Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Clément Orillard, Antoine Picon, De la ville nouvelle à la ville durable. Marne-la-Vallée

2012, Marseille : Parenthèses, 297 pages
Maryvonne Prévot
Référence(s) :

Clément Orillard, Antoine Picon (dir), De la ville nouvelle à la ville durable. Marne-la-Vallée, 2012, Marseille : Parenthèses, 297 pages

Texte intégral

  • 1 Il fut auparavant chargé par le gouvernement d’une mission pour l’établissement du plan campus du p (...)

1Á l’occasion des quarante ans de la fondation de la ville nouvelle et de son établissement public d’aménagement, ce ne sont pas moins de dix-huit auteurs – historiens, géographes, urbanistes, architectes, ingénieurs (Polytechniciens), dont certains furent en responsabilité (Bernard Ousset, Vincent Pourquery de Boisserin1) à la tête de l’EPA-Marne/EPA France, qui ont retracé sous forme de thèmes et de chroniques les origines de cette création dans son ensemble puis chacun des 4 secteurs spécifiques (Noisy-le-Grand, Val Maubuée, Val de Bussy, Val d’Europe) qui la composent et ce jusqu’aux réalisations les plus récentes. Organisé en trois parties (Entre tradition nationale et moment spécifique ; La construction d’une agglomération métropolitaine ; L’expérience d’une opération exceptionnelle), abondamment et qualitativement illustré, accompagné d’une chronologie récapitulative et d’un « trombinoscope » des principaux responsables et élus, l’ouvrage est formellement très réussi en dépit de coquilles, ce qui en fait un outil pédagogiquement fort utile. Á l’évidence, tous les auteurs ont su ici remobiliser pour partie et tirer profit, dix ans plus tard, des nombreux acquis du Programme interministériel d’histoire et d’évaluation des villes nouvelles (présidé par Jean-Eudes Roullier) auxquels certains d’entre eux avaient déjà participé, à commencer par Loïc Vadelorge qui signe le second chapitre replaçant la création de Marne-La-Vallée au sein de la politique des villes nouvelles dans son ensemble. On retrouve dans cet ouvrage, détaillé sur le temps long, l’impact de l’alliance de hauts fonctionnaires et de personnalités politiques qui constituent la fraction moderniste de l’administration et l’aile marchante des grandes entreprises publiques et privées (Disney) qui puise généralement dans le vivier des grands corps de l’Ẻtat (ENA, X-Ponts); les trajectoires et les multi-appartenances ou le cumul de positions aux sein de plusieurs espaces sociaux qui sont une condition déterminante dans la mise en œuvre de politiques interministérielles. « Un mélange d’ambition extrême et de capacité à passer des compromis qui caractérise le mieux l’aménagement à la française » résume Antoine Picon (p. 31). Plusieurs contributions retracent, très utilement là encore, l’histoire architecturale et les débats doctrinaux de ces dernières décennies, à savoir l’attrait des modèles scandinave et britannique, celui des malls ou mégastructures américains, à l’image du cœur de ville de Noisy-le-Grand qui agglomère un centre civique doté de nombreux équipements de loisir avec un centre commercial et son infrastructure de bretelles et de parkings, ou bien, plus récemment, le succès post-moderne du New Urbanism et de la Small Town à Val d’Europe ou à Bussy-Saint-Georges, sans compter celui du cadre de vie et de l’écologie urbaine.

  • 2 Taricat, Jean (2013), Suburbia. Une idéologie libérale, Paris, Ẻditions de la Villette, coll. Ẻtude (...)

2L’ouvrage permet donc un retour instructif et exemplifié sur cet épisode fort de la périurbanisation française, de la suburbia récemment analysée par Jean Taricat2 mais aussi sur l’histoire de la politique du logement. Nathalie Brevet pointe l’émergence de deux bassins d’habitats distincts. Les secteurs 1 et 2 développés principalement dans les années 1970 et 1980 sont marqués par une part importante de logements aidés ou très aidés et par les collectifs. Puis un rééquilibrage s’opère, favorisé par la politique nationale majeure visant à promouvoir le prêt d’accession à la propriété, l’accession libre et l’habitat individuel qui caractérisent les secteurs 3 et 4. Á priori une complémentarité relie ces offres résidentielles de la partie est et ouest de Marne-La-Vallée, chacune des offres de logement pouvant correspondre à une étape particulière du cycle de vie. Mais l’auteur souligne, enquêtes à l’appui, les difficultés sans cesse accrues d’accession à la propriété en ville nouvelle pour les jeunes ménages en début de parcours résidentiel mais aussi l’existence d’autres freins à l’ancrage résidentiel liés cette fois à la question des déplacements et des transports considérée par beaucoup comme le prix à payer pour le cadre de vie souhaité. Cette analyse des mobilités résidentielles internes à la ville nouvelle mais aussi des flux domicile-travail peut se combiner avec celle de Daniel Béhar et Nicolas Rio qui détaillent la place successive des divers secteurs de Marne-la-Vallée dans la sédimentation de trois temps de l’évolution économique de l’Ile-de-France. Ils soulignent la différenciation s’opérant entre trois zone d’emplois au sein même d’une ville nouvelle travaillée par des dynamiques/attractions différentes : un secteur 1 de plus en plus intégré au fonctionnement métropolitain dense (est de la petite couronne), des secteurs 2 et 3 structurés par les activités de logistique et la fonction résidentielle et un secteur 4, en pleine évolution autour du centre urbain de Val d’Europe et de son hub TGV qui polarise emplois et services pour le reste du Val-de-Marne.

3Soulignons pour terminer l’implication de plusieurs auteurs dans un projet encore en train de se faire et qui doit assurer leur rang au sein de la « géopolitique » scientifique (rééquilibrage à l’est là encore) pourrait-on dire du Grand Paris à l’ère de l’économie de la connaissance (territorialisée), à savoir la Cité Descartes. Nicolas Bouleau et Hélène Dang-Vu reviennent sur sa lente genèse fruit de montages bricolés et d’opérations récupérées, la création de l’Université de Marne-la-Vallée (UMLV), le rapprochement institutionnel avec l’Ẻcole nationale des Ponts et Chaussées (ENPC) et ParisTech au sein du PRES puis, dès 2007, avec l’Ẻcole nationale supérieure d’architecture de la ville et des territoires (EAVT) et de Paris 12-Créteil. Avec l’accueil du pôle scientifique et technique du ministère du Développement durable, des Transports et du logement, la fusion de l’Institut français d’urbanisme (IFU) et de l’Institut d’urbanisme de Paris (IUP Créteil) accueillie dans l’immeuble Bienvenüe et la création du cluster Ville Durable qui réunit PME, établissements de recherche privés et publics, bureaux et laboratoires, la Cité Descartes ambitionne d’occuper une place de premier plan dans la géographie de la recherche appliquée et des formations supérieures en aménagement et urbanisme. L’écriture chorale de cet ouvrage riche et nuancé est aussi une manière de le démontrer.

Haut de page

Notes

1 Il fut auparavant chargé par le gouvernement d’une mission pour l’établissement du plan campus du plateau de Saclay en novembre 2008. Il a quitté ses fonctions à la tête de l’EPA-MARNE/EPA-France en avril 2014.

2 Taricat, Jean (2013), Suburbia. Une idéologie libérale, Paris, Ẻditions de la Villette, coll. Ẻtudes & perspectives de l’EAVT.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryvonne Prévot, « Clément Orillard, Antoine Picon, De la ville nouvelle à la ville durable. Marne-la-Vallée  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2924

Haut de page

Auteur

Maryvonne Prévot

Université de Lille, Sciences et technologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page