Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Hervé Le Bras, Emmanuel Todd, Le mystère Français

2013, Seuil, 308 pages
Vincent Piédanna
Référence(s) :

Hervé Le Bras et Emmanuel Todd, Le mystère Français, 2013, Seuil, 308 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage de 309 pages numérotées (plus les tables) au format 14x20 comporte 11 chapitres thématiques. Dans chacun d’entre eux, les auteurs abordent des sujets extrêmement divers allant de la place de la femme dans la société à la monté de l’extrême droite en passant par les changements des structures économiques. Par ces choix, les auteurs souhaitent montrer les effets, les conséquences et les moteurs du passage de la société française dans l’âge postindustriel. La dynamique des changements est donc présente tout au long de l’ouvrage, montrant que les diversités spatiales se sont maintenues et qu’elle s’est appuyée les héritages tant sociaux, qu’anthropologiques voire même religieux.

2Le tout est richement illustré de 120 cartes, le plus souvent à l’échelle communale pour gagner en précision, notamment sur les rôles respectifs du milieu urbain (largement dominant) et du milieu rural. Ils utilisent une méthode de lissage avec les unités spatiales voisines pour éviter les effets de peaux de léopard. Certaines cartes sont également départementales lorsque les informations communales ne sont pas disponibles.

3Tout au long de l’ouvrage, les auteurs vont analyser les changements et surtout leurs inégalités spatiales à travers le prisme des imprégnations sociales et religieuses héritées d’un passé plus ou moins lointain.

4Après une première partie permettant de contextualiser la situation française (décalage entre le ralentissement économique et l’accélération sociale et éducative) et de préciser les outils méthodologiques, notamment cartographiques, utilisés, les auteurs embraient sur un premier chapitre décrivant le substrat anthropologique et surtout religieux de la société française.

5Cette première partie se justifie par le préambule contextuel, mais elle est amenée de manière un peu abrupte. Cette transition un peu faible renvoie à la principale critique concernant cet ouvrage : le contenu et le déroulé du plan n’est pas abordé ni dans l’introduction ni dans la mise en place du contexte. Les auteurs ne justifient pas leurs choix thématiques, ni l’intégration de ces thèmes dans leur raisonnement, si ce n’est leur rôle dans le changement postindustriel. On passe ainsi de l'émancipation de la femme à la métamorphose du Front National en passant par l'exil des classes populaires et les inégalités économiques. Les onze chapitres sont tous individuellement de grande qualité, certains sont indubitablement liés, mais leur participation à une démonstration globale n’est pas avérée, on a souvent le sentiment d’être face à une juxtaposition de parties autonomes. Ce manque d’explication dans les choix réalisés se retrouve aussi à l’intérieur de certains chapitres, les orientations prises n’étant pas forcément explicitées, certains choix étant peu évidents ou déséquilibrés (évolution comparée du catholicisme et du communisme).

6Certes, ces approches atypiques permettent de nouvelles lectures des phénomènes, tissent de nouveaux constats, proposent de nouvelles causalités, mais peuvent également laisser perplexe voire sceptique : le rôle quasi omniprésent de l’empreinte religieuse pour expliquer les inégalités éducatives ou liées à l’activité, par exemple. Autre exemple, les inégalités spatiales de la fécondité sont expliquées uniquement par la prégnance de la famille nucléaire. Sans nier cette relation, il est étonnant que les autres déterminants (niveau de formation, niveau social, structure d'activité, etc.) ne soient même pas évoqués. Il aurait alors été éventuellement possible de les hiérarchiser.

7Il est tout aussi tentant de se laisser convaincre par les auteurs que de douter de leurs conclusions.

8Enfin, désireux de minimiser les frontières administratives internes, il est dommage que les auteurs s'arrêtent aux frontières nationales. Les phénomènes s'étendent parfois au delà, notamment sans obstacle naturel (cas des frontières septentrionales) et surtout certains facteurs explicatifs ont une dimension macro, notamment dans le domaine économique.

9Cet ouvrage aiguise donc la curiosité du lecteur et l’incite à pousser la réflexion plus loin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Piédanna, « Hervé Le Bras, Emmanuel Todd, Le mystère Français », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2905

Haut de page

Auteur

Vincent Piédanna

Université de Lille, Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page