Navigation – Plan du site
Articles

Les facteurs d’émergence et de pérennisation du secteur de l’image en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille

Factors of the moving image sector emergence and sustainability in the Lille, Lyon and Marseille metropolitan areas
Bruno Lusso
p. 75-91

Résumés

En France, les industries créatives sont traditionnellement concentrées en région parisienne. Á partir des années 1980, les aires métropolitaines de Lille, Lyon et Marseille qui bénéficient, dans le cadre des politiques nationales de décentralisation de pouvoirs décisionnels accrus, décident de soutenir le développement des industries du cinéma, de l’audiovisuel, du logiciel et du jeu vidéo. Ces activités s’appuient sur la préexistence d’équipements et de savoir-faire locaux plus ou moins importants : présence de médias, tradition dans l’accueil de tournages, écoles générant des créateurs, tradition industrielle dans les métiers du multimédia… Or, le tissu entrepreneurial, qui s’est largement développé au cours des années 2000, demeure encore émergent et peu structuré. Afin d’assurer l’ancrage territorial des firmes et la pérennisation de ces industries, les pouvoirs publics décident de lancer d’ambitieuses politiques sectorielles qui impliquent notamment la construction de pôles image dans chacune des aires métropolitaines et la création d’associations professionnelles transmédia. Néanmoins, la mise en place de réseaux de sociabilités territorialisés au sein des industries du cinéma, de l’audiovisuel, du logiciel et du jeu vidéo demeure encore extrêmement fragile, voire incertaine, et nécessite une implication des pouvoirs publics sur le moyen, voire le long terme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cinéma, audiovisuel, documentaire, animation, multimédia, jeu vidéo, infographie… tous ces mots renvoient à un domaine d’activités précis : celui de la création d’images animées. Le mot « image » désigne une représentation visuelle ou mentale d’un objet, d’un être vivant ou d’un concept. En tant que représentation visuelle, l’image peut se diviser en deux catégories : fixe (peinture, dessin, affiche, photographie) et en mouvement (cinéma, vidéo, télévision, animation). Comme ces deux grandes catégories d’images s’appuient sur des filières de production très différentes, nous nous intéresserons plutôt à l’image en mouvement, considérée comme une industrie culturelle appartenant au vaste ensemble des technologies de l’information et de la communication. Néanmoins, les contours du secteur de l’image en mouvement sont difficiles à appréhender. Deux principales filières constituant le secteur peuvent être identifiées : le cinéma et la télévision, ainsi que l’édition et le développement de jeux vidéo.

2La production cinématographique et télévisuelle se divise en quatre segments que sont l’écriture, le tournage, la postproduction et la distribution. L’édition et le développement de jeux vidéo désignent l’ensemble des activités visant à produire des loisirs numériques et interactifs, combinant plusieurs moyens de représentation de l’information (textes, sons, images fixes ou animées, environnement virtuel) sur différents supports (console, ordinateur, Internet). De ce fait, l’édition et le développement de jeux vidéo sont intimement liés à l’industrie du contenu numérique telle que les prestations Internet, les réseaux, les services aux télécommunications, les équipements et composants informatiques. Au tournant des années 2000, la numérisation et la dématérialisation des supports de diffusion encouragées par la révolution des technologies de l’information et de la communication (Chantepie et Le Diberder, 2005), ont facilité l’émergence de nouveaux modes d’écriture et de production des images en mouvement et une convergence de plus en plus forte des savoir-faire entre les filières cinématographique et jeu vidéo.

3De ce fait, cette industrie culturelle qui repose sur d’étroites collaborations entre diverses disciplines créatives, a tendance à se localiser dans les plus grandes agglomérations urbaines. En effet, la concentration des populations dans ces espaces augmente la probabilité de trouver des créateurs et un public réceptif à l’innovation artistique (Scott, 2005). La localisation des industries culturelles, et plus précisément du secteur de l’image en mouvement, résulte de la conjonction de phénomènes spatiaux soulignés notamment par Allen J. Scott, Frédéric Leriche (2005) et David Hesmondhalgh (2007), que sont :

  • la préexistence d’activités économiques facilitant l’émergence des industries créatives ;

  • la présence d’un important capital humain, dans lequel les entreprises créatives pourront puiser ;

  • l’accompagnement financier des pouvoirs publics ;

  • la mise en place de réseaux entre les différentes firmes permettant de stimuler leur créativité et de réduire les risques vis-à-vis des aléas du marché.

4Ces différentes constatations nous amènent à poser la question suivante : les facteurs d’émergence et de pérennisation des industries culturelles précédemment cités s’appliquent-ils au secteur de l’image en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille ? Ce questionnement nous amène donc à interroger la capacité de ces trois territoires urbains à développer un cadre favorable à l’émergence et au développement d’entreprises productrices d’images en mouvement. Pour ce faire, nous tenterons successivement d’analyser :

  • Les principales caractéristiques du secteur dans chacun de ces trois territoires ;

  • Les facteurs d’émergence de cette industrie culturelle ;

  • Les modalités de pérennisation de cette activité industrielle.

5Si, à l’échelle de la France, la région parisienne est le principal territoire de production d’images en mouvement, la comparaison entre les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille semble toutefois intéressante. En effet, ces trois ensembles urbains sont les principaux pôles derrière la région parisienne en matière de poids économique et de localisation d’activités productrices d’images en mouvement. L’aire métropolitaine de Lille est constituée de l’agglomération lilloise (qui inclut dans sa partie nord les communes belges de Courtrai et de Tournai) à laquelle il faut ajouter l’ancien Bassin minier (villes de Béthune, Lens, Douai et Valenciennes) et la ville d’Arras. Quant à l’aire métropolitaine lyonnaise, elle est définie comme l’espace d’influence de l’agglomération lyonnaise auquel s’ajoutent les principales villes et agglomérations voisines : Saint-Étienne, Vienne, Bourgoin-Jallieu, Ambérieu-en-Bugey, Villefranche-sur-Saône et leurs aires d’influence propres. Enfin, l’aire métropolitaine marseillaise est constituée de quatre pôles distincts : Marseille, Aix-en-Provence, Fos-sur-Mer - Martigues et Vitrolles - Marignane.

1. Les caractères principaux du secteur de l’image en mouvement

6Les activités productrices d’images en mouvement demeurent principalement concentrées en région parisienne qui accueille plus des deux tiers des entreprises audiovisuelles et la moitié des éditeurs et développeurs de jeux vidéo. Pour autant, existe-t-il un tissu d’entreprises productrices d’images en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire d’établir un inventaire du tissu entrepreneurial à partir des données du répertoire SIRENE de l’INSEE. Au sein de la section J consacrée aux activités de l’information et de la communication, seuls les codes NAF 58.2 (édition de logiciels) et 59.1 (activités cinématographiques, vidéo et télévisées) ont été retenus pour identifier les entreprises du secteur de l’image en mouvement.

1.1. Une concentration de jeunes TPE/PME dans les centres urbains

7Les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille comptent respectivement 360, 529 et 531 entreprises productrices d’images en mouvement. Au regard des quelques 3 000 firmes implantées dans la région-capitale, ces chiffres sont évidemment faibles. Néanmoins, si nous ramenons ces données à l’échelle des autres métropoles de province qui comptent toutes moins de 300 entreprises dans ce secteur, nous constatons que les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille sont les trois principaux territoires créateurs d’images en mouvement en dehors de Paris.

Figure 1 : Les principales caractéristiques des entreprises productrices d’images en mouvement

Figure 1 : Les principales caractéristiques des entreprises productrices d’images en mouvement

Réalisation : B. Lusso, 2010, TVES, Lille 1, d’après les données du répertoire SIRENE de l’INSEE

8D’un point de vue géographique, nous pouvons constater que l’air de la ville rend créatif (Hall, 2000), tant ces activités se concentrent principalement dans l’agglomération urbaine la plus peuplée de l’aire métropolitaine (ville de Marseille, agglomération lyonnaise, conurbation de Lille-Roubaix-Tourcoing-Villeneuve d’Ascq) au détriment des anciens bassins miniers monofonctionnels (bassins charbonnier du Nord-Pas-de-Calais, de Saint-Etienne et de Gardanne), des petites villes et des espaces ruraux. Il semble que la concentration d’équipements (bonne accessibilité, locaux techniques, universités, structures d’accompagnement aux entreprises…) offerte par les métropoles et les potentialités d’y trouver des clients, des fournisseurs et une main d’œuvre numériquement plus importante, demeurent des conditions sine qua non au développement du secteur de l’image en mouvement.

9Dans la totalité des filières du secteur de l’image en mouvement, les créations d’entreprises s’échelonnent principalement sur ces trente dernières années et sont contemporaines de l’essor des nouvelles technologies de l’information et de la communication : les plus anciennes, à l’exception notable de deux sociétés audiovisuelles créées respectivement à Lyon (Le Goff Eclairages) et à Marseille (Protisfilms) dans les années 1950, datent de la fin des années 1970. Ce mouvement de création de firmes productrices d’images en mouvement s’est globalement accéléré à partir de la fin des années 1990, témoignant ainsi de la jeunesse de ce tissu industriel. L’industrie du multimédia a la particularité d’être duale : une poignée de grands groupes internationaux réalisant l’essentiel de la production à forte valeur ajoutée domine une grande majorité de PME/TPE plus ou moins fragiles et indépendantes (Kloosterman, 2004). Le paysage entrepreneurial des aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille ne déroge pas à cette règle : plus de la moitié des firmes du secteur de l’image en mouvement sont monosalariales (environ 60 % à Lille et à Lyon, les deux tiers à Marseille). En outre, un tiers des entreprises compte moins de dix salariés. Quant aux firmes de plus de 50 salariés, elles ne dépassent dans aucune des trois aires métropolitaines la proportion de 1 %.

10Comme le tissu entrepreneurial s’est constitué principalement au tournant des années 2000, de nombreuses firmes n’ont pas achevé leur phase de développement, ce qui explique en partie une telle situation. Toutefois, des différences existent au sein des différentes filières du secteur de l’image en mouvement. En effet, dans l’audiovisuel, nombreux sont les producteurs et les techniciens qui ont fondé une entreprise dans laquelle ils sont à la fois patron et unique salarié permanent. Le caractère intermittent et segmenté de la production audiovisuelle ainsi que le faible chiffre d’affaires de ces firmes ont poussé un grand nombre d’entrepreneurs à avoir recours aux intermittents du spectacle qui alternent alors périodes d’emploi et de chômage. La situation est bien plus favorable pour les éditeurs et développeurs de jeux vidéo, car le succès d’un jeu ou d’un logiciel peut faciliter un rapide développement de l’entreprise. C’est le cas de la firme roubaisienne Ankama qui, grâce à son jeu vidéo Dofus, a atteint en à peine cinq ans l’effectif de 300 salariés. Le type de production est donc un outil utile pour caractériser un tissu entrepreneurial et mesurer les performances économiques de cette industrie culturelle dans les trois aires métropolitaines.

1.2. Une production encore trop peu valorisante en dépit de savoir-faire indéniables

11Dans le domaine de la réalisation d’images en mouvement, la postproduction audiovisuelle, l’édition ou le développement de logiciels et de jeux vidéo sont reconnus comme étant des productions à plus forte valeur ajoutée que l’accueil de tournages ou la réalisation de courts métrages à caractère institutionnel (Hesmondhalgh, 2007). Malheureusement, la distribution des entreprises dans les trois aires métropolitaines semble plutôt corroborer l’hypothèse d’une production d’images en mouvement globalement peu valorisante. Plus de 80 % des entreprises productrices d’images en mouvement font partie de la filière audiovisuelle. Environ la moitié d’entre elles réalisent des films institutionnels. En raison de son caractère peu valorisant et moins ségrégatif, la production de films institutionnels demeure très nettement majoritaire et spatialement dispersée puisqu’un grand nombre de bourgs ou de petites villes accueillent au moins une entreprise. Ce type de production, largement subventionné par les autorités publiques, dont l’objectif n’est pas réellement lucratif, est souvent le fait d’associations qui ont décidé de créer une entreprise pour promouvoir leur production auprès d’établissements publics ou de structures d’enseignement, dans une optique d’éducation et de formation. Ces firmes sont particulièrement nombreuses à Marseille, de par la présence depuis le milieu des années 1990 de l’Observatoire des Ressources Multimédia en Éducation. Cet organisme public lancé par l’Académie d’Aix-Marseille, vise à faciliter la formation des jeunes par l’usage des TIC. Quant aux aires métropolitaines de Lyon et de Lille, elles accueillent davantage des agences publicitaires qui développent une production à plus forte valeur ajoutée et travaillent soit pour les enseignes commerciales de la métropole lilloise (Auchan, La Redoute, Les Trois Suisses), soit pour la communication des grandes entreprises implantées dans la région de Lille, de Lyon, de Saint-Étienne ou de Courtrai.

12Quant aux entreprises de production de programmes télévisés, elles sont moins nombreuses (entre 75 pour Lille et une petite centaine pour Lyon et Marseille), dans la mesure où aucune des trois aires métropolitaines étudiées ne dispose de chaînes de télévision suffisamment puissantes pour produire leurs propres films, documentaires ou divertissements. Les producteurs de télévision présents sur ces territoires métropolitains sont des sociétés travaillant en étroite collaboration avec les chaînes de télévision nationales, à l’instar de Plus de Prod à Lyon ou de Telfrance qui coproduit avec France 3 le feuilleton télévisé Plus Belle la Vie. Quant aux effectifs d’entreprises productrices de films pour le cinéma, ils sont encore plus faibles, y compris dans des villes qui disposent d’une longue tradition cinématographique comme Lyon ou Marseille (moins de 100 entreprises dans chacune des deux aires métropolitaines). Il s’agit d’une part de petits producteurs régionaux et indépendants (Les Films du Nord à Lille, Art Films à Lyon, Les Films du Soleil à Marseille) qui coproduisent chaque année un à deux films, dont la diffusion en salles demeure la plupart du temps confidentielle. D’autre part, ces trois territoires comptent un nombre non négligeable de petites firmes produisant des courts, voire des longs métrages d’animation (soit 50 % des entreprises productrices de films pour le cinéma), grâce au développement de politiques régionales de soutien à la production audiovisuelle, mais aussi à la numérisation généralisée du processus de création qui réduit grandement le coût de réalisation d’un film d’animation.

13La figure d’une province accueillant des tournages majoritairement produits en région parisienne demeure d’actualité et ne facilite pas l’émergence de puissantes entreprises locales de postproduction qui englobent l’ensemble des techniques de finalisation d’un produit filmique ou audiovisuel. Pourtant, ces villes disposent de sérieuses compétences dans les prestations techniques de l’audiovisuel, le doublage des voix ou les effets spéciaux, puisqu’elles comptent entre 40 et 60 entreprises de postproduction audiovisuelle. Malgré cela, un grand nombre de réalisateurs français préfère confier la postproduction de leur film à des entreprises - principalement parisiennes - avec lesquelles ils ont déjà travaillé ou dont ils savent que le savoir-faire répondra à leurs exigences. Pourtant, face à l’augmentation constante des coûts de production, l’État – via des chaînes de télévision comme France 3 – et les Conseils Régionaux ont cherché à développer localement la réalisation et les activités de postproduction au sein des différents pôles image prévus à cet effet. C’est le cas des séries Kamelott et Plus Belle la Vie respectivement tournées et postproduites à Lyon par M6 et à Marseille par France 3 et Telfrance, à la demande de donneurs d’ordre parisiens. Le développement de la postproduction numérique, qui a entraîné une restructuration du marché national en faveur d’une progressive décentralisation, a offert de nouvelles possibilités à ces villes qui ont vu émerger des sociétés devenues leaders nationaux dans ce domaine, à l’instar de Workflowers à Lille.

14Avec 110 firmes à Lyon et environ 70 à Lille et Marseille, la filière jeux vidéo, en dépit d’effectifs assez faibles, est marquée par un très grand dynamisme. Dans l’aire métropolitaine de Lyon, l’essor est surtout lié à l’existence de quelques éditeurs de jeux vidéo à succès tels qu’Electronic Arts ou Digital Bros. Ces éditeurs prennent en charge le risque financier et s’engagent dans la production, la promotion et la distribution d’un jeu en fonction des propositions que leur font les studios de développement (Eden Games ou Arkane Studios), plus nombreux dans l’aire métropolitaine. Ces derniers s’occupent alors de l’écriture et de la réalisation du jeu vidéo. Si les distributeurs de jeux vidéo demeurent encore concentrés en région parisienne, la réussite lyonnaise est indéniable, dans la mesure où l’aire métropolitaine contribue à 40 % de la production nationale de jeux vidéo. Dans l’aire métropolitaine de Marseille, les firmes identifiées sont soit de petits studios de développement de jeux vidéo et de serious games, associant parfois, dans une optique de réduction des risques liés au marché, des activités de communication visuelle (Assoria, Indeego Games), soit des développeurs de jeux parisiens (Lexis Numérique) implantés à Marseille dans la seconde moitié des années 2000. Dans l’aire métropolitaine de Lille, les éditeurs et développeurs de jeux vidéo sont souvent à la base des entreprises de communication visuelle et de création de sites Internet qui travaillent pour les sociétés commerciales régionales. Afin d’éviter une trop forte dépendance vis-à-vis de leurs clients historiques, ces dernières, à l’instar d’Ankama à Roubaix, ont fait le choix d’une diversification de leurs activités en direction des loisirs numériques. Ces entreprises sont principalement des éditeurs de jeux vidéo qui conçoivent et réalisent en interne l’ensemble de leur production. Prenant des risques importants, certaines de ces firmes ont connu une croissance rapide, à l’image d’Ankama ou dans une moindre mesure CCCP, et se sont placées comme des acteurs incontournables de la production régionale de jeux vidéo.

15Il existe donc bien dans chacune des trois aires métropolitaines un tissu d’entreprises produisant des images en mouvement. Constitué majoritairement de TPE/PME implantées dans les plus grands centres urbains de l’aire métropolitaine et créées souvent dans les années 2000, ce tissu entrepreneurial est plutôt orienté vers la production audiovisuelle. La question des conditions d’émergence du secteur dans les trois aires métropolitaines semble donc très intéressante à poser.

2. Les facteurs d’émergence du secteur de l’image en mouvement

16Si le capital humain et la créativité sont considérés comme des ressources indispensables au développement régional (Mellander et Florida, 2007), un débat persiste autour de leurs conditions d’émergence. Trois approches sont alors mises en avant par les chercheurs. Celles-ci sont :

  • l’importance des structures d’enseignement et de formation (Verdier, 2006),

  • le poids déterminant des facteurs économiques, industriels et culturels (Wolfe, 2002),

  • le rôle décisif des politiques publiques menées à l’échelle métropolitaine et régionale (Moulaert et Mehmood, 2008).

17Dans un ouvrage collectif dirigé par H.-J. Braczyk et al. (1999), économistes et sociologues convergent pour énoncer une série de facteurs favorables à l’émergence d’une industrie audiovisuelle et multimédia, tels que la qualité des structures d’enseignement supérieur, l’intervention des pouvoirs politiques, le développement d’industries ayant pour base les TIC, une forte tradition dans le domaine des médias, de la production audiovisuelle et cinématographique. Cette grille de lecture est-elle applicable au secteur de l’image en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille ? Afin de répondre à cette question, nous nous sommes appuyés sur des entretiens semi-directifs réalisés auprès d’une centaine d’entreprises, complétés par des questionnaires envoyés aux structures de formation à l’image en mouvement dans chacune des trois aires métropolitaines.

2.1. La réutilisation de savoir-faire préexistants

18La tradition audiovisuelle, médiatique ou cinématographique peut être à l’origine de la création d’entreprises créatrices d’images en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille. Cette hypothèse est renforcée pour la ville de Lyon qui a vu naître le cinématographe inventé par les frères Lumière en 1895 et les premiers studios de cinéma, mais aussi pour Marseille, dont la qualité du climat, de la lumière et des paysages a incité plusieurs créateurs locaux, dont Marcel Pagnol, à implanter des studios de cinéma pour faire de la ville une sorte d’« Hollywood à la Française ». Si ces initiatives ont permis aux deux villes d’accueillir un grand nombre de tournages, elles n’ont en revanche pas laissé beaucoup de traces dans le paysage entrepreneurial : en effet, pour chacune des deux villes, en 2012, nous ne comptons qu’une seule entreprise audiovisuelle créée dans les années 1950 : Le Goff Éclairages à Lyon, et Protisfilms, société fondée à Marseille par l’industriel Paul Ricard. Il faut dire que la fermeture des studios dans les années 1960, suite à leur faible occupation, a condamné ces deux territoires à de simples fonctions d’accueil des tournages. Quant à Lille, sa réputation de ville industrielle, peu ensoleillée et très proche de la capitale n’a pas encouragé un essor précoce des tournages. En fait, pour ces trois territoires, le réel démarrage de la production cinématographique date du début des années 1990 lorsque les Conseils Régionaux du Nord-Pas de Calais, de Rhône-Alpes et de PACA créent des Commissions Régionales du Film et instaurent des fonds de soutien à la création audiovisuelle et cinématographique. Ces dispositifs, dont les moyens financiers ont été démultipliés dans les années 2000, ont permis aux trois métropoles d’augmenter substantiellement le nombre d’œuvres produites et facilité la création entrepreneuriale. La tradition cinématographique n’explique donc pas vraiment la création de firmes audiovisuelles dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille.

19Qu’en est-il des tissus industriels locaux ? Certains territoires industriels en crise réussissent à s’adapter aux évolutions de l’économie, en opérant une bifurcation à partir de savoir-faire issus de la « vieille économie » selon un processus de rupture-filiation (Maillat et Kebir, 1999). Si nous analysons le système productif des aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille, nous constatons que l’action des entrepreneurs locaux a contribué à l’émergence d’industries liées à l’image. C’est le cas de la métropole lilloise où le pragmatisme de certains entrepreneurs textiles a permis d’anticiper l’effondrement de l’industrie, dans la mesure où ces derniers ont misé sur les magasins spécialisés de vêtements, les services financiers, les chaînes hôtelières, la grande distribution et la vente à distance. Or, avec la révolution des TIC, les procédés de vente à distance se sont largement informatisés, offrant à la métropole de nouveaux savoir-faire dans le secteur des télécommunications. Ceci a favorisé l’émergence d’agences publicitaires ou de création de sites web, qui bénéficient de la proximité de leurs clients potentiels comme la grande distribution (groupe Auchan) ou la vente par correspondance (Liefooghe, 2009). Toutefois, afin d’éviter une trop forte dépendance vis-à-vis de leurs clients historiques, certaines d’entre elles, à l’instar d’Ankama à Roubaix ou OPO à Lille, ont fait le choix d’une diversification de leurs activités en direction des loisirs numériques qui utilisent les mêmes savoir-faire technologiques.

20La situation de l’aire métropolitaine de Lyon est tout à fait différente. En effet, le tissu entrepreneurial rhône-alpin s’est historiquement construit en étroite relation avec les universités, les grandes écoles et les centres de recherche. Les jeunes diplômés et créateurs ont pu largement diffuser leurs découvertes grâce à un tissu entrepreneurial ouvert à l’innovation. Par ailleurs, Lyon dispose depuis la Renaissance d’une longue tradition commerciale et financière qui a facilité le développement de banques privées capables de proposer des crédits aux entreprises. Un tel contexte a facilité à partir des années 1980 la réorientation des firmes en direction de secteurs économiquement plus porteurs tels que l’industrie du logiciel et les télécommunications. Ces entreprises ont progressivement diversifié leurs compétences en direction de l’édition de logiciels, telles que Take Off ou Netcentrik. Cette dynamique a constitué un terreau favorable à l’émergence d’éditeurs et de studios de développement de jeux vidéo.

21Quant à l’aire métropolitaine de Marseille, la reconversion de l’ancien bassin minier de Gardanne par la microélectronique – initialement souhaitée par l’État dans le cadre du Plan Composants – a facilité l’émergence de nouvelles firmes locales, mais aussi l’implantation de quelques éditeurs de jeux vidéo parisiens ou régionaux (Bip Média) qui souhaitaient abaisser leurs coûts de production (l’offre immobilière est en moyenne 30 % moins chère qu’à Paris), mais aussi profiter d’une bonne accessibilité et d’une main d’œuvre qualifiée. Néanmoins, si ces dynamiques industrielles existent, elles demeurent encore à la marge de la création contemporaine des entreprises du secteur de l’image en mouvement.

2.2. La qualité des structures de formation régionales

22Dans le domaine des arts et des TIC, les aires métropolitaines de Lille, Lyon et Marseille proposent respectivement 147, 196 et 123 formations aux métiers de l’image en mouvement. Cette donnée est certes intéressante, mais pas réellement parlante. Encore faut-il qu’un nombre suffisant d’étudiants soit formé localement pour constituer une masse critique de jeunes créatifs potentiels. Il apparaît plus intéressant d’analyser les effectifs d’étudiants qu’une formation peut accueillir. D’après une enquête réalisée auprès des structures de formation, nous constatons que la moitié des cursus accueillent entre 100 et 500 étudiants : il s’agit principalement d’écoles spécialisées dans les métiers liés aux télécommunications, à l’infographie ou aux arts du spectacle. Parfois, certaines structures de formation, qui sont quasi-exclusivement des départements universitaires dans les secteurs de l’informatique et des arts vivants, comptent plus de 500 étudiants. En additionnant l’ensemble des formations, les effectifs étudiants formés en 2010 aux métiers liés à l’image en mouvement sont respectivement de 7 700 à Lyon, 4 200 à Lille et 3 700 à Marseille. En dépit des différences notables entre les aires métropolitaines, le vivier de jeunes diplômés potentiels apparaît comme nettement suffisant pour alimenter la croissance du secteur.

Figure 2 : Les structures de formation à l’image en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, Lyon et Marseille

Figure 2 : Les structures de formation à l’image en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, Lyon et Marseille

Réalisation : B. Lusso, 2011, TVES, Lille 1, d’après le site L’Etudiant.fr

23Ces structures de formation se localisent principalement dans les cœurs historiques de ces différentes aires métropolitaines (conurbation de Lille, Roubaix et Tourcoing, villes de Lyon et Marseille) ou les cités universitaires (Villeneuve d’Ascq, Villeurbanne et Aubagne), illustrant un processus de métropolisation. Quelques pôles secondaires apparaissent dans certains anciens bassins industriels (agglomération de Valenciennes pour l’aire métropolitaine de Lille, ville de Saint Etienne pour Lyon) et sur le versant belge de la métropole lilloise (villes de Tournai et de Courtrai). Néanmoins, toutes ces écoles ne proposent pas forcément des cursus dédiés à l’image en mouvement, mais des savoirs et des compétences qui peuvent être utiles au développement du secteur. En effet, les cursus en télécommunications, informatique et électronique représentent entre 50 et 60 % de l’offre de formation des disciplines liées à l’image en mouvement. S’y ajoute la catégorie « arts » (théâtre, dessin et arts appliqués) qui représente en moyenne un cinquième de l’offre. Ainsi, seulement 25 % de l’offre de formation proviennent des écoles d’audiovisuel, d’infographie et de jeux vidéo. Cette première approche met en évidence une offre de formation variée, mais pas forcément adaptée aux besoins des entreprises créatrices d’images en mouvement. Ces cursus amènent-ils les jeunes diplômés à créer leur entreprise ?

24Dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille, trois systèmes de formation – public, privé et consulaire - aux logiques différentes, prédominent. Entre 40 et 50 % des jeunes créatifs potentiels sont formés dans des écoles privées qui tendent à proposer plus de cursus de formation professionnalisants que les universités beaucoup plus généralistes dans leur offre de premier cycle. Partiellement financées par un système de taxe d’apprentissage que les entreprises reversent à l’école de leur choix, ces structures de formation privées recherchent avant tout un objectif de rentabilité, en imposant des frais de scolarité dix à quinze fois supérieurs à ceux pratiqués dans les universités. Une telle situation oblige ces écoles à insérer le plus rapidement possible leurs jeunes diplômés dans la vie professionnelle, si possible dès la fin du premier cycle. Plus rares sont les établissements qui prolongent la formation en deuxième et troisième cycles : ils ne représentent respectivement que 24 % (Lille), 30 % (Lyon) et 33 % (Marseille) des formations à l’image dans les trois aires métropolitaines. Il s’agit principalement d’établissements universitaires et d’écoles consulaires d’infographie qui ne professionnalisent et spécialisent leur enseignement qu’à partir de la quatrième année d’études. Ce sont souvent les diplômés de ces structures qui créent à la fin de leurs études leur propre entreprise.

25La première vague de création d’entreprises productrices d’images en mouvement, qui a eu lieu dès la fin des années 1970, résulte du développement tout au long de la décennie des structures de formation dans le domaine des arts et des TIC. En effet, ce sont les jeunes diplômés issus des premières promotions de ces formations universitaires régionales qui ont décidé de fonder leur propre entreprise, principalement dans le domaine de la production audiovisuelle et des prestations techniques. Ce mouvement s’est tout naturellement s’accentué – sans toutefois être massif – au cours des années 1980, lorsque les Conseils Régionaux ont créé des Commissions Régionales du Film et des fonds de soutien à la production cinématographique. Seule la région lyonnaise se distingue dans ce paysage avec l’apparition dès le début des années 1980 de sociétés éditrices de jeux vidéo fondées le plus souvent par de jeunes diplômés formés dans les écoles de télécommunication locales. Ainsi, se constitue dans chacune des trois aires métropolitaines un petit tissu entrepreneurial qui ne dépasse pas en 1990 les 50 entreprises – 27 à Lille, 42 à Marseille et 45 à Lyon. Il est évident que les structures de formation régionales ont facilité l’émergence du secteur de l’image en mouvement. Mais c’est surtout la mise en place de dispositifs d’accompagnement à la création et au développement entrepreneurial qui explique les créations beaucoup plus nombreuses de firmes productrices d’images en mouvement au cours des années 2000.

2.3. Le poids déterminant des politiques publiques et des structures d’accompagnement au développement des entreprises

26L’intervention des pouvoirs publics - plus précisément, les communautés urbaines (Lille Métropole Communauté Urbaine, le Grand Lyon et Marseille-Provence-Métropole) et les Conseils Régionaux (Conseil Régional du Nord-Pas de Calais, de Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte d’Azur) - devient alors déterminante pour éclairer les dynamiques contemporaines du secteur de l’image en mouvement. Ces collectivités territoriales se sont enrichies, au cours des années 1990-2000, de prérogatives purement économiques et d’un budget suffisamment conséquent pour investir dans ces politiques de développement. Á cela s’ajoute l’intervention non moins déterminante de certaines Chambres de Commerce et d’Industrie, comme celle de Valenciennes qui a été investie par le Conseil Régional du Nord-Pas de Calais dans les années 1980 d’une mission numérique pour assurer le redéploiement de son territoire économiquement déprimé.

27Ces collectivités territoriales ont d’abord soutenu la mise en place dans les années 1990 de structures d’accompagnement qui visent davantage les jeunes firmes éditrices de logiciels et de jeux vidéo que les jeunes porteurs de projets audiovisuels. Certaines de ces structures touchent à l’ensemble des entreprises innovantes, à l’instar de Marseille Innovation et de Lyon, Ville de l’Entrepreneuriat. D’autres sont plus spécialisées dans l’économie numérique, à l’image de Digiport, structure d’accompagnement des firmes du secteur des TIC créée en 2000 par Lille Métropole Communauté Urbaine. Ces dispositifs sont complétés par des mesures en faveur d’une offre immobilière adaptée aux besoins des firmes. Celle-ci prend la forme de pépinières d’entreprises spécialisées dans l’économie numérique qui proposent à la fois des locaux d’activité ou de stockage, des services logistiques et d’accompagnement. Pour stimuler les collaborations avec les structures d’enseignement supérieur, ces pépinières numériques s’implantent à proximité des campus universitaires. C’est le cas des pépinières Einstein et de la Belle de Mai respectivement localisées à proximité du campus de la Doua à Villeurbanne et de l’Université Aix-Marseille 1, ou des Ateliers Numériques initiés en 2000 à Valenciennes dans l’environnement des écoles consulaires Supinfocom, Supinfogame et de l’Institut Supérieur du Design. Ces dispositifs ont encouragé les jeunes diplômés issus des structures de formation régionales à créer leur propre firme et explique en grande partie le doublement du nombre d’entreprises productrices d’images en mouvement créées - soit une vingtaine dans chacune des trois aires métropolitaines - entre le début et la fin des années 1990 (figure 1).

28Á ces structures d’aide aux jeunes entreprises s’ajoutent des dispositifs d’accompagnement à l’innovation, comme l’illustre la création d’incubateurs publics par la Loi sur l’innovation de 1999. Ces incubateurs ont pour objectif de valoriser le transfert des innovations des centres de recherche et des structures d’enseignement supérieur en direction de l’entreprise en gestation, selon une logique verticale descendante. C’est en ce sens qu’il faut comprendre la création des incubateurs de MITI et de Cré’Innov à Lille, de Crealys à Lyon, de Château Gombert et de la Belle de Mai à Marseille. Ces structures localisées dans des parcs technologiques à proximité des campus universitaires ont favorisé la création dans les années 2000 d’un bon nombre d’entreprises de communication visuelle, de création de sites Internet, de logiciels et de jeux vidéo. Dans ce cadre, une place spécifique doit être accordée à l’Incubateur Multimédia de la Belle de Mai à Marseille, créé dans le cadre du CIADT de décembre 1998 qui a désigné Marseille comme pôle national de compétences dans le domaine du multimédia éducatif et culturel. Depuis sa création en 2001, l’Incubateur a accompagné plus de 80 projets innovants, principalement portés par des usagers, à l’image des firmes Vocaligram ou Polygonal Design toutes deux créées par des enseignants. En 10 ans d’activité, l’Incubateur a généré la création de 63 entreprises et de 250 emplois.

29Il est donc évident que les politiques menées par les pouvoirs publics régionaux et métropolitains ont eu un impact réel sur l’augmentation significative de la création d’entreprises productrices d’images en mouvement au cours de la décennie 2000. Ainsi, selon les années, ce ne sont pas moins de 40 nouvelles entreprises qui apparaissent dans le paysage métropolitain, avec quelques records notables : 70 à Lyon en 2007, 49 à Lille et à Marseille en 2009 (figure 1). La forte création entrepreneuriale des années 2000 tient donc plus du volontarisme politique que de la qualité des structures de formation ou de l’environnement industriel et artistique. Désormais, l’objectif des pouvoirs publics est d’assurer l’ancrage territorial des firmes et la pérennisation du secteur de l’image en mouvement.

3. La pérennisation du secteur de l’image en mouvement par le développement de réseaux de sociabilités territorialisés

30Cette question est d’autant plus cruciale que le secteur de l’image en mouvement dans les trois aires métropolitaines est caractérisé par un très grand nombre de TPE/PME monosalariales plus ou moins fragiles face aux aléas de la conjoncture économique. La coopération et l’apprentissage collectif au sein de réseaux régionaux permettent de promouvoir l’innovation, de faciliter l’ancrage territorial et la compétitivité des firmes, et par conséquent d’assurer le développement régional (Asheim et al., 2006). Dès les années 2000, les pouvoirs publics régionaux et métropolitains ont soutenu la création d’aménagements dédiés à l’image en mouvement et la mise en place d’associations professionnelles transmédia (structures animant à la fois les filières audiovisuelle, jeu vidéo, logiciel et la création de sites Internet), et ce dans l’optique de créer des réseaux interentreprises. L’objectif de cette troisième section est d’analyser le contenu de ces politiques et de voir leurs retombées en matière de structuration du secteur de l’image en mouvement. Pour ce faire, des entretiens menés auprès des associations animatrices du secteur, des Directions à l’Économie des communautés urbaines et des Conseils Régionaux des trois territoires étudiés, ont complété les recherches effectuées auprès des entreprises et des structures de formation.

3.1. D’ambitieux aménagements dans un contexte de régénération urbaine

31Dans un premier temps, les Conseils Régionaux et les communautés urbaines des trois aires métropolitaines ont envisagé la création d’aménagements dédiés aux activités productrices d’images en mouvement. C’est dans cette perspective qu’a été créé en 2004 le Pôle Média de la Belle de Mai, principale source d’inspiration du pôle lyonnais Pixel achevé en 2009 et de La Plaine Images de Tourcoing terminée en 2012. Deux autres pôles dédiés à ce type d’activités sont projetés dans l’aire métropolitaine de Lille, et plus précisément dans l’agglomération de Valenciennes (Serre Numérique d’Anzin et Pôle de Créativité Audiovisuelle et Numérique sur le site de l’ancienne mine de Wallers-Arenberg). Ces pôles cherchent à capitaliser la proximité de savoir-faire préexistants liés à des activités artistiques à l’instar de l’école d’arts numériques du Fresnoy pour la Plaine Images, des troupes de théâtre pour le Pôle Média de la Belle de Mai ou des studios de cinéma pour le pôle lyonnais Pixel.

32Ces équipements investissent de vastes friches industrielles localisées dans d’anciens quartiers industriels. Ainsi, le Pôle Média de la Belle de Mai s’implante sur le périmètre d’une ancienne Manufacture de tabac, alors que le Pôle Pixel et la Plaine Images occupent respectivement les locaux d’une minoterie et d’une usine de tissus d’ameublement récemment fermées. Suite au succès de l’ouverture en 1997 du musée Guggenheim dans l’ancienne ville sidérurgique espagnole de Bilbao, les pouvoirs publics ont progressivement intégré l’implantation d’équipements culturels ou d’activités créatives dans leurs projets de renouvellement urbain développés dans d’anciens quartiers industriels. L’objectif de telles politiques est d’assurer à la fois la transformation physique d’un tissu urbain dégradé, mais aussi la redynamisation territoriale et le renversement de l’image négative de secteurs tombés en déshérence (Bianchini et Parkinson, 1993). Il s’agit pour les autorités publiques de recréer des centralités dans ces espaces souvent situés en dehors du marché foncier et bénéficiant pourtant d’une excellente accessibilité en transports.

Tableau 1 : Équipements constitutifs des pôles image des aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille

Nom du pôle

Entreprises et équipements techniques

Ecoles et laboratoires de recherche

Institutions publiques et structures sociales

Pôle Pixel

- Studio de cinéma et salle de spectacles Studio 24
- Studios de tournage Louis et Auguste Lumière (800 et 350 m²)
- Auditorium de mixage
- Locaux techniques et de stockage du matériel
- Hôtel d’entreprises
- Immobilier d’entreprises (10 000 m²)

- Centre Factory

- Imaginove

- Commission Régionale du Film Rhône-Alpes
- Rhône-Alpes Cinéma
- Brasserie et restaurant d’entreprises

Pôle Média de la Belle de Mai

- Trois studios de tournage de 1300, 800 et 450 m² au rez de chaussée
- Studio de télévision
- Locaux techniques et de stockage du matériel
- Immobilier d’entreprises (24 000 m²)
- Incubateur Agim

- Institut des Arts de l’Université de Provence (Aix-Marseille 1) comprenant les départements « Arts plastiques et sciences de l’art », « musique », « cinéma », « théâtre » et « médiation culturelle »

- Pôle Sud Image
- Medmultimed
- Bureau Cinéma de la ville de Marseille
- Salle de projection
- Brasserie, restaurant

Source : B. Lusso, TVES, 2010, Lille 1

33La « Triple Hélice » (Etzkowitz et Leydersdorff, 1997) désigne l’interdépendance entre les pouvoirs publics, les entreprises et les universités (recherche et formation), favorable à l’émergence de réseaux de sociabilités territorialisés et au développement territorial. Conformément à ce principe, les concepteurs de ces pôles image ont fait le choix de rassembler en un même lieu ces différents acteurs. Ces principes d’aménagement globalement similaires d’un pôle image à un autre s’inspirent en grande partie des expériences menées dans les villes de Montréal, de Leipzig et de Manchester. Ainsi, deux à trois studios et des locaux de chaînes de télévision locales ont été construits sur chacun de ces trois pôles. Pour attirer les entreprises et les producteurs, d’importantes surfaces de bureaux ont été mises en place et sont parfois rétrocédées aux sociétés pour des sommes symboliques. L’implantation d’incubateurs, d’hôtels et de pépinières d’entreprises permet d’envisager la création et le développement entrepreneurial. Afin de créer des passerelles entre les écoles, les instituts de recherche et les entreprises, les pouvoirs publics ont envisagé dès le début d’implanter une à deux écoles sur chacun des trois pôles. Les institutions publiques ne sont pas négligées, puisque les trois pôles image abritent le siège des institutions chargées de structurer et d’animer le secteur. Afin de stimuler les relations entre les différents acteurs de la « Triple Hélice », des espaces de rencontre (restaurants, brasserie…) ont été construits. Ainsi, toutes les conditions semblent regroupées pour faciliter une dynamique réticulaire.

34En dépit d’une tendance initiale très forte à la co-localisation des entreprises, la création de ces pôles image a permis la constitution sur les trois sites de quelques grappes d’entreprises audiovisuelles (producteurs de films, prestataires techniques et firmes spécialisées dans les activités de post-production) qui adoptent une stratégie purement opportuniste d’accès à des équipements de qualité. Cette dynamique existe aussi dans le domaine de la conception de sites Internet. Pour le Pôle Média de la Belle de Mai, nous pouvons constater un rapprochement entre deux firmes spécialisées dans la communication d’événements culturels et touristiques (Cityvox et Voxinzebox) et de deux agences de voyages (Expedia et Egencia) afin d’échanger des informations sur l’organisation de circuits touristiques dans la région de Marseille. Ainsi, une dynamique réticulaire émerge sur les trois pôles image, mais celle-ci ne peut évidemment se réduire à l’échelle de simples aménagements.

3.2. L’émergence d’associations professionnelles transmédia animatrices du secteur

35En France, la volonté de construire des réseaux dans différents secteurs industriels trouve ses fondements dans le cadre de la Stratégie de Lisbonne (2000) qui vise à faire de l’Europe l’économie la plus compétitive au monde. Ainsi, entre 2007 et 2010, est apparue dans chacune des trois aires métropolitaines une association professionnelle régionale transmédia visant à rassembler, avec plus ou moins de difficultés, l’ensemble des acteurs du secteur de l’image en mouvement. C’est le cas d’Imaginove lancée à Lyon en 2007, du Pôle Images Nord-Pas de Calais à Lille en 2009 et du Pôle Régional de l’Image, du Multimedia et de l’Internet (PRIMI) à Marseille en 2010. Ces différentes associations professionnelles ont toutes été labellisées pôle d’excellence régional par le Conseil Régional du territoire dans lequel elles se localisent et, pour l’une d’entre elles, Imaginove, par l’État dans le cadre de sa politique menée en direction des pôles de compétitivité.

36Le Pôle Images Nord-Pas de Calais, Imaginove et le PRIMI comptent respectivement 115, 150 et 183 adhérents. Il s’agit majoritairement d’entreprises (65 % des adhérents au Pôle Images Nord-Pas de Calais, 80 % à Imaginove et 87 % au PRIMI). Comme les firmes sont très nombreuses, nous pouvons naturellement penser que les plus grandes d’entre elles jouent un rôle clé dans l’animation du secteur. Or, ce n’est pas le cas en raison de l’absence des grandes entreprises qui ne voient pas l’intérêt d’intégrer des pôles plutôt dédiés aux TPE-PME. En l’absence d’une entreprise leader, la performance du système dépend étroitement de la force du potentiel institutionnel (Becattini, 1981). Ainsi, les pôles ont intégré un certain nombre d’institutions publiques qui participent de manière plus ou moins forte au financement du secteur de l’image en mouvement, telles que les Commissions Régionales du Film ou les communautés urbaines. Leur adhésion à ces associations professionnelles révèle leur volonté de peser sur la prise de décision et sur l’orientation stratégique du pôle. Quant aux structures de formation qui représentent entre 10 et 17 % des adhérents des trois pôles, elles souhaitent faciliter la constitution de passerelles avec le monde entrepreneurial, permettant ainsi d’attirer des professionnels susceptibles d’intervenir dans leur formation et de favoriser une meilleure insertion de leurs étudiants dans le monde du travail. Ces structures encouragent souvent les laboratoires de recherche qui leur sont associés, à adhérer au pôle pour favoriser un meilleur transfert de l’innovation en direction du monde entrepreneurial. Malgré tout, les laboratoires de recherche semblent être très en retrait (4 % des adhérents à Imaginove et 6 % au Pôle Images Nord-Pas de Calais), voire même inexistants - le PRIMI ne compte aucun centre de recherche parmi ses adhérents – dans la distribution des membres de ces différents pôles.

37Ces acteurs regroupés au sein de ces diverses associations professionnelles mettent en œuvre une stratégie de développement qui reprend très largement les principes de la politique des pôles de compétitivité, laquelle s’est largement inspirée de l’approche porterienne des clusters (Porter, 2000). Ces actions sont constituées :

  • de l’organisation de salons interprofessionnels,

  • du lancement de plateformes écoles-entreprises,

  • de la création de cursus de formation initiale et continue,

  • d’un accompagnement au développement commercial et international des entreprises,

  • d’appels à projets collaboratifs associant entreprises et laboratoires de recherche.

38En facilitant un rapprochement entre les acteurs, les associations professionnelles transmédia espèrent soutenir une dynamique davantage fondée sur l’innovation et la créativité et donc, favoriser à terme une remontée de filière et une pérennisation du secteur. Qu’en est-il de la réalité en matière de structuration du secteur de l’image en mouvement ?

3.3. Premiers réseaux, structuration et croissance du secteur

39En matière stratégique, une des pierres angulaires de la stratégie de ces pôles est de rapprocher le monde industriel de celui de la recherche. Il faut dire qu’avant la création de ces structures professionnelles transmédia, les collaborations interentreprises étaient presque inexistantes. Seule l’agglomération lyonnaise a été le théâtre d’un rapprochement des entreprises du multimédia et du jeu vidéo au tournant des années 1990-2000 autour des associations Lyon Infocité (industrie numérique) et Lyon Game (jeu vidéo). Si la filière audiovisuelle a favorisé des partenariats étroits entre les producteurs et les équipes techniques, ces derniers demeurent généralement occasionnels et limités à une durée moyenne de 18 mois. Dans une filière aussi concurrentielle et fragile que le jeu vidéo, les collaborations sont beaucoup plus limitées et correspondent davantage à une organisation verticale de la production, où un éditeur demande à des entreprises sous-traitantes de produire et d’assembler le jeu vidéo. De ce fait, l’un des principaux enjeux de ces associations professionnelles est de rapprocher durablement les acteurs et d’approfondir les relations entre les différentes filières du secteur de l’image en mouvement.

Graphique 1 : Les acteurs des programmes de recherche lancés dans le cadre du Pôle Images Nord-Pas de Calais, d’Imaginove et du PRIMI

Graphique 1 : Les acteurs des programmes de recherche lancés dans le cadre du Pôle Images Nord-Pas de Calais, d’Imaginove et du PRIMI

Réalisation : B. Lusso, 2011, TVES, Lille1.

40Le développement de ces appels à projets collaboratifs a permis l’émergence de collaborations associant les entreprises et les laboratoires de recherche. Ainsi, sur 37, 94 et 11 projets respectivement développés par le Pôle Images Nord-Pas de Calais, Imaginove et le PRIMI, entre 40 et 50 % d’entre eux sont portés par au moins une entreprise et un laboratoire de recherche, ce qui permet aux firmes participantes de bénéficier d’un accès plus facile à l’information scientifique. Toutefois, se pose la question de l’implication réelle des acteurs des différentes filières. De nombreuses entreprises adhérentes aux associations ne participent pas aux actions d’animation des filières, d’autant que l’échelle régionale semble à ce jour être privilégiée. En effet, un grand nombre d’entreprises du secteur de l’image en mouvement ne souhaitent pas, en raison de leur très petite taille, se lancer dans des missions à l’international. Ce sont donc les associations professionnelles transmédia qui engendrent cette dynamique de développement commercial et international. D’une manière générale, les associations professionnelles transmédia ont encouragé le rapprochement entre les firmes et les laboratoires de recherche, sans pour autant créer un réel climat de confiance.

41Néanmoins, le bilan est positif. Les entreprises tendent à développer des productions davantage axées sur l’innovation technologique, comme en témoigne le succès des appels à projets serious game lancés par Imaginove et le Pôle Images Nord-Pas de Calais. De la même manière, des convergences s’établissent entre les firmes adhérentes aux pôles et des secteurs industriels axés sur l’innovation technologique (biotechnologies à Lille, robotique à Lyon et images techniques à Marseille) grâce à la médiation des associations professionnelles transmédia. Les structures de formation réalisent des efforts pour adapter au mieux leur offre de formation aux besoins des entreprises locales, entraînant ainsi une profonde évolution de leur politique de recrutement. En effet, la création de plates-formes de recrutement, telles que le site talents.imaginove.com, très largement consulté par les entreprises locales, privilégie désormais le recrutement de créatifs qualifiés. Ainsi, les 120 et 60 salariés respectivement recrutés par les entreprises adhérentes à Imaginove et au Pôle Images Nord-Pas de Calais sont essentiellement des emplois de cadres sur des contrats à durée indéterminée. D’une manière générale, nous pouvons constater pour les trois pôles une hausse régulière des effectifs entrepreneuriaux qui s’accentue notamment pour les pôles lyonnais et lillois dans les années qui suivent la création des associations Imaginove et Pôle Images Nord-Pas de Calais. Il existe donc bien une corrélation positive entre les politiques d’animation de ces pôles et la création ou l’implantation d’entreprises sur le territoire en question. A Lyon, nous pouvons remarquer qu’en à peine 4 ans 169 entreprises ont été créées, soit environ 30 % de la masse entrepreneuriale locale. Á cela s’ajoute l’implantation de 14 groupes internationaux (Microad.…) dans l’agglomération, représentant la création de 210 emplois directs.

Conclusion

42Dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille, le secteur de l’image en mouvement est caractérisé par des effectifs entrepreneuriaux globalement similaires, entre 350 et 500 firmes, et un tissu industriel nettement dominé par les PME et les TPE monosalariales productrices de films institutionnels et de spots publicitaires. Dans la grande majorité des cas, les entreprises sont très jeunes et ont été créées dans les années 2000. De nombreux chercheurs ont cherché à comprendre les facteurs d’émergence des industries de l’image et du multimédia et ont souligné l’importance de la tradition cinématographique régionale, de la préexistence d’un tissu industriel d’appui et de structures de formation spécialisées dans le domaine des arts et des technologies de l’information et de la communication. Or, l’étude de cette industrie culturelle à l’échelle des aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille amène à des résultats beaucoup plus nuancés : si la localisation de ces entreprises se fait de manière préférentielle dans les grands centres urbains qui bénéficient d’une bonne accessibilité et d’équipements dédiés, les facteurs industriels et la tradition cinématographique jouent en revanche un rôle très limité. De la même manière, si beaucoup d’étudiants sont formés dans chacune des trois aires métropolitaines aux métiers de l’image en mouvement depuis les années 1970, une grande minorité d’entre eux fonde leur propre entreprise et le fait de manière plus systématique depuis seulement la fin des années 1990.

43Ce sont donc les politiques publiques en direction du secteur de l’image en mouvement menées à l’échelle régionale et métropolitaine qui expliquent l’émergence d’un tissu entrepreneurial dans ce type d’activités à Lille, Lyon et Marseille. En effet, la forte croissance du tissu entrepreneurial dans les années 1990 et 2000 est intimement lié à l’élargissement des compétences économiques et culturelles des communautés urbaines de Lille, du Grand Lyon et de Marseille Provence Métropole, et des Conseils Régionaux du Nord-Pas de Calais, de Rhône-Alpes et de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ces derniers ont progressivement mis en place des dispositifs de soutien à la création audiovisuelle par le biais des Commissions locale et régionale du Film, permettant de développer des savoir-faire dans l’accueil des tournages et dans une moindre proportion la production et la postproduction de films. De la même manière, de nombreuses firmes ont été créées ou se sont développées dans le cadre de dispositifs régionaux et métropolitains d’accompagnement aux entreprises, tels que la pépinière ou l’incubateur. Si les pouvoirs publics métropolitains et régionaux ont largement contribué à l’émergence d’un tissu entrepreneurial dans le secteur de l’image en mouvement, ils réfléchissent aussi à l’ancrage de ces entreprises, en créant des pôles dédiés et en encourageant la mise en place d’associations professionnelles capables d’animer le secteur selon une logique transmédia.

44Ces efforts menés par la puissance publique ont donc porté leurs fruits, puisque le secteur de l’image en mouvement s’est progressivement structuré autour de ces associations professionnelles transmédia et d’appels à projets collaboratifs lancés par les pouvoirs publics. Ainsi, les pouvoirs publics contribuent non seulement à la création d’entreprises productrices d’images en mouvement, mais aussi à leur pérennisation et à leur ancrage territorial. Dans un récent article, J.-C. Daumas (2007) distingue différents stades de vie des districts industriels : émergence, structuration, déclin et, le cas échéant, renaissance. Il est indéniable que la dynamique du secteur de l’image en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille demeure encore émergente. Mais il est important de rappeler le caractère « non immédiatement marchand » (Glon, 2007) des réseaux de sociabilités territorialisés qui se construisent progressivement et supposent une implication de la puissance publique sur le long terme, notamment dans la mise en place de collaborations multiscalaires associant les entreprises et les laboratoires de recherche. Or, dans un contexte de réduction des dépenses publiques, les Conseils Régionaux et les communautés urbaines doivent désormais faire face à un budget de plus en plus serré, posant à terme la question de leur implication dans des activités aussi capitalistiques que le secteur de l’image en mouvement.

Haut de page

Bibliographie

Asheim B., Cooke P., Martin R., 2006, The Rise of the Cluster Concept in Regional Analysis and Policy: A Critical Assessment, in B. Asheim, P. Cooke, R. Martin (dir), Clusters and Regional Development: Critical reflections and Explorations, Londres : Routledge, pp. 1-19.

Becattini G., 1981, Le district industriel : milieu créatif, Espace et Société, n° 66-67, Toulouse : Erès, pp. 147-164.

Bianchini F., Parkinson M. (dir), 1993, Cultural Policy and Urban Regeneration. The West European Experience, Manchester: Manchester University Press, 224 p.

Braczyk H.-J., Fuchs G., Wolf, H.-G., 1999, Multimedia and regional economic restructuring, Londres: Routledge, 448 p.

Chantepie P., Le Diberder A., 2005, Révolution numérique et industries culturelles, Paris : La Découverte, collection Repères, 126 p.

Daumas J.-C., 2007, Dans la boîte noire des districts industriels, in J.-C. Daumas, P. Lamard, L. Tissot, Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000), Entreprises, Régulations, Trajectoires, Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, pp. 9-34.

Etzkowitz H., Leydersdorff L., 1997, Universities and the Global Knowledge Economy: a Triple Helix of University-Industry-Government Relations, Londres: Pinter, 192 p.

Glon E., 2007, Les ressources territoriales : une notion clé pour une meilleure reconnaissance des territoires dans le global, Chambéry-Grenoble, Communication au colloque de l’ASRDLF, 14 p.

Hall, P., 2000, Creative cities and economic development, Urban Studies, n° 37-4, Londres: Sage publications, pp. 639-649.

Hesmondhalgh D., 2007, The cultural industries, Londres: Sage publications, 360 p.

Kloosterman R.-C., 2004, Recent employment trends in the cultural industries in Amsterdam, Rotterdam, the Hague and Utrecht, Tijdschrift voor Economische en Sociale Geographie, n° 95, Chichester: Wiley, pp. 243-252.

Liefooghe C., 2009, La créativité : une ressource pour le développement économique d’une région de tradition industrielle ? Clermont Ferrand, XLVIe Colloque ASRDLF, 15 p.

Maillat D., Kebir L., 1999, Learning Regions et systèmes territoriaux de production, Revue d'économie régionale et urbaine, n° 3, Paris : Armand Colin, pp. 429-448.

Mellander C., Florida R., 2007, The Creative Class or Human Capital? - explaining regional development in Sweden, in Working Paper Series in Economics and Institutions of Innovation 79, Stockholm: Royal Institute of Technology, CESIS - Centre of Excellence for Science and Innovation Studies, 38 p.

Moulaert F., Mehmood A., 2008, Analyser le développement régional : de l’innovation territoriale à la géographie de la dépendance du sentier, Géographie, Économie et Société, n° 10, Cachan : Lavoisier, pp. 199-222.

Porter M.-E., 2000, Location, Clusters, and Company Strategy, in G. Clark, M. Gertler, M. Feldman, Oxford Handbook of Economic Geography, Oxford: Oxford University Press, pp. 253-274.

Scott A.-J., 2005, On Hollywood, The Place, The Industry, Princeton: Princeton University Press, 264 p.

Scott A.-J., Leriche F., 2005, Les ressorts géographiques de l’économie culturelle : du local au mondial, L’Espace Géographique, n° 34-3, Paris : Belin, pp. 207-222.

Verdier E., 2006, Learning industry against knowledge economy? Lessons from the french case, in E. Lorenz, B.-A. Lundvall (dir), How Europes’s economies learn, Oxford: Oxford University Press, pp. 256-279.

Wolfe D.-A., 2002, Social capital and cluster development in learning regions, in J.-A Holbrook, D.-A. Wolfe, (dir), Knowledge, clusters and regional innovation, Montréal: McGill-Queen’s University press, pp 11-38.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les principales caractéristiques des entreprises productrices d’images en mouvement
Crédits Réalisation : B. Lusso, 2010, TVES, Lille 1, d’après les données du répertoire SIRENE de l’INSEE
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 2 : Les structures de formation à l’image en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, Lyon et Marseille
Crédits Réalisation : B. Lusso, 2011, TVES, Lille 1, d’après le site L’Etudiant.fr
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2589/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 952k
Titre Graphique 1 : Les acteurs des programmes de recherche lancés dans le cadre du Pôle Images Nord-Pas de Calais, d’Imaginove et du PRIMI
Crédits Réalisation : B. Lusso, 2011, TVES, Lille1.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2589/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Lusso, « Les facteurs d’émergence et de pérennisation du secteur de l’image en mouvement dans les aires métropolitaines de Lille, de Lyon et de Marseille », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://tem.revues.org/2589 ; DOI : 10.4000/tem.2589

Haut de page

Auteur

Bruno Lusso

Chercheur postdoctoral
Laboratoire Territoires, Villes, Environnement, Société EA 4477
UFR de Géographie et Aménagement
Cité Scientifique
Avenue Paul Langevin
59655 Villeneuve-d’Ascq Cedex
blusso@cegetel.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page