Navigation – Plan du site
Articles

Économie verte et territoire : l’exemple nord-parisien

Green economy and territory: the example of the northern part of paris
Boris Lebeau
p. 92-101

Résumés

Cet article analyse, à travers l’exemple nord-parisien, la place qui est faite aux éco-industries dans la dynamique métropolitaine. Il s’intéresse plus particulièrement aux relations complexes qui se sont nouées depuis plus de dix ans, entre les entreprises et la communauté d’agglomération Plaine Commune ; lesquelles conditionnent en partie le maintien ou le rejet de ces activités.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’OCDE désigne les éco-industries comme : l’ensemble des entreprises produisant des biens et servic (...)
  • 2 Même si différentes institutions ont donné un périmètre à ces activités (OCDE, Direction régionale (...)

1Plus de deux ans après la promulgation de la loi portant « Engagement national pour l’environnement » dite loi Grenelle 2, il n‘est pas inopportun de s’intéresser à l’ancrage urbain de l’économie verte. En la matière, les interrogations demeurent nombreuses. Si le champ économique couvert a été relativement bien délimité par différentes institutions comme l’Organisme de Coopération et de Développement Économiques (OCDE)1, les volumes d’affaires générés par ces activités restent trop souvent méconnus des pouvoirs publics en raison notamment d’un appareillage statistique peu approprié2. En France, différents rapports (Boston Consulting Group, 2009 ; Commissariat général au développement durable, 2010) évaluent le potentiel économique du green business à 450 milliards d’euros d’ici 2020 et avancent le chiffre de 60 000 emplois créés chaque année pendant 10 ans. Dans le contexte de crise, l’économie verte est donc présentée en France, comme dans beaucoup de pays occidentaux (Al Gore, 2008), comme un nouveau relais de croissance que les pouvoirs publics (États et plus particulièrement les collectivités territoriales) doivent saisir.

2S’il n’est pas question ici de quantifier cette économie, des éléments plus qualitatifs seront en revanche abordés comme le degré d’intégration urbaine de ces activités ou encore le rôle joué par les pouvoirs publics pour en promouvoir les filières. En nous appuyant sur le cas très spécifique des éco-industries nord-parisiennes, nous verrons combien le destin de ces activités est dépendant des dynamiques économiques métropolitaines et des politiques locales les concernant.

  • 3 Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, L’Ile-Saint-Denis, Saint-Denis et Villetaneuse adhèrent en 2000. E (...)

3Le territoire de la communauté d’agglomération Plaine Commune, qui regroupe neuf communes3 de l’immédiate périphérie nord de Paris, accueille depuis très longtemps des entreprises liées au recyclage des métaux, des hydrocarbures, des eaux usées… qui, au côté des grandes industries chimiques et métallurgiques, ont fondé les spécificités fonctionnelles et identitaires de ce territoire ouvrier. Seules rescapées de la crise industrielle des années 1970 à 1990, les éco-industries ont d’abord suscité chez les élus de la jeune communauté d’agglomération, fondée en 2000, un espoir de (ré)industrialisation du territoire. Elles ont alors fait l’objet de multiples interventions de la part de Plaine Commune pour favoriser leur développement. Mais l’intégration progressive de ce territoire à la dynamique économique métropolitaine et la volonté de plus en plus explicite des élus d’attirer des activités prestigieuses (sièges sociaux d’entreprises, campus Condorcet, cité du cinéma, cluster créatif…) hypothèquent aujourd’hui leur maintien. L’intérêt de cet exemple réside donc autant dans l’analyse des politiques locales visant à développer les éco-industries que dans la compréhension des mécanismes qui poussent aussi à leur rejet dans un contexte métropolitain de sélectivité des entreprises par la valeur ajoutée. L’intérêt du cas nord-parisien repose enfin sur l’examen des ambigüités du discours et des représentations des élus locaux et des habitants à leur endroit. En l’occurrence, nous verrons qu’il existe un décalage souvent important entre la promotion qui est faite de ces activités dans les discours politiques et la place qui leur est réellement réservée dans le dispositif territorial métropolitain. Les diverses formes de rejet auxquelles sont ici sujettes les éco-industries ne manqueront pas de nous interroger aussi sur nos propres dispositions à bâtir une ville plus durable.

4Notre travail s’appuie sur un corpus d’entretiens réalisés auprès des services de l’agglomération Plaine Commune et de divers entrepreneurs du secteur. Il repose également sur les rares analyses techniques commandées par l’agglomération à des structures d’études. Il s’intègre enfin dans une recherche de plus grande envergure menée ces dernières années sur les mutations économiques, sociales et politiques de cette ancienne périphérie industrielle.

5On s’attachera donc dans un premier temps à voir dans quel contexte politique et économique, l’idée de soutenir les éco-industries a émergé au début des années 2000. On présentera ensuite, les grandes lignes de la politique intercommunale de soutien à la filière. On verra enfin qu’avec le rattachement progressif de cette périphérie au centre parisien, le soutien à ces activités ne s’apparente plus guère qu’à des effets de discours.

1. De nouvelles industries pour la banlieue rouge

  • 4 Selon la Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE), la fili (...)
  • 5 En 2000, quatre des cinq municipalités qui composent alors l’agglomération sont communistes.

6La présence des activités éco-industrielles4 dans l’immédiate périphérie parisienne trouve ses origines dans le long passé industriel de ce territoire qui, depuis plus d’un siècle, accueille quantité d’activités rejetées par le centre (Brunet, 1981). C’est au début des années 2000 que les élus communistes5 de l’agglomération décident de favoriser leur développement. Ce choix, qui a certes beaucoup à voir avec le marketing territorial, relève aussi de logiques identitaires dans le cadre d’une tertiarisation encore mal assumée par les élus locaux. Présentées en effet comme des activités à fort potentiel de croissance, les éco-industries sont surtout apparues comme un moyen de renouer avec le passé industriel du territoire.

1.1. Le recyclage : une activité ancienne, support de l’identité locale

  • 6 En 2007, les étrangers représentent 35,7% de la population de l’agglomération et plus de 40% des no (...)
  • 7 P. Braouezec, président de Plaine Commune, est aussi l’un des membres fondateurs et l’un des tous p (...)

7Le territoire de la Plaine Saint-Denis, qui s’industrialise à la fin du XIXème siècle, reçoit une part importante des activités qui ne sont plus tolérées au centre. Au côté des grandes implantations industrielles (métallurgie, chimie…), une kyrielle d’industries de recyclage des déchets parisiens s’installe sur le territoire. Ferrailleurs, boyauderies, entreprises équarrisseuses, chiffonniers, se multiplient et donnent à ce territoire une teinte particulière. Aux problèmes de pollution s’ajoutent les désagréments liés à la présence d’activités bruyantes et souvent malodorantes. Cette spécialisation fonctionnelle contribue bien évidemment à forger l’identité du territoire qui se construit alors en opposition à « l’ordre bourgeois » parisien. Il devient rapidement un bastion du socialisme municipal (Brunet, 1981) puis du Parti Communiste (Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve…). En dépit du remplacement des ouvriers par la diversité6 et des usines par les bureaux, la même rhétorique sert encore aujourd’hui de ciment à l’identité territoriale. Le débat sur le Grand Paris7 a été l’occasion de le vérifier. Les élus ont manifesté leur indignation face au projet d’élargissement des limites administratives de la Capitale au prétexte que le territoire avait toujours vécu dans l’ombre de Paris. Leurs motivations étaient certes plus politiques qu’historiques, toujours est-il qu’au tournant des années 2000, le choix de conserver toute une série d’activités relevant du recyclage trouve aussi une justification identitaire et symbolique. C’est également le fort ancrage territorial de ces activités, dans un contexte de délocalisation massive de l’industrie, qui amène les élus à s’y intéresser.

1.2 Une possible (ré)industrialisation dans le cadre d’une tertiarisation mal assumée

8Comme tous les territoires industriels, la Plaine Saint-Denis entre en crise à partir des années 1970 pour en sortir exsangue au milieu des années 1990. En 1998, la construction du Stade de France à Saint-Denis et le milliard d’euros injecté par l’État dans le réaménagement du site entraînent le territoire dans une transformation radicale. Les entreprises parisiennes, alors à la recherche de vastes espaces bons marchés et à proximité du centre, déferlent à la Plaine, entraînant une modification profonde des activités. Les bureaux et les emplois qualifiés remplacent rapidement les usines et leurs ouvriers.

  • 8 Source : INSEE.
  • 9 Sources : INSEE, Direction générale des finances publiques 2007.

9Avec plus de 65 000 emplois, ses deux gares RER et son stade, la Plaine Saint-Denis devient en dix ans le quatrième pôle tertiaire d’Île-de-France (après Paris, la Défense et Roissy-CDG). Ces transformations économiques déstabilisent fortement la société locale dont les difficultés sociales ne se sont guère résorbées, loin s’en faut. Alors que le territoire par ses immeubles de verre et d’acier affiche une prospérité retrouvée, la population locale s’enfonce dans la crise (Lebeau, 2006a). Si l’emploi progresse de 18 %8 entre 1999 et 2008, le chômage (20.6 % en 2008) ne diminue que de 0.9 points sur la même période (contre respectivement +9 % et -0.7 points au niveau régional). Avec 13,6 % des actifs percevant le RSA, 54 % de ménages imposables et un revenu médian par unité de consommation à 11 133 € en 2007 contre respectivement 14 516 € au niveau départemental et 20 575 € au niveau régional, Plaine Commune est la communauté d’agglomération la plus pauvre de Seine-Saint-Denis9.

  • 10 Source : Direction des finances de Plaine Commune.
  • 11 Source : INSEE, RP 2008.

10Ces transformations placent les élus communistes devant d’insolubles contradictions. La tertiarisation qui permet de revaloriser cette vieille périphérie industrielle constitue aussi une véritable manne financière pour le territoire. Avec des recettes fiscales qui passent de 553 à 794 millions d’euros10 entre 2003 et 2009, l’agglomération est en mesure de financer de nombreux projets et d’opérer ainsi d’importants transferts sociaux sur le territoire. Mais, la transformation qualitative des emplois n’a guère été profitable aux populations résidentes insuffisamment qualifiées (43 % de la population ne dispose d’aucun diplôme)11. Au delà donc des réactions parfois épidermiques que peuvent avoir les élus communistes face à l’arrivée des « cols blancs », la fragmentation économique et sociale du territoire s’avère politiquement et socialement explosive.

  • 12 En 1999, 13% des entreprises industrielles sont liées aux activités de recyclage à l’échelle de l’a (...)

11C’est dans ce contexte qu’émergent les réflexions sur l’opportunité de conserver des activités industrielles sur le territoire. Or, au début des années 2000, les rares entreprises industrielles encore présentes sont celles qui exercent une activité en lien avec le recyclage des déchets. Les nombreuses friches industrielles libres d’occupation et relativement éloignées des habitations offraient des espaces d’autant plus appropriés12 à ces activités que beaucoup étaient reliés aux infrastructures à grand gabarit tels que le canal transversal Ourcq-Seine ou le chemin de fer.

12Rapidement, les services de l’agglomération s’aperçoivent des nombreux avantages que peuvent procurer ces activités. Peu sujettes aux délocalisations, elles font appel à une main-d’œuvre faiblement qualifiée qui correspond bien au niveau de formation des habitants. En outre, l’engouement nouveau pour les technologies vertes s’est très vite révélé intéressant sur le plan politique. Il offrait enfin aux élus un moyen d’occuper un terrain d’avenir alors que leur ambition de (ré)industrialiser le territoire ressemblait de plus en plus à un combat d’arrière-garde.

  • 13 Source : Groupement des ASSEDIC de la région parisienne (GARP-UNEDIC).

13Reste que ces activités, en dépit de leur présence historique sur le territoire, sont relativement peu nombreuses. En 1999, l’agglomération dénombre13 49 entreprises employant 978 salariés qui relèvent d’activités éco-industrielles. En intégrant les activités connexes d’ingénierie et des études techniques on atteint 107 entreprises et 1 629 salariés, ce qui est peu au regard des 7 024 entreprises et des 74 201 salariés que compte l’agglomération la même année.

14L’implication de l’agglomération sur ce créneau a donc beaucoup à voir avec le marketing territorial. Mais elle est aussi fortement liée aux représentations des élus qui, en dépit des transformations économiques et sociales, ont continué pendant de nombreuses années à percevoir leur agglomération comme un territoire industriel et ouvrier.

2. L’aide au maintien et au développement des éco-filières

  • 14 Source : GARP-UNEDIC (Pôle Emploi).
  • 15 Source : ibid.

15Implantées dans les parties encore épargnées par la tertiarisation à la Plaine Saint-Denis ainsi que dans les autres communes de l’agglomération, ces entreprises n’ont vu leur nombre que légèrement augmenté (+5 %)14 depuis 1999. En revanche, leur volume d’activité s’est considérablement étoffé à l’image de l’entreprise courneuvienne Paprec qui est devenue en dix ans l’un des leaders français du recyclage. Les effectifs salariés de la filière progressent de 186 %15 sur la période 1999-2008.

16S’il est toujours difficile de déterminer avec précision les effets des politiques publiques dans la progression de l’activité, il reste que l’implication de l’agglomération est notable. Son soutien porte à la fois sur l’insertion urbaine des activités, la mise en réseau des acteurs et la formation professionnelle. Plaine Commune tente enfin de mettre en œuvre une démarche beaucoup plus innovante qui consiste à « nourrir » ces activités du projet urbain intercommunal.

2.1. L’intégration urbaine des activités

  • 16 Il s’agit d’une répartition en fonction du chiffre d’affaire généré par chaque branche de la filièr (...)

17Depuis 2008, on recense sur le territoire 150 entreprises employant près de 2000 personnes qui ont une activité en lien avec les métiers du traitement de l’eau (50 %)16, de la collecte et de la valorisation des déchets (25 %) et de la mesure, du contrôle et de l’ingénierie de la pollution (25 %). Une autre classification adoptée par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France (qui est la même que celle de l’OCDE) prend en compte un nombre plus important d’entreprises de conseil et dénombre, quant à elle, 173 entreprises et 4672 salariés en 2008.

18Les entreprises de collecte et de traitement des déchets, qui ne sont certes pas les plus nombreuses, sont pourtant celles qui accaparent le plus les services de l’agglomération. Employant les personnes les moins qualifiées, elles sont l’objet de toutes les attentions. Ces entreprises occupent des surfaces importantes (de 2 à 6 ha pour les plus importantes comme Cuv’eclair) et s’intègrent mal dans le tissu urbain en raison des nuisances sonores, visuelles et parfois même olfactives qu’elles génèrent. Elles sont aussi parmi celles qui rapportaient le plus de taxe professionnelle avant la transformation de l’impôt en 2010. Pour assurer leur maintien, l’agglomération organise de nombreuses réunions de concertation entre les habitants et les industriels. Elle désamorce ainsi les divers conflits et permet de contenir la pression sociale qui pousse spontanément au rejet de ce type d’activités.

  • 17 C’est la monnaie fiduciaire qui est le plus souvent utilisée pour la vente des métaux. Cette pratiq (...)
  • 18 Á Bobigny par exemple, le projet d’éco-cité prévoit d’exproprier nombre de ces activités (situées p (...)

19Afin d’assurer une intégration urbaine et paysagère optimale de ces activités, Plaine Commune réfléchit, à partir de 2007, à regrouper dans des « éco-parcs » les entreprises œuvrant dans le champ de la collecte et du recyclage. La zone d’activités Jean Mermoz de La Courneuve, vieillissante mais spécialisée de longue date dans le recyclage des métaux et des pneus, fait alors l’objet d’une réflexion visant à imaginer sa transformation en un véritable parc éco-industriel. La démarche qui est alors envisagée vise à mutualiser de nombreux équipements comme le système de chauffage ou de production électrique. L’agglomération souhaiterait également voir se mettre en œuvre les principes de l’écologie industrielle. Elle ambitionne ainsi de rendre les entreprises plus dépendantes les unes des autres, un peu à la manière des districts industriels ou des vieux bassins industriels (Becattini, 1992 ; Daviet, 2006), avec cette idée nouvelle que les déchets produits par les unes seraient valorisés par les autres. Si l’idée fait son chemin, le passage à une phase plus opérationnelle n’est pas chose évidente. L’agglomération qui peut faciliter la mise en réseau des acteurs, favoriser les rapprochements d’activités, aménager les terrains, ne peut sans doute pas décréter une telle « symbiose » qui implique l’existence d’un projet industriel commun à plusieurs entreprises. En outre, l’idée de structurer un éco-parc implique de lourds investissements que pour le moment, ni les entreprises, ni l’agglomération, ni la région partenaire de la réflexion ne semblent prêtes à consentir. Enfin, si les entreprises travaillent ici de longue date dans les métiers du recyclage, cela ne signifie pas, loin s’en faut, qu’elles aient une véritable culture écologique. La culture industrielle locale est avant tout celle des casseurs et des ferrailleurs et n’a pas grand-chose à voir avec celle des manuels d’écologie industrielle. D’ailleurs aucune d’entre elles ne bénéficie de la certification ISO 14000. La démarche de Plaine Commune est néanmoins intéressante car elle aborde une question importante : celle de l’intégration urbaine d’activités du recyclage largement présentes autour de nos villes. Exerçant leur activité dans des conditions de respect de l’environnement et de la légalité parfois douteuses17, la normalisation de ces entreprises semble aujourd’hui préférable à leur éviction18.

  • 19 Le complexe industriel de Kalundborg au Danemark associe une centrale à charbon, une raffinerie et (...)

20S’il apparaît donc opportun de vouloir normaliser ces activités, le projet intercommunal d’écologie industrielle semble, en revanche, quelque peu ambitieux car en la matière, le pouvoir de l’agglomération se limite à des mesures incitatives. Mais ces velléités posent la question de la généralisation des principes de la symbiose industrielle. Analysés notamment à travers l’exemple Danois de Kalundborg19(Adoue, 2007 ou Diemer et Labrune, 2007), ces principes semblent, en raison de leur caractère spontané et singulier, peu transposables en tout lieu. On peut donc s’interroger sur les motivations réelles de l’agglomération à prétendre atteindre ce nouveau « standard industriel ». La réflexion menée a-t-elle une portée réellement opérationnelle ou plus simplement exploratoire voir communicationnelle ?

2.2. Stimuler les réseaux et la formation professionnelle

21Afin de dynamiser les échanges entre les acteurs économiques et institutionnels, l’agglomération a structuré le « réseau des entreprises éco-industrielles de Plaine Commune ». Animé par une association d’entrepreneurs, d’élus et d’administrateurs publics du nom de Plaine Commune promotion, le réseau sert principalement à l’échange d’expériences. À partir de 2006, un chargé de mission à plein temps a même été recruté pour assurer cette tâche en lieu et place des services économiques de l’agglomération. L’association a ainsi permis de rapprocher certaines entreprises comme Cofely et Paprec. La première exploite le réseau de chaleur urbain à Stains et à Saint-Denis grâce à une chaudière à bois alors que la seconde dispose d’une filiale spécialisée dans le recyclage du bois. L’entreprise Paprec, qui possède également une chaîne de recyclage des déchets de construction à Gennevilliers, devrait permettre de recycler une partie des déchets du bâtiment produits sur le territoire de l’agglomération.

22La pérennité et le développement de ces activités passent également par le renouvellement de leur main d’œuvre. Or, de nombreuses entreprises se disent inquiètes pour le renouvellement de leur personnel dans les dix années à venir. Afin d’estimer les besoins réels, Plaine Commune a cofinancé une étude avec le département et le Fonds social européen (FSE) sur l’état de la filière et de ses besoins en personnel. L’agglomération, qui a compétence en matière d’insertion professionnelle, se dit aujourd’hui prête à œuvrer auprès des organismes de formation, des établissements d’enseignement professionnel et des universités pour favoriser l’émergence d’une offre de formation adaptée aux entreprises qui en feraient la demande.

2.3. Dynamiser l’activité grâce au projet urbain intercommunal

  • 20 L’envolée des prix du foncier est bien plus préoccupante.
  • 21 Sources : Schéma de cohérence territorial (SCOT), Programme local de l’habitat (PLH) de Plaine Comm (...)

23De manière plus innovante, Plaine Commune souhaiterait favoriser l’essor de nouveaux débouchés industriels en lien avec son propre projet de renouvellement urbain. Dans le cadre du Plan national de rénovation urbaine, la communauté d’agglomération est signataire d’un protocole qui mobilise 1,2 milliard d’euros pour la rénovation de 24 quartiers d’habitat social. Ces opérations qui donnent lieu à de nombreuses démolitions et reconstructions (plus de 8000 logements sont concernés) sont la source d’une importante quantité de déchets que Plaine Commune aimerait voir valoriser par la structuration d’une filière spécialisée. En France, ces filières font cruellement défaut car on recycle moins de 50 % des déchets du bâtiment contre près de 80 % en Allemagne. D’ici 2020, la loi Grenelle 2 obligera les collectivités territoriales à recycler 70 % de ces déchets sur leur territoire. Pour le moment, l’absence de filière de recyclage des déchets du bâtiment et des travaux publics a un impact considérable sur les prix de la construction neuve qui sont en moyenne 25 % plus élevés en France qu’aux Pays-Bas ou en Allemagne. Or, ce surcoût, même s’il n’est pas le seul20, a un impact négatif sur les finances publiques en déséquilibrant les bilans financiers des opérations d’aménagement. L’agglomération qui construit plus de 1500 logements par an21, dont une part importante dans le cadre d’opérations publiques, en est donc la première victime. Cette volonté de recycler les déchets de construction ne manque pas de justifications, mais si la communauté d’agglomération peut créer les conditions favorables à l’accueil d’une telle filière, elle ne peut se substituer aux acteurs économiques pour la mettre concrètement en œuvre. À cet égard, les évolutions réglementaires promises pour 2020 devraient permettre d’améliorer la situation même si, par manque de place, il s’avère déjà compliqué pour certains territoires comme Paris de s’y conformer sans imaginer la mise en place d’un mécanisme de mutualisation interdépartemental ou régional. En attendant, Plaine Commune essaye de jouer un rôle d’interface entre les différentes entreprises du territoire pour favoriser l’essor d’une filière de recyclage des déchets du bâtiment. Ainsi, en complément des liens tissés avec l’entreprise Paprec, elle réfléchit à la possibilité d’utiliser les déchets de la filière textile (implantée à Aubervilliers) comme matériaux d’isolation et travaille aujourd’hui à des estimations techniques.

24À travers ses divers projets, l’agglomération montre combien le rôle des collectivités territoriales en matière d’économie verte peut être important. La mise en place de filières tournant autour des métiers de l’environnement, du recyclage ou de l’éco-conception possède une composante systémique évidente. Les collectivités territoriales qui planifient l’occupation des sols, équipent, aménagent les territoires et tissent des relations avec le monde économique et de la formation ont donc toutes les compétences requises pour jouer un rôle de coordination qui semble nécessaire au développement de ces nouveaux principes industriels.

25Néanmoins, face à la complexité de la tâche, au rejet croissant des activités de recyclage par les populations et certains élus ainsi que la plus faible rentabilité fiscale de ces entreprises, il n’est pas acquis que l’agglomération mène à leur terme l’ensemble des réflexions entreprises. D’ailleurs, cette phase de soutien à l’activité semble être arrivée aujourd’hui à un tournant. Les nombreuses études menées n’ont pas toutes débouché sur des actions concrètes, comme l’éco-parc industriel ou le recyclage des matériaux de construction que déjà se pose la question du maintien des activités sur certaines portions du territoire en lien avec son rattachement progressif au centre parisien.

3. Métropolisation et rejet des éco-industries

  • 22 Aux élections municipales de 2008, les communistes ont perdu Aubervilliers et Pierrefitte-sur-Seine (...)

26Si Plaine Commune dit encore vouloir maintenir ces activités sur son territoire, aujourd’hui tout concourt pourtant à leur migration vers la lointaine périphérie (Val d’Oise, Seine-et-Marne, Oise). En dépit d’un discours toujours favorable aux éco-industries, la politique intercommunale semble pourtant avoir marqué une inflexion très nette ces dernières années. Ces changements renvoient probablement à l’érosion du Parti communiste au sein de l’exécutif intercommunal22. Ils ont aussi beaucoup à voir avec l’évolution du contexte fiscal ainsi qu’aux représentations qu’ont désormais les élus de leur territoire.

3.1. Une plus faible rentabilité fiscale

27La réforme de la taxe professionnelle, qui a été adoptée en 2010, modifie en profondeur les modalités d’imposition des entreprises. Assis dorénavant sur la valeur ajoutée plus que sur les immobilisations foncières, l’impôt rend les éco-industries fiscalement moins intéressantes pour l’agglomération (Ministère du budget, 2010). Dès lors, certains élus dont les Verts cachent avec moins de retenue leur hostilité à l’égard de ces activités dont ils dénoncent depuis longtemps les nuisances et les risques de pollution. Ils se disent néanmoins attachés à l’implantation de sociétés de services spécialisées dans les métiers de l’environnement.

28L’aménagement des berges du canal Ourcq-Seine est d’ailleurs un enjeu qui cristallise de façon récurrente ces oppositions politiques. Les uns souhaitent que ce dernier conserve une utilité sur le plan industriel en lien notamment avec le transport de matériaux de construction alors que les autres préféreraient lui donner une vocation résidentielle et de loisir. Le même débat prévaut pour certains faisceaux ferroviaires abandonnés ou encore pour les berges de la Seine. À l’Île Saint-Denis, les berges du fleuve avaient jusqu’à présent une fonction logistique en lien avec le transport fluvial (entrepôts du Printemps et des Galeries Lafayette). Transformées demain en éco-quartier, elles seront rendues aux cyclistes et aux promeneurs. Or, il n’est pas certain que cet usage, assurément plus vert, soit nécessairement plus durable (Lebeau, 2011). Car s’il paraît louable de vouloir améliorer la qualité de ces espaces, il existe une contradiction certaine entre le fait de vouloir repousser en périphérie ces activités et les principes du développement durable. En rendant inopérantes ces infrastructures de transport alternatives et en éloignant les lieux de production des déchets des lieux où ils seront traités, on augmentera mécaniquement le trafic routier. En la matière, une véritable pédagogie de l’écologie urbaine reste donc à entreprendre pour faire comprendre aux élus et aux riverains que l’éloignement visuel des activités ne signe pas la disparition de leurs effets et que cette mise à l’écart s’avère bien plus préjudiciable à l’environnement que leur intégration urbaine.

29En matière d’économie verte, l’adhésion purement dogmatique à des recettes libérales visant à alléger toujours plus la fiscalité des entreprises, risque d’avoir des effets contreproductifs inattendus. Ce que les entreprises gagneront sur le plan de la fiscalité, elles risquent fort de le perdre sur le plan proprement économique. Si, à l’avenir, l’agglomération ne récupère plus par la fiscalité les investissements qu’elle consent, elle risque d’abandonner les éco-filières aux lois du marché, ce qui dans le cas présent signifie sans doute leur migration voire leur disparition.

3.2 Métropolisation et renversement des perspectives politiques

30Les espaces qui étaient restés à l’écart des transformations économiques en raison de leur éloignement des transports et du stade devraient connaître à leur tour de profondes mutations en lien avec l’arrivée de nouvelles lignes de métro et de nouveaux aménagements.

Carte n° 1 : Éco-industries et dynamique métropolitaine à Plaine Commune

Carte n° 1 : Éco-industries et dynamique métropolitaine à Plaine Commune
  • 23 L’établissement public de coopération scientifique Campus Condorcet est officiellement créé par déc (...)

31Ainsi, le secteur de la porte et des abords du canal à Aubervilliers accueille depuis quelques mois un nouveau centre commercial (cf. carte). Il est la première réalisation d’un vaste programme d’aménagement qui prévoit à terme l’implantation du siège de Veolia et du campus Condorcet. Par son envergure (15 500 chercheurs23 regroupés sur près de 10 ha à Aubervilliers), ce projet est de nature à transformer radicalement le territoire. En outre, l’arrivée de la ligne 12 du métro en 2012 et la volonté du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche de confier la construction et la gestion du nouveau site universitaire à des opérateurs privés aiguisent les appétits des promoteurs. Alors que tous les signes d’une spéculation immobilière se mettent progressivement en place, les éco-industries dont les plus proches ne sont situées qu’à quelques centaines de mètres attendent avec inquiétude ces transformations. Beaucoup de ces entreprises sont d’ores et déjà persuadées qu’elles devront bientôt partir.

32Á l’autre extrémité de la Plaine Saint-Denis, à Pleyel, un projet d’une ampleur comparable est en train de prendre forme en lien avec la construction d’un vaste nœud d’interconnexion des transports. Ce futur hub du « Grand Paris Express » placera le territoire au cœur du dispositif économique francilien, à mi-chemin entre Paris, La Défense et l’aéroport Roissy-CDG. Plaine Commune et les services de l’État (Ministère de l’égalité du territoire et du logement, Préfecture de Région) projettent de structurer sur ce secteur un « cluster de la création » à rayonnement international en lien avec l’arrivée de la Cité du cinéma de L. Besson et les entreprises de l’audiovisuel et du cinéma déjà présentes (Lebeau, 2011). Ce projet bénéficie d’une débauche de moyens sans précédents (organisation de salons professionnels pour les activités numériques, conférences au Stade de France, nombreux crédits d’études, articles de presse…) qui tranche avec ceux déployés pour le développement des filières éco-industrielles. Alors que le département, l’État, l’association du Pôle Audiovisuel nord-parisien, la ville de Saint-Ouen, l’IAU, le pôle de compétitivité Cap Digital… travaillent à formaliser le projet de cluster, les éco-industries doivent se contenter quant à elles d’un seul chargé de mission. Si le cluster occupe autant les agendas politiques, c’est qu’il est au cœur des enjeux de pouvoir du Grand Paris (Lebeau, 2006-b). Il est à ce titre largement instrumentalisé par l’agglomération pour façonner l’image métropolitaine et internationale du territoire.

33Mais c’est moins sa dimension politique que sa portée symbolique qui nous intéresse ici. Car, en tentant de réunir diverses activités (cinéma, audiovisuel, activités numériques, activités culturelles comme la danse, le hip-hop, la musique…), le « cluster de la création » suggère que les industries créatives pourraient se nourrir des ressources du territoire (Florida, 2005). Il établit donc un lien direct entre la diversité sociale et la créativité. Cette idée, dont la pertinence mérite sans doute discussion, ouvre pourtant la voie à une autre approche du développement économique local. Car par ce truchement les élus reconnaissent implicitement la disparition de la classe ouvrière au profit de la diversité culturelle et ethnique. Or, sur ce territoire où les politiques économiques semblent intimement liées aux représentations du fait social, un tel changement de paradigme pourrait entraîner un abandon progressif des politiques de soutien aux éco-industries.

34Le rattachement progressif au centre parisien de cette ancienne périphérie productive transforme donc autant les activités que les mentalités. Dès lors, plus rien ne semble s’opposer au départ des activités éco-industrielles de ce territoire.

Conclusion

35Au-delà donc des intentions politiques, certes ambigües, un processus de mise à distance des activités liées au recyclage semble bel et bien à l’œuvre. Les éco-industries qui sont souvent présentées comme l’un des relais de croissance de demain ne semblent pas encore avoir accédé au rang d’activité métropolitaine alors même que, pour des raisons proprement environnementales, il y aurait un intérêt à leur conserver une place au cœur des agglomérations.

  • 24 Grenelle de l’environnement.

36Les mécanismes de rejet sont multiples : pression foncière, craintes des populations, nuisances… Assez paradoxalement, la sensibilisation croissante des populations aux problèmes d’environnement ne semble pas favoriser le développement des éco-industries locales (Montagné-Villette, 2011). Les pouvoirs publics, et tout particulièrement les communes et leurs intercommunalités, ont donc un rôle essentiel à jouer pour juguler ces facteurs répulsifs. En la matière, les actions menées ces dix dernières années par Plaine Commune sont un bon exemple des voies possibles. Mais, la réforme de la taxe professionnelle n’encourage pas les collectivités (en tous cas celles qui ont le choix) à privilégier ces activités devenues fiscalement peu rentables. Le revirement récent de Plaine Commune est à cet égard éclairant. Cependant, au-delà des aspects financiers, il nous apprend aussi que le soutien des pouvoirs locaux aux filières économiques est aussi affaire de contexte et de représentations. Les éco-filières, qui offraient jusqu’à présent un palliatif intéressant à l’industrie, semblent passées au second plan avec l’arrivée d’activités bien plus valorisantes sur le plan international et supposées plus en adéquation avec les caractéristiques sociales du territoire. L’économie verte, aujourd’hui comme dans les années 1970 (Daviet, 2005) ou en 200824, ne serait-elle qu’une économie que l’on exalte en temps de crise ? En tous cas, il semble qu’en la matière les effets de discours prennent souvent le pas sur la réalité.

Haut de page

Bibliographie

Adoue C., 2007, Mettre en œuvre l’écologie industrielle, Presses polytechniques et universitaires romandes, 106 p.

BCG 2009. Réflexions sur le portefeuille de mesures Grenelle Environnement, Boston Consulting Group.

Becattini G., 1992 Le district marshallien : une notion socio-économique in G. Benko, A. Lipietz., Les régions qui gagnent, Paris, PUF, pp. 35-56.

Brunet J.-P., 1981, Un demi-siècle d’action municipale à Saint-Denis la Rouge, 1890-1939, Paris : Cujas, 252 p.

Commissariat général au développement durable, 2010, Les filières industrielles stratégiques de l’économie verte, 174 p.

Daviet S., 2005, Industrie, culture, territoire, Paris : L’Harmattan. 208 p.

Diemer A., Labrune S., 2007, L’écologie industrielle : quand l’écosystème industriel devient un vecteur du développement durable, Développement durable et territoires [En ligne], Varia. URL : http://developpementdurable.revues.org/4121

Direction régionale de l’Industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE), 2010. Enjeux et défis des éco-industries du secteur de l’énergie en Île-de-France.

DSA Environnement, 2007. Étude de faisabilité d’un parc d’activités structuré autour d’un centre technique d’éco-industrie sur le territoire de La Courneuve, 112 p.

Dumont M., Devisme L., 2006, Les métamorphoses du marketing urbain, espacestemps.net. http://espacestemps.net/document1831.html

Florida, R., 2005, Cities and the créative class. New-york-London : Routledge, 198 p.

Gore A., 2008, A generationel challenge to repower America,. Huffington post, july 17 2008.

IAU-IF, 2004, Les éco-activités en Île-de-France : une filière innovante, un fort potentiel de développement, Note rapide n° 363.

Lebeau B., 2006a, De la complexité des entreprises à l’innovation des territoires institutionnels, Les Cahiers Nantais, n° 62-63, pp. 43-50.

Lebeau B., 2006b, L’intercommunalité en Île-de-France : le cas nord-parisien. Thèse de Doctorat, sous la direction de Solange Montagné-Villette. Université Paris-13. 315p.

Lebeau B., 2007, Intégration fonctionnelle et marginalisation sociale en Plaine de France, BAGF. n° 3-2007, pp. 315-326.

Lebeau B., 2011, Urban authorities and economic sector, European Spatial Research and Policy, Volume 18, Lodz University Press, pp. 41-51.

Ministère du Budget, des Comptes Publics, de la Fonction Publique et de la réforme de l’Etat, 2010. Présentation de la réforme de la taxe professionnelle. 15 p.

Montagne-Villette S., 2011, Le développement durable et le rejet de l’entreprise tertiaire, l’exemple d’IKEA dans les Alpes maritimes, in F Bost et S. Daviet, Entreprise et environnement : quels enjeux pour le développement durable, Presses Universitaires de Paris Ouest, pp159-172.

Haut de page

Notes

1 L’OCDE désigne les éco-industries comme : l’ensemble des entreprises produisant des biens et services capables de mesurer, d’empêcher, de limiter ou de corriger les dégâts occasionnés à l’environnement, tels que la pollution de l’eau, de l’air, du sol ainsi que les problèmes liés aux déchets, au bruit et aux écosystèmes. Ceci inclut les technologies, les produits et services “propres” qui réduisent le risque environnemental et minimisent l’utilisation des ressources.

2 Même si différentes institutions ont donné un périmètre à ces activités (OCDE, Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi, l’Institut d’Aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France…), la nomenclature d’activités française (NAF) ne propose pas de catégorie spécifique pour les éco-industries. La construction de cette nomenclature est ainsi faite qu’il est difficile de repérer certains segments d’activité comme celui du recyclage des déchets du BTP par exemple.

3 Aubervilliers, Epinay-sur-Seine, L’Ile-Saint-Denis, Saint-Denis et Villetaneuse adhèrent en 2000. Elles sont rejointes en 2005 par La Courneuve, Pierrefitte-sur-Seine et Stains, alors que Saint-Ouen, qui arrive le 1er janvier 2013, porte le nombre des communes à 10 et celui des habitants à plus de 400 000.

4 Selon la Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement (DRIRE), la filière éco-industrielle englobe des entreprises de différents métiers comme la collecte et le traitement des déchets, ainsi que le recyclage et la valorisation énergétique ; la gestion préventive ou curative des pollutions et des nuisances ; les techniques et les produits peu polluants et moins consommateurs de ressources, particulièrement dans le bâtiment, le transport et l’énergie et les énergies renouvelables. Enjeux et défis des éco-industries du secteur de l’énergie en Île-de-France. DRIRE Île-de-France, édition 2010.

5 En 2000, quatre des cinq municipalités qui composent alors l’agglomération sont communistes.

6 En 2007, les étrangers représentent 35,7% de la population de l’agglomération et plus de 40% des nouveaux entrants entre 1999 et 2006. Source : INSEE, RP 2006.

7 P. Braouezec, président de Plaine Commune, est aussi l’un des membres fondateurs et l’un des tous premiers présidents du syndicat « Paris métropole » (qui regroupe aujourd’hui 145 communes, 42 intercommunalités, 8 départements et le Conseil Régional d’Île-de-France). L’un des principaux objectifs de ce syndicat était d’éviter que l’État ne fusionne de façon autoritaire les collectivités territoriales franciliennes. Tout danger à ce sujet ayant été écarté, il a été depuis transformé en syndicat d’étude.

8 Source : INSEE.

9 Sources : INSEE, Direction générale des finances publiques 2007.

10 Source : Direction des finances de Plaine Commune.

11 Source : INSEE, RP 2008.

12 En 1999, 13% des entreprises industrielles sont liées aux activités de recyclage à l’échelle de l’agglomération. Les chiffres manquent mais la proportion est sans doute plus importante encore à la Plaine Saint-Denis en raison des départs massifs de grandes industries.

13 Source : Groupement des ASSEDIC de la région parisienne (GARP-UNEDIC).

14 Source : GARP-UNEDIC (Pôle Emploi).

15 Source : ibid.

16 Il s’agit d’une répartition en fonction du chiffre d’affaire généré par chaque branche de la filière. Source : DSA environnement, 2007.

17 C’est la monnaie fiduciaire qui est le plus souvent utilisée pour la vente des métaux. Cette pratique tout à fait légale ouvre pourtant la porte à de nombreuses dérives.

18 Á Bobigny par exemple, le projet d’éco-cité prévoit d’exproprier nombre de ces activités (situées pourtant aux bords du canal de l’Ourcq), au prétexte que celles-ci sont la source de nuisances peu compatibles avec les futurs logements que la municipalité souhaite construire.

19 Le complexe industriel de Kalundborg au Danemark associe une centrale à charbon, une raffinerie et une usine de Placoplatre et permet d’optimiser l'utilisation de l'eau, d’économiser l'énergie et de réutiliser certains déchets. Ce regroupement, qui date des années 1970, n’a pas été planifié. Le terme de symbiose industrielle lui a été accolé bien plus tard, en 1995, après que des observateurs aient remarqué le côté novateur et écologiquement intéressant de cette association.

20 L’envolée des prix du foncier est bien plus préoccupante.

21 Sources : Schéma de cohérence territorial (SCOT), Programme local de l’habitat (PLH) de Plaine Commune. Fichier des logements par commune (Filocom) de la Direction générale des impôts et du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire.

22 Aux élections municipales de 2008, les communistes ont perdu Aubervilliers et Pierrefitte-sur-Seine, passées depuis sous le contrôle du Parti Socialiste. Les communistes conservent néanmoins, une très courte majorité politique au sein de l’agglomération.

23 L’établissement public de coopération scientifique Campus Condorcet est officiellement créé par décret le 28 février 2012. Il regroupe l’EHESS, l’EPHE, l’INED, Paris 1, Paris VIII, Paris XIII, le CNRS, l’ENC, la FMSH et l’Institut des Amériques.

24 Grenelle de l’environnement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Éco-industries et dynamique métropolitaine à Plaine Commune
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Lebeau, « Économie verte et territoire : l’exemple nord-parisien », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2597 ; DOI : 10.4000/tem.2597

Haut de page

Auteur

Boris Lebeau

Maître de conférences
Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité
99, avenue Jean-Baptiste Clément
93430 Villetaneuse
borislebeau@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page