Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Lionel Dupuy, Jules Verne. La géographie et l’imaginaire

2013, La Clef d’Argent, coll. KhThOn, n°3, 145 pages
Yves Boquet
Référence(s) :

Lionel Dupuy, Jules Verne. La géographie et l’imaginaire, 2013, La Clef d’Argent, coll. KhThOn, n°3, 145 pages

Texte intégral

1Lionel Dupuy, docteur en géographie de l’Université de Pau, construit depuis plusieurs années un corpus de recherche portant sur les liens entre géographie et littérature, principalement dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne. Il cherche à comprendre comment la littérature produit une géographie différente, et l’entrée qu’il met en valeur est celle de l’imaginaire géographique. Comment Jules Verne, en tant qu’écrivain, écrit-il la géographie ? Pourquoi la sollicitation de l’imaginaire lui permet-elle de rendre attractive la lecture de ses romans ? En quoi ses romans participent-ils aussi de l’histoire de la géographie ? Comment le romancier se situe-t-il par rapport à la géographie scientifique de son temps ? À terme, l’objectif plus large de l’auteur est de voir comment on peut dire et enseigner autrement la géographie.

2L’ouvrage ici présenté est une version grand public d’une thèse de doctorat en géographie soutenue en novembre 2009 (sous la direction de Vincent Berdoulay et Jean-Yves Puyo), dont le sujet était : « Géographie et imaginaire géographique dans les Voyages Extraordinaires de Jules Verne : Le Superbe Orénoque (1898) ».

3Le livre, de format commode et de lecture agréable, s’organise en quatre temps. Tout d’abord, l’auteur présente Jules Verne, écrivain et géographe, en évoquant en particulier ses relations avec la Société de Géographie de Paris dont il fut membre actif et assidu pendant de longues années, même quand il résidait à Amiens. Il montre aussi comment Jules Verne, dans les années 1880, trouve une nouvelle inspiration, plus militante, dans la fréquentation de l’oeuvre d’Elisée Reclus, après avoir d’abord cherché à diffuser des connaissances par ses contacts avec les frères Arago. Cette première partie se clôt par un essai de définition du roman géographique vernien où s’articulent deux géographies, l’une du réel, scientifique, nourrie des séances de la Société de Géographie et des récits des explorateurs, l’autre imaginaire, extraordinaire, utilisant le merveilleux géographique pour interroger les rapports de l’homme à la terre.

4Ce merveilleux fait l’objet de la seconde partie (« Les Voyages extraordinaires, ou le merveilleux en géographie »), dans laquelle L. Dupuy, après avoir examiné l’importance du merveilleux en littérature, montre comment Jules Verne l’introduit dans ses récits à caractère géographique. Verne écrit à une époque de découvertes, entre autres en Afrique subsaharienne, et de comblement progressif des vides de la carte. Les lieux évoqués dans l’oeuvre vernienne sont souvent étranges car étrangers au vécu quotidien de ses lecteurs, exotiques, zones tropicales et polaires, volcans (l’Islande, le Stromboli..), et la thématique de l’appropriation des territoires se retrouve dans divers romans, entre autres à propos d’îles « mystérieuses ». L. Dupuy rappelle (p. 59) une citation de Julien Gracq, un autre romancier géographe célèbre, pour qui l’oeuvre de Jules Verne est un « Livre des merveilles » (au sens de Marco Polo) et un « révélateur de mondes », ce qui bien sûr est un des ressorts essentiels de l’immense succès de librairie de l’auteur, comme l’avait pressenti son éditeur Hetzel.

5Dans la troisième partie du livre, L. Dupuy, qui a aussi consacré des études à d’autres romans (Les Enfants du capitaine Grant, Vingt mille lieues sous les mers, Le château des Carpathes, les Cinq cent millions de la Bégum, L’Île mystérieuse, Voyage au centre de la Terre), se penche plus en détail sur « le Superbe Orénoque ». Il y montre tout d’abord la fascination de Jules Verne pour l’Amérique latine, cadre de ses premiers ouvrages en 1851 et 1852, et aussi utilisée dans son premier grand roman, les Enfants du capitaine Grant. L’Amérique du Sud de Jules Verne se focalise d’une part sur la Patagonie et la Terre de Feu, d’autre part sur deux grands fleuves, l’Amazone (dans la « Jangada ») et l’Orénoque. Dans les deux cas, le trajet sur le fleuve (descente de l’Amazone, remontée de l’Orénoque) sert de support géographique à l’élaboration romanesque d’une histoire retraçant la vie d’un personnage central. Pour l’Orénoque, Jules Verne s’inspire clairement des travaux de trois auteurs : Alexandre de Humboldt, l’explorateur Jean Chaffanjon et Elisée Reclus, mais il puise aussi dans les récits de Christophe Colomb, le mythe de l’Eldorado et la mort tragique de l’explorateur Jules Crevaux. Lionel Dupuy montre comment Jules Verne, parti d’une description minutieuse de la vallée de l’Orénoque par Chaffanjon, passe du registre scientifique au registre de l’imaginaire et du merveilleux pour les espaces les plus en amont que l’explorateur n’avait pas visités. Par un double processus d’extrapolation et d’exotisation, l’écrivain projette ses personnages au-delà de la réalité décrite par l’explorateur, quitte à prendre des libertés avec l’exactitude scientifique.

6L’ouvrage s’achève par une analyse des ressorts du merveilleux dans ce roman vernien. « Du mythique Eldorado à la mission de Santa Juana ». Entre Orénoque et Amazone, on passe de l’Eldorado historique à l’Eldorado vernien, pétri de merveilleux, exotique, pédologique, chrétien. La mission de Santa Juana, perdue au centre l’Amérique du Sud, où se dénoue l’intrigue dans un scénario hautement improbable de retrouvailles familiales, devient un « point suprême ».

7Dans sa conclusion, Lionel Dupuy invite le lecteur non seulement à relire Jules Verne, ce qui n’est pas désagréable, mais aussi à renouveler le regard du géographe. On retrouve sous la plume de Lionel Verne / Jules Dupuy certaines tournures de phrases qui font penser à l’oeuvre d’Éric Dardel, que l’auteur cite comme un de ceux qui ont renouvelé l’étude des rapports entre l’homme et son espace environnant, au même titre que Gaston Bachelard ou Georges Perec.

8Quel plaisir de lire cet ouvrage ! Loin des contrats de recherche utilitaires et parfois bien austères, on est heureux de retrouver ici une géographie riche, subtile, créative, et la profusion de l’oeuvre vernienne ne pourra manquer de continuer à alimenter la réflexion de Lionel Dupuy. Comment abordera-t-il la dimension moderniste de certains romans (science-fiction) et les romans plus sombres à teneur plus politique davantage ancrés dans la vie politique et sociale du XIXème siècle (Michel Strogoff, Nord contre Sud) ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boquet, « Lionel Dupuy, Jules Verne. La géographie et l’imaginaire », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 13 juin 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2499

Haut de page

Auteur

Yves Boquet

Université de Bourgogne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page