Navigation – Plan du site
Varia

Eau et urbanisme à Lyon : le projet de renaturation du Ruisseau des Planches

Water and urban planning in the City of Lyon: the project to restore the “Ruisseau des Planches
Alexandre Brun, Stéphane Coursière et Évariste Casetou
p. 112-126

Résumés

Le Grand Lyon a fait de la reconquête du Rhône et de la Saône l’un des principaux axes de sa stratégie de développement durable. En adoptant dès 1991 son « Plan Bleu », l’agglomération lyonnaise a devancé ses rivales françaises comme Bordeaux, Toulouse et Paris. Depuis, la métropole s’est attachée, d’une part, à valoriser les berges du Rhône et, d’autre part, à mener d’importantes opérations de renouvellement urbain de sites autrefois industrialo-portuaires (« Lyon Confluence »). Ces opérations répondent aux objectifs de la « ville durable » (créations d’espaces verts et de circulations douces, de densification urbaine sous la forme d’écoquartiers, etc.). Elles ne contribuent pas, en revanche, à la restauration des fonctions naturelles des écosystèmes des milieux aquatiques car elles se limitent souvent au paysagement des quais et à la récupération des eaux pluviales. Le Grand Lyon a, en outre, concentré ses interventions sur les fronts d’eau. Les petites rivières urbaines, affluents du Rhône et de la Saône, sont des territoires orphelins de l’action publique puisque, à quelques exceptions près (Yzeron), elles n’ont fait l’objet que de restaurations très ponctuelles – et pour cause, leur cas est peu commode tant au plan juridique qu’aux plans hydraulique et écologique. L’étude menée sur le Ruisseau des Planches à Vaise dans le cadre d’un atelier universitaire d’urbanisme (2012-2013) suggère néanmoins que les opérations de renouvellement urbain offrent des « fenêtres d’opportunités » pour la renaturation de tels cours d’eau à condition qu’ils deviennent une entrée prioritaire du projet urbain. Après un rappel des principales étapes de l’aménagement fluvial à Lyon, l’article questionne le concept de renaturation puis présente l’intérêt et les limites du projet du Ruisseau des Planches. Il revient en particulier sur les principes d’aménagement imaginés pour amorcer un processus qui procède à la fois de la réhabilitation écologique et du renouvellement urbain.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient le Grand Lyon et la Zone Atelier du Bassin du Rhône pour leur soutien financier et technique à cet atelier.

Introduction

  • 1 Lyon est classée au 19ème rang sur 34 villes européennes en 2007 d’après l’étude European Cities Mo (...)

1Comme Baltimore, Boston, Montréal, Ottawa ou Londres avant elle, à Lyon, la Communauté Urbaine a cherché, dès la fin des années 1980, à valoriser les quais du Rhône. Depuis l’adoption du « Plan Bleu » en 1991, Lyon s’est régulièrement appuyé sur ses fleuves pour asseoir sa stratégie urbaine. La construction de nouveaux quartiers fluviaux ainsi que la reconquête des berges du Rhône et des rives de Saône comptent pour beaucoup dans la recomposition territoriale de l’agglomération et le maintien de son statut convoité de métropole européenne1. C’est pourquoi ces chantiers furent tour à tour les priorités des maires de Lyon : Michel Noir, Raymond Barre puis Gérard Collomb.

  • 2 Le Monde, « Lyon à la confluence du futurisme et de l’écologie. Entre Rhône et Saône, un éco-quarti (...)

2La plupart de ces opérations spectaculaires, signées par des architectes et des paysagistes de renom, ont été récompensées par des prix et des labels environnementaux. « Lyon Confluence », la dernière en date, a même été parrainée par le Fonds mondial pour la nature2. Ces réalisations ne contribuent pas cependant à la renaturation des milieux aquatiques car elles se limitent souvent, comme à Bordeaux, Toulouse ou Paris, à paysager les berges. Les aménagements réalisés jadis (enfouissement des petites rivières urbaines à des fins sanitaires, remblaiement et mesures de protection structurelles pour lutter contre les inondations, etc.) ne sont pas remis en cause. L’accent est davantage mis sur la gestion optimisée des eaux pluviales (l’alpha et l’oméga des éco-quartiers), l’eau chaude solaire et les économies d’eau.

  • 3 L’atelier mobilise une dizaine d’étudiants du master 2 « Urbanisme et Projets de territoire » de l’ (...)

3Le Grand Lyon étant centré sur les « fronts d’eau », les petites rivières urbaines n’ont fait l’objet que de restaurations très ponctuelles (Agence d’urbanisme de Lyon, 1998). Leur statut juridique, leur localisation fréquente sous voirie ou encore le rôle d’égout qui leur est dévolu par endroits les rendent en effet peu commodes à aménager. Leur renaturation ne peut-elle pas paradoxalement être « précipitée » grâce à des opérations d’urbanisme ? C’est ce que suggèrent les travaux menés sur le Ruisseau des Planches à Vaise dans le cadre d’un atelier universitaire d’urbanisme (2012-2013) conduit en partenariat avec le Grand Lyon et la Zone Atelier du Bassin du Rhône3. Les opérations de renouvellement urbain offrent en effet des fenêtres d’opportunités pour la renaturation des petites rivières à condition qu’elle devienne une entrée prioritaire du projet urbain (Brun, 2011).

  • 4 Exposition « La ville et l’eau », domaine d’étude « matérialité », du 9 novembre au 21 novembre 201 (...)

4L’atelier universitaire relève de la recherche appliquée en géographie et en aménagement : il consiste à questionner des concepts à la croisée des sciences sociales et des sciences plus « dures » (résilience, renaturation, etc.) ; l’objectif étant de conduire un projet d’aménagement en partant du concept retenu et d’en explorer la dimension opérationnelle. D’une durée de six mois, l’atelier à Lyon portait sur la manière dont la planification et l’urbanisme ont jusqu’à présent convoqué les fleuves dans l’aménagement et sur l’expérimentation d’une alternative aux projets qui n’intègrent la nature que par souci d’esthétisme ou parce que la réglementation, sur les risques en particulier, les y oblige. Cet atelier s’inscrit dans le prolongement des réflexions déjà engagées sur la renaturation des petites rivières urbaines (Brun, 2011 ; Carré, 2011) et complète celui conduit un an plus tôt par l’École Nationale Supérieure de Lyon sous la direction de l’architecte William Hayet (« Villes et fleuves » à Lyon)4.

  • 5 Des données relatives aux permis de construire, aux ZAC et au foncier ont été collectées auprès des (...)

5Le choix du Ruisseau des Planches s’est imposé compte tenu de l'importance de l'eau dans la genèse de ce territoire très industriel jusque dans les années 1980. Outre les visites du site et l’exploitation des archives municipales, le dispositif méthodologique repose sur l’analyse du plan local d’urbanisme et les différents schémas directeurs établis jusqu’à présent. Douze entretiens ouverts auprès d’acteurs locaux (élus locaux, ingénieurs au Grand Lyon, représentants de conseils de quartier…) ont permis d’actualiser les informations recueillies par ailleurs sur l’évolution du marché (loyers, stratégie de la promotion immobilière, etc.) et les chantiers en cours5. Au terme d’un état des lieux centré sur l’aval du ruisseau, une programmation urbaine simplifiée a été élaborée puis confrontée à l’avis d’experts lyonnais.

6Après un retour sur le concept de renaturation, l’article présente l’intérêt et les limites du « Plan Bleu », principal cadre de l’action publique à Lyon en matière d’urbanisme fluvial. Il montre, en s’appuyant sur l’exemple du Ruisseau des Planches à Vaise, que la renaturation des petites rivières urbaines constitue à la fois un volet complémentaire du « Plan Bleu » et potentiellement l’un des ressorts du renouvellement urbain.

1. La renaturation : définition et principes directeurs

7La plupart des rivières urbaines sont dégradées, et ce partout dans le monde (Morley et Karr, 2002). La renaturation ne désigne pas tant un retour à un état considéré comme « naturel » du cours d’eau – qui suppose a priori la définition d'un état de référence – qu’à une logique de restauration de ses fonctions naturelles (Adam et al., 2007). C’est une action volontaire et planifiée, le plus souvent menée sous la maîtrise d’ouvrage d’un organisme public (Brun, 2011).

1.1. Les premières expériences de restauration écologique

8La réduction continue de la diversité biologique et les résultats obtenus en matière de qualité physico-chimique des eaux témoignent des limites des politiques de l’eau qui, en France, sont principalement axées sur l’assainissement des eaux usées et la réduction des effluents à la source (Brun et Lasserre, 2012). Partant du postulat qu’il faut plus que de l’eau pour restaurer une zone humide (Zedler, 2000) ou un fleuve (Bravard, 2000), la recherche a ouvert voici trente ans un chantier complémentaire à celui, déjà ancien dans les pays industriels, du traitement des eaux.

9La communauté scientifique a développé des programmes de recherche centrés sur la restauration physique des fleuves en réponse au problème de la dégradation de la qualité des milieux aquatiques ; l’état écologique des cours d’eau étant lié aux processus hydrologiques et hydromorphologiques (Amoros et Petts, 1993 ; Malavoi et Bravard, 2010). Dans ce cadre, « les théories sur la connectivité à grande échelle des écosystèmes fluviaux ont évolué à partir d’un accent mis sur les pentes longitudinales pour y inclure les liens latéraux avec la plaine d’inondation ainsi que le lien vertical avec les eaux souterraines » précisent Carré (2011 : 16).

10Dès les années 1980 et 1990, des expériences de restauration physique des milieux aquatiques ont été conduites en Europe occidentale, notamment en Allemagne (Kern, 1992), en Grande-Bretagne (Holmes, 1998), en France (ONEMA, 2010) et aux Pays-Bas (Nienhuis et Gulati, 2002). Les États-Unis, le Canada et l’Australie comptent aussi désormais de multiples sites ayant fait l’objet d’une restauration. Au total, plus de 160 projets et réalisations sont recensés dans le monde, dont les trois quarts sont localisés en Europe et en Amérique du Nord (Idarraga, 2010). C'est même peu par rapport aux estimations de Morandi et Piégay (2011) qui en ont identifié plus de 400 en France.

1.2. Traduction opérationnelle de la restauration

11Ce changement de paradigme a trouvé une traduction législative et réglementaire en Europe, où l'eau est désormais considérée comme « ressource » et comme « milieu ». L’atteinte du bon état écologique voulu d’ici 2015 par la directive cadre sur l’eau 2000/60/CE passe ainsi, dans la plupart des bassins versants, par l’effacement ou l’aménagement des ouvrages (seuils, digues, curages...) qui sont rendus responsables de la dégradation des biocénoses aquatiques. Au plan opérationnel, la restauration recouvre une très grande variété d’interventions (Morandi et Piégay, 2011). En synthétisant la littérature, quatre niveaux d'action sont néanmoins distingués :

  • 1er niveau : la diversification. Sur les secteurs fortement contraints, où par exemple aucune liberté latérale n'est permise (traversée d'agglomération), seule la mise en place d'éléments structurants dans le chenal permet d'améliorer les conditions d’habitat (retalutage de berges en pente douce, implantation d'obstacles dans le chenal, pose de déflecteurs...) ;

  • 2ème niveau : le compromis qui, à cause des contraintes foncières (routes, bâtiments...), interdit un scénario comme les précédents. Il est alors question de diversifier les habitats et d'atteindre l'équilibre dynamique. Certains ouvrages (digues, barrages, etc.) peuvent être détruits ou aménagés si l'opération n'impacte pas les constructions alentour ;

  • 3ème niveau : la recréation qui, faute de localiser l'ancien lit du cours d'eau ou du fait de la disparition de celui-ci, a pour objectif d'élaborer un tracé aussi proche que possible du tracé historique ;

  • 4ème niveau : la renaturation consiste à replacer le cours d'eau sur son tracé historique en conditions hydrodynamiques originelles à partir d’un état de référence défini à l’aide de carottages et d’une analyse diachronique. En ce qui concerne les grands cours d'eau, l'objectif est la reconquête de l'espace de liberté du cours d'eau grâce à la démolition des obstacles en travers (barrages, seuils) et longitudinaux (murets béton anti-crue, levée de terre) .

1.3. La renaturation, un concept hybride dérivé de la restauration écologique et du projet urbain

12Le reméandrage et la remise d’un cours d’eau dans son talweg d’origine, qui relèvent du 4ème niveau (la renaturation), sont surtout mis en œuvre en milieu rural. Les contraintes y sont moins fortes qu’en ville, où les parcelles riveraines sont souvent bâties, les réseaux techniques plus nombreux et les prix des terrains beaucoup plus élevés. C’est en Allemagne au début des années 1980 que le terme renaturierung a été utilisé dans une acception à la fois écologique et urbanistique (Scherrer, 2004). « Le terrain de cette rencontre est principalement un projet phare de réhabilitation d’une vaste région urbaine dévastée, la vallée de l’Ems, au coeur de la Rhur industrielle et densément urbanisée, projet communément appelé Emscher Park » (Scherrer, 2004). L’emploi du terme de renaturation se développe depuis chez les aménageurs, même si les opérations les plus spectaculaires – comme celle de la basse rivière Saint-Charles au Québec (Brun, 2011) – relèvent en réalité davantage du compromis (2ème niveau).

13En l’absence de normes, l’évaluation des actions entreprises en faveur des milieux aquatiques s’avère jusqu’à présent délicate (Palmer et al., 2005). La mise en place d’un monitoring efficient exige davantage d’interactions entre les expérimentations scientifiques et les praticiens (Gillilan et al., 2005) car la renaturation relève principalement d’une démarche empirique. Un dispositif de pré-et de suivi post- renaturation des différents indicateurs de performance est nécessaire, afin d’optimiser la renaturation et d’accroître son succès (Henry et al., 2002). Des réalisations peuvent se révéler écologiquement contre-productives (exemple de l'Erveratte en Suisse). Le seul critère écologique (ou hydrobiologique) d’évaluation est de surcroît insuffisant pour certains géographes qui proposent une grille d’analyse basée sur des critères environnementaux, économiques et sociaux (Findley et Taylor, 2006).

2. La genèse, la mise en œuvre et les limites du « plan bleu »

  • 6 Terme local qui désigne les marais et les prairies localisés dans le lit majeur du Rhône et de la b (...)

14L’extension des terrains constructibles aux dépens des « brotteaux »6, l’arasement des îles de Saône, la production hydroélectrique, la navigation, le développement des mesures de protection structurelles contre les crues ou encore l’aménagement des quais ont accentué le caractère artificiel des fleuves tout en les coupant de la ville (Astrade, 1995 ; Bravard, 2006 ; Caltran, 2013). Le « Plan Bleu » a permis de mettre en valeur les fleuves sans toutefois les renaturer.

2.1. La genèse du « Plan Bleu »

15Suite à la mise en place de la commission « Lyon, ville fluviale » constituée en 1981, et dans le prolongement d’un colloque organisé à Lyon sur « La ville et le fleuve » en 1987, la Communauté Urbaine de Lyon a confié en 1990 à l‘Agence d’urbanisme de l’agglomération l’élaboration d’un document de planification relatif à l’aménagement des berges de la Saône et du Rhône. Le « Plan Bleu » a été adopté en 1991 par le conseil communautaire. « Une nouvelle valeur, s’appuyant sur des contenus essentiellement culturels (symboliques, perceptifs, récréatifs…), est ainsi reconnue à l’eau urbaine » (Gérardot, 2004 : 75). Le « Plan Bleu » avait pour objectif de coordonner les actions des vingt-sept communes riveraines de la Saône et du Rhône dans le cadre d’un projet fédérateur. Il établit la liste des études et les travaux programmés ou susceptibles de l’être sans toutefois les hiérarchiser. Certaines actions mentionnées dans le « Plan Bleu » étaient déjà entreprises et ce document n’avait certes pas le caractère d’opposabilité aux tiers d’un plan d’occupation des sols, mais il positionna les fleuves comme des éléments structurant la politique métropolitaine d’aménagement (Béthemont et Pelletier, 1990). Deux facteurs expliquent pourquoi Lyon a devancé la plupart de ses concurrentes françaises en imaginant le « Plan Bleu ».

  • 7 Terme consacré dans le bassin du Rhône aux annexes fluviales.

16La communauté scientifique lyonnaise, d’abord, a influencé les porteurs de projets. Depuis la fin des années 1970, des programmes interdisciplinaires sur le Rhône ont proposé des pistes crédibles de restauration (Foret, 2012). Des « lônes »7 ont même été restaurées avec l’aide de la Compagnie Nationale du Rhône (Bravard, 2006). Cette communauté a su structurer la recherche sur les fleuves aménagés, créer des synergies institutionnelles et développer des concepts à partir d’études rhodaniennes. Ce faisant, elle a popularisé la restauration – en particulier physique – des fleuves auprès des gestionnaires puis des décideurs territoriaux et ce bien avant que ne s’imposent les trames vertes et bleues dans le champ de la planification territoriale Au plan juridique ensuite, la concession d’une partie des berges à la Communauté urbaine a déclenché la mise en œuvre opérationnelle du « Plan Bleu ». « Comme sur tous les cours d’eau domaniaux, la propriété et donc l’entretien des berges relèvent du domaine de l’État par le biais du Service de la Navigation dont la faiblesse des moyens financiers est notoire. Avant toute entreprise, il a donc fallu obtenir de l’État, au titre de la compétence portuaire de la Communauté urbaine, la concession en bail emphytéotique d’une partie des berges du Rhône puis de la Saône » (Béthemont et Pelletier, 1990 : 305)

2.2. Les principaux résultats et les limites du « Plan Bleu »

  • 8 Maîtres d’œuvre : paysagiste In Situ (Anne Tardivon et Emmanuel Jalbert), architecte Hélène Jourda.

17Le « Plan Bleu » a débouché sur des réalisations concrètes (pistes cyclables, haltes fluviales, embarcadères, etc.) et la mise en place de partenariats locaux arrivés à maturité quelques années plus tard (Agence d’urbanisme, 1998). Il était toutefois dénué d’articulations avec les grands enjeux urbains (transport et habitat), d’où sa réactualisation en 1998. Par la suite, il a servi de cadre à la plupart des appels d’offre lancés par les communes riveraines. En particulier, le projet d’aménagement des bas-ports de la rive gauche du Rhône, livré en 2008, est à l’origine du retour des habitants sur les quais. Sur 4,7 km de berges, le bas-port jadis délaissé à cause de l’insécurité est devenu un des lieux d’attraction de la ville8. Le succès populaire de cet aménagement a incité le Grand Lyon à poursuivre en ce sens, mais à l’échelle métropolitaine cette fois, avec le projet des « Rives de Saône ». Ce projet, qui s’étend sur quatorze communes offre déjà un cheminement quasi-continu de 11 km de l’île Barbe au nouveau quartier « Lyon Confluence » conçu par les architectes Herzog et de Meuron et le paysagiste Michel Desvigne

Carte 1 : Les opérations d’urbanisme fluvial à Lyon

Carte 1 : Les opérations d’urbanisme fluvial à Lyon

©S.C.-ART-Dev-UMR 5281-CNRS/2013.
Source : Grand Lyon (2013)
Réalisation : Stéphane Coursière UMR « ART-DEV » CNRS.

  • 9 Á Oullins (Rhône), le lit artificialisé sera détruit sur 1,5 kilomètre puis élargi de 9 à 17 mètres (...)

18De la Cité internationale, réalisée de 1992 à 1999 par l'architecte Renzo Piano et le paysagiste Michel Corajoud, au chantier de la Mulatière supervisé par l’agence Coop Himmelb(l) au, la reconquête des fleuves se greffe sur des objectifs préexistants, car la valeur protéiforme potentielle du fleuve urbain peut prendre corps dans tous les aspects de la vie urbaine (Gérardot, 2004). Cependant, « la nature de l’urbaniste ou même des sciences humaines n’est pas celle de l’écologue » (Bonin, 2007 : 3). Tout au plus les maîtres d’œuvre « paysagent »-t-ils les berges (Brun, 2011). Autrement dit, c’est la nature symbolique qui retient l’attention des concepteurs (Bonin, 2007). Une fois traitée par les bureaux d’études techniques, la question de l’eau se limite même à des recettes éprouvées allant de la rétention d’eau de pluie en terrasses aux noues urbaines. La renaturation, définie comme un processus d’aménagement ayant pour objectif de rendre à un milieu aquatique (ruisseau, fleuve, lac, etc.) ses principales fonctions écologiques, est encore étrangère aux maîtres d’ouvrages lyonnais comme aux maîtres d’œuvre.Le « Plan Bleu », enfin, n’aborde pas le problème des petites rivières urbaines (Agence d’Urbanisme de Lyon, 1998). Quatre vingt dix affluents du Rhône et de la Saône forment pourtant un réseau hydrographique très dense, surtout au nord et à l’ouest de Lyon (Brocard, 2001). Les interventions sur ces cours d’eau entre 1990 et 2010 ont été ponctuelles et effectuées en marge d’opérations plus globales. Les réouvertures de lits ont été très limitées dans l’espace (Le Thou). Les opérations ont consisté en majorité à recalibrer les cours d’eau (Les Vosges) et à réduire les risques d’inondations pluviales avec des retenues sèches (Le Ravin, Le Beffe, Les Gorges de la Duchère). L’Yzeron constitue une exception : le syndicat intercommunal du bassin de l’Yzeron a en effet prévu de consacrer 18 millions d’euros de travaux entre 2012 et 2015 à la restauration partielle de la rivière9. C’est toutefois la réduction du risque inondation qui a motivé les communes riveraines (à la suite des crues de 2003) et non la volonté de renaturer la rivière.

  • 10 Le projet de loi de décentralisation comprend le transfert aux collectivités territoriales d’ici 20 (...)

19En résumé, les petites rivières urbaines n'ont pas été prioritaires pour le Grand Lyon. Plusieurs facteurs l’expliquent, au-delà de l’intérêt porté aux waterfronts fluviaux en raison des enjeux urbains qu’ils recouvraient. D'abord, les parcelles riveraines des petits cours d’eau sont généralement nombreuses et de petite taille contrairement aux vastes emprises industrialo-portuaires situées au bord des fleuves. Cette contrainte ralentit le processus d'acquisition des terrains (contentieux) et complique la mise en œuvre opérationnelle des projets (phasage). Ensuite, la plupart des parcelles sont bâties (bâtiments industriels et surtout habitations), moyennant quoi les interventions sont coûteuses (démolition, ouvrages classés, etc.). Enfin, à la différence du Rhône et de la Saône, les berges et le lit des petites rivières sont de propriété privée (eaux non domaniales) : il ne s'agit donc pas d'opérer un transfert de compétences de l'État vers le Grand Lyon mais de parvenir à un accord avec les riverains. Une déclaration d’intérêt général est toujours possible en cas d’urgence ; cette procédure est toutefois inadaptée pour engager un programme pluriannuel d’études et de travaux, sauf à ce que les pouvoirs locaux placent la renaturation au rang des urgences…10

3. Les petites rivières urbaines : un levier du renouvellement urbain á Vaise

20Ancien faubourg populaire de Lyon, Vaise est situé au nord-est de la ville. Il s’étend du plateau de la Duchère à l’ouest aux rives de Saône à l’est, et du quartier de l’Industrie au nord à celui de Gorge-de-Loup au sud. Il connut une période de prospérité au 19ème siècle qui coïncida avec l’enfouissement partiel de plusieurs affluents de la Saône. Le Ruisseau des Planches, jusqu’ici considéré comme un problème à cause des inondations, constituerait – une fois renaturé – un des leviers du renouvellement urbain.

3.1. Le Ruisseau des Planches : une liaison entre le plateau et la Saône

21Le Ruisseau des Planches prend sa source dans les Monts d’Or puis traverse des communes périurbaines (Dardilly, Charbonnière-les-Bains, Écully, Tassin-la-Demi-Lune), jusqu’à l’exutoire, la Saône dans Lyon (9ème arrondissement). Il parcourt 11 km et occupe un bassin versant 28 km². Dans sa partie amont, il est très étroit (1 à 2 m de large). Une ripisylve dense colonise encore ses berges. Dans sa partie la plus urbaine, c’est-à-dire en aval de la confluence – rue Marietton – avec le Ruisseau des Gorges, il est large de 3 à 4 mètres

Photo 1 : Vue du Ruisseau des Planches

Photo 1 : Vue du Ruisseau des Planches

Auteur : Alexandre Brun (2012).

22D’abord masqué par des bâtiments sur 300 mètres environ, il est ensuite enterré sur plus de 500 mètres jusqu’au quai Jayr où il se jette dans la Saône entre les ponts Clémenceau au sud et Masaryk au nord.

23Les recherches archéologiques et géoarchéologiques menées à Vaise ont montré l’importance du patrimoine en place pour expliquer notamment l’origine de Lyon au Néolithique et au Bronze et aussi à l’Âge du Fer. Au sujet d’une aire funéraire découverte au 30-32 rue de Bourgogne implantée le long de la voie de l’Océan, Schmitt et al. (2010) soulignent le rôle central des cours d’eau compte tenu de l’organisation spatiale de la plaine de Vaise et des dynamiques propres aux cours d’eau. Le fonctionnement du ruisseau est, de ce fait, bien connu dans les millénaires précédents. L’atelier s’est cependant limité à l’examen des mutations urbaines les plus récentes dans la mesure où les perturbations écologiques du Ruisseau des Planches relèvent principalement de la politique d’aménagement urbain du 19ème siècle.

24Son débit, qui atteindrait 65,9 m³/s en crue décennale à l’exutoire (Grand Lyon, 2011), explique les chantiers de dérivation et d’enfouissement menés durant la seconde moitié du XIXe siècle dans un secteur « en cuvette » par ailleurs exposé aux débordements de la Saône. L’état écologique du cours d’eau, passable en amont, devient logiquement très médiocre en aval à cause d’un taux d’oxygène dissous très insuffisant et de l’absence de lumière. Toutefois, ce n’est pas tant la qualité du ruisseau qui suscite l’intérêt de l’urbaniste que son tracé

Carte 2 : Périmètre d’étude pour la renaturation du Ruisseau des Planches à Vaise

Carte 2 : Périmètre d’étude pour la renaturation du Ruisseau des Planches à Vaise

©S.C.-ART-Dev-UMR 5281-CNRS/2013.
Source : Grand Lyon (2013)
Réalisation : Stéphane Coursière UMR « ART-DEV » CNRS (2013).

25En effet, les « Balmes » sont escarpées et forment une barrière géographique entre le plateau de la Duchère et la Saône. Or, le ruisseau les relie. Il peut en outre agrafer des secteurs localisés de part et d’autre de la voie de chemin de fer construite au milieu du 19ème siècle.

26L’exploitation des cartes anciennes de Vaise, de 1852, date du rattachement de la commune de Vaise à Lyon, à 2008, date de la mise à jour du plan directeur de Vaise, montre combien l’eau, le fer et la route ont tour à tour contribué à une organisation spatiale en lanières entre les balmes du plateau de la Duchère et des Monts d’Or à l’ouest et la Saône à l’est (ce qui n’était pas le cas avant la révolution industrielle). Le chemin de fer, qui est situé à 500 mètres de la Saône, en épouse la courbe. Au niveau du Ruisseau des Planches, la voie ferrée marque une nette séparation entre les activités industrielles et un pôle automobile à l’ouest et un tissu urbain traditionnel de maisons de ville à l’est. Seule l’entreprise Morin, qui occupe à elle seule un îlot de 2,5 hectares, est encore située dans le centre historique de Vaise à l’est de la voie ferrée.

3.2. Du renouvellement urbain, sans, puis avec la nature 

27Ancien territoire industriel, Vaise a connu une mutation profonde ces quinze dernières années. Son tissu économique se structure aujourd’hui autour de quatre pôles : un pôle numérique au nord, le long de la Saône, un pôle tertiaire au sud, une zone franche à l’ouest, et, enfin, un pôle automobile au centre. Les différents programmes tertiaires développés en ont fait l’un des territoires les plus attractifs de l’agglomération (OPALE, 2009). L’ouverture du périphérique nord, le prolongement de la ligne D (1993) et enfin la transformation de la gare de Vaise en pôle multimodal (bus, métro, train express régional) ont, en outre, considérablement amélioré la desserte du quartier. Les temps de parcours ont été réduits puisqu’il ne faut désormais que 15 minutes pour se rendre en voiture de Vaise à Perrache contre 30 minutes auparavant, et seulement 10 minutes pour aller à la place Bellecour en métro. Avec plus de 25000 emplois et un accès devenu commode, auxquels s’ajoutent notamment la proximité d’établissements catholiques d’enseignement ou encore des loyers maîtrisés, le quartier attire des ménages bien au-delà de Lyon.

28Cet afflux de nouveaux résidents observé depuis la fin des années 1990 a donné lieu à plusieurs opérations de construction de logements et d’équipements publics (médiathèque, nouveau centre social…), de réhabilitation d’habitations vétustes et de requalification des « centralités » (Place de Valmy notamment). Cette première phase de renouvellement urbain s’est soldée par la régénération du tissu économique et davantage de mixité sociale. Les besoins demeurent toutefois importants : plusieurs centaines de logements sont programmés chaque année et la place accordée aux espaces verts dans la reconquête de Vaise est jusqu’à présent limitée (La Roquette, Montel, La Cressonnière). Dans ce contexte, une opération d'urbanisme concernant les îlots riverains du Ruisseau des Planches offrirait l’opportunité d’introduire la nature lors de la prochaine phase de renouvellement urbain grâce à sa renaturation, tout en créant une liaison urbaine doublée d’une continuité écologique entre la trame verte (les Balmes) et la voie bleue (la Saône).

Photo 2 : Le Ruisseau des Planches est masqué par des bâtiments rue du Bourbonnais, puis enterré jusqu’à la Saône

Photo 2 : Le Ruisseau des Planches est masqué par des bâtiments rue du Bourbonnais, puis enterré jusqu’à la Saône

Auteur : Alexandre Brun (2012).

29« Vaise s’est beaucoup transformé au cours des dernières années et s’est reconstruit par morceaux […]. Le territoire apparaît décousu c’est pourquoi il faut créer de nouvelles continuités », diagnostique un élu local. Les acteurs locaux ont identifié l’aménagement du ruisseau comme un des futurs chantiers de la municipalité. « Le Ruisseau des Planches a été colmaté et fermé. Pourquoi ne pas le ré-ouvrir et disposer ainsi d’un [nouveau] cheminement ? » s’interroge un membre du Conseil de quartier. Le projet de renaturation du Ruisseau des Planches conforte de surcroît les prescriptions du plan directeur de Vaise en matière de déplacements. Ce dernier prévoit la création d’une liaison piétonne allant de la lisière de la Duchère à la Saône, sans toutefois proposer de solution bien au-delà du pôle automobile.

4. La renaturation du ruisseau des planches ouvre des perspectives pour les aménageurs

30La renaturation du Ruisseau des Planches ouvre des perspectives aux aménageurs car plusieurs parcelles riveraines du cours d’eau sont mutables et peu densément urbanisées et ce alors qu’à moyen terme les disponibilités foncières se raréfient en particulier dans la partie historique de Vaise. L'internalisation des études et des travaux de renaturation pourrait en contrepartie être prise en charge par les aménageurs dans le cadre d'une opération globale.

4.1. Principales orientations d'aménagement du ruisseau et de ses abords

31La direction de l'urbanisme du Grand Lyon réfléchit au devenir de l'îlot Maurin. En cas de libération de cet îlot, la municipalité ferait le choix de créer une zone d'aménagement concerté afin de renforcer l'offre de logements, sans pour autant bouleverser le quartier. Ce scénario réaliste permettrait, si le maître d'ouvrage y consent, de ré-ouvrir le Ruisseau des Planches sur 170 mètres (tracé actuel). D'autres scénarios sont toutefois envisageables à l'échelle du périmètre d'étude, auquel cas il faudrait modifier le plan local d'urbanisme et concevoir une opération beaucoup plus complexe. Deux principes d'aménagement constituent des invariants aux différents scénarios susceptibles d'être débattus dans la continuité de l'atelier d'urbanisme.

Carte 3 : Renaturation du Ruisseau des Planches et réaménagement de deux îlots : schéma de principe

Carte 3 : Renaturation du Ruisseau des Planches et réaménagement de deux îlots : schéma de principe

Source : atelier d’urbanisme-Université Montpellier 3 (2013).
Réalisation : Stéphane Coursière UMR « ART-DEV » CNRS (2013).

32Le premier principe consiste à développer une programmation en adéquation avec l'histoire industrielle de Vaise. Les différents projets privés ou publics concernant le secteur reposent en effet sur de nouveaux logements comprenant des espaces verts entourés de voies de circulations apaisées, dans des proportions variables selon les projets. La place accordée à l'industrie dans les projets est limitée car d'autres secteurs de Vaise lui sont consacrés (« Quartier de l'Industrie »). Le pôle automobile, fait d’espaces de vente abrités dans des « boîtes à chaussures », est a priori incompatible avec le retour de la nature en ville et la ville compacte. Il est néanmoins proposé d'insérer le pôle dans les nouvelles constructions et d'en renforcer la crédibilité et l'image en invitant la filière automobile à investir des locaux adaptés à la production de certains biens manufacturés, à la recherche et à l'innovation, situés en rez-de-chaussée d'immeubles de bureaux. L'ex-îlot Maurin pourrait ainsi conserver sa vocation industrielle tout en étant reconfiguré pour accueillir des habitants (pourquoi pas les salariés des entreprises nouvellement implantées, ce qui limiterait singulièrement leur temps de parcours domicile-travail ?).

33Le second principe consiste à renaturer le ruisseau sur 630 mètres afin de relier, grâce à des circulations douces, l'îlot de l'Hôtel des ventes au square Montel en passant par l'ex-îlot Maurin. L'Hôtel des ventes est conservé car sa localisation et son caractère patrimonial (ancien moulin) en font une parfaite entrée pour un parc linéaire. Afin de réaliser un aménagement de type compromis (2ème niveau), les travaux portent sur la démolition des murets anti-crues, le retalutage des berges et leur végétalisation, ainsi que la déminéralisation des terrains alentour. La mise à ciel ouvert dans l'îlot Maurin ne représente qu'un tiers du linéaire mais les deux tiers des coûts. Une telle opération conduit de surcroît à réorganiser la totalité des parcelles en construisant les nouveaux bâtiments à l'écart du cours d'eau afin d'en limiter l'exposition aux risques d'inondation. Une fois libérés de la plupart des constructions existantes (elles seraient démolies), les terrains seraient donc remodelés en « paliers » suivant la logique d'aménagement imaginée aux Ardoines (Brun et Adisson, 2011). Les abords du ruisseau seraient plantés (palier bas, inondations fréquentes), les ouvrages inondables tels que la piste cyclable seraient situés sur un palier intermédiaire (inondations rares) et les nouveaux bâtiments seraient implantés hors d'eau en périphérie du site. Ainsi localisés, les bâtiments accentueraient l'ambiance urbaine côté rue et isoleraient le parc linéaire des nuisances sonores.

34Au-delà de l'îlot Maurin, en direction de la Saône et dans le centre historique, les contraintes techniques interdisent la renaturation du Ruisseau des Planches. Des aménagements similaires à ceux du Furan à Saint-Etienne permettraient de rappeler la présence souterraine du ruisseau. La réouverture partielle mériterait d'être étudiée par le Grand Lyon afin d'offrir ponctuellement des puits de lumière au cours d'eau, tandis que des cépées d'aulnes et de saules communs s'en échapperaient. Ce scénario entraînerait des travaux de voirie et de réseaux divers coûteux mais aurait l'avantage de combiner l'intérêt paysager, de limiter la place de la chaussée lourde et de redynamiser plusieurs artères commerçantes. Cependant, même limitée au petit périmètre où le ruisseau est à l'air libre (outre l'îlot Maurin), la mise en œuvre des principes d'aménagement présentés plus haut s'avère très complexe aux plans foncier, technique et financier.

4.2. La faisabilité technique et financière du projet

35Au plan foncier, l’enquête menée entre septembre 2012 et février 2013 nous a permis d’identifier îlot par îlot toutes les parcelles mutables et de les hiérarchiser en fonction de leur superficie, de leur emplacement, de leur possible pollution (sol, sous-sols) et de leur accès. Les sept îlots localisés tant en rive droite qu'en rive gauche, entre la rue Marietton et la voie ferrée, représentent un fort potentiel de 51 000 m². Les bâtiments situés dans ces îlots ont une emprise au sol de 20 100 m², mais la plupart peuvent être démolis (hangars, logements vétustes, etc.) et reconstruits avec des élévations beaucoup plus importantes (existant R+1 en moyenne). Trois îlots posent néanmoins des problèmes car les activités qui y sont implantées sont délicates à transférer dans d'autres sites. La clinique Saint-Louis d'abord, parce qu'elle occupe une grande parcelle (6 000 m²). Les concessionnaires automobiles, ensuite, sont délocalisables mais à proximité, sans quoi le pôle automobile serait dispersé. Le centre commercial Drive, enfin, a été récemment mis en service, d'où la difficulté d'évoquer son déplacement en vue d'une démolition. Par ailleurs, une demeure bourgeoise située dans un jardin arboré de 1 900 m² est classée : sa conservation s'impose car le patrimoine bâti est rare de ce côté de la voie ferrée et elle est à l'écart du ruisseau.

36Au plan technique et réglementaire, les parcelles sont incluses dans le zonage relatif au ruissellement des eaux pluviales et l'une d'entre elle est soumise au risque d'inondation par débordement du Ruisseau des Planches (les murets anti-crue font défaut à cet endroit précis). Renouer avec la nature (démolir les murets de protection) revient à accepter le risque pour les futurs résidents et utilisateurs du nouveau quartier du Ruisseau des Planches, lequel doit se limiter à des problèmes temporaires d'accès au site en cas de reconfiguration du site par paliers. Le site ne manque au reste pas d'atouts puisque les sols et les sous-sols ne sont a priori pas pollués d'après BASOL. Le site est aussi, vérification faite, à l'abri des phénomènes de retrait – gonflement des sols argileux courants en région lyonnaise et à l'écart des établissements industriels dangereux.

37En revanche, « de par la sensibilité archéologique du secteur, les excavations indispensables à la concrétisation d’un projet immobilier [comme celui de la parcelle du 30-32 rue de Bourgogne] ne [peuvent pas] être réalisées sans diagnostic archéologique préalable » rappellent Schmitt et al. (2010 : 288). Un trésor a ainsi été découvert en 1992 lors d’une fouille de sauvetage : les archéologues ont mis à jour sur le site d’une ancienne villa gallo-romaine deux fosses voisines contenant un trésor composé d’objets en or et en argent11. Au plan opérationnel, le risque d'un chantier qui s'éternise des mois durant n’est donc pas à écarter.

38Le coût d'une opération d'urbanisme d'une telle envergure (7,5 hectares) est peu commode à estimer tant la programmation demeure, à ce stade, imprécise. Quelques postes peuvent toutefois être chiffrés à partir d'un programme comprenant la construction de 20 000 m² d'immeubles de bureaux, dont les rez-de-chaussée, soit environ 5 000 m² dédiés à l'industrie (ateliers, stockage...), la construction de 40 000 m² de logements ayant des commerces en rez-de-chaussée, la réhabilitation des deux bâtiments patrimoniaux du site, et, enfin, la renaturation du Ruisseau des Planches sur 600 mètres et la création d'un parc arboré d'environ 2 hectares. L'estimation sommaire des coûts des travaux, auxquels il conviendrait d'ajouter celui des études préalables, a été réalisée sur la base de l'indice BT01 (janvier 2013). Le coût global de l'opération oscille entre 80 et 120 millions d'euros hors taxes, hors dépollution des sols, possible sur la parcelle aujourd'hui occupée par la clinique, et hors déplombage et désamiantage éventuel des bâtiments, notamment les entrepôts et les locaux d'activités construits entre 1930 et 1990. Le coût de la renaturation du ruisseau, hors études préalables, s'élève à 450 000 euros et la construction du parc atteint 1 500 000 euros.

39Les aménageurs peuvent internaliser ces coûts qui, cumulés, représentent moins de 5 % du montant total des travaux sans répercuter ces coûts sur l’acheteur final, d'autant plus que l'Agence de l'eau accorderait largement des subventions à un chantier expérimental de ce type au titre de son 10ème programme. La construction des nouveaux bâtiments (75 à 105 millions d'euros) et l'achat des terrains (10 à 15 millions d'euros) correspondent aux principaux postes de dépenses. L'opération peut toutefois être équilibrée eu égard à la valeur immobilière des biens atteints au cours des dix dernières années à Lyon et à en juger aux opérations en cours à Vaise, où les appartements récemment livrés se négocient entre 2 600 euros et 3 200 euros du mètre carré (pour, à titre de comparaison, 4 030 euros dans les 6ème et 1er arrondissements de Lyon). Une telle opération, d’une durée de 5 à 15 ans, exige un aménageur expérimenté comme la Société d'Équipement du Rhône et de Lyon. La Ville de Lyon peut aussi créer une structure ad hoc comme elle l’a fait en 1999 avec la Société publique locale d'aménagement « Lyon Confluence ». Après quoi, chaque lot est pris en charge par un opérateur (promoteur immobilier, bailleur social).

40Les expériences étrangères, en particulier celle de la réhabilitation de la basse rivière Saint-Charles et des quartiers environnants, donnent de précieuses indications sur la manière de mobiliser les investisseurs ainsi que sur les difficultés propres aux chantiers de cette nature. Il s’avèrerait toutefois utile de procéder à une approche comparatiste internationale afin de dégager des invariants en matière de conduite de projet (stratégie d’acquisition foncière, concertation avec les riverains, types de maîtrise d’ouvrage et de maîtrise d’œuvre, modalités de financement des études et des travaux, évaluation des gains écologiques et sociaux à l’issue de l’opération).

Conclusion

41Le « Plan Bleu » a servi de cadre à l’action publique en faveur de la reconquête des fleuves à l’échelle du Grand Lyon. Le processus engagé voici vingt ans a permis de transformer des berges délaissées en espaces publics attractifs et à substituer aux friches industrialo-portuaires des éco-quartiers. Les grandes opérations d’urbanisme n’ont pas concerné les rives des petites rivières urbaines, pour beaucoup très dégradées. L’exercice consistant à élaborer un projet d’aménagement – dont la renaturation d’un ruisseau à Vaise constitue l’entrée principale – suggère que la reconquête des petites rivières urbaines peut résulter d’une opération d’urbanisme et en être un important levier au plan programmatique. La production de la ville compacte ne serait donc pas incompatible avec la renaturation des rivières urbaines, à tout le moins dans le cas du Ruisseau des Planches. Il convient de multiplier les études de cas, de modéliser l’itinéraire des projets et enfin de confronter les résultats obtenus aux experts du montage d’opérations immobilières avant d’en tirer de quelconques leçons définitives.

Haut de page

Bibliographie

Adam P., Debiais N., Malavoi J.-R., 2007, Manuel de restauration hydromorphologique des cours d’eau, Paris : Agence de l’eau Seine Normandie, Biotec, 64 p.

Agence d’urbanisme, 1998, Plan bleu : orientations d’aménagement des berges du Rhône et de la Saône, Lyon, Atelier d’Urbanisme ? 67 p.

Amoros C., Petts G.-E. (coord.), 1993, Hydrosystèmes Fluviaux, Paris : Masson, coll. « Écologie », 300 p.

Astrade L., 1995, Les berges d’un cours d’eau stable soumis aux pressions d’un environnement périurbain : la Saône aval (France), Annales de Géographie, 581-582, pp. 148-162.

Béthemont J., Pelletier J., 1990, Lyon et ses fleuves : des berges perdues aux quais retrouvés, Revue de Géographie de Lyon, vol. 65, 4, pp. 300-307.

Bonin S., 2007, Fleuves en ville : enjeux écologiques et projets urbains, Strates [En ligne], 13, mis en ligne le 22 octobre 2008, consulté le 26 novembre 2012. URL : http://strates.revues.org/5963

Bravard J.-P., 2006, La lône, l’aménageur et le géographe, 40 ans de gestion du Rhône, Bulletin de l’Association de Géographes Français, 3, pp. 368-380.

Bravard J.-P., 2000, Les extrêmes hydrologiques : handicaps réductibles ou composantes patrimoniales à sauvegarder ? in J.-P. Bravard (dir) : Les régions françaises face aux extrêmes hydrologiques, gestion des excès et de la pénurie, Paris : SEDES, pp. 5-15.

Brocard G., 2001, Les cours d’eau non domaniaux du territoire communautaire, Les Cahiers Millénaire3, n° 25, Lyon et ses fleuves, les retrouvailles, p. 58.

Brun A., 2011, Politique de l’eau et aménagement urbain. La renaturation de la rivière Saint-Charles à Québec, Norois, n° 219, 2, pp. 89-107.

Brun A., Adisson F., 2011, Renouvellement urbain et risque inondation : le plan guide Seine-Ardoines, Cybergeo : European Journal of Geography. Consulté le 19 12 2013, URL : http://cybergeo.revues.org/24751.

Brun A., Lasserre F. (dir), 2012, Gestion de l’eau. Approche territoriale et institutionnelle, Québec : PUQ, coll. « Géographie contemporaine », 228 p.

Caltran H., 2013, Principes de fonctionnement écologique et définition des enjeux d’aménagement relatifs aux petites rivières urbaines du Grand Lyon, Champs-sur-Marne, Séminaire « Eau et Aménagement », master spécialisé d’action publique, PontsParistech, 13 février 2013.

Carré C. (dir.), 2011, Les petites rivières urbaines d’Île de France, Agence de l’eau Seine-Normandie, coll. « Programme interdisciplinaire sur l’environnement Seine », vol. 11, 86 p.

Findley S.J., Taylor M.-P., 2006, Why rehabilitate river system ? Area, vol. 38, 3, pp. 312-325.

Foret C., 2012, Le fleuve Rhône : généalogie d’une recherche de pointe, M3, n° 3, Société urbaine et action publique. Pour penser les mutations, pp. 73-77.

Gérardot C., 2004, Les élus lyonnais et leurs fleuves : une reconquête en question, Géocarrefour, vol. 79, n° 1, p. 75-83 (78).

Gillilan S., Boyd K., Hoitsma T.& Kauffman M., 2005, Challenges in developing and implementing ecological standards for geomorphic river restoration projects : a practitioner response to Palmer et al. (2005), Journal of Applied Ecology, 42, pp. 223-227.

Grand Lyon, 2011, Bassin versant du ruisseau des Planches : connaissance du risque inondation et propositions d'aménagement, SAFEGE, 18p.

Henry C.-P., Amoros C., Roset N., 2002, Restoration ecology of riverine wetlands : a 5 year post-operation survey on the Rhône River, France, Ecological Engineering, 18, pp. 543554.

Holmes N.-T.-H., 1998, A Review of River Rehabilitation in the UK, 1990–1996, Environment Agency, Bristol, UK, Technical Report W175.

Idarraga, F.-L.-F., 2010, Urban river restoration in Colombia. Building and Environment, Science and Technology Department, Politecnico di Milano, 313 p.

Kern K., 1992, Restoration of lowland rivers : the German experience, Lowland Floodplain Rivers : Geomorphological Perspectives, eds P.A. Carling G.E. Petts, pp. 279297.

Malavoi J.-R., Bravard J.-P., 2010, Eléments d’hydromorphologie fluviale, Paris : ONEMA, coll. « Comprendre pour agir », 224 p.

Morandi B., Piégay H., 2011, Les restaurations de rivières sur Internet : premier bilan, Natures Sciences Sociétés, vol. 19, issue 3, pp. 224-235.

Morley S.-A., Karr J.-R., 2002, Assessing and restoring the health of urban stream in the Puget Sound Basin, Conservation Biology, 16, pp. 489-509.

Nienhuis P.H., Gulati R.D., 2002, Ecological restoration of aquatic and semi aquatic ecosystems in tne Netherlands, Dordrecht: Kluwer Academic Publishers, 239 p.

Observatoire PArtenarial Lyonnais en Economie (OPALE), 2009, Les territoires de l’économie lyonnaise, Lyon 9ème, Agence d’urbanisme, 14 p.

Office national de l’eau et des milieux aquatiques, 2010, La restauration des cours d’eau. Recueil d’expériences sur l’hydromorphologie, 85 p.

Palmer M.-A., Bernhardt E.-S, Allan J.-D. et al. , Standards for ecologically successful river restoration, Journal of Applied Ecology, vol. 42, issue 2, pp. 208-217.

Scherrer F., 2004, L’eau urbaine ou le pouvoir de renaturer, Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers « L'eau à la rencontre des territoires », consulté le 08 06 2013, URL : http://cybergeo.revues.org/1496

Schmitt A., Monin M., Bertrand E., Bouvard E., Carrara S., 2010, Un ensemble funéraire du Haut-Empire le long de la voie de l’océan (Lyon, 9ème), Revue Archéologique de l’Est, t. 59, pp. 287-351.

Zedler J.-B., 2000, Progress in wetland restoration ecology, Trends in Ecology and Evolution, 15, pp. 402-407.

Haut de page

Notes

1 Lyon est classée au 19ème rang sur 34 villes européennes en 2007 d’après l’étude European Cities Monitor réalisée par Cushman et Wakefield. Source : Traits Urbains, 2009, n°35, p.23.

2 Le Monde, « Lyon à la confluence du futurisme et de l’écologie. Entre Rhône et Saône, un éco-quartier avant-gardiste sur une ancienne friche industrielle et portuaire », par Sophie Landrin, daté 10 avril 2012.

3 L’atelier mobilise une dizaine d’étudiants du master 2 « Urbanisme et Projets de territoire » de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Les étudiants sont encadrés par une équipe pédagogique principalement composée d’universitaires et de praticiens, en particulier des architectes urbanistes et des géographes. L’atelier comprend trois phases de travail (diagnostic, élaboration de scénarios d’aménagement et proposition finale) à l’issue desquelles sont présentées des planches de synthèse grand format. Ces planches, une trentaine, sont critiquées par le commanditaire et retravaillées jusqu’à ce que le projet soit jugé probant au regard du cahier des charges et crédible aux plans technique et financier.

4 Exposition « La ville et l’eau », domaine d’étude « matérialité », du 9 novembre au 21 novembre 2012 à la Maison de la confluence, du 22 novembre au 14 décembre à l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon.

5 Des données relatives aux permis de construire, aux ZAC et au foncier ont été collectées auprès des services déconcentrés de l’État, des collectivités territoriales, des notaires, des chambres consulaires (CCI) et des notaires. Les principales informations ont été cartographiées : la production de cartes et de plans constitue le « fil directeur » de l’atelier.

6 Terme local qui désigne les marais et les prairies localisés dans le lit majeur du Rhône et de la basse rivière d’Ain.

7 Terme consacré dans le bassin du Rhône aux annexes fluviales.

8 Maîtres d’œuvre : paysagiste In Situ (Anne Tardivon et Emmanuel Jalbert), architecte Hélène Jourda.

9 Á Oullins (Rhône), le lit artificialisé sera détruit sur 1,5 kilomètre puis élargi de 9 à 17 mètres. Les digues seront cependant reconstruites. Source : Le Moniteur, « De la lutte contre les inondations à une restauration d’ensemble », 24 février 2012, p.26.

10 Le projet de loi de décentralisation comprend le transfert aux collectivités territoriales d’ici 2017 d’une compétence relative à la gestion des milieux aquatiques.

11 Source : http://www.rhone-alpes.culture.gouv.fr/vaise/p7.htm consultée le 22 janvier 2014 au sujet du trésor de Vaise.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Les opérations d’urbanisme fluvial à Lyon
Crédits ©S.C.-ART-Dev-UMR 5281-CNRS/2013.Source : Grand Lyon (2013)Réalisation : Stéphane Coursière UMR « ART-DEV » CNRS.
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Photo 1 : Vue du Ruisseau des Planches
Crédits Auteur : Alexandre Brun (2012).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Carte 2 : Périmètre d’étude pour la renaturation du Ruisseau des Planches à Vaise
Crédits ©S.C.-ART-Dev-UMR 5281-CNRS/2013.Source : Grand Lyon (2013)Réalisation : Stéphane Coursière UMR « ART-DEV » CNRS (2013).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Photo 2 : Le Ruisseau des Planches est masqué par des bâtiments rue du Bourbonnais, puis enterré jusqu’à la Saône
Crédits Auteur : Alexandre Brun (2012).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2475/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Carte 3 : Renaturation du Ruisseau des Planches et réaménagement de deux îlots : schéma de principe
Crédits Source : atelier d’urbanisme-Université Montpellier 3 (2013).Réalisation : Stéphane Coursière UMR « ART-DEV » CNRS (2013).
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/2475/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Brun, Stéphane Coursière et Évariste Casetou, « Eau et urbanisme à Lyon : le projet de renaturation du Ruisseau des Planches », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 28 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/2475 ; DOI : 10.4000/tem.2475

Haut de page

Auteurs

Alexandre Brun

Maître de conférences
Université Paul-Valéry Montpellier 3
Site Saint-Charles, Rue Henri Serres
34090 MONTPELLIER
alexandre.brun@univ-montp3.fr

Stéphane Coursière

Ingénieur d’études
CNRS UMR 5281 ARTDEV
Site Saint-Charles, Rue Henri Serres
34090 MONTPELLIER
stephane.coursiere@univ-montp3.fr

Évariste Casetou

Urbaniste
Altern Consult
266 Place Ernest Granier
34000 MONTPELLIER
evasritecasetou@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page