Navigation – Plan du site
Articles

Quand le risque industriel est synonyme de dynamiques urbaines

Le cas de l’activité eau-de-vie à Cognac, une ville en convalescence
When industrial risk is synonymous with urban dynamics - The case of the spirits activity in a recovering city: Cognac
Nicolas Grembo
p. 143-155

Résumés

Les questions concernant les relations entre les risques industriels et les espaces urbains se posent principalement pour certains types d’établissements industriels (souvent en lien avec le secteur de la chimie ou des hydrocarbures) et essentiellement pour les risques industriels majeurs. La ville de Cognac connaît bien ce problème avec une activité spécifique qui au premier abord est loin de l’image d’une industrie à risque. Pourtant les risques industriels (y compris majeurs) sont bien présents en raison de son activité liée à l’eau de vie (le cognac). Les chais de stockage d’alcool et les distilleries sont étroitement surveillés et font l’attention d’une réglementation spécifique notamment en termes de gestion des risques. Cognac accueille cinq de ces établissements répondant à la directive Seveso II et de nombreux autres sites sont soumis à déclaration, pour la plupart en milieu urbain. La ville en est parsemée, de son centre vers ses périphéries. En effet, la ville et le cognac ont débuté leur histoire dès le XVIIème siècle ; Cognac s’est construite et développée avec cette activité : elles partagent une histoire et un espace communs. Le paysage de la ville est marqué par cette activité, par ces chais de vieillissement d’alcool, par ces distilleries et autres bâtiments des sociétés de cognac qui font partie de son patrimoine.

La difficulté est de faire prendre conscience de ces risques industriels aux habitants de l’agglomération, tant ces établissements leur sont familiers, font partie intégrante de l’histoire et de l’économie de la ville. Les acteurs locaux ont besoin de cette industrie car elle a une part importante dans la dynamique urbaine de Cognac. Ceci vient se confronter aux politiques de prévention des risques qui demandent la délocalisation des stocks d’alcool. Il y a une cohabitation entre risques industriels et espaces urbains qui entremêle prévention des risques et dynamiques urbaines.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La ville et l’industrie sont deux entités qui ont pendant longtemps été liées. Dans certains cas, elles se sont développées de façon quasi simultanée, la seconde participant bien souvent à la construction de la première. L’industrie de l’eau-de-vie a tenu ce rôle pour Cognac (Charente). Cela se constate au travers de la morphologie de la ville et de son paysage urbain marqués par un héritage industriel fort se manifestant, entre autres, par les chais de stockage d’alcool. Ils ponctuent « le paysage urbain » (Bodin-Ordonnaud, 2008) et font partie du quotidien des habitants de la ville et de l’agglomération cognaçaise.

2Cependant, la présence de ces bâtiments (les chais et les distilleries) soulève de nombreuses interrogations et pose de sérieux problèmes aux élus locaux au sujet de la gestion des espaces urbains et ceci sur deux points : le premier concerne les risques industriels car certains chais (domaines) sont soumis à la directive Seveso II et nombreux sont ceux classés Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) ; le second point concerne les friches urbaines et industrielles des chais et des distilleries de plus en plus nombreuses.

3Ces deux préoccupations sont bien distinctes et pourtant elles peuvent être liées car nous verrons ultérieurement que certaines mesures de prévention des risques industriels visant les chais de vieillissement d’alcool conduisent à vider ceux-ci de leurs stocks d’eau-de-vie. Il faut néanmoins préciser que tous les chais vacants ne sont pas le résultat de ces mesures, d’autres facteurs sont à prendre en compte (réorganisation de l’activité des maisons de négoce, cessation d’activité, etc.). De ce fait, les chais de vieillissement d’alcool constituent un double enjeu : concilier prévention des risques industriels et dynamiques urbaines. Quelles politiques adopter pour répondre à ce double enjeu sachant que la relation et la cohabitation ente la ville et le cognac perdurent depuis plusieurs siècles ? Les acteurs locaux sont-ils prêts à voir cette relation modifiée ?

4Une première tentative de prévention des risques a été lancée à la fin des années 1990 mais celle-ci amena plus d’interrogations sur sa mise en place et ses impacts que de résultats. Elle a été relayée par une seconde campagne de prévention en 2008, avec une approche différente qui ne prend pas uniquement en compte les risques industriels, pour tenter de répondre à l’ensemble des acteurs car les enjeux sont multiples (risques, urbains, économiques). Ainsi, la prévention des risques qui fut une priorité à la fin des années 1990 a été réévaluée par rapport aux autres enjeux dans les années 2000.

1. Ville et industrie partagent une histoire et un espace communs

1.1. Une ville construite par l’eau-de-vie

5Cognac est une ville de près de 20 000 habitants connue au travers de son alcool de bouche éponyme. Le cognac y a une place très importante puisque la ville s’est essentiellement développée autour de cette activité. Cela remonte au XVIIème siècle, où la ville fut d’abord un point de collecte des eaux-de-vie (Bodin-Ordonnaud, 2008), mais c’est au XVIIIème siècle que le cognac connut un véritable essor (Pinard, 1972). Durant cette période, les premiers chais furent construits à partir des quais de la ville (fleuve de la Charente), facilitant ainsi le transport des tonneaux jusqu’à Rochefort (Huetz de Lemps et Butel, 1999). Les maisons de cognac acquirent et transformèrent également « d’anciens biens religieux ou royaux pour leurs besoins industriels » (Bodin-Ordonnaud, 2008). Le cognac investit la ville.

6Á la fin du XVIIIème siècle, Cognac comptait une cinquantaine de maisons de négoce, devenues 120 un siècle plus tard (en date de 1895 ; Bodin-Ordonnaud, 2008). Le XIXème siècle a ainsi marqué l’histoire de la ville grâce au commerce des eaux-de vie, elle passa de « 3 000 habitants en 1800 à plus de 18 000 âmes en 1899 » (Bodin-Ordonnaud, 2008), soit un peu moins qu’aujourd’hui.

7Le développement de la ville correspondait au développement de l’activité du cognac (Coste, 2001). En témoignent la répartition des maisons de négoces, de leurs chais, leurs distilleries mais aussi de leurs hôtels particuliers dans la ville qu’il est difficile de traverser sans observer une empreinte de cette activité : « les classes dominantes inscrivent dans la pierre et par l’architecture leur réussite économique et leur domination sociale et politique » (Chevalier et al., 1984, in Veschambre, 2005), ce qui fut le cas avec l’eau-de-vie. Ville et cognac ne partagent pas seulement une histoire mais un espace commun. Les chais et les distilleries ont été absorbés par la ville à chacune de ses extensions : ils se sont retrouvés piégés par l'urbanisation qui les a intégrés dans son espace. « L’espace urbain s’est constitué par un tissu d’usines » (Beaujeu-Garnier, 1995), avec les chais d’alcool et les distilleries, comme une « forme d’appropriation » (Veschambre, 2005). De ce fait, les maisons de négoce ont occupé à un certain moment le dixième de la superficie de la ville (Coste, 2001). « Le cognac commandait l’urbanisme » et plus largement la ville (Coste, 2001). Ceci est d’autant plus vrai du fait que beaucoup de négociants de cognac ont été maires de la ville entre 1795 et 1945.

8Ainsi, plusieurs phases urbaines se sont renouvelées avec dans un premier temps une extension du bâti consacré à l’eau-de-vie en périphérie de la ville puis dans un second temps une extension urbaine qui vient petit à petit occuper l’espace autour des nouveaux chais de stockage : nous pouvons reprendre les propos de P. Blancher (1995) pour observer ce processus où l'expansion urbaine conduit à occuper progressivement des espaces dangereux. Ceci peut être observé avec la plupart des chais de stockage, notamment ceux construits durant les années 1960 au début d'une très importante augmentation des ventes de cognac donc de la production et des stocks jusqu'en 1990 (Coste, 2001). La croissance démographique de la ville profite de cette bonne santé du marché du cognac en connaissant elle aussi une forte croissance : elle passe de 19 026 habitants en 1954 à 22 062 habitants en 1968. Il en est de même pour l'unité urbaine qui dépasse les 29 000 habitants en 1975 (INSEE).

9Cognac est ainsi parsemée de bâtiments liés à l’eau-de-vie, mettant en avant le rôle de cette activité dans sa construction mais aussi sa relation avec les risques industriels. En effet, cinq de ces domaines sont soumis à la Directive Seveso II dont quatre insérés dans le tissu urbain ; 14 Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) correspondant aux plus importants domaines (carte 1). Les appréhensions concernant les risques industriels sont renforcées car, ne faisant qu'un avec la ville, ces chais ont un environnement proche dense et donc très vulnérable, tant par leur proximité des habitations que du fait d’une conscience et d’une perception du risque peu développées de la part des riverains.

Carte 1 : Chais (et distilleries) de la ville de Cognac

Carte 1 : Chais (et distilleries) de la ville de Cognac

Source : Mérimée, DRIRE Poitou-Charentes, IIC, 2007.

1.2. Des risques mal perçus par la population

10Le cognac, par son activité et ses bâtiments a, pendant longtemps, organisé la ville. Il fait partie de son histoire et du quotidien de la population. Le risque généré par cette activité est important en raison de la promiscuité entre les chais et les habitations ou les autres formes de bâti. Cependant, d’après des entretiens et questionnaires (réalisés entre 2008 et 2009) pour les sites Jas Hennessy et Tessendier & Fils (sites de stockage d’alcool classés Seveso), les riverains des chais classés à la Directive Seveso II implantés dans la ville ne se sentent pas, pour une grande partie, concernés par les risques industriels. Ces entretiens et questionnaires ont eu pour but de savoir quelle image ces riverains ont de ces établissements et quelles en sont les causes, et d’évaluer leurs connaissances sur les risques et sur les sites industriels qui constituent leur quotidien et ce tant à l’échelle de la ville qu’à celle de leur quartier : est-ce que le public a conscience que les chais d’alcool représentent des risques industriels majeurs ?

11Ce sentiment de ne pas être concerné par les risques est renforcé par le fait que seule une poignée des personnes rencontrées a pris connaissance des brochures d’information sur les risques d’incendie des chais d’alcool. Cette brochure, réalisée par le SDIS Charente, a été distribuée en 2007 dans les commerces de la ville mais il n’y a pas eu de campagne d’information accompagnant sa diffusion. Ces risques sont pourtant connus à l’échelle de la ville et de l’agglomération mais la notion du risque industriel se trouble et se perd à l’échelle du quartier : connaissance et méconnaissance des risques s’entremêlent selon les jeux d’échelles.

12Selon les entretiens avec les personnes rencontrées, elles sont conscientes des risques d'incendie voire d’explosion des chais de stockage d’alcool dans la ville, par contre elles localisent mal les chais dans leur quartier et, surtout, elles surestiment les distances entre ceux-ci et leur habitation. Il y a une sous-estimation des risques à l’échelle de leur quartier. Celle-ci est le résultat de plusieurs facteurs liés au rôle de l’activité du cognac dans la ville.

13Le premier est historique : du lien entre la ville et le cognac, il résulte une « parfaite » intégration des chais de stockage dans le paysage urbain ; ils sont témoins et acteurs de l’extension de la ville. Les habitants de Cognac et de l’agglomération entretiennent une certaine familiarité avec ces bâtiments. Celle-ci est renforcée par l’aspect visuel et architectural des chais qui leur confère une image « neutre » en termes de risques : « l’architecture de ces chais nous est familière et nous paraît bien anodine, […], sur cette architecture industrielle qui a su s’adapter, s’embellir, se moderniser au fur et à mesure des besoins du négoce des eaux-de-vie » (Bodin-Ordonnaud, 2008). En effet, leur architecture ne laisse pas paraître la présence de risques industriels en particulier pour les plus anciens, à l’intérieur des espaces urbains. Les chais ne rentrent pas dans le cadre des « installations industrielles types », celles dont le public a une image négative par ce « facteur visuel » où les pollutions et les nuisances laissent prétendre à la présence de risques parfois à tort (Beck, 2006), où tous éléments suspects guideront la « perception sensorielle » à considérer une installation industrielle « comme une source de danger » (Chauvin, 2007). Le facteur visuel est très important dans la construction de la représentation du risque puisque c’est la première forme de « prise de contact » avec le site à risques.

Photo 1 : Ancienne distillerie réhabilitée en logements

Photo 1 : Ancienne distillerie réhabilitée en logements
  • 1 « Les ventes de cognac battent tous les records », 2007, Charente Libre, du 21 septembre 2007 ; BNI (...)

14Le second est économique, l’activité du cognac est le moteur économique de la ville et du Pays cognaçais, notamment ces dernières années qui ont été favorables au marché du cognac avec des records de ventes battus (pour l’année 2006, en nombre de caisses)1. Les chais de vieillissement d’alcool ne sont pas uniquement l’image des maisons de négoce mais de toute une activité et de la ville, ils en sont le symbole. Parmi les personnes rencontrées, plusieurs les qualifient comme la « richesse de la ville ». Richesse que nous pouvons interpréter sous plusieurs angles d’un point de vue socio-économique, touristique, historique ou par la reconnaissance internationale du cognac.

15L’ensemble de ces facteurs instaure une relation de confiance avec ces bâtiments et cette activité au détriment de la présence des risques et de la prévention. De ce fait, la majorité des personnes rencontrées lors des entretiens et questionnaires (2008-2009) ne se sent pas exposée à ces risques industriels majeurs et une petite partie d’entre elles estime qu’il n’y a aucun danger tout en admettant la présence de risques. Nous sommes face à des relations entre les sources de risques (chais de stockage et riverains) très contradictoires où conscience du risque et sentiment de confiance s’entrechoquent. Elles posent le problème de l’ambivalence de la perception et/ou de la représentation des risques et l’influence des divers éléments participant à celles-ci.

16Ce rapport particulier, sur le long terme, entre ces trois entités (ville, cognac et population) participe à une forme d’atténuation des risques industriels auprès des riverains. Pourtant les préoccupations au sujet du risque incendie des chais d’alcool sont anciennes. Nous les retrouvons, par exemple, dans des échanges entre les maisons de cognac et les assureurs durant le XIXème siècle (Bodin-Ordonnaud, 2008) : y sont évoqués la disposition des bâtiments, leur construction et l’isolement de ceux-ci par rapport aux habitations afin de limiter la propagation d’un incendie (ibid.). La question des risques industriels est devenue incontournable pour l’ensemble des acteurs et en particulier les élus locaux et les maisons de cognac, avec, d’une part, l’omniprésence des sites à risques dans la ville et, d’autre part, le classement de plusieurs d’entre eux au titre de la directive Seveso.

2. Prévention des risques et relations ville/risques industriels

2.1. Prise de conscience des risques liés au stockage d’alcool

2.1.1. Quelle gestion du risque incendie pour les chais d’alcool ?

17Le risque incendie est « à la fois très localisé, émergent dans certains lieux de prédilection, mais en même temps diffus dans toute la ville », il est « à la fois local et global » (November, 2010). Le risque incendie lié à l’activité du cognac est un risque local par les chais de vieillissement d’alcool et les distilleries et global en raison de leur localisation dans la ville et leur promiscuité avec les autres formes de bâtis.

18La relation forte entre les espaces urbains et les risques industriels a suscité l’intérêt des gestionnaires du risque, de certains acteurs locaux et départementaux mais aussi des acteurs du cognac dont, en particulier, le Bureau National Interprofessionnel du Cognac (BNIC), à mettre en place des mesures de prévention spécifiques. Des craintes qui se sont étendues au département car les chais de vieillissement d’eau-de-vie ne sont pas uniquement localisés dans l’agglomération cognaçaise mais dans toute la partie sud-ouest du département de la Charente (correspondant au Pays Cognaçais) et dans une partie du département de la Charente-Maritime.

  • 2 Chaque département possède un dossier de 6 arrêtés préfectoraux ; ce sont les mêmes prescriptions, (...)

19Ainsi les deux préfectures (Charente et Charente-Maritime) en collaboration avec le BNIC se sont réunies pour mettre en place une politique de prévention des risques industriels spécifique au stockage d’alcool pour l’ensemble des deux départements. C'est en 1996 que celle-ci a vu le jour par des arrêtés préfectoraux (du 31 décembre 1996) « portant création pour le département de la Charente2 de prescriptions générales applicables » aux chais de vieillissement d'eau-de-vie et aux distilleries sur les bases de la loi n° 87-565 du 22 juillet 1987. La mise en place de ces arrêtés préfectoraux va constituer une première tentative d’instauration d’une culture du risque auprès des acteurs du risque. Les politiques de prévention ont un double objectif : le suivi et la gestion des risques. De ce fait, les prescriptions des arrêtés préfectoraux, communes aux deux départements, s’attaquent à plusieurs volets de la prévention des risques, quatre grands axes composant ces arrêtés : la protection des tiers, la limitation du risque de mise à feu, la non-propagation du sinistre, la prévention avec des moyens de premiers secours.

20Ceux-ci correspondent à quatre composantes de la prévention : les enjeux, l’accident (ici l’incendie), la limitation des conséquences de l’incendie et le comportement à avoir en cas d’incendie. La protection des enjeux (personnes et biens) s’ordonne suivant plusieurs outils dont le principal est l’instauration d’une distance minimale entre les chais de vieillissement et les bâtiments des tiers. Cette mesure s’applique principalement aux nouveaux chais, ceux qui ont encore un environnement immédiat préservé, ou du moins partiellement, de tout espace urbain ou de quartiers résidentiels. Pour les chais dits urbains (les plus anciens), d’autres mesures ont été prises. Parmi celles-ci, l’une d’entre elles nous interpelle car elle va entraîner un changement de l’approche des risques et modifier les territoires des risques : la réduction du risque à la source. Les autres volets sont d’ordre technique et leur objectif est de pouvoir agir sur l’incendie avant qu’il ne prenne des proportions importantes, avant qu’il ne sorte de l’enceinte du site (cantonnement du sinistre et sa non-propagation vers les autres chais et bâtiments du site mais aussi vers les habitations des tiers).

2.1.2. Faire sortir les risques industriels des espaces urbains

21Depuis 1996, l’agglomération cognaçaise voit, en son centre, une réduction des risques industriels s’amorcer lentement au « profit » des marges suite aux prescriptions demandant de limiter puis de réduire les quantités d’alcool des chais urbains. Progression lente car ces démarches ont des coûts financiers non négligeables. De ce fait, les exploitants s’adaptent progressivement à ces arrêtés préfectoraux suivant leur situation. Ceci étant, la réduction des risques industriels par la diminution des quantités d’alcool en milieu urbain va causer un transfert des risques en périphérie de l’agglomération. Cette politique de prévention souhaite effectivement préserver les espaces urbains, espaces susceptibles d’être plus vulnérables car ils regroupent tous types d’enjeux que ce soit humains, bâtis, économiques ou fonctionnels. La priorité est donc de protéger les « enjeux majeurs qui permettent à l’ensemble de ce territoire de fonctionner en situation normale » : leur « perte serait la plus préjudiciable pour l’ensemble du territoire et de ses habitants » (D’Ercole, Metzger, 2008) à l’échelle de la ville. En effet, les « enjeux majeurs » ne sont pas uniquement les enjeux exposés aux risques industriels, ils sont tout ce qui permet le « fonctionnement normal d’un territoire » (ibid.). Suivant les établissements à risques industriels, leur localisation et leur environnement urbain, un accident (incendie) pourrait avoir des conséquences sur l’ensemble de la ville, sur son fonctionnement et sur sa population. Les politiques de prévention des risques industriels liés aux chais de vieillissement d’alcool et aux distilleries tiennent compte de ces deux types d’enjeux : ceux exposés directement aux risques et les enjeux « majeurs ». La prévention des risques mise en place avec les arrêtés préfectoraux de 1996 consiste à transférer les risques industriels vers des espaces moins vulnérables en séparant les risques industriels des espaces urbains. Les chais en périphérie de l’agglomération sont ainsi assez isolés, à l’exception du site Rémy Cointreau à Merpins, par rapport aux espaces urbains et aux habitations.

22De ce fait, l’agglomération cognaçaise voit la construction de nouveaux chais dans sa dernière couronne périphérique et au-delà (exemples avec Oreco à Merpins, Unicoop et H. Mounier à Gensac-la-Pallue, Martell et son site de Chanteloup sur la commune de Cherves-Richemont ou Jas Hennessy et son site de Bagnolet ; cf. carte 2). Les gestionnaires des risques souhaitent ici « rejeter loin des espaces les plus densément peuplés les établissements qui perturbent le fonctionnement de la ville » (Blancher, 1992, cité dans Glatron, 1999). Comme l’évoque S. Glatron (1999) : « le principe de l’éloignement est ainsi remis à l’honneur ». Cette approche des risques est-elle la mieux adaptée au contexte local ? Les chais font partie de l’identité de la ville tout comme l’eau-de-vie qui y est stockée, qu’en adviendra-t-il une fois ceux-ci vides ?

Carte 2 : Localisation des chais de vieillissement d’alcool du cognaçais

Carte 2 : Localisation des chais de vieillissement d’alcool du cognaçais

Réalisation : N. Grembo.
Source : DREAL Poitou-Charentes, Mairie de Cognac.

23De nouvelles interrogations apparaissent également, suite à ces transferts du risque, sur les sites de stockage d’alcool dans les dernières couronnes de l’agglomération car certains commencent à voir progressivement des zones d'habitations se rapprocher d'eux. Malgré l’instauration de distances de sécurité autour des chais de vieillissement d’alcool, est-ce que les espaces urbains viendront de nouveau assiéger ces sites à risques, comme ce fut le cas dans le passé ? Bien que les risques liés aux chais d'alcool tentent d'échapper aux espaces urbains les plus denses, l'urbanisation met en relation les sources du risque (Blancher, 1995). Le déplacement des risques vers les marges est suivi par les populations, ces deux entités ayant la même dynamique : les individus préfèrent un pavillon en périphérie à un appartement en centre-ville. Le cas des chais Jas Hennessy avec leur site de Bagnolet (nord de Cognac) illustre bien cette double dynamique d’autant plus que nous pouvons observer un rapprochement entre quartiers résidentiels et chais de vieillissement d’alcool orchestré par les deux entités. En effet, les chais d’alcool et les quartiers résidentiels vont tous deux en direction l’un de l’autre, les premiers par un projet d’extension de six nouveaux chais vers les résidences, les seconds par une nouvelle zone 1NA (aménagement futur) qui rapproche Cognac un peu plus du site de la société Jas Hennessy (classé Seveso seuil haut). Cette tendance est encore marginale autour des établissements soumis à la directive Seveso II et lente en raison de la stabilité depuis maintenant la fin des années 1990 de la population cognaçaise et des communes voisines.

24L’urbanisation vers les chais d’alcool périurbains est-elle pour autant un problème ? Les distances de sécurité (arrêtés préfectoraux de 1996 et de 2008) entre les chais et les habitations semblent convenir à tous les acteurs. Elles permettent de concilier prévention et développement (urbain et économique) tant demandé par les élus. Est-ce la clé pour « un développement industriel durable » (Bonnaud, Martinais, 2005). C’est en tout cas une nécessité pour l’agglomération cognaçaise qui est dépendante de cette activité.

2.2. Perturbations des relations ville-risques industriels

25Avec ces arrêtés préfectoraux, les risques industriels liés au stockage d’alcool sont pris à bras le corps par la préfecture mais l’application de ces mesures de prévention est difficile soit par manque d’infrastructures, de moyens financiers ou par manque de volonté de la part de certaines sociétés de cognac. De plus, les élus locaux, principalement ceux de Cognac, s’interrogent sur les conséquences à long terme de la réduction des volumes d’alcool dans les chais. En effet, ils pressentent, comme cela est précisé dans les arrêtés préfectoraux, une réduction de l’activité puis un arrêt total de celle-ci une fois les chais vides. Conséquences qui ne peuvent être approuvées pour une ville comme Cognac qui verrait partir de nombreuses sociétés de son territoire alors qu’elle connaît quelques obstacles pour en attirer de nouvelles. Ces inquiétudes concernent principalement les moyennes et petites maisons de négoce qui sont essentiellement localisées dans la ville avec leurs sites de stockages, de mise en bouteilles et leurs bureaux. Les préoccupations se focalisent en effet sur l’activité administrative des maisons de cognac qui regroupe généralement la majorité des employés de celles-ci, ensuite l’activité de mise en bouteille puis le stockage d’alcool qui demande peu de main-d’œuvre.

26Les préoccupations pour les grandes maisons de cognac sont différentes car la majorité de leurs sites de stockage sont répartis autour de l’agglomération cognaçaise et la délocalisation de leurs stocks urbains n’aura que peu de conséquences sur leur activité administrative. Ce fut le cas de Rémy Cointreau qui délocalisa la totalité de ses stocks d’alcool de son site de Cognac pour la commune de Merpins (au sud-ouest de Cognac) mais conserva ses bureaux à Cognac. Par contre, des contestations émergent de la part des élus, mais sans pouvoir d’intervention, lorsque les maisons de cognac délocalisent certaines activités, comme la mise en bouteille, profitant du transfert des stocks d’alcool hors de la ville et de la Communauté de Communes de Cognac. Ce qu’a fait la société Martell, qui disposait pourtant de nombreux sites de stockage en périphérie de l’agglomération : elle délocalisa son activité de mise en bouteille sur son site de Lignières à Rouillac, soit à plus de 25 km au nord de Cognac.

  • 3 Mr. Barat, cité dans Coffin, J.P, 2007, « La maison H. Mounier s'installe dans ses nouveaux chais d (...)
  • 4 Dont un site de 5000 m², chais, bureaux et parking, au cœur du centre-ville, rue Victor Hugo (Karro (...)

27Inquiétudes concernant les petites et moyennes sociétés de cognac justifiées avec le cas de la société H. Mounier. En effet, cette maison de négoce, classée ICPE a, depuis 2007, transféré la quasi-totalité de ses stocks d’eau-de-vie, à l’exception d’un chai de « 10 000 hectolitres de pineau »3, à Gensac-la-Pallue. Les stocks d’alcool ont rejoint le site du Laubaret (à l’est de Cognac, le long de la RN141) où sont déjà installés les sites des sociétés Unicoop (chais classés Seveso II « seuil bas », avec 8 698 m3 d’alcool dont font partie H. Mounier (DREAL, 2011) et Grey Goose. Elle a ainsi regroupé toute son activité en un même site (administration et stockage d’alcool) à Gensac-la-Pallue (hors Communauté de Communes de Cognac) laissant de ce fait plusieurs bâtiments vides dans le centre de Cognac (répartis pour une partie le long d’une importante avenue reliant le centre à la route d’Angoulême)4.

28Cependant, l’envie de « quitter la ville » répond aussi aux besoins de l’entreprise où l’application des mesures de prévention et des dispositions des arrêtés préfectoraux a été un élément déclencheur dans la prise de décision. Il fut plus pragmatique pour le groupe Unicoop de regrouper toutes ses activités sur un même site (H. Mounier, Grey Goose, Reynac, Prince Polignac) que ce soit pour des questions de gestion, de logistique ou financière. Ce choix met en avant certaines contraintes de l’espace urbain concernant cette activité (vétusté des bâtiments, risques industriels, circulation des camions dans la ville et risques liés au transport de matières dangereuses). La ville est-elle « inadaptée spatialement » (Beaujeu-Garnier, 1995) à l’activité du cognac ?

  • 5 Karroum, I., 2008, « Á Cognac, les friches immobilières pullulent », Charente Libre, du 23 octobre (...)
  • 6 Le site a été réapproprié depuis, en 2010, par la société Bisquit (cognac Bisquit), (www.cognac-wor (...)

29La société H. Mounier n’est pas un cas isolé en termes de délocalisation. Bien que celle-ci se fasse hors de la Communauté de Communes, elle reste dans l’agglomération cognaçaise au contraire de la société Martell avec son site de mise en bouteille de Cognac, synonyme de perte d’emploi pour Cognac. Cet exemple est rare, car la plupart des délocalisations se font du centre vers les zones périphériques de l’agglomération et permettent ainsi de préserver les emplois dans celle-ci. Singulier mais pas unique, le cas de la société Raynal (du groupe William Grant) qui a fermé son site (42 salariés), à proximité de la gare de Cognac au cours de l’année 2008 afin de délocaliser son activité à Glasgow. C’est donc « 17 500 m² dont 13 200 de bâtiments » (chais et mise en bouteille)5 qui se sont ajoutés aux friches existantes6 et 42 emplois perdus.

30La ville souhaite, bien entendu, que ces cas ne se reproduisent pas ; souhait partagé par les autres communes accueillant des sociétés de négoces et leurs chais ; car elles assistent à un processus de réduction des risques qui s’accompagne d’effets négatifs et non souhaités sur les dynamiques urbaines. Les élus sont confrontés aux choix des maisons de cognac qui dépassent leurs compétences et qui ont des conséquences défavorables sur l’activité locale (activité et emplois qui quittent la ville, la Communauté de Communes voire le département). Ceci est d’autant plus préoccupant pour la ville de Cognac qui connaît, depuis plusieurs années, une baisse d’activité : beaucoup d’entreprises et sociétés mettent la clé sous la porte sans trouver repreneurs. Cela amène de nouveau plusieurs interrogations pour les élus de Cognac et de l’agglomération : réduire les risques mais à quel prix ? C’est une partie des employés et de l’identité de la ville qui part avec ces industries et, dans un même temps, les chais vacants et les friches urbaines sont de plus en plus nombreux.

  • 7 Mme A, Service Affaires Foncières - Habitat de la Communauté de Communes de Cognac, entretiens en 2 (...)

31Il y a d’une certaine façon une réduction de la fonctionnalité des chais de stockage et à terme une réduction de l’activité du cognac dans la ville. Celle-ci préoccupe les acteurs de la ville car en parallèle à ce processus (conséquences des mesures de prévention des risques industriels), d’autres activités et entreprises quittent la ville et le centre-ville et ce depuis le début des années 2000. Le nombre de friches industrielles et urbaines ne cesse de croître. D’autant plus que les mesures de prévention des risques industriels (risque d’incendie des chais d’alcool) alimentent ce processus des friches urbaines. En outre, les normes en termes de dépollution des sites, dont les chais et les distilleries font l’objet, font obstacle à d’éventuelles réhabilitations en raison du coût des opérations. Les chais vacants sont au nombre de 200 au sein de la Communauté de Communes de Cognac (Mme A, 2011)7, tout en sachant que ces bâtiments peuvent occuper des superficies considérables (exemples des sites H. Mounier, Raynald, ou Monnet, ce dernier représentant près de 26 000 m² selon le cadastre de la ville de Cognac).

32Les dynamiques économiques et démographiques de la ville de Cognac sont fragiles ; ces arrêtés préfectoraux concernant la prévention des risques industriels, bien que nécessaires en termes de gestion des risques, sont difficilement acceptés par les acteurs économiques locaux. Ainsi, suite aux différentes contraintes locales, qui ont pu être observées (également auprès des maisons de négoce de Jarnac), de nouveaux arrêtés préfectoraux pour les risques d’incendie ont été rédigés pour concilier prévention des risques et dynamiques urbaines.

3. Vers une conciliation entre prévention des risques et dynamiques urbaines ?

3.1. Adapter la prévention

33Suite aux difficultés rencontrées pour appliquer les mesures prescrites par les arrêtés préfectoraux de 1996, des évolutions ont été décidées afin de prendre en compte l’ensemble des enjeux urbains liés aux chais de stockage d’alcool. Ainsi, durant l’année 2008, de nouveaux arrêtés préfectoraux ont vu le jour. Ils reprennent, pour une partie, les prescriptions techniques de ceux de 1996 avec quelques exceptions. Des changements concernent notamment l’une des dispositions de 1996 qui a entraîné un changement de l’approche des risques et du territoire des risques. Il s’agit de la réduction des stocks d’alcool. Elle ne s’applique désormais qu’aux bâtiments soumis à Autorisation (soumis à la Directive Seveso). Les autres établissements (chais et distilleries) sont dispensés de « quitter la ville ».

34De ce fait, l’approche des arrêtés préfectoraux de 2008 est différente car ils ne prennent plus exclusivement en compte la prévention des risques mais aussi l’aspect financier et le rôle des établissements dans leur environnement et dans la ville. Les arrêtés de 2008 visent en priorité les installations soumises à Déclaration : arrêtés « fixant les prescriptions générales applicables aux installations classées pour la protection de l’environnement soumises à déclaration sous la rubrique n° 2255 ». Les établissements soumis à Autorisation et en milieu urbain continuent logiquement de suivre les dispositions des arrêtés préfectoraux de 1996, donc de réduire leur volume de stockage d’alcool (cela concerne pour Cognac les sites Jas Hennessy et Martell qui sont classés Seveso). Les nouveaux arrêtés préfectoraux insistent avant tout sur la mise en place de mesures techniques contre les incendies (exemples de systèmes de sécurité et de protection). Systèmes qui aboutissent à « réduire la fréquence des accidents », en agissant sur la source du danger par des mesures techniques de sécurité (Glatron, 1999). Ces mesures donnent la possibilité aux sociétés de garder un volume d’activité constant et de garder une certaine dynamique au sein de la ville et de l’agglomération. Ils favorisent la cohabitation des établissements à risques, toutes proportions gardées, et des espaces urbains où ils sont nécessaires à la vie de la ville. Ces arrêtés préfectoraux n’échappent pas à la règle selon laquelle « la gestion des risques industriels est en effet conçue comme un espace de conciliation d’intérêts très divergents » (Lascoumes, 1994, cité dans Bonnaud & Martinais, 2005), ici entre la prévention et le développement économique. Les politiques de prévention, entre 1996 et 2008, ont dû évoluer suite aux différents intérêts en jeu. Elles ont été également indispensables suite aux difficultés rencontrées lors de leur mise en place par les coûts engendrés notamment pour les petites maisons de négoces mais aussi pour les communes accueillant des chais et des distilleries d’un point de vue urbain notamment avec les problèmes des friches urbaines et industrielles ou la perte d’activité.

3.2. Des espaces urbains qui se vident

35Cognac est dans cette configuration (problèmes des friches urbaines et perte d’activité), elle a connu une dynamique « négative », tant urbaine que démographique avec une perte de 3 508 habitants depuis 1975. Est-elle pour autant une ville « rétrécissante » (Roth, 2011) ? Non. Malgré une croissance négative concernant sa population, les chiffres de l’emploi sont stables.

36Cependant le cas de Cognac est préoccupant pour ses acteurs car, au-delà des chais de vieillissement d’alcool qui se vident, d’autres établissements et sociétés ont quitté le centre de Cognac (délocalisation, cession d’activité). Ce fut le cas, notamment durant l’année 2008, de la Banque de France (bâtiment toujours en vente en août 2011), d’un supermarché (localisé place François 1er) et de plusieurs commerces, tous localisés dans le centre-ville. Le centre de secours a lui aussi délaissé le centre-ville, abandonnant ainsi une caserne et seize logements (2010). Les dynamiques observées durant les années 2000 sont préoccupantes, la ville est délaissée par ses activités dont le cognac sans pouvoir renouveler ses espaces inoccupés, tels les chais vacants.

  • 8 Coffin, J.P, 2007, « La maison H. Mounier s'installe dans ses nouveaux chais de Laubaret », Charent (...)

37La réduction des stocks d’alcool et la délocalisation de certains sites de stockage ont participé à ce processus de dévitalisation de la ville de Cognac et engendrent de nouveaux problèmes de gestion, non pas des risques, mais urbains. Le centre de Cognac perd ses activités, la ville est en état de fossilisation selon les termes de Mme A (2011) avec tous ces bâtiments qui sont abandonnés. La question est désormais de savoir comment gérer ces bâtiments vides, sans activité, sans âme et leurs impacts à long terme sur les dynamiques urbaines. Il est nécessaire pour les élus de redynamiser l’agglomération après « l’obligation de quitter le centre-ville », comme le précise M. Barat (directeur de H. Mounier, 2007)8, pour les établissements à risques (chais et distilleries) qui ont entretenu cette dynamique négative. Il y a également un souci d’image pour la ville avec ces bâtiments vacants. Elle n’apparaît pas, par ses friches urbaines, comme une ville dynamique et attractive auprès d’éventuels entrepreneurs même si le marché du cognac se porte bien depuis plusieurs années. Les relations entre la ville et le cognac ont changé, le dynamisme des maisons de négoce ne se diffuse plus comme auparavant sur les dynamiques urbaines à partir des années 1990 (Coste, 2001).

38Actuellement, ces bâtiments vides rendent difficile le renouvellement urbain, pourtant essentiel au développement local. Difficultés par rapport au nombre de sites concernés (plus de 200 pour la Communauté de Communes) mais également en raison d’un Plan d’Occupation des Sols (POS) en fin de vie qui ne parvient pas à laisser sa place au Plan Local d’Urbanisme (PLU ; Mme A, 2011). L’attente de ce PLU freine tout projet concernant les chais d’alcool vacants : tant qu’il n’est pas en place, aucun projet ne peut être conduit. Ceci vient renforcer l’idée de « fossilisation » du centre évoqué par Mme A (2011).

39Le cas du site Monnet illustre les difficultés rencontrées par les friches urbaines et industrielles. Il représente près de 26 000 m² au cœur de Cognac. Sa localisation et sa superficie en font un site particulier et rare (qualité des édifices, exemple d’un chai cathédrale). Pourtant il est inoccupé depuis de nombreuses années, voyant défiler divers projets les uns après les autres (dont un centre de formation d’apprentis en 2007). Depuis 2011, il fait l’objet d’un projet de complexe hôtelier, de loisirs et résidentiel, dûment déposé en mairie de Cognac. L’attente de son approbation accentue la détérioration des bâtiments du fait qu’ils ne sont pas occupés ni entretenus.

40Les contraintes énoncées, entre autres, pour ce type de sites sont liées à leur superficie. Trop importante, elle peut freiner l’engouement de certains repreneurs ou promoteurs notamment en raison des opérations de dépollution des sites obligatoires pour tout projet de réhabilitation (Mme A, 2011) en dépit de leur proximité avec le centre-ville (pour H. Mounier et le site Monnet).

  • 9 En 2007, le nombre d’habitants est de 35075 pour la communauté de communes (INSEE).

41Par contre, de petites structures ont pu être réhabilitées dans Cognac. Les chais et distilleries de la rue Saint-Martin ont été reconvertis en logements depuis 2008. La plupart des exemples de réhabilitation ne concernent que des petites infrastructures, les projets pour les grands sites restant en suspens (coût trop important). D’ailleurs les cas de réhabilitation pour ces bâtiments en logements sont plutôt rares. En effet, la ville dispose d’une réserve foncière particulièrement importante (avec de nombreux logements vacants qui ne correspondent pas aux attentes du marché ; Mme A, 2011). Certes, quelques projets ont vu le jour (cas de l’ancienne distillerie rue Saint-Martin ou de résidences rue Lohmeyer) mais ils correspondent à des demandes spécifiques. Il faut rappeler que, depuis 1975, la ville n’a cessé de perdre des habitants, passant de 22 237 (en 1975) à 19 528 en 1990 et à 18 729 habitants en 2009 (INSEE). Cette baisse de la population est principalement due à un solde migratoire négatif (plus important que le solde naturel). Cependant, les communes de l’agglomération et/ou de la communauté de communes n’ont pas souffert directement de ce processus. L’évolution démographique de la Communauté de communes de Cognac suit celle de la ville-centre avec une diminution de la population entre 1975 et 1999 (elle passe de 36 651 à 34 901 habitants soit autant qu’en 1968) avec, cependant, une infime augmentation entre 1999 et 2007 (INSEE)9.

42Les années 1970 correspondent également à une importante crise du cognac qui se répète dans les années 1980 et 1990 avec une chute des exportations (Bernard, 1996), ce qui a fragilisé l’économie de Cognac. Avec les années 2000, le marché du cognac a connu une croissance importante (BNIC, 2007) dont la ville n’a pu bénéficier ni profiter. Les années 2000 sont pour celle-ci délicates en termes d’activité et de développement avec un découplage entre les dynamiques de la ville et du cognac ; auparavant la « santé » de Cognac correspondait à celle du marché du spiritueux.

43Il en est autrement avec ce début de XXIème siècle : Cognac amasse une somme de contraintes qui retarde un éventuel renouvellement de la ville et de ses dynamiques. La promulgation des arrêtés préfectoraux de 2008 relatifs aux établissements de stockage d’alcool soumis à Déclaration freine cette dynamique négative, mais pour combien de temps ? Ils peuvent être interprétés comme une tentative de maintien d’une activité dans la ville et de ses dynamiques afin de limiter le nombre de bâtiments inoccupés (chais et distilleries). Est-ce une cohabitation durable par défaut entre risques industriels et espaces urbains ? Quelles utilisations postérieures de ces chais ? Les chais devront-ils être étudiés à travers l’évolution de leur rôle dans l’agglomération, comme indicateur de la santé de celle-ci ? En effet, ces chais ont été des témoins et des acteurs de sa croissance puis ils sont devenus des acteurs de sa dévitalisation.

Conclusion

44Les interactions entre les chais d’alcool et l’agglomération cognaçaise sont fortes mais la prise de conscience des risques industriels est venue perturber celles-ci. Ces établissements sont devenus potentiellement dangereux pour les espaces urbains. Les mesures de prévention contre les risques d’incendie entraînent des conséquences ayant des effets défavorables sur les dynamiques territoriales orchestrées par les chais d’alcool, modifiant ainsi « les dynamiques et les politiques territoriales » (November et al., 2007). Les enjeux et les intérêts liés au cognac sont nombreux car cette activité est « nécessaire » à l’agglomération cognaçaise. Les acteurs locaux cherchent une relation durable, là encore, entre prévention et développement urbain.

45Les risques industriels (gestion, prévention) demandent une approche systémique car ils sont acteurs de leur environnement proche et de leur environnement lointain lorsque nous sommes face à un cas comme Cognac avec l’omniprésence du risque. Intervenir sur ces risques industriels, c’est également intervenir sur leur rôle et leurs impacts sur leur environnement avec des conséquences positives mais aussi négatives, et c’est là toute la difficulté de la gestion des risques qui doit trouver un compromis entre les deux.

46Ainsi les mesures de prévention pour les stocks d’alcool urbains ont dû évoluer et s’adapter au contexte local pour essayer de répondre aux attentes de chacun. Les chais de vieillissement d’alcool à risques majeurs (classés Seveso) poursuivent la réduction de leurs stocks urbains et les plus petites structures doivent renforcer leur système de sécurité. Les chais et distilleries sont un héritage lourd pour la ville tant qu’il n’y aura pas de politique d’aménagement conséquente pour résoudre les problèmes des friches et des dynamiques urbaines.

Haut de page

Bibliographie

Beaujeu-Garnier J., 1995, Géographie urbaine, Paris : Armand Colin, 349 p.

Bernard G., 1996, La crise du cognac des années 1990, Norois, n° 172, pp. 767-774.

Blancher P., 1992, La symbiose ville-industrie à l’épreuve du risque industriel, Actes du Colloque national d’écologie urbaine de Mions, UCB, Lyon, pp. 184-192.

Blancher P., 1995, Risque et densité, Annales de recherche urbaine, n° 67, pp. 108-116.

Bodin-Ordonnaud P., 2008, L’héritage du XIXème siècle dans l’architecture des chais de cognac, Annales du GREH, n° 30, pp. 143-168.

Bonnaud L., Martinais E., 2005, Des usines à la campagne aux villes industrielles, Développement durable et territoires, [En ligne], Dossier 4 : La ville et l'enjeu du Développement Durable, mis en ligne le 04 juin 2005, consulté le 14 mars 2008. URL : http://developpementdurable.revues.org/749

Chauvier E., 2007, Populations précaires et environnement à risques industriels : préjugés, non dits et enjeux implicites de l’action publique, Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 04 juin 2007, Consulté le 13 juin 2011. URL : http://socio-logos.revues.org/387

Chevalier J., Frémont A., Herin R., Renard J., 1984, Géographie sociale, Paris : Masson, 381 p.

Coanus T., Comby J., Duchêne F., Martinais E., 2010, Risques et territoires : Interroger et comprendre la dimension locale de quelques risques contemporains, Paris : Lavoisier, 480 p.

Coste M., 2001, Cognac, les clés de la fortune, Bonaguil : éd. Librairie du Château, 135 p.

D’Ercole R., Metzger P., 2008, Enjeux territoriaux et vulnérabilité : une approche opérationnelle, Actes du colloque national Vulnérabilités sociétales, risques et environnement. Comprendre et évaluer, 14-15-16 mai 2008, Toulouse, Université Toulouse le Mirail.

D’Ercole R., Metzger P., 2009, La vulnérabilité territoriale : une nouvelle approche des risques en milieu urbain, Cybergeo : European Journal of Geography, Dossiers : Vulnérabilités urbaines au sud, document 447, mis en ligne le 31 mars 2009. URL : http://www.cybergeo.eu/index22022.html

Donze J., 2010, Risques technologiques et urbanisation, in Coanus T., Comby J., Duchêne F., Martinais E., Risques et territoires : Interroger et comprendre la dimension locale de quelques risques contemporains, Paris : Lavoisier, pp. 159-176.

Glatron S., 1999, Une évaluation géographique des risques technologiques ; l'exemple du stockage et de la distribution des hydrocarbures en Ile de France, L'espace géographique, n° 4, pp. 361-371.

Huetz de Lemps C., Butel P., 1999, Histoire de la société et de la famille Hennessy (1765-1990), Cognac : édition Hennessy, 396 p.

Lascoumes P., 1994, L’éco-pouvoir, environnements et politiques, Paris : La Découverte, 320 p.

November V., 2010, « Risques territorialisés » ou « territorialité du risque » ? Réflexion géographique autour de la relation risque-territoire, in Coanus T., Comby J., Duchêne F., Martinais E., Risques et territoires : Interroger et comprendre la dimension locale de quelques risques contemporains, Paris : Lavoisier, p. 275-286.

November V., Delaloye R., Penclas M., 2007, Gérer et alerter, Revue de géographie alpine, 95-2 | 2007, mis en ligne le 03 mars 2009, URL : http://rga.revues.org/index140.html

Pinard J., 1972, Les industries du Poitou et des Charentes, Poitiers : SFIL, 516 p.

Roth H., 2011, Les « villes rétrécissantes » en Allemagne, Géocarrefour 2/2011 (Vol. 86), pp. 75-80. 
URL : www.cairn.info/revue-geocarrefour-2011-2-page-75.htm.

Veschambre V., 2005, Le recyclage urbain, entre démolition et patrimonialisation : enjeux d’appropriation symbolique de l’espace, Norois [En ligne], 195 | 2005/2, mis en ligne le 08 août 2008, consulté le 23 juin 2011. URL : http://norois.revues.org/548

Haut de page

Notes

1 « Les ventes de cognac battent tous les records », 2007, Charente Libre, du 21 septembre 2007 ; BNIC, Communiqué année mobile, novembre 2006 – novembre 2007, disponible sur http://www.cognac.fr.

2 Chaque département possède un dossier de 6 arrêtés préfectoraux ; ce sont les mêmes prescriptions, seule la dénomination du département change.

3 Mr. Barat, cité dans Coffin, J.P, 2007, « La maison H. Mounier s'installe dans ses nouveaux chais de Laubaret », Charente Libre, du 14/11/2007, 532 mots.

4 Dont un site de 5000 m², chais, bureaux et parking, au cœur du centre-ville, rue Victor Hugo (Karroum, 2008).

5 Karroum, I., 2008, « Á Cognac, les friches immobilières pullulent », Charente Libre, du 23 octobre 2008, 790 mots.

6 Le site a été réapproprié depuis, en 2010, par la société Bisquit (cognac Bisquit), (www.cognac-world.com, consulté le 25/05/11).

7 Mme A, Service Affaires Foncières - Habitat de la Communauté de Communes de Cognac, entretiens en 2011.

8 Coffin, J.P, 2007, « La maison H. Mounier s'installe dans ses nouveaux chais de Laubaret », Charente Libre, du 14/11/2007, 532 mots.

9 En 2007, le nombre d’habitants est de 35075 pour la communauté de communes (INSEE).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Chais (et distilleries) de la ville de Cognac
Crédits Source : Mérimée, DRIRE Poitou-Charentes, IIC, 2007.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Photo 1 : Ancienne distillerie réhabilitée en logements
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 2 : Localisation des chais de vieillissement d’alcool du cognaçais
Crédits Réalisation : N. Grembo.Source : DREAL Poitou-Charentes, Mairie de Cognac.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Grembo, « Quand le risque industriel est synonyme de dynamiques urbaines », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2627 ; DOI : 10.4000/tem.2627

Haut de page

Auteur

Nicolas Grembo

Docteur en géographie
Post-doctorant
Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société
EA 4477
Université du Littoral - Côte d’Opale
nicolas.grembo@univ-littoral.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page