Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean-Jacques Terrin (dir.), La ville des créateurs, Marseille

2012, Parenthèses : Collection « la ville en train de se faire », 247 pages
Pierre-Jacques Olagnier
Référence(s) :

Jean-Jacques Terrin (dir.), La ville des créateurs, Marseille, 2012, Parenthèses : Collection « la ville en train de se faire », 247 pages

Texte intégral

1Dans la collection « la ville en train de se faire », lancée en 2009 et riche aujourd’hui de 10 titres, l’ouvrage collectif dirigé par Jean-Jacques Terrin, responsable scientifique du programme Popsu Europe (Plate-forme d’observation des projets et des stratégies urbaines), lancé en 2008 et financé par le PUCA (Plan Urbanisme Construction Architecture) au sein du GIP AIGP (Atelier International du Grand Paris), réunit neuf contributions de chercheurs, enseignants-chercheurs, critiques d’art et acteurs de l’aménagement urbain sur le thème « la ville des créateurs ». Les travaux publiés dans cet ouvrage sont issus de deux séminaires organisés en novembre 2011 et en janvier 2012 à Lausanne puis à Lyon qui visaient à questionner le rôle et la place des « créateurs » dans les processus de fabrication de l’urbain. Il s’agissait ainsi de mettre en discussion les analyses de Richard Florida (The Rise of the Creative Class and How It’s transforming Work, Leisure, Community and Everyday Life, New York, Basic Books, 2002). Ainsi, cet ouvrage s’inscrit dans la perspective ouverte par les travaux de recherche déjà menés depuis une dizaine d’années sur la ville événementielle et la ville festive, sur la ville créative et sur l’art et la culture dans les métropoles.

2L’ouvrage s’organise en deux parties d’inégale importance. La première partie, la plus dense, s’intitule « Projets de villes » et rassemble une série de sept contributions concernant sept villes différentes, principalement françaises (Lyon, Nantes et Montpellier) et européennes (Berlin, Birmingham et Lausanne) avec une incursion outre-Atlantique (Montréal). Ces études de cas portent sur des exemples souvent considérés comme paradigmatiques de la « ville créative » en matière de politiques d’aménagement urbain. Il s’agit ainsi, pour les auteurs, tout en questionnant la notion de « créateurs », de « villes créatives » ou « d’entreprises créatives », d’étudier les interactions entre la ville et les « créateurs », à l’échelle de la ville dans son ensemble (à Berlin, Birmingham, Lausanne, Lyon ou Montpellier) ou à celle d’une opération d’aménagement (le quartier des spectacles à Montréal, l’île de Nantes). Les analyses proposées des politiques urbaines et de la place des entreprises « créatives » privilégient, selon les cas et selon les auteurs, un regard économique (sur les « industries créatives » à Berlin) ou davantage aménagiste (à Birmingham, Lausanne, Lyon), ou encore un regard d’acteurs opérationnels (à propos de l’île de Nantes, de la Zone Artistique Temporaire de Montpellier, ou enfin du quartier des spectacles à Montréal). La diversité des approches, des villes et des projets analysés permet d’embrasser dans leur globalité les enjeux des dimensions créatives dans les politiques urbaines actuelles.

3Plus brève, la seconde partie de l’ouvrage est constituée d’une approche transversale et synthétique des concepts et des notions associés à la « ville créatrice » et à la « ville des créateurs ». Les trois articles de Charles Ambrosino, Paul Ardenne et Elsa Vivant opèrent une mise à distance critique en se fondant sur les études de cas proposées dans la première partie. Charles Ambrosino (« Ces esthétiques qui fabriquent la ville ») interroge ainsi les différentes manières de mobiliser l’« esthétique », définie comme « expérience sensible, sociale et spatiale ». Á partir du constat d’une place croissante de la culture, envisagée sous de multiples formes, dans les stratégies urbaines et dans les projets urbains contemporains, l’auteur met en évidence quatre figures de la « ville des créateurs » : la « ville-spectacle », la « ville récréative », la « ville travestie » et « la ville qui se raconte ». Dans le second article, Paul Ardenne (« Une fiction complaisante ? ») considère, quant à lui, que la « ville des créateurs n’existe pas » et que l’expression « ville créative », au contenu flou, ne correspond pas à un véritable concept. Dans cette analyse critique de la thèse de la « ville créative », Paul Ardenne souligne que toutes les villes ne cherchent pas à être considérées comme des « villes créatives » et/ou ne mettent pas en œuvre des politiques urbaines fondées sur de telles bases (il cite les exemples de Bangkok, Bamako, Mexico et Minsk), même s’il « y a, en toute ville, des créateurs ». Pour lui, l’expression « ville créative », qui relève de la « stratégie technocratique » des acteurs urbains, dispose d’une forte connotation idéologique et joue surtout le rôle de label. La question des conditions d’émergence de la création est alors à distinguer des logiques de projet urbain. Comme le souligne également Elsa Vivant (« Faire la ville avec les créateurs ? »), l’utilisation trop abondante et souvent abusive de l’expression « économie créative » « marque le dévoiement de l’idée de créativité au service d’un projet politique et économique ». L’auteure entreprend alors de recontextualiser les conditions d’émergence des dimensions créatives dans les discours des acteurs de l’aménagement urbain. Ainsi, dans certaines situations, l’économie créative est considérée comme une composante majeure des projets urbains, et ce, dès sa conception. Toutefois, le rôle et la place du créateur dans les politiques urbaines contemporaines et son instrumentalisation ne doivent pas mettre sous le boisseau, d’une part, les questionnements sur les modalités et les formes de créativité chez les professionnels de l’aménagement et de l’urbanisme et dans les projets urbains, d’autre part les analyses sur les influences entre création et aménagement urbain. Si les trois contributions réunies sont d’une grande qualité et proposent une approche critique très stimulante des questions posées par « la ville créative », cette seconde partie laisse malheureusement le lecteur un peu sur sa faim, dans la mesure où elle s’avère finalement trop concise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Jacques Olagnier, « Jean-Jacques Terrin (dir.), La ville des créateurs, Marseille », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2676

Haut de page

Auteur

Pierre-Jacques Olagnier

Université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page