Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Marie-Jo Menozzi, Les jardins dans la ville entre nature et culture

2014, Presses Universitaires de Rennes : Espace et territoires, 362 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Marie-Jo Menozzi, Les jardins dans la ville entre nature et culture, 2014, Presses Universitaires de Rennes : Espace et territoires, 362 pages

Texte intégral

1La nature et la ville apparaissent comme antinomiques. Néanmoins, la ville a de tout de temps inclus des jardins, en son sein ou en périphérie. Jardins potagers et jardins d’agrément, ils permettent de s’évader de la ville triste et grise. « C’est un jardin extraordinaire, on peut y voir des canards qui parlent anglais » chantait Charles Trenet.

2Dans cet ouvrage regroupant vingt articles rédigés par une trentaine de contributeurs et organisé en trois grandes parties (« Jardins et paysages », « Les jardins espaces de vie », « Les jardins espaces de biodiversité »), les auteurs nous convient à un cheminement dans les jardins urbains. Nous déambulons ainsi à travers les jardins créoles de Fort-de-France, les oliviers du pays d’Aubagne en périphérie marseillaise, dans les nouveaux jardins publics de Bordeaux, les community gardens de New York. Nous suivons l’utilisation des parcs par les seniors à Paris-Bercy et Orléans-La Source, la création de potagers collectifs et les difficultés d’une gestion coopérative. Des jardins en terre Lakota des Grandes Plaines des États-Unis nous passons au marché du terreau issu des décharges publiques de Dakar et Antananarivo, puis à la philosophie du jardin développée par Épicure. La quête de biodiversité urbaine est objet de conflits entre les partisans d’une nature plus folle, plus sauvage, moins contrôlée, et les édiles municipaux souhaitant des jardins propres et nets, tandis que le mini-jardin des particuliers, sur un simple bac à fleurs, conduirait à une « géraniumisation » appauvrissante. C’est le cas des pieds d’arbres jardinés, instrument de lutte contre les déjections canines et les soulagements de fêtards buveurs de bière, alors que des collectifs d’artistes tentent un « réenchantement » des jardins à Marseille. Le fouillis végétal de la Ravine des Cabris à la Réunion montre les tensions existant entre volonté de faire vivre une nature luxuriante et la nécessité de contrôler les flaques d’eau propices à la reproduction des moustiques tigres porteurs du virus du chikungunya. L’ouvrage se termine par un article, qui nous a vraiment semblé hors-sujet par rapport au thème central du livre, portant sur la diversité variétale du manioc en Guyane Française.

3De ce live sur une thématique attrayante, nous retenons une impression décevante de juxtaposition de vignettes accolées les unes aux autres, mais qui sont davantage des descriptions d’expériences innovantes qu’une synthèse et une réflexion de fond sur le rôle des jardins et sur la nature en ville qui reste à faire. Malgré quelques excursions en Afrique et aux États-Unis, on reste très hexagonal. Pas de développement sur l’esthétique des jardins en Asie (Chine, Japon), pas de comparaison poussée entre jardin à l’anglaise et jardin à la française, et on voit peu les liens qui pourraient exister entre les parcs-jardins publics destinés aux loisirs des citadins et à leur ressourcement (on pouvait développer sur les grands parcs urbains d’Olmsted aux États-Unis, de New York à San Francisco via Louisville ou Minneapolis) et d’autre part les jardins potagers d’auto-production alimentaire (d’ailleurs, rien n’est dit des lopins de banlieue des urbains soviétiques). Le thème était intéressant, mais l’ouvrage est bien incomplet et trop pointilliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Marie-Jo Menozzi, Les jardins dans la ville entre nature et culture », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2961

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page