Navigation – Plan du site
Articles

Place des sports outdoor dans le développement touristique de la région Nord-Pas-de-Calais

The Part of Outdoor Sports in Tourism Development of Nord-Pas-de-Calais Region
Christian Dorvillé et Malek Bouhaouala
p. 3-13

Résumés

La région Nord-Pas-de-Calais (RNPC) dans le cadre de sa reconversion économique joue, entre autres, la carte du développement touristique. Une étude exploratoire, à partir d’entretiens semi directifs, vise à savoir si le tourisme sportif fondé en particulier sur les pratiques ludo-sportives outdoor entre dans les préoccupations majeures des opérateurs du tourisme régional. L’analyse de contenu montre que la dimension sportive n’apparaît pas encore comme un facteur important dans l’attractivité touristique d’un territoire : potentiel récréatif sous estimé, manque de concertation entre les acteurs publics et privés (associatifs et marchands), communication externe peu structurée, etc. Les élections régionales de 2004 et la nouvelle loi de décentralisation ne semblent pas avoir modifié radicalement la réalité actuelle.

Haut de page

Texte intégral

1La région Nord-Pas-de-Calais (RNPC) est classée comme 3ème région industrielle après l’Île-de-France et Rhône-Alpes. Malgré cette position honorable il est important de signaler qu’elle perd, d’une part, sa spécificité industrielle en faveur du secteur des services (occupant plus que 33,8 % de la population active), et d’autre part, beaucoup de ses emplois industriels. En d’autres termes, les décideurs et les forces vives de la région doivent aujourd’hui relever le défi de la reconversion économique du bassin d’emplois historiquement marqué par une forte activité industrielle.

2Souvent victime de son image (industrielle et climatique) et récemment consciente de son déclin industriel, la RNPC a pris conscience dans les années 1980 de toutes ses potentialités touristiques et tente de se positionner actuellement sur le marché général du tourisme et des loisirs. Par ailleurs, on observe qu'elle est dotée de nombreux atouts : situation géographique au cœur d’une Euro-région de 20 millions d’habitants, densité et gratuité des voies de communication, dimension culturelle omniprésente et fort potentiel de sites de pratiques sportives de plein air (notamment sports de voiles, randonnées diverses, cyclotourisme, etc.). À titre d’information, elle se situe, pour l'année 2003, au 12ème rang des régions françaises au regard du nombre d'arrivées et de consommation touristiques. Cependant, en termes de recettes touristiques et de nuitées par habitant la RNPC se situe parmi les dernières régions bien loin de la Corse, PACA, Rhône Alpes, etc. (Chiffres clefs, Ministère du Tourisme, 2004). On estime à prés de 18 000 le nombre des salariés du secteur touristique. Tourissima est le premier salon en province avec plus de 2 000 professionnels et 50 000 visiteurs. Pourtant, au regard du potentiel de la région et de son classement national, on est en droit de se poser des questions. Quelles sont les causes de ce retard ? Est-ce une question d’image du Nord, un manque de politiques durables et efficaces ou toutes autres causes ? En tout cas, la revue « Pays du Nord », depuis sa parution en 1994, forte de son succès (lectorat estimé à 90 000), tente de lutter contre les idées reçues et les mauvaises étiquettes attribuées au Nord (climat, paysages, etc.) et promeut les qualités du Nord en termes de : balades, expositions culturelles et artistiques, saveurs du terroir, jeux traditionnels, bon accueil des populations locales, etc.

3Par ailleurs, les pratiques sportives et ludiques (de plein air) sont devenues des vecteurs de développement importants pour le secteur touristique. Les projets exploitant l’aspect sportif en liaison avec les ressources environnementales sont devenus un moyen privilégié pour appréhender de manière globale les processus de développement socio-économique des espaces et territoires touristiques (Corneloup et al., 2002). Des régions françaises parmi les plus en pointe en la matière l’ont bien démontré (Rhône-Alpes, PACA, Bretagne, etc.) et d’autres départements sont en phase de le réaliser (Drôme, Ardèche, etc.).

4L’exemple de La Ruhr région très peuplée, industrialisée, longtemps marquée par une image de « pays noir » grâce à la place croissante accordée aux espaces récréatifs, depuis une décennie, a pu modifier son image en sa faveur. La RNPC peut-elle, en développant des moyens et en promouvant ses territoires et les activités potentiellement ludo-sportives, se reconvertir ou se diversifier dans le tourisme sportif (ou actif) ? J. Scol (2000) montre que l’eau et les sports nautiques sont au cœur de la requalification récréative des friches industrialo-minières et des canaux de la RNPC. Ces espaces « en eau » se présentent comme une alternative intéressante face à la carence d’espaces naturels favorables à la pratique des loisirs nautiques dans la région et donc comme de formidables opportunités en terme d’aménagements touristiques récréatifs ou sportifs. Le stade d’eau vive de St-Laurent-Blangy (1996) est un exemple d’aménagement original qui autorise la pratique du canoë-kayak sur la Scarpe et attire de plus en plus de clubs étrangers (1 125 en 2005). Rieulay dans le Douaisis est un autre exemple de reconversion réussie : le plus vaste terril plat du bassin minier (1400 hectares) s’est transformé depuis plusieurs années en une base de loisirs avec lac, plage, jeux pour enfants... Planche à voile, canoë-kayak et aviron, ces trois sports nautiques sont praticables sur le plan d’eau. De même, alors qu’il y a 20 ans, le Nord n’était pas considéré comme un département propice à la randonnée, la collaboration entre le Conseil Général et le comité départemental de la fédération de randonnée pédestre a débouché sur un Plan Départemental d’Itinéraire de Promenades et de Randonnées (PDIPR) avec plus de 2 000 km de sentiers, 232 circuits, 23 000 fiches téléchargées par mois.

1. Problématique

  • 1 Le terme de pratiquant, selon les sociologues spécialisés, englobe plusieurs niveaux de sportivité  (...)
  • 2 INSEP : Institut National du Sport et de l’Education Physique, MJSVA : Ministère de la Jeunesse, de (...)

5Dans une société française de plus en plus sportive (36 millions de pratiquants1), les activités physiques et en particulier les activités de pleine nature représentent un élément constitutif du secteur vacancier (Enquête pratiques sportives 2000, INSEP-MJSVA2, 2002). Cette intégration récente du sport dans l’offre touristique comme élément central ou simple produit d’appel au même titre que le patrimoine ou la culture est illustrée par les accords de coopération de 1999 entre le Comité International Olympique (CIO) et l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), par la tenue en 2003 des 1ères rencontres nationales du tourisme et des loisirs sportifs de nature, par la sortie prochaine d’un guide de savoir-faire du tourisme et des loisirs sportifs de nature par l’Agence Française d’Ingénierie du Tourisme (AFIT, créée en 1993) notamment. Sans oublier que des associations sportives telles que l’Union des Centres de Plein Air (UCPA), la fédération française de cyclotourisme... ont l’agrément tourisme depuis la réforme de la loi de juillet 92 sur les agences de voyages et qu’elles continuent de proposer des produits sportifs touristiques à leurs adhérents (cf. engagement plus fort de la fédération de cyclotourisme en direction du tourisme avec le projet intitulé « Tourisme à vélo » en 2004).

6La possibilité de pratiquer une activité sportive apparaît donc comme un atout supplémentaire pour « vendre » une région et peut être par là même un moteur de la croissance économique régionale en diversifiant la gamme de services des structures touristiques locales. Un grand nombre d’opérateurs en tourisme (collectivités territoriales, CRT, CDT, Agences locales de développement, etc.) promeuvent la RNPC en distillant des images de territoires sportifs (exemple de la Côte d’Opale) et en mettant en exergue leurs potentialités de pratiques ludo-sportives. L’engouement croissant pour les activités de pleine nature (un Français sur trois pratique une de ces activités selon l’enquête citée précédemment) représente désormais un enjeu majeur de développement local pour des territoires ex-industriels en difficulté économique. Les services sportifs de plein air deviennent de fait une composante centrale des politiques locales de développement durable nécessitant une certaine reconversion des territoires concernés dans les services touristiques afin de renforcer leur compétitivité.

7Cependant le développement du tourisme sportif n’est pas automatique. Un territoire, fort de ses potentialités, ne peut concrétiser des projets de développement par le tourisme sportif qu’à partir d’une quadruple dynamique :

  • 1) que les populations et les décideurs locaux en soient conscients et participants,

  • 2) que des infrastructures sportives et d’accueil soient réalisées par les secteurs public et marchand,

  • 3) que les ressources humaines (des professionnels) et financières (investissements privés) soient encouragées et enfin

  • 4) que l’ensemble des actions aient le soutien du tissu des associations locales constituant la plus grande part des ressources actuelles.

  • 3 Eiglier et Langeard (1991), Servuction, le marketing des services, Paris, Mc Graw-Hill, utilisent c (...)

8D’autre part, pour qu’un territoire touristique lié aux loisirs sportifs puisse être attractif, il doit développer une capacité d’accueil touristique, diversifier son offre des activités ludo-sportives et accroître sa notoriété. Le sport n’est un facteur d’image qu’à condition qu’il soit relayé par les médias et les pratiquants. Cette attractivité est dépendante d’un projet global de développement intégrant par conséquent des éléments forts telles que la définition d’une identité autour de sites sportifs emblématiques, de symboles et d’images distinctifs faisant référence et mobilisant des acteurs sportifs et prestataires de services locaux (cf. : sport de vent sur les côtes du Nord). Les orientations politiques qui permettent la mise en œuvre du projet doivent donc établir des programmes d’actions multiples (aménagement des territoires, servuction3 des pratiques sportives, communication, etc.) s’appuyant sur des structures mixtes (publique, associative et marchande) de coordination et/ou de gestion. Il faut néanmoins garder à l’esprit les risques d’effets pervers de la notoriété sur l’attractivité des sites, à savoir les dangers de sur-fréquentation, dégradation du patrimoine naturel, nuisances diverses et de saturation avec son cortège de conflits d’usage (résidents/touristes, pêcheur/kayakiste, grimpeur/protecteur des oiseaux, etc.). « L’Enduro du Touquet » est un exemple régional éloquent de toutes ces formes de conflits dus à la grande attractivité de l’événement sportif.

9Dans un cadre exploratoire cette étude tente de savoir si le tourisme sportif est l'une des préoccupations majeures des acteurs régionaux de ce secteur. Dans un cas ou dans un autre qu’est-ce qui motive les décideurs dans leur position ?

10Pour ce faire, il convient, par ailleurs, concernant le développement de cette filière et l’ensemble de ses composantes, d’établir préalablement un diagnostic des atouts et des faiblesses afin de mesurer la cohérence ou l’incohérence d’une stratégie ou d’une organisation éventuellement propre à la RNPC.

2. Approche conceptuelle

11Afin de lever les ambiguïtés terminologiques, sources d’incompréhension et d’incertitude, il est préférable de cerner les notions principales au cœur de cet article.

12Le tourisme est défini selon l’OMT comme les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires ou pour autres motifs. Dans une approche fonctionnaliste, pour J. M. Dewailly (1993), un touriste est donc un visiteur temporaire qui séjourne au moins 24h dans le lieu qu’il visite pour des motifs de loisirs (agrément, vacances, sport...) ou d’affaires (famille, mission...). Un visiteur qui séjourne moins de 24h pour les mêmes motifs est un excursionniste. Le visiteur constitue la catégorie de base qui comprend les touristes et les excursionnistes et il est donc le point de référence de l’ensemble du système des statistiques de ce secteur. Dans le cadre de cette étude il convient de signaler que la réflexion est menée en terme d’offre d’activité et non pas en terme de qui consomme ces activités de loisirs. Ces dernières peuvent concerner les visiteurs sans exclure les résidents qui les consomment dans le cadre de leurs loisirs. L’essentiel ici est de considérer la capacité de création de richesse localement de l’ensemble du secteur des loisirs sportifs outdoor.

13La touristicité est le caractère touristique fonctionnel (et non potentiel) d’un espace alors que nous appellerons touristification le processus d’appropriation de l’espace par le touriste : occupation progressive de l’espace par des hébergements et des équipements, par une polarisation croissante des flux dans l’espace et dans le temps et par des retombées diverses sur le milieu d’accueil en termes socio-économiques.

14Le tourisme sportif peut être défini, selon G. Plagnol (1997), comme toutes formes de déplacement motivées par le sport en tant que sport objet (spectacle d’un événement sportif, visite d’un musée, d’un stade...) ou sport activité (stage, pratique récréative ...).

15Les activités physiques de pleine nature (APPN) qui répondent aux besoins croissants des citadins de s’évader du cadre urbain (les Anglo-saxons regroupent ces activités ludo-sportives de plein air sous l’appellation « outdoor activities ») peuvent être définies comme l’ensemble des activités physiques ou sportives qu’elles soient aériennes, nautiques ou terrestres, dans la mesure où elles sont pratiquées en milieu « naturel ».

16Le nombre estimé de pratiquants d’APPN s’élevait en 2002 à 30 millions et comprend le cyclisme (Vélo Tous Terrains, cyclotourisme, etc.), toutes les formes de randonnées (pédestre, équestre, etc.), toutes les formes de voile (planche à voile, kite-surf, etc.), les pratiques spécifiques à la montagne (ski, escalade, etc.), les sports de vent (parapente, char à voile, etc.). Après avoir été longtemps opposé à l’artificiel, aujourd’hui le clivage se porte sur l’antagonisme rural/urbain connoté traditionnel/moderne. La nature que recherche le public n’est plus « brute » mais codifiée et aménagée, l’exemple type étant celui de la « via-ferrata » ou de l’escalade (Vachéé, 2003).

  • 4 Michon et Terret (2005), Pratiques sportives et identités locales, Paris, L’Harmattan, définissent (...)

17Un territoire, au-delà des caractéristiques géographiques, doit être compris comme un espace social localement identifié par les acteurs qui y projettent leur subjectivité (Bouhaouala, 2001a, b). Il y a donc un processus de construction à partir des ressources et des agréments perçus pour transformer un espace, un endroit passif où se concentrent des activités et des acteurs sociaux4. Un territoire est en effet, une sorte de milieu créatif et innovant qui peut être interprété par les acteurs selon un système de représentations créant un sentiment d’appartenance et qui constitue la spécificité indispensable propre à une destination touristique (ainsi le massif du Vercors, la Grave, etc.). Un territoire s’imprègne d’une image et de formes emblématiques qui constituent un accès filtré pour des segments de clientèles et d’usagers. J.P. Augustin (1997) met ainsi en lumière l’attrait du littoral aquitain pour les amateurs de glisse nautique : Lacanau, Hossegor (« hauts lieux » français du surf way of life). L’espace réaffecté à de nouvelles pratiques gagne en identité et affirme, dès lors, sa fonction touristique. Le tourisme sportif peut être alors un bon « laboratoire » d’observation du processus de recomposition des territoires et de la taille pertinente de la maille territoriale d’action.

18Dans le tourisme sportif, l’identité et la représentation du territoire précèdent systématiquement sa consommation. L’image est un des éléments fondamentaux du tourisme. En fait, le visiteur voyage dans sa tête avant de passer à l’acte et il y a une translation de trois images successives, de l’image primaire (stéréotype, cliché...) à l’image concrète (nouvelle image liée à la préparation pratique) en passant par une image culturelle (image plus objective grâce aux informations, guides...). Le sport est constitutif d’images du fait des valeurs et des symboles qu'il est supposé renfermer : dépassement de soi, plaisir dans l’effort, convivialité, évasion, bien-être, etc. Il peut donc affecter l’image de marque d’un territoire avec un double objectif :

  • a) contribuer à sa notoriété grâce à la médiatisation de ses résultats (Lens connu par le Racing et ses supporters) et

  • b) afficher une nouvelle image de dynamisme et de joie de vivre (cas des Alpes). En ce sens le char à voile, sur la côte d'Opale, peut symboliser le passage d’un Nord laborieux à un Nord entreprenant et moderne, (Dorvillé, 1997).

19Nous entendons par politique, la définition d’un programme d’action et la mise en œuvre de moyens pour réaliser certains objectifs déterminés dans un domaine précis (e. g : le développement local). Pour dynamiser la production touristique, il faut mettre en œuvre différentes politiques ou une politique globale à différents volets : de développement reposant sur une analyse stratégique (prospective, enjeux, alternatives...), d’aménagement s’appuyant sur une analyse structurelle (équipements, transports, sites attractif...), d’animation et d’encadrement fondée sur un diagnostic des prestations, des compétences des personnels... et enfin de commercialisation utilisant des études de marché et des actions commerciales (vente et communication).

20Le tourisme sportif et les pratiques de pleine nature étant soumis à de multiples enjeux et interactions, il convient alors d’identifier les principaux acteurs de ce champ social. L’État intervient dans le cadre d’une planification incitative par le biais du ministère ad hoc et d’autres ministères (MJSVA, Ministère de la Culture...) notamment dans le cadre de l’aménagement du territoire et ses services définissent les politiques touristiques, spatiales ou sectorielles qu’il entend mener. En outre, l’État élabore et met en œuvre la réglementation des activités touristiques ainsi que l’encadrement des normes de classement et d’agrément des équipements et organisations de tourisme. L’AFIT est le bras séculier du ministère chargé du tourisme.

21Le désengagement relatif de l’État, via les lois de décentralisation, a amené les collectivités territoriales à jouer un rôle substantiel et central. Le Conseil Régional détermine les axes de la politique touristique régionale que le Comité Régional de Tourisme (CRT) met en œuvre et enrichit avec de multiples partenaires. Actuellement, la nouvelle loi de décentralisation des compétences touristiques vise à reconnaître aux régions une compétence principale en termes d’animation et de coordination des initiatives publiques et privées, en maintenant toutefois le principe de la compétence partagée. Aux départements (et leurs Comités Départementaux de Tourisme : CDT) est confiée la tâche de valoriser et de promouvoir surtout l’offre des petits opérateurs publics ou privés. Quant aux communes, situées à la base de l’action publique, surtout en milieu rural, lieu privilégié du tourisme sportif, elles détiennent souvent, comme le remarque P. Chazaud (2004), en l’absence d’opérateurs touristiques ou de porteurs de projets privés, un monopole de fait à travers leurs équipements municipaux (piscine, base de loisirs, port de plaisance...).

22Par manque de régulation on est en droit de poser la question de l’organisation territoriale du tourisme et regretter un flou au niveau des rôles entre les différents niveaux territoriaux (sur-communication et chevauchements fâcheux), un déficit de coopération et de coordination (parfois même concurrence institutionnelle liée aux enjeux de pouvoir) entre ces différents échelons ce qui nuit à la nécessaire complémentarité des programmes d’action. La nouvelle loi doit clarifier les missions entre les CRT, CDT, OTSI... sans oublier les structures mixtes (syndicat mixte...) afin d’éviter la dispersion des efforts et de favoriser les synergies notamment vis-à-vis de la clientèle non résidente (nationale et étrangère).

23À côté des acteurs publics, il convient de repérer les acteurs privés marchands et associatifs qui jouent des rôles différents mais complémentaires dans l’opérationnalisation des politiques locales de développement et qui de fait fondent la structuration de l’espace de l’offre. Les restaurateurs, hôteliers, agences de voyages, prestataires de services sportifs (centre équestre, parc d’aventure, base de canoë...) participent à la notoriété et à la médiation entre le public et un territoire touristique en assurant la production de services sportifs et touristiques.

24Le mouvement sportif associatif du fait de son ancrage historique (conception du sport amateur, désintéressé, éducatif et ouvert), bien qu’il occupe une place incontournable dans le développement touristique local (Bouhaouala, 2001a), a parfois des difficultés à proposer une offre de services à destination des non-résidents. Ainsi, pour des raisons idéologiques, ce dernier exclut les actions (marchandes) de développement par le tourisme, ce qui est un indicateur d’un manque de prise de conscience des populations locales de la force des sports outdoor (McDonald R et Jolliffe, 2003). Ces pesanteurs sociologiques de la part des organisations associatives fédérales peuvent freiner l’essor du tourisme sportif en continuant à ne proposer qu’une offre devenue inadaptée. Par ailleurs, il n’y a que peu de grands prestataires associatifs nationaux qui s’intéressent à ce marché : l’UCPA, l’Union Française des Centres de Vacances (UFCV) ; par contre, beaucoup d’opérateurs marchands proposent des produits à base d’activités sportives de plein air : Club Med, Nouvelles Frontières, etc.

3. Méthodologie

25Cet article, centré sur le développement du tourisme sportif dans la RNPC, cherche à un premier niveau à identifier les images qu’ont de cette région les acteurs et décideurs locaux. Partagent-ils les préjugés courants, les combattent-ils et de quelle façon ? Dans un second niveau, une analyse stratégique essaye de mettre en évidence le jeu de ces différents acteurs (publics, privés) pour saisir plus particulièrement la place que les sports outdoor peuvent occuper dans une dynamique locale. Les décideurs et acteurs locaux envisagent-ils le passage d’un Nord industriel à un Nord touristiquement attractif ? Y a t-il une volonté de reconversion des bassins d’emplois et renouvellement des usages et des mentalités locales, par le tourisme sportif ?

26Dans le cadre de ce travail qu’on situe à son stade exploratoire, l’approche compréhensive et qualitative a été privilégiée. Pourtant, le choix s’est porté sur de la technique d’enquête par entretien semi directif (durée moyenne 1h30). Ces derniers au nombre de 7 ont été conduits de manière individuelle ou collective, entre les mois de mars et mai 2003 auprès de décideurs et acteurs locaux (représentés anonymement par la lettre E suivie d’un chiffre).

  • E1 : est un élu local fondateur de l’agence de développement touristique de la Côte d’Opale et maire d’une grande ville de cette même Côte.

  • E2 : est un vice président du Conseil Régional du Nord Pas de Calais, chargé du sport et par ailleurs adjoint au maire d’une commune du Valenciennois.

  • E3 : ce sont trois chargés de missions au CRT de la communication et du développement touristique.

  • E4 : est un chargé de mission par le CDT des relations avec les élus locaux et les collectivités locales du département du Nord.

  • E5 : est un chargé par l’Agence de Développement Touristique de la Côte d’Opale (ADTCO) de développement du sport.

  • E6 : est une responsable d'une base de loisirs sportifs située dans l’Avesnois.

  • E7 : est un responsable d’une base de loisirs sportifs située dans le Pas-de-Calais.

27Les entretiens ont été organisés autour des quatre thèmes suivants :

  • 1. Définition d'axes forts de l’identité du Nord : quelles dimensions sont mises en avant par les interviewés : historique, géographique, administrative, culturelle, linguistique, etc. ?

  • 2. Reconstruction des stratégies de communication et de développement : quel budget, quels supports, quels arguments, quelle envergure, quelle évaluation de la pertinence des actions ?

  • 3. Position concurrentielle du Nord au plan national : quels sont ses atouts, ses faiblesses, et à quelle échelle (euro régionale, nationale) ?

  • 4. Place du sport dans l’offre touristique : est-elle souhaitable, avec quels partenaires associés, quels peuvent être les sports outdoor identifiant la région ?

28L'analyse des entretiens se déroulera selon ces quatre thèmes et exploitera les indicateurs qui s'y rapportent en appliquant les règles de l'analyse des contenus.

4. Interprétation des résultats

29La première lecture des entretiens montre que les acteurs locaux ont dans l'ensemble conscience des préjugés et des stéréotypes associés à l'image de la RNPC. Dans le sens de la prégnance d’une image géographiquement et climatiquement dégradée (humidité, monotonie des paysages, etc.), zone frontalière marquée par l’histoire des guerres, poids d’une culture industrielle et ouvrière austère. La vision anthropologique de l’homme du Nord le présente comme rude, travailleur mais heureusement chaleureux. Comme l’exprime E6 : « Les gens (touristes) ont une image très négative. Déjà, c’est le Nord, il fait froid et il pleut. Il y a plus d’alcoolisme et de chômage. C’est la misère. Les gens ont encore une image désuète... le Nord est une région de labeur ; de façon très symbolique, il y a quelques années on pouvait remarquer le long de l’autoroute A1 des panneaux qui annonçaient : le Nord, terre d’accueil et de travail. Cela ne s’invente pas ! ».

30Pour contrebalancer ces représentations archétypales, tous insistent sur la dimension humaine (convivialité, chaleur humaine, etc.) qui fait contrepoids aux connotations péjoratives liées au climat, à la pluviosité, à l’industrie ancienne et au cadre de vie dégradé et pollué. E2 dit : « Ici on a un sens de l’accueil, on sait rire, on fait des fêtes et il y a une vie intense. L’étranger est vite mis à l’aise. Les nordistes possèdent deux qualités : ils ont à la fois le sens du travail et celui de la fête partagée ».

31On perçoit alors cette idée forte que les habitants du Nord sont les meilleurs ambassadeurs de leur région. Le sondage SOFRES paru en mars 2004 dans le grand quotidien régional « La Voix du Nord » met en évidence un sursaut identitaire : 84 % des habitants de la RNPC sont fiers de leur région et 66 % d’entre eux se déclarent optimistes pour l’avenir...

32Un consensus se dessine aussi sur les atouts et les faiblesses de cette région. Les points forts sont sa situation géographique, au cœur d’une zone de chalandise de 20 millions d’habitants, alliée à une densité et à une qualité des voies de communication (réseau autoroutier, TGV, Eurotunnel, aéroports et ports), une population jeune et dynamique, une vie associative très dense avec un ancrage territorial fort (jeux traditionnels vivaces, ducasses et folklore Ch'ti), un patrimoine culturel et historique riche (les beffrois comme symboles locaux, Lille après Boulogne, Cambrai... a obtenu le label Ville d’art et d’Histoire en 2004 en plus d’être capitale européenne de la culture).

  • 5 Nous excluons ici l’espace de production agricole.

33Les points faibles identifiés sont constitués de multiples éléments. D'une manière générale c'est la présence forte de zones industrielles et urbanisées, anciennement et fortement polluées (la région rassemble 50 % des friches industrielles nationales). Allié à cela un faible pourcentage d’espaces naturels5 avec de fortes pressions sur les écosystèmes. Le taux de chômage est supérieur de 3 points à la moyenne hexagonale ce qui annonce une crise sociale aiguë. Du point de vue structurel, le manque d’hébergement de tous types (moyen et haut de gamme) pénalise la structuration d'un réseau touristique diversifié, notamment le tourisme sportif, de congrès et d’affaires. Par ailleurs, le manque de terrains de camping sur la Côte d’Opale ne favorise pas également la prise en charge d'un tourisme de proximité et d'évasion. Enfin, tout cela accentue le manque de notoriété flagrant dans l’opinion française, et n'arrange pas les choses face à une concurrence flamande de plus en plus agressive (exemple de l'aménagement de la Lys).

34Par ailleurs, des divergences apparaissent sur la définition de la région Nord. En l’absence de limites naturelles précises, hors le littoral, pour certains le Nord épouse les limites administratives.

35Ainsi pour E1 : « le Nord c’est le département, le reste, cela ne veut rien dire, c’est forcement le département » alors que d’autres changent d’échelle et parle d’Euro région. « Le Nord pour moi comprend le Kent, la Normandie, l’Aisne, le contrefort des Ardennes, la Flandre belge... c’est l’Euro région. Il faut le jouer à cette dimension là » (E4). La définition de la région Nord, ne pose pas de problème à proprement parler, mais elle est ici révélatrice d'enjeux divergents qui s'expriment à travers les positions institutionnelles de chacun.

36De fait, trois territoires touristiques s’autonomisent : la Côte d’Opale qui bénéficie d’un espace littoral encore sauvage et attire les amateurs de nautisme et de sports de vent, la métropole lilloise qui est le point d’accroche pour le tourisme culturel et d’affaires, et loin derrière l’Avesnois qui joue la carte du tourisme vert.

37Concernant le rôle que peut jouer le tourisme dans le développement de la région, on note quelques discordances et un certain paradoxe. Les chiffres annoncés dont les retombées économiques escomptées sont pour le moins fantaisistes et démontrent un manque de fiabilité des outils statistiques directs et indirects. Ainsi, les emplois concernés oscillent entre 15 000 et 50 000 selon les interlocuteurs, le nombre de touristes fréquentant la région varie entre 5 et 10 millions, etc. Mais au-delà de ces décalages et discours de façade, ce qui est surprenant, c’est le manque de conviction des décideurs dans le rôle positif que pourrait jouer le tourisme et le tourisme sportif en particulier dans la région. En effet, E1, pourtant président d’un syndicat mixte et fondateur d'une agence de développement sur la Côte d'Opale, illustre cette attitude et déclare : « Le Nord, c’est une région industrielle d’abord, c’est de là que vient la richesse... Le tourisme n’est qu’un complément ». Paradoxalement, ce sont les décideurs en charge du secteur sportif qui semblent le plus s'intéresser aux problématiques de développement et de reconversion économique locale. L’élu du Conseil Régional nous explique : « il y a encore beaucoup de réticences à considérer le tourisme ici comme un véritable élément de développement économique de la région et c’est un tort car on a beaucoup de potentialités à exploiter dans ce domaine ». Il est tellement convaincu par cette perspective qu’il envisage, en cas de « débarquement » de son poste à l’issue des prochaines élections régionales de se recycler dans la création d’une structure de tourisme sportif et d’en vivre confortablement ! En effet, dans la réalité, la mentalité des décideurs et par extension celle des résidents reste fortement marquée par deux éléments fondateurs : la vraie richesse c'est l'industrie et le sport se limite à une pratique associative destinée aux populations locales. Ceci constitue un paradoxe fondamental dans la mesure où l'industrie est en déclin certain dans la région et que les loisirs sportifs sont sans nul doute au cœur des activités des vacanciers (cf. enquête INSEP-MJS, 2002).

  • 6 Le siège de la fédération française de char à voile se trouve à Berck, plus de 30 % des clubs en Fr (...)

38La dimension sportive n’apparaît donc pas encore comme un facteur primordial dans l’attractivité touristique. Le potentiel récréatif est sous-estimé même si quelques opportunités sont saisies par les acteurs publics. Le Conseil Général du Nord essaie de désenclaver l’Avesnois en investissant dans le parc départemental du Val-Joly pour y promouvoir des activités sportives (VTT, pêche, tir à l’arc...). L’offre des sports outdoor est doublement déséquilibrée. Elle s'adresse essentiellement aux populations résidentes pour des raisons sociales (désenclavement, réinsertion, amélioration des loisirs, etc.). D'autre part, elle concerne davantage le littoral et ses 140 km de côtes relativement préservées avec comme pratique emblématique le char à voile6. Cette identité sportive est reconnue nationalement et le journal « Le Monde » dans son dossier sur la nouvelle France sportive (24/08/04) consacre, dans les sports de nature liés au vent, un article intitulé « Quand les chars défilent sur les plages du Touquet ». La majorité des personnes interviewées partagent cette analyse et s'accordent à dire que les sports de glisse de vent (char à voile, speed-sail, cerf-volant, kite-surf...) peuvent constituer un produit d’appel pour la côte. E3 confie que « les images de char à voile sur un littoral pas trop urbanisé accrochent les visiteurs dans les salons...Des touristes lyonnais viennent passer leurs vacances dans la région afin d'éprouver la griserie et le plaisir de piloter un engin qui file sur la plage ».

39Cependant, les activités terrestres se pratiquant à l'intérieur des terres ne sont pas présentées comme étant spécifiques ou potentiellement valorisantes. Des activités comme la randonnée pédestre et équestre, le cyclotourisme, le tourisme fluvial ne sont que mentionnées mais sans aucune conviction de la part des interviewés. Le manque de concertation entre les acteurs publics et les acteurs privés associatifs et marchands est pointé du doigt de part et d'autre. Si le sport de haut niveau est valorisé par les décideurs publics car fortement médiatisé (les champions : héros et hérauts de la région), les relations avec les associations axées sur les loisirs et les activités récréatives sont ténues. Comme le reconnaît E3 : « Nous avons du mal à trouver des interlocuteurs qui acceptent de jouer le jeu et de laisser de côté le sacro-saint règlement fédéral, d’écouter la demande d’un public qui ne veut pas entendre parler de performance mais de découverte, de convivialité, hors des sentiers battus  ».

40Par ailleurs, il convient de noter que lorsque les acteurs publics évoquent les prestataires de services sportifs oeuvrant ou pouvant prendre en charge ce secteur, ils pensent essentiellement aux associations déjà existantes et non aux structures marchandes. Les interlocuteurs ne mentionnent pratiquement jamais des prestataires privés marchands (Agora, Copampa, Passion Aventure, etc.). De plus, les aléas climatiques leur apparaissent comme un frein qui limite une potentielle politique fondée sur le tourisme sportif outdoor.

41La politique de communication a priori paraît relativement cohérente. En effet, tous les interviewés sont concernés et elle peut se décliner en une communication interne, à destination de la population locale, et une communication externe visant à sensibiliser une population extra-régionale et étrangère (notamment anglaise, néerlandaise, scandinave). Cependant, a posteriori, les actions et les prestations sportives sont prioritairement à destination de la population locale. En effet, le CRT, les CDT consacrent la majeure partie de leur budget afin de populariser et de sensibiliser le public local à leurs actions de valorisation en faveur du tourisme. Le Conseil Général du Nord utilise systématiquement son journal « Le Nord », diffusé à 850 000 foyers, pour faire passer des informations de loisirs, des suggestions de balades, etc. Par exemple, dans le numéro 174 (Juillet Août 2004) on peut lire des articles sur un défilé des Géants dans le Douaisis et sur le parc départemental du Mont Noir. « Il s’agit pour les gens du Nord de consommer leur département pour en faire la promotion. On fait de la communication interne qui devient de la communication externe » (E4). Comme déjà mentionné supra les acteurs sont bien conscients qu’on ne peut penser et mettre en œuvre une politique de développement local par le tourisme sportif qu’à partir du moment où les populations locales adhèrent aux actions et se rendent compte de leur patrimoine touristique (McDonald R et Jolliffe, 2003). Cette logique est confortée par une forte sensibilité des décideurs à développer des actions de « loisir social ». Au-delà des stratégies électoralistes évidentes, il ressort des entretiens une volonté de développer un tourisme de proximité pour une population régionale non favorisée et n'ayant pas toujours les moyens et/ou la culture du voyage. « La première clientèle, ce sont les habitants du Nord Pas de Calais (NPC), et ce n’est pas étonnant que l’on ait un des taux français les plus élevés de fréquentation des gîtes et des campings. Les ouvriers ont aussi droit de partir en vacances » (E6). Cette tendance est confirmée par (E7) : « Nos tarifs sont extrêmement faibles afin que la population locale puisse y accéder. Il faut favoriser l'accès pour tous ».

  • 7 Cette volonté de promouvoir cette identité se concrétise en 2006 par la création de Ch’Tribu, Espac (...)

42À y regarder de plus près, la communication externe qui tente de valoriser l'image de marque de la région par diverses opérations (fréquentation de salons touristiques, articles dans la presse spécialisée, diffusion de brochures, WEB et Internet) n'est pas suivie d'actions concrètes. Par ailleurs, les acteurs des CDT s'appuient dans leur communication sur les expatriés du Nord qui se sont rassemblés dans un réseau très actif « l'Amicale des gens du Nord »7. Dans l'ensemble, bien que des opérations multiples de communication soient citées, le flou des données objectives (budget imprécis, évaluation de l'impact non prévue, objectifs et attentes à moyen et long terme fluctuants, etc.) semble indiquer que la stratégie de communication soit plus empirique et moins bien structurée que les discours des acteurs ne le laisse entendre.

Conclusion

43Après des années de crise économique, le Nord-Pas-de-Calais s'inscrit dans une dynamique de transformations profondes et progressives de valorisation de son image grise et triste. Sa côte est devenue d'Opale, ses terrils ne font plus d'ombre aux parcs naturels régionaux. Le marché du tourisme culturel est en constante progression surtout en ce qui concerne les courts séjours et le tourisme de proximité. Les loisirs sportifs de nature qui pourraient devenir un élément déterminant dans le choix du Nord comme destination touristique n'ont pas encore été intégrés dans une politique globale de développement et de valorisation de la région. Cependant quelques projets aboutis pourraient débloquer cette situation en démontrant la viabilité de cette approche. On peut illustrer cela avec « SEAWAY », sur le littoral, complexe ambitieux de loisirs tourné vers, d'une part, les populations d'Europe du Nord, et d'autre part, les activités nautiques et la remise en forme. Des projets, même ambitieux comme SEAWAY, des golfs de renommée, des actions de communications d'envergure, etc. ne peuvent avoir un impact socio-économique positif que si des actions et des équipements structurants sont entrepris à moyen et long terme.

  • 8 La notion de gouvernance prend en compte la perte de centralité de l’Etat et met en avant le caract (...)

44Il faudrait donc une réelle prise de conscience de la part des décideurs et des populations locales pour mettre en œuvre une politique de développement fondée sur un réseau d'acteurs intéressés (institutionnels, professionnels du tourisme, opérateurs publics et privés des sports de nature, etc.). Ce mode de gouvernance8 permettra de dépasser les clivages et les conflits d'intérêts pouvant polluer les actions dispersées des différents acteurs. Il faut faire valoir une sorte de « principe supérieur » dépassant et donc rassemblant les stratégies des différents acteurs oeuvrant selon des mode de gestion différents (Corneloup et al. 2001). À titre d’exemple, il convient de penser à la mise en place d'un outil comme la CDESI (Commission Départementale des Espaces, des Sites et Itinéraires) qui formaliserait et traduirait une politique efficace d'optimisation des capacités du tourisme sportif de nature sous l'égide des Conseils Généraux. Par ailleurs, le Comité Régional de Développement du Sport pourrait intégrer le sport de pleine nature dans un projet de développement durable du territoire en prenant en compte les aspects économiques, sociaux et écologiques.

  • 9 La création en 2006 de l’aire métropolitaine de Lille qui compte 3,5 millions d’habitants sur une z (...)

45Les élections régionales de 2004 et la nouvelle loi de décentralisation n’ont pas fondamentalement modifié la situation précédente en matière de développement touristique local. Il nous paraît néanmoins judicieux de vérifier ultérieurement cette étude en prenant en compte les changements politiques actuels9 et d’élargir le panel de l’enquête aux nouveaux acteurs politiques et autres décideurs régionaux (directeurs d’office du tourisme, dirigeants de petites structures, dirigeants d'associations, etc.).

Haut de page

Bibliographie

AUGUSTIN J.P (2002). « La diversification territoriale des activités sportives », l’Année Sociologique, n° 52, p. 68-81.

AUGUSTIN J. P. – dir. (1997). - Surf atlantique, les territoires de l’éphémère, Talence, MSHA, 272 p.

BOUHAOUALA M. (2001a). - « Relations inter-entreprises dans un marché local : le cas des PE-TPE du tourisme sportif en Vercors », Revue Espaces et Sociétés n° 105-106, p. 36-48.

BOUHAOUALA M (2001b) - « Une institutionnalisation ouverte : le cas du tourisme sportif de nature dans le Vercors », In Jaccoud C., Busset T., Sports en formes : acteurs, contexte et dynamique d'institutionnalisation, Lausanne, Éditions Antipodes, p. 231-252.

CHAZAUD P. (2004). - Management du tourisme et des loisirs sportifs de pleine nature, Voiron, PUS, 305 p.

CORNELOUP. J., BOUHAOUALA M., VACHEE. C, SOULE B. (2001). - « Formes de développement et positionnement touristique des espaces sportifs de nature », Revue Loisir et Société, Volume 24, n° 1, p. 21-46.

DEWAILLY J.M., FLAMENT E. (1993). - Géographie du tourisme et des loisirs, Paris, éd. Sedes, 287 p.

DORVILLÉ C. (1998). - « Nouvelles pratiques sportives et animation touristique : le VTT dans le Nord-Pas-De-Calais », Revue Économie et Tourisme, n° 26, p. 32-39.

DORVILLÉ C. (1997). - « Le sport comme métaphore sociale », In : Dewailly J-M., Sobry C., Récréation, re-création : tourisme et sport dans le Nord- Pas-De-Calais, Paris, l’Harmattan, p. 49-80.

HARBRETEAU M. (2003). - Le tourisme et les loisirs dans l’aire euro régionale transmanche : vers la constitution d’un territoire touristique ? , thèse de géographie, Université de Lille 1.

MACDONALD R., JOLLIFFE L. (2003). « Cultural rural tourism, Evidence from Canada », Annals of Tourism Research, vol. 30, n° 2, p. 45-57.

MIGNON P., TRUCHOT G. (2002). - Les pratiques sportives en France, Paris, INSEP, 226 p.

PIGEASSOU C., FILLOZ V. (2000). - « Du tourisme sportif au sport touristique », Les Cahiers Espaces, n° 66, p. 21-36.

PIGEASSOU C. (1997). - « Sport et Tourisme : émergence du sport dans l’offre touristique », Les Cahiers Espaces, n° 52, p. 15-24.

PLAGNOL G., (1997). - « Tourisme sportif et secteur marchand », Les Cahiers Espace, n° 52, p. 25-33.

SCOL J. (2000). - « L’eau et les sports nautiques au cœur de la requalification récréative des friches industrialo-minières et des canaux du Nord-Pas-de-Calais », Hommes et terres du Nord, 2000/2, USTL, UFR de Géographie et d’Aménagement, p. 18-27.

VACHEE C., RASPAUD M., (2003). - « Représentations de la nature et logique d’offre chez les moniteurs d’escalade », Sciences et motricité, n° 48, p. 29-48.

Haut de page

Notes

1 Le terme de pratiquant, selon les sociologues spécialisés, englobe plusieurs niveaux de sportivité : du sportif licencié et compétitif (milieu fédéral) au pratiquant de loisir individuel et autonome (forme ludique) en passant par la remise en forme chez soi ou dans une salle privée (fitness).

2 INSEP : Institut National du Sport et de l’Education Physique, MJSVA : Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative.

3 Eiglier et Langeard (1991), Servuction, le marketing des services, Paris, Mc Graw-Hill, utilisent ce concept qui est la contraction des termes de service et de production.

4 Michon et Terret (2005), Pratiques sportives et identités locales, Paris, L’Harmattan, définissent le territoire comme un espace géographique à propos duquel un groupe humain développe des sentiments d’appartenance et d’appropriation.

5 Nous excluons ici l’espace de production agricole.

6 Le siège de la fédération française de char à voile se trouve à Berck, plus de 30 % des clubs en France sont implantés sur la Côte d’Opale.

7 Cette volonté de promouvoir cette identité se concrétise en 2006 par la création de Ch’Tribu, Espace international, qui fédère les ch’tis disséminés dans le monde et se présente comme « club d’ambassadeurs » du Nord-Pas-de-Calais.

8 La notion de gouvernance prend en compte la perte de centralité de l’Etat et met en avant le caractère pluriel des intervenants (autorités locales, groupes privés, agences publiques ou semi-publiques, associations...) afin d’éclairer les relations stratégiques nouées entre ces différents acteurs.

9 La création en 2006 de l’aire métropolitaine de Lille qui compte 3,5 millions d’habitants sur une zone bien définie d’Arras à Valenciennes en passant par le bassin minier va-t-elle réussir à agréger les différentes intercommunalités dans une grande métropole (Lille) et accroître significativement l’attractivité touristique de ce nouveau territoire ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Dorvillé et Malek Bouhaouala, « Place des sports outdoor dans le développement touristique de la région Nord-Pas-de-Calais », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/284

Haut de page

Auteurs

Christian Dorvillé

Sociologue
Maître de Conférences - Université de Lille 2
Faculté des Sciences du Sport et d’Éducation Physique (FSSP)
Laboratoire Sport, Identité, Culture (SIC), E.A 4110
Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur le Sport et le Tourisme (GIREST)
Christan.dorville@univ-lille2.fr

Articles du même auteur

Malek Bouhaouala

Sociologue
Maître de Conférences - Université de Grenoble 1
UFRAPS Joseph Fourrier
Laboratoire SENS UJF
Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur le Sport et le Tourisme (GIREST)
malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page