Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Bernard Lalanne, Richard Maire, Anne-Marie Meyer, Marie-Claire Prat, Les risques et les catastrophes d’origine humaine

2013, Éditions Confluences : collection « Les petits vocabulaires de la Géographie », 110 pages
Hervé Flanquart
Référence(s) :

Bernard Lalanne, Richard Maire, Anne-Marie Meyer, Marie-Claire Prat, Les risques et les catastrophes d’origine humaine, 2013, Éditions Confluences : collection « Les petits vocabulaires de la Géographie », 110 pages

Texte intégral

1Ce petit livre de 110 pages a l’ambition, principalement en adoptant le mode du lexique, de faire l’inventaire des risques et catastrophes d’origine anthropique. Le regard adopté est essentiellement celui du géographe.

2La première partie, qui court sur les trois quarts de l’ouvrage, s’intéresse au vocabulaire du risque d’origine humaine. Les entrées sont diversifiées, puisqu’elles renvoient aussi bien aux sources chimiques nocives (monoxyde de carbone, tabac, COV [Composés, Organiques Volatiles], etc.), aux maladies et processus biologiques (bioaccumulation, infections nosocomiales, saturnisme, etc.), aux comportement sociaux destructeurs (crime contre l’humanité, la déportation, génocide, etc.), qu’aux moyens de gestion de ces risques (échelle de gravité, PCS [Plan Communal de Sauvegarde], principe pollueur/payeur, protocole de Kyoto, etc.). Cela permet de faire un tour rapide mais assez complet de tout ce que l’homme peut craindre et dont il est en même temps le premier responsable.

3La seconde partie se donne pour mission de constituer l’inventaire des catastrophes d’origine humaine qui, du grand incendie de Londres en 1666 à l’accident nucléaire de Fukushima en 2011, ont ponctué notre histoire. Cela permet de constater que les guerres, déportations et révolutions ont été, et de loin, bien plus meurtrières que les catastrophes industrielles ; et ce quelle que soit  la période considérée. Ainsi, si l’explosion de la poudrerie de Grenelle, à Paris (1794) et la catastrophe minière de Courrières (1906) ont chacune fait autour d’un millier de morts, la première guerre mondiale a tué 9 millions d’individus, la seconde près de 50 (dont plus de cinq millions pour le génocide des Juifs), la guerre du Vietnam entre 4 et 5 millions et le régime khmèr rouge autour de 2 millions (sur une population totale de 7,9 millions d’habitants). Seules les grandes famines, dont les auteurs du livre montrent bien les causes plus politiques que climatiques, rivalisent avec les guerres et les déportations massives en matière de victimes : un million de morts en Irlande entre 1845 et 185, 22 millions en Chine de 1958 à 1961, lors du Grand Bond en avant décrété par Mao Zedong.

4La courte introduction du livre tente, quant à elle, de mettre en perspective historique les relations que les Hommes ont entretenues avec leur environnement. Les auteurs expliquent, avec bien des raisons, que l’on peut repérer dans l’histoire de l’Humanité des moments clés où son emprise sur ce qui l’entourait s’est accrue et son expansion démographique s’est accélérée. Néanmoins, on peut regretter que rien ne soit dit sur le fait que les risques engendrés par ce mouvement constituent, pour un nombre non négligeable d’entre eux, la face sombre d’avantages que les sociétés humaines ont recherchés et accumulés. Ainsi, les accidents de la route comme la présence d’espèces invasives sont la rançon de la liberté de se déplacer plus loin et plus rapidement, les accidents industriels celle de la satisfaction large de besoins auxquels bien peu d’entre nous voudraient renoncer, les infections nosocomiales celle du développement des soins hospitaliers, etc. Tels que présentés dans l’introduction, ces risques et catastrophes apparaissent presque comme le fruit de conduites irrationnelles.

5Par ailleurs, si la brièveté des notices courtes ne peut être reprochée aux auteurs, puisqu’elle est le principe même de ce type d’ouvrage, peut-être aurait-il néanmoins fallu qu’ils fassent quelques exceptions, notamment pour définir de manière plus complète les notions fondamentales que sont le risque, l’aléa ou la vulnérabilité.

6Concernant cette dernière notion, par exemple, il aurait été intéressant d’expliquer que si on la considère d’un point de vue global (et non au sens d’enjeu ou de dommages potentiels comme le font les auteurs), elle est multidimensionnelle et dépend alors tout à la fois de l’aléa, de la perception qu’a la population du risque et des politiques de prévention et de secours menées. Par rapport à un risque particulier, une société où les experts sont compétents et ouverts, où la population possède une bonne connaissance de ce qui la menace et où les politiques publiques sont à la fois réalistes et concertées réduit sensiblement sa vulnérabilité.

7Au final, malgré les petits défauts que nous venons d’énoncer, ce vocabulaire constitue un bon outil pour s’initier aux questions du risque et catastrophes d’origine humaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Flanquart, « Bernard Lalanne, Richard Maire, Anne-Marie Meyer, Marie-Claire Prat, Les risques et les catastrophes d’origine humaine », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/2919

Haut de page

Auteur

Hervé Flanquart

Université du Littoral-Côte d'Opale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page