Navigation – Plan du site
Varia

L'agriculture périurbaine face aux vulnérabilités foncières en Algérie

Periurban agriculture faced with agrarian vulnerabilities in Algeria
Bouziane Semmoud et Abdelhamid Ladhem

Résumés

Les espaces ruraux périurbains des grandes villes d'Algérie vivent des transformations liées à trois facteurs combinés, parfois contradictoires : l'ouverture libérale, la redistribution de la rente pétrolière et l'évolution des espaces et des marchés urbains. Les exemples de la Mitidja centrale (entre Blida et Alger) et de l'Oranais en révèlent la diversité et les contrastes. L'approche menée à partir d'entretiens non directifs et de récits de vie avec des agriculteurs anciens et nouveaux restitue les évolutions récentes : fragmentation agraire, transactions foncières, mutations du faire-valoir, intensification, soumission à un marché urbain dérégulé, etc. Elle met en exergue en particulier leurs vulnérabilités foncières et les multiples stratégies d'adaptation dynamique des uns, les inerties et la fragilité des autres. Le déploiement agricole par intensification paraît ainsi hétérogène, fragile et toujours peu soucieux de l'environnement. Il est à la fois suscité et contraint par l'expansion urbaine, porté par l'aide de l'État mais structuré par des acteurs urbains privés.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Objectif et cadre scientifique

  • 1 L'UMR LADYSS a très tôt créé un observatoire des rapports entre rural et urbain qui devaient être i (...)
  • 2 M. Vanier (2005) définit trois âges pour les espaces ruraux périurbains en France : le productivism (...)

1Les agricultures périurbaines ne cessent de susciter de l'intérêt à mesure que s'imposent les problématiques de sécurité et de souveraineté alimentaires, inséparables des impératifs environnementaux, et que s'affirme la nécessité de redéfinir les rapports entre rural et urbain. Cet intérêt pour un « tiers espace » (Vanier, 2000), un « espace hybride ... de l'entre deux » (Poulot, 2008), implique « une transversalité » de la recherche et par là-même la convergence des recherches urbaines et rurales (Bonerandi et Deslondes, 2008). Il émerge en Europe, en particulier en France, au cours de la décennie 19901 et grandit dans les années 2000, constituant, en même temps que l'environnement, de « nouvelles perspectives » pour une géographie rurale en crise. Il se diffuse dans les pays d'Asie du Sud-Est et d'Afrique subsaharienne confrontés, à la suite des plans d'ajustement structurel, au problème d'alimentation des villes et à la crise de l'emploi (Temple et Moustier, 2004). La recherche maghrébine, longtemps polarisée par « la ville » du fait de l'explosion urbaine, notamment en Algérie, ne s'y engage que tardivement et demeure attachée au paradigme du périurbain - réserve foncière2 qui privilégie les conflits entre acteurs pour son appropriation (Boudjenouia et al., 2008 ; Maachou, 2012). Depuis peu, le redéveloppement de l’agriculture périurbaine, parfois traité à travers le prisme de la ressource en eau, y tient une place importante, (Bellal, 2012 ; Otmane et Maachou, 2012). Une étude sur la Mitidja occidentale (Imache et al., 2011) aborde plus précisément les effets de la restructuration et de la récente politique agricole algérienne sur les exploitations. La démarche privilégiant les modalités d'adaptation des exploitations, plus active en Tunisie (Elloumi et al., 2003, Houimli, 2008), demeure cependant embryonnaire.

2Il est vrai que la logique « réserve foncière » correspond aux processus mis en œuvre. Au Maroc, comme en Tunisie, la dérégulation assumée, permise par une privatisation achevée, ne rencontre que peu de résistances à cette logique. En Algérie, l'État central développe un discours de protection des terres agricoles, après avoir longtemps libéré les appétits puissants de villes auparavant bloquées dans leur croissance. Dans le contexte actuel d'embellie financière due au niveau élevé des prix pétroliers, l'Algérie semble même opérer une pause dans la privatisation des terres. Dans les trois pays, la puissance publique conserve une stratégie classique : ajuster la croissance de la production agricole à l'accroissement démographique, combler l'écart profond entre l'alimentation locale des populations et leur satisfaction par l'importation, mais aussi, comme au Maroc, faire contribuer efficacement l'agriculture au PIB en encourageant les cultures d'exportation.

3Cet article se propose d'analyser les transformations récentes de l'agriculture des espaces ruraux périurbains en Algérie, un pays à économie de transition qui doit son fonctionnement pour l'essentiel à la rente pétrolière. L'intérêt est porté aux effets de la transition et de la proximité urbaine sur les structures foncières, les systèmes de culture et les modes de gestion des exploitations agricoles du sud-ouest de la région urbaine d’Alger et du pourtour d’une métropole régionale Oran. L'approche entend s'inscrire dans le paradigme selon lequel la transformation des fonctions agricoles tient fondamentalement aux multiples et diverses stratégies d'adaptation des agriculteurs à l'expansion urbaine et à l'ouverture libérale. L'article traite plus précisément des influences des vulnérabilités foncières qui en résultent, sur les stratégies d'appropriation de la terre et d'adaptations productives et commerciales des agriculteurs. Qu'il s'agisse de la propriété du sol, du faire-valoir, ou des circuits de distribution, les recompositions semblent, en dernier lieu, tenir plus à la réémergence des rapports de domination des villes sur les campagnes qu’à la construction certes difficile, lente et partielle mais réelle en Europe, de territoires de négociation, « de nouvelles imbrications entre espaces ruraux et société urbaine » (Poulot, 2006).

Conduite de la recherche

  • 3 L’enquête a parfois nécessité deux passages, et a dû se satisfaire, pour deux nouveaux acquéreurs d (...)

4Les entretiens non directifs menés avec des exploitants ont pour objectif de cerner la diversité impressionnante des exploitations tout en décryptant la manière dont elles se sont construites dans la restructuration et la libéralisation, comme dans le rapport à la ville. L’instabilité des exploitations est d’autant plus prégnante que la loi de 2010 sur la concession bouleverse nombre de projets individuels et familiaux. L'investigation a concerné deux aires majeures : les environs de Blida (13 exploitations) et d'Oran (16 exploitations)3. En Mitidja, les exploitations s’inscrivent dans une double proximité urbaine : celle des villes moyennes ou petites du centre de la plaine, Blida, Boufarik, Oued el Alleug, et celle d’Alger, capitale régionale et nationale. Le choix des deux aires est également dicté par la domination des terres du domaine de l’État, objet des restructurations : 82 % dans la wilaya d'Oran, 61 % dans celle de Blida, pour une moyenne nationale de 29 %, selon le recensement général de l'agriculture (RGA) de 2001 (MADR, 2003).

5Les entretiens réalisés sur place, au printemps et à l'automne 2012, restituent la genèse des exploitations par des récits de vie qui remontent aux années 1960 (tableaux 1, 2 et 3). Ils permettent de cerner par petites touches l’enjeu du foncier agricole, et à travers les pratiques des agriculteurs, l’évolution des types et des systèmes de culture et les motivations qui la suscitent, les mutations du faire-valoir, les contraintes du marché, de l’équipement et de la main d’œuvre. La proximité urbaine est interrogée du point de vue des débouchés de la production, des relations possibles et des représentations.

6Après une présentation des potentiels inégaux des deux régions, l'intérêt est focalisé sur les vulnérabilités, en particulier foncières, des exploitations puis sur les réponses apportées sous forme de stratégies d'adaptation, de résistance ou de résignation à l'abandon. L'évolution des exploitations éclaire enfin la reconfiguration des rapports ville-campagne induite par la transition économique.

1. Mitidja centrale et oranais : des potentialités inégales

1.1. La Mitidja, un bassin de production national

7La plaine algéroise est historiquement un symbole très fort d’une agriculture prospère et d’une vie rurale intense mais également d’une transgression ancienne et récurrente de l’urbanisation sur les espaces agricoles (figure 1).

Figure 1 : Mitidja et Sahel d’Alger. Espace urbain et agriculture

Figure 1 : Mitidja et Sahel d’Alger. Espace urbain et agriculture

Source : Restitution d’après Google Earth - Carte réalisée par B. Semmoud

8Bénéficiant d’un climat méditerranéen subhumide et de sols variés, aérés et égouttés sur les piémonts du Sahel d’Alger au nord et des monts telliens de Blida au sud, lourds au cœur de la plaine, irriguée par de nombreux cours d’eau pérennes, la Mitidja a très tôt constitué un bassin de production agricole spécialisé à l'échelle nationale. Elle le demeure. Au RGA de 2001, elle représentait avec ses 217 936 ha, 2,6 % de la superficie agricole utile (SAU) du pays mais 45 % des vergers agrumicoles, 21 % du vignoble, 16,5 % de l'arboriculture à pépins et noyaux et 13 % des cultures maraîchères mais plus du quart de celles qui sont pratiquées sous serre, il est vrai peu importantes (MADR, 2003). En 2010, elle assurerait entre 40 et 50 % – selon les sources – de la production nationale d'agrumes, le cinquième des fruits à pépins et noyaux et des produits maraîchers. Hormis les wilayate sahariennes, l'agriculture y est la plus intensive, les terres irriguées s'étendant sur 26,5 % de la SAU. La wilaya de Blida tient une place particulière : en 2008-2009, elle produisait 2,6 millions de quintaux d'agrumes, soit le tiers de la production nationale, sur 17 000 ha dont 14 500 en rapport, lesquels constituent plus de 75 % des vergers de la Mitidja. 38 % de sa SAU totale sont irrigués. Sa domination dans l'arboriculture à pépins et noyaux est moins nette mais réelle avec 36 % des vergers de la Mitidja. Les cultures maraîchères dominent plutôt à l'est de la plaine, sur les terres des wilayate de Boumerdès et d'Alger, et surtout à l'ouest, sur celles de la wilaya de Tipasa. Le Sahel d’Alger, autour de Koléa, et le périmètre irrigué de Mouzaia - La Chiffa constituent désormais, avec la majorité des serres algéroises qui leur sont consacrées, une sorte d'auréole maraîchère lointaine de la capitale (figure 1).

  • 4 L’agglomération algéroise et sa constellation suburbaine comptaient 2 785 000 habitants au recensem (...)

9L'axe Blida - Alger (figure 2) illustre à la fois une urbanisation continue sur les grands axes et un mitage urbain très marqué rencontré également à l'est et à l'ouest de la capitale4. C'est le résultat de la projection des activités et des équipements d'Alger, de la puissante mobilité résidentielle de ses habitants et de ceux des villes de la Mitidja, comme de la résurgence de l'exode rural sécuritaire. Le mitage, déjà bien ancien, s'accentue en effet lors de la décennie 1990 qui favorise la multiplication de constructions spontanées dans les exploitations souvent désertées par leurs occupants.

Figure 2 : Espaces agricoles et urbanisation en Mitidja centrale

Figure 2 : Espaces agricoles et urbanisation en Mitidja centrale

Source : Restitution d’après Google Earth et observations de terrain. Carte réalisée par B. Semmoud.

1.2. L'Oranais ou la « vocation » agricole surestimée

  • 5 Dans l’Oranais, le mitage urbain présente une forme concentrée le long d’axes privilégiés. L’agglom (...)

10Les terres de l’Oranais ont acquis la réputation d’être fertiles grâce au succès de la viticulture coloniale. Or, les contraintes ne manquent pas : un climat semi-aride, des étendues salées, sebakh et daïat, un encroûtement calcaire ou gypseux omniprésent et un potentiel hydrique médiocre et de qualité inégale, souvent saumâtre. À la période coloniale, l’extension de la vigne répondait certes à l’appel du marché français à la suite des ravages de l’épidémie du Phylloxera de 1870. Mais elle était parfaitement adaptée aux conditions naturelles. Elle a dû son succès au soutien de la métropole et à une main d'œuvre bon marché. Les difficultés de la reconversion après l'indépendance, puis la vigueur de la croissance urbaine ont entraîné, depuis les années 1980, un recul des terres agricoles y compris des îlots de cultures maraîchères, jusque sur les franges extérieures de la commune balnéaire d'Aïn el Turk dont les sols sablonneux, une nappe d'eau douce et l'immigration marocaine avaient longtemps favorisé une riche mise en valeur5. À l'est, les jardins de Kristel, qui n'ont dû leur salut qu'à leur enclavement, subissent depuis peu l'assaut des résidences secondaires.

11À partir des années 2000, une dynamique agricole est attestée. Très dispersée dans le périurbain proche, elle est vigoureuse sur la zone des Hassi à l'est, conquise par les cultures irriguées maraîchères et arboricoles, écartant les céréales qui avaient remplacé la vigne (figure 3). À l'ouest, l’agriculture s'intensifie sur le piémont sud du Murdjadjo, autour de Misserghin. Le tout au risque de l'épuisement inéluctable de la nappe phréatique oranaise, de qualité médiocre : le nombre de puits de la wilaya a en effet doublé entre 2001 et 2011, et triplé dans l'arc de cercle périurbain joignant Misserghin à Hassi Bou Nif.

Figure 3 : Les agricultures périurbaines de l’Oranais

Figure 3 : Les agricultures périurbaines de l’Oranais

Source : Restitution d’après Google Earth et observations de terrain. Carte réalisée par B. Semmoud.

2. Des vulnérabilites partagées mais inégales

2.1. La vulnérabilité foncière, un trait dominant des exploitations

12Que leur statut initial soit public ou privé, les exploitations sont en majorité de petite taille. Les plus vulnérables, les plus nombreuses, ont des superficies inférieures à 4 ha, les plus viables plus de 10, seuil considéré par les exploitants comme nécessaire « pour qu'une famille en vive ».

  • 6 Situation comparable à celle des environs de Lima, Hanoi, Shanghai et d'Abidjan dont "la taille réd (...)
  • 7 Résultant eux-mêmes du morcellement des anciens domaines autogérés et des coopératives de la Révolu (...)

13Certes l'émiettement est plus prononcé au contact direct des fronts d'urbanisation, plus dans l'Oranais qu'en Mitidja centrale, mais, pour la majorité des exploitations, il tient moins à cette proximité qu'à la récente restructuration du domaine agricole de l’État, et de ses prolongements6. À la suite de l'effondrement des cours du pétrole en 1986, l'État a étendu son désengagement des circuits de distribution à l'ensemble de la sphère agricole. Une loi (87-19) a décrété le morcellement des vastes domaines agricoles socialistes (DAS)7 en exploitations agricoles collectives (EAC) de plusieurs « producteurs » permanents, et en exploitations agricoles individuelles (EAI). Au RGA de 2001, la superficie moyenne des EAC et des EAI en Mitidja était respectivement de 11 ha et 4,4 ha (16 et 5 dans la wilaya de Blida), celle du secteur privé n'atteignant pas 3 ha. Elle est plus élevée dans l'Oranais, avec respectivement 42, 11 et 6 ha.

14Les EAC n’ont pas tardé à éclater sous l'effet combiné de l'ambiguïté de la législation, du déficit d’implication des structures de gestion agricole et de l'individualisme stimulé par l'ouverture libérale. Les petites exploitations individuelles illégales qui en résultent sont encore plus inégalement dotées en ressources naturelles et en moyens de production et par conséquent plus vulnérables. C'est le cas de la majorité des exploitations enquêtées dans l'Oranais (tableau 1). Leur superficie varie de 1,8 ha à 4 ha. Les plus grandes appartiennent à des collectifs d'EAC restés unis (M1, M6). Ce sont également des regroupements de parts achetées par des acteurs urbains à des attributaires d'EAC (M3, R6, R15). Le partage informel et les transactions tout aussi informelles sur nombre de ces parcelles sont source d'instabilité et de vulnérabilité. L'accès au soutien financier public est réservé aux membres des collectifs, même éclatés, des exploitations. Les nouveaux acquéreurs aisés hésitent à poursuivre leurs investissements face à l'incertitude foncière ; les plus modestes, qu’ils soient ruraux (M13, R4, R8) ou néoruraux (R9, R10) en souffrent. Prévus par la nouvelle loi 10-03, le crédit hypothécaire et le recours au partenariat avec des investisseurs nationaux sont conditionnés par la régularisation de la situation foncière qui passe par l'obtention du droit de concession. Or, cette loi le réserve aux membres des EAC – maintenues dans l'indivision – et des EAI, et la procédure est très longue. Substitué au « droit de jouissance perpétuelle » antérieur, il porte sur une durée de 40 ans contre une redevance annuelle et l'engagement de conserver la « vocation agricole » des terres, l'obligation d'une exploitation ininterrompue et l'interdiction de toute sous-location.

Tableau 1 : Des exploitations vulnérables
1a. Entre résistance et survie

Tableau 1 : Des exploitations vulnérables 1a. Entre résistance et survie

1b. Fermage et abandon

1b. Fermage et abandon

Source : Entretiens avec les exploitants, 2012.

2.2. Une redistribution inégale des terres

15Nombre d'exploitations, en particulier des EAI, sont enclavées, marginales, parfois formées de parcelles dispersées (M8, R13, R16), cause partielle d'abandons et de cessions. Sans point d'eau, ni raccordement électrique, elles étaient souvent à l'abandon (R9, R10), servaient parfois de décharge publique, de terrains de jeu (M4, M8, M3), au mieux de parcours ou de terres céréalières extensives (M3, M1, M13, R15). La disparité affecte les EAI comme les EAC, du fait de l'inégale répartition de l’eau, des bâtiments d'exploitation et du matériel, et de l’encadrement humain. Les unes sont dotées de puits ou/et de matériel (tracteurs, serres etc.), d’autres en sont privées. Certaines obtiennent des plantations immédiatement productives, d’autres des terres nues. M8 et M9 doivent ainsi longtemps acheter l'eau, amenée par conduite depuis des exploitations voisines ou distantes de plus de 1 000 m, avant de louer leurs terres. Privés d’eau et de soins, d’anciennes cultures maraîchères sont abandonnées, des vergers dépérissent, des étables ferment. Les exploitants, désormais très nombreux, creusent des puits quand ils en ont les moyens, abaissant ainsi le niveau des nappes de la Mitidja et de l'Oranais. Il en est ainsi de la quasi-totalité des exploitations enquêtées. D'autres, pour pallier l'assèchement de leurs puits, recherchent l’eau en profondeur, épuisant encore plus la ressource (M11, M13).

16Ces distorsions sont aggravées dans les années 2000 par le soutien généreux mais inégal – permis par l'embellie pétro-financière – du Fonds national de régulation du développement agricole (FNRDA), principal dispositif financier du Plan national de développement agricole (PNDA). Des objectifs tels que la reconversion des terres céréalières en plantations privilégient plutôt l'éligibilité des exploitations possédant vergers et système d'irrigation. Près de la moitié des 237 milliards de DA – soit 2,3 milliards d'euros – de soutien effectivement consenti entre 2001 et 2005 à l'échelle nationale, a profité à l'irrigation. Les superficies irriguées passent de 350 000 à 835 000 ha dont 355 000 équipés en systèmes efficients, et l'arboriculture reçoit autant d'aides (15 %) que les grandes cultures (Hadibi et al., 2008 ; MADR, 2006). L'ampleur des détournements impliquant faux agriculteurs, fournisseurs d'équipements etc. invite à plus de mesure dans l'évaluation des fruits de ce soutien : matériel fictif ou revendu, terres abandonnées, services surévalués, spéculations modifiées ou crédits employés à des fins non agricoles, en particulier à proximité des villes.

2.3. Empiètements urbains et instabilité foncière

17Après avoir été le fait de l’industrie dans les années 1970-1980, la pression urbaine sur les terres agricoles tient massivement à l’extension de l’habitat et des équipements. La proximité urbaine agit concrètement en soustrayant des terres à l'agriculture, tout en suscitant, chez les agriculteurs, un véritable stress foncier qui peut se traduire par l'abandon ou le mauvais entretien, au sud d'Oran comme autour de Oued el Alleug ou Boufarik, ou par la résistance active (intensification, plantation, protection) à l'est d'Oran et à proximité de Blida.

18L'exploitation M7 est symptomatique des pressions subies par le foncier agricole périurbain. L'entretien des conduites de gaz et de pétrole et des câbles de moyenne tension électrique y occasionnent des dégâts aux cultures, comme le déversement des eaux pluviales de l'autoroute Alger - Blida - Oran sur les parcelles. Aussi cinq hectares sont affectés aux cultures fourragères et à du petit maraîchage, du reste peu soignés. Le débordement du gros village voisin tient à la spéculation urbaine sur des terres agricoles loties clandestinement. M7 perd alors plus d’un hectare grignoté par une dizaine d’occupants illégaux.

19Partout, la proximité des habitations est source de maraudage. Outre les fruits, le cheptel ou les pompes à eau, le système superficiel du goutte à goutte est volé, conduisant parfois au retour à l'irrigation gravitaire. On estime qu’en Mitidja, plus de 30 % des agrumes sont volés et que le poste de gardiennage absorbe au moins 25 % des frais d’exploitation. Enfin, à la prolifération des constructions informelles qui participe grandement au mitage des terres, s'ajoute l'occupation des bâtiments d'exploitation, amplifiée dans les années 1990, notamment en Mitidja centrale, par l'arrivée de familles fuyant les zones rurales non sécurisées.

2.4. L'insécurité et la terreur des années 1990 ont fragilisé durablement des exploitations

20Des exploitants de la Mitidja ont dû abandonner la terre durant près d'une décennie. M5 a déserté l'exploitation, laissant à quelques salariés permanents le soin d'entretenir les cultures et de vendre les récoltes sur pied. Le matériel a été dilapidé et les plantations, faiblement entretenues et vieillies, sont devenues peu productives. À son retour, elles ont presque toutes été arrachées. Elles ont alors fait place à la culture de l'orge pour l’engraissement d'ovins pratiqué ensuite durant six ans avec l'aide d'un seul ouvrier, alors qu'il employait jusqu'à 20 salariés. Durant la période des troubles, l'exploitation laitière performante M6 a vu ses vaches confiées à un vétérinaire, son matériel et ses ruchers vendus, et ses terres en partie affermées ou louées. À la reprise en 2000, grâce au soutien du FNRDA, les agrumes sont devenus l'activité principale, associée à la production de miel et, par intermittence, à l'engraissement d'agneaux. Un exploitant de Boufarik n’a pas pu récupérer sa terre confiée momentanément à un commerçant ; il vit depuis d'un petit élevage laitier hors sol et d'une activité non agricole. D'autres ont perdu une ou plusieurs parcelles sous la pression de la terreur régnante.

3. La diversité des réponses apportées aux vulnérabilités, notamment foncières

21Les exploitations peuvent être regroupées selon leurs réponses à la vulnérabilité foncière, comme aux contraintes socio-économiques provoquées à la fois par des conditions internes (sols lourds ou salés, capitaux médiocres ou inexistants etc.) et par des contraintes externes (pression urbaine, monopole commercial urbain, pénurie paradoxale de main d'œuvre, renchérissement des intrants etc.). Les unes résistent tant bien que mal, survivent ou se résignent à louer ou à céder leurs droits agraires (tableau 1). Les autres adoptent de multiples stratégies d'adaptation dynamique et d'innovation (tableau 2), ou encore d'attentisme (tableau 3). L’approche adoptée, tout en différenciant ces types, procède, pour chaque réponse, à une comparaison entre les exploitations.

3.1. Des exploitations agrandies et exploitées en faire-valoir direct

22L’acquisition ou la location de terres comme l’exploitation directe constituent une stratégie prégnante des exploitants les plus dynamiques. M2 étend sa ferme de 4 ha en terres nues par l'achat d'une EAI voisine, alors que R8, R13 et R14 louent ponctuellement de 1 à 4 ha à des « exploitants » voisins devenus rentiers, sans garantie de renouvellement. L'ancienne exploitation citadine de la Chiffa, qui s’étendait sur 74 ha en 1973, n'est plus viable avec ses 11 ha en 2012, à la suite de morcellements familiaux successifs, conduisant l'exploitant M5 à rechercher des terres à louer, difficiles à trouver face à la demande des collecteurs et intermédiaires. Les EAC les moins vulnérables sont celles qui ont conservé leur cohésion et donc une superficie viable, ou/et adopté le faire-valoir direct. Toute une agriculture familiale se recrée ainsi autour d'anciens ouvriers de l'autogestion, tant en Mitidja que dans l'Oranais, voire autour de néoagriculteurs (M4, R9, R10), contribuant à amortir la précarité professionnelle des jeunes ruraux. On observe également des formes entrepreneuriales de gestion directe par salariés (M2, M6, R15), par gérant interposé pour les absentéistes, peu nombreux, ou des formes intermédiaires fondées sur le salariat mais avec une gérance familiale (M3).

23Le faire-valoir direct ne garantit pas la pérennité de l'exploitation, s'il ne s'appuie pas par moments sur des ressources complémentaires extra-agricoles que la proximité urbaine permet. Les plus fragiles, ruraux anciens comme néoagriculteurs, ont recours à la pluriactivité pour maintenir leur exploitation, les seconds conservant souvent leur activité urbaine, libérale ou commerciale, pour soutenir l'investissement agricole. L’objectif ultime est de soutenir des stratégies d’adaptations productives, facteur essentiel de différenciation.

Tableau 2 : Dynamisme agricole, viabilité, adaptations et innovations

Tableau 2 : Dynamisme agricole, viabilité, adaptations et innovations

Source : Entretiens avec les exploitants, 2012

Tableau 3 : Attentisme stratégique en vue de cession ou de partenariat

Tableau 3 : Attentisme stratégique en vue de cession ou de partenariat

Source : Entretiens avec les exploitants, 2012

3.2. L'adaptation la plus fréquente est technique et productive

  • 8 Les clémentines, malgré leur récente progression, ne représentent que 16 % des agrumes produits en (...)

24L'évolution des systèmes de culture traduit un ajustement incessant aux marchés urbains. En Mitidja, elle accélère la reconversion amorcée par les domaines autogérés puis par les DAS vers les arbres fruitiers à noyaux et pépins (pêchers, nectariniers, abricotiers, pommiers) au détriment des céréales qui avaient constitué la culture de substitution, par défaut, à la vigne coloniale. Elle consacre aussi le redéploiement de la filière agrumes, notamment en clémentiniers au centre8 et le redéveloppement de la filière maraîchère, particulièrement sous serres à l'est et à l'ouest, compensant ainsi, par l'intensification, les effets des empiètements urbains. Les exploitations les plus dynamiques de la Mitidja centrale sont ouvertes aux innovations, parfois servies par des rencontres informelles, entre un paysan et un agronome (M1), un néoagriculteur et un jeune émigré (M3), l'insertion dans un réseau franco-algérien d'échanges (M2) ou/et une association de producteurs locaux. En 2012, elles sont couvertes de jeunes plantations de clémentiniers, pêchers, nectariniers, en mode intensif, avec une entrée plus rapide en production (photo 1). Elles se substituent à des vergers d'oranges de saison ou de pommes hana, une variété marocaine moins recherchée depuis l'ouverture du pays à l'importation des fruits. Dans l'Oranais, l'olivier en mode intensif – en extensif chez les agriculteurs les plus fragiles – est adopté en monoculture sur des superficies étendues (R18 à Bousfer) ou en association avec des arbres rustiques (grenadiers, figuiers, abricotiers) et du maraîchage dans la majorité des autres exploitations (photo 2).

Photo 1 : Jeune plantation intensive de clémentiniers substituée à un verger de pommiers et de pêchers précoces (exploitation M1 au nord-ouest de Blida)

Photo 1 : Jeune plantation intensive de clémentiniers substituée à un verger de pommiers et de pêchers précoces (exploitation M1 au nord-ouest de Blida)

16 avril 2012

Photo 2 : Plantation d’oliviers récente associée à des cultures maraîchères (exploitation R14 à l’est d’Oran)

Photo 2 : Plantation d’oliviers récente associée à des cultures maraîchères (exploitation R14 à l’est d’Oran)

29 janvier 2013

25Si le rajeunissement et l'intensification des vergers apparaissent vigoureux, le vieillissement demeure une réalité récurrente, frappant encore 30 % du verger en Mitidja. En bordure de Boufarik, l'EAI de M12, un ancien président de DAS, dotée d'un puits et d'un tracteur, est couverte d'orangers productifs, mais vieillissants. L'exiguïté du verger (5 ha) le contraint à renouveler au coup par coup les arbres devenus improductifs, soit à peine 1 ha en dix ans.

26L'examen des successions culturales sur le temps court met en évidence des logiques individuelles dépendantes des conjonctures de marché, ou des capacités d'investissement différentes. Face à l'émiettement des exploitations, le soutien technique public est dérisoire. Les techniques agricoles font l'objet de tâtonnements. L'hétérogénéité des premiers vergers nés de la restructuration, source de frais de gardiennage excessifs, laisse progressivement place à une diversification planifiée des variétés, pour peu que la superficie de l’exploitation le permette. En Mitidja, des variétés précoces et tardives de clémentiniers, de pêchers et de nectariniers sont plantées par les exploitants dynamiques (M1, M2, M3, M4) voire par un exploitant en difficulté (M13). Ils évitent ainsi les périodes de surproduction des fruits de saison (oranges Thomson), ce qui n’est pas le cas pour les exploitations fragiles (M6, M9). De nouvelles productions sont introduites, toujours sur un mode intensif, notamment des pêches plates et des fraises.

27L'irrigation localisée se généralise, permise par le soutien du FNRDA ou autofinancée ; la fertilisation et de nouvelles techniques de plantation intensive se diffusent. La multiplication des forages porte toutefois préjudice à la nappe de la Mitidja tout en amplifiant les frais pour les plus vulnérables. Dans l'Oranais, la qualité des produits se ressent d'une eau de plus en plus saumâtre et les plantes invasives prolifèrent, réclamant un désherbage permanent. Nombre d'exploitants justifient l'abandon partiel ou total des cultures maraîchères au profit de l'arboriculture, par le manque de main d'œuvre, imputé à la proximité urbaine qui offre des emplois « moins fatigants et plus rémunérateurs ». Une partie notable des salariés vient de loin, du Titerri ou de la région d'A. Defla pour la Mitidja, du plateau de Mostaganem pour l'Oranais. L’arboriculture a toujours la préférence des anciens agriculteurs comme des nouveaux exploitants. Elle répond prioritairement à une demande croissante du marché urbain, notamment sous l'effet de la montée des classes moyennes. Culture pérenne, elle marque mieux l’emprise agricole face à la concurrence de l’urbanisation, rend visible l’appropriation foncière et permet l’absentéisme des propriétaires / exploitants. Elle se substitue souvent, parfois momentanément, au maraîchage même si elle n’est pas la mieux adaptée aux conditions physiques (sol, exposition), comme sur les dunes de Cap Falcon (R9, R10).

  • 9 En 2008, sur les 2,2 milliards de litres produits dans le pays, 200 millions seulement sont collect (...)

28L'élevage bovin est quant à lui soutenu vigoureusement par l'État qui importe vaches laitières et matériel, et offre le service de l'insémination artificielle. Mais il souffre des faibles superficies, de l'insuffisante maîtrise des techniques et de la taille réduite des troupeaux : entre trois et six têtes dans les exploitations enquêtées, loin de celle des anciens domaines autogérés (de 50 à 100 têtes, voire plus). Il est plus que jamais une activité d'appoint répondant à un marché local (au sud d'Oran, à Cap Falcon, autour d'Oued el Alleug), en rupture avec la stratégie volontariste de constitution de grands bassins laitiers autour d'Alger et d'Oran. Il peut devenir l’activité principale d’exploitations associant production de lait et engraissement de veaux (R2, R8, R10). La wilaya de Blida possède un taux de collecte industrielle du lait exceptionnel : 50 % contre 11 % pour l'Algérie, révélant sa contribution importante, mais partielle, à la couverture des besoins de l'aire métropolitaine algéroise9. L'élevage laitier ou d'embouche est au cœur des projets de développement de nombre d'exploitations. M1 aménage des bâtiments évacués par des occupants illégaux. M4 a déjà construit une étable et semé plusieurs hectares en fourrage. Un projet identique, plus modeste, développé par M8, est une réponse à la vulnérabilité de son exploitation louée en grande partie, comme celui porté par M13, ou d'autres exploitations fragiles (R4, R14).

3.3. La fragilité foncière domine, mais les vulnérabilités sont multiples comme les trajectoires personnelles

29Les réponses des exploitations à la contrainte foncière ne révèlent pas une relation mécanique. Au sud d'Oran par exemple, R1 et R2 sont d'anciens ouvriers de l'autogestion, aujourd'hui âgés, soumis initialement aux mêmes contraintes (faible superficie, équipement défaillant). Le premier a cédé sa part à un commerçant importateur, il y a travaillé sur le principe du partage des récoltes, avant de devenir simple salarié puis de se retirer. Le second poursuit son activité d’agriculteur indépendant, développant, avec le soutien du PNDA, un élevage laitier destiné au marché de voisinage. Dans la plaine de Bousfer, les deux « survivants » d'une EAC de maraîchage (R11 et R12), acquise par un édile oranais, disposent de 3 ha chacun. Le premier travaille comme salarié sur sa propre terre cédée à un entrepreneur, le second a fait de la sienne une exploitation familiale viable, irriguée, d'arboriculture et de maraîchage. En Mitidja centrale, l'EAI de M11, qui s’étend sur 7 ha, longtemps performante grâce à un partenariat avec un industriel de Blida, puis au soutien du FNRDA, est aujourd’hui louée entièrement à un commerçant collecteur de la région. Le même sort est réservé celle, bien plus petite et désavantagée par l'assèchement de son puits, de M9 qui est aujourd’hui salarié. À l'inverse, malgré l'incertitude foncière de l'EAC rachetée en partie à deux bénéficiaires défaillants, M13 a amélioré substantiellement son exploitation.

30La vulnérabilité ne paraît ainsi pas toujours tenir à la fragilité ou l'incertitude foncière. Elle peut relever du manque de moyens financiers, d'un problème d'accès à l’eau, de la concurrence des produits importés, de l'âge et de l'état de santé de l'exploitant. Elle fait de ce dernier un petit rentier ou un salarié sur sa propre terre, au mieux un petit fermier en sursis.

31La multiplication des locations ou des cessions de terres tient à la vulnérabilité des exploitations desservies par leur émiettement face au renchérissement des intrants, du matériel, des frais de main d'œuvre et des prestations de services accaparées par des entrepreneurs de travaux. Les revenus des locations et des ventes constituent une sorte de prime au départ à la retraite pour de vieux exploitants et pour les plus jeunes, quand ils ne deviennent pas ouvriers ou métayers, un capital à investir dans une activité urbaine souvent informelle.

32Certaines exploitations paysannes restent viables en s'adaptant au marché, en s'ouvrant aux innovations ou en contractant un partenariat avec un acteur urbain qui apporte du capital ; d'autres ne font que résister grâce à des revenus complémentaires : élevage laitier d'appoint, apiculture, location de matériel, travaux agricoles, emploi urbain à temps partiel. Les lenteurs de la mise en œuvre de la loi sur la concession des terres freinent toutefois les projets des exploitants y compris les plus vulnérables (élevage laitier, aviculture, apiculture etc.) et leur association légale avec les détenteurs de capitaux.

33Ces évolutions portent, d’une part, le poids des contextes régionaux différents. Les ressources pédologiques et hydrauliques, plus favorables en Mitidja, atténuent la vulnérabilité et facilitent les adaptations, pour peu que les conditions financières et techniques soient réunies. La vulnérabilité, plus prégnante dans l’Oranais, tient également à une pression urbaine plus intense due à une proximité directe avec une grande métropole régionale : expansion, capitaux privés, marché de l’emploi etc. Ces changements montrent d’autre part, dans les deux cas, combien les réformes libérales consacrent la réémergence d’une appropriation agricole citadine. Ils reconfigurent, plus largement, les anciennes relations de dépendance de la campagne à l'égard de la ville, tant au niveau foncier qu'en matière de faire-valoir, de savoir-faire et de prélèvements par les circuits de distribution, comme de la relation de proximité.

4. Le rural périurbain, un espace enjeu ou la reconfiguration des rapports rural-urbain

4.1. Quel retour de la propriété agraire citadine ?

34Face à la fragmentation des exploitations et aux difficultés qu’elles rencontrent, des offres alléchantes ont vite raison de la résistance d’anciens ouvriers devenus des agriculteurs peu entreprenants, sous-exploitant leurs terres ou les laissant en déshérence. Les possibilités d’investissement plus fructueux dans la ville proche, les tentations croissantes de biens de consommation massivement importés, entraînent alors, particulièrement en zone périurbaine, une cascade de cessions de terres. Les bénéficiaires de ces transferts sont des groupes majoritairement urbains souvent aisés (entrepreneurs, professions libérales, commerçants, cadres supérieurs de l’administration, de l’armée etc.), parfois de simples fonctionnaires, de petits commerçants ou encore des autres agriculteurs plus ou moins aisés. La captation de la rente foncière devient un enjeu majeur de la libéralisation. Les terres agricoles périurbaines assurent la promesse d'une immense plus-value dans un contexte d'amenuisement du portefeuille foncier des villes. Les entretiens révèlent l’ampleur mais aussi la complexité de ce transfert, accentuée par les changements législatifs.

  • 10 Sur les 4 000 cadres attributaires, seuls 500 ont survécu aux contraintes et difficultés. Les explo (...)

35Le contrôle citadin sur les terres se reconstitue, plus nettement que lors de la restitution des terres nationalisées. Le processus s'accompagne d'une relative concentration foncière par l'appropriation et par le faire-valoir indirect ou tenure inversée (Colin, 2013). Certes, des formes d'appropriation absentéiste ressurgissent, traduisant parfois une volonté de placement de capitaux voire de spéculation à court terme, la plus-value atteignant, à la lisière sud d’Oran, 12 à 15 fois la valeur de cession en quelques années. Mais nombre d'acquisitions révèlent une volonté affichée d'intégration à la sphère agricole par ceux qu'on a qualifiés de néoagriculteurs. Ce sont des urbains libérés par la restructuration du marché du travail – dont les cadres des services de l'agriculture concernés par la redistribution des terres – ou attirés par la possibilité d'une agriculture entrepreneuriale. Ils veulent asseoir leur légitimité sur le fait d'avoir rendu à l'agriculture des terres peu productives, jusque-là négligées ou/et transformées en marges urbaines (décharges, espaces de jeux, parcours sauvages etc.), et les plus entreprenants mettent en avant leur contribution à l'alimentation des villes. À la différence de la stratégie des entrepreneurs urbains locataires de la terre soucieux d'une rentabilité immédiate, leur logique privilégie l'accès à « la terre », à « l'activité agricole » sur le long terme et, pour un petit nombre d'entre eux, à « la ruralité ». Elle contribue modestement à absorber une partie du chômage urbain. Leur sort n'en reste pas moins divers : deux des quatre exploitations de cadres agricoles enquêtées en Mitidja ne sont plus viables, louées en partie10, et peu de néoagriculteurs sur des exploitations de petite taille réussissent en dépit d'investissements parfois très soutenus en capital (M3, R15) ou en travail (R9, R10).

36Quelle que soit la nature de l'implication, la participation accrue du capital urbain au renouvellement des espaces agricoles est réelle, qu'il s'agisse de cadres moyens ou de professions libérales qui investissent des fonds plus ou moins importants mais localisés ou de gros entrepreneurs urbains qui participent à l'essor du maraîchage sous serre sur des terres louées à l’ouest de la Mitidja, dans la plaine oranaise, sur le riche plateau de Mostaganem ou dans des bassins intérieurs.

4.2. Les pratiques commerciales des agriculteurs ou la soumission à une domination urbaine renouvelée

  • 11 Certains exploitants connaissent l'expérience des Sociétés Coopératives Agricoles françaises et sou (...)

37La commercialisation des produits échappe de plus en plus aux producteurs locaux. La production est ainsi très fréquemment vendue sur pied à des intermédiaires collecteurs, au mieux livrée aux mandataires des quatre grands marchés de gros de la Mitidja (les Eucalyptus, Boufarik, Bougara, Attatba) ou d’El Kerma, au sud d’Oran, qui organisent le marché à l'échelle régionale et de plus en plus à l'échelle nationale grâce au téléphone mobile. Tous les exploitants soutiennent que la commercialisation n'entre pas dans leurs compétences : perte de temps, garantie non assurée à l’écoulement du produit, faiblesse des quantités vendues à des particuliers etc. Quand ils pratiquent la vente sur pied, ils évoquent les risques pris par le collecteur-livreur tels que la surestimation du prix, les calamités naturelles, l'effondrement du marché. L’initiative de création d’une coopérative de commercialisation paraît utopique dans un contexte marqué par l'individualisme11. L’association des arboriculteurs de Blida, animée par M1 et M2, est plutôt un lieu d’échange d’informations, de défense d’intérêts, de communauté d’inventions simples mais efficaces telles que la fabrication d’un appareil de calibrage qui a réduit de moitié les coûts de main d’œuvre.

38Les chambres froides privées, dont la réalisation est soutenue par l'État pour ravitailler le marché urbain tendent à s’installer dans les espaces périurbains (Blida, Alger, Oran, Saïda etc.). Elles deviennent un relais entre l'importation et les bassins de production lointains d'une part et les villes d'autre part. Légales ou illégales, elles sont entre les mains d’acteurs urbains, importateurs, intermédiaires, commerçants, ou d’agriculteurs prospères, parfois en association. Leur contribution à la régulation des marchés est contrebalancée par une spéculation sur nombre de produits stratégiques (en particulier la pomme de terre), ce qui crée de fréquentes tensions.

  • 12 Coopératives agricoles polyvalentes de commercialisation et de services, Coopératives de fruits et (...)

39Ces mêmes acteurs puissants détiennent ou contrôlent les circuits d'importation des fruits importés aux variétés plus résistantes face à des variétés locales non renouvelées à cause de la lenteur des procédures d’homologation. C'est un outil redoutable de mise en concurrence et de dévalorisation des produits locaux. À tel point que le regret des CAPCS et COFEL12 de la Révolution agraire est récurrent dans les discours des exploitants, souvent d’anciens ouvriers des domaines autogérés. Leurs défauts (bureaucratie, marge bénéficiaire élevée) apparaissent minimes au regard de la « domination cynique » des intermédiaires et des mandataires, vécue comme une fatalité.

40Rare et ponctuelle, souvent abandonnée après des essais infructueux, la vente directe est pratiquée sur les marchés hebdomadaires qui se multiplient dans les nouvelles banlieues d'Alger, de Blida ou d’Oran, ou à des détaillants voire à des consommateurs urbains. Elle apparaît plus comme une stratégie de contournement du monopole des mandataires que comme une réponse à l'aspiration des habitants des villes à des produits de qualité, à peine sensible dans une frange infime de la société, sauf pour le lait. Presque toujours associé à d'autres spéculations, l'élevage laitier destine sa production à la consommation familiale et au marché de proximité, les laitiers et les cafetiers des villes ainsi que les particuliers se déplaçant dans les exploitations de la Mitidja comme de l'Oranais.

4.3. Des relations ville-campagne plus étroites, parfois conflictuelles

41La proximité de la ville permet la diversification des ressources. La pluriactivité est fréquente comme le « partenariat » entre agriculteurs et investisseurs urbains. Des exploitations vulnérables ne tiennent que grâce à cette proximité. M13, après avoir longtemps conservé un emploi de chauffeur à Alger, revend des voitures qu’il remet en état et loue des centaines d’emplacements de ruches à des apiculteurs de la région ou d'ailleurs. Pour soutenir leur exploitation, R9, comptable à la retraite, a repris du service à Cap Falcon et R4 a trouvé un emploi dans les services municipaux d'Essénia. M7 a un profil de citadin - petit agriculteur, « un pied à la campagne, un autre en ville ». Après avoir loué ses bâtiments d’exploitation à des importateurs urbains, il a fait construire une chambre froide destinée à conserver sa propre production, et surtout à conditionner des récoltes achetées sur pied à d’autres agriculteurs, en association avec un mandataire d’Alger. Les enfants ou les frères des exploitants s'emploient occasionnellement dans les chantiers urbains. L'association de ressources agricoles et de revenus urbains est structurelle dans les exploitations citadines en Mitidja (M2 et M5).

42Mais la ville est surtout le symbole des lourdeurs bureaucratiques et de la corruption ambiante à l'origine des autorisations ou des subventions. Les exploitations proches des agglomérations souffrent de vols et d'empiètements, voire de déprédations volontaires. On relève une représentation négative des « villageois », parfois d'anciens ouvriers saisonniers des domaines autogérés, qui considèrent les bénéficiaires légaux comme des privilégiés et les « nouveaux propriétaires » comme des intrus, des spoliateurs, voire de « nouveaux colons », car ils considèrent la terre comme devant leur revenir. Cette perception est d'autant plus ancrée que les néoagriculteurs résident majoritairement en ville et ne tissent que rarement des liens locaux susceptibles de les territorialiser. Les plus aisés de ces nouveaux propriétaires constituent derrière leurs clôtures, des îlots de prospérité.

Conclusion

43Qu'il s'agisse d’exploitations paysannes, citadines ou issues du partage du domaine public ou encore de nouveaux petits agriculteurs, leur fragilité est manifeste, en dépit d'un mouvement général d'intensification. Elle tient à leur émiettement foncier, à la grande instabilité des types de culture, du faire-valoir, produit d'une évolution foncière jusque-là hésitante, de faibles capacités d’investissement, et d'un environnement marqué par le retour en force du monopole des entrepreneurs de travaux et des intermédiaires urbains. Quand la vulnérabilité devient insoutenable, la terre change de main, la concentration de la propriété privée et surtout de l'exploitation par fermage reviennent en force. Des petits exploitants disparaissent, d'autres résistent, voire se déploient en innovant et/ou en multipliant les sources de revenus. L'application de la nouvelle loi sur la concession des terres étatiques est censée stabiliser la petite propriété paysanne. En bancarisant le soutien public, à défaut d'une distribution juste et contrôlée, et en officialisant le partenariat, elle peut atténuer cette fragilité mais elle risque à terme de conduire à une privatisation en douceur.

  • 13 Sur une centaine d'hectares de pépinières ornementales, 50 sont situés entre Alger et Blida.

44Dans tous les cas, les pratiques intensives classiques dominent : recours massif aux engrais chimiques et aux produits phytosanitaires et irrigation indifférente à la qualité de l'eau, sans égard pour l'environnement. Les concepts d'agriculture « raisonnée », « intégrée » ou « biologique » sont ignorés. La demande urbaine elle-même demeure massive et banale, desservie par des circuits traditionnels dominés par des mandataires et des collecteurs, exceptionnellement par des filières courtes, en particulier la vente à la ferme ou sur les marchés hebdomadaires. Celle-ci stimule le développement de cultures maraîchères, des pratiques d'engraissement, de l'élevage laitier qui demeure majoritairement artisanal, de l'aviculture, la diversification des spéculations arboricoles, et subsidiairement des plantes ornementales autour d'Alger13. Elle écarte, pour l'heure, toute nouvelle culture d'exportation massive ou d'agro-industrie à grande échelle suscitée sous d'autres cieux par la métropolisation. En limitant le partenariat à des acteurs nationaux, la nouvelle loi renforce cette tendance.

45L'agriculture périurbaine vit ici une sorte d'âge néoproductiviste avec reconstitution d'auréoles maraîchères et arboricoles diversifiées, après une phase de régression où les terres étaient livrées à l'urbanisation. La stimulation vient à la fois de l'aide de l'État et de la croissance vigoureuse de la consommation urbaine, portées toutes deux par la rente pétrolière. La transition menée dans le secteur agricole, de par sa faible transparence et la déstructuration des exploitations, du manque de soutien technique, de l'absence de régulation des marchés, risque d'en hypothéquer le dynamisme inégal et précaire, d'en compromettre la durabilité, et de la pérenniser comme un outil parmi d'autres d'appropriation privative de la rente pétrolière.

Haut de page

Bibliographie

Bellal S.-A., 2012, Eau et agriculture irriguée dans la commune de Hassi Bou Nif (wilaya d'Oran), communication orale aux 4èmes journées géographiques algériennes, Oran.

Bonerandi E., Deslondes O., 2008, Où va la géographie rurale, Géocarrefour, vol. 83 / 4, p. 255-258, mis en ligne le 31 12 2011, consulté le 31 06 2012. URL : http://geocarrefour.revues.org/7020

Boudjenouia A., Fleury A., Tacherift A., 2008, L'agriculture périurbaine à Sétif (Algérie) : quel avenir face à la croissance urbaine ? Biotechnologie, Agronomie, Société, Environnement, vol. 12, n° 1, pp. 23-30, mis en ligne le 02 02 2011, consulté le 10 10 2011
URL : http://popups.ulg.ac.be/Base/document.php?id=2128

Chaléard J.-L., The Anh D., Humantinco A., Koffi-Didia A.-M., Mesclier E., Monin E., Moustier P., Ninot O., 2014, Spécificités des systèmes de production agricole et d'élevage à la périphérie des métropoles du Sud. Réflexions à partir de cinq cas, in Chaléard J.-L. (dir.), Métropoles aux Suds. Le défi des périphéries, Paris : Karthala, pp. 225-241. 

Colin J.-P., 2013, La concentration foncière par le marché du faire-valoir indirect : éclairage sur la configuration de tenure inversée (reverse tenancy), Actes des 7èmes journées de recherche en sciences sociales INRA/SFER/CIRAD, 16 p, consulté le 02 01 2014, URL : http://www.sfer.asso.fr/journees_de_recherches_en_sciences_sociales/7es_jrss_2013_angers/les_actes_des_journees

Elloumi M., Selmi S., Hammani M., 2003, Agriculture périurbaine dans le Grand Tunis : pression urbaine et stratégies des agriculteurs, in Elloumi, M., Jouve, A.-M., Bouleversements fonciers en Méditerranée. Des agriculteurs sous le choc de l'urbanisation et des privatisations, Paris : Karthala, pp. 55-84.

Hadibi A., Chekired-Bouras F.-Z., Mouhouche B., 2008, Analyse de la mise en œuvre du plan national de développement agricole dans la première tranche du périmètre irrigué de la Mitidja Ouest, Archive ouverte Hal-Cirad, 9 p., mis en ligne 09 03 2009, consulté le 10 01 2012, http://hal.cirad.fr/cirad-00366483

Houimli E., 2008, Les facteurs de résistance et de fragilité de l'agriculture littorale face à l'urbanisation, la région de Sousse Nord en Tunisie, Doctorat, Agro Paris Tech, 418 p., http://www.ecole-paysage.fr/media/recherche_fr/UPL3567887260222501138_Th__se_HOUIMLI_texte_int__gral.pdf, consulté le 02 02 2012.

Imache A., Hartani T., Bouarfa S., Kuper M. (eds), 2011, La Mitidja vingt ans après. Réalités agricoles aux portes d'Alger, Paris : éditions Quae, 290 p.

Maachou H.-M., 2012, Agriculture et paysages des espaces périurbains algériens, cas d'Oran (Algérie), Projets de paysages, n° 7, mis en ligne le 04 01 2012, consulté le 15 10 2012, URL : http://www.projetsdepaysage.fr/fr/agriculture_et_paysage_des_espaces_periurbains_algeriens_

Mathieu N., Robert M., 1998, Pourquoi un observatoire des rapports urbain/rural ? Observatoire sur les rapports entre le rural et l'urbain, n° 1, pp. 1-4.

Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural (MADR), 2003, Recensement général de l'agriculture de 2001, 125 p., http://www.minagri.dz/pdf/RGA%20rapport%20general.pdf /, consulté le 10 02 2012.

Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural (MADR), 2006, Rapport sur la situation du secteur agricole en 2006, 77 p., http://www.minagri.dz/pdf/Rapports/Rapport%20sur%20la%20situation%20du%20secteur%20agricole%202006.pdf/, consulté le 10 02 2012.

Mutin G., 1977, La Mitidja, décolonisation et espace géographique, Alger - Paris : Office des Publications universitaires et CNRS, 607 p.

Otmane T., Maachou H.-M., 2012, L'agriculture périurbaine à Oran : état et évolution, communication orale aux 4èmes journées géographiques algériennes, Oran.

Poulot M., 2008, Le retour de l'agriculture dans la ville élargie, vers la durabilité des territoires périurbains, Habilitation à diriger des recherches, Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, vol. 2, 398 p.

Poulot M., 2006, Les programmes agri-urbains en Ile-de-France : de la « fabrique » de territoires périurbains, in Actes du colloque Periurban Areas and Natural and Cultural Heritage Ressources, Université de Montréal, mis en ligne sur le réseau Villes Régions Monde, 14 p., consulté le 10 01 2012, http://www.vrm.ca/periurbain.asp

Temple L., Moustier P., 2004, Les fonctions et contraintes de l'agriculture périurbaine de quelques villes africaines (Yaoundé, Cotonou, Dakar), Cahiers Agricultures, vol. 13 (1), pp. 15-22, consulté le 15 03 2012, URL : http://www.jle.com/fr/revues/agro_biotech/agr/e-docs/00/03/FE/DE/article.phtml

Vanier M., 2000, Qu’est-ce que le tiers espace ? Territorialités complexes et construction politique, Revue de Géographie Alpine, n° 1, pp. 105-113.

Vanier M., 2005, La relation « ville / campagne » excédée par la périurbanisation, Cahiers français, n° 328, pp. 13-17.

Haut de page

Notes

1 L'UMR LADYSS a très tôt créé un observatoire des rapports entre rural et urbain qui devaient être interrogés, selon N. Mathieu et M. Robert (1998), pour "valider l'hypothèse de [leur] pertinence (ou de [leur] non pertinence) pour décrypter les mutations actuelles".

2 M. Vanier (2005) définit trois âges pour les espaces ruraux périurbains en France : le productivisme puis la réserve foncière au service de la consommation urbaine, et enfin un âge transactionnel de l'interterritorialité.

3 L’enquête a parfois nécessité deux passages, et a dû se satisfaire, pour deux nouveaux acquéreurs du périurbain sud d'Oran, d'entrevues avec les anciens exploitants.

4 L’agglomération algéroise et sa constellation suburbaine comptaient 2 785 000 habitants au recensement de 2008. Celle-ci est près d’atteindre Boufarik, un ancien village colonial devenu ville moyenne avec 57 000 habitants, désormais physiquement attachée à Blida (366 000 habitants)

5 Dans l’Oranais, le mitage urbain présente une forme concentrée le long d’axes privilégiés. L’agglomération d’Oran - Essenia - Bir - El Djir - A. el Turk abritait 855 000 habitants au recensement de 2008, mais plus de 1 100 000 avec sa couronne périurbaine formée de gros centres, anciens villages coloniaux, douars grossis ou localités très récentes.

6 Situation comparable à celle des environs de Lima, Hanoi, Shanghai et d'Abidjan dont "la taille réduite [...] semble être plus le résultat de l'histoire agraire [...] que du poids du contexte métropolitain" (Chaléard et al., 2014).

7 Résultant eux-mêmes du morcellement des anciens domaines autogérés et des coopératives de la Révolution agraire regroupés dans un domaine public unique en 1984.

8 Les clémentines, malgré leur récente progression, ne représentent que 16 % des agrumes produits en Algérie en 2010-2011 contre 74 % pour les oranges. Au lendemain de l'indépendance, elles formaient 30 % du verger agrumicole de la Mitidja et presqu'autant du verger national (Mutin, 1977 : 261).

9 En 2008, sur les 2,2 milliards de litres produits dans le pays, 200 millions seulement sont collectés pour les besoins des laiteries industrielles dont la production est assurée à 90 % par les importations de lait en poudre.

10 Sur les 4 000 cadres attributaires, seuls 500 ont survécu aux contraintes et difficultés. Les exploitations acquises ne sont pas viables ou leur intégration à des collectifs EAC s’avère très difficile.

11 Certains exploitants connaissent l'expérience des Sociétés Coopératives Agricoles françaises et souhaitent le transfert de ce modèle en Algérie, pour contrebalancer le monopole des importateurs et des mandataires.

12 Coopératives agricoles polyvalentes de commercialisation et de services, Coopératives de fruits et légumes.

13 Sur une centaine d'hectares de pépinières ornementales, 50 sont situés entre Alger et Blida.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Mitidja et Sahel d’Alger. Espace urbain et agriculture
Crédits Source : Restitution d’après Google Earth - Carte réalisée par B. Semmoud
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 2 : Espaces agricoles et urbanisation en Mitidja centrale
Crédits Source : Restitution d’après Google Earth et observations de terrain. Carte réalisée par B. Semmoud.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Figure 3 : Les agricultures périurbaines de l’Oranais
Crédits Source : Restitution d’après Google Earth et observations de terrain. Carte réalisée par B. Semmoud.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Titre Tableau 1 : Des exploitations vulnérables 1a. Entre résistance et survie
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 1b. Fermage et abandon
Crédits Source : Entretiens avec les exploitants, 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Tableau 2 : Dynamisme agricole, viabilité, adaptations et innovations
Crédits Source : Entretiens avec les exploitants, 2012
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Tableau 3 : Attentisme stratégique en vue de cession ou de partenariat
Crédits Source : Entretiens avec les exploitants, 2012
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Photo 1 : Jeune plantation intensive de clémentiniers substituée à un verger de pommiers et de pêchers précoces (exploitation M1 au nord-ouest de Blida)
Crédits 16 avril 2012
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 2 : Plantation d’oliviers récente associée à des cultures maraîchères (exploitation R14 à l’est d’Oran)
Crédits 29 janvier 2013
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2845/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bouziane Semmoud et Abdelhamid Ladhem, « L'agriculture périurbaine face aux vulnérabilités foncières en Algérie », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 10 juin 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2845 ; DOI : 10.4000/tem.2845

Haut de page

Auteurs

Bouziane Semmoud

Professeur à l'Université Paris 8 - Vincennes - Saint-Denis
Laboratoire LADYSS, CNRS UMR 7533
2, rue de la liberté
93526 Saint-Denis
bsemmoudz@yahoo.fr

Abdelhamid Ladhem

Géographe
Ancien cadre du Ministère de l'agriculture
Alger
a.h.ladhem@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page