Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Aude Créquy, Identité, tourisme et interculturalité au Groenland

2014, L’Harmattan collection Tourismes et Société, 394 pages
Eric Canobbio
Référence(s) :

Aude Crequy, Identité, tourisme et interculturalité au Groenland, 2014, L’Harmattan collection Tourismes et Société, 394 pages

2014

Texte intégral

1Accoster l’Arctique n’est jamais un événement anodin pour un chercheur en sciences sociales et humaines. L’ethnologie polaire française – et francophone- - pionnière et rayonnante dans les grandes aires culturelles arctiques, aura largement arpenté depuis des lustres ce terrain incertain pour y construire ses plus beaux édifices littéraires et scientifiques.

2Mais, c’est dans le temps présent polaire que se situe le récit que nous offre Aude Créquy.

3Ittoqqortoormiit, communauté de 450 habitants de la côte est du Groenland est le lieu de départ de son voyage scientifique.

4Un terrain loin des évidences où se nouent dans la fragilité des quotidiens polaires, des questions essentielles sur l’identité et l’interculturalité, des questions qui, dans les recoins de la région du Scoresby Sund labellisé « plus grand fjord du monde » par les géographes et quelques opérateurs touristiques, intéressent notre humanité.

5L’analyse du fait touristique dans un processus groenlandais de transition culturelle, sociétale, économique et politique charpente ce travail à la fois académique et presque intime lorsqu’il investit cette communauté orientale de l’île fixée par les danois en 1925 sur son site actuel, le long d’un littoral largement pratiqué par les pêcheurs européens, en particulier norvégiens.

6Face à l’Europe, mais comme le souligne Aude Créquy, au « dos » d’un Groenland occidental animé de ses pôles urbains, de ses aéroports internationaux, de ses centres de décisions, de ses nouvelles appétences pour les rentes minières et de ses grands flux touristiques liés au cryotourisme de la région d’Illulissat, Ittoqqortoormiit apparaît dans sa modestie et sa vulnérabilité comme un exceptionnel terrain d’étude pour appréhender les modernités hybrides des sociétés polaires, selon l’expression de Daniel Chartier, fondateur à l’UQAM, d’une chaire d’études comparées des Imaginaires du Nord.

7Cet ouvrage, issu d’une thèse d’ethnologie, propose à travers un long récit très pédagogique, documenté et argumenté, d’interroger l’identité et l’altérité, la confrontation des ambitions et des destins sur un fragment du Groenland où se construit aussi cette nouvelle dialectique, à priori empreinte d’aliénation et d’asymétrie, entre une injonction politique d’un nouveau développement insulaire et les injonctions de la globalisation dans une nouvelle détermination des flux touristiques. Des injonctions qui en s’entremêlant, forment un champ d’analyse qui ne semble pas prêt de s’éteindre dans les hautes latitudes.

8Articulé autour de grandes thématiques permettant au lecteur l’apprentissage de savoirs polaires, géographiques et historiques, anthropologiques, ethnographiques et sociologiques, l’ouvrage offre dans un souci de clarté scientifique, de s’intéresser aux conditions d’émergences de ces corpus dans les SHS. Cette proposition nous rappelle que le Groenland fut spécifiquement une terre féconde en grands travaux scientifiques et humanistes ouverts par Knud Rasmussen.

9Le fait touristique, dans sa production anthropologique sur l’identité et l’interculturalité, en constitue le fil rouge, mais il est proposé de s’interroger sur une réalité globale avant d’analyser cette question à l’échelle circumpolaire, groenlandaise puis locale, à travers les stratégies de réponses de la communauté d’Ittoqqortoormiit. Cette focale d’analyse permet une mise en perspective dynamique et concrète des questions soulevées.

10Aude Créquy découpe son récit par de nombreux sous-thèmes comme autant de balises permettant de suivre un chemin narratif qui ne peut être linéaire dans un contexte groenlandais où se confronte depuis ses origines une pensée dominante : coloniale –occidentale- ou mondiale, réduisant, terme pris dans son sens sociologique, les manières de vivre et de penser l’autochtonie.

11Cet enjeu majeur analysé dans un chapitre consacré au « développement et à l’occidentalisation au Groenland » introduit la question touristique comme l’un des nœuds d’une relation ambivalente aux sociétés polaires, construites d’imaginaires et d’envies, mais aussi d’attentes et d’exigences normatives dans la construction d’un lien éphémère entre des individus que rien n’oppose mais que rien ne réunit. Une réalité décrite dans l’incommunicabilité des touristes et des chasseurs locaux face à la question du Narval, où la culture inuite devient maquisarde, « invisible » selon le terme d’Aude Créquy, se dérobant au regard occidental.

12C’est ainsi que par son terrain d’Ittoqqortoormiit, Aude Créquy nous permet de délimiter les porosités et les imperméabilités culturelles, sociales et économiques de ces jeux relationnels où tourisme et culture sont évalués dans leurs compatibilités, comme duo ou dualités.

13La pérennité même d’Ittoqqortoormiit est posée par une politique volontariste décidée à Nuuk de fermeture des petits villages au profit de nouvelles organisations administratives « locales » ouvrant à la concentration des équipements publics et à la réductions des coûts. Ittoqqortoormiit semble être alors devenue un belvédère d’observation des vulnérabilités accumulatives qu’affrontent certaines communautés polaires et un laboratoire de nos paradoxes.

14Car Aude Créquy rappelle comment cette communauté dut affronter les lois européennes d’interdictions des peaux de phoques, puis des produits dérivés du phoque, tout en devant maîtriser les nouveaux codes réglementaires de la chasse locale alors que la filière touristique émergente, mise en place par des opérateurs extérieurs, offrait aux chasseurs de devenir quelques semaines par an des guides.

15Face à ce paysage de l’impermanence polaire, Aude Créquy livre un récit précis et subtil, emprunt de distance et d’empathie qui nous rendent un peu plus proches les questionnements de son travail scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Canobbio, « Aude Créquy, Identité, tourisme et interculturalité au Groenland », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2884

Haut de page

Auteur

Eric Canobbio

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page