Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Séminaire LINKS + II « DETROIT »

Dunkerque, le 20 janvier 2006
Sabine Duhamel et Vincent Herbert

Texte intégral

1Le séminaire qui s’est tenu à Dunkerque le 20 janvier 2006 a été initié par le groupe de recherche DETROIT. Ce groupe est une fédération de chercheurs de trois laboratoires universitaires du Nord-Pas-de-Calais, (Institut des Mers du Nord de l’Université du Littoral Côte d’Opale, Dynamique des Réseaux et des Territoires de l’Université d’Artois et Territoires, Villes, Environnement et Société (ex. Hommes, Villes, Territoires) de L’Université des Sciences et Technologies de Lille I). Il a été organisé dans le cadre d’un programme INTERREG III géré par le Pôle Universitaire Européen de Lille qui s’intitule « LINKS + II ».

2Cette journée a permis de rassembler des intervenants et un public issus de disciplines variées (géographes, économistes, juristes, sociologues, anthropologues, historiens...) travaillant sur cet espace géographique particulier que représente le détroit mais aussi d’informer et d’identifier de nouveaux partenaires universitaires, français et britanniques, intéressés par les spécificités du détroit.

3Le programme de la journée a débuté avec une présentation de R. Vickerman (Université du Kent) co-signée par J.-M. Joan (ULCO), consacrée au Tunnel sous la Manche et son impact sur le détroit, une première intervention qui permettait de donner un caractère régional à une problématique générale.

4Deux parties ont ensuite rythmé la journée, la matinée a été consacré aux approches théoriques et conceptuelles, l’après-midi était plus orientée vers des éléments opérationnels.

5A.-P. Hellequin (ULCO) « Territoires, Modernité, Mobilité » a abordé la question d’une nouvelle territorialité de la frontière perçue, non pas comme une discontinuité, mais comme un espace des mobilités ; cette réflexion conduit à une recherche sur la perception par les habitants des changements dans l’image des territoires, avec, comme exemple, la présence du tunnel sous la manche.

6P. Picouet (Lille I) « La représentation cartographique des détroits internationaux », à partir de l’exemple des Bouches de Bonifacio, a posé la question du rôle de la carte dans les processus de construction territoriaux.

7F. Moullé (Université d’Artois) « Frontières et économie : la concurrence des temporalités » a mis en interrelation le jeu des échelles temporelles et l’économie en situation transfrontalière ; l’analyse des programmes Interreg permet d’alimenter la réflexion en apportant de nouvelles temporalités dans l’économie.

8Pour terminer la matinée, V. Herbert (ULCO) « Le détroit : proposition de typologie spatiale », considérant le détroit comme un système spatial et structuré, a proposé une analyse des détroits qui prend en compte différents critères, allant de leur morphologie à leur rôle économique et social.

9Au cours de la seconde partie de la journée, deux juristes sont d’abord intervenus sur les problèmes de coopération frontalière.

10A. Giusti (ULCO) « Les aspects juridiques de la coopération transfrontalière Maritime » a mis en évidence le problème de la non prise en compte de la spécificité maritime dans les coopérations transfrontalières, y compris dans les espaces qui impliquent des détroits.

11Puis, à partir de l’exemple du pas de Calais, J.-B. Dubrulle (Université de Nice) « Frontières maritimes et coopération transfrontalière » a présenté les difficultés de la mise en place de la coopération transfrontalière, entre la Grande-Bretagne et la France, notamment au niveau des collectivités territoriales, par manque d’outils adaptés.

12J.-P. Renard (Université d’Artois) et S. Duhamel (ULCO) « Le programme de coopération Interreg : les spécificités de la frontière maritime franco-britannique » ont travaillé sur l’intégration des spécificités spatiales dans les documents politiques officiels et les différents programmes de coopération Interreg appliqués au détroit du Pas-de-Calais. Ils mettent en évidence le manque de prise en compte des particularités du lieu.

13Enfin, C. Meur-Férec (ULCO) et V. Morel (Université d’Artois) « Les risques d’érosion sur les côtes du détroit du pas de Calais : prise en compte de la vulnérabilité » ont évoqué la prise en compte de la vulnérabilité côtière sur les deux rives du pas de Calais, tout en proposant un outil d’évaluation de cette vulnérabilité à l’érosion côtière.

14La conclusion de ce séminaire a relevé l’importance de maintenir un réseau étroit de part et d’autres des rives du pas de Calais. Le Pole Universitaire Européen de Lille met à disposition la publication de l’ensemble des textes présentés, en français et en anglais

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Duhamel et Vincent Herbert, « Séminaire LINKS + II « DETROIT » », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 février 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://tem.revues.org/256

Haut de page

Auteurs

Vincent Herbert

Articles du même auteur

Sabine Duhamel

Université du Littoral et de la Côte d'Opale (ULCO)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page