Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jan Gehl, Pour des villes à échelle humaine

2013, Montréal : Éditions Écosociété, 273 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Jan Gehl, Pour des villes à échelle humaine, 2013, Montréal : Éditions Écosociété, 273 pages

Texte intégral

1Dans cette version traduite en français de son ouvrage de 2010 « Cities for people », Jan Gehl, architecte et urbaniste danois, propose de recentrer l’urbanisme sur les besoins et les perspectives de l’être humain. Pour lui, il faut aménager rues et places des villes à partir des sens, la vue, le toucher, l'ouïe… alors que trop souvent l’urbanisme contemporain, depuis Le Corbusier, a privilégié une échelle plus vaste, comme par exemple à Brasilia, conçue pour être vue de loin et de haut mais pas à l’échelle de l’homme. Des villes « machines à habiter » qu’il faudrait transformer en espaces de vie.

2L’auteur construit son argumentation en 7 chapitres (1. La dimension humaine, 2. Questions de sens et d’échelle, 3. Une ville animée, sûre, durable et saine, 4. La ville à hauteur du regard, 5. Vie, espace, immeubles… dans cet ordre, 6. L’urbanisation des pays en développement, 7. Boîte à outils) qui sont autant de critiques du mode dominant de conception de la ville et de propositions pour une ville plus humaine, plus agréable à vivre, et en fin de compte plus durable.

3On est séduit par l’argumentation, qui s’appuie sur de très nombreuses photographies et des dessins, parfois opposant de manière (trop ?) schématique ce qui est bon ou mauvais dans l’aménagement de détail, que ce soit les obstacles au cheminement piétonnier, les longues façades aveugles, ou le déséquilibre flagrant entre taille des immeubles et échelle de l’homme. Il dénonce les grandes places trop vastes, la priorité excessive donnée à la voiture, et exalte au contraire les vertus des placettes plus conviviales et des cheminements pédestres ou cyclables protégés ainsi que des espaces de partage de type woonerf néerlandais.

4L’index final exprime bien les préoccupations de l’auteur : on y trouve des entrées comme : « activités facultatives incontournables », « appareil sensoriel », « balcons », « bancs publics », « densité de construction », « distance (intime, personnelle, publique et sociale)  », « espaces de conversation », « façades ouvertes/fermées », « mobilier urbain », « passages souterrains », « pistes cyclables », « rez-de-chaussée ». Autant de thématiques souvent absentes des grands projets urbanistiques qui construisent des espaces urbains sur maquettes sans prise en compte des sens, donc aux yeux de Jan Gehl vides… de sens.

5La nationalité de l’auteur transparaît clairement, avec un regard plus insistant sur les bonnes réalisations scandinaves (Copenhague, ville la plus mentionnée, Malmö, Oslo, Orestad, Stockholm), britanniques (Londres), allemandes (Fribourg), mais aussi italiennes (Sienne, Venise). Bien que les villes européennes aient la part belle dans l’ouvrage (qui n’occulte pas leurs erreurs, comme pour Euralille), Jan Gehl n’oublie pas le reste du monde (New York, Tokyo, Dubai, Shanghai, Sydney), mais le chapitre 6 sur les villes de pays en développement apparaît plus faible, traité trop succinctement : les énormes défis de mégapoles à forte croissance comme São Paulo, Manille, Mumbai, Le Caire, Lagos, ne sont nullement évoqués.

6L’auteur, après avoir dressé un diagnostic sans concessions, propose en fin d’ouvrage une « boîte à outils » pour un meilleur urbanisme : des hauteurs raisonnables, des rues attrayantes, des façades plaisantes, des places, des lieux d'échanges, moins d’obstacles pour piétons et cyclistes, etc. : autant d'éléments pour inviter les habitants à vivre ensemble la ville.

7La bibliographie, principalement de source anglo-saxonne, riche en travaux du cabinet d’architectes de l’auteur, comprend aussi des références attendues à des penseurs majeurs de l’urbanisme : C. Sitte, Le Corbusier, J. Jacobs, W. Whyte, mais curieusement pas K.  Lynch. Toutes les photos ne sont pas localisées. Il y a peu de cartes si bien qu’on ne sait pas toujours si l’auteur évoque les centre-villes, les faubourgs, les banlieues ou le périurbain. La question du transport urbain, centrale pour la qualité de vie, et importante pour l’aménageur (pôles d’échange / intermodalité) est trop peu évoquée (sauf pour Bogota), de même que les stratégies financières des promoteurs).

8Cependant, le regard porté sur la ville par Jan Gehl mérite qu’on médite ses enseignements et que l’ouvrage soit connu des décideurs autant que des universitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Jan Gehl, Pour des villes à échelle humaine », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2903

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page