Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Bezunesh Tamru, Villes et territoires en Éthiopie

2013, Paris : L'Harmattan, 446 pages
Pauline Bosredon
Référence(s) :

Bezunesh Tamru, Villes et territoires en Éthiopie, 2013, Paris : L'Harmattan, 446 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage foisonnant de Bezunesh Tamru est issu d’un travail fouillé, mené entre 1997 et 2007 pour l’écriture d’un mémoire d’HDR, et s’inscrit dans la thématique urbaine longtemps restée le parent pauvre des études éthiopiennes. L'ouvrage a, de ce fait, le grand mérite de proposer de « faire le point » sur la question urbaine éthiopienne en s'appuyant à la fois sur une synthèse de travaux et des lectures (notamment d'historiens) et sur des recherches originales et un recueil de données portant notamment sur les villes d'Oromia.

2Le constat premier sur lequel se fonde la recherche est celui d’une Éthiopie encore profondément rurale, très densément peuplée voire saturée, mais qui fait aujourd'hui face à une très forte croissance urbaine, malgré le retard et la lenteur de cette urbanisation en regard de la plupart des pays voisins. La question de départ porte alors sur la capacité de l’Éthiopie des villes à accueillir cette croissance démographique : quelle est l’origine du réseau urbain éthiopien ? Comment évolue-t-il ? Les villes sont-elles aujourd’hui des polarités du développement ou des foyers de misère ?

3Suivant ces interrogations, la thèse défendue par l’étude est celle d’un semis de villes, lieux des pouvoirs religieux, politique et commercial, ayant depuis longtemps une fonction politique de contrôle et d’organisation du territoire. L’urbanisation est ainsi présentée dans l’ouvrage comme un projet territorial, « pensé [de longue date] par un ou plusieurs pouvoirs sur leur espace de domination, dans l’objectif de contrôle social et économique, voire de diffusion culturelle » (p.19).

4On peut regretter le fort éclatement des chapitres, douze au total regroupés en six parties, non introduites, parfois peu articulées, qui mène l'auteure à revenir plusieurs fois sur différents sujets (le foncier par exemple). On regrette également le choix d'une transcription littérale des caractères guèzes et amhariques, certes scientifiquement rigoureuse mais qui nuit à la facilité de lecture des non locuteurs, aucune traduction phonétique n'étant proposée.

5Il faut souligner par ailleurs que l'ouvrage est abondamment illustré par de nombreuses cartes ((c) UR029, IRD) fort utiles et pertinentes qui constituent un outil de connaissance et de travail exceptionnel pour quiconque s'intéresse aux villes éthiopiennes.

6La première partie traite du projet territorial que constitue l’urbanisation éthiopienne. Une définition de la ville éthiopienne, replacée dans son contexte africain, y est proposée après un passage en revue des multiples définitions du processus d’urbanisation ; une attention particulière portée à la « ville politique », construction territoriale et matérialisation spatialisée du pouvoir.

7Le premier chapitre porte sur l'urbanisation de l’Éthiopie qui passe davantage par la multiplication des villes que par la croissance du nombre de citadins. L'auteure fait le constat de la permanence d’un État fort, malgré l'injonction à la décentralisation et le développement du secteur informel. Les villes sont les pivots de l’encadrement par l’État de la population – essentiellement rurale –, strictement contrôlée et véritable rente. Cet État puissant et omnipotent perdure, malgré les crises et les révolutions, grâce à la relation qualifiée par l’auteure de « néoféodale » qui le relie à sa population.

8L'auteure décrit ensuite une Éthiopie au fort peuplement campagnard et balaie les différents facteurs explicatifs des modes de peuplement éthiopiens. Sont convoqués ici tout à la fois le rôle des paysages naturels (un « concours écologique favorable »), des techniques agricoles, de l'évolution des politiques d'encadrement territorial (les ères politiques successives sont survolées) et de l'évolution des systèmes fonciers. C'est sur ce dernier facteur – du contrôle de la terre par les grandes familles aristocrates de l'ère féodale à la réforme agraire de 1975 qui institue l'État comme unique propriétaire des terres rurales et limite la mobilité des paysans – qu'insiste B. Tamru, s'éloignant des thèses trop déterministes reliant peuplement et altitude.

9La deuxième partie est une étude historique de l’urbanisation de l’Éthiopie depuis le temps du royaume chrétien, destinée à contredire l’hypothèse souvent formulée d’une histoire éthiopienne exclusivement rurale.

10Le chapitre 3, consacré à la « ville politique », propose d'abord quelques considérations sur l'histoire urbaine de l'Afrique subsaharienne. Il s'intéresse ensuite à l'histoire urbaine de l’Éthiopie chrétienne, marquée d'abord par la figure de la capitale itinérante formant la tête d'un réseau urbain que l'auteure appelle « céphalomoteur » : de l'Antiquité au Moyen Âge, le pouvoir contrôle et maille le territoire au moyen d'églises royales et de points de contrôle, symboles du pouvoir et lieux d'accumulation des richesses du roi qui ont constitué les noyaux d'une véritable urbanisation. Des époques moderne et contemporaine est issu un autre type de ville, sédentaire et monumentale, polarisant le territoire et inscrivant le pouvoir en un lieu.

11Le chapitre 4 s'intéresse à l'histoire des villes de l'Éthiopie du Sud et du Sud-Ouest et des villes de l'Éthiopie musulmane, essentiellement caractérisées par leur fonction de comptoirs commerciaux. L'évolution de ces villes et le processus de construction territoriale de l'aire musulmane (qui constitue la partie est de l'Éthiopie contemporaine) sont analysés dans ses interactions avec le royaume chrétien.

12La troisième partie analyse les réseaux urbains contemporains dont elle montre les permanences et les évolutions. Au sujet de l'Éthiopie urbaine contemporaine, le chapitre 5 décrit et analyse la formation d'un réseau urbain fortement dominé par la capitale Addis Abeba dont la fondation constitue un élément fort de cette période, renforçant la hiérarchie urbaine. L'auteure souligne également le rôle déterminant dans le réseau urbain contemporain des kätämä, villes de garnison fondées dans la dernière partie du XIXème siècle par Ménélik II pour accompagner sa conquête territoriale. B. Tamru discute ici la fonction militaire prédominante traditionnellement attribuée aux kätämä, mais selon elle non exclusive. Si les échanges commerciaux y ont en effet été souvent encouragés, la fonction première des villes éthiopiennes demeure cependant bien politique et administrative.

13Dans le chapitre suivant, l'évolution récente des villes est abordée au travers l'analyse des taux de croissance urbaine. Ces taux évoluent de manière singulière en Éthiopie, passant de 6,6 % de taux de croissance annuelle moyen entre 1965 et 1970, à 3,6 % entre 1965 et 1984, 5 % entre 1984 et 1994 et finalement 10 % entre 1994 et 2006 (estimations). L'auteure rappelle que si la forte croissance des années 1960 signale surtout un rejet des campagnes, la réforme agraire mise en œuvre par le Derg en 1975 instaure un système efficace de contrôle et de maintien des paysans sur leurs terres et contribue à freiner fortement l'exode rural. Il ne s'agit donc nullement d'un phénomène de transition urbaine, mais bien d'une décision politique qui pèse sur les migrations. La croissance urbaine reprend depuis les années 1990 et plus fortement encore aujourd'hui, même s'il convient de rappeler que les chiffres de 2006 cités par l'auteure sont des estimations basées sur le recensement de 1994. B. Tamru conclut ce chapitre riche en données concrètes en montrant que la traduction territoriale de ce processus de croissance urbaine est un réseau urbain fortement polarisé par la capitale Addis Abeba, où le réseau routier en étoile a joué un rôle moteur en favorisant la formation de « couloirs d'urbanisation ».

14La quatrième partie propose un examen critique des politiques urbaines actuelles, et s’intéresse notamment à la décentralisation et à la réforme municipale.

15Sont analysées des politiques urbaines intimement liées à la politique de conquête et de contrôle territorial. Dans ce cadre, la loi foncière de 1975 constitue une rupture forte en instituant l'État comme unique propriétaire de la terre, en ville comme dans les zones rurales et renforçant encore le contrôle territorial par l'État. Les politiques menées sont ensuite détaillées, depuis les actions en faveur de l'hygiène publique, jusqu'au développement des infrastructures routières et des télécommunications. Á noter l'empreinte laissée par l'occupant italien, en particulier au travers de l'introduction de l'urbanisme dans son acception occidentale et notamment des premiers schémas directeurs qui ont durablement marqué la morphologie des villes.

16Les années 1990 et 2000, marquées par la fédéralisation de l'Éthiopie, sont celles de l'avènement d'une politique de décentralisation qui commence par ignorer les villes avant de s'incarner dans un mouvement de réformes municipales liées aux injonctions des bailleurs de fonds internationaux. Un véritable projet de décentralisation est alors adopté, que l'auteure juge aujourd'hui efficacement mis en œuvre. Les villes sont d'ailleurs arrivées au cœur de la politique de développement du pays comme le prouve un document cadre de 2006.

17La cinquième partie s'intéresse au cas particulier de l’État régional d’Oromia, identifié dans le titre de la partie à une région métropolitaine du fait de la présence de la capitale fédérale Addis Abeba en son sein. On s'interroge toutefois sur la définition que l'auteure fait d'une « région métropolitaine », peu explicitée, et on regrette ici l'absence d'introduction aux grandes parties qui structurent l'ouvrage. Cette partie se fonde sur les enquêtes réalisées par l'auteure auprès de 42 villes en 2005. Elle aborde d'abord la formation historique de l'État régional de l'Oromia et de ses villes, lieux d'ancrage de la « fabrique identitaire » oromo, selon des axes d'urbanisation rayonnant autour d'Addis Abeba. Les politiques urbaines sont ensuite abordées, notamment sous l'angle de la possible concurrence entre celles de l'État fédéral et celles de l'État régional. Les modes de gestion urbaine sont en effet considérablement complexifiés par la présence de la capitale fédérale au centre de l'Oromia, les Oromos considérant Addis Abeba (Finfinee) comme leur capitale historique.

18La sixième partie est enfin consacrée à la question foncière, levier politique et économique extrêmement puissant dont l’État a la maîtrise, outil de contrôle de la population rurale mais aussi – et de plus en plus – clé de l’accès à la ville. Après un survol de l'évolution des systèmes fonciers en Éthiopie où l'auteure revient plus en détail sur des éléments déjà abordés dans le chapitre 2, un développement très intéressant est fait sur les modalités contemporaines d'accès au foncier urbain et les enjeux de la sécurité foncière pour les plus pauvres.

19L'ouvrage se conclut par quelques considérations sur les nouvelles dynamiques urbaines, et sur le fait que les villes, ou le fait urbain en général, sont désormais considérées par l'État comme un élément fondamental des plans de développement du pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Bosredon, « Bezunesh Tamru, Villes et territoires en Éthiopie », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2915

Haut de page

Auteur

Pauline Bosredon

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page