Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Laurent Touchart, Les territoires de l’eau en Russie

2014, Paris : L’Harmattan, 333 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Laurent Touchart, Les territoires de l’eau en Russie, 2014, Paris : L’Harmattan, 333 pages

Texte intégral

1Limnologiste de talent et de réputation internationale, notre collègue de l’université d’Orléans, qui avait réalisé sa thèse sur le lac Baïkal, poursuit dans cet ouvrage son exploration approfondie des relations homme-environnement en Russie. Déjà auteur, chez l’Harmattan, de « Les milieux naturels de la Russie, une biogéographie de l’immensité » (2010) et « La Russie et le changement climatique, une nouvelle géographie du froid » (2011), il s’attaque après la forêt et le froid à un troisième volet de la nature russe, l’eau, en tant que géographe physicien mais aussi comme russophile et russophone.

2L’ouvrage est construit en quatre grands chapitres : 1 – La Russie manque-t-elle d’eau ? 2 – Un pays inondé à chaque printemps 3 – Les lacs et les zones humides de Russie 4 – Les eaux intérieures et le développement durable en Russie.

3Dans le premier chapitre, fort érudit et imprégné de réflexions méthodologiques et épistémologiques sur la géographie de l’eau, mettant par exemple en regard les travaux des géographes et hydrologues russes depuis un siècle et ceux des chercheurs américains et français comme Maurice Pardé, Laurent Touchart nous montre le paradoxe de la Russie, pays qui dispose d’abondantes ressources en eau mais souffre de déficits hydriques. Les bassins hydrographiques sont gigantesques et les débits des grands fleuves impressionnants, mais leurs débits spécifiques bien faibles. La lame d’eau écoulée et l’écoulement souterrain sont en effet inférieurs de 30 % à la moyenne mondiale, largement du fait des faibles précipitations et du froid, menant à des étiages très prononcés en hiver, mais aussi en été. La ressource est abondante en Sibérie, mais peu utilisée, alors que l’essentiel de la consommation est dans la partie européenne du pays.

4Par contre, au printemps, les fleuves russes connaissent des crues/hautes eaux (discussion sur la pertinence des concepts dans le cas russe) et des débordements sur de vastes superficies de plaines, tant à l’ouest qu’à l’est de l’Oural. L’auteur réexamine la typologie des régimes fluviaux russes, et se penche sur le caractère singulier des embâcles et débâcles des grands fleuves coulant vers le Nord (Ob, Ienissei, Lena), qui posent de sérieux problèmes pour le franchissement des cours d’eau et la stabilité des ponts les enjambant.

5La Russie, « pays aux deux millions de lacs », est un paradis scientifique pour le limnologue. L’auteur examine en détail les variations saisonnières des lacs, les formes d’englacement, les brassages d’eau même sous la chape de glace hivernale, et se penche également sur les espaces marécageux, particulièrement abondants (3 fois la France).

6Enfin, dans le dernier chapitre, le plus long, l’auteur enfile, bien que se disant peu spécialiste, les habits du géographe « humain », en étudiant diverses facettes de l’utilisation des eaux russes, du transport (pages intéressantes sur les engins développés en URSS pour circuler sur l’eau) et du tourisme fluvial à l’hydroélectricité (beaucoup moins de barrages qu’au Canada mais souvent de taille énorme, malgré les efforts de M. Gorbatchev pour le développement de la petite hydraulique. L’auteur, reprenant en partie les travaux de Pascal Marchand sur la Volga, examine les impacts des barrages sur les milieux aquatiques. Il évoque ensuite les ressources halieutiques et la consommation – et la gastronomie ! – du poisson en Russie avant de se pencher suer la qualité des eaux et les politiques de traitement de l’eau.

7C’est donc un ouvrage fort complet, qui va bien au-delà de la seule géographie physique. On sent au fil des pages l’amour de l’auteur de la Russie, sa connaissance fine de la culture slave, puisqu’un fil conducteur est l’appel à diverses citations littéraires (Gogol, Pouchkine…) pour introduire ou illustrer le propos, parfois avec une subtile touche d’humour. Les illustrations photographiques sont nombreuses, en noir et blanc pour la plupart, bien que certaines soient reprises en couleur dans un cahier central, mais quelques-unes sont soit trop petites soit peu évocatrices, en particulier en noir et blanc. On est cependant impressionné par la diversité des lieux que l’auteur a visités dans cet immense pays.

8Comme le montrent les 24 pages de bibliographie, l’auteur a énormément puisé dans la littérature scientifique russe/soviétique et parsème son propos d’expressions russes qui cherchent à affiner les concepts parfois austères de l’hydrologie et de la limnologie. On aurait aimé cependant un glossaire final reprenant les termes les plus importants. Un autre manque est celui d’une carte générale de localisation. Certes un index des cours d’eau et lacs est présent à la fin du livre, mais si le lecteur moyennement familier de la Russie replace aisément le Dniepr et l’Angara, on reste un peu perdu à propos des « lacs noriliens du plateau de Pourana comme le Lama et le Gloubokoie » (p. 149). Les cartes de l’auteur se retrouvent essentiellement dans le 4ème chapitre sur l’utilisation humaine des eaux.

9Cet ouvrage, d’abord peut-être un peu ardu pour des étudiants de licence, est appelé à devenir un titre de référence à la fois pour les spécialistes de la géographie de l’eau et pour ceux du monde russe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Laurent Touchart, Les territoires de l’eau en Russie », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2957

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page