Navigation – Plan du site
Editorial

Éditorial

Antoine Le Blanc, Jean-Luc Piermay et Sylvie Daviet
p. 1-2

Texte intégral

1Dans les pays anciennement industrialisés, notamment en Europe et en Amérique du Nord, villes et industries se sont développées en étroite corrélation depuis la fin du dix-huitième siècle. L’explosion du nombre et de la taille des villes y fut, on le sait, consécutive aux révolutions industrielles. L’héritage de ces révolutions industrielles marque encore de nombreux paysages urbains ainsi que certains types de représentations des rapports entre villes et industries, avec l'image de structures de productions vieillies et polluantes. Les liens fonctionnels entre villes et industries ont pourtant changé, que l’on se place du point de vue de l’habitant ou des systèmes économiques dans leur ensemble.

2Les citadins aspirent à une nouvelle qualité de vie, dans un contexte qui met de plus en plus en avant le cadre de vie et l’environnement. Les transformations majeures du système économique mondial depuis quelques décennies ont bouleversé les liens entre villes et industries. La mondialisation et les dynamiques de métropolisation ont renouvelé en profondeur les processus économiques, les formes spatiales et les échelles de l’industrie et de la ville. La multiplication et la diversification des réseaux ne s’appuient pas moins sur de nécessaires proximités, mais ces enjeux et facteurs de compétitivité sont mobilisés de manière de plus en plus complexe. Plus généralement encore, les villes sont porteuses d’images, de sens et de fonctions qui ont considérablement évolué, et auxquels les industries cherchent à se réarticuler tout en étant aiguillonnées par des rythmes très rapides de mutations et de concurrences.

3Cette concurrence accrue entre les industries, mais aussi entre les villes, pousse à l’invention de nouvelles formes spatiales et économiques ; les industries, qui se sont largement diversifiées, se rapprochent des services sur de nombreux points. De nouveaux critères comme la qualité de la vie, des évolutions, notamment dans les transports et dans les nouvelles technologies, renouvellent les critères de choix de localisation. Les économies métropolitaines et leurs infrastructures matérielles et immatérielles doivent faire preuve de compétitivité et d’innovation, alors même que la désindustrialisation soulève une crise sociale sans précédent, marquée par le chômage et la paupérisation de larges fractions de la société.

4Par ailleurs, les pays émergents d’Asie et d’Amérique latine, bénéficiaires des délocalisations, souvent associées à des zones franches, connaissent une croissance urbaine et industrielle spectaculaire. En s’affirmant comme de nouveaux marchés de production et de consommation, ils entrent dans la compétition métropolitaine internationale en se dotant de centres financiers, de pôles d’excellence en matière de hautes technologies et se positionnent sur le domaine des industries vertes comme de la ville durable, tout en conservant un positionnement fondé sur des productions à bas coûts, qui peuvent créer des situations sociales et spatiales extrêmes dans des milieux urbains en forte tension.

5L’objectif de ce numéro spécial de Territoire en Mouvement est d’aborder ces transformations en cours et d’interroger les perspectives futures : quels projets urbains sont mis en place ? Comment se construisent de nouveaux espaces métropolitains techno-industriels ? Comment les acteurs des villes et des industries s’approprient-ils et suscitent-ils ces mutations, quelles articulations se tissent entre les différentes échelles et les différentes modalités des projets industriels et urbains ? Comment l’innovation est-elle mobilisée par les acteurs urbains et industriels ? Comment se déclinent ces processus dans différentes régions du monde ? Le dossier de ce numéro spécial est centré sur des cas d’étude européens, sans être exclusif puisque certains articles proposent des comparaisons avec des métropoles américaines et sud-américaines.

6Ce numéro propose donc des analyses et des approches variées mais qui peuvent être regroupées en trois grands domaines de questionnements. Premièrement, les mutations de l’articulation ville-industrie doivent être mieux comprises et interprétées, ce qui ne peut se faire que par le prisme de diagnostics fondés sur des études de terrain, souvent comparatives. Ces enquêtes approfondies permettent de relativiser et de nuancer les dynamiques de « régénération urbaine » ou de « revitalisation urbaine », qu’il s’agisse de grandes métropoles (B. Fernandez Agueda) ou de villes petites ou moyennes (M-È Férérol, I. Casillo). Ces articles présentent des analyses de formes spatiales créées ou confortées par les nouvelles dynamiques concurrentielles, mais se proposent surtout de lire ces mutations avec un certain recul, en montrant le poids de dynamiques plus anciennes ou d’éléments de contexte social, économique et politique.

7Un deuxième ensemble d’articles approfondit la question des relations entre villes et industries à la lumière d’analyses de dispositifs mis en place à différentes échelles (régionale, nationale, transnationale), pour articuler de manière évolutive les nouvelles contraintes et possibilités fonctionnelles mobilisées par les industries dans les villes d’aujourd’hui. La métropolisation semble être ici le concept clé, qu’elle soit appréhendée comme une dynamique externe refaçonnant les polarités urbaines (L. Diop et C. Lamour ,N. Raimbault et F. Bahoken), comme un mouvement complexe dans lesquels certains espaces gagnants s’insèrent au prix de transformations radicales en choisissant de miser sur des secteurs porteurs, parfois au détriment de quartiers voisins (B. Lusso, B. Lebeau) ; ou comme une occasion d’inventer de nouvelles formes spatiales et fonctionnelles fondées sur les réseaux et leurs ressources (R. Besson).

8Enfin, les enjeux environnementaux ont conquis une place incontestable dans ces dynamiques, et sont donc également présents dans ce dossier : risques industriels, pollutions et exigences de qualité de vie, choix de localisation, aménagements et zonages reconfigurent l’interface ville-industrie tout autant que la recherche d’innovation ou le redéploiement des appareils productifs et scientifiques. Ces risques s’analysent en termes de dispositifs réglementaires ou de périmètres ainsi qu’en termes de représentations (J.-C. Blesius, C. Osadtchy) ; mais plus généralement, ce sont des reconfigurations de jeux d’acteurs et l’irruption de nouvelles échelles, régionales et internationales qui exigent de repenser l’articulation ville-industrie en termes de risques sociaux, économiques et environnementaux (N. Grembo), en montrant la part politiquement et socialement construite de ces risques (S. Rufat).

9Au final, ce dossier souhaite, modestement, apporter quelques réponses à une question simple : quelle place pour l’industrie dans la ville aujourd’hui ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Le Blanc, Jean-Luc Piermay et Sylvie Daviet, « Éditorial », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 06 septembre 2017, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://tem.revues.org/2522

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Piermay

Sylvie Daviet

Antoine Le Blanc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page