Navigation – Plan du site
Editorial

Éditorial

Éric Masson, Gilles Arnaud-Fassetta et Olivier Blanpain

Texte intégral

1La Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) mobilise un grand nombre de chercheurs issus de diverses communautés scientifiques et ce, depuis plusieurs décennies. De nombreux textes de référence, tels que les World Water Development Reports (WWDR 2003, 2006, 2009, 2012), le Millenium Ecosystem Assesment (MEA, 2005) à l’échelle mondiale, la Directive Cadre sur l’Eau (DCE, 2000) à l’échelle européenne ou la LEMA (2006) et le Grenelle II de l’Environnement (2010) à l’échelle française, incitent au développement d’une GIRE en tant qu’outil d’aménagement du territoire pour une régulation des conflits et des usages de l’eau qui soit respectueuse de l’environnement et des populations. Cependant, la gestion alternative des ressources en eau dépasse aujourd’hui le cadre théorique de la GIRE. Cette gestion ne peut être alternative qu’à travers la mise en œuvre de méthodes et d’outils soit innovants, soit traditionnels, mais toujours en décalage vis-à-vis d’une gestion « normale » (i.e., modèle, conventionnelle, habituelle, institutionnelle, réglementaire…) de la ressource en eau. Cette gestion alternative s’installe, s’impose éventuellement, lorsque les moyens techniques ou financiers d’une gestion « normale » de l’eau ne peuvent être réunis. Dans l’alternative, il y a aussi de la singularité et de la réflexivité vis-à-vis des différents modèles de gestion de l’eau, intégrée ou non, et des territoires. Cela permet donc d’interroger ou de réinterroger les politiques et les pratiques de la GIRE, d’une part, et de questionner le poids du territoire dans la décision de mettre en œuvre une gestion alternative, d’autre part.

2Ce double numéro de Territoire En Mouvement (TEM) réunit donc des contributions portant sur la gestion alternative de la ressource en eau des territoires géographiques. Deux entrées thématiques furent proposées aux auteurs pour aborder cette problématique dont la mise en œuvre mobilise ou contribue à la modification du fonctionnement environnemental des territoires. La première entrée portait sur la collecte des eaux de pluie comme méthode alternative à l’utilisation ou à l’alimentation (optimisation ou substitution de la ressource) de différents usages de l’eau, y compris l’eau potable. La deuxième entrée thématique portait sur l’utilisation des services écosystémiques ripariens comme méthode alternative à la gestion environnementale de l’eau (pollutions, risque inondation, biodiversité, activités économiques…). Ces deux entrées thématiques avaient pour objectif d’interroger la pertinence des méthodes alternatives, dites « douces », de gestion de la ressource en eau sur plusieurs aspects :

  • Leur insertion territoriale : comment les espaces urbains, périurbains ou ruraux intègrent ces modes de gestion de l’eau dans leurs outils de gestion de l’aménagement (SCOT, PLU, SDAGE, SAGE, contrats de rivière…) et les outils réglementaires de gestion de l’environnement (DCE, LEMA…) ? Il s’agit ici de poser la question de leur intégration au territoire en analysant l’articulation des différentes échelles spatiales et réglementaires dans la mise en œuvre des méthodes alternatives de gestion de l’eau.

  • Leurs effets sur les territoires : quelles sont leurs contributions qualitatives et quantitatives vis-à-vis des modes de gestion de l’eau déjà en place ? Il s’agit ici de poser la question de leur efficacité en confrontant les résultats, les perspectives et les conséquences de leur mise en œuvre, y compris technique, vis-à-vis des problématiques environnementales existantes sur les territoires analysés.

  • Les jeux d’acteurs : comment les différents acteurs de l’aménagement du territoire intègrent ces modes de gestion alternative de l’eau dans leurs discours et l’argumentation de leurs projets ? Il s’agit ici de poser la question de l’appropriation des valeurs environnementales liées à ces méthodes alternatives et des représentations que les acteurs peuvent développer à différentes échelles d’influence et à différents niveaux de lecture des territoires.

  • La solidarité amont-aval : comment ce principe d’éthique environnementale se diffuse dans les pratiques et la mise en place d’une gestion de l’eau ? Il s’agit ici de poser la question de la réallocation des ressources en eau vis-à-vis des discontinuités et frontières entre territoires de l’eau et territoires institutionnels.

3Les treize textes que nous avons réunis dans ce numéro thématique de TEM contribuent largement à répondre aux questions portant non seulement sur les relations insertion territoriale / jeux d’acteurs mais également sur la relation allocation de ressource solidarité amont-aval. Bien sûr, dans la logique même d’une gestion intégrée, les articles sélectionnés portent le plus souvent un regard croisé sur l’ensemble de ces questions de fond.

4In fine, nous vous proposons également une grille de lecture alternative de ce numéro thématique autour de trois clés de lecture :

  • La valorisation des ressources alternatives (Deroubaix J.-F. ; Hélier E. ; Déprès C. et Vollet D.)

  • Les territoires de la GIRE (Millot N. /et al/. ; Rosillon F. ; Chiffre E. et Mathis D. ; Petit S. ; Laurent F.)

  • Allocation-réallocation des ressources hydrologiques (Ruf T. ; Valony M.-J. /et al./. ; Allouche A. /et al./. ; Ferry L. /et al./. ; Bellal /et al./.).

Haut de page

Bibliographie

Directive 2000/60/CE du Parlement européen et du Conseil du 23 octobre 2000 établissant un cadre pour une politique communautaire dans le domaine de l'eau, JOCE L 327 du 22/12/2000 pp. 1-73 http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32000L0060

Loi n° 2006-1772 du 30 décembre 2006 sur l'eau et les milieux aquatiques, JORF du 31/12/2006, 53 p. http://www.legifrance.gouv.fr/jopdf/common/jo_pdf.jsp?numJO=0&dateJO=20061231&numTexte=3&pageDebut=20285&pageFin=20320

Millennium Ecosystem Assessment, 2005, Ecosystems and Human Well-being : Synthesis, Island Press, Washington, DC, 155 p. http://www.millenniumassessment.org/documents/document.356.aspx.pdf

WWAP (World Water Assessment Programme), 2012, The United Nations World Water Development Report 4 : Managing Water under Uncertainty and Risk. Paris, UNESCO, 909 p. http://unesdoc.unesco.org/images/0021/002156/215644e.pdf

WWAP (World Water Assessment Programme), 2009, The United Nations World Water Development Report 3 : Water in a Changing World, Paris : UNESCO, and London : Earthscan, 429 p. http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001819/181993e.pdf

WWAP (World Water Assessment Programme), 2006, The United Nations World Water Development Report 2 : Water a shared responsibility, Paris : UNESCO, New York : Berghahn Books, 601 p. http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001454/145405E.pdf

WWAP (World Water Assessment Programme), 2003, The United Nations World Water Development Report : Paris : Water for People Water for Life, UNESCO, New York : Berghahn Books, 593 p. http://unesdoc.unesco.org/images/0012/001297/129726e.pdf#page=3

Loi n° 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement, JORF du 13/07/2010, 136 p. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=E4402A16933CE87FE9C04F00C13ABBC3.tpdila10v
_2?cidTexte=JORFTEXT000022470434&categorieLien=id

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Masson, Gilles Arnaud-Fassetta et Olivier Blanpain, « Éditorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 25-26 | 2015, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/2695

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page