Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Claude Martinaud, Frank Paris, Océans, mers et îles - Appuis de la mondialisation

2013, Editions Ellipses, 144 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Claude Martinaud et Frank Paris, Océans, mers et îles. Appuis de la mondialisation, 2013, Editions Ellipses, 144 pages

Texte intégral

1Ce court ouvrage de 144 pages, préfacé par François Taglioni, a pour ambition de montrer l’importance des aires océaniques dans les processus de mondialisation. Pour ce faire, les auteurs, contraints par le format de la collection (51 courtes fiches de deux pages et quelques planches cartographiques), ont choisi de construire leur propos en six grandes rubriques : histoire, géopolitique, développement durable, géographie, économie et « connaître autrement ».

2Beaucoup de thèmes peuvent ainsi être abordés, il y a des chapitres intéressants qui précisent certains termes (8 : maritimité, insularité, 24 : gestion de l’eau dans les îles), mais l’ouvrage a déconcerté le lecteur par une impression de bric-à-brac manquant de fil directeur.

3On passe ainsi sans transition des grands naufrages maritimes (5) à la Guerre du Pacifique (6), de la piraterie (15) au statut politique des îles rattachées à d’autres îles (16), de la rivalité croissante de l’Inde et de la Chine (32) aux grandes villes insulaires (33), dans lesquelles on contraste Copenhague et Malabo (!) après Honolulu, de l’antimonde légal insulaire (38) au tourisme (39), des chantiers navals (40) à l’aquaculture (41), de la Route du Rhum (45) à la chasse aux globicéphales (46) et à la vision des mers et des îles dans la revue Hérodote (47). Dans le chapitre 37 sur les îles comme point d’appui de la mondialisation, ils évoquent Singapour et Macao, en reconnaissant que l’aspect insulaire est bien secondaire.

4Si le choix de l’analyse de « Vingt Mille Lieues sous les Mers » de Jules Verne (43) est bienvenu, ainsi que de « Vendredi » (Michel Tournier, 44) ou du film de K. Reynols « Waterworld » (45), pourquoi ne pas avoir donné une place par exemple à l’Odyssée d’Homère ou aux travailleurs de la mer de Victor Hugo qui auraient pu être incorporés dans des regroupements différents, par exemple sur les itinéraires de navigation des Phéniciens aux porte-conteneurs, ou sur le vécu des gens de mer ?

5L’impression qui se dégage est liée sans doute à la structure même de cet ouvrage. Les pièces du puzzle sont imparfaitement assemblées. Pourquoi mettre la pêche (19-20) dans la partie « Développement durable » et l’aquaculture (41) dans la partie « Économie » ? Le contraire pouvait être justifié. Et il aurait été plus légitime de ne pas séparer les deux. De même, pourquoi parler des îles rattachées à d’autres îles (16) dans la partie « Géopolitique », et des îles parties intégrantes d’un territoire national (35) dans le regroupement « Géographie » quand on examine leurs degrés d’autonomie ? C’est bien la même thématique ! Et elle nous semble d’ailleurs quelque peu éloignée du thème central de l’ouvrage : « Appuis de la mondialisation ».

6Écrire (chapitre 5) que « les naufrages sont révélateurs de logiques capitalistes étendues à l’ensemble du monde » nous semble bien excessif. Oui, il existe des armateurs peu scrupuleux et des « bateaux-poubelles », mais les naufrages et les tempêtes existaient bien avant les débuts du grand commerce et du capitalisme.

7Deux sujets corrigés de composition en fin d’ouvrage (Îles et mondialisation, Circuler via les étendues maritimes) paraissent mettre un peu d’ordre dans ce fouillis baroque, mais pour le premier sujet, l’évocation du parc naturel de Papahanaumokuakea aux îles Hawaii ne nous semble pas l’entrée en matières la plus pertinente. Est-ce une prime à l’érudition pédante ?

8Que dire de l’ouverture du livre, pourtant écrit par des géographes, par une série de dates dans le chapitre 1 « chronologie », suivi en chapitre 2 de statistiques, avant d’attaquer (chapitre 3) la route des Indes ? Il nous semble que repères chronologiques et statistiques auraient davantage leur place en annexe qu’en début du livre.

9Quel est, d’autre part, l’intérêt de présenter des cartes en noir-et-blanc dans le corps de l’ouvrage pour ensuite retrouver les mêmes, en couleurs dans un cahier central ? En fin de compte, l’ouvrage n’atteint pas vraiment son but. Quel dommage, c’est un beau sujet…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Claude Martinaud, Frank Paris, Océans, mers et îles - Appuis de la mondialisation », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2900

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page