Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Claude Martin, Michel De La Durantaye, Jacques Lemieux et Jason Luckerhoff (dir.), Enjeux des industries culturelles au Québec. Identité, mondialisation, convergence

2011, Montréal : Presse de l’Université du Québec, 435 pages
Louis Dupont
Référence(s) :

Claude Martin, Michel De La Durantaye, Jacques Lemieux, Jason Luckerhoff (dir.), Enjeux des industries culturelles au Québec. Identité, mondialisation, convergence, 2011, Montréal : Presse de l’Université du Québec, 435 p

Texte intégral

1Ce collectif réunit 16 auteurs qui signent 13 textes, répartis en 5 parties qui abordent les trois dimensions de « l’industrie culturelle », soit les publics et les usagers (1ère partie), les institutions publiques (3ème), les points de vue d’acteurs (4ème), alors que la 5ème partie s’intitule « bilans », qui sont l’occasion d’un regard critique sur la production scientifique. Chaque partie est divisée en chapitre qui aborde une filière culturelle (livre, musique, etc.) ; non sans incohérence le cinéma fait l’objet d’une partie en soi (2ème). Chaque texte est accompagné d’une bibliographie conséquente, qu’il aurait été intéressant de regrouper en fin de volume. Le titre est explicite, les sous-titre est quelque peu en porte-à-faux, la mondialisation n’étant abordée que de façon périphérique. Le concept d’identité n’est pas défini, même si on devine qu’il s’agit de l’identité québécoise, quid de la convergence.

2Son intérêt est triple. Il montre d’abord l’utilité du concept « d’industrie culturelle » pour comprendre l’insertion puis le fonctionnement de la production culturelle dans l’économie de marché. Si au Québec, le concept est devenu opératoire, les réticences à son égard subsistent de ce côté-ci de l’Atlantique. Comme si cela venait confirmer la marchandisation de la culture, comme si culture ne pouvait rimer avec commerce, culture avec industrie, culture avec marché. Le concept permet pourtant de focaliser autant sur les producteurs, les productions ou produits, les « consommateurs » ou les publics, mais aussi les financeurs (État, le privé, les Institutions, les collectivités, etc.). Parler d’industrie culturelle ne signifie pas réduire la culture au marché, cela permet par contre de concevoir la culture comme une matière première importante de la société post industrielle. Des milliers de personnes en vivent, d’autres financent des productions, certains font du profit, l’industrie culturelle s’appuie de même sur des innovations technologiques de la production à la consommation, notamment avec Internet, que certains auteurs abordent.

3Le deuxième intérêt est d’ordre méthodologique. Si les collaborateurs s’identifient à plusieurs disciplines, économie, science politique, loisir et culture, avec une dominante en communication, ils se rejoignent par la démarche adoptée : les statistiques culturelles. Tous les textes s’appuient sur des chiffres, généralement de première main, dont on tire des courbes, pourcentages, corrélations, rendus sous toutes les formes de tableaux que permet la science sociale. C’est une école de pensée, une manière de produire de la connaissance, dont le pionnier est le regretté Jean-Paul Baillargeon, diplômé d’Oxford. Ce collectif multidisciplinaire manque cependant de façon criante d’un géographe ou de géographie. Aucune carte, alors que la dimension géographique est omniprésente, ne serait-ce que sur les questions de production et de diffusion (chapitre 12, par exemple), mais aussi sur les rapports centre-périphérie, bref sur les variantes régionales dont on parle sans réellement creusées. Les statistiques appliquées à la géographie ne manquent pourtant pas, ni les moyens de les mettre en carte.

4Enfin, le troisième intérêt réside dans la société – et le territoire – analysée : le Québec. Canadianistes et québécistes des sciences sociales et humaines y trouveront une analyse fine de l’économie de la culture au Québec, filière par filière. Le chapitre 3 sur « L’écoute et la consommation de la musique » de Marie-Claude Lapointe, le 4 sur « L’industrie cinématographique » de Christian Poirier, et le chapitre 11 sur la presse québécoise de Jacques Lemieux, Christelle Paré et Jason Luckerhoff, ont particulièrement plus. D’un point de vue géographique, le chapitre 12, intitulé « L’occupation culturelle du territoire québécois par des aides à la création artistique » de Christian Hardy et Christiane Gagnon, est le plus intéressant, malgré les lacunes soulignées plus haut.

5Un ouvrage intéressant qui appelle les comparaisons avec d’autres pays, d’autres cultures, d’autres territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Dupont, « Claude Martin, Michel De La Durantaye, Jacques Lemieux et Jason Luckerhoff (dir.), Enjeux des industries culturelles au Québec. Identité, mondialisation, convergence », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 18 octobre 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://tem.revues.org/2502

Haut de page

Auteur

Louis Dupont

Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page