Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean-Marc Zaninetti : Les espaces de l’Amérique du Nord ; Canada, Etats-Unis, Mexique

2012, PUF : collection MAJOR, 212 pages
Nathalie Lemarchand
Référence(s) :

Jean-Marc Zaninetti, Les espaces de l’Amérique du Nord ; Canada, Etats-Unis, Mexique, 2012, PUF : collection MAJOR, 212 pages

Texte intégral

1Le livre de J-M Zaninetti est divisé en 11 chapitres correspondant à 9 sous-parties dans lesquelles on retrouve les grands découpages de la géographie : géographie physique, puis historique, démo-géographie, géographie régionale et géographie économique, géographie des transports mais aussi du tourisme et géopolitique. S’y ajoute un chapitre « énergie » et un autre sur l’environnement. L’ouvrage n’est cependant pas un ouvrage de synthèse classique produit pour permettre aux candidats des concours de l’enseignement secondaire de pouvoir trouver dans un livre l’ensemble des informations et des connaissances nécessaires pour préparer et répondre aux questions posées sur ces espaces de l’Amérique du Nord, soit Canada, Etats-Unis et Mexique formant l’ensemble régional économique : l’ALENA. Deux faits soulignent dès le début que l’auteur connaît la difficulté de cet exercice au sujet de cet ensemble nord-américain : ainsi le titre n’est pas « l’espace de l’Amérique du Nord » mais « les espaces de l’Amérique du Nord », soit un pluriel bienheureux tant en effet la synthèse de ce vaste ensemble est un impossible pari, sauf à faire un ouvrage de plus de 500 pages. Et l’auteur suit un parti-pris annoncé dès le début celui de privilégier l’angle de l’analyse économique. En effet, l’exercice d’une synthèse sur cet ensemble reste difficile pour deux raisons, nous semble-t-il. La première est qu’il compte la première puissance mondiale qui en soi nécessite toujours d’y consacrer quelques lignes supplémentaires, ce que ne manque pas de faire l’auteur au long des chapitres, ce qui déséquilibre nécessairement la synthèse. La seconde est liée au troisième partenaire de cet ensemble régional car si chacun recèle en soi assez d’éléments de différenciation pour souligner leur singularité, le Mexique, est suffisamment différent des deux autres pour que cette tentative de synthèse, si souvent entreprise dans un cours de géographie régionale sur l’Amérique du Nord, bute inévitablement sur celle-ci. Traiter de la ville par exemple conduit à souligner la différence entre la formation et l’organisation assez proches du Canada et des Etats-Unis de celles du Mexique qui a connu les mêmes étapes que le reste du sud du continent. Où envoyer la lumière du projecteur pour réussir de la meilleure façon possible cette entreprise ? Les différences sont toujours plus accentuées entre le Mexique et ses deux autres partenaires ; la conquête bien sûr mais aussi le différentiel temporel de la croissance économique, ses épisodes et enfin son organisation urbaine plus déséquilibrée qu’au Canada et aux Etats-Unis. Cependant chacun est bien américain mais ce qualificatif convient à chaque pays constitutif du continent.

2Ainsi l’auteur dès le début évoque cette difficulté et reconnaît que par nature l’exercice tenté ne permet pas de traiter de façon satisfaisante l’ensemble. C’est donc la démarche de la géographie économique qui est adoptée et que l’on peut ressentir tout au long de l’ouvrage même dans les chapitres qui ne sont pas explicitement intitulés comme tels.

3Ainsi dans le chapitre consacré à la géographie historique (géographie historique et culturelle), lorsque l’auteur dénonce la lourde responsabilité des colonisateurs dans l’exploitation des hommes et des richesses de l’Amérique du Nord, il éclaire la colonisation du continent par cette orientation qui met en place les fondements d’un système qui d’une certaine façon lui semble se poursuivre aujourd’hui. En effet, on suit chez l’auteur l’analyse qui mène aux choix actuels de sociétés liés par l’ALENA ou par la mise en place d’un ordre mondial issu de la domination des Etats-Unis et plus largement de l’Occident. Une autre démarche aurait été possible et d’autres épisodes constitutifs de ces sociétés auraient pu alors être étudiés. On peut ici regretter que l’auteur n’ait pas rappelé son choix d’analyse lors de l’introduction de ce chapitre. La géographie des transports et du tourisme sont aussi traitées d’une façon économiste tout comme la question environnementale et finalement le chapitre géopolitique « l’Amérique du Nord et le monde » dont le sous-titre est géopolitique et géoéconomie.

4L’ouvrage est dense, le parti-pris de l’auteur d’une orientation économiste conduit à disposer d’une bonne analyse sur celle-ci avec des chiffres récents et leurs sources. Cela permet de placer les pays partenaires les uns par rapport aux autres mais aussi l’ensemble en regard du monde. Le livre fait ainsi la synthèse sur la plupart des sujets actuels de l’Amérique du Nord.

5Hormis le choix des éléments traités dans la partie historique et culturelle, les éléments les plus fragiles du livre sont les cartes et l’usage parfois du terme « américain » pour « Etats-uniens », confusion souvent et longuement analysée par de nombreux chercheurs.

6On pourra ainsi largement s’appuyer sur ce livre pour mieux saisir l’organisation économique de cet ensemble, avec des sujets ou des pays plus détaillés que d’autres ; avoir une analyse fine de sa géographie des transports ou encore s’interroger avec l’auteur sur la question environnementale. Pour d’autres questions telles celle de la géographie historique et culturelle, les lecteurs devront certainement trouver quelques ouvrages qui y sont consacrés de façon plus exhaustive.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Lemarchand, « Jean-Marc Zaninetti : Les espaces de l’Amérique du Nord ; Canada, Etats-Unis, Mexique », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2681

Haut de page

Auteur

Nathalie Lemarchand

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page