Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Mario Bédard, Jean-Pierre Augustin, Richard Desnoilles, L’imaginaire géographique

2011, Québec : Presses de l’Université du Québec, 376 pages
Patrick Picouet
Référence(s) :

Mario Bédard, Jean-Pierre Augustin, Richard Desnoilles

L’imaginaire géographique, 2011, Québec : Presses de l’Université du Québec, 376 pages

Texte intégral

1Dans le prolongement d’un colloque tenu à Montréal en octobre 2009, cet ouvrage aborde un thème développé par les géographes depuis une trentaine d’années, la représentation. Plus précisément, les réflexions concernent l’imaginaire comme « principe fondateur de notre condition territoriale » autrement dit de notre territorialité. Á travers une quinzaine de textes groupés en trois thèmes, les auteurs nous proposent de parcourir l’imaginaire géographique comme créateur et animateur d’espace, de lieu et de territoire.

2Les trois axes portent successivement sur l’imaginaire et le paysage, l’imaginaire séducteur au service du local et l’urbanisme affinitaire comme finalité imaginaire. Les textes très divers offrent une belle palette thématique.

3Dans la première partie, le lecteur peut apprécier en particulier la remarquable démonstration de D. Le Couédic concernant l’évolution de l’urbanisme, opposant « l’art de bâtir les villes » de Camillo Sitte au rationalisme de Le Corbusier. Des textes soulignent le rôle des imaginaires dans l’aménagement des paysages et des cadres de vie périurbains dans l’agglomération montréalaise. M. Freedman s’interroge sur l’appellation du « quartier chinois » de Québec, nom qui doit son origine à la perception puis aujourd’hui à l’imaginaire des habitants beaucoup plus qu’à la densité de la population chinoise de Saint-Roch.

4Dans la deuxième partie, « la fiction architecturale de la montagne Tremblante » (Lucie K. Morisset), « Paulette à la mer ou l’imaginaire géographique comme construction du regard de l’autre » (O. Lazzarotti) ou « l’imaginaire des bas-fonds chez Bukowski » (M. Brosseau) constituent des exemples très originaux de la relation entre l’individu ou la société et le monde par la médiation de l’imaginaire.

5La troisième partie aborde, à partie d’exemples choisis dans l’agglomération de Montréal, la question de l’imaginaire collectif face à la rénovation des héritages olympiques (étude du stade de Montréal) mais aussi le rôle du discours publicitaire dans la représentation du « vivre-ensemble », lequel est encore interrogé quand les représentations des principaux acteurs de la ville croisent la présence des sans-abris dans les lieux publics.

6Même s’il n’évite pas quelques redites inhérentes à ce genre de collection de textes, l’ouvrage s’avère d’une grande richesse par la diversité des apports conceptuels et l’originalité des exemples. Avec sa vaste bibliographie, il représente un apport important pour l’étude de l’imaginaire dans la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Picouet, « Mario Bédard, Jean-Pierre Augustin, Richard Desnoilles, L’imaginaire géographique », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 12 mai 2016, consulté le 27 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2652

Haut de page

Auteur

Patrick Picouet

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page