Navigation – Plan du site
Comptes rendus d'ouvrages

Lydie Goeldner-Gianella, Dépoldériser en Europe occidentale. Pour une géographie et une gestion intégrées du littoral

2013, Paris : Publications de la Sorbonne, coll. Territoires en mouvements, 340 pages
Philippe Deboudt
Référence(s) :

Lydie Goeldner-Gianella, Dépoldériser en Europe occidentale. Pour une géographie et une gestion intégrées du littoral, 2013, Paris : Publications de la Sorbonne, coll. Territoires en mouvements, 340 pages

Texte intégral

1En Europe du Nord-Ouest, 15 000 km2 de marais maritimes ont été endigués sur les côtes basses et les rives des estuaires depuis le xie siècle. Á partir des années 1970, la poldérisation a décliné en Europe parallèlement à l’augmentation de la production agricole. Depuis une trentaine d’années, on observe un mouvement inverse de dépoldérisation sur les côtes européennes, c'est-à-dire de retour volontaire des polders à la mer. Ce processus est limité (une centaine de km2) mais il représente une rupture dans l’histoire environnementale. Lydie Goeldner-Gianella en a constitué son objet de recherche et livre dans cet ouvrage les résultats de ses travaux valorisés dans l’essai inédit de son Habilitation à Diriger des Recherches soutenue à l’Université de Nantes le 6 décembre 2008. Au-delà du sujet principal, la dépoldérisation, le contenu de l’ouvrage livre aussi un positionnement épistémologique très pédagogique et très éclairant sur le développement dans les années 1990 d’une géographie sociale de l’environnement (introduction). Les développements de la quatrième partie sur la participation des populations locales apportent une contribution empirique à la construction de la géographie sociale de l’environnement et au renouvellement de la géographie du littoral. L’ouvrage est divisé en quatre parties. La première partie rassemble un état des recherches sur la dépoldérisation. Dans un premier chapitre, le sujet est contextualisé à l’échelle de l’Europe du Nord-Ouest, avec un rappel des mouvements de poldérisation et dépoldérisation expliqués selon l’évolution des contextes économique, social et naturel. La géographie des côtes à polders est décrite avec beaucoup de précisions et révèle une connaissance intime des terrains. Des illustrations synthétisent parfaitement le propos. Le second chapitre constitue précisément cet état de l’art sur les recherches relatives à la dépoldérisation avec à l’appui plusieurs références publiées dans des revues internationales en anglais ou en allemand. Il montre que les recherches sont trop peu développées sur le plan social. Lydie Goeldner-Gianella souligne l’importance d’une étude nouvelle des représentations sociales de la dépoldérisation. La seconde partie s’intéresse aux « fondements paradoxaux mais rationnels de la dépoldérisation » en identifiant six finalités à l’issue d’une analyse transversale des dépoldérisations pratiquées en Europe depuis 35 ans. Il s’agit de finalités environnementales, environnementalo-économiques, compensatoires, environnementalo-défensives, défensives et compensatoires et une dernière rassemblant les cinq précédentes. Trois chapitres explorent les composantes de ces différentes finalités. La dépoldérisation pour recréer la nature littorale et accroître la biodiversité concerne 1/6 des dépoldérisations réalisées. Des bénéfices socio-économiques sont attendus pour le quart des dépoldérisations, avec une orientation vers le tourisme de nature. La dépoldérisation peut aussi constituer de façon paradoxale comme un moyen de défense contre la mer, illustrée à partir du cas des côtes britanniques et du managed realignment. Un chapitre conclusif aborde la question des bénéfices culturels et paysagers. Une troisième partie explore les « moteurs et les entraves à l’essor de la dépoldérisation » à partir d’une approche juridique de la propriété foncière, d’une approche historique pour souligner les spécificités culturelles et d’une approche géographique pour rappeler l’articulation des échelles de son inscription spatiale et de sa gestion. Le texte concernant les spécificités culturelles, en opposant un intérêt marqué pour la nature chez les anglais et une peur des tempêtes chez les allemands et les néerlandais, est très bien documenté ; de même la démonstration d’une prise en compte insuffisante des échelles de la dépoldérisation. La quatrième partie de l’ouvrage s’inscrit pleinement dans la construction d’une géographie sociale de l’environnement en se focalisant sur les représentations sociales, la participation des populations et l’acceptabilité sociale. Dans un premier chapitre, Lydie Goeldner-Gianella livre les résultats de six enquêtes par questionnaires réalisées en France et en Grande-Bretagne, pour montrer chez les usagers des marais littoraux l’importance des facteurs culturels et des arguments paysagers et psychologiques en lien avec la perception de la nature et des risques littoraux. Un second chapitre complète les analyses précédentes à partir d’entretiens semi-directifs réalisés dans le cadre d’un projet de dépoldérisation en baie de Somme. Le troisième chapitre analyse de manière plus générale les différentes orientations d’une participation sociale aux projets de dépoldérisation en soulignant le rôle favorable des processus participatifs dans l’acceptation sociale des processus de dépoldérisation. La conclusion générale est assez longue et regroupe dans trois textes un bilan sous la forme d’une « géographie contrastée de la dépoldérisation en Europe et dans le monde ». Lydie Goeldner-Gianella livre des interrogations sur le devenir ambivalent de la dépoldérisation au regard de la conjoncture agricole et du changement climatique, et des pistes pour consolider des recherches sur la dépoldérisation s’inscrivant « dans une géographie intégrée du littoral ». Il s’agit de proposer « une contribution pratique du géographe à l’essor d’une forme innovante de gestion du littoral ». L’ouvrage est accompagné d’une riche bibliographie et d’une abondante illustration, avec une cinquantaine de photographies et une cinquantaine de figures/tableaux (dont quelques-uns en couleur rassemblés dans un cahier à la fin de l’ouvrage) qui rendent la lecture très agréable. Au final, un ouvrage très intéressant restituant le parcours riche d’une géographe spécialiste reconnue de la dépoldérisation qui participe de manière exemplaire au renouvellement épistémologique de sa discipline. Nous en recommandons vivement la lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Deboudt, « Lydie Goeldner-Gianella, Dépoldériser en Europe occidentale. Pour une géographie et une gestion intégrées du littoral », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 27-28 | 2015, mis en ligne le 18 mars 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2687

Haut de page

Auteur

Philippe Deboudt

Université Lille, Sciences et Technologies

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page