Navigation – Plan du site

Littérature et développement des territoires

Mauricette Fournier

La revue Territoire en mouvement lance un appel à textes pour un numéro sur la thématique « Littérature et développement des territoires ». L’objectif de ce numéro est d’appréhender selon quelles modalités la littérature est appropriée, mobilisée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels comme immatériels, par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires. Les entrées sur la thématique issues de disciplines autres que la géographie sont les bienvenues, à condition de bien mettre en avant la dimension spatiale des objets étudiés et de se conformer à la ligne éditoriale de la revue.

Appel à textes

Depuis une petite quarantaine d’années, s’est ouvert un champ de recherches, la géographie littéraire, qui tend à se développer depuis les années 90, en Europe comme en d’autres régions du monde (Lévy, 1989 ; Brosseau, 1996 ; Rosemberg, 2007 ; Bédard et Lahaie, 2008 pour ne mentionner que quelques jalons), et entre en résonance avec l'intérêt contemporain des études littéraires qui redécouvrent l'espace dans les œuvres (Collot, 2011) et/ou s'attachent à en produire une cartographie (Moretti, 2000 ; Piatti, 2012).

A contrario la géographie de la littérature, que certains géographes appellent de leurs vœux (ainsi Brosseau, 2002, Molina, 2010, 2014 après Frémont, 1976), a été encore peu systématiquement explorée : il s’agit dans ce cas de s’intéresser aux rapports entre littérature et société, aux contextes socio-spatiaux de production et d’appropriation des faits littéraires.

Or, de la métropole au village, des acteurs de plus en plus nombreux (associations, élus, institutions patrimoniales, professionnels du livre, du tourisme, de l’architecture et de l’urbanisme …) s’emparent des œuvres, des livres et des écrivains pour construire des projets d’aménagement et de développement, à vocation culturelle, identitaire, sociale, économique.

Ces initiatives prennent des formes très variées.
A l’instar de la Foire du livre de Brive-la-Gaillarde (créée en 1973), du Festival international de la Bande dessinée d’Angoulême (1974), du Salon du livre de Paris (1981) ou des Lecture sous l’arbre du Chambon-sur-Lignon (1991) se multiplient à toutes les échelles des évènements culturels mobilisant les livres et les écrivains dans le but d’animer les territoires. Les écrivains sont de plus en plus sollicités par les collectivités pour faire des lectures ou organiser des ateliers d’écriture, accomplissant alors une mission tant culturelle que sociale. Dans un autre registre, il leur est parfois demandé de travailler en partenariat avec des architectes à l’aménagement des espaces urbains, participant ainsi à une fabrique littéraire de la ville (par exemple, participation des membres de l’Oulipo à des divers projets, comme le tramway de Strasbourg ou la bibliothèque universitaire de Paris VIII, étudiés par Molina).

Sur le modèle longtemps unique de Hay-on-Wye, au Pays de Galles, ont fleuri dans les années 2000, en France comme dans le reste du monde, des « villages du livre » (Seaton, 1999), rassemblant principalement des bouquinistes, associés à des artisans tels que relieurs, doreurs, encadreurs, fabricants de papiers, imprimeries artisanales… Pour sa part l’UNESCO a proposé, dans le cadre du programme Creative Cities Network, lancé en 2004, le label Cité de la Littérature, qui a déjà séduit une grosse demi douzaine de villes dont Edimbourg (2004), Melbourne (2008), Dublin (2010), Reykjavík (2011), et Cracovie (2013).

Regroupées depuis 1997 au sein de la Fédération des maisons d’écrivain et des patrimoines littéraires, les maisons d’écrivain sont aussi en plein essor : plus de la moitié des 185 sites ouverts en France au public ont été créés après 1980 et les chiffres de fréquentation révèlent l’engouement croissant des visiteurs (près d’un million d’entrées en 2011, en hausse d’un tiers par rapport à 2007). La création d’itinéraires littéraires se développe également, de la balade urbaine à la randonnée au long cours, invitant le public à partir sur les traces de l’Ulysse de Joyce à Dublin lors du Bloomsday ou de Stevenson sur les 252 kms du GR 70 reproduisant le Voyage avec un âne dans les Cévennes, à visiter le Louvres sur les pas du héros du Da Vinci Code de Dan Brown ou la Provence de Jean Giono grâce à un ensemble de 25 boucles de petites randonnée (PR) dispersées de Manosque à Sisteron.

Cette série d’exemples, qui pourront être approfondis dans le cadre de cet appel à textes, permet d’illustrer comment la littérature a été appropriée, voire instrumentalisée, dans ses aspects matériels (les livres, la maison d’écrivain, sa bibliothèque…) comme immatériels (l’imaginaire des lieux développé dans les œuvres, les traces de l’auteur …) par des acteurs qui se sont mis à la considérer comme une ressource spécifique pouvant contribuer au développement des territoires (Colletis et Pecqueur, 2005 ; Gumuchian et Pecqueur, 2007). Elle montre aussi qu’après nombre d’autres objets culturels, la littérature prend sa place dans « l’explosion patrimonialisante » (Gravari-Barbas et Guichard-Anguis, 2003).

Les contributions attendues porteront particulièrement sur les problématiques suivantes :
- Les processus de « mise en littérature » des territoires, de transformation de la ressource littéraire en ressource territoriale. Quels sont des acteurs impliqués ? Comment s’organisent-ils ? Quelles sont leurs représentations des lieux, leurs systèmes de valeurs ? Par qui sont conduites les procédures de valorisation des patrimoines littéraires, pour qui, pour quoi ? Pourquoi certains territoires sont-ils plus enclins que d’autres à s’intéresser à leurs héritages littéraires ? Certains auteurs ou catégories d’écrits se prêtent-ils plus que d’autres à cette valorisation ? Quels critères peuvent expliquer la réussite ou l’échec de telles initiatives ?

- Les enjeux économiques directs ou indirects et la compétitivité des territoires. Peut-on mesurer les conséquences économiques d’une opération de « mise en littérature » du territoire (en terme de ressources financières, d’emplois, de création d’activités) ? Crée-t-elle une rente monopolisée par certains acteurs et territoires au détriment d’autres ? L’enjeu territorial ne réside-t-il pas davantage dans l’affirmation d’une attractivité culturelle que, par exemple, dans la promotion de produits touristiques ? Est-ce que la valorisation de la ressource littéraire bénéficie plus à certains types d’espaces (milieux ruraux, petites villes, métropoles) et pour quelles raisons ?

- La question de la réception (par les habitants et les usagers) ainsi que les enjeux politiques et territoriaux. Quels enjeux politiques, territoriaux, identitaires recouvre la « mise en littérature » d’un espace ? Comment se manifeste l’appropriation de la littérature par le politique, les habitants, les touristes ? Peut-on examiner de façon précise les modalités de construction des images, les mécanismes conduisant à une esthétisation des lieux ? Cette esthétisation littéraire est-elle partagée par les habitants et les visiteurs ?

Territoire en mouvement, revue de géographie et aménagement, accorde un intérêt particulier aux approches interdisciplinaires autant que les approches ouvertes vers d’autres disciplines des sciences humaines et sociales, sous la condition d’envisager la dimension spatiale et/ou territoriale de l’objet d’étude.

Contact

Mauricette Fournier
Maître de conférence en géographie
Université Blaise Pascal
CERAMAC
Maison des Sciences de l'Homme
63057 Clermont-Ferrand Cedex 1
Mauricette.FOURNIER@univ-bpclermont.fr

Bibliographie

Bédard M., Lahaie C. (dir.), 2008, Géographie et littérature, Cahiers de Géographie du Québec, 52, n° 147, 150 p.

Brosseau M., 1996, Des romans-géographes, Paris, L'Harmattan, coll. Géographie et cultures, 246 p.

Brosseau M., Cambron M., 2003, Entre géographie et littérature : frontières et perspectives dialogiques, Recherches sociographiques, vol 44, n° 3, pp. 525-547

Colletis G., Pecqueur B., 2005, Révélation de ressources spécifiques et coordination située, Économie et Institutions, 1er et 2nd semestres, pp. 51-74.

Collot M., 2011, Pour une géographie littéraire, n° 8, Littérature, Histoire, Théorie (LHT), publié le 16 mai 2011 [En ligne], URL : http://www.fabula.org/lht/8/8dossier/242-collot

Fremont A., 1976, La Région, espace vécu, Paris, Flammarion, 223 p.

Gravari-Barbas M., Guichard-Anguis, S., (dir.), 2003, Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l'aube du XXIe siècle, Paris, PU Paris-Sorbonne, 952 p.

Gumuchian H., Pecqueur B., 2007, La ressource territoriale, Economica, Anthropos, Paris, 248 p.

Molina G., 2010, Les faiseurs de ville et la littérature ; lumières sur un star-system contemporain et ses discours publics. Des usages de la littérature au service de l’action des grands architectes-urbanistes, Thèse de géographie et d’urbanisme, Université Toulouse-le-Mirail.

Molina G., 2014, Lorsque l’imaginaire géographique littéraire déborde les frontières du livre… et s’inscrit dans l’espace , in L. Dupuy, J.-Y.Puyo (dir.), Géographie, langue et textes littéraires : regards croisés sur l’imaginaire géographique, Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour, à paraître.

Moretti F., 2000, Atlas du roman européen, Paris, Seuil, 235 p.

Piatti B., 2012, Un Atlas littéraire de l’Europe ou comment cartographier des géographies fictives ? In A. Bergé, M. Collot et J. Mottet, Paysages européens et mondialisation, www.geographielitteraire.hypotheses.org.

Seaton A.-V., 1999, Book towns as tourism developments in peripheral areas, in Tourism in Peripheral Areas, International Journal of Tourism Research, vol. 1, 5, pp. 389–399.

Rosemberg M. (dir), 2007, Le roman policier. Lieux et itinéraires, Géographie et Cultures, n° 61, 143 p.

Haut de page