Navigation – Plan du site

Éditorial

Le tourisme et le sport : Le tourisme sportif et les sports touristiques
Editorial - Tourism and sport : Sporting Tourism and Touristy Sports
Jean Scol
p. 1-2

Texte intégral

1L’un des tout derniers numéros de la revue Hommes et Terres du Nord (HTN 2004-05/2), ancienne version de l’actuel Territoire en Mouvement, était il y a quelques temps consacré au tourisme et à son rôle d’acteur ou de moteur dans les processus de renouvellement des territoires. Il s’agit cette fois de mettre en évidence le couple tourisme-sport ; deux notions ou phénomènes souvent associés dans le cadre de nombreuses publications, celui d’équipes, de groupes de recherche ou de formations universitaires de type Master se donnant pour mission de former des agents du développement touristique et/ou sportif. Par ailleurs, l’analyse du sport et celle du tourisme s’inscrivent toutes deux très largement (mais pas seulement) dans un même champ : celui de la récréation autrement dit celui des loisirs. Enfin tourisme et sport se conjuguent bien souvent ensemble dans le cadre de pratiques, d’aménagements ou de marchés dédiés au tourisme sportif ou aux sports touristiques. Ces notions mises en avant au début des années 1980 mais de plus en plus fréquentes depuis le début des années 1990, sont alors portées par l’émergence de nouvelles pratiques touristiques aussi bien que sportives, plus proches de la nature, du bien « être-dans-son-corps » et évoquent aussi : c’est dans l’air du temps, des formes de tourisme dites alternatives porteuses de l’idée d’un développement durable ou tout au moins plus supportable pour les environnements naturels, socioculturels et économiques.

2Il convient dès lors dans un souci de rigueur scientifique de rappeler ici quelques définitions essentielles concernant notre sujet. Ces définitions ne sont cependant pas parfaites et par là loin de satisfaire l’ensemble de la communauté des spécialistes (économistes, sociologues, historiens.... , géographes). Elles prêtent donc largement le flanc à la critique (parfois violente) de ces derniers. D’ailleurs la plupart des chercheurs en la matière se risquent avec plus ou moins de bonheur à des tentatives de définitions qui se voudraient - enfin - indiscutables mais qui finalement n’apparaissent encore que partiellement adaptées à circonscrire des phénomènes d’une grande complexité, aux concepts flous (J.M. Dewailly, 2006) et aux contours incertains (C. Pigeassou, 2004). Aussi faut-il accepter, faute de mieux et tels des plus petits dénominateurs communs, ces fameuses définitions officielles ou institutionnelles que proposent des organismes de référence en matière de sport ou de tourisme.

3Ainsi la Charte Européenne du Sport adoptée par le Conseil de l’Europe en 1992 et révisée en 2001, reconnaît comme sport « toutes activités physiques qui à travers une participation organisée ou non, ont pour objectif l’expression ou l’amélioration de la condition physique et psychique, le développement des relations sociales ou l’obtention de résultats en compétitions de tous niveaux ». Alors que l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT) définit le tourisme comme « l’ensemble des activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans des lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs » (définition élaborée en 1991 à la Conférence internationale sur les statistiques des voyages et du tourisme d'Ottawa et approuvée en 1993 par les Nations Unies). Il n’existe par contre pas de définition institutionnelle pour qualifier le « tourisme sportif », ni de la part des institutions sportives ni de la part de l’OMT qui n’a pas identifié cette forme de tourisme indépendamment des autres pratiques ou motifs touristiques. Alors peut-être devons nous à notre tour mais en nous inspirant au moins en partie de travaux et réflexions d’autres auteurs (Sobry, Dorvillé, Pigeassou, Dewailly...), nous risquer à une tentative de définition du tourisme sportif qui serait donc : « l’ensemble des déplacements à la journée ou conduisant à un séjour n’excédant pas une année (encore que ce point soit parfois discutable) dans des lieux situés en dehors de l’environnement habituel du visiteur et dont la motivation première (mais pas forcément unique) serait, ou bien la pratique d’une activité physique sportive en dehors de toute compétition, ou bien la participation active en tant qu’amateur, professionnel, ou passive en tant que spectateur, à une manifestation sportive donnant lieu le cas échéant à compétition, ou bien encore la consommation d’un produit culturel se référant au sport (musée du sport, festival du film sportif...) ». Mais cette définition comme toutes les autres, sera sans doute loin de faire l’unanimité au sein de la famille des scientifiques pas plus que parmi les professionnels et probablement participera (nous le souhaitons en tous cas) à alimenter un débat loin d’être clos...

4Le présent numéro rassemble donc une série de contributions dont les auteurs, géographes, économistes ou sociologues rendent compte à différentes échelles du rôle du sport dans les dynamiques touristiques des territoires et plus largement le rôle du sport et du tourisme sportif dans le développement local et dans la perception, l’image, des lieux.

5Ainsi les sociologues spécialistes du sport Christian Dorvillé et Malek Bouhaouala (Lille 2, UFR STAPS), cherchent à définir la place des sports outdoor dans le développement touristique de la région Nord-Pas-de-Calais et démontre la faiblesse de la prise en compte de cette filière dans les politiques de développement touristique de la région. Le même Christian Dorvillé et l’économiste du sport Claude Sobry (Lille 2, UFR STAPS), mettent l’accent sur la « sportivisation » de la ville via l’émergence de nouvelles pratiques sportives en milieu urbain ouvert (outdoor), via la mode vestimentaire « sportive » qui s’affiche partout dans la rue et dans tous les milieux socioculturels. Y participent la multiplication et la médiatisation des événements sportifs dans les villes à l’origine d’un développement d’un « tourisme sportif urbain ».

6Notre propre contribution à ce numéro nous transporte en Grèce, au cœur de l’Égée, pour y relater le développement récent des sports de pleine nature et en particulier celui de l’escalade dans l’île de Kalymnos. Nous nous interrogeons à cette occasion sur le rôle des pratiques touristico-sportives en matière d’image et de consolidation voire de relance d’une dynamique touristique en perte de vitesse vis-à-vis d’un marché du tourisme hélio-balnéaire toujours plus concurrentiel ; mais aussi en termes de développement touristique alternatif plus durable ou plus soutenable pour ce micro territoire d’à peine plus de 100 km2.

7Dans une note, la géographe doctorante Mariana Christache, revient quant à elle sur le thème de la randonnée pédestre qu’avait déjà abordé Luc Florent dans le numéro d’Hommes et Terres du Nord cité précédemment, mais pour cette fois-ci, rendre compte de la démarche Éco-veille de la Fédération Française de la Randonnée Pédestre.

8Enfin, publiée en varia car n’abordant pas la thématique du sport, la contribution des géographes Edith Fagnoni (IUFM de Paris) et Liliane Buccianti-Barakat (Université Saint-Joseph de Beyrouth) évoque le couple tourisme-loisirs dans sa faculté à participer à la réécriture c'est-à-dire au développement (voire au redéveloppement), à la redynamisation et la restructuration, en un mot à la recomposition urbaine de la ville de Beyrouth. Car depuis la fin de la guerre civile, et jusqu’aux tragiques événements de l’été 2006 (guerre entre les milices du Hezbollah libanais et l’armée israélienne) auxquels succédera la période d’instabilité politique qui règne aujourd’hui de nouveau au Liban, Beyrouth avait recommencé à s’afficher comme une alternative à Genève ou à Monte-Carlo en renouant avec sa position de « Suisse du Moyen-Orient » pour les touristes du Golfe en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Scol, « Éditorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 29 juin 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/282

Haut de page

Auteur

Jean Scol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page