Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sylvie Brunel : Géographie amoureuse du maïs

2012, Éditions : JC Lattès, 250 pages
Helga-Jane Scarwell
Référence(s) :

Sylvie Brunel, Géographie amoureuse du maïs, 2012, Éditions : JC Lattès, 250 pages

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Sylvie Brunel nous explique en dix chapitres, auquel s’ajoutent un préambule, un épilogue et un cahier central illustré pourquoi le maïs est injustement « mal aimé »et comment et pour quelles raisons, il est : « l’origine et l’avenir du monde ». Son style volontairement provoquant, peu académique, illustre un engagement fortement assumé dont l’objectif est de combattre les préjugés naturellement négatifs à l'encontre du maïs et de démontrer qu’ils sont infondés car ils prennent leur source dans « la méconnaissance, accompagnée d'une véritable xénophobie végétale à l’égard d’une culture perçue comme étrangère » face à la civilisation du blé.

2Chapitre après chapitre, il est affirmé que le maïs, bien que contesté pour sa consommation d’eau, doit être dédiabolisé car il peut nourrir les hommes, les animaux, produire de la chimie verte, de l'énergie, sans compter un nombre incalculable d'utilisations dues à sa teneur en amidon.

3Nourrir les hommes: il assume déjà cet objectif car il est la première céréale cultivée au monde, devant le blé et le riz.

4C’est en tant que géographe et ancienne présidente d'Action contre la faim, que Sylvie Brunel veut témoigner en faveur du maïs pour régler les questions de sécurité alimentaire dans le monde. En Afrique et en Amérique latine, le maïs, constitue la céréale de la sécurité alimentaire par excellence car c’est “la seule céréale que l'on peut consommer avant qu'elle ne soit mûre, ce qui est important en Afrique par exemple en période de pénurie alimentaire”.

5Dix-sept ans dans l'humanitaire lui ont permis de se forger une opinion qu’elle va tant bien que mal soutenir via de petites et grandes histoires (le tatouage et la plante vénérée des Mayas, etc.). Selon elle, nul doute que le maïs représente une culture essentielle, un enjeu stratégique au plan de l'alimentation mondiale. Certes, la plante a connu les périples d'une plante bonne à tout (nourricière, fourragère et industrielle), mais elle est présente aussi bien dans les biscuits apéritifs que dans les détergents, les biocarburants etc. Sa polyvalence en fait elle une bonne plante pour autant, une alliée du développement durable ?

6Dans le chapitre dix, l’auteure aborde la question des OGM de façon très provocatrice et parfois avec des arguments pour le moins manichéens gommant certains plans du débat au motif (p.235) “que le changement climatique rend nécessaire de renforcer la tolérance des plantes au stress hybride : il faut que le rendement puisse être maintenu…” ou des arguments simplificateurs : “aujourd’hui des peurs irrationnelles ont abouti à bannir la recherche sur les plantes transgéniques de l’espace européen, nous laissant démunis dans un monde en mutation face aux grands enjeux du développement durable”. Le maïs subit une charge peut-être injuste au regard de sa polyvalence et au regard des espoirs que l’auteure lui porte pour lutter contre la malnutrition, mais le coût du bio ou le fait que nous mangeons déjà des produits pour le moins transgéniques ne peut selon nous justifier le raccourci emprunté autour des OGM. Parce que le ton est souvent trop excessif, ses reproches sont tout autant infondés que ceux qu’elle dénonce à l’encontre du maïs. Reste que Sylvie Brunel nous fait voyager dans le temps et dans l'espace pour retracer le parcours du maïs dot elle nous conte la géographie amoureuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Helga-Jane Scarwell, « Sylvie Brunel : Géographie amoureuse du maïs », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://tem.revues.org/2492

Haut de page

Auteur

Helga-Jane Scarwell

Université Lille 1

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page