Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Hervé Théry, Le Brésil

6ème édition, 2012, Paris : Armand Colin, collection U, 296 pages
Ève Anne Bühler
Référence(s) :

Hervé Théry, Le Brésil, 6ème édition, 2012, Paris : Armand Colin, collection U, 296 pages

Texte intégral

1Le Brésil occupe, depuis de nombreuses années, une place de choix dans les actualités internationales et les analyses économiques. De rebondissements en rebondissements, le pays ne cesse d’éveiller la curiosité, de susciter l’admiration tout autant que le doute.

2En se rendant sur place, on ne peut qu’être frappé par la fièvre qui semble traverser un pays en ébullition, fort d’une croissance économique à peine ébranlée par la crise financière. Il est marqué par la multiplication des arènes de débat et la montée en puissance de la société civile, mais aussi par une ouverture internationale davantage vécue par la population, que ce soit via la multiplication des voyages à l’étranger, via l’action diplomatique ou via les événements planétaires programmés sur le sol brésilien (Journées Mondiales de la Jeunesse, Coupe du monde de football et jeux olympiques). Mais ces aspects ont leur revers, et on ne peut que constater la permanence des inégalités, parmi les plus fortes au monde, les difficultés à aménager un vaste espace fortement polarisé, mais aussi à faire sauter les verrous politiques d’un changement de cap plus radical. Entre les promesses d’un avenir radieux et le poids des héritages, le Brésil semble prisonnier de ses vieux démons, qui ont entretenu si longtemps une société en grand écart.

3Voilà pourquoi cette sixième édition d’un ouvrage paru pour la première fois en 1985 chez Masson est bienvenue. Ses rééditions successives ont accompagné le redressement du pays depuis la crise de la monnaie jusqu’à son ascension au statut de puissance économique et politique internationale. Sans cesse mis à jour, l’ouvrage est désormais un grand classique des études universitaires brasilianistes. Le plan général a traversé les années sans changements majeurs, si ce n’est que le chapitre sur la montée en puissance du secteur tertiaire présent dans la première édition a laissé place à la question urbaine, toujours plus prégnante dans les réalités sociales comme dans les recherches en sciences humaines et sociales. Utilisant à l’envi les nombreuses bases de données publiques disponibles, la présente édition intègre les premiers résultats du recensement démographique de 2010 et ceux du recensement agricole de 2006, offrant au lecteur une analyse extrêmement actuelle d’un pays où les changements sont rapides, tant en ville que dans les campagnes.

4L’ouvrage est écrit dans un style clair et synthétique ; il offre au lecteur un panorama dense et contrasté du Brésil, organisé en trois parties. Retraçant les grandes tendances passées et mettant l’accent sur les facteurs actuels du changement dans l’organisation de l’espace brésilien, l’auteur apporte aussi les nuances nécessaires à la compréhension de réalités toujours plurielles.

5La première partie revient sur les caractéristiques physiques et de peuplement du pays et montre l’intégration progressive d’un espace national d’abord structuré en archipels en un ensemble d’un seul tenant. Cette partie est aussi l’occasion de souligner les disparités qui continuent de caractériser le Brésil à travers un ensemble d’indicateurs démographiques, de niveau de vie et de développement. Les conditions de vie s’améliorent structurellement depuis les années 1960, voyant l’émergence d’une nouvelle classe moyenne, sans pour autant que les inégalités sociales et leurs expressions spatiales ne se résorbent. Dressant le constat de configurations sociospatiales très diverses, cette première partie s’achève par une esquisse de zonage, sorte de typologie régionale fuyant les limites administratives traditionnellement utilisées. L’auteur y distingue cinq Brésils, dont la description sera l’objet de la deuxième partie.

6Le Brésil du centre et son cœur (dit « Centre du centre », polygone réticulaire qui associe les métropoles de Brasilia, Rio de Janeiro et São Paulo, en passant par Belo Horizonte) contraste avec les marges du Sud ou avec l’ancien centre nordestin en difficulté. Il se distingue aussi des espaces dits « des marches » et des « régions pionnières », encore relativement vides, où tout semble encore possible et dans lesquels se mettent en place des sociétés aux niveaux de vie assez satisfaisants, en dépit d’un lourd impact environnemental. Ce découpage établi, l’auteur s’attache dans la deuxième partie à un exercice de géographie régionale, décrivant en détail ces cinq Brésils et les tendances qui les traversent, le mode descriptif variant selon les enjeux identifiés, les dynamiques associées et les polarités régionales.

7La troisième partie met en lumière les grands enjeux  qui influent sur la capacité du Brésil à consolider son statut de grande puissance. La dotation en ressources minérales et énergétiques, mais aussi en infrastructures de transport, souvent déficientes, constituent des leviers importants du développement économique. En parallèle, les vastes étendues encore non exploitées, l’efficience de son agriculture et son tissu industriel le dotent d’atouts importants pour soutenir sa croissance. Malgré tout, la permanence des inégalités, dans le monde rural comme dans les villes, reste un important facteur de fragmentation spatiale et de tensions sociales qui pèsent sur son avenir. De même, la concentration des activités, des équipements, des richesses et des hommes auprès de quelques grandes métropoles – à commencer par São Paulo – produit des déséquilibres spatiaux qui pointent de réels défis en terme d’aménagement et de péréquation territoriale. Les villes moyennes, qui attirent des habitants plus que tout autre espace, seraient alors un échappatoire possible à des campagnes trop peu denses et à des grandes agglomérations qui n’attirent plus. Quant à son insertion internationale, le Brésil occupe, une fois encore, une position contrastée : à la forte dépendance de son industrie envers les capitaux et les firmes étrangères, s’oppose un activisme économique et diplomatique qui consolident sa place sur l’échiquier commercial et géopolitique mondial.

8Riche en illustrations, l’ouvrage compte de multiples cartes, souvent originales, des photographies et tableaux, sans compter les dossiers thématiques qui parsèment les différents chapitres. Il fait référence depuis près de trente ans et continuera d’être incontournable pour qui s’intéresse au Brésil. Quelques regrets enfin, tenant essentiellement à une bibliographie qu’on aimerait voir actualisée, à quelques légendes incomplètes ou peu intuitives – comme aux pages 62, 173, 243, 246 – à quelques chiffres difficiles à comprendre, par exemple dans le tableau p. 272. Sur le fond, l’idée très répandue et entretenue selon laquelle les habitants originaires du Sud et du Sudeste seraient culturellement entrepreneurs, colons dans l’âme et innovateurs mériterait quelques bémols, en rappelant notamment combien leurs succès sont liés à un ensemble de facteurs dont ces régions bénéficient plus que d’autres, à commencer par l’éducation, les financements et la culture, sans oublier le capital social, dont on sait le poids qu’il occupe sur les réussites personnelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ève Anne Bühler, « Hervé Théry, Le Brésil », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2678

Haut de page

Auteur

Ève Anne Bühler

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page