Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Marc-Hubert Depret, Abdelillah Hamdouch, Catherine Tanguy, Mondialisation et résilience des territoires - Trajectoires, dynamiques d'acteurs et expériences

2012, Presses de l'Université du Québec : Collection Géographie contemporaine, 320 pages
Helga-Jane Scarwell
Référence(s) :

Marc-Hubert Depret, Abdelillah Hamdouch et Catherine Tanguy, Mondialisation et résilience des territoires - Trajectoires, dynamiques d'acteurs et expériences, 2012, Presses de l'Université du Québec : Collection Géographie contemporaine, 320 pages

Texte intégral

1En 318 pages, les auteurs entreprennent de nous montrer comment les États, les régions et les villes cherchent à s'adapter (avec plus ou moins de succès) aux effets de la mondialisation. Quatre parties forment cet ouvrage qui s’est construit selon l’avant-propos, « progressivement à partir de contributions à diverses manifestations scientifiques (colloques, journées d’étude, écoles d’été, séminaires réguliers) ».

2La première partie comprend trois chapitres (de 1 à 3) qui installent le décor en s’appuyant sur des cas concrets, notamment le Nord-Pas de Calais, Nantes et Dunkerque, ce qui illustre bien les principales dimensions de la résilience (notamment à Nantes et dans les territoires industriels en reconversion autour de Dunkerque).

  • 1 Cf. « Comptes Rendus », Géographie, économie, société 3/2013 (Vol. 15), p. 313-322.  URL : www.cair (...)

3Puis, la deuxième partie (chapitre 4 à 7) s’interroge sur le processus de l’innovation et tend à montrer le rôle primordial des ressources territoriales dans le processus de création, voire la clé de la résilience. Plusieurs cas d’écoles appliqués à Grenoble (le cluster industriel et scientifique grenoblois, chapitre 4), aux microtechniques en Franche-Comté (chapitre 5), aux pratiques du Web et les SPL (chapitre 6) et à la filière AOC Crémant de Bourgogne (chapitre 7) s’emploient à nous convaincre que cette résilience territoriale pourrait, selon l’expression de Bernard Pecqueur « devenir l’expression d’une innovation « post-schumpéterienne » qui reposerait sur des mécanismes endogènes à la société territoriale »1.

4La troisième partie aborde en trois chapitres la nouvelle échelle d’activité et de stratégie d’attractivité territoriale qui pousse les territoires à rechercher ce qui les renouvellera en profondeur à travers l’exemple des politiques de croissance verte et du Grenelle de l’environnement en France (chapitre 8), mais également à travers la mondialisation des chaînes logistiques multiacteurs (chapitre 9) et enfin à travers la thématique originale de la résilience territoriale et de la diaspora.

5Une dernière partie intitulée « Développement durable, innovation sociale et resilience » comprend trois chapitres qui s’attachent à refaire le lien avec certaines “politiques territoriales de résilience”. Le chapitre 11 aborde la question de la vulnérabilité des territoires au changement climatique, le chapitre 12 interroge le développement durable en tant que facteur potentiel de résilience des territoires, enfin le chapitre 13 porte sur l’innovation sociale comme processus d’endogénéisation de l‘attractivité du territoire.

6Au final, il s’agit donc d’une réflexion collective sur la capacité des territoires à vaincre la fatalité du non-développement et à se relever des situations les plus compromises.

  • 2 : Résiliences urbaines, les villes face aux catastrophes Sous la coordination de Géraldine Djament- (...)

7On ne reviendra pas sur la question de la résilience formulée notamment par Boris Cyrulnik, mais on fera le constat que la thématique est en vogue, comme en témoigne l’ouvrage2 issu du séminaire de recherche pluridisciplinaire mensuel « résilience urbaine » organisé par le département de géographie de l’École Normale Supérieure (ENS) de 2009 à 2012.

8Par ailleurs, la notion de résilience territoriale est une notion récente (p.3) dont le concept reste à expliciter en dépit d’une bibliographie foisonnante qui nous est donnée à lire et à voir dès l’introduction et en dépit de la grille de lecture suggérée faisant ressortir deux grandes formes de résilience territoriale, qualifiées respectivement de « statique » et « dynamique » (p.4). Le caractère multiforme du déploiement de la résilience au sein des territoires nous montre la capacité différenciée des territoires à s'engager plus ou moins rapidement face à de nouveaux contextes dans des trajectoires d'adaptation plus ou moins efficaces. Faut-il y voir une lecture moralisante dans la gestion des territoires et, en ce sens, certains résisteraient-ils mieux que d’autres, auquel cas quelle serait leur part de responsabilité? Mondialisation et résilience ? Faut-il les penser ensemble plutôt qu’en opposition? Faut-il les penser comme complémentaires ?

9Á toutes ces questions, les contributions regroupées dans les chapitres deux à douze sont autant d’études de cas permettant d’éclairer tel ou tel point évoqué plus haut et qui tentent de nous apporter des réponses, ce qui montre le caractère plastique et polysémique du terme et la nécessité de préciser le sens que l’on veut donner au terme de « résilience », afin d’en lever l’équivoque et d’éviter sa potentielle instrumentalisation dans les discours politiques.

10Le chapitre 1 rédigé par Christine Liefooghe s’interroge à raison sur la pertinence de la translation de ce concept au territoire qui n’est pas un acteur doté d’une rationalité. En outre, l’utilisation de ce concept de résilience est éminemment politique (politiser la résilience) et sa mobilisation n’est pas neutre. En témoignent les injonctions internationales à la résilience, notamment dans certains programmes comme celui portant sur les villes durable et/ou les quartiers résilients. Á travers ces mots d’ordre, véritables injonctions à agir, la résilience ne serait-elle pas la réponse attendue aux exigences de la mondialisation et, dans cette perspective, les territoires pourraient-ils s’en affranchir ?

11La quatrième partie de l’ouvrage aborde les questions écologiques qui sont glorifiées à l’occasion des sommets sur la terre. Or, ces questions sont elles-mêmes pétries de contradictions, car elles accompagnent la justification de la mondialisation néo-libérale et ne peuvent être compatibles avec le développement durable comme le montre l’ouvrage de Gilles Ardinat : comprendre la mondialisation en 10 leçons. Dans ces conditions, la résilience aurait-elle pour finalité de résoudre ces contradictions ? La solution ne consisterait-elle pas plutôt à réglementer la mondialisation ?

12En conclusion, l’ouvrage d’Abdelillah Hamdouch, Marc-Hubert Depret et Corinne Tanguy pose déjà des jalons très utiles, tant sur les plans théorique qu’empirique. Toutefois, et en dépit de l’appartenance disciplinaire variée des auteurs, le cadre de la mondialisation, est perçu trop souvent à travers une approche économique.

Haut de page

Notes

1 Cf. « Comptes Rendus », Géographie, économie, société 3/2013 (Vol. 15), p. 313-322.  URL : www.cairn.info/revue-geographie-economie-societe-2013-3-page-313.htm.

2 : Résiliences urbaines, les villes face aux catastrophes Sous la coordination de Géraldine Djament-Tran et Magali Reghezza-Zitt,  éditions du manuscrit. 360p, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Marc-Hubert Depret, Abdelillah Hamdouch, Catherine Tanguy, Mondialisation et résilience des territoires - Trajectoires, dynamiques d'acteurs et expériences », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2929 ; DOI : 10.4000/tem.2929

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Université de Lille Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page