Navigation – Plan du site
Articles

Plaine alluviale du Niger supérieur et mare de Baro (Guinée)

Fonctionnement hydrologique, gestion traditionnelle des ressources et perspectives après-barrage
Alluvial Floodplain and Small Lake of Baro (Guinea), Hydrological Functioning, Traditional Rresources Management and Post-Dam Prospects
Luc Ferry, Michel Mietton, Agnès Renard-Toumi, Didier Martin, Mamadou Aliou Barry et Nadine Muther

Résumés

Si la mare de Baro est célèbre pour sa pêche annuelle rituelle, en revanche son fonctionnement hydrologique demeurait inconnu jusqu’à la mise en place d’un référentiel altimétrique pour le plan d’eau et la plaine alentour, mis en relation avec les hauteurs d’eau du Niandan. Les processus d’alimentation sont désormais cernés et une modélisation permet de mettre en évidence le rôle direct des précipitations et du ruissellement associé. La nécessité d’un « réempoissonnement » annuel impose cependant le maintien d’une connexion avec le cours d’eau. Pour cela, le barrage projeté de Fomi peut apporter une solution sous forme de crues artificielles peu consommatrices en eau du réservoir mais l’édification d’une passe vannée ou à batardeaux à l’entrée du chenal naturel dans le bourrelet de berge, permettant de gérer les niveaux de la mare et de la plaine rizicole, est impérative.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements 
Les auteurs tiennent à remercier pour leur soutien l’Unesco et la Commission Européenne, de même que S. Volper (Cirad) et K. de la Croix (Université Paris X) pour leurs conseils lors de la rédaction finale.

Introduction

  • 1 Les travaux présentés ont été réalisés dans le cadre du Projet « Niger-Loire : gouvernance et cultu (...)

1Située en Haute Guinée, le long du Niandan, affluent de rive droite du Niger, la mare de Baro (10°36'54" N – 9°42'07" W) est un objet d’étude, à l’interface nature-sociétés, intéressant à divers titres1.

2Lieu d’une pêche rituelle attirant chaque année des milliers de personnes de tout le pays, voire de l’Afrique de l’Ouest, la mare de Baro, fleuron de la culture mandingue, a une valeur patrimoniale culturelle certaine (Hem, 2002 ; Kobani Kourouma, 2008).

3Les raisons de son caractère pérenne tout au long de l’année, ses relations hydrologiques avec le Niandan voisin paraissent en outre d’autant plus utiles à préciser que son devenir pourrait a priori être mis en question dans la perspective de réalisation du barrage de Fomi, en amont de la mare (figure1).

Figure 1 : Le bassin versant du Niger supérieur guinéen et malien, les sites de Baro et du barrage de Fomi

Figure 1 : Le bassin versant du Niger supérieur guinéen et malien, les sites de Baro et du barrage de Fomi

4Par ailleurs, si elle est la plus connue des mares de Guinée, la mare de Baro n’est qu’une parmi beaucoup d’autres : 300 mares environ s’égrènent tout au long de la vallée du Niger guinéen (176 mares sur 215 km en aval de Kouroussa) ou de ses affluents Niandan (10 mares sur 33 km en aval de Fomi), Milo (109 sur 200 km en aval de Bafélé) et Tinkisso (4 sur 10 km en aval de Koda), dont le maintien pourrait être pareillement soumis aux modifications du régime des crues, liées aux multiples barrages projetés (figure 1).

5Enfin, par-delà l’intérêt des pêches et fêtes rituelles qui caractérisent tel ou tel site de la vallée, c’est aussi la préservation tout au long des plaines alluviales des activités agricoles, en particulier de la riziculture, qu’il est nécessaire d’envisager, en déterminant à travers le cas précis de Baro le rôle respectif des pluies, de la submersion et des aménagements par les hommes eux-mêmes.

6On bénéficie pour aborder cette problématique d’une part d’acquis antérieurs hydrométriques relatifs aux écoulements du Niandan (Brunet-Moret et al., 1986) et aussi d’un diagnostic agricole sur la vallée du Niger supérieur (Viguier, 1939 ; Portères, 1949 ; Gallais, 1959 ; Beavogui, 2004), et d’autre part d’études nombreuses sur ces plaines de bordure ou « fringing plains » (Welcomme, 1979 ; Ngatcha et al., 2002), longues, étroites et directement accolées au lit principal, leurs processus d’inondation et les mares associées (Leopold et al., 1995 ; Nanson et Croke, 1992 ; Anderson et al., 1996) et surtout sur les modalités de gestion intégrée et durable de leurs ressources en milieu tropical (Adams, 1985, 1993, 2000, 2009 ; Acreman et Hollis, 1996 ; Orange et al., 2002), particulièrement dans le cadre d’une nouvelle politique de gestion des barrages (Scudder, 1991 ; Thomas et Adams, 1999 ; Sighommou et al., 2002 ; Hamerlynck et al., 2002).

1. Contexte

7Ce contexte est bien marqué par un rythme de vie et de travail en accord avec le cycle pluvio- hydrologique.

1.1. La rivière Niandan

8Affluent de rive droite d’une longueur totale de 365 km, le Niandan possède, à la confluence avec le Niger, un bassin versant de 12 930 km². Prenant sa source à une cote voisine de 750 m dans la dorsale guinéo-libérienne, il est d'orientation sud/nord. À la traversée de la chaîne du Niandan-Banié d’orientation nord – nord-ouest / sud – sud-est, le cours d’eau, délaissant le socle granitique, entre dans le domaine birrimien, constitué de roches plus ou moins métamorphisées, dures et redressées (schistes, roches vertes, quartzites) et s’encaisse. C’est sur le site du village de Fomi, où la vallée se rétrécit fortement, qu’est prévue l’implantation éventuelle d’un barrage.

9À peu de distance en aval (17,5 km), la plaine de Baro débute au niveau de l'ancienne voie ferrée Conakry-Kankan. Bâti à l’époque coloniale, le pont de chemin de fer sur le Niandan a permis l’installation en mai 1947 d’une station hydrométrique, dite de Baro, à 20,3 km en amont de la confluence avec le fleuve Niger (tableau. 1).

10La station, bien étalonnée, est en revanche de suivi peu régulier, surtout à partir des années 70 et principalement entre 1987 et 1995. Une bonne corrélation (R2 = 0,86) entre les débits annuels de la station de Baro et celle de Koulikoro (Mali) a permis de reconstituer les modules annuels manquants sur la période 1947-2010.

Tableau 1 : Distances et dénivelés significatifs entre Fomi et la confluence Niandan-Niger

Point amont

Point aval

Distance (km)

Différence d’altitude (m)

Pente (cm/km)

Fomi

Station hydrométrique du Niandan à Baro

13.25

Fomi

Mare de Baro

17.50

Station hydrométrique du Niandan à Baro

Mare de Baro

4.25

Station hydrométrique du Niandan à Baro

Canal des Baratis

5.75

0.87

15.1

Station hydrométrique du Niandan à Baro

Confluence Niandan-Niger

20.35

2.92

14.3

Mare de Baro

Confluence Niandan-Niger

16.10

11Le Niandan possède un module interannuel (1947-2010) de 202 m³/s, équivalent de celui du Niger à Kouroussa (199 m³/s). Ce module a été très affecté par la sécheresse des années 80 (96 m³/s en 1989, 98 m³/s en 1984) et de la première moitié des années 90. Depuis lors, la rivière a retrouvé des niveaux plus soutenus, qui toutefois n’atteignent pas les valeurs observées durant la période antérieure aux années 70 (figure 2). À l’échelle annuelle, la période de hautes eaux dure 5 mois, de juillet à novembre, avec un débit moyen mensuel interannuel maximum de 750 m³/s en septembre. La période de basses eaux s’étend de décembre à juin, soit 7 mois, avec un débit moyen mensuel interannuel minimum observé en avril de 16,5 m³/s. Le débit instantané maximum observé a été de 1873 m3/s le 31 août 1962 ; la crue centennale est estimée de l’ordre de 2500 m3/s (EDF, 1951).

Figure 2 : Variation du module du Niandan durant la période de référence 1947-2010

Figure 2 : Variation du module du Niandan durant la période de référence 1947-2010

12Il s'agit en outre de caractériser le débordement du Niandan lors de la crue afin d'estimer son influence exacte dans le processus d’inondation de la plaine. Comme on le verra, la cote de débordement du Niandan vers la mare de Baro est de 359,75 m, soit une hauteur à l’échelle de 4,61 m à la station hydrométrique (maximum enregistré durant la période de référence : 8,32 m) et un débit instantané de 638 m3/s. Le nombre de jours de débordement est de 39 jours sur l’hydrogramme des débits moyens journaliers, le débordement commençant le 31 août pour finir le 8 octobre avec un pic le 18 septembre (figure 3).

13Le régime unimodal du Niandan est en accord avec le rythme climatique tropical à deux saisons contrastées dont la station voisine de Kankan rend bien compte sur une longue période de référence (1922-2010). Les précipitations moyennes annuelles sont relativement abondantes avec un total de 1581 mm pour 6 mois pluvieux seulement, au seuil de 100 mm : dans l’ordre décroissant, août (348 mm), septembre (330 mm), juillet (273 mm), juin (207 mm), octobre (148 mm), mai (137 mm) ; avril étant encore un mois significativement arrosé avec 71 mm. L’indice de variation est de 2,4 entre un maximum de 2476 mm (1933) et un minimum de 1030 mm (1988). Durant nos trois campagnes d’observation à Baro, les pluies ont été plus faibles : 1385 mm en 2008, 1250 mm en 2009, 1 351 mm en 2010 (1 195 mm à la fin des observations le 17 octobre, données reconstituées au-delà) ; les mois les plus pluvieux étant les mêmes qu’à Kankan mais dans un ordre changeant d’une année à l’autre (maximum en septembre (355 mm) par exemple en 2009). Par-delà ce déficit relatif, qui se vérifie aussi à l’échelle du bassin du Niandan en 2009, il faut souligner que les 4 mois de juillet et août à plus de 200 mm, septembre et octobre à plus de 300 mm, sont extrêmement arrosés, et contribuent efficacement au remplissage de la mare.

Figure 3 : Hydrogramme moyen journalier interannuel (1947-2011, données journalières observées) et débits caractéristiques

Figure 3 : Hydrogramme moyen journalier interannuel (1947-2011, données journalières observées) et débits caractéristiques

1.2. Les hommes dans la plaine de Baro

1.2.1. De gros villages malinkés au long de la vallée

14La distribution de la population fait apparaître une concentration au long de la vallée du Niandan puis du Niger. Les densités des circonscriptions de Baro puis de Balato en aval sont comprises entre 31 et 70 habitants/km², atteignant 71 à 150 habitants/km² dans celle de Babila, chiffres bien supérieurs à ceux des circonscriptions alentours, inférieurs à 30, voire à 15 habitants/km² (Recensement Général de la Population de 1996). Mais, dans la vallée, l’habitat est regroupé en gros villages très concentrés (Bernus, 1956) de 3 500 habitants environ à Baro (recensement local de 2005) et Babila jusqu’à 5 000 habitants à Koumana (figure 1). C’est la présence de l’eau qui a fixé les populations, davantage que les qualités pédologiques de la plaine alluviale à texture argilo-sableuse, dans laquelle bien des secteurs restent incultes. P. Viguier (1939) parle de « la valeur fertilisante réduite des crues du Niger ».

15Le territoire de Baro se répartit d’ailleurs comme suit : 30 % de plaine, 10 % de bas-fonds élémentaires et 60 % de terres d’interfluves (Béavogui, 2004) sur lesquelles on retrouve des cultures sèches telles que fonio, maïs, arachide et même manioc. Les Barokas appartiennent à l’ethnie des malinkés et incarnent la culture mandingue par leur structure villageoise et sociale - société patriarcale dans laquelle le pouvoir est réparti entre grandes familles (Condé, Keita) et castes (forgerons Camara) - ainsi que par la vivacité des rites festifs animés par les jeunes Baratis et évoqués ci-dessous.

16Le mode ancestral de mise en valeur de la plaine est lié au régime de submersion libre, suivant lequel la présence prolongée d’eau favorise la croissance du riz tout en limitant l’apparition de mauvaises herbes (Gallais, 1959). Les semis sont effectués à la volée en mai, juin ou juillet et immédiatement suivis du hersage (figure 4). Le riz lève avec la pluie ; la croissance se poursuit avec l’inondation de la plaine. Les récoltes s’échelonnent entre fin octobre et début janvier, en fonction des variétés cultivées (cycles végétatifs variant de trois à six mois) et des dates de semis (Portères, 1949 ; Arnoux, 1958). Les variétés à cycle long à très long, d’immersion profonde ou flottantes, sont semées dans les points bas où l’inondation dure plus longtemps et où la tranche d’eau est plus épaisse. Ces variétés sont semées sur les points précocement inondés, souvent même avant le débordement pour les variétés à cycle très long. Les points hauts reçoivent également quant à eux des cultures de maïs et de fonio qui se satisfont de sols très humides mais non inondés, moins fertiles, à texture plus grossière, d’où la nécessité de leur mise en jachère, parfois longue (5, 7 ans), et un souci d’enrichissement organique qui se traduit là par une installation temporaire des bœufs. Entre la récolte et les semis suivants, la plaine alluviale est un vaste terrain de vaine pâture pour le cheptel bovin villageois, estimé à un millier de têtes, dont les bœufs de labours. Les animaux broutent les chaumes de riz séchés puis la végétation repoussant après le passage des feux de brousse.

Figure 4 : Le cycle cultural des différentes variétés de riz

Figure 4 : Le cycle cultural des différentes variétés de riz

17L’étude de plusieurs villages de Haute Guinée permet de constater que la région n’est globalement pas en situation de déficit alimentaire. Cela peut être localement illustré à Baro où 50 % des exploitations sont jugées autosuffisantes, 20 % dégageant un surplus (Béavogui, 2004). La sous-préfecture bénéficie par ailleurs des nombreux apports, monétaires et matériels, des expatriés, qui reviennent fréquemment à Baro lors de la grande pêche rituelle.

1.2.2. La « pêche-récolte » rituelle dans la mare de Baro

18Les prises de poissons lors de la pêche traditionnelle annuelle de Baro à la fin du mois de mai ont plus une valeur symbolique que nutritive, mais ce rite, de haute importance sociale doit être préservé comme tel et pour cela le renouvellement de la faune halieutique doit être assuré. Tout comme au Tchad, en pays masa, cette pêche est plus que cela : elle s’apparente à une sorte de récolte, qui s’inscrit dans le cycle du renouveau de la nature, lié au retour de la pluie et aux prochaines moissons (Dumas-Champion, 1997). Durant chacune des grandes pêches collectives, que l’on peut qualifier aussi de pêche d’épuisement (Daget, 1988) par plusieurs centaines de personnes, (trop) rares sont les poissons qui échappent aux mailles, harpons et nasses (Pphoto 1).

19Pour faciliter les captures, la mare de Baro doit évidemment être pêchée lorsqu’elle est à un bas niveau, même si ce n’est pas le plus bas, en mai. La date de la fête, qui s’inscrit dans un calendrier symbolique de passage de la saison sèche à la saison des pluies, est fixée précisément par le « soti », le doyen du village, et ses conseillers, en fonction de critères physiques (niveaux de la mare et du Niandan, état de la végétation) et aussi du calendrier lunaire. La famille Camara, forgerons du village, propriétaire de la mare, annonce cette date au village puis l’information est relayée par des communiqués radiophoniques - radio rurale de Kankan et de Kouroussa, radio nationale, etc.- et télévisuels à destination de la population guinéenne et également des ressortissants situés à l’étranger.

20Si certaines mares de taille plus modeste, qui tarissent avant le retour des pluies, sont nécessairement pêchées plus tôt, en revanche la date du rassemblement collectif autour de la mare de Baro commande le calendrier de pêche de deux autres grandes mares de la région, Nantamba (mare des localités de Babila et Koumana, 1 km en aval de la confluence Niandan-Niger, en rive droite) et Walibèn (mare de Balato, à 14.5 km en aval, en rive gauche), respectivement trois et cinq jours plus tard. Le choix de la date de la pêche de Baro est donc particulièrement important : elle ne doit pas être trop différée par rapport aux premières grosses pluies ; en outre, une pêche trop tardive engendrerait un chevauchement avec le calendrier agricole et une prise de retard dans les activités de cultures dans la plaine elle-même et sur les versants alentours.

21La grande pêche de Baro marque donc de manière forte l’achèvement ou le renouveau d’un cycle hydrologique et cultural.

2. Méthodes

22Un « laboratoire de terrain » suivi en continu durant trois années hydrologiques (février 2008 à octobre 2010) a été mis en place à Baro. L’une des pièces essentielles du dispositif d’observation est bien sûr la station hydrométrique du Niandan. Toutefois, la connaissance du fonctionnement hydrologique du Niandan, de son régime, si elle s’avère nécessaire, n’est cependant pas suffisante pour connaître les niveaux de débordement dans la plaine alluviale, les relations avec les variations limnimétriques de la mare, les processus mis en jeu. Pour cela, il faut aussi enregistrer ces variations du plan d’eau et mettre les données limnimétriques du cours d’eau et de la mare dans un même référentiel altimétrique. Ce travail de nivellement permet en outre de préciser l’étagement variétal rizicole que la simple cartographie du parcellaire ne suffit pas à mettre en lumière.

23La carte topographique de la mare de Baro a été établie grâce à un long travail au DGPS Leïca de type 520, dont la précision altimétrique est de plus ou moins 2 cm : 690 points ont été levés en mars et avril 2008, permettant une cartographie dont les courbes de niveau sont équidistantes de 25 cm (figure 5). Les altitudes relatives ont été converties en altitudes absolues après implantation d’une borne topométrique au sud de la mare (figure 5), à proximité de la forêt sacrée, « rattachée » au zéro de l’échelle de la station hydrométrique de Baro sur le Niandan, ce dernier calé à 356,01m d’après la monographie hydrologique du fleuve Niger (Brunet-Moret Y. et al., 1986). L’opération de nivellement entre les deux échelles permet dès lors de situer le zéro de l’échelle limnimétrique de la mare à 356,13 m. Sur cette base, les hauteurs d’eau relevées à la station du Niandan (voie ferrée) et sur la mare de Baro ont été converties dans un même référentiel altimétrique. L’échelle de la mare de Baro a été lue, au centimètre près seulement, par un observateur, une fois chaque jour, entre la mi-février 2008 et le 17 octobre 2010.

Figure 5 : Le site de la mare de Baro. Carte et profil topographiques.

Figure 5 : Le site de la mare de Baro. Carte et profil topographiques.

24La mare de Baro est connectée à la rivière Niandan par un chenal naturel, de rupture du bourrelet de berge, plus ou moins aménagé par les pêcheurs-agriculteurs de Baro, notamment par les jeunes, forces vives du village (Baratis), d’où ce nom donné au canal (figure 5). On suppose qu’en crue les niveaux du Niandan au droit de l'exutoire de ce chenal et ceux de la mare sont identiques. La différence d’altitude observée, lors des quatre pics de crue principaux enregistrés en 2008 et 2009, entre la station du Niandan et la mare est toujours identique, égale à 0,87 m. Cette démarche permet de reconstituer les niveaux du Niandan au canal des Baratis à partir de ceux observés à la voie de chemin de fer : cote du Niandan au canal des Baratis = cote du Niandan au pont de chemin de fer - 0,87 m.

25Ce dénivelé correspond, du moins pour les hautes eaux, à une pente de la ligne d’eau du Niandan tout à fait réaliste de 15 cm/km entre le pont de chemin de fer et le canal des Baratis (5,75 km). Cette valeur est proche de la pente de fond, soit 14,3 cm/km, mesurée entre le pont de chemin de fer et le Niandan à sa confluence avec le Niger (20,35 km), légèrement supérieure à celle mentionnée dans la monographie hydrologique du fleuve Niger (Brunet-Moret et al., 1986), estimée » de l'ordre de 10 cm au kilomètre ».

26Le débordement du Niandan dans le canal des Baratis se situe à la cote 359,75 m, ce qui correspond à un débit de 638 m3/s.

27Le bilan hydrologique de la mare dépend de facteurs d’entrée parmi lesquels, outre les débordements occasionnels du Niandan, il faut compter les apports des précipitations, qui interviennent de deux manières : de façon directe (mesurée) sur la mare et aussi par ruissellement consécutif (estimé) sur les versants à proximité : la plaine de Baro est en effet alimentée latéralement par un bassin versant qui, tracé à partir du SRTM 90 et de la carte topographique (figure. 5), a une superficie de 8,1 km2 et culmine à environ 413 m (soit un dénivelé d’environ 54 m). Un éventuel drainage oblique dans les versants bordiers peut aussi alimenter des sourcins situés au contact de la plaine alluviale. D’autres points relativement bas, situés en amont du canal des Baratis, peuvent donner lieu à des apports du Niandan et à une submersion occasionnelle généralisée. Mais les altitudes correspondantes se situent à 361,76 et 361,79 m, soit des débits instantanés de 948 m3/s et 960 m3/s, bien supérieurs au débit d’entrée dans le chenal des Baratis et donnant lieu sur ces points bas à un nombre moyen de deux jours seulement de débordement, pour la période 1970 - 2010.

28Les pertes s’identifient principalement à l’évapotranspiration sur la mare (évaporation sur eau libre + transpiration de la végétation aquatique). Les valeurs obtenues sur bac d’eau libre à la station agronomique de Bordo-Kankan sont connues. L’infiltration paraît limitée du fait d’un épais colmatage argileux au fond de la mare.

29Un essai de modélisation de ce fonctionnement hydrologique de la mare permettra de valider ces hypothèses.

3. Résultats et discussion

3.1. La mare de Baro : caractéristiques morphométriques et variations limnimétriques

30Les courbes hauteur-surface (H/S) et hauteur-volume (H/V) de la mare (figure 6) sont déduites de la carte topographique. Les principales caractéristiques de la mare sont données dans le tableau 2 ci-dessous.

Figure 6 : Courbes hauteur/surface et hauteur/volume de la mare de Baro

Figure 6 : Courbes hauteur/surface et hauteur/volume de la mare de Baro

Tableau 2 : Caractéristiques morphométriques de la mare de Baro

Cote minimum

(358,00 m)

Cote de débordement

359,75 m

Longueur*

1300 m

Largeur*

350 m

Surface totale*

442 230 m2

Volume*

331 861 m3

Profondeur moyenne*

0.75 m

Surface couverte (végétation aquatique)

146 000 m2

(*à la cote de débordement)

31L’analyse des hauteurs d’eau de la mare de Baro (observées) et de celles du Niandan au canal des Baratis (calculées) fait apparaître trois types de situation au long des trois campagnes d’observation (figure 7) : 

Figure 7 : Hauteurs d’eau journalières de la mare et du Niandan au canal des Baratis durant les trois campagnes d’observation. Cumuls mobiles des pluies à Baro sur 10 jours

Figure 7 : Hauteurs d’eau journalières de la mare et du Niandan au canal des Baratis durant les trois campagnes d’observation. Cumuls mobiles des pluies à Baro sur 10 jours
  • 1-En phase de crue, la montée des eaux s’amorce plus tôt dans le temps sur le Niandan que sur la mare, du moins en 2008 (27 avril et 24 juin) et 2009 (11 mai et 16 juin) mais pas en 2010 (24 et 25 avril) : l‘écoulement du Niandan dépend en effet de précipitations plus abondantes (jusqu’à 2000 mm) et plus précoces sur l’amont de son bassin versant (la station de Kissidougou enregistre une moyenne mensuelle d’avril de 123 mm, de 65 mm dès mars (données 1922-2010)), tandis que le niveau de la mare est conditionné par l’apport direct des précipitations locales plus tardives (avril est très peu arrosé pour chacune des trois campagnes et le mois de mai ne reçoit que 106 mm en 2008, 98 mm en 2009 mais 183 mm en 2010). Lors des pics de crue, du moins les plus importants (points a, c et d), les courbes du Niandan et de la mare se confondent. Les niveaux de la mare et ceux du Niandan sont en effet identiques, le niveau de la mare étant imposé par celui du Niandan par l’intermédiaire du canal des Baratis. L’altitude du Niandan dépasse de 1,20 m environ la cote de débordement en 2008 (1,24 m le 20 août) comme en 2009 (1,31 m le 23 septembre). Tel n’est pas le cas en 2010, où ce dépassement n’est que de 31 cm au maximum (30 août 2010).

  • 2-Durant la période de hautes eaux qui précède la décrue proprement dite, diverses situations s’observent mais la mare est quasi continuellement au-dessus du Niandan. Cela signifie une décharge de la mare vers le cours d’eau (dont la vitesse est réglée par leurs niveaux respectifs) mais celle-ci est compensée par l’apport direct des précipitations abondantes, mis en lumière par les cumuls de pluies (cumuls mobiles sur 10 jours) ; l’évaporation étant relativement limitée durant ces mois pluvieux. Ce jeu complexe se traduit, notamment en 2008 et 2009, par de faibles indentations du niveau de la mare qui reste à un niveau élevé. À titre d’exemple, en septembre 2009, on peut très précisément, à l’échelle journalière, distinguer le rôle respectif du Niandan et des pluies : du 7 au 12 septembre, le niveau de la mare s’abaisse dans le même temps que le cours d’eau mais la décharge est compensée par deux pluies moyennes (31 et 21 mm) ; lors de la remontée du Niandan (14 septembre) de 359,71 m à 360,21 m, la mare déjà perchée par rapport au cours d’eau remonte le même jour de 360,43 à 360,51 m mais la raison essentielle en est la forte pluie concomitante de 64,8 mm. Ce n’est que lorsque le Niandan retrouve la même altitude que la mare (15 septembre) que les deux courbes se redressent de façon identique, superposée jusqu’au 22 septembre.
    Plus étonnants sont les paliers très réguliers qui apparaissent chaque année à une même cote, comprise entre 360,11 m et 360,15 m, de durée plus ou moins remarquable en fin de saison : 5 cm d’écart au maximum entre 17 et 24 octobre 2008, entre le 13 et le 31 octobre 2009, entre le 28 septembre et le 14 octobre 2010 (figure. 8). Cette altitude des paliers se situe à 35-40 cm au-dessus de la cote de débordement. La stagnation du plan d’eau de la mare est à mettre en relation avec la construction de diguettes en terre de quelques décimètres de hauteur, servant à retarder la vidange de la mare. Cet objectif est lui-même lié au souci d’éviter le retour des poissons vers le Niandan et de les piéger dans la mare, peut-être aussi de réguler le niveau de l’eau dans certaines parcelles rizicoles.

Figure 8 : La maîtrise partielle de la décrue : le palier lié aux diguettes de retenue.

Figure 8 : La maîtrise partielle de la décrue : le palier lié aux diguettes de retenue.
  • 3-En saison sèche, particulièrement lorsque le niveau de la mare est inférieur à la côte de débordement (359,75 m), l’abaissement régulier de la mare est principalement dû à l’évaporation et subsidiairement aux pertes par infiltration. Évidemment de petites nuances se font jour suivant les années mais la linéarité de la décroissance du niveau de la mare est remarquable (R2 > 0,99), suivant quatre équations très voisines (1, 2, 3, 4 -figure 7), dont le coefficient de pente permet de fixer l’évaporation moyenne journalière entre 6,6 et 7,1  mm/jour (moyenne : 6,9 mm/jour). Les valeurs obtenues sur bac d’eau libre à la station agronomique de Bordo – Kankan (Coyne et Bellier et al., 2009) sont légèrement inférieures, de l’ordre de 5,9 mm en moyenne durant cette période sèche (minimum de 4,7 mm à la mi-décembre, maximum de 7,1 mm à la mi-mars). Mais le faible écart - 1 mm - peut s’expliquer par une poursuite de pertes souterraines et aussi par une transpiration de la végétation aquatique présente, comme on l’a vu, sur une partie non négligeable de la mare.

32Ces résultats ne valent a priori que pour les trois campagnes d’observation. La campagne 2008 est représentative toutefois de l’hydrogramme moyen avec 41 jours de débordement contre 39 en moyenne et les pluies sont proches de la moyenne interannuelle. En revanche, le contexte hydroclimatique est particulier durant les deux campagnes suivantes dans la mesure où les précipitations sont faibles (300 mm au-dessous de la moyenne interannuelle), de même que le nombre de jours de débordement du Niandan : 25 en 2009, 7 en 2010. Les termes du bilan hydrologique sont toutefois bien cernés avec des pertes globales (évaporation + transpiration + infiltration) qui sont estimées avec précision en l’absence d’autres mesures de terrain. Le seul facteur, méconnu et qui joue probablement de manière non négligeable en tant qu’entrée du bilan, est le ruissellement latéral. On s’est donc attaché à produire un modèle reproduisant ces variations et vérifiant ces hypothèses.

33Le modèle, construit au pas de temps journalier, s’écrit ainsi :

(1)

(2)

(3)

(4)

(5)

(6)

VJ

 =

VJ-1

+

VPJmare

+

VEJbv

-

EJmare

-

VQJmareJ

(7)

(1)

(7)

Si VJ

<

VJNiandan

VJ

 =

VJNiandan

34avec :
(1) VJ  : Volume de la mare au jour j
(2) VJ-1  : Volume de la mare au jour j-1
(3) VPJmare  : Volume de la pluie directe sur la mare
(4) VEJbv  : Volume écoulé provenant du bassin versant = (Surface bv – Surface mare) x PJ x CE
avec CE, coefficient d’écoulement.

35L’écoulement comprend le ruissellement et le drainage oblique alimentant des sourcins au pied du versant. Le ruissellement représente l’essentiel de l’apport, comme le montrent les réponses immédiates suite aux averses au niveau de la mare. Le coefficient d’écoulement varie chaque année dans le modèle à partir de la date du niveau le plus bas de la mare, de façon croissante de 0 à 18 % jusqu’à un total de précipitations voisin de 400 mm survenant vers la fin du mois de juin. L’effet d’écran lié à la croissance de la végétation naturelle et surtout cultivée, sur ce bassin versant dans sa quasi-totalité défriché, rend cohérent le fait que le coefficient n’augmente plus au-delà de ce premier tiers de la saison des pluies. Il demeure cependant à ce niveau relativement élevé de 18 % du fait d’un facteur jouant en sens inverse, le taux d’humidité superficielle des sols qui augmente au long de la saison des pluies.

36(5) EJmare :Volume de l’évaporation directe sur la mare et infiltration = Surface mare x 0.00685
(6) VQJmare : Volume d’eau sortant de la mare quand son niveau est supérieur à la côte de déversement

37Sur la période d’observation, 118 valeurs répondent aux critères suivants : Hmarej > Hmarej+1 > Hdébordement et Hmare > HNiandan. Cet échantillon, relativement réduit, permet de mettre en évidence des relations linéaires entre les altitudes de la mare et les volumes déversés dans le Niandan pour différents écarts de niveau entre le jour J et le jour J+1. L’écart moyen des 118 valeurs répondant aux critères précédemment définis étant de 1,4 cm, les volumes sortant de la mare ont été calculés au moyen de la formule suivante : VQJmare = 4671 * Altitude de la mare - 39638 ; formule dont les termes sont ceux de la relation linéaire correspondant à des écarts de niveau compris entre 1,3 cm et 1,5 cm.

38Il y a évidemment là une approximation sur le calcul des débits sortant de la mare puisque, sur la période d’observation, l’écart maximum de niveau de la mare entre le jour j et le jour j+1 atteint 7,4 cm. Sur la période d'observation, le débit moyen journalier maximal du canal des Baratis calculé au moyen de cette formule, aurait été de 108 l/s, ce qui paraît tout à fait plausible.

39(7)VJNiandan : Volume de la mare au jour J imposé par le niveau du Niandan.

40Les volumes journaliers ainsi calculés sont ensuite transformés en hauteurs journalières au moyen de la courbe de capacité. Les résultats de cette modélisation sont donnés en figure 9.

Figure 9 : Hauteurs d’eau de la mare observées et reconstituées par modélisation

Figure 9 : Hauteurs d’eau de la mare observées et reconstituées par modélisation

3.2. La plaine de Baro : une riziculture traditionnelle adaptée

41Les modalités de débordement du Niandan et d’inondation de la plaine de Baro en fonction d’une topographie détaillée sont désormais bien connues. Mais les résultats hydrométriques ne prennent toute leur valeur que mis en relation avec les pratiques des pêcheurs-agriculteurs de Baro.

42Pour l’activité piscicole, à l’évidence celle-ci ne peut être préservée que si la ressource est renouvelée par un débordement maintenu quels que soient les aménagements à venir. On peut ajouter que lors des débordements, les jeunes de Baro s’empressent de capturer la nuit, en dehors de la date de pêche rituelle, les poissons pris au piège dans une lame d’eau peu épaisse. Une pêche d’autosubsistance existe aussi, pratiquée principalement par les femmes, en saison sèche comme en saison humide, à l’instar de ce qui a été observé au nord du Nigéria (Adams, 1985).

43Les conditions naturelles font de la riziculture par submersion un mode ancestral de mise en valeur des plaines. Les levés topographiques effectués au DGPS sur la plaine de Baro ainsi que les enquêtes menées auprès des riziculteurs ont permis de cartographier précisément le parcellaire agricole (figure 10) et de mettre en lumière un étagement des cultures qui s’opère de manière fine sur un écart altitudinal de 2.75 m, entre la limite des cultures en bordure de mare (359 m) et le point connu le plus haut du bourrelet de berge (361.75 m).

  • Les variétés à cycle très long (Méréké, Chinois) à long (Gambiaka), d’immersion profonde ou flottantes (Chinois, Indochine flottant) sont semées dans les points bas où l’inondation dure plus longtemps et où la tranche d’eau est plus épaisse (figures 10 et 11). Ces variétés sont semées sur les points précocement inondés, souvent même avant le débordement pour les variétés à cycle très long. Elles doivent de ce fait être semées assez tôt ; en outre, plus le semis est précoce (dans la limite d’une saison des pluies bien installée), plus les plants de riz sont robustes au moment de l’inondation et meilleurs sont les rendements.

44La récolte de ces riz à date de maturation fixe s’étend de fin octobre/début novembre (pour les variétés très photosensibles) à début janvier (pour les variétés moins photosensibles). Pour les premières, l’épiaison est déclenchée dès lors que la durée du jour devient inférieure à la durée de la nuit, c’est-à-dire le 1er octobre à Baro (Fig. 4). La récolte intervient dans un délai de 40 jours après l’épiaison. Elle est donc précoce (mi-novembre) ce qui est intéressant dans le calendrier de travail. La vidange de l’eau dans ces parcelles où la tranche d’eau est la plus épaisse est commandée à la fin octobre par la destruction des diguettes du canal des Baratis, peu de jours avant la récolte.

Figure 10 : La mise en valeur agricole de la plaine de Baro

Figure 10 : La mise en valeur agricole de la plaine de Baro
  • Les variétés de riz à cycle végétatif constant court, non photosensibles (Nenken, Dissi…) sont semées sur les points les plus hauts, recevant durant une période plus limitée une moindre hauteur d’eau (figures 10 et 11). Leur récolte s’effectue en octobre-novembre.

45Les points hauts reçoivent également des cultures de maïs et de fonio qui se satisfont de sols très humides mais non inondés, et moins fertiles, d’où la nécessité de leur mise en jachère, parfois longue (5, 7 ans), et le souci d’enrichissement organique précité. Ces plantes à cycle court sont semées avant le riz, dès les mois de mai-juin, et récoltées avant le débordement de la rivière.

Figure 11 : L’étagement variétal rizicole dans la plaine de Baro

Figure 11 : L’étagement variétal rizicole dans la plaine de Baro

4. Perspectives

46Sans exagérer les impacts négatifs des grands aménagements hydrauliques et en prenant en compte les capacités d’adaptation à long terme d’une société à un nouvel environnement (Thomas et Adams, 1999), il paraît toutefois utile d’anticiper les conséquences négatives inhérentes aux grands projets d’aménagement des cours d’eau (Sighommou et al., 2002).

47Dans la perspective de la construction du barrage de Fomi, la modification du régime du Niandan peut être appréhendée à travers les informations délivrées par les bureaux d’études (SNC Lavalin International , 1999 ; Coyne et Bellier et al., 2009) (figure 2).

48À l’étiage, le débit garanti 90 % du temps serait d’environ 120 m3/s et un débit minimal d’environ 70 m3/s serait assuré, même pendant les périodes de déficit en énergie. Si le soutien des débits d’étiage peut évidemment être profitable pour le développement par recours au moto-pompage de cultures de contre-saison à l’instar de ce que l’on constate au Mali en particulier à l’aval du barrage de Sélingué (Ferry et al., 2012), il peut aussi représenter une contrainte au niveau de la traversée du cours d’eau par les hommes et le bétail durant la saison sèche. Par ailleurs, le maintien de la pêche traditionnelle de Baro en mai suppose que la mare demeure à son plus bas niveau à cette date. Le remplissage de la mare étant d’abord commandé par l’occurrence des pluies et les débits moyens mensuels du Niandan ne devant pas dépasser 160 m3/s pendant le premier semestre, cet objectif devrait être satisfait.

49Le tableau prévisionnel des débits réservés donne un maximum mensuel de 460 m3/s pour le mois d’octobre (401 m3/s seulement pour septembre, mois le plus abondant actuellement et durant lequel se place le plus fréquemment le pic de crue). On est en deçà du débit instantané de débordement de 638 m3/s. En l’absence d’autres dispositions, cela en serait fini d’un des facteurs d’alimentation de la mare de Baro et de maintien des hauts niveaux d’inondation de la plaine en cas de déficit des pluies. Or, la probabilité de déficit local des pluies est plus marquée que celle d’un déficit d’écoulement du Niandan alimenté par un bassin-amont dans tous les cas plus arrosé.

50Deux cas de figure peuvent être dès lors envisagés concernant les relations entre la gestion du barrage de Fomi et celle de la mare de Baro.

4.1. La gestion du barrage de Fomi sans prise en compte de la mare

51Si ces lâchers ne pouvaient être assurés, l’inondation de la plaine consécutive à de fortes pluies, aux ruissellements associés, concentrés (petits affluents) ou diffus serait plus ou moins continue dans le temps suivant le régime des pluies. Son maintien à un niveau élevé, imposé par le Niandan dans le cas d’un déficit local de précipitations, serait immanquablement moins durable, sauf à imaginer la construction d’une passe vannée à l’entrée du canal des Baratis. Les deux cas sont envisagés tour à tour.

4.1.1. Sans passe vannée à l’entrée du canal des Baratis

52Dans ce cas, il faudrait :

  • d’une part, se préoccuper du « réempoissonnement » de la mare. La pratique, relativement simple, a d’ailleurs été déjà appliquée à Baro mais il faut bien voir qu’elle devrait être assurée techniquement (transport des alevins) et financièrement chaque année… L’avenir de la pêche rituelle serait d’autant plus incertain que la mare de Baro est soumise d’ores et déjà à un envasement lié à la pratique des labours de riziculture à proximité immédiate et aussi à sa vulnérabilité par rapport aux ruissellements et apports de versants, du fait de la disparition de toute protection végétale (photo 2). D’autres mares qui se situent dans des sections de la plaine alluviale beaucoup moins fréquentées (Nantamba) ou bien à l’exploitation agricole réglementée (Nounkounkan à 60 kilomètres en aval, en rive gauche du Niger) restent beaucoup plus riches en poissons (Hem, 2002). Ainsi que l’avait pressenti J. Lemoalle (2002), on peut affirmer que le creusement du canal des Baratis se traduisant par un abaissement de la cote de débordement n’arrangerait rien, bien au contraire, puisque le niveau d’inondation maximale serait lui-même abaissé, de façon préjudiciable pour les activités piscicoles et agricoles, et la vidange plus rapide, sauf à construire des diguettes de retenue beaucoup plus hautes ou, comme on y reviendra, un ouvrage vanné permettant une submersion contrôlée de la cuvette.

  • d’autre part, envisager une « descente » de l’étagement variétal avec :

  1. une suppression des variétés flottantes les plus nécessiteuses en eau, remplacées par des variétés résistantes supportant des inondations faibles ou irrégulières (Nenken, Danaka…), jusqu’ici sur les parties les plus hautes et devant être cultivés désormais sur les pourtours de la mare et autres points bas de la plaine

  2. une introduction de variétés strictement pluviales sur les zones hautes qui ne seront plus jamais inondées. C’est le constat que fait W.M. Adams (1985) à propos des cultures de la plaine alluviale du Sokoto en aval du barrage de Bakolori (Nigeria). Se posent alors immanquablement des problèmes de pullulement des mauvaises herbes, combattues jusque-là par l’inondation, nécessitant un recours accru à des herbicides coûteux.

4.1.2. Avec une passe vannée à l’entrée du canal des Baratis

53Du point de vue hydrologique, le remplissage de la mare est principalement lié aux pluies et aux ruissellements associés. Le Niandan intervient de manière plus indirecte, en cas de déficit des pluies, en contraignant la vidange et en assurant ainsi une plus grande constance des hautes eaux. En fait, un ouvrage vanné à l’entrée du canal des Baratis pourrait jouer le même rôle et ce scénario apparaît comme le plus facile à appliquer et même le plus favorable pour les diverses cultures notamment rizicoles puisque le niveau de l’eau serait réglé au centimètre près par la seule volonté de la communauté des agriculteurs.

54Ce serait toutefois oublier le rôle du Niandan dans le « réempoissonnement » naturel de la mare. Seul ce contact mare-Niandan lors de la remontée des eaux de la rivière en crue permet de l’assurer. Lors de la crue, les poissons effectuent une migration longitudinale à contre-courant puis une migration latérale dès le débordement de la rivière. Les poissons se dispersent alors dans la plaine alluviale où ils trouvent de la nourriture en abondance et se reproduisent (Welcomme, 1979). Il apparaît très aléatoire que les poissons effectuent cette migration dans un flux plus tardif de décrue. Les conditions physiques de passage (filet d’eau, présence d’un ouvrage) devraient représenter en outre des éléments perturbateurs vis-à-vis de cette migration. Ce renouvellement de la faune piscicole paraissant trop incertain dans une mare de très grande réputation, mieux vaut imaginer un accord avec le gestionnaire du barrage, surtout s’il lui en coûte peu en termes de lâchers permettant de moduler des crues artificielles.

4.2. Les crues artificielles avec l’accord du gestionnaire du barrage : différentes variantes

55Un protocole de lâchers dépassant le seuil de 638 m3/s doit impérativement être établi avec des repères précis en matière de date, de durée et de débits. Le calendrier optimum de ces éclusées devrait a priori être calqué sur celui de l’hydrogramme moyen précité, du moins avec un pic de crue durant la première décade de septembre.

4.2.1. Un scénario de reproduction de l’hydrogramme moyen dans la période des hautes eaux

56Il n’est pas envisageable que le gestionnaire du barrage applique un programme d’éclusées, qui reproduirait à l’identique l’hydrogramme des débits moyens journaliers à partir d’août et avec une durée moyenne de 40 jours. Ce scénario serait idéal pour les paysans, du moins en cas de déficit de pluies, qui auraient la sécurité de l’apport en eau et pourraient conserver leur panel de variétés permettant un étalement des récoltes et une meilleure prise en compte du risque agricole mais la consommation d’eau du réservoir serait évidemment excessive (de l’ordre de 1,5 MM m3), d’autant que le remplissage du réservoir de 5,5 MM m3 de capacité utile (Coyne et Bellier et al., 2009), qui doit être effectif début novembre, ne serait plus assuré en fin de saison des pluies.

4.2.2. Les autres scénarios de crue artificielle

57Les scénarios présentés ci-dessous ont tous deux points communs : ils sont prioritairement destinés à assurer le « réempoissonnement » et par ailleurs ils ne peuvent être envisagés sans la construction d’un ouvrage hydraulique modeste - passe vannée ou à batardeaux – à l’entrée du canal des Baratis, permettant de bloquer les poissons après leur remontée, de régulariser la décrue et de limiter la consommation d’eau du réservoir de Fomi. Les variantes sont déterminées par la cote de début de crue prise en considération.

58Plusieurs paramètres hydrauliques (date de début de la crue, durée de la crue, tranche altitudinale de submersion (cote de départ et cote finale), vitesse de montée des eaux, aménagement hydraulique local) interfèrent entre eux et aussi avec les préoccupations économiques des paysans (variétés des riz et rendements) et celles du gestionnaire (économie de l’eau, calendrier).

59La date de début de crue paraît être le seul critère devant être fixé prioritairement en fonction de considérations aval, placée comme dans l’hydrogramme moyen autour du 30 août, sauf à éliminer toutes les variétés rizicoles photosensibles du système agraire !

60Si la submersion débutait plus tôt, le calendrier cultural serait bouleversé. En effet, avant de s’occuper des cultures de plaines, les paysans ont en début de saison des pluies d’importants travaux à réaliser pour leurs cultures sèches. Si la date de la submersion était avancée, ils devraient s’occuper en même temps de ces dernières et des parcelles de riz inondées. Ils seraient contraints de faire des choix et probablement d’abandonner l’une des deux pratiques, sans doute celle de la riziculture inondée.

61Si la date de la submersion était retardée (ce qui serait le cas si le gestionnaire du barrage maintenait le principe du débit moyen mensuel maximum en octobre), les riz très photosensibles seraient en phase d’épiaison alors même que la submersion débuterait ou « battrait son plein ». Leurs productions seraient nulles. Il faudrait dès lors abandonner, au sein des variétés photosensibles, celles très photosensibles, dont la récolte s’effectue habituellement entre fin octobre et fin novembre.

62La cote de début de submersion par les eaux du Niandan oblige à distinguer deux situations très différentes du point de vue de l’état de remplissage de la mare :

  • a -Dans un premier cas, on se situe en situation de déficit de pluviosité et la mare se trouve à l’arrivée de la crue artificielle au-dessous de la cote de débordement de 359,75 m. Cette situation n’est pas irréaliste. Elle a été observée lors des années de sécheresse durant lesquelles la mare s’est asséchée exceptionnellement (1984) du fait du déficit concomitant des pluies et de la crue du Niandan. Le choix de la cote supérieure atteinte par la crue doit être mis en relation avec les contraintes variétales imposant la vitesse d’élévation du plan d’eau et donc avec la durée de l’apport et de fait son volume.

63À titre d’exemples :
Si l’on veut atteindre 360 m dans la plaine, la tranche d’eau au-dessus du niveau de débordement est de 25 cm. La vitesse d’élévation ne devant pas excéder pour les riz flottants 5 cm /jour, la crue durera 5 jours au minimum. Le volume d’eau importé est d’environ 290 M m3, ce qui paraît raisonnable (116 M m3 si l’on prend en compte les lâchers déjà admis au rythme de 400 m3/s en septembre). La superficie bénéficiant directement de l’ennoiement serait de 40 ha environ.

64Si l’on fixe une cote maximale à 360,25 m, la durée de sollicitation des eaux du barrage est de 10 jours. Cette cote correspond à 1 cm près à la celle du débit moyen journalier maximum de l’hydrogramme (débit de 773,3 m3/s à l’altitude de 361,13 m à la station, soit 360,26 m (361,13 - 0 ,87) à l’entrée du canal des Baratis. Il faut souligner que ces scénarios ne condamnent pas les riz de cycle moyen et court puisque ceux-ci apparaissent à partir de cotes voisines de 359,90 m (figure. 11). Les franges hautes seraient donc humidifiées. Toutefois, à partir de cette cote de 359,90 m et jusqu’à 360 m, si l’on veut préserver ces variétés, l’intensité de la crue ne doit être plus être que de 3 cm par jour au maximum (Proust, 1925). La durée d’inondation prend deux jours de plus et la quantité globale importée est de 407 Mm3 au lieu de 290 (166 M m3 si l’on prend en compte les lâchers déjà admis au rythme de 400 m3/s en septembre). À la cote 360,25 m, la surface ayant bénéficié de l’inondation serait voisine de 50 ha.

  • b Dans le second cas, la mare se situe au-dessus du seuil de débordement, en situation de vidange. L’arrivée d’eau du Niandan suppose que ce dernier atteigne une altitude supérieure à celle de la mare pour que les poissons soient en position favorable de migration (accès large et courant).

65Si la cote de la mare en début de crue artificielle est par exemple à 360,20 m, l’altitude du Niandan devra atteindre 360,25 ou 360,30 m. En appliquant une vitesse de montée des eaux de 3 cm/jour, soit 3 jours de crue, l’apport global est de 200 M m3 et la surconsommation, en tenant compte du débit réservé déjà prévu au rythme de 400 m3/s, n’est que de 100 M m3.

66Dans tous les cas, la décrue doit être impérativement envisagée dans la première décade de septembre et régulée grâce à la mise en place d’une passe vannée ou à batardeaux (option moins coûteuse) à l’entrée du canal des Baratis. Une décrue non maîtrisée et rapide dans le souci d’un retour par le gestionnaire à des débits réservés limités et conformes à ses propres objectifs effacerait tous les bénéfices attendus de la crue artificielle. Au contraire, la fermeture de la passe permettrait de retenir les poissons tout en permettant au gestionnaire de Fomi de revenir rapidement à des débits plus faibles. Par ailleurs, sans mise en place d’une passe, une durée d’inondation aussi courte (10 jours ou moins) avec décrue rapide imposée par le gestionnaire rendrait impossible la culture des riz flottants, qui donnent pourtant les meilleurs rendements. Il faut se souvenir que la décrue régulée à l’heure actuelle par les agriculteurs-pêcheurs de Baro impose des paliers vers 360,15 m dont la durée peut atteindre plus de 15 jours. Cette gestion de la décrue serait en outre moins exigeante que la construction, toujours recommencée, des diguettes de retenue.

67Quelles que soient les variantes, l’ordre de grandeur des prélèvements sur le réservoir du barrage de Fomi n’excède pas 200 millions de m3 ou moins si l’on considère la surconsommation par rapport aux prévisions. Tout ou partie de ces prélèvements pourrait être éventuellement compensé par une diminution du débit réservé prévu pour octobre (155 M m3 économisés par exemple si l’on réduit le débit moyen mensuel de 460 m3/s à 400 m3/s).

68L’installation d’un ouvrage hydraulique à l’entrée du canal des Baratis, même simple dans son fonctionnement (batardeaux), suppose toutefois des modalités de gestion bien établies et notamment une liaison fiable entre Baro et le barrage. Jusqu’ici, les gens de Baro ont su, sans autre appui ou conseil, édifier leurs diguettes de retenue en terre sans que cela ne crée de mécontentement au sein de leur communauté. En sera-t-il de même lorsque la maîtrise deviendra plus complète et ne peut-on pas assister à ces conflits d’usage qui sont parfois générés par les crues artificielles (Duvail et al., 2001) ? À Baro, les agriculteurs sont aussi les pêcheurs : il n’y a pas d’opposition aussi marquée de groupes professionnels et (ou) ethniques. Cette concertation pourrait s’appuyer sur l’existence depuis 2009 d’un Comité Local de l’Eau (C.L.E.) qui n’a pour l’heure pour attribution que des questions de protection environnementale (reboisement, lutte contre les feux…).

Conclusion

69Dans les relations Nature-Sociétés qui prévalent tout au long du fleuve Niger et de ses affluents guinéens et la typologie des hydrosystèmes plus ou moins aménagés qui en découle, ce qui est vécu à Baro est qualifié de régime de submersion non contrôlée. En fait, la maîtrise de la nature apparaît plus imaginative, plus poussée que l’on ne croît, avec la construction des diguettes de décrue. Seuls le suivi hydrométrique en liaison avec l’établissement d’un référentiel altimétrique et les enquêtes de terrain ont permis d’apprécier ce jeu complexe des différents processus naturels et anthropiques.

70Ce diagnostic étant posé, le travail de recherche peut prendre une dimension prospective et constituer aussi une aide à la décision pour les aménageurs. La construction du barrage de Fomi apparaît non contradictoire avec le maintien de la mare de Baro et de ses activités du fait du rôle important des pluies dans son alimentation, à condition toutefois que le gestionnaire du barrage accepte des lâchers pour un volume d’eau représentant une faible surconsommation, de 100 à 250 Mm3 par rapport aux débits déjà réservés, qui pourrait être encore limitée par une éventuelle réduction des débits d’octobre. La prise en compte de ce type de besoins pour le maintien des activités et des rites de la plaine de Baro paraît d’autant plus nécessaire que ceux-ci pèsent lourd dans la vie socio-politique de la Guinée ou du moins de la Haute-Guinée. Le gestionnaire du barrage, les tutelles ministérielles concernées auraient beaucoup à gagner à considérer ces préoccupations.

71En outre ce maintien de crues significatives sur le Niandan aurait probablement des conséquences bénéfiques sur le Niger, du moins sur la section (90 km) située en amont de la confluence avec le Milo, puisque le module du Niandan (202 m3/s) est équivalent à celui du Niger (199 m3/s) à leur confluence. D’autres travaux en cours permettent d’affirmer qu’une proportion significative des mares fonctionne sur « le modèle Baro », en connexion avec le fleuve Niger par un chenal de débordement et avec une forte alimentation pluviale. Dans ce cas, la proposition technique de construction de passe avec batardeaux permettant de réguler la descente des eaux pourrait être utilement reprise sur d’autres sites et à moindres frais. D’autres facteurs d’incertitude interviennent toutefois :

  • d’origine climatique d’une part : lié au gradient pluviométrique, qui se traduit en direction du Nord et du Mali par une moindre alimentation en eau des mares par les précipitations et le ruissellement, et aussi au changement climatique en cours ; la taille des bassins versants contributeurs interfère aussi avec le facteur pluviométrique.

  • d’origine anthropique d’autre part : de ce point de vue, la relation nature-sociétés autour des mares du Niger supérieur est encore marquée à l’évidence par la faible densité de population et d’occupation du sol, qui préserve leur maintien. Mais la croissance inéluctable des activités agricoles sur les versants comme au plus près des étangs contribueront probablement à leur comblement partiel par sédimentation.

Haut de page

Bibliographie

Acreman M.-C., Hollis G.E. (Eds), 1996, Water management and wetlands in sub-Saharan Africa, Gland, Switzerland, IUCN.

Adams W.-M., 1985, The downstream impact of dam construction : a case study from Nigeria, Transactions of the Institute of British Geographers, New Series, 10, 3,pp. 292-302.

Adams W.-M., 1993, Indigenous use of wetlands and sustainable development in West Africa, The Geographical Journal, 159, 2, pp. 209-218.

Adams W.-M., 2000, Downstream impacts of dams, Contributing paper prepared for Thematic review.1 : social impacts of large dams equity and distributional issues, Cape Town, WCD.

Adams W.-M., 2009, Green development : environment and sustainability in a developing world, 3ème édition (1ère édition : 1990), London, Routledge.

Anderson M.-G., Walling D.-E., Bates P.D., 1996, Floodplain processes, Chichester, John Wiley & Sons.

Arnoux L., 1958, Les principales variétés de riz d’Afrique occidentale française, Riz et riziculture et cultures vivrières tropicales, 4, 1, pp. 41-47.

Béavogui F., 2004, Dynamiques agraires et perspectives d'occupation et d'intensification des plaines alluviales de Haute-Guinée, Thèse d’État, Laboratoire dynamiques rurales, Université de Toulouse-Le Mirail, IRAG.

Bernus E., 1956, Kobané, un village malinké du Haut Niger, Les Cahiers d’Outre-Mer, 35, pp. 239-262.

Brunet-Moret Y., Chaperon P., Lamagat J.-P., Molinier M., 1986, Monographie Hydrologique du fleuve Niger - tome I : Niger Supérieur - tome II : Cuvette lacustre et Niger moyen, Monographies Hydrologiques n° 8, Paris, Éditions de l’ORSTOM.

Coyne et Bellier, I-Mage Consult, Guide S.A. Guinée, 2009, Projet d’aménagement du barrage de Fomi, Etude d’impact environnemental et social, Rapport d’étude d’impact, Autorité du Bassin du Niger, Ministère des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique.

Daget J., 1988, Évaluation et gestion rationnelle des stocks, in Lévêque, C., Bruton, M.N., Ssentongo G.W. (Eds.). Biologie et écologie des poissons d'eau douce africains - Biology and ecology of african freshwater fishes, Coll. Travaux et Documents de l'ORSTOM, 216, Paris, ORSTOM, Paris, pp. 381-393.

Dumas-Champion F., 1997, La pêche rituelle des mares en pays masa (Tchad), in Jungraithunayr, H., Barreteau, D., Seibert, U. (Eds.), L’homme et l’eau dans le bassin du lac Tchad, Séminaire du réseau Méga-Tchad (Francfort, 1993), Paris, ORSTOM, 385-401.

Duvail S., Mietton M., Gourbesville P., 2001, Gestion de l’eau et interactions société-nature, le cas du delta du Sénégal en rive mauritanienne, Nature Sciences Sociétés, 9, 2, 5-16.

EDF, 1951, Régularisation du Niger. Barrage de Fomi sur le Niandan, Mission EDF 1948-1949.

Ferry L., Muther N., Coulibaly N., Martin D., Mietton, M., Cissé Coulibaly Y., Olivry J.C., Paturel J.E., Barry M.-A., Yéna M., 2012, Le fleuve Niger. De la forêt tropicale au désert saharien. Les grands traits des régimes hydrologiques, Unesco-IRD (Eds.).

Gallais, J., 1959, La riziculture de plaine en Haute-Guinée, Annales de Géographie, 367, pp. 207-223.

Hamerlynck O., Messaoud B.O., Braund, R., Diagana, C.H., Diawara, Y., Ngantou, D., 2002, Crues artificielles et cogestion. La réhabilitation des plaines inondables au Sahel : le Waza-Logone (Cameroun) et le bas-delta du Sénégal (Mauritanie), in Orange, D., Arfi, R., Kuper, M., Morand, P., Poncet, Y. (Eds.), Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales, collection Colloques et séminaires, Paris, IRD éditions, pp. 475-500.

Hem S., 2002, La mare de Baro, Rapport d’étude et d’expertise, IRD.

Kobani Kourouma S., 2008, L’esprit des lieux de Gbérédou-Hamana, en Guinée : Réduire les menaces et assurer une protection et une sauvegarde efficaces et durables, 16th ICOMOS General Assembly and International Symposium : “Finding the spirit of place – between the tangible and the intangible”, 29 sept – 4 oct 2008, Quebec, Canada.

Lemoalle J., 2002, Rapport de mission à Baro, IRD.

Leopold L.B., Wolman M.G., Miller J.P., 1995, Fluvial processes in geomorphology, New-York, Dover publication (réédition de 1964, San Francisco, W. H. Freeman).

Nanson G.C., Croke J.C., 1992, A genetic classification of floodplains, Geomorphology, 4, pp. 459-486.

Ngatcha B.N., Njitchoua R., Naah E., 2002, Le barrage de Lagdo (Nord-Cameroun). Impact sur les plaines d’inondation de la Bénoué, in Orange, D., Arfi, R., Kuper, M., Morand, P., Poncet, Y. (Eds.), Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales, collection Colloques et séminaires, Paris, IRD éditions, pp. 455-474.

Orange D., Arfi R., Kuper M., Morand P., Poncet Y. (Eds), 2002, Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales, collection Colloques et séminaires, Paris, IRD éditions.

Portères R., 1949, Le système de riziculture par franges univariétales et l’occupation des fonds par les riz flottants dans l’Ouest-africain, Revue Internationale de Botanique Appliquée et d’Agriculture Tropicale, 29, 325/326, pp. 553-563.

Proust L., 1925, Le riz en Guinée, Riz et Riziculture, 1, 1, pp. 234-254.

Scudder T., 1991, The need and justification for maintaining transboundary flood regimes: the Africa case, Natural Resources Journal, 31, 1, pp. 75-107.

Sighomnou D., Nkamdjou L.S., Liénou G., 2002, La plaine du Yaéré dans le Nord-Cameroun. Une expérience de restauration des inondations, in Orange D., Arfi R., Kuper M., Morand P., Poncet Y. (Eds.), Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales, collection Colloques et séminaires, Paris, IRD éditions, pp. 375-384.

SNC-Lavalin International, 1999, Études de réactualisation du dossier de faisabilité du barrage de Fomi : Rapport de faisabilité, Montréal, Agence Canadienne pour le Développement International.

Thomas D.H.L., Adams W.M., 1999, Adapting to dams : agrarian change downstream of the Tiga dam, Northern Nigeria, World Development, 27, 6, pp. 919-935.

Viguier P., 1939, La riziculture indigène au Soudan français, Paris, Éditions Larose.

Welcomme R.L., 1979, Fisheries ecology of floodplain rivers, London, Longman Group LTD.

Haut de page

Notes

1 Les travaux présentés ont été réalisés dans le cadre du Projet « Niger-Loire : gouvernance et culture » piloté par l’Unesco et bénéficiant du soutien de la Commission Européenne. La recherche est le fruit d’un travail de terrain entre début 2008 et fin 2010 et d’une collaboration entre l’IRD et l’université Lyon 3 J. Moulin, dans laquelle s’inscrit la thèse en co-direction d’A. Renard-Toumi.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le bassin versant du Niger supérieur guinéen et malien, les sites de Baro et du barrage de Fomi
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Figure 2 : Variation du module du Niandan durant la période de référence 1947-2010
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 3 : Hydrogramme moyen journalier interannuel (1947-2011, données journalières observées) et débits caractéristiques
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 4 : Le cycle cultural des différentes variétés de riz
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Photo 1
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 5 : Le site de la mare de Baro. Carte et profil topographiques.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 6 : Courbes hauteur/surface et hauteur/volume de la mare de Baro
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Figure 7 : Hauteurs d’eau journalières de la mare et du Niandan au canal des Baratis durant les trois campagnes d’observation. Cumuls mobiles des pluies à Baro sur 10 jours
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 8 : La maîtrise partielle de la décrue : le palier lié aux diguettes de retenue.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 9 : Hauteurs d’eau de la mare observées et reconstituées par modélisation
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 10 : La mise en valeur agricole de la plaine de Baro
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 11 : L’étagement variétal rizicole dans la plaine de Baro
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Photo 2
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2786/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Ferry, Michel Mietton, Agnès Renard-Toumi, Didier Martin, Mamadou Aliou Barry et Nadine Muther, « Plaine alluviale du Niger supérieur et mare de Baro (Guinée) », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2786 ; DOI : 10.4000/tem.2786

Haut de page

Auteurs

Luc Ferry

Hydrologue
IRD, UMR G-Eau
Domaine de la Valette
361 rue JF Breton. BP 5095
34196 Montpellier Cedex 5
luc.ferry@ird.fr

Michel Mietton

Géographe
Université Lyon 3 J. Moulin
UMR 5600 CNRS, CRGA
18 rue Chevreul
69362 Lyon Cedex 07
mmietton@yahoo.fr

Agnès Renard-Toumi

Géographe
Université Lyon 3 J. Moulin
UMR 5600 CNRS, CRGA
18 rue Chevreul
69362 Lyon Cedex 07
agnes.renardtoumi@gmail.com

Didier Martin

Hydrologue
IRD, UMR G-Eau
Domaine de la Valette
361 rue JF Breton. BP 5095
34196 Montpellier Cedex 5
didier.martin@ird.fr

Mamadou Aliou Barry

Hydrologue
Direction Nationale de l’Hydraulique
BP 462, Conakry, Guinée
barryaliou55@yahoo.fr

Nadine Muther

Hydrologue
IRD, UMR G-Eau
Domaine de la Valette
361 rue JF Breton. BP 5095
34196 Montpellier Cedex 5
nadine.braquet@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page