Navigation – Plan du site
Note

Ressources, usagers et gestionnaires de l’eau en zone semi-aride : Le cas de la wilaya d’Oran (ouest algérien) 

Resources, users and water managers in the semi-arid region : the case of Oran
Sid Ahmed Bellal, Said Mokrane, Tarek Ghodbani et Ouassini Dari

Résumés

La rareté relative des ressources en eau autour de la rive sud de la Méditerranée, leur fragilité et leur inégale répartition font naître un risque majeur de pénurie qui, en dépit de toutes les tentatives pour accroître l’offre, semble inéluctable. La wialya d’Oran apparaît comme un cas d’étude exemplaire des difficultés que pose la problématique du « système eau » et répond à notre avis à ce souci d’analyse d’un espace qui présente la triple caractéristique de consommation industrielle importante, de consommation ménagère en expansion et de besoins agricoles appelés forcement à augmenter, vu la nécessité, à moyen terme, d’une intensification agricole. Par nécessité d’ordre méthodologique, nous avons essayé de montrer que le géographe est appelé à fournir des éléments de réflexion sur les sociétés et les sciences qui traitent de la question de l’eau. Il est appelé (plus que tout autre spécialiste) à percevoir la problématique de l’eau, afin d’en cerner tous les tenants et les aboutissants indispensables à la mise en place d’une organisation et d’une structuration spécifique régionale. Cet article vise à identifier les différents processus de mobilisation des ressources, des usages et des modes de gestion de l’eau en zone semi-aride. Cette approche s’est attachée à démontrer le rôle central de l’eau dans l’organisation et l’appropriation de l’espace ou encore dans la structuration des relations sociales et économiques des sociétés locales. Elle s’est appuyée sur des enquêtes de terrain, sur l’observation et l’analyse des rapports entre les usages de la ressource par les différents utilisateurs et les contextes socio-économique, démographique et technique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La question de la mobilisation des ressources et notamment l’eau a tendance à devenir la préoccupation majeure des États à l’échelle mondiale car elle recouvre une réelle complexité et sous-tend des conflits liés à des enjeux géopolitiques, sécuritaires, écologiques, sociaux et économiques. La disponibilité et le partage de l’eau, quelle que soit l’échelle spatiale d’analyse, va conditionner l’avenir des générations futures et la qualité de leurs relations dans un contexte marqué par des risques potentiels de contraction des ressources imputables à la combinaison des changements climatiques, de la faiblesse relative de la mobilisation, de la répartition spatiale inégale, du croît démographique, du développement des villes et de l’essor des activités économiques consommatrices d’eau (agriculture, industrie tourisme).

2En Algérie, compte tenu de l’aridité de la majeure partie du territoire, des contrastes nord/sud et est/ouest (nord et est sont relativement mieux arrosés), l’accès à l’eau revêt encore la forme d’une crise chronique et constitue une source de conflits sociaux et un frein réel au développement des territoires qui en sont dépourvus et cela en dépit des efforts consentis par les pouvoirs publics pour de nouvelles mobilisations (transferts, dessalements), une meilleure dotation et une distribution équitable pour la population. La dotation quotidienne en eau potable par habitant est passée de 90 litres (années 1990) à 170 litres distribuées dans plus de 73 % des chefs-lieux de commune. Simultanément, l’alimentation en eau potable en continue cesse d’être l’apanage de quelques ilots résidentiels dans les 2 ou 3 villes, les plus importantes du pays mais devient accessible à un nombre plus important d’agglomérations algériennes. L‘eau qui coule dans les robinets 24h/24h nous ramène à la distribution de l’eau nous éloigne de ces plages horaires rarement respectées.

3Le choix de la wilaya d’Oran comme terrain de recherche répond à notre avis à ce souci d’analyse d’un espace qui présente la triple caractéristique opposant une demande en hausse (consommation industrielle importante, demande ménagère en expansion et besoins agricoles appelés à augmenter vu la nécessité à moyen terme d’une intensification agricole) à une offre locale très insuffisante en raison des conditions climatiques (dépendance accrue des transferts régionaux) et à un système de gestion inadapté à l’expansion des besoins (urbanisation effrénée, vétusté des réseaux et pertes, recouvrements des dettes).

4C’est ainsi qu’approximativement les limites wilayales correspondent aux limites naturelles et économiques de l’ensemble géographique « Plaines littorales oranaises ». Par commodité statistique souvent nous emploierons ainsi, cette double terminologie : wilaya d’Oran - Plaines littorales oranaises

5Les plaines littorales oranaises comprises entre les marais de la Macta à l’est(altitudes inférieures à 9 m), les massifs telliens du Tessala et des Beni-Chougrane au sud (altitude de 500m en moyenne), la Méditerranée au nord et le massif de Madakh au-dessus des collines d’Ain Témouchent à l’ouest (altitude moyenne de 250 m), s’allongent sur une centaine de kilomètres avec une largeur de vingt à vingt-cinq kilomètres (carte 1).

Carte 1 : Situation géographique de la wilaya d’Oran

Carte 1 : Situation géographique de la wilaya d’Oran

6Le triptyque ressources/utilisateurs/gestionnaires nous a amené à nous appuyer sur « la théorie des systèmes » (Donnadieu et al, 2003). Notre « système eau » sera donc décomposé en trois sous-systèmes : un sous-système « ressources » qui regroupera les éléments naturels concernant les ressources en eau, un sous-système « usages » qui identifiera l’ensemble des usages de la ressource et un sous-système « gestion » qui concernera les institutions au sens large et les infrastructures assurant la distribution de l’eau aux différents utilisateurs.

1. Un sous- système « ressources » déficitaire

7La wilaya d’Oran se situe en grande partie dans le domaine climatique méditerranéen semi-aride, elle reçoit en moyenne entre 300 à 400 mm de précipitations annuelles. L’eau y est donc rare, irrégulière et inégalement répartie dans l’espace. Les facteurs limitatifs sont d’ordres climatique, morphologique, lithologique, structural et géomorphologique comme le montre la figure 1.

Figure 1 : Le sous-système « ressources »

Figure 1 : Le sous-système « ressources »

Sid Ahmed Bellal, géographe, 2012.

8Au plan climatique, on notera une grande variabilité annuelle et mensuelle caractéristique des zones semi arides. L’observation des moyennes pluviométriques annuelles relevées entre 1924 et 2000 met en évidence une alternance de périodes pluviométriques humides et sèches (figure 2) : une période relativement humide entre 1924 et 1934 suivie d’une période relativement sèche entre 1935 et 1945 à laquelle succède une période humide (1946/1976) qui laisse place à une période très sèche entre 1977 et 2000. Cette période qui nous intéresse s'avère nettement plus sèche et donne une tendance déficitaire des précipitations lors des 23 dernières années où 18 valeurs annuelles se trouvent en dessous de la moyenne. C'est là, en effet, que l'on repère l'année la plus sèche sur les 76 années : 1981/1982. Son déficit pluviométrique par rapport à la moyenne est de 194 mm.

Figure 2 : Variations interannuelles des précipitations de la station d’Oran-Sénia (1924/1925-1999/2000)

Figure 2 : Variations interannuelles des précipitations de la station d’Oran-Sénia (1924/1925-1999/2000)

9Les moyennes thermiques mensuelles mettent en évidence deux saisons bien tranchées de même durée (figure 3) : elles s'étendent sur 6 mois, de mai à octobre pour la saison chaude et de novembre à avril pour la saison fraîche. Ce régime thermique va accentuer le phénomène de l’évapotranspiration et donc le déficit en eau « L'Algérie enregistrera un déficit de un milliard de m3 d'eau en 2025 » (journal liberté, 2006).

Figure 3 : Diagramme ombrothermique de la station d’Oran Es Senia

Figure 3 : Diagramme ombrothermique de la station d’Oran Es Senia

10Compte tenu de la configuration morphostructurale fortement différenciée des plaines oranaises qui alternent massifs littoraux (Djebel Murdjadjo, Dj Khar), plaines (Bousfer, M’léta Macta), plateaux (Oran, Arzew), dépressions et sebkhas et massifs telliens, la présence locale des eaux est essentiellement souterraine, l’eau ne se présentant que sous forme d’une multitude de petites nappes en liaison directe avec la structure du sous-bassement géologique fortement plissé. Le réseau hydrographique de la région est indigent. En revanche, sur le Djebel Murdjadjo, où les grandes lignes du réseau hydrographique ont été déterminées par le phénomène de subsidence, les écoulements de surface sont rares. Les eaux des résurgences, associées aux nappes perchées, se réinfiltrent rapidement après une circulation de quelques centaines de mètres car le réseau hydrographique s’est trouvé désorganisé par l’effet combiné des ondulations du pliocène supérieur et de l’assèchement du climat, ce qui explique l’existence de plusieurs unités géomorphologiques et des phénomènes endoréiques dans la wilaya d’Oran (de la grande sebkha d’Oran et du marais de la Macta).

11Les recherches hydrogéologiques ont permis la reconnaissance de différents aquifères mio-plio-quaternaires et de leurs propriétés hydrodynamiques (Hassani, 1987). C’est dans le Djebel Murdjadjo que se trouve le plus important aquifère de l’agglomération oranaise, c'est un grand réservoir d'eau potable. Il est contenu dans les calcaires récifaux. La fracturation de ces calcaires joue un rôle aussi très important dans l’alimentation de la nappe. Les autres nappes sont de petites dimensions et localisées dans les grès et les sables dunaires plio-quaternaires de la plaine d’Oran et de Bousfer, sur les sommets tabulaires du massif des Andalouses et de la forêt de M’Sila. Elles sont actuellement exploitées par une multitude de puits et de forages pour les besoins aussi bien domestiques qu’agricoles en milieu rural. Il faut noter également l’existence de plusieurs nappes d’âge quaternaire (Bir-El-Djir, Ain Khedidja, Es-Senia et Cap-Falcon), mais les eaux de ces nappes sont de qualité médiocre (salinité) et leur rendement est également limité. Toutes les études sur les ressources hydriques de la wilaya d’Oran confirment l’indigence locale, les problèmes de réalimentation des nappes, la qualité médiocre de l’eau et les menaces qui pèsent sur le système ressource en eau de la wilaya d’Oran (Bouanini, 1991).

12Ce contexte naturel local défavorable a historiquement conduit la wilaya d’Oran à solliciter leur arrière-pays pour l’approvisionnement en eau potable avec un élargissement spectaculaire du rayon hydraulique (appel à des transferts d’eau après un rayon de 175 km dans une conduite en béton des bassins versants intérieurs) depuis les années 1950. L’approvisionnement de la wilaya d’Oran a nécessité le recours non seulement à des ressources de plus en plus éloignées (barrage de Beni Bahdel, le barrage du Fergoug, la prise de la Tafna, la prise du Chélif et le système Gargar), mais également à l’usine de dessalement. Ces transferts quotidiens sont variables, et dépendent de la ressource réelle mobilisée (tableau 1).

Tableau 1 : Évolution (en moyenne annuelle) de la dotation en eau potable de la ville d’Oran entre 1986 et 2007

Transfert

Sources d’approvisionnement

Volume produit m³/j

Quota moyen dotation m³/j en 1986

Quota moyen dotation m³/j en 2007

ouest

Barrage Béni Bahdel

92 000

80 000

5 000

Prise Tafna

24 000

Inexistante

Arrêt temporaire

centre

Divers forages locaux

20 000

15 000

14 000

Nappe de Brédéah

35 000

35 000

20 000

est

Dessalement Kahrama (Arzew)

90 000

Inexistante

70 000

Prise Chlef

40 000

20 000

Supprimée

Barrage Gargar

230 000

Inexistant

70 000

Barrage Fergoug

60 000

25 000

0

Total

591 000

175 000

179 005

Source : ADE d’Oran 2008

13Ces volumes mobilisés vont–ils répondre au sous-système « usages » de plus en plus exigeant ?

2. Le sous- système « usages » : une demande en eau en pleine croissance

14L’urbanisation et le développement économique sous-tendu par une croissance démographique importante ainsi qu’une agriculture irriguée encore vivace font de la wilaya d’Oran un territoire très demandeur en eau et particulièrement en eau potable au recensement de 2008. La wilaya d’Oran compte une population totale de 1 453 152 habitants en 2008 dont 1 424 704 résident dans des agglomérerions urbaines, soit 98 % de la population totale. La ville d’Oran compte 609 014 habitants et l’agglomération oranaise, qui regroupe quatre communes, se concentre sur une ceinture périphérique s’étirant de manière discontinue du flanc sud-est du Murdjadjo au plateau de Bir El Djir et avoisine le million d’habitants en 2008. En 1995, la population de la wilaya était de 1 127 000 habitants, elle a donc connu un croit de population d’environ 326 000 âmes.

15D’après la Direction de l’hydraulique de la Wilaya d’Oran (DHW), le besoin théorique en eau potable pour la population d’Oran en 2008 était de 270 497 m3/jour en retenant une dotation journalière de 150 l/habitant/jour. Pour la même année la wilaya d’Oran a mobilisé environ 180 000 m3/jour dont seulement 15 000 m3/jour viennent des ressources locales, accusant ainsi un déficit de 90 497 m3/jour devant l’ensemble de la demande (eau domestique, commerces, industrie et agriculture), ce qui signifie que la dotation domestique est bien inférieure aux annonces des 150 litres jour par habitant. Le tableau 2 donne la situation déficitaire de quelques wilayas de l’ouest.

Tableau 2 : Dotations et déficits dans l’alimentation en eau potable des grandes villes du littoral ouest

Villes

Ressources locales (m³/j)

Grands transferts hydrauliques (km)

Taux de satisfaction ( %)

Déficit (m³/j)

Rayon hydraulique (km) (distance par rapport aux points d’approvisionnement)

Oran

15 000

165 000

54,54

150 000

175 km

Mostaganem

11 745

13 311

36,02

44 500

35 km

Béni-Saf

4 400

0

32,35

9 200

7 km

Ghazaouet

2 600

0

26,00

7 400

10 km

Total

33 745

178 311

50,11

211 100

Source : ADE de la Wilaya de Tlemcen, d’Aïn Témouchent, d’Oran et de Mostaganem (2008).

16Une projection de la demande à l’horizon 2020 sur la base de la croissance de la population est résumée dans le tableau 3 et montre clairement la croissance de la demande face à des capacités de production limitées de plus en plus palliées par le dessalement d’eau de mer dont les coûts élevés (52 DA le m3 selon l’Algérienne Des Eaux - 2007), sont en grande partie subventionnés par l’État.

Tableau 3 : Demande en eau de la wilaya d’Oran comparée à des wilayas limitrophes.

Besoins en eau m3/j en 1995

Besoins en eau m3/j en 2000

Besoins en eau m3/j en 2005

Besoins en eau m3/j en 2010 Projection

Besoins en eau m3/j en 2015 Projection

Besoins en eau m3/j en 2020 Projection

Oran

188 134

219 308

248 248

281 007

318 089

360 064

Mascara

74 325

90 267

102 179

126 008

142 636

166 986

Tlemecen

125 568

147 190

166 613

193 351

218 866

243 496

Ain Temouchent

47 039

53 312

60 347

65 443

74 079

77 186

Source : ADE et traitements personnels

17Ce déséquilibre entre l’offre et la demande va se répercuter sur les trois formes d’usages

18L’usage domestique risque de connaitre des difficultés quant à l’accès à la ressource en eau en milieu urbain. Si la dotation domestique constitue une priorité par rapport aux autres usages, et malgré une amélioration certaine notamment pour la ville d’Oran, le réseau d’alimentation d’eau potable est soumis à des perturbations qui rendent difficile sa distribution dans les étages des maisons. Les immeubles doivent faire face à un dysfonctionnement important : les coupures d'eau avec un programme de distribution. Pour résoudre ces difficultés les ménages s’adaptant à la situation, en développant des stratégies compensatoires comme le stockage sous différentes formes d’installations, l’utilisation de suppresseurs directement sur le réseau afin de pallier les insuffisances de pression, les raccordements illicites, la vente ambulante d’eau. En guise de contestation contre les pénuries le non-paiement des factures entraine un accroissement des recettes non recouvertes par les organismes de gestion.

19L’usage agricole est le principal consommateur d’eau souterraine, essentiellement à des fins d’irrigation. Cette consommation est surtout nécessaire pendant la période sèche qui correspond à l’été (juin, juillet, août et septembre) caractérisée par un déficit pluviométrique. La surexploitation des nappes atteint des niveaux alarmants dans la wilaya d’Oran en absence d’un système de surveillance par les services de l’hydraulique. 1066 puits en 2001, relevant des communes de la wilaya d’Oran, captaient les maigres ressources souterraines, et ce chiffre va passer à 1642 puits en 2002. La densité des puits dans la commune de Hassi Bounif est importante (7 puits au km2) où le nombre de puits a été multiplié par presque 3 entre 2001 et 2002 (Bellal, 2009).

20Aujourd’hui, pratiquement près de 100 % de ces puits sont équipés en motopompes. L'utilisation des motopompes a permis l'extension des cultures irriguées des petites exploitations individuelles d’une superficie moyenne de 1 à 3 ha qui pratiquent des cultures intensives ou semi intensives et, surtout, du maraîchage. La répartition de ces puits est, en effet, étroitement liée à celle de la profondeur du toit de la nappe. Creuser un puits a toujours coûté cher. En tirer de l'eau coûte aussi, autrefois en heures de travail, aujourd'hui en carburant du fait de la mécanisation du forage. Mais, nous l'avons vu, la mobilisation et la distribution de l'eau est une affaire collective. Seule la possession d'un puits offre à l'irriguant une certaine liberté par rapport au groupe.

21La tendance à l'individualisme des producteurs agricoles induit donc une augmentation des puits individuels. Aujourd'hui, les utilisateurs exercent une influence importante sur les nappes souterraines locales. Les pompages pour l'irrigation prélèvent pendant 8 mois sur 12 en moyenne. Lorsque le prélèvement dépasse le taux de recharge, la quantité d'eau diminue, par conséquent la profondeur de l'eau et le rabattement augmentent, de même que le taux de salinité. Plus le puits où le forage est profond, plus le dispositif de pompage est puissant (débit), plus le rabattement de la nappe est important autour de ce point. Les prêts du Fonds national de régulation et de développement agricole (FNDRA) et les aides de l’État aux exploitants ont permis l’achat de motopompes pour prélever l’eau des puits.

22La multiplication spontanée des puits, certes moins prononcée qu’il y a 20 ans, se poursuit jusqu'à maintenant malgré l'arrêté de wilaya promulgué en 2006. Ce dernier a conduit les services concernés à recenser et à démolir les puits illicites existant à Oran. Une opération qui est lancée mais qui n'a pas malheureusement pas empêché les dégradations des nappes par les agriculteurs.

23Partout dans les secteurs enquêtés, les paysans nous exposent leur problème capital : la diminution du niveau de l’eau dans les puits. Certains n’hésitent pas à augmenter périodiquement la profondeur de leur puits pour atteindre la nappe. C’est là l’indice d’une nappe exploitée à la limite de ses possibilités du fait de la multiplication anarchique des puits et de l’assèchement du climat. Á propos de la gestion des eaux souterraines utilisées par l’agriculture, on peut affirmer sans trop d'exagération que la Direction de l’hydraulique de la wilaya et les autorités compétentes se sont désengagées de la question tout en faisant fi des lois en vigueur, d’autant plus que les pouvoirs publics acceptaient volontiers de fermer l’œil. L’écrasante majorité des puits des agriculteurs de la commune de Hassi Bounif ne sont soumis à aucune autorisation. L'administration ne peut donc ni exercer de contrôle réel, ni œuvrer à la rationalisation de cet usage. Dans un système où l'eau est fournie gratuitement et limitée en temps, l'intérêt de l'irriguant est d'en consommer le maximum.

24L’usage industriel ne connaît pas les mêmes problèmes que l’usage domestique. La zone industrielle d’Arzew, regroupant des activités stratégiques (la raffinerie, le complexe pétrochimique et le complexe de gaz naturel liquéfie) pour le pays, est entrée en concurrence avec les autres utilisateurs quant aux besoins en eau. Les unités industrielles se sont trouvées en position de concurrence par rapport aux autres usagers. La zone industrielle d’Arzew était parmi les premières à utiliser l’eau de mer pour le refroidissement des installations industrielles. Selon une étude du centre de développement des énergies renouvelables, réalisée en 1964, trois petites unités de 8m3/j chacune ont été installées dans le complexe de gaz liquéfié d’Arzew, suivies en 1969 d’une unité monobloc de 4560 m3/j. En 2005, l’usine de dessalement Kaharama a été mise en service pour assurer une capacité de production de 90 000 m3 /j d’eau destinée d’une part aux besoins des différents complexes implantés dans la zone industrielle et d’autre part aux besoins de la population d’Arzew.

25Actuellement, les besoins de la zone industrielle d’Arzew sont satisfaits à hauteur de 54 % depuis la mise en marche de l’usine de dessalement Kaharama (Bellal, 2009).

26La distorsion croissante entre un potentiel limité et une consommation croissante, ainsi que l’inégale répartition spatiale des disponibilités, expliquent le rôle fondamental du sous-système « gestion » dans l’arbitrage entre offre marquée par la rareté et une demande croissante (figure 4).

Figure 4 : Le sous-système « d’usages » d’eau

Figure 4 : Le sous-système « d’usages » d’eau

Sid Ahmed BELLAL, géographe, 2012.

3. Le sous-système de « gestion » : un service public monopole de l’État

27Le sous-système « gestion » de l’eau est assuré par des institutions étatiques qui commencent à s’ouvrir au partenariat public-privé notamment au niveau de la commercialisation et de la distribution urbaine. Le sous-système « gestion » va concerner autant la mobilisation, le transport et la distribution de la ressource eau que le développement et l’entretien des installations liées à l’eau.

28La gestion de l'eau en Algérie est structurée selon le découpage administratif (niveau national, wilaya, daïra, commune). Les missions du Ministère des ressources en eau (MRE) sont assurées au niveau central (régulation, planification, moyens financiers, prospective) par cinq directions techniques centrales et trois directions d'appui et de consolidation. Les objectifs primordiaux sont : rattraper le retard en matière de réalisation et de mobilisation, et réhabiliter et développer les systèmes d'assainissement. Le MRE élabore, sur la base des orientations du gouvernement, le plan national de l'eau, qui a été adopté en février 2007 et s’étale jusqu’à l’horizon 2025.

3.1. De nouvelles structures de gestion de l’eau en Algérie

29Le MRE est doté de six établissements publics intervenant dans la gestion de l’eau. Ces agences qui assurent la gestion de l’eau sont à caractère administratif ou à caractère industriel et commercial.

30Les agences à caractère administratif sont au nombre de trois :

  • l’Agence nationale des ressources hydrauliques (ANRH) créée par le décret n° 81-167 du 25 Juillet 1981, est un établissement public à caractère administratif et à vocation scientifique et technique doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière avec comme mission l'inventaire des ressources en eaux et en sols irrigables du pays, en conformité avec les objectifs du plan national de développement et dans les conditions fixées par l'autorité de tutelle ;

  • l’Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) créée par le décret n° 85-163 du 11 juin 1985, est un établissement public à caractère administratif et à vocation technique, doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière. Elle est chargée de la mobilisation des ressources à travers la mise en œuvre des programmes de constructions de barrages et des différents réseaux d’interconnexions (conduites, stations de pompages, stations de traitement) ;

  • les Agences de bassins hydrographiques (ABH), sont des établissements publics à caractère industriel et commercial, créées conformément au décret exécutif n° 96-279 du 26 Août 1996. Leurs missions principales portent sur l’évaluation des ressources, la surveillance de l’état de pollution des eaux, l’élaboration des plans directeurs d’aménagement et d’affectation des ressources, ainsi que l’information et la sensibilisation des usagers à l’utilisation rationnelle de l’eau. Le territoire national est découpé en cinq unités hydrographiques naturelles correspondant à des régions de planification hydraulique :

  1. l’Agence de bassin hydrographique Algérois-Hodna-Soummam ;

  2. l’Agence de bassin hydrographique Chélif-Zahrez ;

  3. l’Agence de bassin hydrographique Constantinois-Seybousse-Mellegue ;

  4. l’Agence de bassin hydrographique Sahara ;

  5. l’Agence de bassin hydrographique Oranie-Chott Chergui.

31Les Agences à caractère industriel et commercial sont au nombre de trois :

  • l’Office national de l’irrigation et du drainage (ONID), créé par le décret exécutif n° 05-183 du 18 mai 2005 qui gère les projets d’irrigation et les opérations de drainage ;

  • l’Office national de l’assainissement (ONA), créé en même temps que l’Algérienne des eaux (ADE), est l’organe public compétent en matière de gestion et d’aménagement des réseaux d’assainissement et de gestion des stations d’épuration et d’assainissement ;

  • l’ADE, créée par décret exécutif n° 01-101 du 21 Avril 2001 et sous tutelle du MRE, exerce une autorité directe sur 26 entreprises publiques appelées EPE, Entreprise publique de l’eau (EPEAL pour Alger, EPEOR pour Oran), qui constituent les véritables opérateurs de la distribution pour les grandes agglomérations algériennes.

Figure 5 : Le sous-système de « gestion »

Figure 5 : Le sous-système de « gestion »

Sid Ahmed BELLAL, géographe, 2012.

32L’ADE dispose de 5 agences régionales qui épousent les bassins hydrographiques. Chaque agence est divisée en plusieurs zones et chaque zone comporte 2, 3 ou 4 unités. Par exemple, l’agence régionale d’Oran est composée de 3 zones : Mostagnem-Mascara, Sidi Bel Abbès-Saida-Naama-El Bayedh et Oran-Ain Temouchent-Tlemcen. Trois unités (production, distribution, réalisation et maintenance) sont implantées (Oran, Ain Temouchent et Tlemcen). L’agglomération d’Oran est formée par 4 centres de distributions (Es-Sénia, Ain El Turck, Oran et Arzew).

33Chaque agence régionale dispose d’une autonomie de gestion dans le cadre de son budget annuel et des procédures générales de gestion de l’établissement. Le fonctionnement du service de l’eau au niveau de la wilaya et de la commune en principe fera l’objet d’une concertation avec les collectivités locales. Cette concertation sera organisée autour de conseils d’animation et de surveillance qui seront mis en place selon la consistance territoriale de chaque bassin hydrographique.

34Au niveau local, dans chacune des 48 wilayas du pays, le MRE dispose d’une direction de Wilaya de l’Hydraulique (DWH) qui chapeaute des subdivisions au niveau de chaque daïra. Elle s’occupe globalement de la gestion de la ressource en eau de la wilaya et des ouvrages de mobilisation. La DHW est, en particulier, responsable des autorisations de forage et de fonçage des puits.

35L’action de l’Etat, à qui incombe en grande partie la gestion de l’eau par le biais d’un service public, est double : mobilisation des ressources en eau et optimisation de la gestion. En matière d’augmentation de la ressource, il s’agit essentiellement du dessalement d’eau de mer, des transferts régionaux (MAO), de la déminéralisation de la nappe saumâtre de Bredéah et de la réhabilitation du réseau de distribution d’AEP des centres urbains, touché par la vétusté occasionnant ainsi des pertes énormes pouvant atteindre 45 % du volume distribué.

3.2. Réseau de distribution en extension et de nombreux systèmes autonomes

36Face aux difficultés rencontrées par les services de l’état, des comités de quartier voient le jour pour assurer la distribution de l’eau et l’utilisation optimum des puits. L’exemple du Douar Habib Bouakel a connu une émergence d’un comité de quartier depuis 1990 jusqu'à nos jours et il assure la distribution de l'eau pour 127 haouchs (maisons traditionnelles). Ce comité de quartier est constitué de quatre personnes volontaires. Il assure l’alimentation en eau de la population du Douar par un puits qui se trouve sur le piémont sud du Djebel Murdjadjo. Le puits a été réalisé en 1886, avec une profondeur de 107 m et un diamètre de 1,80 m. Il a été abandonné et ensablé depuis le départ des Français. En 1989, il a été récupéré, nettoyé et déblayé de la vase par un voisin qui possède une douche publique localisée au pied du Djebel Murdjadjo dans le quartier des Amandiers. Á cause de la sécheresse et du manque d’eau au niveau du quartier, la population a demandé de l’eau auprès du propriétaire de la douche publique. Ce dernier a refusé de donner de l’eau à des voisins, ce qui a poussé la population du quartier à se manifester contre cette décision et de le poursuivre en justice. L’affaire est traitée en justice jusqu'à ce que le tribunal d’Oran proclame un verdict en faveur de la population du quartier. Depuis, le comité gère ce puits.

37Le point d’eau est équipé par deux pompes, l’une aspirante qui alimente un bassin d’une capacité de 8 000 litres et l’autre refoulante chargée d’approvisionner une citerne de 6 000 litres faisant office de château d’eau se trouvant à un point culminant du Douar Habib Bouakel. Ce réservoir est tributaire des fréquentes coupures de courant. Pour pallier ces inconvénients, le comité de quartier construit ce réservoir, ce qui lui permet de disposer d’une réserve d’eau conséquente. Il assure l’approvisionnement en eau de 127 haouchs du Douar Habib Bouakel.

38L’eau est exploitée une fois tous les quatre jours. Le quatrième jour, les habitants reçoivent de l’eau. Le douar est divisé en trois grandes parties. Chaque partie comprend 28 à 30 venelles. Chaque ruelle possède 5 à 6 logements qui reçoivent de l’eau de manière régulière pendant 45 mm et parfois une heure pendant quatre jours.

39Sur la base d’une cotisation de 250 DA par logement, le comité de quartier a acheté les tuyaux, financé la construction du château d’eau et les pompes. Les ménages ont créé des micros réseaux à la surface du sol ou suspendus en plein air, leur assurant ainsi l’eau potable à domicile à partir du réservoir (Bellal, 2009).

40En effet, chaque fin du mois les habitants payent une somme de 150 DA. Le paiement s’avère légitime car il correspond à une participation aux frais d’électricité de la pompe, la rechange des pièces et le paiement du gestionnaire ainsi que les réparations nécessaires. Le taux de paiement des redevances d’eau est de 100 % (Bellal, 2009). De telles pratiques démontrent combien, au-delà des idées couramment préconisées, les habitants, dans les limites de leur revenu, arrivent à s’organiser et à gérer les équipements de leur quartier afin d’améliorer leur confort tout en attendant l’arrivée du réseau de l’ADE.

3.3. Un marché informel de l’eau : une activité illégale, mais encouragée

41Ce qui fait la spécificité d’Oran, c’est bien le manque d’eau et la qualité médiocre de son eau, ce qui donne lieu à des pratiques tout à fait originales et informelles. Nous avons relevé, dans plusieurs quartiers, l’existence d’une eau impropre à la consommation du fait de son degré de salinité. Les résidents ont déclaré avoir recours à l’achat de l’eau douce par le bais des revendeurs ambulants (camions ou voitures) et des revendeurs motorisés (tracteurs).

42Ces revendeurs ambulants transportent de l’eau sur des camions ou voitures (de type Peugeot, Renault, Saviem, Sonacome, Estafette, Volkswagen). Ils sont équipés de réservoirs galvanisés. Un camion peut contenir généralement 2 réservoirs ou 3 réservoirs avec une dizaine de jerricans de 20 litres. Parfois, on retrouve des camions ambulants qui transportent uniquement entre 60 à 70 jerricans de 20 litres (Bellal, 2009).

43Les revendeurs motorisés utilisent des tracteurs pour le ravitaillement des zones périphériques de l’agglomération oranaise qui comprend des chantiers de construction, ainsi que les quartiers non équipés ou dans les secteurs victimes d’une longue coupure. Exceptionnellement, ces revendeurs peuvent approvisionner la ville d’Oran surtout lorsqu’elle est affectée par une longue coupure. L’eau est vendue le plus souvent par tracteurs citerne d’une capacité de 3 000 litres. La vente se fait généralement par citerne dans le cas des chantiers de constructions situés en zone non desservie. Elle peut être effectuée au détail si la clientèle est constituée de ménages, de restaurateurs ou d’autres particuliers. Ce commerce est soumis également aux fluctuations saisonnières, car le principal de ses activités se concentre durant la saison sèche. Les tarifs pour la citerne sur une distance inférieure à 5 km, soit 400 à 500 DA les 3000 litres, tarifs qui peuvent augmenter avec la distance (Bellal, 2009). Les tracteurs autorisés par l'APC possèdent un numéro inscrit sur leurs réservoirs. Ce numéro permet de donner une garantie aux clients. Cette garantie se matérialise par le contrôle du réservoir, de la nature du tuyau par le service d’hygiène de l’APC. Les clients parfois viennent chercher ces tracteurs qui se regroupement généralement dans la place de Boucheikhi (commune de Bir El djir), surtout pour les quartiers qui sont en chantier en zone périphérique de l’agglomération d’Oran.

44Une grande partie de la population oranaise est touchée par cette pratique. La revente de l’eau au détail est une activité assez importante dans l’agglomération Oranaise, où une partie de la population ne dispose pas d’un branchement (le taux de raccordement des ménages dans l’agglomération oranaise aux réseaux d’alimentation en eau potable est actuellement de 94 %). Ce moyen d’approvisionnent en eau rapporte beaucoup d’argent aux revendeurs dont le nombre augmante considérablement (Bellal, 2009). Mais ce commerce reste intéressant comme activité complémentaire pour les propriétaires des puits et les revendeurs ambulants. Cette activité du secteur informel pourrait disparaître si l’Algérienne des eaux (ADE) et la SEOR arrivaient à satisfaire les besoins en eau et améliorer la qualité de leur service public.

Conclusion

45L’analyse de la problématique de l’eau dans la wilaya d’Oran à travers les trois sous-systèmes ressources/usages/gestion indique clairement qu’en tant que service public (droit à l’eau de tous les citoyens) le rôle moteur et ingrat va nécessairement incomber aux services gestionnaires de l’eau.

46Des marges de manœuvre pour améliorer la production sont limitées.
Dans le cas précis de la wilaya d’Oran, il est exclu d’espérer une amélioration des ressources locales à la hauteur d’une demande en pleine croissance. Le recours aux transferts est une solution transitoire car elle suppose la mobilisation d’excédents dans les régions pourvoyeuses, mais elle ne peut être durable dans la mesure où ces régions elles-mêmes doivent faire face à leur développement (urbanisation, activités, agriculture) ce qui ne saurait s’imaginer sans la ressource eau. Aujourd’hui, l’aisance financière de l’Algérie a permis de développer un vaste programme de dessalement d’eau de mer qui a permis d’améliorer la situation de l’alimentation en eau potable. La dotation quotidienne en eau potable par habitant est passée à 170 litres distribués dans plus de 73 % de chefs-lieux de commune, en même temps que la distribution en continu est de plus en plus une réalité dans l’agglomération oranaise, mais qu’en sera-t-il dans vingt ou trente ans ?, quand on sait que le m3 dessalé est vendu à perte donc subventionné et que l’entretien et la maintenance des équipements de dessalement coûtent très chers. Le recours au traitement des eaux usées destinées à l’agriculture, bien moins cher que le dessalement, est encore insignifiant. L’utilisation dans l’irrigation des eaux usées épurées est déjà effective dans le périmètre de la M’leta au sud de l’agglomération Oranaise. Actuellement en cours d’aménagement et d’équipement, ce périmètre, est totalement irrigué par la station d’épuration d’El Kerma, la plus grande d’Algérie. Avec la concrétisation de ce projet, les superficies agricoles irriguées vont connaître un bond avec une augmentation, au cours des prochaines années, pour atteindre 15.000 hectares. Les superficies agricoles irriguées sont estimées actuellement à 6 365 hectares consommant plus de 17 millions de m3 d'eau (Journal l’Expression du 29 Mars 2009).

47Une gestion de l’eau, marquée par des approches « technicistes » et bureaucratiques
Les perturbations majeures que connaissent les circuits d’alimentation en eau potable et de l’irrigation découlent, certes, de la faiblesse des ressources hydriques en Algérie, mais elles trouvent également une explication dans l’absence d’une gestion rationnelle de cette ressource rare. Qu’il s’agisse des politiques générales de l’eau, de la législation, des instruments de régulation ou des institutions, la question de l’eau a été appréhendée, depuis le début des années 1970, en termes d’offre et de réalisation d’infrastructures, en sous estimant le rôle des organismes de gestion et de commercialisation. Cette approche, centrée sur des initiatives et des investissements strictement étatiques, s’est avérée insuffisante dans la mesure où elle n’a pas permis la satisfaction des besoins des populations et des activités économiques. Des réformes ont été introduites à travers la refonte du code des eaux en 1996 avec la création du conseil supérieur de l’eau, la création des agences de bassins hydrographiques, et la définition de nouvelles modalités de tarification de l’eau (tarification régionale et instauration de redevances). Le résultat de ces réformes a été l’émergence d’un cadre institutionnel censé permettre une gestion intégrée des eaux à l’échelle du pays. De ce point de vue nous pouvons affirmer qu’au-delà du changement purement formel survenu à la suite des assises de l’eau, organisées en 1995, la gestion de l’eau n’a pas subi des modifications notables et demeure marquée par des approches technico-bureaucratiques. Les insuffisances en matière de gestion ont conduit à une situation critique et incontrôlable. Elles posent un problème épineux aux autorités. Les ressources disponibles sont en deçà des besoins. La vétusté des réseaux d'adduction et la capacité de stockage déficiente entravent la bonne distribution de l'eau aux consommateurs. La dotation journalière par habitant reste faible par rapport aux normes internationales. Face à cette situation, les pouvoirs publics ont engagé une importante réforme institutionnelle depuis les années 2000 visant la bonne et efficiente gestion de la ressource en eau dans le cadre du développement durable. Mais, beaucoup d’acteurs ont été soit absents, soit ignorés ou non sollicités.

48L'Algérienne des eaux (ADE) a toutes les compétences pour la prospection, la production, le traitement, la distribution et la facturation de l'eau potable. En 2005, le MRE a demandé l’assistance technique de la Banque mondiale pour mettre en œuvre des partenariats public - privé (PPP) et améliorer les services d’eau et d’assainissement dans les principales villes : SEOR pour Oran, SEAL pour Alger…etc. Mais ce système, n'est pas généralisé à l’échelle nationale. La gestion de l’eau est aujourd’hui au cœur d’un dysfonctionnement institutionnel avec confusion dans les attributions et les actions entre collectivités locales et Etat : aujourd’hui la réforme est bloquée et aucune wilaya n’est passée à l’ADE en 2004-2005. Les hydrauliciens évoquent les résistances du Ministère de l’intérieur car le budget des Directions de l’hydraulique de wilaya (DHW) est conséquent et les walis n’entendent pas s’en séparer : forages et réhabilitation de réseaux d’alimentation en eau potable sont encore entrepris " loin de l’ADE " qui souvent n’est appelée à la rescousse, que lorsque débutent des problèmes techniques imprévus.

49Tarification, branchements illégaux et recouvrement : le talon d’Achille de la gestion.
La nouvelle tarification des services publics d’alimentation en eau potable et d’assainissement est entrée en vigueur le 1er janvier 2005. Les tarifs de consommation sont déterminés en fonction des usages, de la zone tarifaire, du volume d’eau fourni et de la nature et de la qualité de l’eau. Pour chaque zone tarifaire territoriale, il est déterminé un tarif de base. Il correspond à la consommation d'un mètre cube d'eau par un usager de la catégorie I dans la première tranche de consommation trimestrielle dite tranche sociale. Un tarif de base unique est fixé pour les trois premières zones et deux autres tarifs pour les deux dernières. Les tarifs de base d’eau potable sont ainsi de 6,3 DA/ m3 pour les zones 1, 2 et 3. Le prix pour le mètre cube est de 6,1 DA en ce qui concerne la zone 4 et de 5,8 DA pour la zone 5. Quant aux tarifs d’assainissement, ils sont respectivement de 2,35 DA, de 2,2 DA et 2,1 DA/m3. Les tarifs de consommation doivent ensuite être additionnés aux tarifs trimestriels d’abonnement de 240 DA pour l’eau potable et 60 DA pour l’assainissement ainsi qu’aux différentes taxes et redevances (TVA de 7 %, taxe d’économie de l’eau de 4 %, taxe de la qualité de l’eau de 4 %, redevance de gestion de 3 DA/m3 et timbre fiscal de 12 DA). C’est l’ensemble de ces frais qui est porté sur la facture que doit honorer le consommateur. L’Algérienne des Eaux, estime que les tarifs actuels ne couvrent pas ses frais et ne permettent pas d'engager les travaux de rénovation du réseau de distribution. La tarification équitable de l’eau constitue un casse-tête entre la rentabilité des investissements et la politique sociale d’autant plus que la question du recouvrement gène les organismes gestionnaires.

50L’ADE d’Oran se plaint des mauvais payeurs, mais aussi d’un déficit en équipements pouvant lui permettre de garantir une meilleure efficacité dans ses interventions sur l’ensemble du territoire de la wilaya. Les dettes dues aux ménages sont les plus importants. Dans tous les cas, il est très rare que l’eau soit coupée pour non-paiement. En fait, aucune contrainte n’oblige l’abonné à payer sa facture. La pénurie et les coupures d’eau par l’ADE ont amené les Oranais à toutes sortes de stratégie pour avoir de l’eau, en violation de la réglementation. Les autorités ont toujours toléré ce système et ont laissé faire, sans doute parce que l’eau est un besoin vital. Le ministre des Ressources en eau a dit en 2003 : « Pas de répression, il faut d’abord donner de l’eau à tout le monde et l’Etat continuera à le faire. C’est un service public avant d’être un enjeu commercial. ». Ce n’est sans doute pas l’avis des grandes multinationales de l’eau qui pensent que le secteur privé ne pourrait assurer correctement une mission de service public que si les recettes de la vente d’eau couvraient les dépenses d’exploitation.

51Si le raccordement des abonnés au réseau de distribution en eau potable ne pose pas de problème, même pour les nouveaux lotissements, il y a lieu de signaler que l'ADE souffre énormément des branchements anarchiques et illicites. Le prix de l’eau peut-t-il avoir un effet modérateur sur le gaspillage de la ressource ? La question reste entière, même si on peut reprocher au « système eau » de la wilaya d’Oran l’absence d’un véritable marché de l’eau dans lequel s’affronteraient producteurs d’eau (entreprises, exploitants, régies, concession) et consommateurs (ménages, irrigants, entreprises, administrations). On peut espérer qu’à l'avenir, des associations d'usagers participent réellement à la gestion de la ressource commune. Ces associations pourront constituer un contrepoids aux pouvoirs publics et aux concessions privées mais également un vecteur pédagogique de l’économie de l’eau.

Haut de page

Bibliographie

Bellal S, 2009, Ressources, usagers et gestionnaires de l’eau en zone semi-aride : Le cas des plaines littorales oranaises (Ouest algériens). Thèse de doctorat des sciences, Université d’Oran Es Senia, 302 p.

Bouanini A, 1991, Étude du bilan hydrologique, hydrogéologique et géochimique du bassin versant de la sebkha d’Oran (wilaya d’Oran). Mémoire de Magister, université d’Oran.

Donnadieu G, Durand D., Neel D., Nunez E., Saint-Paul L., 2003, L'Approche systémique : de quoi s'agit-il ? , Synthèse des travaux du Groupe AFSCET, « Diffusion de la pensée systémique »

Hassani M I, 1987, Hydrogéologie d’un bassin endoréique semi-aride de la grande Sebkha d’Oran, thèse de Doctorat 3ème Cycle- Université Scientifique, technologique et médicale de Grenoble-France.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Situation géographique de la wilaya d’Oran
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 1 : Le sous-système « ressources »
Crédits Sid Ahmed Bellal, géographe, 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2859/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Figure 2 : Variations interannuelles des précipitations de la station d’Oran-Sénia (1924/1925-1999/2000)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2859/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 3 : Diagramme ombrothermique de la station d’Oran Es Senia
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2859/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 4 : Le sous-système « d’usages » d’eau
Crédits Sid Ahmed BELLAL, géographe, 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2859/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 5 : Le sous-système de « gestion »
Crédits Sid Ahmed BELLAL, géographe, 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2859/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sid Ahmed Bellal, Said Mokrane, Tarek Ghodbani et Ouassini Dari, « Ressources, usagers et gestionnaires de l’eau en zone semi-aride : Le cas de la wilaya d’Oran (ouest algérien)  », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2859

Haut de page

Auteurs

Sid Ahmed Bellal

Enseignant-chercheur
Université d’Oran, département de géographie
bellalsid@yahoo.fr

Said Mokrane

Enseignant-chercheur
Université d’Oran, département de géographie

Tarek Ghodbani

Enseignant-chercheur
Université d’Oran, département de géographie

Ouassini Dari

Enseignant-chercheur
Université d’Oran, département de géographie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page