Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Agnés Jeanjean et Ingrid Sénépart, Habiter le temporaire. Habitations de fortune, mobiles et éphémères

2011, Paris : Maison des Sciences de l'Homme, 284 pages
Magalie Franchomme
Référence(s) :

Agnés Jeanjean, Ingrid Sénépart, Habiter le temporaire. Habitations de fortune, mobiles et éphémères, 2011, Paris : Maison des Sciences de l'Homme, 284 pages

Texte intégral

  • 1 Techniques & culture publie des numéros thématiques pluridisciplinaires autour de l’ethnologie des (...)
  • 2 Journées d’étude « Habitats, précaires, temporaires, mobiles », La Charité sur Mer, 25 et 26 mai 20 (...)

1L’habitation temporaire, mobile et précaire est au centre des préoccupations du numéro 56 de la revue Techniques & Culture (1er semestre 2011)1. Ce Théma dirigé par Agnés Jeanjean, ethno-sociologue, et Ingrid Sénépart, archéologue préhistorienne, est le résultat d’une collaboration de plus de deux ans, nourrie notamment par trois journées d’étude principalement axées sur la dimension matérielle des habitats temporaires et précaires2. Les textes considérés ici sont d’ailleurs extraits de ces échanges. Il apparaît que les fondements de l’habitation, les modes de résidence et leurs évolutions dans le temps, mais aussi les formes d’attachement aux habitats interrogent tout autant le préhistorien que l’anthropologue ou le sociologue.

2Ainsi, les éditrices se saisissent de ce numéro pour faire un état des lieux de la temporalité de l’habitat et pour croiser des questionnements sociologiques et politiques, sur les rapports aux normes, la dimension usuelle, les formes d’adaptation, et des questionnements archéologiques, sur la mobilité et la matérialité de l’habitat. Le regard historique permet de suivre les continuités et d’identifier les discontinuités temporelles et spatiales des notions d’habitations mobiles, temporaires et éphémères. Ces modes de vie qui connaissent une importante recrudescence depuis quelques années, ne sont pas pour autant nouveaux, comme attestent les travaux des historiens et des archéologues.

3Le résultat de ces échanges prend la forme d’un ouvrage original qui abordent en 200 pages (pour la partie Théma) des sujets très contemporains, tels que le traitement social des bidonvilles, les démolitions, les expulsions ou encore la précarisation (cabanons, constructions provisoires, conteneurs, etc.). Le numéro est composé d’un éditorial signé par Frédéric Joulian, d’un prologue rédigé par les éditrices, d’une introduction et de 3 parties thématiques rassemblant onze contributions. De très nombreuses photographies couleurs, des schémas mais aussi plusieurs productions cartographiques ponctuent le texte et éclairent les propos, puisqu’une place importante est laissée au fil des pages à l’illustration.

  • 3 Utilisé chez les Manouche d’Auvergne, synonyme du terme ordinaire « roulotte », pour désigner l’hab (...)

4Le Théma est complété par une rubrique Varia, composé de deux articles, signés pour le premier par Emmanuel Deveaux (portant sur les dimensions symboliques et structurales de l’habitat rural alpin), pour le second par Romain Simenel (interrogeant la patrimonialisation locale des forêts d’arganiers du Sud marocain), et un Curiosa, présenté sous la forme de deux récits photographiques. Cette dernière rubrique a été confiée à l’ethnologue Marc Bordigoni, récit de la construction d’un vago3 manouche dans les années 1960, et au photographe Sylvain Brino, qui a capturé les cabanes abandonnées de la région de Lunel.

  • 4 G.-H. Radkowski (2002), Anthropologie de l'habiter : vers le nomadisme, Presses Universitaires de F (...)

5Les trois parties, respectivement intitulées « Mobiles et immobiles ? », « Formes éphémères de l’habitat », « Habitat politique : normes et variations », analysent différentes facettes de l’habitat temporaire, afin de mieux en comprendre les pratiques et leurs constructions matérielles, mais aussi sociétales. Le texte de Ingrid Sénépart invite ainsi à explorer les ancrages archéologiques et historiques de l’habitat temporaire depuis le début de la Préhistoire jusqu’au début de la phase contemporaine (pp. 30-47). L’habitat temporaire, qu’il soit démontable ou transportable, souvent auto-construit se présente comme une réponse à des besoins anthropologiques4 et une forme d’adaptabilité et de flexibilité « exigée par les modes de production et les choix économiques dominants » (p. 17).

6Bien qu’il soit largement occulté par les sociétés post-modernes et les instigateurs de la norme au fil des siècles, il est aussi un mode d’habiter choisi et non exclusivement l’illustration d’une « fragilisation économique et sociale des populations » (p. 17). Béatrice Mésini (pp. 149-166) et Arnaud le Marchand (pp. 179-194) présentent les habitations légères et mobiles comme des modes d’habiter adaptés à la fois au contexte contemporain «  connexionniste » et aux formes actuelles de pauvreté et de précarité. C’est aussi ce que tendent à démontrer, par l’examen d’autres sociétés et cultures passées ou actuelles, les contributions de la première partie. Alain Beeching montre à partir des pratiques nomades au Néolithique, la difficulté de définir le statut des habitats à partir des sources archéologiques (pp. 49-62). Laurent Dousset étudie les préférences résidentielles contemporaines des Aborigènes d’Australie en faveur des campements de fortune au détriment des habitations résidentielles construites sous l’impulsion ou par l’administration (pp. 63-77), alors que Hélène Claudot-Hawad aborde l’attachement des Touaregs au nomadisme, ce dernier étant associé à l’idée de pérennité et de stabilité par opposition au protégé et au dépendant sédentaire (pp. 79-98).

7Plusieurs textes soulignent également la volonté et la possibilité de maîtriser d’une certaine façon, son « habitat, et de ce fait [son] inscription au sein d’un territoire ou d’une société » (p. 19). Á l’instar des cabanes du Beauduc, en Languedoc Roussillon (Laurence Nicolas, pp. 133-148) où chacun construit, « par choix et non par nécessité » (p. 135), son habitation selon un certain degré de liberté et d’autonomie. C’est aussi pour d’autres, une sorte de retour à la nature, « un défi technologique où le bivouac et la tente concentrent les efforts de l’homme » (Olivier Sirost, p. 107), fortement chargée d’affect et de représentation. Enfin, la reconnaissance, ou plutôt la non-reconnaissance des habitats temporaires et la normalisation sont très souvent observées par les contributeurs. Laurence Nicolas parle par exemple de « précarité juridique » (p. 135). Un article est consacré à ces questions, puisque les insuffisances des textes législatifs et des dispositifs publics de lutte contre la précarité des populations sont examinées avec justesse par Chantal Iorio (pp. 168-178).

8La variété des disciplines réunies dans ce numéro : archéologues, ethnologues, juristes, socio­logues, économistes, politistes plasticiens, concourt à l’originalité de l’ouvrage. Toutefois, cette pluralité joue aussi en sa défaveur. Ce dernier souffre par moment, et c’est bien souvent le risque des numéros thématiques, de la grande spécialisation des textes. Le lecteur non-expert peut y trouver des exemples pertinents, mais il faut néanmoins dépasser le caractère hétéroclite et à l’approche volontairement décalé de l’ouvrage. Enfin tout comme les éditrices, on peut regretter qu’un certain nombre de thèmes n’ait pu être traité, en raison notamment des contraintes éditoriales de la revue. Toutefois en l’état, le numéro réussit à mettre en lumière toutes les complexités du rapport entre mobilité et précarité.

Haut de page

Notes

1 Techniques & culture publie des numéros thématiques pluridisciplinaires autour de l’ethnologie des techniques, comme productions socioculturelles à part entière, au cœur des rapports entre les hommes, mais aussi entre les sociétés et leur environnement. La revue est publiée sur papier et dans un délai de deux ans en texte intégral sur le site de la revue http://tc.revues.org/.

2 Journées d’étude « Habitats, précaires, temporaires, mobiles », La Charité sur Mer, 25 et 26 mai 2010.

3 Utilisé chez les Manouche d’Auvergne, synonyme du terme ordinaire « roulotte », pour désigner l’habitat, la caravane, permettant se déplacer (p. 251).

4 G.-H. Radkowski (2002), Anthropologie de l'habiter : vers le nomadisme, Presses Universitaires de France, 166 p., In « Actualité de l'habitat temporaire », Appel à contribution, Calenda, Publié le vendredi 17 mai 2013, http://calenda.org/248538.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magalie Franchomme, « Agnés Jeanjean et Ingrid Sénépart, Habiter le temporaire. Habitations de fortune, mobiles et éphémères », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://tem.revues.org/2660

Haut de page

Auteur

Magalie Franchomme

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page