Navigation – Plan du site
Articles

Désindustrialisation et sites Seveso : danger partout, risque nulle part ?

Les sites Seveso au cœur de la capitale de la Roumanie
Deindustrialisation and Seveso Sites: Danger everywhere, Risk nowhere? Seveso Sites in the Heart of the Capital of Romania
Samuel Rufat
p. 156-173

Résumés

Après la catastrophe d’AZF à Toulouse en 2001, les débats se sont cristallisés sur l’alternative entre déménager la ville ou fermer les usines. Dans ces conditions, la tendance de fond à la désindustrialisation a pu apparaitre comme une solution de facilité pour résorber le risque industriel. À partir du cas de Bucarest, cet article interroge les effets de la désindustrialisation sur le risque industriel. Bucarest, capitale de la Roumanie de 2 millions d’habitants, accueille 14 sites classés Seveso, dont certains sont implantés à proximité du centre-ville. Depuis le milieu des années 1990, la part de l’emploi industriel y a été divisée par trois et les anciens espaces industriels ont été convertis en centre commerciaux et en bureaux. Mais le risque industriel a-t-il vraiment disparu ? Assiste-ton à une résorption ou à une négation du risque ? Et quel est alors le rôle de la désindustrialisation dans ce maintien à l’arrière-plan de la question du risque industriel ? Ces interrogations nécessitent d’articuler le suivi du cadre législatif et normatif avec une approche de terrain, en confrontant les discours et les pratiques des acteurs, élus, urbanistes, experts et riverains. Cette articulation mobilise des matériaux qualitatifs et quantitatifs, avec une veille de la réglementation, des entretiens qualitatifs auprès des acteurs locaux (25 entretiens), ainsi qu’une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population de Bucarest (625 questionnaires) sur les représentations du risque et de l’environnement. Ils montrent que la désindustrialisation ne favorise pas la mémoire du risque et les compétences nécessaires à l’expertise. Elle semble faire obstacle à l’émergence d’une culture du risque et à la mise en place d’une gouvernance de l’environnement et des risques. La désindustrialisation conduit alors à un curieux consensus parmi les riverains, les urbanistes, les experts et les élus pour faire du risque industriel une injonction extérieure sans réel fondement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Partout en Europe, les rapports alarmistes sur la désindustrialisation des territoires se multiplient (Sénat, 2011 ; ARB, 2010). Cette désindustrialisation serait au cœur des crises environnementales, financières, économiques et sociales, en soutenant les déséquilibres économiques et financiers entre les territoires, en détruisant des emplois de qualité et en accroissant tant les distances de transport que la surexploitation des ressources. Malgré ce tableau pessimiste et la difficulté à trouver des réponses politiques efficaces et coordonnées, la désindustrialisation avait pourtant été envisagée sous un angle positif. Après la catastrophe d’AZF à Toulouse en 2001, la loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels dite « loi Bachelot » avait remis en cause la cohabitation entre tissus urbains et production industrielle. La presse s’était fait l’écho de la nécessité d’éloigner les sites Seveso, ces « bombes », des tissus urbains (Bonnaud et Martinais, 2005). Entre l’accident AZF en 2001 et les décrets d’application de la loi Bachelot en 2005, les débats se sont cristallisés sur l’alternative entre déménager la ville ou fermer les usines (Bonnaud et Martinais, 2008). Dans ces conditions, la tendance de fond à la désindustrialisation est apparue comme une solution : « fort logiquement, la désindustrialisation ne peut que réduire le risque industriel » (Varaschin, 2007 : 197). Faut-il alors se réjouir de la désindustrialisation ? Les « Rencontres de Fos » en juin 2011 ont présenté la désindustrialisation comme une porte de sortie pour la situation de blocage de l’adoption des Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT). D’un autre côté, le rapport du Sénat considère au contraire que « le premier risque industriel d’un pays réside dans la disparition de son industrie » (Sénat, 2011). Par ailleurs, l’antécédent de la crise des années 1930 et du ralentissement de l’activité ne s’est pas traduit par une diminution du risque, mais au contraire par un désintérêt pour les nuisances et les dangers ; c’est d’ailleurs une période d’urbanisation des terrains industriels, avec la construction de logements aux abords des usines les plus dangereuses (Martinais, 2011). La désindustrialisation a-t-elle alors réellement des externalités positives sur le risque industriel ?

2L’Europe centrale et orientale a connu une forte et rapide désindustrialisation après 1989. Alors que l’industrie occupait une part de la main d’œuvre plus importante qu’en Europe occidentale, la restructuration du tissu économique et les changements politiques ont entrainé une chute brutale de la part de l’emploi industriel au cours des années 1990. Malgré l’idée que l’intégration de ces pays entrainait un « exode » industriel des anciens vers les nouveaux pays membres de l’Union européenne, l’apport des relocalisations industrielles n’a depuis pas comblé les réductions de masse salariale liées aux gains de productivité, d’autant plus que les pays d’Europe centrale et orientale ont été à leur tour touchés par les délocalisations (Fontagné et Lorenzi, 2005). Nous avons désormais le recul suffisant pour nous appuyer sur ces territoires de façon à anticiper les possibles effets de la désindustrialisation sur le risque industriel, sa perception et sa gestion territorialisée. Cependant, cette anticipation doit aussi prendre en compte le contexte post-socialiste spécifique aux pays d’Europe centrale et orientale. Les politiques et les pratiques des régimes socialistes conduisaient à une surconsommation d’eau et d’énergie et réduisaient les chances d’une gestion rationnelle des ressources, en entretenant des situations de pénurie, de pollution et de dégradation des milieux (Coudroy de Lille, 2010). Dans les années 1990, après la chute des régimes socialistes, la libération de la parole a permis la dénonciation de ces atteintes graves à l’environnement. La prise de conscience s’est donc faite autour des questions de pollution et de préservation des milieux et des ressources plutôt qu’au travers de l’émergence de la question des risques (Chelcea, 2009). Dans ce contexte postsocialiste, les défis environnementaux sont donc davantage conçus comme un encombrant héritage que comme une conséquence des modes de production contemporains, et la prise en compte des risques s’est surtout faite dans le cadre de l’intégration à l’Union européenne.

3Mais, dans le cas spécifique du risque industriel, la soudaine désindustrialisation des métropoles d’Europe centrale et orientale a pu donner l’impression que ces problèmes allaient comme se résorber d’eux-mêmes. La principale d’entre elles est Bucarest, capitale de 2 millions d’habitants de la Roumanie. Elle accueille encore 14 sites classés Seveso dont certains sont implantés à proximité du centre-ville, à moins d’un kilomètre du Palais présidentiel et du Parlement. Nous avons donc choisi Bucarest comme terrain d’étude des effets de la désindustrialisation sur le risque industriel.

4La désindustrialisation a-t-elle réellement fait disparaître le risque industriel à Bucarest ? Il semble au contraire que les difficultés économiques associées à la désindustrialisation aient conduit à un dangereux sous-investissement sur les sites et à la mise à pied de la main d’œuvre expérimentée, qui était également la seule garante de la mémoire des entreprises. Cette disparition récente d’une partie du tissu industriel vétuste, associée à l’absence de mémoire des accidents et catastrophes industrielles pendant la période socialiste, ne favorisent pas la prise de conscience du risque ni la mise en place de politiques de prévention, d’information et de concertation. De plus, la Roumanie a obtenu une période transitoire jusqu’en 2015 avant l’application du droit européen, en particulier dans les domaines de la gestion du risque et de l’environnement (directives IPPC et Seveso). De ce fait, le risque industriel n’est pas pris en compte dans les documents d’aménagement et d’urbanisme, il ne donne pas lieu à une maîtrise du foncier.

5Quel est alors le rôle de la désindustrialisation dans ce maintien à l’arrière-plan de la question du risque industriel ? Assiste-ton à une résorption ou à une négation du risque ? La présence de sites Seveso dans le centre ville de Bucarest est liée au maintien des anciennes centrales thermiques à cogénération et d’une partie de l’industrie chimique privatisée. Malgré la chute de la part de l’emploi industriel, cette situation conduit à interroger l’absence de politique de maîtrise du foncier en dépit des prévisions du droit européen. D’autant plus que le relatif désintérêt des autorités locales ne semble pas s’accompagner de l’émergence d’un contre-pouvoir et la société civile ne s’est pas non plus saisie de la question. Dans ces conditions, le risque existe-t-il s’il n’a pas de réalité pour les acteurs ? Et comment les riverains s’accommodent-ils de la proximité des sources de danger ?

6Ces interrogations nécessitent le recours à une approche « micro » pour saisir le point de vue des différents acteurs. Les transformations récentes de la gestion du risque doivent donc être analysées non seulement au travers du cadre législatif et normatif, de son organisation et des jeux d’acteurs, mais aussi en interrogeant les discours et les pratiques des acteurs (Gilbert, 2003 ; Gumuchian, 2003). Le terrain révèle une tension entre une situation dangereuse à Bucarest, des outils de gestion des risques peu adaptés et un certain désintérêt des acteurs : malgré le danger, il s’en dégage une apparente négation du risque industriel. Dans un contexte de désindustrialisation et de montée des préoccupations environnementales, cette situation conduit à articuler les mutations du tissu industriel avec l’évolution de la réglementation et à confronter la gouvernance environnementale avec le point de vue des acteurs, élus, experts et riverains (Scarwell, Kergomard et Laganier, 2008). Cette articulation mobilise, dans le cas de Bucarest, des matériaux qualitatifs et quantitatifs, avec une veille de l’évolution législative et réglementaire depuis 1990, des entretiens approfondis avec les élus, les administrations nationales et locales et les experts (25 entretiens), menés en juillet et en août 2007, ainsi qu’une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population de Bucarest de plus de 15 ans (625 questionnaires) sur les représentations du risque et de l’environnement, réalisée en septembre 2007.

1. Désindustrialisation et difficile prise en compte du risque industriel en Roumanie

7Après 1989, la sortie du socialisme a conduit à une désindustrialisation rapide de Bucarest. Les nouvelles autorités sont parvenues à maintenir l’emploi industriel jusqu’en 1995 pour assurer une certaine paix sociale. Puis la désindustrialisation a été rapide après 1995. Et, à partir de 2008, la Roumanie a été à son tour victime de délocalisations (Chelcea, 2009). Depuis la chute du régime socialiste, l’emploi industriel a presque été divisé par trois à Bucarest (figure 1). Cette désindustrialisation s’est accompagnée d’un déclin démographique, la capitale ayant perdu environ 200 000 habitants (10 % de la population totale) au cours de 20 dernières années. Mais le recul de la part de l’emploi industriel est tout aussi frappant : en 1990, l’industrie employait 410 000 personnes à Bucarest (39 % de la population active), puis seulement 180 000 personnes (25 %) en 2000 et désormais 135 000 personnes (15 %) en 2010 (INS, 2011).

Figure 1 : Évolution de l’emploi industriel de 1970 à 2010 à Bucarest

Figure 1 : Évolution de l’emploi industriel de 1970 à 2010 à Bucarest

Source : INS, 2011.

8Avant 1995, l’emprise industrielle représentait près de 20 % de la superficie de la capitale, soit 4 800 ha. Á partir de 2000, de nombreuses friches ont été reconverties et les terrains industriels ne représentent aujourd’hui plus que 3 600 ha, soit une diminution d’un quart de leur emprise foncière (Chelcea, 2009). Ces friches avaient une très bonne desserte, le métro et les deux seules autoroutes du pays ayant été construits pour desservir les plates-formes industrielles. Elles ont donc été rapidement converties en espaces commerciaux, en accueillant les premiers hypermarchés et centres commerciaux du pays. Les anciens espaces industriels plus proches du centre-ville de la capitale ont été convertis en bureaux et de façon très minoritaire en logements collectifs (Rufat et Suditu, 2008).

9En l’absence d’une mémoire des catastrophes industrielles, le risque semble avoir disparu en même temps que l’emploi et les friches industrielles. Comme en France (lois L 87-565 et L 2003-699) ou en Europe (directives dites « Seveso »), la législation sur la gestion du risque s’est étoffée en Roumanie après les catastrophes. Ce fut le cas après le séisme de 1977 (7,2 degrés sur l’échelle de Richter), qui avait mis en évidence l’inadaptation des dispositions décalquées du modèle soviétique, puis à nouveau après le tremblement de terre du 30 mai 1990 (6,9 degrés sur l’échelle de Richter). Mais la réglementation sur le risque industriel n’a été adoptée que sous pression de l’Union européenne (UE), à laquelle la Roumanie a adhéré en janvier 2007.

  • 1 Les directives de la Commission européenne, dites « Seveso », datent de 1982, 1996 et 2003 (82/501/ (...)

10Pourtant, la capitale de la Roumanie est exposée à de nombreux aléas sismiques, hydrologiques et industriels. Bucarest accueille 14 sites classés Seveso1 (figure. 2) sur les 287 sites classés en Roumanie (1 250 sites en France, 8 000 en Europe). L’accident de Mihăileşti, au Nord de Bucarest, le 24 mai 2004 a fait prendre conscience d’un manque de réglementation, de prévention et de culture du risque pour les Transports de Matières Dangereuses (TMD) et le risque industriel en Roumanie. Les pompiers ne connaissaient pas les précautions à prendre lors d’une intervention sur du nitrate d’ammonium ; l’explosion a tué 8 pompiers, 7 curieux et 3 journalistes. En 2008, la presse a par ailleurs révélé que, non seulement du matériel radioactif avait été dérobé à l’Institut de Physique et d’Ingénierie Nucléaire de Măgurele (dans la banlieue Sud de Bucarest), mais qu’en plus il n’avait jamais été tenu de registre du matériel radioactif entreposé. En fait, seule la réglementation européenne prend en compte le risque technologique en Roumanie.

Figure 2 : Les 14 sites Seveso présents jusque dans le centre-ville de Bucarest

Figure 2 : Les 14 sites Seveso présents jusque dans le centre-ville de Bucarest

© Samuel Rufat, 2008.
Sources : PUG 2000, Recensement 2002.

11En Roumanie, la traduction de la Directive Seveso est le seul texte tenant compte des aléas industriels et de l’objectif de maîtrise de l’urbanisation. Mais la portée de la Directive Seveso II a été réduite parce que l’objectif de « ne pas accroître le risque pour les personnes » (96/82/CE, art. 12, al. 1) a été traduit par « de façon à ce que le risque pour la santé de la population n’augmente pas » (HG 95/2003, art. 12, al. 1). La traduction de la Directive Seveso III en a également limité la portée en traduisant les objectifs de « prise en compte du risque dans les politiques d’utilisation des sols » (2003/105/CE, art. 12, al. 1) par « les politiques de développement du territoire prennent en considération les objectifs de prévention des accidents majeurs » (HG 804/2007, art. 13, al. 1). La réglementation européenne a été traduite et non transposée lors du processus d’adhésion à l’UE. En introduisant une nouvelle terminologie et en l’absence de décrets d’application, ces mesures restent isolées dans le droit roumain. En août 2008, un décret d’application de la loi L 350/2001 sur l’aménagement du territoire et l’urbanisme a pourtant posé les prémisses d’une intégration de la gestion du risque aux politiques d’aménagement du territoire et d’urbanisme (OG 27/2008). Cependant, cette disposition reste ambiguë : elle ne confère pas aux cartes d’aléas un statut opposable, elle n’explicite pas comment spatialiser les zones de danger liées aux aléas industriels, ni comment les transformer en servitudes. De plus, ce texte ne prévoit pas de sanction pour faire respecter ces interdictions, faire réaliser les études de danger et asseoir la maîtrise du foncier.

  • 2 « Les rapports de sécurité ne comprennent ni hypothèse ni scénario… lorsque des probabilités sont f (...)
  • 3 « Depuis le 1er janvier 2007 [adhésion à l’UE], les rapports de sécurité doivent être réalisés par (...)

12Les aléas industriels restent très mal connus à Bucarest, malgré la classification « Seveso » de 14 installations. Les pompiers militaires de Bucarest (ISU « Dealu Spirii ») et la Préfecture reconnaissent que les zones d’effets potentiels n’ont pas été évaluées pour ces sites. De fait, les études de danger prévues par les Directives « Seveso » ne comprennent qu’un scénario d’incendie maîtrisé à l’intérieur des installations, ce qui semble en contradiction avec leur classement en « site Seveso ». Ces études de danger ainsi que les « autorisations d’environnement » sont désormais nécessaires au fonctionnement de ces sites (décisions HG 95/2003 et HG 804/2007). En général, les études de danger ne comprennent ni analyse des scénarios, ni estimation des probabilités des accidents et des crises2. De plus, les acteurs reconnaissent le manque de capacité d’expertise qui maintient le faible niveau de connaissance des aléas3. Cette méconnaissance des aléas et leur absence de spatialisation pose problème, tant pour la prévention et la maîtrise de l’urbanisation autour des sites que pour organiser les interventions. Comment gérer le risque s’il est méconnu et aussi peu pris en compte par la réglementation ?

2. Une politique de gestion centrée sur la sismicité au détriment du risque industriel

13Dans le contexte de désindustrialisation, la politique de gestion des risques semble avoir maintenu les pratiques héritées qui étaient centrées sur l’intervention en cas de crise et qui accordaient la priorité à la sismicité. Avant 1989, la gestion du risque se résumait en Roumanie à la planification d’opérations par les militaires pour faire face aux situations de crises (civiles et militaires). En 1994, les nouvelles autorités ont créé la Protection Civile puis, à partir de 2000, elles ont démilitarisé la gestion des crises. Un volet de prévention a ensuite été introduit en Roumanie avec l’accord de coopération avec la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD). En 2004, la loi a instauré un objectif de « diminution du risque de catastrophe naturelle et de formation aux situations de crise » (L 44/2004) alors qu’auparavant la seule politique de prévention était le projet de consolidation des bâtiments endommagés par les séismes. Ces changements institutionnels ont nécessité un élargissement des missions des acteurs de la gestion des risques et un recours accru à l’expertise, en particulier pour le risque industriel.

14L’approche structurée de l’analyse du risque repose sur trois éléments : l’évaluation du risque par des experts, la gestion du risque par les décideurs et les acteurs institutionnels et enfin la communication du risque (Chevassus-au-Louis, 2007). Ces changements institutionnels auraient donc dû faciliter l’émergence d’une gouvernance de l’environnement et de la gestion des risques (Merad, 2010). Mais les héritages du régime socialiste (Carrière, 2004) et la pression internationale sous laquelle ont été adoptés ces changements (Coman et Dobre, 2005) ont créé une tension entre ces nouvelles missions et l’expérience et les compétences disponibles en Roumanie. Dans ces conditions, l’incertitude liée au risque est reportée sur la figure de l’expert dans le modèle technocratique de décision publique, même si la mise en avant de l’expertise semble souvent se substituer à la mise en place d’une gouvernance de l’environnement et des risques (Delmas, 2011). Au-delà des changements réglementaires, il importe donc de se pencher sur les réorganisations des acteurs et sur le rôle de l’expertise : le risque existe-t-il encore s’il est ignoré, nié ou minimisé par les acteurs et les experts ? En fait, les acteurs institutionnels et les experts semblent s’être appuyés sur le contexte de désindustrialisation pour maintenir des pratiques héritées et nier ou bien mettre à distance le risque industriel.

2.1. La réforme de 2004 et le recentrage sur les « situations d’urgence »

15En avril 2004, le Gouvernement a transformé la gestion du risque avec la mise en place d’un Système National de Gestion des Situations d’Urgence (OUG 21/2004, L 15/2005). La Protection Civile et les Pompiers Militaires ont été regroupés au sein de l’Inspectorat Général pour les Situations d’Urgence (IGSU) et des Inspectorats pour les Situations d’Urgence (ISU) au niveau départemental. Á Bucarest, qui est aussi un département, le siège du Commandement de la Brigade des Pompiers Militaires a été transformé en Inspectorat pour les Situations d’Urgence « Dealu Spirii ». Le principal changement a résulté de l’intégration des différents corps et services ainsi que l’élargissement de leurs compétences à l’ensemble des aléas. Cette réforme de 2004 a donné des prérogatives aux maires, à la fois au niveau de la capitale (département) et des arrondissements (local). Á Bucarest, la gestion du risque reste organisée autour du préfet qui préside la Commission de la Municipalité de Bucarest pour les Situations d’Urgence (CMBSU).

16Cette organisation soulève plusieurs questions sur la gestion des risques à Bucarest. D’abord, il semble que le rôle central du préfet conduise à une gestion centralisée, laissant peu de marge de manœuvre aux acteurs locaux. Ensuite, elle parait être orientée surtout vers l’intervention en cas de crise, puisque la réforme de 2004 a recentré les gestionnaires sur les « situations d’urgence ». Cette approche pourrait privilégier le maintien des pratiques héritées de l’ancien régime socialiste, de procédures standardisées et la perception du risque comme une fatalité, au détriment d’une anticipation de la crise et de la recherche des possibilités de prévention et de réduction du risque en s’appuyant sur les politiques d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Ce qui conduit à interroger les pratiques de gestion et les perceptions des acteurs au-delà des textes normatifs.

2.2 Une gestion du risque ou une gestion de la crise ?

  • 4 Ce général de brigade est l’ancien commandant en chef des Pompiers Militaires de Roumanie, entretie (...)

17Pour l’Inspecteur Général de l’IGSU (niveau national), la principale conséquence de la réforme de 2004 est l’extension du champ de compétence des pompiers4 : ils étaient chargés presque exclusivement de la protection contre les incendies, ce qui aujourd’hui ne représente plus, à ses dires, qu’un tiers des activités des ISU (niveau départemental). La réunion des 18 000 Pompiers Militaires et des 2 000 agents de la Protection Civile au sein des ISU s’est traduite par l’absorption d’un corps par l’autre : plus que la création d’un nouveau service, il s’agit de l’extension du domaine de compétence des Pompiers Militaires des incendies à l’ensemble des catastrophes et des crises, à l’exception des conflits militaires. Ce récent élargissement des missions des pompiers, associé à la faible prise en compte du risque industriel dans la réglementation, ne favorise pas l’émergence d’une politique cohérente de gestion du risque.

  • 5 « Nous informons la population en la faisant participer aux exercices et aux simulations, c’est une (...)
  • 6 Entretiens avec l’expert détaché de l’ADEME en Roumanie du 26 juillet 2007 à Bucarest, avec la Dire (...)
  • 7 Entretiens avec le Secrétaire Général de la Préfecture du 5 juin 2007 et avec le sous préfet du 7 a (...)
  • 8 Entretiens avec la Directrice de l’ARPM Bucarest du 3 août 2007, avec le Chef du cabinet du Secteur (...)
  • 9 « Nous ne pouvons rien faire d’autre que d’appliquer les directives qui viennent de la Préfecture o (...)

18L’IGSU est aussi chargé de missions de gestion du risque et de prévention. Mais c’est comme si après 1989 le mot « planification » était devenu tabou et qu’il avait été simplement remplacé par « prévention », tout comme « catastrophe » ou « désastre » semblent avoir été remplacés par l’emploi de « risque ». Ces ambiguïtés terminologiques traduisent aussi le maintien des pratiques héritées. Ainsi, la principale activité de « prévention » à l’ISU de Bucarest consiste à rédiger les plans de protection, d’intervention et d’urgence externe ainsi qu’à réaliser régulièrement des exercices et des simulations. Ces exercices ont longtemps été perçus comme la meilleure façon d’informer et de « former » la population, surtout lorsqu’ils étaient réalisés dans les établissements d’enseignement5. L’Agence Régionale de Protection de l’Environnement (ARPM) de Bucarest est également chargée d’une mission de prévention qui consiste à approuver les « rapports de sécurité » et à délivrer les « autorisations d’environnement », mais il manque les capacités d’expertise et de contrôle6. Pour la Préfecture de Bucarest, la « prévention » représente un quart de ses activités de gestion du risque ; elle consiste à centraliser les données, planifier les interventions et coordonner la chaîne de commandement de la CMBSU7. Les urbanistes et les élus locaux que nous avons rencontrés ont des positions un peu différentes mais qui traduisent ces mêmes attitudes : certains affirment que la prévention « c’est le respect des normes, des lois et des documents d’urbanisme », les autres qu’en « temps normal, la prévention consiste à planifier les interventions en cas de crise ». Le rôle dévolu aux autorités locales est surtout un rôle d’exécutant : elles doivent fournir les informations, appliquer les directives et financer les décisions8. Les acteurs nationaux considèrent l’ensemble des acteurs locaux comme des exécutants. En retour, les acteurs locaux se sentent dépourvus de toute marge de manœuvre, mais aussi de toutes responsabilités, puisqu’ils doivent se contenter d’appliquer « les directives venues d’en haut9 ». Cette structure très hiérarchisée et la rigidité des chaînes de commandement expliquent la standardisation de la gestion du risque et des documents produits. Les rapports, plans de protection et d’intervention sont commandés au niveau national, sans tenir compte des réalités du terrain. Les textes prévoient bien les titres des rubriques que doivent comprendre ces rapports et ces plans mais n’en décrivent ni le contenu attendu, ni les méthodologies. Il en découle une standardisation, une organisation centralisée et une focalisation sur l’intervention. Elles traduisent les héritages et le maintien des pratiques de l’ancien régime, mais elles ont aussi été renforcées récemment.

  • 10 « La directive Seveso, c’est le plus grand désordre ! Elle a pratiquement été traduite mot à mot, s (...)
  • 11 « La nouvelle législation a été adoptée très vite, sans créer le background, la culture du risque e (...)

19La réforme de 2004 et l’intégration de l’acquis communautaire ont renforcé les tendances de centralisation et de standardisation d’une gestion du risque centrée sur l’intervention a posteriori. La réforme de 2004 a mis l’accent sur l’intervention en cas de crise, elle a confirmé l’idée que la prévention est d’abord la planification des interventions. Ensuite, l’extension soudaine du domaine de compétence des pompiers et la chaîne de commandement très hiérarchisée favorisent la mise en place de réponses et de plans standardisés. Enfin, la traduction rapide de l’acquis communautaire, en particulier des Directives Seveso, et non leur transposition dans le droit roumain, a conduit à l’élaboration d’un cadre normatif trop large et trop général10. Il manque en Roumanie l’expertise nécessaire à l’application de l’acquis communautaire11 et le manque de règlementations spécifiques conduit à transformer les études de danger en un simple canevas théorique. En définitive, les évolutions récentes favorisent le maintien des pratiques de l’ancien régime socialiste.

  • 12 Entretien du 7 juin 2007 avec l’Inspecteur Général de l’IGSU.
  • 13 Avant 1989, l’assurance des logements était obligatoire. Cette disposition a été abrogée en 2005 et (...)

20Pourtant, certains programmes de prévention se sont lentement mis en place ces dernières années. Ils sont centrés sur l’information du public et la consolidation des bâtiments les plus endommagés ou les moins résistants. En 2004, la Roumanie a bénéficié d’un prêt non remboursable de la BIRD pour un « projet de diminution des risques en cas de catastrophe naturelle et préparation pour les situations d’urgence ». Les objectifs pour la période 2005-2009 étaient de consolider la prévention du risque (information du public et système d’assurance), de réduire le risque sismique (consolider les bâtiments) et de réduire le risque d’inondation (nouveaux aménagements). Au cours de l’hiver 2006-2007, près de 5 millions d’affiches, 2 millions de brochures et plus d’un million de jeux éducatifs ont été distribués. Ces documents ont été accompagnés d’une campagne de huit semaines dans les médias ; l’IGSU estime avoir touché entre 75 % et 90 % de la population urbaine12. Á Bucarest, cette campagne a été centrée sur la sismicité et la consolidation de bâtiments puis poursuivie avec les commémorations du séisme de mars 1977. Plus que l’information du public, cette campagne a donné l’impression de chercher à responsabiliser les Bucarestois, à les inciter à s’assurer13 et à les sommer de consolider leurs logements. L’actualité récente témoigne donc de la lente mise en place des outils et des programmes qui font le plus défaut à la gestion du risque en Roumanie. Toutefois, la concentration des efforts sur la sismicité semble se faire au détriment des autres aléas, et en particulier du risque industriel pourtant présent au cœur de la capitale.

2.3. De la désindustrialisation à la négation du risque industriel

  • 14 Mairie du Secteur 6, entretien du 23 juillet 2007.

21Ce désintérêt pour le risque industriel, son évaluation, sa prise en compte et sa gestion est pour le moins surprenante, alors que Bucarest accueille toujours des sites classés « Seveso ». Il ne s’explique pas uniquement par les réformes en cours, le manque d’expertise, de réglementation et la concentration sur la sismicité. En effet, pour la majeure partie des acteurs que nous avons rencontrés, le risque industriel est tout simplement inexistant ou en cours d’extinction : « L’industrie a été extirpée de Bucarest, il n’y a plus de risque14 ! »

  • 15 « Les accidents chimiques ne sont pas un risque à Bucarest, non, c’est fini tout ça… », Mairie Géné (...)

22Deux arguments sont avancés, qui montrent que la méconnaissance du risque industriel découle de sa négation pure et simple. Les élus soulignent la désindustrialisation de Bucarest avant 1989 et les mutations du foncier qu’elle a engendrées ; ils en concluent que le risque a disparu ou que la spéculation immobilière est sur le point de l’éradiquer15. Les responsables des Agences de Protection de l’Environnement avancent un autre argument : même lorsque l’industrie chimique était puissante en Roumanie, avant 1989, ils n’ont recensé aucun accident et encore moins d’attestation d’une catastrophe ; ils en concluent que le niveau d’expertise et de contrôle des processus et des installations était performant ou que les niveaux de risque étaient faibles. Ils ajoutent qu’avec les transferts de technologie et la désindustrialisation, le niveau de risque, déjà faible, ne peut qu’avoir diminué, ce qui explique qu’il ne soit pas une préoccupation majeure à Bucarest. Élus, urbanistes et techniciens affirment donc que le risque est négligeable. Ils anticipent sur un avenir plus ou moins proche où l’industrie aura disparu de la capitale ; pour eux, il suffit donc d’attendre cet horizon sans trop se soucier du risque.

  • 16 Au cours des entretiens et de l’enquête auprès des habitants de Bucarest, trois accidents graves on (...)
  • 17 « Avant 1989, tout était réglementé. Maintenant on applique juste la législation générale : il n’ex (...)

23Mais si les aléas sont insignifiants, comment expliquer que 14 installations aient été classées « site Seveso » à Bucarest ? Cette négation du risque industriel témoigne en fait d’une situation assez préoccupante. Certains des experts et des industriels que nous avons pu rencontrer se souviennent, eux, d’au moins un accident à Bucarest16 et tranchent avec l’optimisme ambiant. On peut au contraire estimer que le niveau de danger a augmenté depuis 1990. D’abord, les licenciements de la période de récession ont conduit à une diminution du niveau d’expérience des employés puisque les plus âgés ont été les premiers touchés. Ensuite, la précarisation de la main d’œuvre s’est traduite par une vigilance moindre. Enfin, la réglementation est devenue moins exigeante17. Par ailleurs, les aléas sismiques sont un enjeu majeur pour Bucarest et, en cas de séisme, seules les installations les plus récentes sont dotées de systèmes de sécurité pour éviter une amplification de la catastrophe par « effets domino ».

  • 18 « En général, il n’existe plus l’analyse primaire du risque, celle qui doit être réalisée lors de l (...)

24Ces sites classés « Seveso » ne sont-ils en définitive qu’une lubie imposée aux acteurs locaux par les institutions européennes ? Il semble exister un accord des experts et des élus pour nier le risque industriel à Bucarest, malgré les pressions internationales. La traduction des réglementations européennes sans lien avec le droit roumain indique par ailleurs une certaine inertie qui pourrait traduire des résistances à ces pressions. La désindustrialisation rend difficile le travail de mémoire du risque industriel et les services d’intervention méconnaissent tant l’historique des accidents que les niveaux actuels de danger à défaut de mise en place de formations et de politiques publiques volontaristes. Mais c’est surtout le rôle des experts, et notamment leur difficulté à acquérir de nouvelles compétences et à évaluer le risque industriel18, qui fait obstacle à l’émergence d’une culture du risque. Plus qu’un outil d’aide à la décision, l’expertise est une pratique révélatrice des évolutions contemporaines de notre société, un instrument de justification des politiques publiques souvent à rebours des nouvelles exigences démocratiques (Delmas, 2011). Dans le contexte de désindustrialisation, l’expertise semble faciliter la négation du risque et justifier le maintien de pratiques héritées qui font obstacle à l’acquisition de nouvelles compétences et à l’émergence d’une gouvernance de l’environnement et des risques.

3. La négation du risque, un mécanisme de défense des habitants

25Le risque industriel est donc un aléa méconnu, difficile à évaluer et nié par les autorités publiques, à tel point qu’il semble plus judicieux de le considérer comme un danger refoulé par l’expertise que comme un risque. La désindustrialisation semble faire obstacle aux deux principes primordiaux de la gestion du risque : le degré de certitude concernant l’existence du risque et l’estimation de la sévérité du risque qui conduisent à définir les réponses adéquates et, en particulier, la mise en place de politiques de prévention (Chevassus-au-Louis, 2007). Mais un risque méconnu des experts et des services d’intervention est-il encore un risque ? Cela conduit à interroger la place des habitants et des savoirs profanes face à cette négation du risque par les discours experts et à la difficile émergence d’une gouvernance de l’environnement et des risques. Les habitants ont-ils une mémoire des catastrophes industrielles, une culture du risque, et comment s’accommodent-ils de la proximité des sources de danger dans ce contexte de désindustrialisation ?

26En fait, les représentations du risque des habitants de Bucarest semblent surtout polarisées par la sismicité et le quotidien. L’analyse de ces représentations repose sur une enquête réalisée en septembre 2007 sur un échantillon de 625 personnes représentatives socialement et spatialement de la population de Bucarest de plus de 15 ans, selon la méthode des quotas, avec une stratification en 20 quartiers de résidence, selon le dernier recensement de la population (2002). Les définitions du risque exprimées se focalisent sur la sismicité, la pollution, la circulation et la criminalité (figure.3). La mémoire des catastrophes est profondément marquée par le séisme du 4 mars 1977 qui est cité par plus de la moitié des répondants. Même lorsque la mémoire des dates est défaillante, c’est bien un séisme qui est cité à près de 70 % alors que les inondations, bien plus fréquentes, et les accidents industriels ne sont évoqués que de façon très minoritaire. L’appréciation des avantages du quartier de résidence par les répondants se concentre sur le calme, l’environnement ou la sécurité. Ces réponses traduisent en partie la définition du risque comme conjonction d’un aléa (ici sismique) et d’une vulnérabilité (environnement, quotidien).

27Malgré cette mémoire des catastrophes et cette apparente culture du risque, les habitants de Bucarest ne semblent pas inquiets (figure.4). Une très faible minorité déclare avoir assuré son logement (10 à 16 % avec un niveau de confiance de 98 %) et moins d’un tiers (niveau de confiance de 98 %) se dit prêt à déménager pour un quartier moins exposé au risque.

Figure 3 : Définition du risque et mémoire des catastrophes des 625 personnes de l’échantillon

Figure 3 : Définition du risque et mémoire des catastrophes des 625 personnes de l’échantillon

28Par ailleurs, la désindustrialisation, la perte d’emploi et le chômage ne sont cités que par une très faible minorité des répondants (1,5 % soit le même taux de réponse que pour les chiens errants et à peine plus que pour les tsiganes, gens du voyage et vagabonds).

Figure 4 : Un très faible niveau d’assurance et peu de comportements de fuite

Figure 4 : Un très faible niveau d’assurance et peu de comportements de fuite

29On peut en conclure que la mémoire entretenue du tremblement de terre de 1977 n’incite pas les Bucarestois à se prémunir en s’assurant et que la proximité des sites classés « Seveso » ne les angoisse pas au point de les pousser à déménager.

Figure 5 : Un risque déclaré croissant, mais surtout chez les voisins

Figure 5 : Un risque déclaré croissant, mais surtout chez les voisins

30Alors que c’est le séisme de 1977 qui occupe toutes les mémoires, les deux tiers des répondants estiment que le niveau de risque a augmenté depuis 1989 (figure 5). Les deux tiers déclarent par ailleurs que leur quartier est moins dangereux que le reste de la capitale. L’apparente désinvolture des habitants de Bucarest pourrait s’expliquer par la vérification des deux principales hypothèses du champ des représentations du risque : le rôle ambigu de la mémoire (Burton, 1978 ; Borraz, 2005) et la tendance face aux menaces et à l’incertitude à repousser le risque sur les « autres » (Douglas, 1985 ; Joffe, 1999).

Figure 6 : Des accidents industriels jugés bien moins menaçants que les séismes

Figure 6 : Des accidents industriels jugés bien moins menaçants que les séismes

31Les jugements sur les accidents industriels et les séismes vérifient ces deux hypothèses (figure 6) : l’importance accordée à un risque peut être plus fonction du dernier élément traumatisant, en l’occurrence le séisme de 1977, que de sa fréquence estimée (Finkel, 2008 ; Sjöberg, 2008) ; le risque est repoussé vers un ailleurs dans le temps (avant 1989) et dans l’espace (les « autres »). Mais les accidents industriels, malgré ces similitudes, sont appréciés de façon bien différente par les habitants de Bucarest : plus qu’un risque, ils apparaissent comme un danger sous contrôle, prévisible et très peu fréquent, ce qui explique que les répondants n’y accordent qu’une faible importance.

32La comparaison entre l’importance accordée par les répondants à 12 phénomènes et accidents différents avec la fréquence estimée des catastrophes montre l’existence d’un lien entre ces deux caractéristiques (figure 7). Les accidents industriels se détachent, ils sont considérés de loin comme les moins menaçants.

Figure 7 : Estimations moyennes pour 12 phénomènes et accidents

Figure 7 : Estimations moyennes pour 12 phénomènes et accidents

33Les réponses montrent également un lien entre les niveaux estimés de prévision et de contrôle. Alors que les secousses sismiques semblent du côté de la fatalité, les pollutions, le manque d’espaces verts, les canalisations (assainissement) et les activités industrielles sont considérés comme des menaces dépendant des choix des sociétés. Ce dernier groupe correspond aux phénomènes qui apparaissent plus comme des dangers prévisibles et contrôlables que comme exposant à un risque. Les accidents liés aux conduites de gaz et les incendies sont tenus pour peu prévisibles et contrôlables, ce qui confirme que la différence d’appréciation entre ces 12 phénomènes n’est pas leur contenu technologique, séparant les séismes de la pollution par exemple, mais leur dimension probabiliste, qui distingue le risque du danger.

34Contrairement au modèle opposant les représentations des experts et des riverains (Mythen, 2006 ; Slovic, 2010 ; Taylor-Gooby, 2006 ; Wilkinson, 2001), les jugements des habitants de Bucarest révèlent une surprenante convergence avec ceux des urbanistes, des experts et des élus. Dans le contexte de désindustrialisation, il semble donc se dégager à Bucarest un large consensus pour nier le risque industriel ou en faire un danger sous contrôle. L’ensemble des acteurs et des riverains estime que le risque a diminué, voire presque disparu, après 1989 du fait de la désindustrialisation de la capitale.

35Ces liens entre, d’une part, importance accordée et fréquence des phénomènes, d’autre part, leurs niveaux estimés de prévision et de contrôle, corroborent le paradigme psychométrique (Slovic, 2000) : les représentations profanes semblent à l’opposé de la courbe de Farmer définie par les discours experts (Merad, 2010). L’analyse des réponses moyennes permet de distinguer ce qui semble être considéré comme un risque de ce qui relève du danger, et elle met en valeur le « biais optimiste » (Cutter, 2006 ; Gilbert, 2003) ou la « dissonance cognitive » (Schoeneich, 1998), la tendance des répondant à sous-évaluer le niveau de risque de leur propre quartier, de leur quotidien, en les reportant sur le reste de la société, des temporalités et des territoires moins familiers. Toutefois, l’ensemble de ces analyses n’explique qu’un tiers de la variance totale de l’enquête et ne permet pas de saisir l’influence de la proximité des sources de danger.

Figure 8 : Synthèse des représentations « mesurées » pour les 12 phénomènes

Figure 8 : Synthèse des représentations « mesurées » pour les 12 phénomènes

36Une analyse multivariée (ACM) des réponses révèle une opposition entre les quartiers où les habitants accordent une plus grande importance au risque industriel et ceux où il est accepté ou minoré (figure 9). Par ailleurs, elle fait apparaître un lien entre, d’une part, l’importance accordée aux accidents industriels et à la pollution du sol, d’autre part entre l’importance accordée aux séismes et une moindre exposition aux accidents industriels. Ces liens confirment que la désindustrialisation et la dynamique récente de requalification des friches industrielles facilitent la négation du risque et que la sismicité repousse le risque industriel à l’arrière-plan.

Figure 9 : Les 14 sites classés « Seveso » et l’importance accordée au risque industriel

Figure 9 : Les 14 sites classés « Seveso » et l’importance accordée au risque industriel

37Ce sont les répondants de l’ouest et du sud de la capitale qui ont accordé la plus forte importance au risque industriel (figure 9). Le découpage en 20 quartiers ne permet pas une précision fine autour des 14 sites classés Seveso, mais il apparaît que ce sont en général les habitants les plus proches des sources de risque et de pollutions industrielles qui leur accordent la plus faible importance. Cette spatialisation s’appuie sur la stratification de l’échantillon en 20 quartiers d’environ 100 000 habitants et de composition sociale et démographique le plus homogène possible. Elle est confirmée par un test de Mantel-Haenszel : le quartier de résidence a un pouvoir explicatif bien plus important que les variables sociodémographiques, la polarisation des réponses est donc d’abord territoriale. La spatialisation du premier axe factoriel issu des réponses à l’enquête révèle ainsi une propension à « nier » le risque. Cette négation du risque conduit en particulier les plus exposés à accorder le moins d’importance au risque industriel. Cet apparent paradoxe confirme que la « négation » du risque est un mécanisme de défense : il ne s’agit pas d’un oubli, puisque nous avons vu que le danger est repoussé vers un « ailleurs » ou sur les « autres », mais d’une tentative de protection symbolique et de distanciation (Joffe, 1999 ; Lupton, 1999) ou d’apprivoiser une situation dont les habitants se sentent captifs. Ce mécanisme de défense peut être tout autant contreproductif que la censure de l’ancien régime, parce qu’elle semble avoir elle aussi engendré un « oubli » des accidents industriels. En effet, au lieu de permettre de revenir sur cette « censure » et d’effectuer un travail de mémoire, ces mécanismes de défense semblent favoriser un consensus pour nier le risque industriel. Il conduit à maintenir les accidents dans l’oubli et à masquer l’un des enjeux majeurs de la gestion du risque à Bucarest. Ce qui explique que les habitants ne cherchent pas à s’en prémunir ou à s’en protéger, tout comme les acteurs locaux ne cherchent pas à connaître le risque ni à le gérer.

Conclusion

38La désindustrialisation ne favorise pas la mémoire du risque et le maintien ou l’acquisition des compétences nécessaires à l’expertise. Elle semble se transformer en un obstacle à l’émergence d’une culture du risque et à la mise en place d’une gouvernance de l’environnement et des risques. Ce qui conduit les acteurs à considérer le risque industriel plus comme une pression extérieure, qu’il s’agisse de réglementation européenne ou d’assurance, que comme une réalité affectant leur quotidien et leurs territoires. Dans le contexte de désindustrialisation, il semble se dégager un consensus parmi les riverains, les urbanistes, les experts et les élus pour faire du risque industriel une injonction sans réel fondement. En effet, l’articulation entre ces trois cadres d’analyse, la réglementation, l’expertise et les représentations des habitants, indique une surprenante convergence entre les points de vue des élus, des experts et des riverains : sur la définition du risque, sur la mémoire des catastrophes, sur la négation ou la minoration du risque industriel. Á l’inverse du modèle opposant les jugements des experts et des habitants sur le risque, le cas de Bucarest suggère qu’un consensus peut se dégager, ce qui nécessite de revenir aux premiers travaux des géographes sur le risque, qui se penchaient sur le lien entre représentation et action, en donnant le même poids à la parole de tous les acteurs (Burton, 1978). Cette négation du risque industriel est un mécanisme de défense : face à une situation trop critique pour être surmontée à court terme, les acteurs locaux préfèrent feindre l’ignorance et les habitants penser qu’il s’agit d’un simple danger sous contrôle. Mais ce mécanisme de défense conduit à une déresponsabilisation : puisqu’ils minorent le risque, les riverains ne s’assurent pas et n’envisagent pas de déménager pour s’y soustraire, les administrations se reposent sur les pratiques héritées et une réglementation insuffisante, tandis que les élus tentent de se convaincre que la désindustrialisation « résoudra » le problème. L’explosion d’un camion de nitrate d’ammonium en mai 2004 n’a pas servi de déclencheur. Dans le cas de Bucarest, cette situation est aussi aggravée par la mémoire entretenue du séisme de mars 1977, qui canalise tous les efforts de prévention et de gestion du risque. Par ailleurs, la poursuite de l’auto-construction et de la spéculation foncière, souvent à la marge de la légalité, ne favorise pas l’émergence de politiques ambitieuses. Mais la sismicité pose aussi le problème des accidents industriels par effet domino, alors que ce sujet apparaît comme refoulé par les habitants, mais aussi par les experts et les acteurs institutionnels de la gestion du risque. Le cas de Bucarest est lié au contexte de sortie du socialisme et de difficile émergence des compétences en environnement et en gestion des risques industriels. Mais la convergence en France entre diminution de la part de l’emploi industriel, restrictions budgétaires et importants départs à la retraite laisse penser que la désindustrialisation pourrait également s’y accompagner d’une perte de compétences et déboucher sur une mise à distance de la mémoire des risques, voir une négation du risque, en donnant à nouveau la fausse impression que tous les dangers sont sous contrôle ou en voie de résorption. Loin d’apparaître comme une solution, qui de toute façon serait une solution de facilité, la désindustrialisation doit au contraire conduire à redoubler d’attention et à renforcer les politiques de protection et de prévention, ainsi que les instruments de communication en faveur des riverains.

Haut de page

Bibliographie

Académie Royale de Belgique (ARB), 2010, La désindustrialisation de l’Europe. Nous n’avons plus de temps à perdre ! Bruxelles : Rapport de l’Académie Royale de Belgique, 38 p.

Bonnaud L., Martinais E., 2005, Des usines à la campagne aux villes industrielles. La cohabitation ville/industrie à travers l’histoire du droit des établissements classés, Développement Durable et Territoires, Dossier n° 4 : La ville et l’enjeu du développement durable.

Bonnaud L., Martinais E., 2008, Les leçons d’AZF. Chronique d’une loi sur les risques industriels, Paris : La Documentation Française, 159 p.

Borraz O., Gilbert C., Joly P.-B., 2005, Risques, crises et incertitudes : pour une analyse critique, Grenoble : Publications de la MSH-Alpes, 257 p.

Burton I., Kates R., White G., 1978, The Environment as Hazard, New York: Oxford University Press, 240 p.

Celcea L., 2009, Bucuresti postindustrial. Memorie, dezindustrializare si regenerare urbana, Bucarest : Polirom, 456 p.

Chevassus-Au-Louis B., 2007, L’analyse des risques. L’expert, le décideur et le citoyen, Paris : Quae éditions, 96 p.

Coman R., Dobre A.-M., 2005, Romania si integrarea europeana. La Roumanie et l’intégration européenne, Iasi : Editions Institutul european, 259 p.

Coudroy De Lille L., 2010, Les conditions de production d’une problématique du risque en contexte de transformation structurelle : le cas des villes post-socialistes, Risques et territoires. Interroger et comprendre la dimension locale de quelques risques contemporains, Coanus T., Comby J., Duchêne F. et Martinais E. (dir.), Paris : Lavoisier, pp. 204-218.

Cutter S. (ed), 2006, Hazards, Vulnerability and Environmental Justice, London: Earthscan, 418 p.

Delmas C., 2011, Sociologie politique de l'expertise, Paris : La Découverte, 128 p.

Douglas M., 1985, Risk Acceptability According to the Social Science, London: Routledge, 114 p.

Finkel A., 2008, Perceiving Others’ Perceptions of Risk. Still a task for Sisyphus, Annals of the New York Academy of Science, vol. 1128, pp. 121-137.

Fontagné L., Lorenzi J.-H., 2005, Désindustrialisation et délocalisations, Paris : Conseil d'Analyse Économique, 127 p.

Gilbert C. (dir), 2003, Risques collectifs. Apports de la recherche en sciences humaines et sociales, Paris : L’Harmattan, 340 p.

Gumuchian H., Grasset E., Lajarge R., Roux E., 2003, Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris : Anthropos, 185 p.

Joffe H., 1999, Risk and ‘The Other’, New York: Cambridge University Press, 175 p.

Kasperson R., Pidgeon N., Slovic P. (eds), 2003, The Social Amplification of Risk, New York: Cambridge Univesrity Press, 464 p.

Kasperson J., Kasperson R., 2005, The Social Contours of Risk. Volume I – Publics, risk communication and the social amplification of risk, London: Earthscan Publications Ltd., 376 p

Lupton D. (ed), 1999, Risk and Sociocultural Theory. New Directions and Perspectives, New York: Cambridge University Press, 201 p.

Martinais E., 2011, L’emprise du risque sur les espaces industriels, Habiter les territoires à risques, November V. (dir), Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes, pp. 101-119.

Merad M., 2010, Aide à la décision et expertise en gestion des risques, Paris : Lavoisier, 268 p.

Mythen G., Walklate S. (eds), 2006, Beyond the Risk Society. Critical Reflections on Risk and Human Society, Maidenhead: Open University Press, 272 p.

Rufat S., Suditu B., 2008, Bucarest, faire la ville entre héritages et mimétisme, L’Espace Géographique, n° 4, pp. 327-337.

Schoeneich P., Busset-Henchoz M.-C., 1998, La dissonance cognitive : facteur explicatif de l’accoutumance au risque, Revue de Géographie Alpine, vol. 86, n° 2, pp. 53-62.

Scarwell H.-J., Kergomard C., Laganier R., 2008, Environnement et gouvernance des territoires, Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 388 p.

Sénat, 2011, Rapport d´information de la mission d’information sur la désindustrialisation des territoires, Paris : Rapport du Sénat n° 403, 342 p.

Sjöberg L., 2008, Antagonism, trust and perceived risk, Risk Management, n° 10, pp. 32-55.

Slovic P. (ed), 2010, The Feeling of Risk. New Perspectives on Risk Perception, Londres, Earthscan Publications, 473 p. 

Slovic P. (ed), 2000, The Perception of Risk, London: Earthscan Publications, 473 p. 

Taylor-Gooby P., Zinn J. (eds), 2006, Risk in Social Science, New York: Oxford University Press, 306 p.

Varaschin D., 2007, Risques et prise de risque dans les sociétés industrielles, Bern : Peter Lang, 218 p.

Wilkinson I, 2001, Social Theories of Risk Perception: At Once Indispensable and Insufficient, Current Sociology, vol. 49, n° 1, pp. 20-21.

Haut de page

Notes

1 Les directives de la Commission européenne, dites « Seveso », datent de 1982, 1996 et 2003 (82/501/CEE 96/82/CE, 2003/105/CE). Seveso est une ville de Lombardie, la catastrophe qui s’y est déroulé en 1976, avec la dispersion d’un nuage de dioxine, a incité les gouvernements européens à se doter d’une politique commune de prévention des accidents industriels.

2 « Les rapports de sécurité ne comprennent ni hypothèse ni scénario… lorsque des probabilités sont fournies, elles sortent tout simplement du chapeau », expert détaché de l’ADEME en Roumanie, entretien du 26 juillet 2007 à Bucarest.

3 « Depuis le 1er janvier 2007 [adhésion à l’UE], les rapports de sécurité doivent être réalisés par des experts accrédités, mais comme il n’en existe pas encore, n’importe quel expert en environnement peut les réaliser (…) Chacune de nos études est meilleure que la précédente, mais c’est la prochaine génération qui deviendra spécialiste », Directrice de la Protection de l’Environnement, Iprochim SA, entretien du 7 août 2007.

4 Ce général de brigade est l’ancien commandant en chef des Pompiers Militaires de Roumanie, entretien du 7 juillet 2007 à Bucarest.

5 « Nous informons la population en la faisant participer aux exercices et aux simulations, c’est une forme d’éducation des citoyens (…) Nous avons aussi un programme sur les séismes et les incendies avec un théâtre pour les enfants en maternelle », Inspecteur Général de l’IGSU, entretien du 7 juillet 2007.

6 Entretiens avec l’expert détaché de l’ADEME en Roumanie du 26 juillet 2007 à Bucarest, avec la Directrice de la Protection de l’Environnement de Iprochim SA du 7 août 2007 et avec la responsable du service des autorisations des installations classées de l’ARPM de Bucarest du 31 juillet 2007.

7 Entretiens avec le Secrétaire Général de la Préfecture du 5 juin 2007 et avec le sous préfet du 7 août 2007.

8 Entretiens avec la Directrice de l’ARPM Bucarest du 3 août 2007, avec le Chef du cabinet du Secteur 1 du 8 juin 2007 et avec le Maire adjoint du Secteur 3 du 3 août 2007.

9 « Nous ne pouvons rien faire d’autre que d’appliquer les directives qui viennent de la Préfecture ou de la Mairie Générale… nous essayons de les corriger lorsque nous voyons qu’elles ne sont pas bonnes, mais elles sont conçues plus haut… il faut toujours leur faire croire que c’est eux qui ont eut l’idée, sinon ils n’en veulent pas ! » Conseiller du maire du Secteur 6, entretien du 23 juillet 2007.

10 « La directive Seveso, c’est le plus grand désordre ! Elle a pratiquement été traduite mot à mot, selon les interprétations des traducteurs, sans connaissance des termes techniques. Je n’utilise que la version en anglais. De plus, il manque les réglementations et les décrets qui permettraient l’application de la directive Seveso aux particularités du territoire roumain… » Directrice de la Protection de l’Environnement, Iprochim SA, entretien du 7 août 2007.

11 « La nouvelle législation a été adoptée très vite, sans créer le background, la culture du risque et l’expertise suffisante, nous manquons d’experts et d’évaluateurs » Directrice Générale adjointe de l’aménagement et de l’urbanisme, Ministère des Transports, des Constructions et du Tourisme, entretien du 16 juin 2007.

12 Entretien du 7 juin 2007 avec l’Inspecteur Général de l’IGSU.

13 Avant 1989, l’assurance des logements était obligatoire. Cette disposition a été abrogée en 2005 et la proportion de logements assurés a soudain chuté à moins de 5 %.

14 Mairie du Secteur 6, entretien du 23 juillet 2007.

15 « Les accidents chimiques ne sont pas un risque à Bucarest, non, c’est fini tout ça… », Mairie Générale, 27 juillet 2007 ; « Les plateformes industrielles se vident et le risque disparaît. Je constate que ces terrains se transforment en investissements immobiliers lorsque les permis de construire nous sont réclamés. », Mairie du Secteur 3, entretien du 3 août 2007.

16 Au cours des entretiens et de l’enquête auprès des habitants de Bucarest, trois accidents graves ont été cités : l’explosion d’une citerne d’ammoniac dans l’usine Chimopar en 1977, une explosion dans l’aciérie Republica en 1982, l’explosion d’un réservoir d’acétylène à l’usine Policolor en 1994. Nous n’avons pu confirmer aucune de ces informations.

17 « Avant 1989, tout était réglementé. Maintenant on applique juste la législation générale : il n’existe plus de normes spécifiques. La vigilance s’est relâchée depuis 1990 et les incidents mineurs se sont enchaînés (…) Les années 1990 représentent aussi un changement de génération, le niveau d’expérience s’est effondré », Directrice de la Protection de l’Environnement d’Iprochim SA.

18 « En général, il n’existe plus l’analyse primaire du risque, celle qui doit être réalisée lors de la conception des installations… donc nous faisons une étude plus sommaire. Les exploitants ont peur que leurs installations soient classées en risque majeur, donc ils préfèrent qu’on en sache le moins possible. », idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution de l’emploi industriel de 1970 à 2010 à Bucarest
Crédits Source : INS, 2011.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 2 : Les 14 sites Seveso présents jusque dans le centre-ville de Bucarest
Crédits © Samuel Rufat, 2008.Sources : PUG 2000, Recensement 2002.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 3 : Définition du risque et mémoire des catastrophes des 625 personnes de l’échantillon
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 4 : Un très faible niveau d’assurance et peu de comportements de fuite
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 5 : Un risque déclaré croissant, mais surtout chez les voisins
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 6 : Des accidents industriels jugés bien moins menaçants que les séismes
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 7 : Estimations moyennes pour 12 phénomènes et accidents
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Figure 8 : Synthèse des représentations « mesurées » pour les 12 phénomènes
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Figure 9 : Les 14 sites classés « Seveso » et l’importance accordée au risque industriel
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2636/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 799k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samuel Rufat, « Désindustrialisation et sites Seveso : danger partout, risque nulle part ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2636 ; DOI : 10.4000/tem.2636

Haut de page

Auteur

Samuel Rufat

Maître de conférences
Université de Cergy-Pontoise
Samuel.rufat@u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page