Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Olivier Lazzarotti, Des lieux pour mémoires. Monument, patrimoine et mémoires-monde

2012, Paris : Armand Colin, 214 pages
Patrick Picouet
Référence(s) :

Olivier Lazzarotti, Des lieux pour mémoires. Monument, patrimoine et mémoires-monde, 2012, Paris : Armand Colin, 214 p.

Texte intégral

1Lascaux rythme la pensée et souligne son évolution dans chaque chapitre du livre. C’est par la grotte et son bestiaire, archive extraordinaire et inscription de l’humanité sur la Terre, comme le souligne l’auteur, qu’il débute ses réflexions et les construit pour exprimer les différentes parties et thèmes de son ouvrage. Le projet est de définir ces lieux, de les nommer. Pourraient-ils être qualifiés de monument ou de patrimoine ? L’introduction propose une mise en perspective de ces notions puis aborde celle de lieu de mémoire, largement développée par les historiens, en particulier sous la direction de P. Nora, dans une approche temporelle mais sans analyse de l’espace. L’auteur invite à considérer la mémoire comme une manière de donner un sens à l’espace, une géo-graphie sur la page de l’espace de la Terre. Il souhaite retrouver la distinction pour lui fondamentale entre mémoire monumentale et mémoire patrimoniale.

2Dans la première partie, est définie la mémoire monumentale. Elle est inventée au tournant des XVIIIème et XIXème siècles et se construit pendant un siècle à partir des discours des savants des nations, en particulier ceux comme V. Hugo qui dénoncent les démolisseurs ou encore les vandales. Des artistes (peintres de l’École de Barbizon) représentant la forêt de Fontainebleau, des historiens (Michelet par exemple) dessinant une histoire sensible aux lieux, des architectes, des naturalistes participent à la monumentalisation par la mise en mémoire de la nature, des paysages et de la France. L’émergence d’associations (Société Pour la Protection des Paysages en France) puis la création d’un véritable service public d’État (Commission des monuments historiques) soulignent les enjeux politiques du processus.

3A partir des années 1960, un bouleversement mémoriel majeur accompagne la disparition du mot monument et son remplacement par celui de patrimoine. L’auteur développe dans la deuxième partie de l’ouvrage les prémices et les processus de ce changement. Le modernisme cherche ses références dans l’Antiquité et la Renaissance. La mémoire patrimoniale n’est plus celle de la nation mais intègre la diversité de l’humanité tout en s’inscrivant, comme les faits culturels, au cœur des sociétés en construction. De ce fait, la mémoire devient fondamentalement politique. Des exemples très intéressants (par exemple le cas de Varsovie) étayent une argumentation qui met en évidence les conflits mémoriels puis l’importance des touristes et plus généralement le regard des autres dans la définition du patrimoine. Les visiteurs ne sont pas seulement des spectateurs mais ils assurent essentiellement l’élection et la transmission du patrimoine.

4En se fondant sur trois exemples, Val d’Europe à proximité de Paris, South Bank à Londres et Dubaï, l’auteur montre comment ce qu’il appelle les mémoires-Monde en font des lieux. Dans le contexte de la mondialisation libérale, les mémoires-Monde favorisent les mobilités mais organisent la mise en ordre des lieux, autrement dit, elles associent étroitement économie privée capitaliste et conservatisme politique. Dans sa conclusion, l’auteur en arrive à la question fondamentale de l’avenir du Monde, ce Monde insupportable à cause de l’inégalité de son accès : les mémoires-monde seront-elles des barrières séparant les hommes ou serviront-elles d’échanges entre eux ?

5Question essentielle d’un livre qui offre une belle démonstration, riche de culture, de clarté et de rigueur, une synthèse qui s’inscrit avec utilité dans la compréhension de la géographie contemporaine et de son évolution récente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Olivier Lazzarotti, Des lieux pour mémoires. Monument, patrimoine et mémoires-monde », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2665

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page