Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Arnaud Gasnier, Nathalie Lemarchand, Le commerce dans tous ses états

2014, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 360 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Arnaud Gasnier, Nathalie Lemarchand, Le commerce dans tous ses états, 2014, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 360 pages

Texte intégral

1La commission de géographie du commerce du Comité National Français de Géographie manifeste depuis de nombreuses années un dynamisme persistant qui se marque par la tenue de nombreux colloques, jusqu’au dernier en date à Brest (mai 2014) et qui ont donné lieu à la publication d’actes : Lille 2003 (« Temps des Courses, Courses du Temps »), Toulouse 2005 (« Commerce et développement durable »), Dijon 2007 (« Commerce et mobilités »), Le Mans 2009 (« Commerce et ville ou commerce sans la ville ? »), Arras 2011 (« Commerce et discontinuités »), Amiens 2012 (« Enjeux touristiques et lieux commerçants, enjeux commerciaux et lieux touristiques »). Cette même commission a publié en 2008, également aux PUR., un « Dictionnaire du Commerce et de l’Aménagement ».

2Son nouvel ouvrage collectif (trente-huit auteurs), « Le commerce dans tous ses états », complémentaire du dictionnaire, cherche à faire le point sur les thématiques majeures en géographie du commerce, avec comme sous-titre « Espaces marchands et enjeux de société ». Il est composé de vingt huit contributions regroupées en trois grands ensembles : 1 – Commerce et espaces 2 – Commerce et acteurs 3 – Commerce et société.

3L’ouvrage, lancé par une évocation de la « difficile émergence de la géographie du commerce » (N. Lemarchand, B. Mérenne-Schoumaker & J. Soumagne), ne cherche pas à être un manuel universitaire de géographie du commerce comme le fut l’ouvrage pionnier de J. Beaujeu-Garnier et A. Delobez (1977) ou le traité signé B. Mérenne-Schoumaker (2008), mais plutôt comme une série d’éclairages, d’approches sur les thématiques mêlant géographie et activité commerciales. Quasiment tous les chapitres sont intitulés « commerce et… », avec un sous-titre qui soit affine la thématique, soit présent une étude de cas.

4Sont ainsi évoqués en première partie les thèmes suivants « commerce et espaces publics », « commerce et temps », « commerce et architecture, les modèles occidentaux », « commerce et renouvellement urbain », « commerce et patrimoine, l’exemple du quartier du Marais », « commerce et ville intérieure » (sur les galeries marchandes québécoises en particulier), « commerce et frontières », « commerce et ruralité », « commerce de transit », « commerce et étalement urbain », « commerce et centralités : un symbole de l’urbanité en Amérique latine », « commerce et TIC » ; « commerce et modélisation d’implantation ». Par touches successives, se dessine donc un paysage de la géographie du commerce dans sa dimension spatiale.

5La seconde partie, consacrée aux acteurs, évoque successivement « commerce et commerçants », « commerce et opérateurs immobiliers », « commerce et mondialisation », « commerce et alter consommateurs », « commerce et sociétés de consommation », « commerce et mobilité : le cas du Havre », « commerce moderne et commerce traditionnel » à partir des exemples tunisien et stambouliote. Peut-être y manque-t-il les acteurs institutionnels de la sphère politique (législateur et élus locaux) ?

6La troisième et dernière partie nous emmène vers « commerce et culture », « commerce et économie », « commerce et gentrification » (avec des regards croisés Berlin-Bruxelles-Paris), « commerce et migrations » (commerce à la valise), « commerce et âges », « commerce et religion », « commerce et genre », « commerce et sans domicile fixe ». Bref une dimension multidisciplinaire analysée en conclusion par A. Gasnier.

7L’ouvrage est riche et sans scories éditoriales (félicitations aux coordinateurs et aux PUR.), et aucun chapitre n’apparaît comme faible dans un ensemble de grande qualité. Ce livre reflète bien les préoccupations des géographes spécialistes de géographie du commerce telles qu’elles s’expriment dans les communications en colloques. La plupart des contributions sont de bonnes synthèses même s’il manque quelques exemples plus spécifiques. On regrettera cependant, malgré quelques ouvertures vers l’Amérique latine et le monde méditerranéen, le caractère peut-être trop franco-français de l’ouvrage. La plupart des auteurs réfléchissent sur des situations françaises. L’Europe est relativement absente, en particulier l’Europe du Nord et les pays d’Europe centrale et orientale, sans parler de la Russie. Ce sont là pourtant des pays en rapides mutations, y compris dans leur appareil commercial. Quant à l’Asie, de l’Inde au Japon, elle manque cruellement alors qu’elle abrite la moitié de la population mondiale et qu’en Chine, en Corée, aux Philippines, le commerce prend des formes parfois peu étudiées dans la géographie occidentale. Les mégamalls chinois ou émiriens, formes exacerbées des malls nord-américains méritaient bien aussi un regard plus approfondi.

8Néanmoins, c’est un excellent ouvrage indispensable à tout chercheur en géographie du commerce, et qui sera aussi utile aux étudiants de licence en cours de familiarisation avec la géographie des services.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Arnaud Gasnier, Nathalie Lemarchand, Le commerce dans tous ses états », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2958

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page