Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Carine Pina-Guerassimoff, Cédric Tellenne, Jean-François Ségard, L’Asie. 50 cartes et fiches

2013, Ellipses, 207 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Carine Pina-GuerassimoffI, Cédric Tellenne et Jean-François Ségard, L’Asie. 50 cartes et fiches , 2013, Ellipses, 207 pages

Texte intégral

1Cet ouvrage, dans une série comprenant des ouvrages comparables sur l’Europe (T. Snégaroff), l’Amérique du Nord (D. Giband), l’Amérique latine (C. Baeza), le Moyen‑Orient (H. Thiollet), l’Afrique (É. Smith) et la Russie (S. Edelblutte), a comme ambition de présenter de manière synthétique, l’histoire et les défis de cette vaste région du monde du Pakistan au Japon, en s’appuyant sur une série de 50 cartes complétées de deux à quatre pages d’analyse.

2Il est construit en trois grandes parties : « Les cartes de l’identité » (1-15), « L’identité des cartes » (16-26), « Enjeux et défis actuels » (27-50), en alternant entre des approches pan-asiatiques et centrées sur un pays. Dans la première partie, après avoir défini l’objet d’études (« L’Asie, quelle Asie ? »), l’ouvrage offre une approche historique et culturelle qui inclut des fiches sur l’empire asiatique des Portugais, l’Asie de la seconde Guerre mondiale, les religions, la démographie, les régimes politiques... Dans la seconde partie, il y a un essai intéressant de comparaison des visions de l’Asie depuis l’Occident, l’Asie de Marco Polo, les colonisateurs français, … Pékin, Tokyo, New Delhi, Washington, et l’Australie avant de conclure curieusement par une 26ème fiche consacrée à Toyota. Dans la troisième partie, l’approche est plus contemporaine, géopolitique et économique principalement, d’abord en examinant des thématiques à l’échelle du continent (conflits frontaliers et maritimes, défi énergétique, risques environnementaux, forêts, vieillissement, NTIC…) puis en se penchant sur divers pays (mais en oubliant par exemple la Thaïlande et les Philippines, 160 millions de personnes à elles deux...). La 50ème fiche est consacrée à l’Asie centrale, bien peu évoquée dans le reste de l’ouvrage.

3Le projet est intéressant, le texte est riche et la structure cartes-analyse est prometteuse. Mais le résultat est décevant.

4Au-delà d’un certain nombre de répétitions (sans doute inévitables ?) et de recherches irritantes de titres-chocs mais en fait un peu creux (« la population du politique », p.64), faussement astucieux (« Á l’est du centre du monde » / « le centre du monde à l’Est », pp.68‑69, « le Japon adapté » / « le Japon défié » p.178) ou franchement surréalistes (« L’Asie des guerres moléculaires », p.132, « l’Asie virtualisée », p.162, « Chaïwan » p.185), nous avons en effet le devoir de formuler un certain nombre de critiques.

5Tout d’abord sur la cartographie. Les cartes sont en noir-et-blanc. Fort bien, cela coûte moins cher à produire pour l’éditeur. Mais on a l’impression fâcheuse que les cartes ont été préparées en couleur, si bien que sur de nombreuses cartes les nuances de gris ne sont pas assez différenciées. Sur plusieurs cartes, des figurés de teinte claire sont trop peu visibles, ou bien des toponymes en noir illisibles sur fond gris foncé (carte 19 p.79 par exemple). Sur d’autres, l’échelle choisie (l’Asie dans le monde) conduit à rendre illisibles, car trop petits, les noms de lieux mentionnés (n°9 p.39). Parfois les deux problèmes se combinent (n°14 p.59, n°42 p.171). Sur certaines cartes, le trait de côte est si ténu qu’on ne voit pas où se situe la limite mer/continent (carte 20 p.83). D’autres cartes sont trop chargées, en deviennent confuses : trop d’informations tue l’information (n°21 p.86, n°33 p.135). Sur la carte des patrimoines forestiers (n°36), on ne comprend pas bien quelle est l’unité employée pour le changement annuel de superficie forestière (2ème partie de la légende) : des hectares ? Un gain ou une perte de 250 ou 500 hectares est infime. Sur la carte des inégalités (n°38), plusieurs problèmes : tout d’abord la carte est tournée de 90° par rapport à la page en mode paysage du livre, ce qui en rend la lecture inconfortable en regard de la légende (même problème pour les cartes 44 Japon, 46 Corées, 48 Birmanie et 49 Vietnam), d’autre part les cercles indiquant les inégalités de revenus sont positionnés bizarrement (celui du Japon en plein dans l’Océan pacifique tout comme pour la Nouvelle-Zélande, celui de la Corée du Sud… sur Shanghai), enfin on se demande quels sont les critères de sélection qui amènent les auteurs à éliminer certains pays majeurs comme l’Indonésie, les Philippines, le Pakistan (de même pour la carte 40 sur les NTIC qui néglige les Philippines, Hong Kong ou encore la Thaïlande, alors que la carte n’est pas surchargée…). Sur la carte 46, la légende indique deux voies ferrées ouvertes entre Séoul et Pyongyang, mais la carte en montre une longeant la côte est de la Corée du Nord, loin de Pyongyang ! La carte 47 (Indonésie) ne fait nulle mention des zones franches de Bintan et Batam proche de Singapour (« triangle de croissance Sijori ») et on est surpris de l’absence des noms d’îles (Java ? Sumatra ? Bornéo / Kalimantan ? Sulawesi ?) et de villes (Jakarta, Surabaya, Medan ?).

6Deuxième grand problème du livre, franchement inacceptable pour un important éditeur français en géographie, il y a trop de fautes d’orthographe, de grammaire et même de vocabulaire lamentables. On attend plus de professionnalisme des auteurs (qui ne sont pas des élèves de troisième) et des éditeurs (dont le métier est d’é-di-ter un texte). Petit florilège : « vis et versa » (p.37, au lieu de vice versa) ; « l’ascension industrielle américaine et allemande font vaciller l’hégémonie britannique » (p.41) ; « beaucoup perd l’usage de la langue chinoise, tous se voit comme nationaux de leur pays de résidence » (p.61) ; « un relan colonialiste » (p.85), « arque bouter la Chine » (?) (p.89) ; l’entreprise automobile américaine est General (sans accent !) Motors, et non le très militaire « général Motors » (p.108) ; « les ports containers les plus performants » (p.116) : il faut écrire « ports à conteneurs » ; « interdiction du jeun pendant le Ramadan » (p.133) : on est à jeun quand on observe le jeûne ; « l’armée restent attentives aux risques d’attentats » (p. 133) ; le fleuve rouge de la page 140 mérite des majuscules et Ho Chi Min n’est pas une ville, par contre Ho Chi Minh Ville le serait (p.140 aussi) ; peut-on dire que l’Asie « abrite » 28% des ressources en eau ? (p.144) : « dispose de » serait meilleur ; « l’Inde s’engage dans le reboisement, ce que conteste les ONG » (p.149) ; « deux personnes sur 5 aura plus de 65 ans » (p.152), « les deux régions ne peuvent négligées” (p.152) ; « hors, une diminution… » (p.153) : comme trop de nos étudiants, les auteurs emploient « hors » à mauvais escient au lieu de « or » ; « une mission historique qui incombent aux Chinois » (p.182) ; « Formose est une terre adélie » (p.184), « l’héritage culturel turco-iranienne » (p. 204), « Le Kazakhstan a un développement plus important que ces voisins » (classique confusion d’étudiants entre « ces » et « ses ») (p.204), « l’un des conflits international prépondérant » (encore p. 204), en on terminera avec le mignon « organisations chapotées par la Russie” (p. 205) : on a dû trop vapoter sans être chapeautés lors de la relecture, car chapoter est un terme… de menuiserie !

7Á celà s’ajoutent des fluctuations sur les noms de lieux ; les îles Senkaku deviennent Sensaku p.89 ; le Cashemire (fusion entre le français Cachemire et l’anglais Kashmir ?) p.177 ; Taipeh, Taipei ou Taipeï (fiche 45) ?, il faudrait choisir !

8Troisième problème, certaines affirmations sont douteuses voire erronées, tant dans le texte que dans les cartes. Comment peut-on dire (p.12) que Sumatra ne fait que 47 000 km2 ? L’île, avec 473 000 km2, est presque aussi grande que la France. La première Guerre de l’Opium n’a pas impliqué la France (p.25). Le dépeçage de la Chine n’a pas culminé en 1931 quand le Japon envahit la Chine. L’invasion massive date de 1937, pour 1931 il s’agit seulement de la formation du Mandchoukouo. Pour l’expansion du bouddhisme en Chine (carte 8 p.34), son passage par l’actuel Afghanistan et la Route de la Soie est ignoré (les auteurs seraient-ils des talibans faisant disparaître une seconde fois les Bouddhas géants de Bamiyan, typiques de l’art gréco-bouddhique ?). Les auteurs n’indiquent aucune source quand ils avancent le chiffre de 300 000 personnes enlevées chaque année en Asie pour exploitation économique ou prostitution p.57). On trouve 4 millions de Chinois en pleine Sibérie centrale (vide d’hommes) selon la carte 14 (p.59). On apprend que Pierre Gourou s’inscrit dans la démarche de René Dumont (p.81) : lequel des deux avait écrit avant l’autre sur le Vietnam ? Le conflit russo-japonais ne porte que sur les Kouriles du Sud, pas sur l’ensemble des Kouriles, comme tendrait à la faire penser la carte 22 p.91. La doctrine Fukuda (1977) définit les principes de la politique asiatique japonaise, alors pourquoi les relations diplomatiques avec la Corée, qui semblent en découler, sont-elles rétablies en 1965 et avec la Chine en 1972 ? (p.92). Toyota a connu des revers ces dernières décennies – ou ces dernières… années ? (p.108). Le Japon est devenu membre de la Triade dans les années 1960 (p.112), curieuse formulation pouvant faire croire que la Triade existait déjà… « Les relations économiques intra ASEAN ne concernent que 22 % des échanges entre membres de l’ASEAN » (p.124) : comprenne qui pourra ce qu’il advient des 78 % restants. La construction de mosquées et le port de foulards par les femmes en Indonésie et Malaisie témoignent-ils réellement d’une radicalisation de l’Islam ? (p.133); c’est excessif. Les auteurs évoquent 16 variétés (de forêts ?) dont les mangroves, le paragraphe est flou (p.148), mais c’est pire en p.149 où sont présentées d’étonnantes statistiques sur la superficie forestière. Que sont des milliers/ha ? Peut‑être des milliers d’ha ? Quel manque de contrôle qualité ! Dans la légende de la carte 37, que signifie « date du début des transitions démographiques » ? 1985 pour la Corée du Sud ? 2010 pour l’Inde ? 2035 pour le Cambodge ? C’est absurde, tous les pays sont déjà engagés dans cette transition démographique, on ne peut pas lui assigner une date spécifique, puisque c’est un processus progressif qui commence par une lente diminution de la mortalité. Est-ce à propos du Japon et la Corée que les auteurs indiquent que les emplois sont pour la plupart dans le secteur informel ? (p.153). Qu’est-ce qu’un Japon à 128,06 habitants ? Quel manque de contrôle qualité !

9Enfin, on s’étonne d’oublis majeurs dans certaines fiches. Singapour n’est pas mentionné dans l’Asie sinisée sur la carte 1 (p.7). La guerre d’indépendance indonésienne (1945-1949) est absente de la carte 11 (p.47). Dans la fiche 34, tant sur la carte p.139 que dans le texte les typhons sont ignorés parmi les risques environnementaux, ainsi que les effets périodiques d’El Niño (graves sécheresses dans l’Ouest du Pacifique : Australie, Indonésie, Philippines). La fiche 35 ne mentionne pas les transferts d’eau en Chine du bassin du Yangzi vers celui du Fleuve Jaune et la région de Pékin, ni dans le texte ni sur la carte de la p.142 où l’on s’étonne de ne voir aucun figuré sur les fleuves dans une carte des défis hydrauliques. Le barrage des Trois Gorges n’existe donc pas ? C’est plus important que de nous expliquer que l’empereur du Japon a assisté à un forum sur l’eau (p.145). Si l’Asie « reste encore concentrée (expression d’un regret ?) sur les NTIC » (p.161), n’est-ce pas généraliser un peu vite quand on pense au Népal ou au Laos, et faut-il oublier l’importance mondiale des centres d’appel indiens et philippins ? La famine nord-coréenne récurrente est occultée par les auteurs (fiche 46), tout comme l’activité touristique à Bali (fiche 47).

10Quant aux sigles utilisés, s’ils sont parfois explicités, c’est plusieurs pages après leur arrivée dans le texte (SAARC p.84 défini p.94). Il manque un index des sigles (ASEM ? CAFTA ?), et si ASEAN est employé le plus fréquemment, on trouve aussi ANASE de temps à autre. Il faut choisir entre sigles anglais et leur version française, pour l’unité de l’ouvrage.

11En conclusion, malgré l’intérêt que pourrait susciter l’ouvrage, nous ne pouvons pas le recommander. Il ne faut pas mettre cet ouvrage entre les mains d’étudiants, et si c’était un article de revue, il serait renvoyé aux auteurs par le comité de lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Carine Pina-Guerassimoff, Cédric Tellenne, Jean-François Ségard, L’Asie. 50 cartes et fiches  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2894

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page