pas se limiter à l’analyse des contraintes et des formes du contrôle familial mais d’explorer les stratégies qui se mettent en place pour s’en abstraire et pour s’approprier l’espace public et certains lieux comme les cafés. À travers des mensonges sur les lieux et les raisons de leurs sorties, certaines parviennent à défier la surveillance dont elles sont l’objet et à contourner les obstacles à leurs usages des espaces publics. Le harcèlement constant auquel font face les femmes dans la rue les incitent également à limiter leur accès dans ces espaces publics, et surtout à y adapter leurs comportements. L’espace public devient ainsi un « espace d’auto-contrôle et de maitrise du corps (tête baissée, démarche pudique et rapide…) et les inhibitions sociales, culturelles et psychologiques en sont les garants ». Dans cette stratégie d’invisibilité, le port du voile peut être utilisé stratégiquement car il permet de circuler librement puisqu’elles sont « en accord avec leur rôle traditionnel. Il est […] un moyen de lutter contre les normes répressives de leur milieu ». Dans cette perspective, les lourdeurs de certaines traditions peuvent paradoxalement être transformées en stratégies. Ainsi, les enfants dans un couple peuvent constituer des « ailes lourdes » pour les femmes, contraintes, de fait, à limiter leurs sorties à des visites aux familles. Mais pour certaines, la compagnie d’un enfant constitue un « passeport » pour se balader dans les espaces publics sans être harcelé ni ennuyé, au point que certaines des femmes interrogées sortent régulièrement avec leur petit frère ou avec l’enfant des voisines. Face aux normes imposées et aux restrictions à leur liberté de mouvement dans la ville, tout un panel de tactiques est ainsi déployé par les femmes.

7Cet ouvrage, agréable à lire et richement illustré, s’avère ainsi d’un intérêt particulier, non seulement pour les spécialistes des gender studies, mais également pour toute personne intéressée par les enjeux sociaux que pose le phénomène urbain. Toutefois, bien que le choix soit assumé dès le départ de n’interroger que des femmes et d’insister sur leur vécu, il aurait pu être pertinent de s’intéresser aux politiques urbaines et à l’urbanisme, car la reproduction des normes sociales passe aussi par l’aménagement. Éclairer les discours des aménageurs urbains aurait permis d’orienter le regard vers l’un des pôles à travers lequel se joue également cette domination quotidienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonin Margier, « Safâa Monqid, Femmes dans la ville. Rabat : de la tradition à la modernité urbaine », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2971

Haut de page

Auteur

Antonin Margier

Université Lille 1 Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page