Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Hélène Reigner, Thierry Brenac, Frédérique Hernandez, Nouvelles idéologies urbaines. Dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre

2013, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 178 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Hélène Reigner, Thierry Brenac et Frédérique Hernandez, Nouvelles idéologies urbaines. Dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre, 2013, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 178 pages

Texte intégral

1Les trois auteurs, venus d’horizons différents (politiste, ingénieur en transports et architecte-urbaniste) présentent dans cet ouvrage de lecture plaisante 26 notions que l’on retrouve de façon récurrente dans les discours contemporains sur l’aménagement urbain, en particulier dans le domaine des transports urbains.

2Les auteurs, qui se sont répartis les diverses rubriques, annoncent assez clairement, comme le souligne Franck Scherrer dans sa préface, leur approche dénonçant une mainmise du néolibéralisme sur les politiques urbaines, qui utilise pour cela des expressions dans l’esprit du temps pour mieux assurer la domination des intérêts d’une élite dominante, et démontrent au travers de nombreuses entrées, la pertinence de cette vision idéologique, très claire dans « Répression ».

3Au fil de l’ouvrage, les entrées défilent, sur 2 à 5-6 pages selon les cas, selon un ordre alphabétique qui nous mène successivement d’« automobile » à « zone de rencontre », en passant par « boulevard urbain », « délinquance routière » (qu’est-ce qu’un délinquant ?), « deux-roues motorisés » (souvent négligés - volontairement ? - dans les politiques de mobilité), « droit au transport, droit à la mobilité », « étalement urbain », « immobilité » (stigmatisée dans les politiques urbaines au contraire de la mobilité présentée positivement), « libre choix modal » (existe-t-il dans un système qui reste dominé par l’automobile ?), « modération de la circulation », « modes doux », « parcs relais » (ne contribuent-ils pas à la dépendance automobile et à l’étalement urbain ?), « partage de la voirie » (un terme ambigu qui peut prendre des significations opposées), « péage urbain », « pédibus/bus pédestre » (apparemment un échec pour emmener les enfants à l’école), « piétonisation/aire piétonne », « répression » (de ceux qui n’entrent pas dans la vision de la ville moderne promue par les décideurs de la villes), « réseau vert » (trop de vert factice ne servant que les intérêts de la communication politique ?), « rue nue/naked space/shared space » (qui déroute des citadins habitués à une démarcation entre espace voiture et espace piétons et ne savent comment s’approprier ces nouveaux visages de la rue), « tramway » (du marketing politique en France ?), « urbanisme sécuritaire », « vélo en libre-service » (une mode passagère qui n’a pas eu d’effet réel sur les changements de mobilité urbaine ?), « vidéosurveillance/technologies du contrôle/automates judiciaires » (on devine ce qu’en pensent les auteurs), « ville lente/cittàslow/slowcity » (un concept venu d’Italie et en phase avec la promotion de terroirs viticoles), « voiture électrique » (peu d’impact environnemental global, car elle ne fait que déplacer loin de la ville les émissions de CO2, attribuables aux centrales thermiques) et « voiture-ventouse » (rejetée avec l’immobilité).

4On regrettera cependant que dans cet examen critique des discours sur la ville, quelques aspects aient été trop peu évoqués. Les auteurs parlent du tram ; on aurait aimé une entrée spécifique sur « bus en site propre » (Bus Rapid Transit en anglais). Pour la ville « verte », une entrée « parcs » aurait été justifiée, de même que « nature en ville ». La dimension festive n’a pas été abordée, alors que beaucoup de villes organisent des animations, des festivals, de la géographie à la musique baroque et aux bandes dessinées, la Fête de la Musique, pour créer de la convivialité et du dynamisme économique. De même le patrimoine, autre référent en vogue, méritait d’être inclus plus clairement. Il nous semble qu’il y avait là ample matière pour les auteurs pour conforter leur démonstration par touches ne se limitant pas aux pratiques de mobilité, pour mieux correspondre au titre et donner une plus grande cohérence encore au propos.

5D’autre part, on constate que les auteurs s’appuient essentiellement sur des cas français, avec de rares échappées en Europe ou aux États-Unis, alors que l’on pouvait développer largement les analyses autour des discours idéologiques sur les pratiques urbaines en Chine, par exemple (« société harmonieuse », place de la bicyclette, néo-hygiénisme urbain justifiant l’éradication des hutong et lilong, etc). Quid des politiques d’éviction des habitants des bidonvilles au Brésil, aux Philippines, en Inde, et moult autres pays, au nom du développement de villes modernes, de la protection contre les inondations, du dégagement des axes de transport, voire de la construction de stades ?

6Même si le trait idéologique des auteurs semble parfois forcé de manière excessive, l’ouvrage a le grand mérite de faire réfléchir de façon intéressante sur les thèmes abordés. Stimulant et informé, il sera bienvenu dans les rayons des bibliothèques universitaires et pourquoi pas sur le bureau des décideurs politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Hélène Reigner, Thierry Brenac, Frédérique Hernandez, Nouvelles idéologies urbaines. Dictionnaire critique de la ville mobile, verte et sûre », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2889

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page