Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Gilles Ardinat, Comprendre la mondialisation en 10 leçons

2012, Ellipses Marketing, 192 pages
Helga-Jane Scarwell
Référence(s) :

Gilles Ardinat, Comprendre la mondialisation en 10 leçons, 2012, Ellipses Marketing, 192 pages

Texte intégral

1Gilles Ardinat, professeur agrégé et docteur en géographe, nous expose clairement en 191 pages les différentes approches pluridisciplinaires de la mondialisation, laquelle possède de très nombreuses facettes et se trouve souvent associée à tort au néo-libéralisme.

2L’ouvrage concis est original puisqu’il se présente sous la forme de 10 leçons sur la mondialisation ou 10 chapitres se présentant chacun comme une réponse autour d’une question-titre (p. 5). En outre, dans un souci de contradiction et donc d’ouverture, chaque leçon propose au débat trois extraits de textes issus d’un corpus varié et non moins scientifique, ainsi que des mots-clefs. Enfin, un glossaire reprend à la fin de l’ouvrage tous les termes de vocabulaire importants (p.7).

3L’avant-propos justifie l’approche privilégiée par l’auteur qui doit permettre au lecteur de se construire une grille de compréhension d’un mot qui fait l’objet de « toutes les passions » (p.3), d’un « phénomène pluriel », d’un « concept géographique et non exclusivement économique » (p.5). La méthodologie mise en place par l’auteur tend à souligner les idéologies, les logiques de la mondialisation, les stratégies des différents acteurs plutôt que de s’en tenir à des tableaux statistiques d’ensemble, d’autant que « les bases de données changent à une vitesse croissante » (p.4) (volatilité de l’économie).

4Pour Gilles Ardinat, la mondialisation, c’est d’abord la création d’une nouvelle échelle géographique, à savoir le monde (p.10). La mondialisation est le processus par lequel le monde devient un espace, un fait local /régional va devenir mondial, autrement dit ce processus se diffuserait à l’échelle de la planète. Jusqu’alors, les activités humaines étaient cloisonnées et n’occupaient pas cet espace car aucune stratégie n’était mondiale. Désormais, la mondialisation favorise la mise en relation des territoires de la planète, au point d’engendrer des interdépendances entre les territoires. Sur cette base, la mondialisation est donc un phénomène géographique et, comme le souligne Jacques Levy, l’émergence du monde-espace.

5Ce processus va pouvoir s’appliquer à tous les aspects de la vie humaine, et pas uniquement aux activités économiques et financières. C’est pourquoi son émergence requiert l’examen de sa dimension géopolitique. La création de cet espace planétaire résulte essentiellement des progrès technologiques et du développement des transports (conditions nécessaires). Après avoir défini le terme lui-même (leçon 1), l’auteur passe en revue les racines historiques de la mondialisation (leçon 2), puis son rapport avec le capitalisme dans sa phase néolibérale (leçon 3), Mais alors que l’on pourrait penser que ce cadre est théoriquement unifié, il montre qu’il existe des dynamiques différentes entre les pays, comme les dynamiques démographiques inégalement réparties d’un continent à l’autre (exemple du taux de naissance au Nigéria) et les problèmes migratoires que celles-ci pourraient poser à terme (leçon 4), à moins que le marché n’apporte sa solution. Il en est de même pour les dynamiques économiques variables d’un État à l’autre qui ont en quelque sorte repositionné l’hyperpuissance « États-Unis ». En effet, cet État doit désormais compter avec de nouveaux compétiteurs qui sont autant de concurrents potentiels. La mondialisation conduit encore à l’émergence des puissances mondiales, voire à la création d’un impérialisme à l’échelle planétaire qui au XXème siècle a dérivé parfois vers des guerres mondiales. Ce nouvel espace d’affrontement entre les puissances n’existe que parce qu’il y a une mondialisation et la disponibilité de technologies.

6L’uniformisation des cultures (leçon 5) est souvent évoquée à propos de la mondialisation, ce qui explique la dimension essentielle de l’enjeu culturel (leçon 5). La mondialisation intéresse aussi la religion au point de bouleverser la foi qui trouvera dans cet espace planétaire les objectifs recherchés à un message religieux à vocation universel. Dans ce cadre, la mondialisation accentue les concurrences entre les religions dans l’espace mondial au point de voir des changements de religion sur certains territoires (Corée du Sud ou Brésil). La mondialisation décuple le poids du religieux (leçon 6). L’auteur se penche également sur la question de réglementer la mondialisation et, si oui, à quelle échelle et avec quels outils (leçon 7), la question du statut des territoires (la compétitivité territoriale ou adapter les territoires aux exigences des marché d’où la question du libre dumping) ou de leur marchandisation (leçon 8). Il s’interroge sur les diverses formes de la gouvernance mondiale (leçon 9) à travers les questions écologiques qui sont glorifiées à l’occasion des sommets sur la terre. Or ces questions sont elles-mêmes pétries de contradictions, car elles accompagnent la justification de la mondialisation néo-libérale et ne peuvent être compatibles avec le développement durable. Dans la dernière leçon, il expose les contestations à ce processus et les alternatives suggérées (leçon 10). Il les classe en trois catégories, les antimondialistes, les souverainistes et enfin les identitaires. On lui fera le reproche de réduire cette dernière catégorie à des cas extrêmes et de ne pas considérer que le réveil identitaire qui accompagne la mondialisation est lui-même un processus évolutif qui pourrait remettre celle-ci en cause.

7En conclusion, cet ouvrage nous est apparu d’une grande richesse. Il est très original car il intervient sur une thématique que les géographes ont eu tendance à abandonner aux économistes. Il utilise les outils du géographe et cherche à montrer une autre facette de la mondialisation que celle de sa forme monétaire, financière ou boursière. Or, la mondialisation est bien plus globale et de nature géographique. L’auteur s’emploie à pourfendre une série d’idées fausses en posant des questions des plus utiles sur la mondialisation. C’est un ouvrage de synthèse qui permet d’appréhender les principales facettes et les enjeux de la mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Gilles Ardinat, Comprendre la mondialisation en 10 leçons », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2650

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page