Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sylvain Lefebvre, Romain Roult, Jean-Pierre Augustin (dir.), Les nouvelles territorialités du sport dans la ville

2013, Québec : Presses de l’Université du Québec (Collection Géographie contemporaine), 236 pages
Vincent Gaubert
Référence(s) :

Sylvain Lefebvre, Romain Roult et Jean-Pierre Augustin (dir.), Les nouvelles territorialités du sport dans la ville, 2013, Québec : Presses de l’Université du Québec (Collection Géographie contemporaine), 236 pages

Texte intégral

1Se pencher sur le fait sportif est aujourd’hui un exercice courant, tant ce dernier est devenu un objet d’étude apprécié. La multitude d’approches que permet le sport, contribue à la multiplication des travaux à son sujet, auxquels le monde universitaire a apporté sa part. Sylvain Lefebvre, Romain Roult et Jean-Pierre Augustin, coordinateurs de l’ouvrage, proposent ici un large tour d’horizon des problématiques sur le sport et son rapport au territoire. Les contributions de cet ouvrage collectif sont issues de communications exposées par des chercheurs français et nord-américains au cours du colloque « les nouvelles territorialités du sport dans la ville », organisé les 3 et 4 octobre 2011 à Bordeaux par le Groupe de recherche des espaces festifs (GREF) de l’Université du Québec.

2Si la thématique du livre, qui associe sport et espace urbain, fait la part belle aux géographes, ce recueil a le mérite d’intégrer d’autres sciences : l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, l’urbanisme, l’économie sont ainsi grandement représentés. Cette approche pluridisciplinaire renvoie à un précédent ouvrage coordonné par Sylvain Lefebvre, Sports et villes, paru en 2003, qui traitait majoritairement du sport dans les villes nord-américaines et les enjeux économiques attenants. L’ouvrage présent se focalise davantage sur les villes du vieux continent (Paris, Rouen, Bordeaux pour les chapitres les plus « spatialisés »), sans pour autant renoncer aux villes américaines (Chicago et Montréal, villes que l’on retrouvait déjà dans l’ouvrage de 2003).

3Les onze chapitres – aussi variés que complémentaires – qui le composent se divisent en deux parties thématiques, la première consacrée aux formes et expressions sportives observables dans les espaces urbains, la seconde s’articulant davantage autour du sport professionnel. Si ce découpage, et la répartition des chapitres qui s’ensuit peut être discutée (on pense notamment aux chapitres 8 et 9), celle-ci n’en demeure pas moins salutaire, tant le sujet traité ici est riche, comme le souligne à juste titre Jean-Pierre Augustin en début d’ouvrage.

4La première partie, plus conceptuelle, regroupe cinq chapitres qui permettent de parcourir l’éventail des activités physiques et sportives structurant les villes, en ne s’attardant guère, et ce volontairement, sur le sport « institutionnalisé ». Ainsi les contributions de Jean-Pierre Augustin, sur les cultures sportives et de Jean Corneloup sur les mutations des formes culturelles de l’expression physique et sportive, permettent de bien prendre compte un constat : celui de la pluralité, de la richesse de ce fait sportif en milieu urbain, et de leurs évolutions, tout en insistant sur la diversité d’espaces qui leurs servent de supports.

5Les autres chapitres de cette partie permettent ainsi de mettre en valeur un ensemble de pratiques ou de tendances qui sont venues affirmer ce constat dans le courant des années 1990 et qui continuent aujourd’hui de le renforcer. Le chapitre écrit par Michel Fodimbi et Pascal Chantelat a permis de faire la jonction entre les premières manifestations de ces formes sportives de « rue » (« sports de la cité ») et leur situation actuelle, en soulignant la relative continuité entre ces deux périodes quant à la manière de concevoir ces pratiques, leur installation pérenne dans l’espace urbain et leur perpétuelle adaptation à l’environnement social. Dans le chapitre suivant, Christophe Gibout, s’intéresse à l’enjeu de l’appropriation spatiale, et forge le concept « d’espace public sportif », qui permet de faire le lien avec les deux premiers chapitres, et ainsi de reconsidérer le lieu sportif tel qu’il est conçu par le mouvement sportif institutionnel. L’étude de ces pratiques non conventionnelles, et leurs conséquences sur la ville, permet à l’ouvrage d’être en parfaite cohérence avec son intitulé. Pascal Mao, Jean Corneloup et Philippe Bourdeau, quant à eux, mettent en avant le phénomène d’indoorisation des pratiques de nature et plus généralement la mutation du parc d’équipements sportifs urbains, due à la croissance d’un nouveau type de structures (de loisirs, ludiques, marchandes).

6La seconde partie de l’ouvrage, constituée de six chapitres, est plus hétérogène, puisqu’elle comporte à la fois des travaux sur les politiques sportives (chapitres 6, 7, 8 et 9), et sur ce qui constitue la vitrine du sport institutionnalisé, les « méga-événements » sportifs (chapitres 6, 10 et 11), dont le rapprochement avec l’actualité particulièrement sensible aux problématiques du sport spectacle constitue un véritable atout pour cet ouvrage.

7À travers son voyage temporel dans le Paris du début du XXème siècle, Alice Cartier pointe le degré de politisation manifeste – à l’échelle locale – des Jeux Olympiques, et les conséquences, encore actuelles, des politiques d’aménagements en termes d’équipements sportifs qu’ont entrainé l’organisation des vrais-faux Jeux Olympiques de Paris en 1900.

8La contribution de Frédéric Diaz, certainement la plus originale, est consacrée à la gestion du risque et de la sécurité des évènements sportifs, un thème relativement peu abordé par ce type d’ouvrage. À l’instar des chapitres de cette seconde partie, sont ainsi exposés les jeux d’acteurs, la complexité voire les limites qu’ont ces derniers à coordonner leurs actions sur les évènements sportifs.

9Alex Dumas et Sophie Laforest notent un autre type de difficultés, mobilisant d’autres acteurs, dues à l’évolution des pratiques et de leurs sorties des espaces sportifs traditionnels, sources de tensions, conflits (générationnels, sociaux) et à la question de la conciliation et la légitimation de ces nouvelles pratiques. Ce chapitre se rapproche en cela de la problématique soulevée précédemment de l’espace public sportif  ce qui amène à penser que cette contribution aurait tout aussi bien pu être placée en première partie (les deux chercheurs parlent ainsi « partage de l’espace public » et de « négociation des espaces publics »).

10Charly Machemehl s’intéresse également à la mobilisation d’acteurs, dans le cas présent politiques, et les situations concurrentielles qui peuvent naître entre eux, à travers l’étude d’un type d’équipement sportif, les piscines. Pour se faire, cette contribution s’appuie sur les différentes phases d’aménagement des équipements sportifs, corrélées aux mutations des cultures sportives.

11Les deux derniers chapitres développent une approche comparable, axée sur l’exacerbation de la dimension économique du fait sportif, sous sa forme professionnelle. Costas Spirou dépeint le modèle sportif nord-américain, structuré autour de grandes ligues professionnelles et de franchises affiliées. Ce chapitre – le seul en anglais – souligne le rôle essentiel joué par les municipalités américaines via la mobilisation des fonds publics dans cette « course » aux équipes professionnelles (privées), où le stade constitue un enjeu central pour conserver ou attirer ces équipes, véritables sources de revenus (merchandising) pour tout un ensemble d’acteurs.

12La logique de Sylvain Lefebvre, Romain Raoult et Jean-Marc Adjizian est en cela similaire à la différence près qu’elle s’applique non plus à des équipes mais à des évènements ponctuels, mobiles, qui sont eux aussi sujets à « enchères » entre grandes villes, dans le but de les rendre plus attractives non pas sur le plan industriel, démographique,... mais sur le plan du spectacle et ce qu’elles donnent à voir.

13Sur fond de polémiques quant aux récentes attributions par les instances sportives internationales des derniers ou prochains grands évènements sportifs à la Chine, au Qatar ou à la Russie, ce dernier chapitre, de même que la conclusion de Jean-Pierre Augustin, illustrent bien la dynamique du processus de mondialisation du sport, et parviendront sûrement à susciter de l’intérêt et la curiosité d’un public moins porté sur les chapitres plus théoriques.

14En résumé, les coordinateurs de l’ouvrage ont parfaitement su éviter le piège d’une simple actualisation du livre Sports et villes de 2003. La décennie écoulée a ainsi permis aux différents contributeurs d’adapter judicieusement leurs travaux au contexte actuel, en intégrant les nouvelles tendances du sport dans l’espace urbain, tout en balayant le champ des activités physiques et sportives dans son ensemble, de la pratique la plus simple (la « planche à roulette » dans les chapitres 4 et 8), à la plus « encadrée » (les « méga-événements » dans les chapitres 10 et 11).

15Par ailleurs, les différentes bibliographies qui clôturent les chapitres sont complètes et bien référencées. On peut toutefois regretter la faible présence d’illustrations (seuls trois chapitres en contiennent) et l’absence de cartes, comparativement à l’ouvrage Sports et villes où, bien présentes, elles facilitaient la lecture et la compréhension de certaines contributions, notamment sur les villes nord-américaines.

16Davantage destiné à un lectorat spécialisé, cet ouvrage collectif se donnait pour objectif de « comprendre comment le sport au sens large du terme s’intègre ou s’immisce dans les politiques de développement des villes ». Difficile de contester le succès de cette démarche, d’autant que le sujet abordé est d’envergure, qui permet en effet aux lecteurs, par les réponses apportées, de mieux saisir les enjeux qui lient sport et ville dans leurs dynamiques respectives actuelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Gaubert, « Sylvain Lefebvre, Romain Roult, Jean-Pierre Augustin (dir.), Les nouvelles territorialités du sport dans la ville  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/2910

Haut de page

Auteur

Vincent Gaubert

Université Paris 4

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page