Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Jean-Paul Lacaze, Les méthodes de l’Urbanisme

2012, PUF Collection : que sais-je ?, 127 pages
Helga-Jane Scarwell
Référence(s) :

Jean-Paul Lacaze, Les méthodes de l’Urbanisme, 2012, PUF Collection : que sais-je ?, 127 pages

Texte intégral

1Jean-Paul Lacaze est Professeur honoraire et président de section honoraire du Conseil général des Ponts et Chaussées, et consultant en urbanisme. Dans ce « Que Sais-je », l’auteur tente d’abord de situer l'urbanisme et l'aménagement dans le champ intellectuel et défend le fait que, contrairement au domaine de la géographie urbaine, celui de l'urbanisme et de l'aménagement se situent comme une activité de conception orientée vers l'action (p.7). Leur pratique mobilise pour cela à la fois des savoirs disciplinaires (sciences sociales, voire des sciences de la nature mais aussi arts et techniques appliqués à la transformation de l'espace (p.4) et des démarches qui « ne se laissent pas enfermer aisément dans une logique scientifique ou professionnelle interne » (p.3).

2Le découpage de l’ouvrage en quatre chapitres obéit à un plan assez simple justifiant de l’évolution des méthodes d’urbanisme dans le temps jusqu’à leur mise en œuvre.

3Ainsi, un premier chapitrer portant sur : « Urbanisme et pouvoir » permet à l’auteur de nous rappeler le lien étroit entre ces deux domaines. En effet, selon l’auteur, il convient d’analyser l’urbanisme « comme un système particulier de décision » (p.10). A l’appui de cette affirmation, il explique que l’évolution des différentes formes urbaines ne repose pas tant sur un fondement scientifique que doctrinal, à l’instar de l’uniformisation des grands ensembles (p.10).

4Désormais, les modes traditionnels de régulation de l’espace ne suffisant plus, les décisions reposent sur des arbitrages politiques. Autrement dit, « le mode de décision a finalement beaucoup plus d’importance que la nature de la décision » (p.11). Á la page 17, l’auteur résume dans une grille de lecture l’évolution des différentes méthodes d’urbanisme dans le temps. Cette présentation très pratique souligne les différents défis auxquels l’urbanisme a été confronté.

5Dans un second chapitre, l’auteur retrace l’évolution de l’urbanisme de la fin de la Seconde Guerre mondiale aux chocs pétroliers de 1973 (p.23 à 65). Le chapitre se découpe de façon chronologique en trois parties principales, elles-mêmes se subdivisant en trois sous-parties. Dans une première partie, l’auteur nous retrace la période de la composition urbaine correspondant à la mise en plan des villes (des plans en grille en passant par le modèle fonctionnaliste hiérarchisé jusqu’à sa généralisation). Puis, à une échelle spatiale plus limitée, seront mis en œuvre des plans de quartier. L’auteur nous en expose trois modèles principaux : le modèle à îlot, le modèle fonctionnaliste puis, les modèle haussmanniens et fonctionnalistes. La première partie s’achève sur la mise en pratique de la composition urbaine dont on retiendra qu’elle doit composer avec les « pesanteurs sociologiques » (p. 38) qui engendrent de fortes contraintes sur le talent des architectes et leur créativité. Une seconde aborde la planification stratégique qui s’est rapidement développée grâce au recours à la modélisation dont l’objectif demeure la recherche de l’optimisation des décisions publiques susceptibles « de modifier les structures principales d’une agglomération (ou d’une région » (p. 42), condition de sa validité. Les modalités pratiques de cette démarche comportent plusieurs phases, toutes devant s’attacher à créer une dynamique de groupe permettant aux acteurs de « se forger un imaginaire de références communs »  (p.49). Enfin, une dernière partie de ce chapitre traite de l’urbanisme participatif qui s’est développé dans les années soixante en référence à un autre système de valeurs. Les modes de planification antérieurs relevant soit « de l’esthétique architecturale, soit de la rationalité technico-économique » (p.50) sont ouvertement critiqués et prennent la forme de revendication de pouvoir. Un nouveau paradigme s’impose et affirme que  « seul l’espace tel qu’il est vécu et perçu par les habitants constitue le véritable support de la démarche urbanistique » (p.51). Reste à définir le degré de cette participation des habitants. Bien évidemment, c’est la question de la légitimité du système de décision qui est sous-jacente et qui contribuera à l’évolution des méthodes de l’urbanisme.

6Le chapitre trois porte sur l’urbanisme contemporain et s’intitule : « Vers un urbanisme durable ». Ici, l’auteur nous rappelle que le contexte a changé. Finie les Trente Glorieuses. Non seulement, la population a vieilli mais la crise déclenchée par la mondialisation de l’économie a provoqué un mouvement de désindustrialisation dont les traces sont clairement visibles dans certaines villes. La nécessité impérieuse pour les responsables locaux et praticiens de prendre en compte les standards du développement durable conduit à envisager de nouvelles méthodes d’urbanisme et la prise en compte de nouveaux indicateurs. La question du logement revient notamment en force au cœur des préoccupations (p.87) suite à la crise sociale des banlieues et au déficit important de logements dans certaines villes de France où la pénurie a des effets néfastes sur le prix de l’immobilier.

7Le dernier chapitre s’attache à présenter brièvement la mise en œuvre des méthodes d’urbanisme et de ses outils (p.107). Un ultime point survole la diversité des métiers de l’urbanisme. De façon générale, le champ de l’urbanisme favorise le travail en équipe pluridisciplinaire, ce qui impose des contraintes spécifiques. L’une d’entre elles, et non des moindres, consiste à se plier à la discipline particulière d’un travail collectif (p.117).

8A l’issue de cette lecture qui retrace les grandes lignes d’évolution de l’urbanisme en France, on regrettera que l’auteur ne se soit pas attaché à développer davantage ce dernier point à peine esquissé compte tenu des précisions apportées dans les chapitres précédents. Les métiers de l’urbain sont en constante évolution comme une illustration de la difficulté à appréhender l’objet urbain dans sa totalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Jean-Paul Lacaze, Les méthodes de l’Urbanisme », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2663

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Université lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page