Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Alexandra Monot : L’Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique). Unité, diversité ou complexité géographique ?

2012, Paris : Bréal, 236 pages
Christophe Quéva
Référence(s) :

Alexandra Monot (Dir.) : L’Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique). Unité, diversité ou complexité géographique ?, Paris : Bréal, 2012, 236 pages

Texte intégral

1Dans le champ des ouvrages récemment parus sur l’Amérique du Nord – question actuellement au programme des concours de l’enseignement – on ne peut que saluer la publication de L’Amérique du Nord. Unité, diversité ou complexité, dont les auteures – Alexandra Monot, Sylvie Letniowska-Swiat, Karine Marot et Lucille Medina – ont relevé le défi de porter un regard croisé, actualisé et problématisé sur les trois pays au programme : le Canada, les États-Unis et le Mexique. Dès l’introduction, les croisements s’opèrent avec des tableaux chiffrés permettant une mise en regard des niveaux de développement dans les trois pays, appelant à « réfléchir aux évolutions géoéconomiques et géopolitiques d’une région du monde à forts clivages et diversités internes ». La suite de l’ouvrage, structuré en six chapitres, poursuit cette analyse croisée et parvient à proposer un panorama complet de l’Amérique du Nord et de ses mutations, entre intégration et fragmentations à toutes les échelles.

2Le premier chapitre, ponctué d’un tableau de synthèse tout à fait utile présentant le Canada, les États-Unis et le Mexique, au regard de 21 indicateurs communs (population, densité, taux d’urbanisation, part des 65 ans ou plus, PNB/habitant, IDH, taux de chômage, etc.), présente, au-delà des « éléments géographiques et sociopolitiques communs », les enjeux d’une différenciation autre qu’étatique au sein de l’espace nord-américain. Cette analyse d’une relative singularité de l’espace nord-américain est aussitôt nuancée dans le chapitre 2 intitulé « Du territoire aux territoires nord-américains ». Celui-ci se focalise sur la diversité des milieux et l’enjeu de leur protection, ainsi que sur la maîtrise du territoire nord-américain par les transports. On notera la présence de trois cartes, particulièrement bien construites et à l’échelle de l’Amérique du Nord dans son ensemble, sur les milieux naturels, la maîtrise de l’espace et les espaces naturels protégés. Les populations nord-américaines sont analysées dans le chapitre 3, également très bien illustré de photographies, cartes et tableaux. Ce sont ici non seulement les thématiques du peuplement et des dynamiques démographiques et migratoires qui sont abordées, mais également les logiques communautaires, la question de l’autochtonie ainsi que les enjeux de l’urbanisation. À cet égard, le regard croisé et synthétique prôné par les auteures permet de focaliser les analyses sur des informations-clefs relatives à la mesure de l’espace urbain dans les trois pays, à leur histoire urbaine, à la place des grandes agglomérations dans les systèmes urbains, à l’organisation intra-urbaine de la (des) ville(s) nord-américaine(s), et aux grands types paysages urbains. Après un chapitre 4 plus spécifiquement tourné vers le concept central de « frontière » – avec une focale sur la frontière États-Unis/Mexique et ses dynamiques actuelles, appuyée sur une carte très complète – le chapitre 5 analyse « les piliers de la puissance économique nord-américaine », entre agriculture, industrie et services. De nombreux tableaux et des cartes sur chacune de ces entrées thématiques permettent là encore de synthétiser les informations de façon croisée et tout à fait convaincante. L’ouvrage se clôt sur l’analyse de l’Amérique du Nord comme « pôle mondial de puissance », de l’échelle régionale de l’ALENA à l’échelle mondiale de la culture ou du domaine militaire. Les enjeux de la crise de 2007/2008 ne sont pas oubliés et les zones d’enjeux que constituent les façades maritimes et les espaces frontaliers sont aussitôt confrontées aux « figures du vide nord-américain ».

3Au final, cet ouvrage bien illustré, problématisé et nuancé, constitue une excellente entrée pour appréhender l’Amérique du Nord, dans la perspective de croisements réguliers entre les cadres canadien, états-unien et mexicain. On ne peut qu’en recommander la lecture aux étudiants préparant les concours de l’enseignement, mais aussi à tout lecteur s’intéressant à l’espace nord-américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Quéva, « Alexandra Monot : L’Amérique du Nord (Canada, États-Unis, Mexique). Unité, diversité ou complexité géographique ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2672

Haut de page

Auteur

Christophe Quéva

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page