Navigation – Plan du site
Articles

Les petites villes des espaces interstitiels et l’industrie : un couple indissociable ?

L’exemple du sud Massif Central
Are small interstitial towns and industry dissociable? The example of the southern Massif Central
Marie-Ève Férérol
p. 15-27

Résumés

Depuis ces dernières années, un sentiment de désindustrialisation souffle sur la France. La crise ambiante, la médiatisation des délocalisations et des fermetures d’entreprises et la dévalorisation du travail manufacturier en sont les causes. Pour vérifier la validité du déclin du secteur secondaire, nous avons observé son évolution dans les petites villes de régions peu peuplées, à l’écart des grands centres urbains et industriels. Les petites villes, qu’elles soient au centre de bassins manufacturiers, bénéficiaires de la « décentralisation industrielle » des années 1950-60 ou situées en milieu rural, ont en effet toujours affiché un fort caractère industriel. Il était donc pertinent de les étudier à l’heure où l’industrie connaît des remous. Par ailleurs, nous avons mis en éclairage le sud Massif Central, espace peu envisagé sous l’angle industriel et dont le tissu entrepreneurial a pourtant mieux résisté à la crise que celui d’autres territoires. Enfin, nous nous sommes pliés à un exercice de prospective puisque nous avons réfléchi au devenir des petites villes « isolées » dans le cadre des quatre scenarii prospectifs élaborés par G. LE BLANC pour 2040 et pour le compte de la DATAR.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis l’après-guerre, l’espace productif français a profondément changé sous l’effet de trois facteurs (Scheibling, 1999) : la désindustrialisation des vieux bassins du Nord et de l’Est, la décentralisation industrielle vers le grand Ouest et le développement de la haute technologie dans les métropoles du Sud et plus largement dans toutes les grandes villes. Dans ce contexte, il n’est pas surprenant que R. Guillaume (2008) constate que les espaces périphériques sont assez peu envisagés sous l’angle économique et encore moins industriel. Pourtant, force est de constater que certains de ces espaces disposent d’une réelle spécificité industrielle. C’est notamment le cas du Massif Central pour lequel la part des effectifs industriels était en 2007 de 19,2 % dans l’ensemble de l’emploi salarié, soit de 3,8 points supérieure à celle constatée pour l’ensemble de la France (INSEE/DATAR, 2010).

  • 1 Sud du Massif Central : Aveyron, Cantal, Haute-Loire, Lot, Lozère, Tarn et une partie du Gard, de l (...)
  • 2 La tranche 1975-1999 sera ainsi privilégiée au détriment de la tranche 1975-2008.
  • 3 Défaut déjà relevé par d’autres chercheurs comme H. Mainet en 2008.

2Le Massif Central, plus particulièrement sa partie sud1, a été notre terrain de recherche. Nous l’avions choisi car nous estimions, à l’instar de S. Duvillard, que les espaces interstitiels, c'est-à-dire marginalisés, à l’écart des métropoles, étaient les plus appropriés pour observer les « vraies » petites villes (2000-20 000 habitants). Dans ce cadre-là, il nous a été possible d’étudier l’évolution de l’importance de l’industrie dans les petites villes de régions peu peuplées, à l’écart des grands centres urbains et industriels. Cet article repose essentiellement sur une analyse statistique exhaustive de 62 petites villes (soit 85 % des noyaux urbains du sud Massif Central). Cette analyse statistique a cependant deux limites principales : des changements répétés dans les nomenclatures de l’INSEE et des changements dans la diffusion des informations statistiques ; tout ceci complique les comparaisons temporelles2. L’analyse statistique se complète d’une analyse qualitative, avec des entretiens avec les acteurs locaux (élus et industriels). Pour finir, nous devons signaler que, dans le cadre de nos recherches, nous ne nous sommes pas contentés du support communal, bien dépassé aujourd’hui. La mobilité généralisée et le développement de nouveaux besoins ont conduit à la diversification et à la dissociation des usages de l’espace. L’espace vécu de la petite ville, comme de toutes les autres villes d’ailleurs, s’est étendu et il faut en prendre acte. De ce fait, le préalable à une recherche sur les petites villes a été de les recomposer, c’est-à-dire adjoindre à l’unité urbaine de l’INSEE des communes de banlieue. Ces dernières ont d’abord été identifiées comme telles, après application de plusieurs critères prenant en compte la distance au centre, le taux des migrations pendulaires et le niveau d’équipement tertiaire. Nous aurions pu utiliser le concept des aires urbaines. Mais avec ce dernier, certaines petites villes disparaissent des statistiques urbaines, n’étant comptées que comme pôles d’emploi de l’espace rural3.

  • 4 Les petites villes « isolées » se distinguent des petites villes « intégrées » (à une grosse agglom (...)

3L’objectif majeur de cet article sera de se demander si les noyaux urbains du sud Massif Central que l’on appelait jadis « petites villes mono-industrielles en milieu rural » peuvent toujours conserver ce qualificatif. Pour ce faire, nous allons étudier l’évolution du poids du secteur manufacturier entre 1975 et 1999. Nous ferons ensuite un point sur la réalité industrielle en 2008, avant de poursuivre par les raisons qui incitent les industriels à demeurer dans les petites villes « isolées »4 en dépit des lourds handicaps dont elles pâtissent. Enfin, nous ferons un bref exercice de prospective en réfléchissant sur le sort de nos petites villes dans le cadre des scenarii 2040 élaborés par G. Le Blanc pour le compte de la DATAR.

1. Les changements intervenus depuis 1975 dans les villes du sud Massif Central

4Dans les années 1950 et 1960, les petites villes sont plus industrialisées que les autres centres urbains. P. Barrère et M. Cassou-Mounat (1980 : 101) n’hésitent d’ailleurs pas à dire que « l’industrie est une raison essentielle de leur existence ». Á cette époque, « les petites villes constituent des sites privilégiés pour la localisation d’industries à faible valeur ajoutée employant une main d’œuvre peu qualifiée, leur industrie y étant fréquemment en position de mono-industrie, soit avec un seul établissement régnant sur le marché local de l’emploi, soit avec de multiples établissements de petite taille spécialisés dans une industrie traditionnelle » (Laborie, 2009 : 245). Si certaines sont directement incluses dans le périmètre de la grande ville voisine ou intégrées dans des régions industrielles marquées par la diffusion des unités productives (le Nord, la Lorraine et la Basse-Seine), la majorité des petites villes s’apparentent à des centres autonomes situés en milieu rural : les centres locaux, du grand Ouest notamment, bénéficiant de l’implantation d’établissements décentralisés et les centres disposant d’une industrie d’une autre origine : traditions artisanales passées au stade industriel (industrie diffuse comme le Choletais ou l’Yssingelais) et exploitation d’opportunités locales. Hormis les industries décentralisées, tous les types se retrouvent dans le Massif Central, ce qui nous permet d’observer les différentes tendances qui touchent le secteur manufacturier.

5Dans les années 1970, le secteur industriel connaît de grandes difficultés. Á partir de 1974, date de son apogée, l’emploi ne cesse de diminuer sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs : ouverture des frontières et des marchés, internationalisation des grandes entreprises, concurrence des pays à bas salaires, automatisation, restructuration des vieilles industries… Le dynamisme territorial ne caractérise plus les mêmes zones. « Les investissements productifs se dirigent vers les zones métropolitaines les plus riches – et non plus, comme dans la période des Trente Glorieuses, vers les zones offrant des ressources en main d’œuvre abondante, peu qualifiée et peu chère. Les conditions de salaires, pour un niveau donné de qualification, étant désormais égalisées sur le territoire, les avantages productifs des métropoles (accès à de vastes réservoirs de main d’œuvre, limitation des risques en cas de difficultés) jouent plus librement, malgré les coûts de congestion » (Veltz, 2008 : 118). En outre, les activités des années 1990 et 2000 nécessitent un environnement économique et technique de haut niveau (matière grise et communication de qualité), d’où une concentration sur les plus grands centres urbains. Les petites villes appréciées des niches fordistes sont alors les premières touchées par la crise, et celles du Massif Central ne dérogent pas à la règle.

1.1. Un déclin des emplois industriels mais un visage fonctionnel quasi invariable

1.1.1. Des pertes d’emplois dues majoritairement au déclin de l’industrie

6Entre 1975 et 1999, dans le sud Massif Central, 9 % des emplois urbains ont disparu. La détérioration de l’emploi dans 63 % des unités urbaines incombe à deux secteurs économiques : le secondaire et le primaire (tableau.1). Le secteur industriel est responsable de la quasi-totalité des pertes (-85000 emplois), près de la moitié des postes de travail existants. Ici, on peut parler de véritable hécatombe industrielle, très supérieure à la moyenne française. Malgré tout, en 1999, le poids de l’industrie dans les petites villes (25 %) est identique à la moyenne nationale.

7Face au déclin des deux autres secteurs, le tertiaire ne parvient pas à compenser les pertes d’emplois. 62 303 emplois de service, dont la moitié dans les villes moyennes, sont pourtant apparus (notamment du fait d’externalisations conduites par les activités industrielles dans les années 1980-90). En proportion, ce secteur n’a fait que renforcer son emprise. Si les 73 unités urbaines se caractérisaient en 1975 par 50 % d’emplois tertiaires, elles en abritent 25 ans plus tard 71,2 %, soit la moyenne nationale.

Tableau 1 : Évolution du poids des trois secteurs économiques dans les emplois urbains du sud Massif Central entre 1975 et 1999

Tableau 1 : Évolution du poids des trois secteurs économiques dans les emplois urbains du sud Massif Central entre 1975 et 1999

Source : d’après INSEE, RGP, 1975-99.

8En fait, dès 1975, chacune de nos villes a déjà sa spécialité dominante. Rares sont celles qui ont connu un changement radical de visage : on ne compte que Ganges qui, en proportion de ses emplois, est devenue tertiaire et Villefranche de Rouergue, sous-préfecture localisée dans la Mecanic Valley, qui se positionne désormais sur le créneau industriel.

1.1.2. La désindustrialisation relative des petites villes

9Globalement, le secteur industriel s’est effacé des villes du sud Massif Central. En 1975, 22 villes étaient au-dessus de la barre des 50 % d’emplois industriels contre 5 % en 1999. Cette désindustrialisation a frappé toutes les catégories de villes (tableau 2). Les plus épargnées sont celles de moins de 10 000 personnes, la part du secteur secondaire dans les villes moyennes et dans celles de 10 000 à 20 000 habitants chutant respectivement de 17 et de 18 points.

Tableau 2 : Désindustrialisation et tertiarisation des villes du sud Massif Central entre 1975 et 1999

Tableau 2 : Désindustrialisation et tertiarisation des villes du sud Massif Central entre 1975 et 1999

Source : d’après INSEE, RGP, 1975-1999.

10De même, les pertes les plus importantes en termes d’emplois industriels s’enregistrent dans les villes moyennes (-47 %) et dans les villes de plus de 10 000 habitants (-55 %). À l’inverse, les petites villes ne perdent qu’un tiers de leurs postes secondaires, d’où leurs caractéristiques actuelles.

  • 5 Pour reprendre la terminologie de J-Ch. Édouard (2001) qui considère qu’une ville se définit comme (...)

11Au final, en 1999, de nombreuses villes du sud Massif Central (40 exactement, soit 54,5 % de notre échantillon) sont industrialisées5. Eu égard aux moyennes régionales, ce poids relativement important de l’industrie ne surprend pas. Le Languedoc-Roussillon mis à part, les régions Auvergne, Midi-Pyrénées et Rhône-Alpes connaissent en effet des taux proches de la norme nationale, voire plus élevés : respectivement 27,7 %, 22,3 % et 29,7 %. Certaines des villes étudiées possèdent des taux très élevés d’emplois industriels : douze villes se caractérisent par un taux supérieur à 40 %, et pour cinq d’entre elles supérieur à 50 %, tout en sachant que ce taux est majoré par la part du secteur de la construction. Mais si nous écartons celle-ci des calculs, ne prenant en compte que les emplois industriels stricto sensu, les mêmes villes ressortent : St-Just 70,81 %, Ste-Sigolène 53,98 %, le Cheylard 51,58 %, Dunières 43,87 %, Aurec 43,82 %, St-Amans 42,69 % et Lacaune 41,63 %...

Carte 1. Le visage fonctionnel des unités urbaines du sud du Massif Central en 1999

Carte 1. Le visage fonctionnel des unités urbaines du sud du Massif Central en 1999

Source : INSEE, RGP, 1999 – MEF,2004.

  • 6 SPL formé autour de l’entreprise-phare Bosch, décentralisée à Rodez. Il concentre plus de 200 entre (...)
  • 7 Un bijoutier parisien, Murat, s’y était installé au XIXe siècle afin de s’y faire élire sénateur ! (...)

12Sur le plan spatial ressortent nettement des secteurs industriels (carte 1). Ces derniers prennent diverses formes. La première est celle d’une nébuleuse industrielle. Se reconnaissent ainsi trois ensembles : l’Yssingelais/Sigolénois avec ses petites structures urbaines et les anciens bassins industriels, minier (Alès) ou textile (la conurbation Castres/Mazamet). Ces nébuleuses industrielles se localisent principalement à proximité des grandes agglomérations, délaissant le cœur des espaces interstitiels. La deuxième forme recensée est celle de rubans d’industrialisation : tout d’abord l’arc industriel du Lot, qui se prolonge dans le nord-ouest Aveyron, pour former la Mecanic Valley6 ; puis un axe Brioude-Langeac-St-Chély qui suit quasiment le tracé de l’A75 et le couloir de l’A68 entre Albi et Toulouse. Bien entendu, à côté de ces deux formes, il existe des villes industrialisées isolées dans le milieu rural, telles le Cheylard7 ou St-Hippolyte, nées d’opportunités naturelles et du dynamisme d’entrepreneurs locaux.

1.2. Une évolution différenciée des secteurs industriels8

  • 8 Le changement de nomenclatures INSEE des emplois a rendu malaisée toute étude approfondie.

13Le constat est sans équivoque : les petites villes sont encore relativement industrialisées en 1999. Reste à savoir quelles sont les branches qui ont résisté à la crise et celles qui ont su rebondir, portées par les choix faits au niveau national.

1.2.1. Mécanique, IAA (Industries Agro-Alimentaires) et équipements électriques et électroniques : les trois ingrédients pour le maintien ou le renouveau industriel des petites villes

  • 9 Catégories démographiques de 1999.

14Contrairement au niveau national, les effectifs employés dans les IAA progressent entre 1975 et 1999. Cette progression des postes dans l’agro-alimentaire ne bénéficie cependant pas à toutes les villes. Deux catégories de villes sont les grandes gagnantes : les petites villes de plus de 10 000 habitants avec +18,6 % des effectifs et celles de moins de 5 000 habitants9 : +10,6 %. Loin derrière se retrouvent les villes de 5 000-10 000 habitants avec une petite progression de 4,8 %. À l’opposé, les IAA s’effacent des villes moyennes : -4,3 %, soit 288 emplois en moins. Cette évolution distinctive entre les villes n’est pas surprenante, dans la mesure où divers auteurs ont montré qu’à la différence des autres industries, la plupart des IAA choisissent encore de s’implanter dans les petites villes. « C’est la seule activité à être très présente dans de très petites villes et à être disséminée de manière relativement homogène dans des régions où les autres activités industrielles sont peu présentes, et notamment en Bourgogne, Centre et Limousin » (Guillaume, 2008 :11). Par conséquent, l’évolution des effectifs dans les villes des espaces interstitiels n’a rien de surprenant. Des réussites exemplaires méritent d’être mises en lumière : le confiturier Andros à Biars ; les producteurs de foie gras à Gourdon (Valette et Godard), les Fromentiers de France à Villefranche de Rouergue…

15Les effectifs des industries mécaniques présentes dans les villes du sud Massif Central se sont stabilisés. Leur augmentation n’est que de 1,6 %, soit 91 emplois supplémentaires. Cette hausse bénéficie surtout aux petites villes de moins de 5 000 habitants et aux villes moyennes. Dans les autres villes, c’est plutôt une hécatombe avec un tiers de postes de travail en moins. Sans surprise, les villes dont les emplois dans la mécanique ont prospéré appartiennent à la Mecanic Valley, telles Biars/St-Céré, Figeac et Villefranche de Rouergue. Figeac, par exemple, accueille le premier hélicier européen : Ratier, ainsi qu’une multitude d’entreprises, petites ou moyennes, nées de sa politique d’essaimage (Figeac Aéro). En 1999, leur succès tient à leur proximité avec Toulouse et ses industries de pointe, et ceci est encore vrai de nos jours : « Airbus joue le rôle de chef de file et fédère autour d’elle un grand nombre d’entreprises, sous-traitants de premier et deuxième rangs. L’ensemble du territoire est irrigué par un état d’esprit industriel qui a permis de contrebalancer le déclin d’industries plus anciennes telles que le textile en Midi-Pyrénées » (EGI, 2010, p. 42). S’individualisent aussi des villes isolées, les entrepreneurs profitant d’opportunités locales (par exemple, Perrier au Cheylard). En effet, les entreprises de mécanique ne sont pas obligatoirement situées au sein de grandes concentrations industrielles. « Il [le secteur de l’industrie mécanique] parvient à procurer de nouveaux emplois dans des sites où prédomine un tissu industriel plus morcelé, comme dans les marges du Massif Central » (Guillaume, 2008 : 9). Par ailleurs, ces entreprises appartiennent plutôt à la tranche des PMI et portent sur de la sous-traitance.

16L’augmentation des effectifs dans l’industrie des équipements électriques et électroniques touche particulièrement les petites villes de 5 000 à 10 000 habitants (Brioude, St-Affrique), et celles de moins de 5 000 habitants (St-Agrève), qui connaissent des taux d’évolution supérieurs à 300 %. Mais en fait, ces taux exceptionnels reflètent la pauvreté des emplois en 1975 dans les toutes petites villes, celles de moins de 5 000 habitants regroupant, en tout et pour tout, 70 emplois. Comme exemple d’entreprises, nous pouvons citer la SEFEE (135 employés en 2010) installée à St-Affrique depuis les années 1980 et qui travaille pour l’A380.

1.2.2. Les secteurs en repli

17Un déclin ostensible frappe toutes les autres industries. Nous ne donnerons que quelques exemples de repli. En ce qui concerne la filière textile/habillement, la chute incombe à diverses raisons. Notre productivité étant moindre que celle des NPI (Nouveaux pays industrialisés), nos entreprises font face en délocalisant dans ces pays ou en adoptant une production plus automatisée. De plus, l’utilisation de plus en plus fréquente de fibres synthétiques et artificielles sonne le glas des industries utilisant des fibres naturelles. C’est en partie vrai pour la conurbation sud-tarnaise. « Dans le textile, la France conserve seulement un positionnement de niche : dans la mode, dans le textile sportif et technique » (EGI, 2010, p. 34).

18La concurrence étrangère et celle des hydrocarbures conduisent aussi au déclin des industries des produits minéraux, recouvrant, entre autres, la cokéfaction et l’industrie du verre… À l’apogée de la fin des années 1950 succèdent les années sombres, avec les fermetures successives de mines. Les petites villes du sud Massif Central (Carmaux, Decazeville) n’ont pas été à l’écart de ce processus. La reconversion n’a pas donné les effets escomptés, hormis à Alès qui a bénéficié de l’existence d’une école d’ingénieurs sur son sol et d’une opération de décentralisation (Merlin Gérin venu de Grenoble).

19L’histoire du Massif Central explique la variété des industries urbaines. Nonobstant, la base industrielle de ces centres repose incontestablement en 1999 sur les industries des biens intermédiaires. Ce caractère de prépondérance qu’ils affichent est attesté à l’échelle du Massif Central tout entier. « Á elles seules, les trois activités « métallurgie-travail des métaux », « chimie-caoutchouc-plastique » et « textile », occupent un salarié de l’industrie sur trois contre un sur cinq au niveau national » (DATAR/INSEE, 2002 : 12).

20Par ailleurs, un relatif maintien du secteur industriel se constate malgré les vicissitudes qu’il a dû subir ces dernières années. « L’industrie du Massif Central, qui a dû gérer, non sans difficultés, la reconversion de ses vieux bassins industriels, offre aujourd’hui un panel de productions diversifié, largement méconnu pour beaucoup, mais finalement assez compétitif si l’on considère que, de 1993 à 2001, l’emploi n’y a reculé que de 11 % contre 13 % au niveau national » (Ricard, 2006 : 70). Cette vision optimiste est toujours d’actualité six ans plus tard, alors même que frappe la crise économique.

2. La spécificité industrielle des petites villes toujours affirmée en 2008

  • 10 S. Montagne-Villette partage ce sentiment : « Le textile, qui animait Lodève, Ganges, Anduze, le Vi (...)

21Depuis le dernier recensement, une grave crise économique a éclaté et nombre d’entreprises sont en difficulté, faisant la une des journaux. L’épisode le plus dramatique a été celui de Jalatte (entreprise de chaussures de sécurité) à St-Hippolyte du Fort puisqu’en 2007, son fondateur, 89 ans, s’est suicidé, effondré par la délocalisation de son « enfant » en Tunisie et par la disparition de 285 emplois suite à une décision des actionnaires américains (Le Figaro, 17/06/07). L’époque où les gamins de St-Hippolyte s’employaient en masse dans l’entreprise locale qui rythmait la vie locale est révolue. « Nous allons crever tranquillement, devenir un village de retraités, une cité-dortoir pour Nîmes et Montpellier. Il y avait déjà une maison de la soie. Dans quelques années, sans doute, on aura un musée de la chaussure à la place de l’usine10 » (F. Chirat, ancien maire de St-Hippolyte, le Nouvel Observateur). Moins médiatisés, mais tout autant préoccupants, la délocalisation de la fabrication d’autocars moyenne gamme en Tchéquie par Irisbus (Le Dauphiné, le 28/11/08), le plan de retraite anticipée prévu à Rodez dans l’entreprise Bosch, numéro un mondial des équipements automobiles (Les Echos, 08/02/2010)… ; ces exemples donnent raison à L. Davezies qui répond à la question « quels sont les territoires les plus fragilisés face à cette crise industrielle ? » de M. Kindermans (2009 : 31) : « Le choc actuel touche les territoires les plus vulnérables que sont les villes petites et moyennes dont la population est moins qualifiée et qui comptent le plus de sites industriels. Ces villes manufacturières servent souvent de variables d’ajustement aux groupes internationaux qui y possèdent des usines. Mais la crise ne fait qu’accélérer un processus déjà enclenché depuis des années ».

22Pourtant, force est de constater qu’en 2008, tout comme en 2012, l’industrie se porte encore relativement bien dans les petites villes du Massif Central ; en témoignent les propos récents du commissaire de la DATAR : « c’est un secteur qui a bien résisté ces dernières années, mieux qu’ailleurs » (La Montagne, le 27 février 2012).

2.1. Un socle productif encore solide en 2008

23Selon le rapport issu des EGI (États généraux de l’industrie), le recul de l’emploi industriel affecte surtout les régions industrielles historiques du nord-est (Franche-Comté, Lorraine, Alsace et Picardie). À l’inverse, l’emploi s’est développé dans certains secteurs comme Midi-Pyrénées et l’Aquitaine. Dans ce contexte trouble, le Massif Central ne s’en sort pas trop mal : entre 1999 et 2007, l’emploi salarié industriel y a diminué de 11 %, donnée inférieure à celle du territoire national : 16,6 % (INSEE/DATAR, 2010).

24Avec la nouvelle méthode du recensement, il nous est désormais impossible de prendre en compte le nombre d’emplois dans des unités urbaines recomposées car, sous prétexte de l’anonymat des recensés, l’INSEE ne fournit plus les données détaillées pour les communes de moins de 2 000 emplois. Nous ne pouvons donc plus suivre l’évolution de certaines communes qui étaient urbaines en 1999 comme St-Florent sur Auzonnet. En conséquence, les lignes qui vont suivre vont porter sur les simples unités urbaines INSEE, c'est-à-dire le cœur des petites villes étudiées.

Tableau. 3 : Part des emplois secondaires pour chaque type de villes en 1999 et en 2008

Tableau. 3 : Part des emplois secondaires pour chaque type de villes en 1999 et en 2008

Source : d’après INSEE, RGP, 1999 et 2008.

25Comme en 1999, nous constatons une décroissance de la part des emplois du secteur secondaire avec l’augmentation du nombre d’habitants (tableau 3). Ainsi, les villes de plus de 20 000 habitants comportent 24 % d’emplois secondaires contre 29 % pour les plus petites des villes. En 2008, le nombre de villes industrialisées est en augmentation puisqu’il passe de 33 à 39. Désormais, 64 % des petites villes affichent une moyenne d’emplois secondaires supérieure à la moyenne nationale (21,18 %). Cette évolution cache cependant un affaiblissement du poids de ce secteur dans l’ensemble des petites villes (tableau 3). Très caractéristique pour les villes de plus de 5 000 habitants, il est moins flagrant pour les catégories inférieures. En outre, le recul de l’industrie est beaucoup moins prononcé qu’au niveau national (hormis pour les villes de plus de 10 000 habitants).

Carte 2 : Évolution de la part du secteur secondaire dans les villes du sud du Massif Central

Carte 2 : Évolution de la part du secteur secondaire dans les villes du sud du Massif Central

Source : d'après INSEE, MEF, 2012.

26Spatialement (carte 2), les villes pour lesquelles le secteur manufacturier s’affirme en valeur relative se localisent clairement dans la Mecanic Valley et le long de l’A75 avec Brioude, St-Flour et Marvejols. Ailleurs, le secteur industriel recule, quelquefois dans des proportions remarquables : plus de 10 points de différence pour les villes du Vigan, d’Aurec et de St-Hippolyte. Enfin, il est net que le sud Massif Central n’est toujours pas la terre des grands établissements industriels, ces derniers se concentrant toujours dans le nord.

2.2. Des fleurons industriels positionnés sur le haut de gamme

27Même si bon nombre d’articles régionaux ou nationaux se font l’écho des difficultés des entreprises des petites villes du Massif Central, la situation n’est pas partout catastrophique. 84 % des petites villes sont dynamiques sur le plan fonctionnel entre 1999 et 2008 (ce qui n’était pas le cas entre 1975 et 1999, voir supra).

28Les villes du sud Massif Central abritent souvent des fleurons industriels, dans des domaines variés : l’usine d’Arcelor-Mittal (+/- 250 salariés) à St-Chély d’Apcher ; Ratier (1 010 salariés), localisé à Figeac ; les Laboratoires P. Fabre dans le Tarn ; Andros (+ de 1000 employés) à Biars ; RAGT (298 personnes) à Rodez, un des leaders européens en recherche et production semencière… En outre, ces entreprises se démarquent par leur production haut de gamme : l’activité bijoutière au Cheylard qui fournit aujourd’hui des grands de la mode, Pivaudran à Souillac spécialisé dans les bouchons de parfum de luxe, Canson dans le papier d’art à Annonay... Ces « goûts de luxe » sont typique des entreprises de l’ensemble du Massif central ; dans le nord, nous retrouvons Pierre Cotte à Lezoux (108 salariés en 2010) qui travaille le cuir, Louis Vuitton à St-Pourçain sur Sioule (650 salariés) depuis 1990, SOFAMA qui vient de reprendre les ouvrières de Lejaby à Yssingeaux… Ce positionnement luxe est de bon augure puisque c’est un secteur pour lequel la France est leader dans le monde (EGI, 2010). Cependant, industrie haut de gamme ne signifie pas toujours haute technologie. Or c’est cette industrie de pointe (chimie fine, informatique, pharmacie) qui fait encore cruellement défaut dans les villes du sud Massif Central.

29Ces réussites industrielles prouvent que les petites villes recèlent encore des éléments d’attraction et qu’elles ne s’en sortiront qu’en privilégiant la qualité. « Il est crucial que le tissu d’établissements compétitifs répartis dans les villes moyennes et petites survive, se consolide et se développe. Mais il ne pourra le faire qu’en se renouvelant, au prix de restructurations et de montées en gamme qui seront souvent douloureuses en termes d’emploi » (Veltz, 2008 : 119).

3. La capacité de résistance industrielle des petites villes

30Dans un contexte dominé par la concurrence territoriale, beaucoup de handicaps obèrent la capacité de résistance industrielle des petites villes. Les atouts qu’elles proposent sont alors bien minces : « Les atouts sont moindres quand il s’agit de petites villes isolées – encore qu’il n’y ait pas de règles et qu’il puisse y avoir des firmes à rayonnement mondial dans des sites a priori improbables » (Veltz, 2004 : 47). Par ailleurs, les petites villes ne s’avouent pas vaincues ; en témoignent les avis recueillis sur le terrain.

3.1. Des handicaps majeurs…

31Dans certaines villes françaises, des problèmes d’embauche existent, la main d’œuvre étant tout simplement rare. L’époque du XIXème siècle, où le réservoir rural satisfaisait cette demande, est terminée. Cette difficulté pour embaucher s’explique par les densités basses et par le départ des jeunes vers la grande ville où ils sont sûrs de trouver du travail et plus de distractions.

  • 11 Lisi Aerospace (+ de 600 personnes dans la visserie automatique en 2012) avait ainsi signé un parte (...)

32L’autre problème le plus manifeste est la difficulté à recruter de la main d’œuvre qualifiée, sur place ou, à défaut, à la faire venir. Jeunes diplômés, les cadres acceptent de venir dans la petite ville, mais dès qu’ils fondent une famille, leur lieu de résidence leur semble bien terne, notamment pour les épouses. Le manque de personnel qualifié provoque un effet de repoussoir, particulièrement pour les industries de haute technologie. De rares petites villes essayent de remédier à ce problème en accueillant des antennes universitaires, comme c’est le cas à Figeac avec son IUT tandis que des entreprises, telle Lisi Aerospace11 à Villefranche de Rouergue, recrutent sur la motivation et l’aptitude à se former à de métiers. Plus généralement, la perte d’attractivité de l’emploi industriel auprès des jeunes et des cadres se retrouve au niveau national. Les EGI déplorent ce manque d’attractivité dû à un déficit d’image du secteur.

33Le troisième handicap dont souffrent les petites villes, particulièrement celles de moins de 5000 habitants, est le manque de services aux entreprises. Ce manque est d’autant plus important qu’il concerne surtout la R&D (Recherche et Développement). Les dirigeants français sont ainsi obligés de chercher ces services dans des agglomérations plus grandes.

3.2. … atténués par des atouts solides

34Le premier atout repose sur les caractéristiques de la main d’œuvre, du moins pour les plus de 35-40 ans : encore bon marché, fidèle à l’entreprise et avec une conscience professionnelle. Paradoxalement, ce serait synonyme de retard. Une industrielle et un secrétaire général de mairie l’ont souligné : « Les gens d’ici sont très volontaires, attachés à leur entreprise ; c’est la preuve d’un retard dans les mentalités ! » ; « Tous les gens de l’extérieur vous le disent : ici pas d’approche moderne des choses. Pas de tire-au-flanc ! ». Quoiqu’il en soit, cette conscience professionnelle se concilie avec un savoir-faire, acquis au fil des années. Les Systèmes Productifs Locaux (SPL), tout comme les Pôles d’Excellence Rurale, se forment, entre autres, sur la base de ce savoir-faire ancré dans le territoire et donc non délocalisable. Cet atout concernant la main d’œuvre est majeur pour les petites villes, surtout lorsque l’on sait que la qualité et la fiabilité des ressources locales (ici le personnel) sont fréquemment mises en avant par les travaux concernant les critères de localisation des firmes (Hatem, 2004 : 40). Les EGI mettent en exergue la nécessité de préserver ces savoir-faire, notamment en labellisant des centres de formation, en inventoriant ces savoirs, en sauvegardant les gestes et pratiques sous forme de vidéos.

35Deuxième atout : la réelle capacité d’adaptation et de résistance dont font preuve les petites villes du Massif Central en se diversifiant dans la continuité. De la mégisserie graulhétoise découlent ainsi des activités de maroquinerie et de mécanique de précision : Weishart (plus de 200 emplois), installée à Graulhet depuis le début du siècle pour y produire des colles fortes à partir de peaux, fournit aujourd’hui des gélatines aux industries alimentaires, pharmaceutiques et photographiques. Au Cheylard, en Ardèche, plusieurs entreprises ont débuté par le moulinage de la soie, avant de se tourner vers le tissage des fibres synthétiques et des fibres de verre ouvrant d’autres marchés (textile enduit de plastique pour l’ameublement). Les SPL se sont nourris de cette capacité d’adaptation, l’Yssingelais-Sigolénois passant du textile au plastique.

36Le troisième atout est la présence d’entreprises-phares, quelquefois centre de décision et induisant la création en cascade d’autres établissements. Les Laboratoires P. Fabre, bien que possédant des filiales à l’étranger, conservent leurs premières attaches territoriales, en dirigeant tout un réseau d’unités de taille moyenne, localisées majoritairement dans le Grand Sud, autour de Lavaur et de Castres. On peut toutefois se poser la question de la pérennité de l’attachement de ce groupe au Tarn. Il en est de même à Biars dans le Lot où les élus craignent que la venue au pouvoir de jeunes générations de dirigeants, formées loin de la petite ville, ne se traduise par une délocalisation partielle ou entière de la production, voire un départ du siège social vers une métropole quelconque.

37L’un des derniers atouts mis en avant par les acteurs des petites villes est la possibilité d’offrir du terrain à moindre prix. Le fait que l’offre foncière soit considérable et que les prix soient moins élevés qu’ailleurs rend l’investissement industriel spécialement attractif (APVF, 2005).

  • 12 Les avis sont partagés : certaines personnes ont plutôt une image fort péjorative de la petite vill (...)

38Enfin, même c’est si un sujet tendancieux12, soulignons que les petites villes peuvent attirer par leur convivialité et leur qualité de vie. L’ancien directeur de la SEFEE a choisi St-Affrique pour cette raison (en plus de la qualité de la main d’œuvre et de son origine aveyronnaise) et ce, en dépit des inconvénients (enclavement notamment).

  • 13 Cinq SPL avaient été identifiés dans le sud Massif Central, tournant autour d’activités variées : b (...)

39Les petites villes affichent certes encore une capacité de résistance industrielle, mais il est indéniable que la fermeture d’une entreprise sur leur sol est plus problématique qu’ailleurs car leur marché de l’emploi est incapable d’absorber les chocs. Ensuite, il faut bien se garder de tout angélisme dans le contexte actuel : « les petites villes ne disposent pas de grandes marges de manœuvre quant au développement du système productif » (Taulelle, 2010 : 162). Néanmoins, l’auteur toulousain reconnaît que des politiques nationales appuient des stratégies industrielles. « Les pouvoirs publics tentent de développer des filières qui structurent ces territoires. Après la politique des SPL à la fin des années 9013, les PER ont souvent concerné les petites villes. En mai 2010, un appel d’offres de la DATAR sur les grappes d’entreprises a permis de sélectionner 42 grappes sur 112 dossiers déposés : les deux tiers sont orientées sur des secteurs industriels » (ibid. : 162). Par ailleurs, certains scenarii élaborés par G. Le Blanc pour le compte de la DATAR laissent à penser que la spécificité industrielle des petites villes, notamment celles des espaces interstitiels, est encore opportune.

4. Quel sort l’avenir peut-il réserver aux petites villes « isolées » ?

  • 14 Think tank du Massif Central (22 départements et 6 régions) regroupant CCI, collectivités territori (...)

40G. Le Blanc (2011) a imaginé quatre scenarii quant au devenir de l’industrie. Il souhaite que les gens les utilisent en repérant dans les caractéristiques présentes d’un territoire donné ce qui s’inscrit dans tel ou tel scénario. Ici nous survolerons la question, sachant qu’elle mérite d’être approfondie pour que les petites villes des espaces interstitiels affrontent les mutations du secteur industriel d’une manière sereine en s’y préparant à l’avance. A. Malet ne dit-il pas qu’ « il va falloir aller plus loin dans l’anticipation et la prospective » (Président de Macéo14, 2011) ?

4.1. Les scenarii problématiques

41Le scénario « citadelle » (Le Blanc, 2011 : 95) préfigure une France où activités et emplois sont concentrés au sein d’un petit nombre d’entreprises spécialisées et innovantes, insérées dans les réseaux mondiaux. La polarisation des activités accentue les déséquilibres territoriaux et avantage les grandes agglomérations. En plus, les réseaux historiques de sous-traitance autour de PME locales et familiales ont dépéri, suite aux délocalisations de plus en plus nombreuses et au désintérêt qu’affichent les jeunes pour les activités manufacturières.

42Même si dans ce scénario, « les activités technologiques innovantes des années 2000 ainsi que les spécialisations historiques (aéronautique, pharmacie, agro-alimentaires, luxe) ont été consolidées au sein de grands groupes continentaux ou mondiaux » (op.cit.), les petites villes isolées ne résisteraient pas aux changements économiques cités ci-dessus. Et on ne peut espérer que leur capacité de résilience, déjà montrée par leur passé par certaines, leur permette de surmonter cette crise, en expérimentant d’autres formes de développement.

43Le scénario « effervescence » (ibid., 2011 : 90) prédit une dématérialisation de l’économie et une baisse de l’efficacité des grandes structures au niveau de l’innovation. Les générations de 2040 refusant le modèle de la grande entreprise et snobant les contrats exclusifs à longue durée, l’essentiel des emplois industriels se concentre désormais dans un tissu composé de PME dans lesquelles la flexibilité est de mise. « La réussite d’un territoire dans ce scénario résulte moins du stock d’activités accumulé par le passé que de la capacité à animer localement cette effervescence en fonction des caractéristiques propres à la main d’œuvre, aux compétences, aux animateurs/entrepreneurs. […] Cette capacité à attirer et retenir les compétences passe par l’aménagement du territoire » (ibid. : 91 et 93).

  • 15 15 personnes y travaillent pour leur compte et 3 pour une entreprise extérieure à la ville.

44Comme nous l’avons vu précédemment, les qualités de la main d’œuvre des petites villes sont louées par plusieurs acteurs. Mais dans ce scénario, c’est une main d’œuvre hautement qualifiée qui est mise au premier plan, ainsi qu’une exigence d’innovation et de flexibilité. Á l’heure actuelle, il n’y a que les SPL (par exemple, la Mecanic Valley, l’Yssingelais-Sigolénois) qui puissent permettre une diffusion de l’information, des idées nouvelles et donc l’émergence de l’innovation. En outre, pour capter cette main d’œuvre qualifiée, les petites villes de ces districts industriels devront améliorer leur cadre de vie en s’orientant vers des politiques locales appropriées (équipements culturels, sportifs… ; politique de l’habitat). Ce scénario fait également la part belle au télétravail. Or c’est un phénomène qui commence à s’amplifier dans le sud Massif Central. Murat15 par exemple, dans le Cantal, possède déjà un centre de télétravail ; et un projet de ce type est prévu au centre du triangle Aurillac-Decazeville-Figeac (Macéo, 2012).

4.2. Les scenarii porteurs d’espoir

45G. Le Blanc propose deux autres scenarii, dans lesquels les petites villes des espaces interstitiels pourraient se démarquer.

46Le scénario « révolution industrielle verte » (ibid. : 86) trouve ses racines dans l’affirmation du souci écologique et dans l’acceptation de la nécessité d’un développement durable. Se produirait un renouvellement complet du tissu d’entreprises offrant des biens et services à valeur ajoutée sociale et environnementale. Les territoires pourraient tirer leur épingle du jeu. En effet, « la logique économique de la nouvelle industrie verte et durable repose sur une grande variété et différenciation de situations locales (populations, urbanisme, climat) et spécifiques en matière de santé, logements, transports, loisirs… » (ibid. : 86). En plus, contrairement à l’heure actuelle, le secteur productif redeviendrait attractif pour les jeunes, notamment grâce à des investissements importants dans la qualification de la main d’œuvre (nouvelles filières de formation et nouveaux métiers).

47En 2012, le Massif Central se met déjà au diapason. « Pour préparer le futur, il faut conjuguer être et avoir, c'est-à-dire mettre en synergie les matières premières des territoires et leur matière grise » (Malet, La Montagne, 07/04/2012). La dernière AG de ce think tank a d’ailleurs mis en évidence l’industrialisation du Massif Central, à travers l’éco-construction. Un voyage d’étude dans le Haut-Adige sur cette thématique a même eu lieu en 2011 afin de mutualiser les connaissances. Ces premiers contacts anticipent les prévisions de G. Le Blanc (ibid. : 88) : « On trouvera des espaces présentant des caractéristiques comparables ailleurs en Europe. Des liens s’établiront entre eux autour de similarités de demande, construisant des associations de territoires inédites car fondées sur une logique radicalement différente de la proximité géographique ». Le point négatif de ce scénario est l’importance donnée à la R&D ; or, comme on l’a vu, la carence en services aux entreprises, notamment dans le domaine R&D, est très pesante pour les petites villes du sud Massif Central.

48Enfin, le scénario « alter industrialisation » (ibid. : 99) est peut-être le plus avantageux pour les petites villes « isolées » car la demande locale y est mise en avant (sous la pression des consommateurs-citoyens rejetant la société de consommation et se méfiant des nouvelles technologies). Les coûts d’énergie, de matières premières et du travail augmentant dans les pays jadis émergents induisent la priorité donnée aux activités productives du territoire et expliquent les nombreuses relocalisations. L’industrie se stabilise, voire progresse dans certains territoires. « L’aspiration au local met le territoire au cœur des enjeux économiques, politiques et sociaux ». On assiste à un « retour à des modèles de solidarité transgénérationnelle, villageoise ou professionnelle » (ibid. : 101). Or, l’une des fortes particularités des petites villes est qu’elles forment des sociétés d’interconnaissances où se multiplient les échanges formels et informels. « Les petites villes reposent sur des réseaux locaux. Cela ne veut pas dire qu’elles ne se rattachent pas à des groupes, des intérêts, des réseaux et des marchés nationaux ou européens, mais leur structuration comme société locale reste un élément fondamental d’une cohérence sociétale territorialisée, de plus en plus difficile à saisir dans les grandes villes » (Roques, citant Oberti, 2009 : 35).

49Ce scénario rejoindrait les conclusions de notre thèse (Férérol, 2010) qui considèrent que les petites villes sont une alternative à une urbanisation massive autour des grandes agglomérations. Rendre les villes plus compactes et développer les circuits courts centrés sur les petites villes est possible à travers les pays (à condition toutefois que leurs limites correspondent à celles du bassin de vie et que le périmètre du SCOT soit identique). Enfin, il est réjouissant de voir G. Le Blanc imaginer comme exemple de ce dernier scénario la SCOP Rouergue Bambou, spécialisée dans le traitement du bambou comme matériau de construction, en plein milieu du sud Massif Central !

Conclusion

50Alors que beaucoup parlent du déclin inéluctable de l’industrie française et de la désindustrialisation de nos territoires, le constat est net que les petites villes des espaces interstitiels bénéficient encore d’implantations manufacturières. « Le destin des espaces périphériques ne semble pas exclusivement lié à leur capacité à capter une richesse produite ailleurs. La France des périphéries est aussi une France qui produit » (Guillaume, 2008 :13). Fort heureusement, les petites villes conservent leur spécificité, à savoir un fort caractère industriel. L’industrie est en effet un facteur déterminant de la vitalité des territoires (EGI, 2010), encore plus quand il s’agit des espaces marginalisés. Tout comme P. Veltz, nous considérons que le secteur industriel reste un élément de dynamisme : « Il faut faire attention au fait que l’industrie, en particulier, reste un élément très important d’innovation et un élément de stabilité économique. On ne bouge pas les usines aussi facilement que des officines avec quelques ordinateurs, fussent-elles high tech ! » (Veltz, 2004 : 49). Il est capable de maintenir sur place une population consommatrice des activités tertiaires et garante d’un maintien dans la hiérarchie urbaine.

51Bien sûr, il ne faut pas se voiler la face ; les petites villes « isolées » présentent moins d’aménités que les grandes agglomérations mais elles ne doivent pas s’avouer vaincues. Certains scenarii prospectifs de la DATAR pour 2040 ne leur sont pas en effet totalement négatifs. Mais la médiatisation d’entreprises qui vacillent et le déficit d’image dont souffre l’industrie peuvent pousser les élus à choisir une autre voie de développement pour leur commune : le tourisme et/ou le résidentiel (Férérol, 2012) J.-P. Laborie (2005 : 6) le reconnaissait déjà en 2005 : « les petites villes tournent le dos à toute ambition industrielle, se gardent bien de créer une zone d’activités et affichent leurs atouts pour attirer de l’habitat pavillonnaire ».

Haut de page

Bibliographie

Alternatives Économiques, 2012, Comment sauver l’industrie ?, HS, n° 93, 82 p.

APVF, 2005, Les petites villes et le développement économique, Association des Petites Villes Françaises, 77 p. URL : http://www.apvf.asso.fr/files/Recueil_20Articles.pdf

Barrère, P., Cassou-Mounat M., 1980, Les villes françaises, Masson, Paris, 255 p.

Bouba Olga O., 2007, Délocalisations, désindustrialisation : que peuvent faire les collectivités territoriales ?, Pouvoirs Locaux, n° 72, pp. 94-97.

Chatillon A., 2011, La désindustrialisation des territoires, rapport du Sénat, Paris, 342 p.

Édouard, J.-Ch., 2001 (1999 date de la soutenance), Organisation et dynamique urbaine de la bordure septentrionale du Massif Central, Thèse de géographie, Université de Clermont-Fd II, CERAMAC, 590 p.

EGI, 2010, rapport final, Ministère de l’Industrie, Paris, 329 p.

Férérol M.-È., 2012, Demeurer ou non des bastions industriels ? : telle est la question existentielle des petites villes des espaces interstitiels (sud Massif Central ; Espagne nord Occidentale), colloque de l’ASRDLF, Belfort.

Guillaume R., 2003, Les relations interentreprises de la Mecanic Valley, rapport dans le cadre du programme « Les SPL en Midi-Pyrénées : vers l’émergence de systèmes régionaux ? », CIEU, Toulouse, pp. 170-197 (doc pdf).

Guillaume R., 2008, L’évolution de l’emploi industriel en France 1994-2004, Mappemonde, vol. 90, n° 2, 26 p. URL : http://mappemonde.mgm.fr/num18/articles/art08201.html.

INSEE Auvergne/DATAR, 2002, Atlas du Massif Central, Chamalières, 29 p.

INSEE Auvergne/DATAR, 2010, Atlas du Massif Central (appareil productif), Chamalières, 14 p.

Kindermans M., 2009, Restructurations : les élus viennent au secours des sites industriels, La Gazette des Communes, n° 1987, pp. 24-31.

Laborie J.-P., 1987, Hiérarchie urbaine et division spatiale du travail : la place des petites villes, in Les petites villes du Moyen-Âge à nos jours, CNRS-PUB, Bordeaux, pp. 133-145.

Laborie J-P., 2005, Les petites villes face à la métropolisation : la perte d’une spécificité, 8 p. URL : http://www.adbdp.asso.fr/spip.php?article434.

Laborie J.-P., 2009, Les petites villes face aux fermetures des services publics, in Aménager la France, Colin, Paris, pp. 239-255.

Le Blanc G., 2011, Les espaces de la dynamique industrielle : état des lieux et problématiques, Territoires 2040, n° 3, Paris, pp. 79-99.

Le Blanc G., 2011, Les espaces de la dynamique industrielle : processus et scénarii, Territoires 2040, n° 4, Paris, pp. 85-105.

Macéo, Rapport d’activités 2011, 100 p.

Mainet H., Qu’est-ce qu’une petite ville ?, BAGF, n° 1, pp. 13-22.

Montagné-Villette S., 2009, Le Languedoc-Roussillon, in La France : les 26 régions, A. Colin, Paris, 368 p.

Ricard D., 2006, Les mutations des systèmes productifs, in Le Massif Central : hautes terres d’initiatives, PUBP, Clermont-Fd, pp. 61-72.

Roques J.-L., 2009, La fin des petites villes, l’Harmattan, Paris, 221 p.

Scheibling J., Une industrie française, La Documentation Photographique, n° 8012, 65 p.

Taulelle F., 2010, La France des villes petites et moyennes, in La France, une géographie urbaine, A. Colin, Paris, pp. 149-166.

Veltz P., 2004, Penser l’attractivité dans une économie résidentielle, Pouvoirs Locaux, n° 61, pp. 44-51

Veltz P., 2008, La grande transition, L’Aube poche essai, La Tour d’Aigues, 157 p.

Haut de page

Notes

1 Sud du Massif Central : Aveyron, Cantal, Haute-Loire, Lot, Lozère, Tarn et une partie du Gard, de l’Hérault et de l’Ardèche.

2 La tranche 1975-1999 sera ainsi privilégiée au détriment de la tranche 1975-2008.

3 Défaut déjà relevé par d’autres chercheurs comme H. Mainet en 2008.

4 Les petites villes « isolées » se distinguent des petites villes « intégrées » (à une grosse agglomération) (Édouard, 2008, La petite ville : contexte et enjeux, BAGF, pp 2-12).

5 Pour reprendre la terminologie de J-Ch. Édouard (2001) qui considère qu’une ville se définit comme telle, si le pourcentage d’emplois secondaires se situe au-dessus de la moyenne nationale.

6 SPL formé autour de l’entreprise-phare Bosch, décentralisée à Rodez. Il concentre plus de 200 entreprises et 14 000 emplois.

7 Un bijoutier parisien, Murat, s’y était installé au XIXe siècle afin de s’y faire élire sénateur ! Depuis son arrivée, les entreprises de bijoux ont essaimé.

8 Le changement de nomenclatures INSEE des emplois a rendu malaisée toute étude approfondie.

9 Catégories démographiques de 1999.

10 S. Montagne-Villette partage ce sentiment : « Le textile, qui animait Lodève, Ganges, Anduze, le Vigan a périclité et avec lui les villes qui ne sont plus que des sortes d’écomusées pour les touristes » (2009 : 169).

11 Lisi Aerospace (+ de 600 personnes dans la visserie automatique en 2012) avait ainsi signé un partenariat avec l’État et Pôle Emploi pour subventionner les formations.

12 Les avis sont partagés : certaines personnes ont plutôt une image fort péjorative de la petite ville.

13 Cinq SPL avaient été identifiés dans le sud Massif Central, tournant autour d’activités variées : bois à Aurillac, plasturgie à Ste-Sigolène, mécanique en Aveyron, salaisons à Lacaune et textile dans les Cévennes.

14 Think tank du Massif Central (22 départements et 6 régions) regroupant CCI, collectivités territoriales, laboratoires de recherche, DATAR…

15 15 personnes y travaillent pour leur compte et 3 pour une entreprise extérieure à la ville.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Évolution du poids des trois secteurs économiques dans les emplois urbains du sud Massif Central entre 1975 et 1999
Crédits Source : d’après INSEE, RGP, 1975-99.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2537/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau 2 : Désindustrialisation et tertiarisation des villes du sud Massif Central entre 1975 et 1999
Crédits Source : d’après INSEE, RGP, 1975-1999.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2537/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Carte 1. Le visage fonctionnel des unités urbaines du sud du Massif Central en 1999
Crédits Source : INSEE, RGP, 1999 – MEF,2004.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2537/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Tableau. 3 : Part des emplois secondaires pour chaque type de villes en 1999 et en 2008
Crédits Source : d’après INSEE, RGP, 1999 et 2008.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2537/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Carte 2 : Évolution de la part du secteur secondaire dans les villes du sud du Massif Central
Crédits Source : d'après INSEE, MEF, 2012.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2537/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 435k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Ève Férérol, « Les petites villes des espaces interstitiels et l’industrie : un couple indissociable ? », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2537 ; DOI : 10.4000/tem.2537

Haut de page

Auteur

Marie-Ève Férérol

Docteur ès géographie
mefererol@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page