Navigation – Plan du site
Articles

Processus migratoires et dynamique démographique : une approche multiscalaire de la métropole lilloise1

Intra Urban Migration Processes and Demographic Dynamics : a Territorial Analysis of Lille Metropole Aera
Vincent Houillon
p. 57-65

Résumés

L’agglomération lilloise est une agglomération d’un peu plus d’un million d’habitants. Son déficit migratoire est élevé. Une analyse à différentes échelles montre que ce dernier cache des évolutions complexes. Une vaste recomposition des champs migratoires est en cours au sein d’une vaste région périurbanisée et métropolisée qui intègrent désormais l’ancien bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Cet article aborde aussi le processus migratoire intra-urbain et nuance la faible mobilité des populations défavorisées dans les grands centres urbains de l’agglomération.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans cette communication, la Métropole lilloise est assimilée à l’unité urbaine de Lille. Elle comp (...)

1La métropole lilloise, 4ème agglomération française avec un peu plus d’un million d’habitants, a la particularité unique en France de compter trois villes-centres et une ville nouvelle, Villeneuve d’Ascq. L’analyse des migrations résidentielles ne doit pas seulement tenir compte de ce caractère atypique. En effet, à une vingtaine de kilomètres au sud, une autre masse urbaine de plus d’un million et demi d’habitants, l’ancien bassin minier, introduit de fortes perturbations dans l’organisation du champ migratoire. Bien relié par voie ferrée et autoroute, l’agglomération lilloise et le bassin minier entretiennent des liens de plus en plus importants. L’affirmation de pôles d’emploi secondaires ainsi que la dynamique de construction de logements neufs associent les deux ensembles urbains dans une même logique métropolitaine. La mobilité, qu’elle soit résidentielle ou quotidienne de travail, doit être observée à l’échelle plus large, d’un vaste organisme urbain de près de 2,5 millions et demi d’habitants.

2Cet article envisage de montrer la spécificité des dynamiques migratoires de la métropole lilloise au sein d’une région dont le bilan est profondément déficitaire. D’autre part, il s’attachera à analyser le rôle de la métropole lilloise dans la redistribution de population à l’échelle régionale. Le champ migratoire est complexe car, dans cette conurbation tripolaire déjà ancienne (Lille-Roubaix-Tourcoing) s’affirment les effets de l’émergence de pôles secondaires et surtout la proximité du bassin minier, agglomération polycentrique de plus d’un million d’habitants. Par le jeu des choix résidentiels et la répartition polycentrique des emplois, les influences réciproques entre l’agglomération lilloise et le bassin minier sont intenses. Une place particulière accordée aux trois villes-centres de l’agglomération remet par ailleurs en question la stabilité migratoire des quartiers socialement défavorisés.

1. Un contexte migratoire déficitaire

3Les habitants de la région Nord-Pas-de-Calais ont une tradition de faible mobilité. C’est une réalité à l’échelle de l’ensemble de la région : 95  % des habitants recensés en 1999 y résidaient déjà en 1990. Ce taux est le plus élevé des régions françaises. Cet attachement territorial, fort et ancien à la région n’est pas contradictoire avec l’existence d’une mobilité importante. D’une part, l’effet de taille de la population régionale induit des flux massifs, d’autre part, l’échelle d’observation des phénomènes change les perspectives. À l’intérieur de la région, l’intensité des migrations interurbaine ou entre les espaces suburbains et périurbains augmente considérablement et atteint la moyenne française. Surtout la métropole joue un rôle moteur du processus migratoire. Entre les recensements de 1990 et 1999, l’agglomération urbaine de Lille a enregistré un solde migratoire déficitaire de 35 000 personnes : les entrées (110 000) dans l'agglomération de Lille n’ont que partiellement compensé les sorties (145 000). La part de l'agglomération de Lille dans le déficit migratoire régional s’élève à 30 % alors que son poids dans la population du Nord-Pas-de-Calais est de seulement 25 %. L'agglomération lilloise n’est pas un cas unique en France puisque plus la moitié des agglomérations de plus de 100 000 habitants est dans le même cas. Les deux agglomérations les plus proches en taille, Lyon et Aix-Marseille ont présenté des soldes négatifs respectivement de 32 525 et de 1 812 personnes.

1.1. L’attractivité de la métropole auprès des jeunes adultes

4Le déficit migratoire affecte la majorité des classes d’âges (Graphique1) avec une intensité variable, mais des différences nettes apparaissent selon les sexes. Tous âges confondus, le solde migratoire est plus fortement négatif pour les hommes que pour les femmes (-21 653 contre -18596), tendance générale que l’on observe aussi pour la population diplômée et les actifs.

Graphique 1 : Taux de migration nette selon l’âge (‰)

Graphique 1 : Taux de migration nette selon l’âge (‰)

5Le déficit migratoire est marqué pour les moins de 15 ans et les adultes de 30 à 40 ans. Pour ces tranches d’âge, l'attractivité de territoires périurbains proches de la métropole lilloise explique les deux creux observés sur la courbe. Plus atténué, un creux dans la courbe caractérise aussi le groupe d’âge des 60-70 ans. Il rend compte des nombreux départs de la métropole lilloise à la fin de la vie active. Si la population est moins mobile aux âges élevés, la contribution de ce groupe au déficit migratoire de l'agglomération de Lille est cependant loin d’être négligeable (20 %). Autre fait qui distingue les « seniors » des autres groupes d’âge, la distance parcourue au cours de leur migration est plus longue, de 50 à 100 kilomètres de plus en moyenne que les autres classes d’âge. L'importance des régions méridionales comme lieu de destination des personnes âgées émigrantes intervient dans ce résultat.

6Chez les jeunes adultes, un pic très marqué exprime au contraire un excédent migratoire de l'agglomération de Lille. L’excédent est plus marqué pour les femmes que pour les hommes. Dissociant complètement la situation de l'agglomération de Lille de celle de l'ensemble de la région Nord-Pas-de-Calais, il traduit l'attractivité du premier pôle d’emploi régional et surtout le rayonnement du plus important centre de formation supérieure du Nord-Pas-de-Calais. Cet effet « enseignement supérieur  » correspond à l'installation de nombreux étudiants qui, pour partie, quittent l'agglomération et la région une fois leurs études terminées.

7C’est la grande spécificité migratoire de la métropole lilloise. Toute proportion gardée, on observe le même scénario migratoire dans l’agglomération parisienne qui attire beaucoup les étudiants mais qui présente aussi un excédent très marqué pour les jeunes actifs. Mais la capacité d’insertion du marché du travail parisien est cependant incomparablement plus forte que dans le cas lillois, même en tenant compte de l’effet lié à la différence de taille.

1.2. Migrations et emploi

8L'agglomération lilloise est en effet en situation de déficit migratoire pour toutes les professions (au moins pour les 6 de la nomenclature la plus abrégée de l’Insee). Le déficit important chez les hommes est à mettre en relation avec des départs nombreux de jeunes actifs masculins dans des secteurs d'activité très masculinisés (industrie, services aux entreprises) alors que l'excédent féminin correspond au rôle plus important dans la métropole lilloise des emplois plus féminisés du commerce, de l'administration, de l'éducation. Il existe d’ailleurs une dichotomie entre hommes et femmes au niveau du diplôme le plus élevé (BAC+4) : un déficit notable est observé chez les hommes (-1329) alors qu’un excédent caractérise les femmes (+1132).

9La première explication de ce déficit, spontanément avancée, repose sur un marché local de l’emploi insuffisamment développé, notamment pour l’emploi masculin. La catégorie «  cadres, professions intellectuelles supérieures  » est très illustrative à cet égard puisqu’elle est la plus déficitaire (en valeur relative) pendant la période 1990-1999. Ce déficit est en partie la conséquence de la surcapacité de la métropole lilloise dans le domaine de la formation. La capacité du système de formation est supérieure à la capacité d’insertion sur le marché de l’emploi local.

10Les étudiants viennent massivement se former dans les écoles et les universités ou autres établissements supérieurs de formation, puis repartent en partie vers d’autres horizons géographiques.

11La première destination est l’Île-de-France, premier pôle d’emploi français mais aussi géographiquement très proche du pôle lillois. À elle seule, l'Île de France représente plus du quart des sorties de l'agglomération de Lille vers l'ensemble des régions françaises. Pour la seule catégorie « cadres, professions intellectuelles supérieures », l’Île de France représente à elle seule 60 % du déficit. Les soldes migratoires sont également négatifs pour les autres professions et catégories sociales.

12La deuxième explication du déficit est purement liée aux limites territoriales de l’agglomération. Son effet est au moins aussi important que le phénomène précédent. Les déficits résultent en grande partie des échanges migratoires intra-régionaux et notamment des redistributions de populations qui s'opèrent au sein de ce que l’on a parfois dénommée « l’aire urbaine centrale », c’est-à-dire l’ensemble formé par l’agglomération lilloise, le Bassin Minier et l’agglomération d’Arras. Les mouvements de départ n’expriment pas dans ce cas une répulsivité de la métropole mais au contraire les effets de son influence exprimés par les choix résidentiels qui se réalisent au-delà des limites de l’agglomération au sens strict.

13La situation migratoire de la Métropole lilloise est donc classique d'une grande agglomération au fort potentiel universitaire : l'agglomération de Lille attire beaucoup de jeunes adultes, d’étudiants, c’est à dire les ménages de taille réduite, et voit partir les grands ménages et les retraités. Le déficit migratoire observé dans la catégorie des actifs ayant un emploi est plus étonnant mais il révèle surtout la complémentarité entre territoires d’une vaste aire métropolisée.

2. Interdépendances territoriales et migrations

14Les migrations intra-régionales expriment le desserrement des espaces urbains centraux et participent à l'étalement périphérique ou plus exactement à la densification périphérique car, à proximité de l’agglomération lilloise, l’espace rural n’existe plus et les périphéries sont souvent des agglomérations urbaines anciennement constituées.

15Les relations entre l'agglomération lilloise et les autres agglomérations régionales s’articulent de façon privilégiée avec le Bassin Minier, territoire proche (20 km séparent les deux ensembles dans sa plus faible distance) et urbanisé en totalité. Les espaces proprement périurbains sont limités dans l’espace formant un demi-arc de cercle au sud de l’agglomération. Le processus périurbain s’il n’est pas absent au delà de la frontière franco-belge, est néanmoins fortement atténué au Nord.

16Le facteur le plus communément avancé pour expliquer l’installation des ménages en périphérie repose sur l’attrait exercé par les disponibilités foncières et l’offre immobilière plus importantes que dans les milieux urbains centraux. La diversité et la qualité des réseaux de transport en périphérie permet dans ce cas de limiter l’augmentation du temps de déplacement entre lieu de travail et nouveau lieu de résidence. Ce facteur joue incontestablement un rôle important dans les relations migratoires entre l’agglomération lilloise et le bassin minier.

17Dans d’autres cas, la mobilité résidentielle peut au contraire être déterminée par la volonté de certains ménages de se rapprocher de leur lieu de travail. Le redéploiement des activités par le développement de pôles d’emplois secondaires constitue donc un autre facteur de changement résidentiel. La croissance de pôles d’emplois secondaires suburbains et périurbains créet des changements dans les relations entre le domicile et le lieu de travail au sein de la métropole lilloise. Le Goix et Guéroix ont par exemple montré l’affirmation de nouveaux pôles dans la banlieue proche (La Madeleine) ou en périphérie (Cysoing).

2.1. Le desserrement périurbain

18L’espace périurbain lillois (au sens de l’Insee, c’est-à-dire la couronne périurbaine et les communes multipolarisées) est peu étendu mais très densément peuplé (carte 1). Pour l'ensemble de la zone périurbaine, l'échange s’établit sur la base d’une entrée dans l'agglomération de Lille pour deux départs vers le périurbain. Ce mouvement illustre la redistribution de la population issue des espaces urbains centraux et suburbains vers les campagnes périurbaines. Mesuré en nombre de ménages, le déficit migratoire, très important également, diffère beaucoup en fonction de leur taille. Favorable à l'agglomération de Lille pour les ménages d'une ou deux personnes, l'échange migratoire est déficitaire pour les ménages plus grands. Pour les ménages de 4 personnes et plus, les flux d’échanges s’établissent selon le rapport d’une entrée pour trois départs vers les zones périurbaines. Le déficit concerne toutes les catégories sociales. Les actifs ayant un emploi sont très nombreux à partir vers le territoire périurbain pris dans son ensemble. C’est avec la catégorie « cadres, professions intellectuelles supérieures » que le déficit est le plus élevé. Les « cadres » de l’agglomération lilloise sont nombreux à s’installer en zone périurbaine mais peu d’actifs de cette catégorie effectuent un parcours inverse. Ce mouvement est une illustration du filtrage social exercée par la migration. Le départ de population aisée renforce la concentration de population pauvre de certains quartiers centraux et péricentraux.

Carte 1 : La métropolisation lilloise (agglomération) et le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

Carte 1 : La métropolisation lilloise (agglomération) et le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

19Limité en superficie, ce secteur périurbain est en voie de saturation. La couronne périurbaine de Lille est la plus densément peuplée des couronnes périurbaines des villes françaises. La pression foncière et immobilière réduit de plus en plus les possibilités d’investissements pour beaucoup de ménages. Le Bassin Minier, territoire urbain radicalement différent dans sa constitution prend le relais dans cette fonction périurbaine.

2.2. La périurbanisation du Bassin Minier

20L’étalement du parc de logements actifs depuis plusieurs décennies aux marges de l’agglomération lilloise intègre de plus en plus l’ancien bassin minier et l’intègre dans le processus périurbain.

21L’analyse des migrations à partir des ménages illustre la complémentarité territoriale entre la métropole et le Bassin Minier. Le solde migratoire de l'agglomération de Lille est très excédentaire, pour les ménages d’une personne et plus encore pour les ménages dont la personne de référence est un étudiant : plus de trois entrées dans la métropole pour seulement une installation dans le Bassin Minier. Le solde migratoire est par contre déficitaire pour les ménages de 4 personnes et plus. Pour les familles de ce type, les sorties (25 000) sont en effet beaucoup plus nombreuses que les entrées (13 000). Le déplacement massif des familles vers le Bassin Minier montrerait à une échelle plus fine des installations préférentielles vers les franges rurales (Bas-Pays de Béthune, Carvin) situées hors de l’ancien tissu urbain minier proprement dit.

22Elles appartiennent néanmoins au bassin d’habitat minier où les prix du foncier sont inférieurs à ceux de la métropole. Le marché de l’immobilier y est moins tendu. Au cours des deux dernières décennies, de nombreux programmes immobiliers de lotissements individuels ont offert des opportunités d’acquisitions sur ces franges minières financièrement plus accessibles. Si elles ont pu attirer des populations « autochtones », elles ont aussi attiré des ménages issus de l’agglomération lilloise. Le rôle résidentiel de l’ancien Bassin Minier se banalise et ses relations migratoires avec l’agglomération lilloise s’apparentent à celle des territoires périurbains.

23Lorsque la distance devient dissuasive pour réaliser un déplacement quotidien entre lieu de résidence et lieu de travail, les mouvements résidentiels sortent d’une logique strictement périurbaine. Le schéma migratoire redevient celui qui associe une grande agglomération urbaine, qui peut être une capitale régionale, et un territoire régional sous son influence. Ainsi, l’échange entre la métropole lilloise et le territoire hors aire urbaine est excédentaire en nombre de personnes. Il l'est bien davantage pour les seuls ménages. La forte attractivité lilloise se manifeste auprès des ménages d'une ou deux personnes, un équilibre pour les ménages de trois personnes, et une inversion du solde pour les ménages plus grands. L'agglomération de Lille bénéficie d’un solde migratoire positif pour les actifs ayant un emploi en particulier auprès des employés et des professions intermédiaires.

24Ainsi, l'attractivité de l'agglomération lilloise est forte dans la région. Par contre, à l'échelle sous-régionale, au sein de l'aire urbaine centrale, les flux montrent des redistributions complexes et un partage des rôles entre l'agglomération lilloise au sens strict, les espaces périphériques et le Bassin Minier.

3. Sélectivité migratoire au sein de la métropole lilloise

25L’agglomération lilloise se place au 4ème rang des agglomérations françaises pour le nombre d’habitants (un peu plus d’un million) et pour le nombre d’emplois (400 000). Par rapport à la plupart des autres grandes agglomérations, l’agglomération de Lille est spécifique et même unique. La conurbation est polycentrique, comptant trois centres-villes au sens de l’Insee  : Lille, Roubaix, Tourcoing. Lille, cœur de l’agglomération, domine depuis longtemps mais n’a jamais au cours de l’histoire récente, en raison de sa superficie restreinte, compté plus d’un cinquième de la population de l’agglomération. Roubaix et Tourcoing sont deux anciennes villes industrielles ayant acquis leur croissance démographique et spatiale au cours des XIXe et XXe siècles. À ces trois pôles urbains et à la ceinture de banlieue dense qui les entoure et les relie spatialement, il faut ajouter Villeneuve d’Ascq, ville nouvelle située à 10 km à l’Est de Lille et créée autour de l’université à la fin des années soixante à partir d’un regroupement de trois petites communes.

26Au sein de l’agglomération, l’intensité des flux migratoires est dépendante de la taille (nombre d’habitants) des pôles d’échange et de la distance qui les séparent. Conformément à cette loi qui régit l’intensité des déplacements, ce sont les villes-centres (Lille, Roubaix, Tourcoing) mais aussi les banlieues nord et sud anciennes, peuplées et très denses qui génèrent l’essentiel des déplacements internes à l’agglomération. L’objectif de cette dernière partie est de mettre en évidence l’hétérogénéité des situations de migrations au sein des espaces urbains denses.

3.1. Les territoires bloqués

27L’analyse de la stabilité de la population au sein de l’agglomération peut se faire à différents niveaux d’échelle. À l’échelle des communes (carte 2), la variable précise quels sont les individus qui n’ont pas changé de communes de résidence entre 1990 et 1999. L’indicateur évalue donc l’importance ou la faiblesse des entrées dans la ville. La stabilité de la population communale est remarquable pour le versant nord-est de la métropole c’est-à-dire Roubaix-Tourcoing-Wattrelos. Dans le cas lillois, la situation est différente. Le renouvellement démographique est important par l’attraction qu’une grande partie de la ville-centre exerce sur les étudiants mais aussi sur une certaine élite sociale. Le faible brassage démographique se limite aux quartiers sud. Les entrées dans la ville par ces quartiers sont donc faibles. Il faut rappeler ici que les trois villes-centres (Lille, Roubaix, Tourcoing) répondent à des modèles urbains différents. Roubaix et Tourcoing constituent des cas atypiques de villes-centres français avec une majorité de populations socialement défavorisée résidant au cœur de la ville. Lille est plus conforme au modèle de la plupart des villes françaises et européennes avec une population majoritairement aisée au centre.

Carte 2 : Population communale stable (1990-1999)

Carte 2 : Population communale stable (1990-1999)
  • 2 Pour l’Insee, un migrant est un individu dont la commune de résidence en fin de période intercensit (...)

28Les habitants stables dans leur commune peuvent avoir changé de résidence au sein même de leur commune au cours de la même période. Les migrations intracommunales2 correspondent à ceux qui ont changé de logement mais pas de communes au cours de la période 1990-1999. La configuration spatiale (cartes 3 et 4) des migrations intra-communales est à la fois simple et surprenante. Simple car les villes-centres les plus peuplées comportent une part relativement élevée de population ayant réalisé un déplacement interne au cours de la période. Assez fréquemment le taux de mobilité communale interne s’élève au dessus de 30 %. Ce comportement est assez logique compte tenu, non de la superficie des commune qui n’est pas beaucoup plus importante que celle des autres communes mais de la diversité des types de quartiers urbains offrant une gamme varié de logements. Un deuxième ensemble est constitué de banlieue ancienne et proche, au tissu urbain dense. On compte souvent 10 à 20 % de la population qui a changé de logement à l’intérieur de la même commune. Enfin plusieurs communes, plus éloignées des villes-centres, ont enregistré très peu de mouvements internes, souvent moins de 10 %. Il s’agit de communes souvent peu peuplées, mais de croissance récente élevée, de type périurbaine. La forte stabilité interne résulte d’un faisceau de facteurs : un habitat individuel largement dominant et récent, un taux élevé de propriétaires, une quasi absence de ménages étudiants. Considérées comme lieu d’installations définitives après plusieurs déplacements liés au cycle de vie et à la vie professionnelle, ces communes offrent en outre une grande homogénéité dans la gamme de logements qui n’incite pas la population aux déménagements au sein d’une même commune.

Carte 3 : Les changements de logement à l’intérieur des communes - Effectifs (1990-1999)*

Carte 3 : Les changements de logement à l’intérieur des communes - Effectifs (1990-1999)*

*Note : Nombre de changements de logement à l’intérieur

Carte 4 : Les changements de logement à l’intérieur des communes en pourcentage (1990-1999)*

Carte 4 : Les changements de logement à l’intérieur des communes en pourcentage (1990-1999)*

*Note : Changements de logement à l’intérieur de la commune par quartier IRIS

29Les cartes sont néanmoins surprenantes. La grande majorité des quartiers socialement défavorisés, concernés par les politiques prioritaires, ressortent sur la représentation cartographique. Les espaces de forte mobilité intra-communale sont circonscrits à Lille-Sud mais ils s’étendent aussi à une grande partie de la ville à Roubaix et à Tourcoing. Le facteur social joue donc un rôle majeur dans la différenciation des mouvements internes au sein dans les villes-centres principales (Lille-Roubaix-Tourcoing).

30Il est donc erroné d’affirmer que la mobilité résidentielle des quartiers socialement défavorisés est faible. Si les quartiers socialement défavorisés sont relativement fermés aux entrées (carte 2) par contre de nombreux mouvements s’y produisent sur de très courtes distances. Cette situation spécifique amène à soulever la question des facteurs de l’intense changement de logements dans ces quartiers.

31Ces quartiers cumulent les facteurs d’une forte mobilité sur de courte distance mais aussi des facteurs d’un fort ancrage communal et territorial contraint par le manque de solvabilité de leurs habitants. Ils comptent en effet un taux de locataires élevé, un statut d’occupation caractérisé par une plus grande mobilité que les propriétaires3, un logement HLM fréquent bien que jamais écrasant ; la composition familiale est marquée par un poids important des familles monoparentales, une catégorie également mobile. Par contre l’accession à la propriété et le passage à d’autres segments du parc de logements, souvent accompagnés d’une migration communale, sont limités par la faiblesse du revenu des ménages. Les facteurs de mobilité d’un quartier à un autre au sein d’une même commune et les facteurs de stabilité territoriale ne sont donc pas antinomiques. Ils conjuguent leurs effets pour déterminer la mobilité résidentielle très spécifique de ces quartiers.

Conclusion

32La distribution spatiale mise en évidence plus haut répond en partie au mécanisme du « filtering process » des auteurs anglo-saxons, c’est-à-dire d’un mécanisme animé par la construction neuve en périphérie des villes qui attirent les couches sociales supérieures délaissant les logements centraux qui se décotent. Ce mécanisme s’applique au cas de Roubaix et de Tourcoing qui se comportent selon le modèle des villes anglo-saxonnes. Beaucoup moins pour Lille car on observe en effet, au moins dans la ville-centre de Lille, une forte demande dans les quartiers centraux. La forte mobilité locale des populations dans les quartiers défavorisés des villes-centres suscite des interrogations. L’insuffisante solvabilité de ces populations est-elle un facteur suffisant qui explique que ces populations ne partent pas ailleurs et constituent des habitants en quelque sorte captifs de ces quartiers ? Pour bien comprendre les mécanismes en jeu dans ces migrations de courtes distances, il faudrait bénéficier de résultats d’enquêtes permettant de reconstituer les trajectoires résidentielles de ces populations. À l’heure où la politique du logement en France vise à relancer les programmes de construction de logement social et affirme la volonté de limiter l’étalement périphérique des agglomérations au profit d’un retour à la densification des villes-centres et des centres-villes (politique des maisons de villes), l’étude des mécanismes de la mobilité intra-urbaine mérite d’être approfondie.

Haut de page

Bibliographie

AGUILERA A., BELANGER A., BUISSON M-A., MIGNOT D., 2001 - Métropolisation et polarités intra-urbaines : le cas de Lyon, RERU, n° 2, pp. 271-296.

BACCAÏNI B., 2001 - Les migrations internes en France de 1990-1999, Économie et Statistiques, n° 334.

BACCAÏNI B., 2002 - Comportements migratoires et croissance périurbaines en Rhône-Alpes, Données sociales.

GUEROIS M., LE GOIX R., 2000 - La multipolarité dans les espaces métropolitains : Paris, Lyon, Marseille et Lille, Données urbaines 3 - Economica, pp. 225-273.

INSE, Avril 2004 - Le logement en Nord-Pas-de-Calais : un parc en mutation face à des besoins diversifiés, Les dossiers de Profils, n° 75, ORHA.

INSEE, Mai 2003 - Mobilité résidentielle et territoire, Les dossiers de Profils, n° 71.

INSEE, Décembre 2001 - Les dossiers de Profils, n° 65.

LEVY J-P., 2000, La mobilité résidentielle dans le Douaisis, ORHA, Lille.

LEVY J-P., 1984 - Ségrégation et filières d’attribution des logements sociaux locatifs. L’exemple de Gennevilliers, Espace et sociétés, n° 45, pp. 141 à 154.

PARIS D., STEVENS J-F., 2001 : Lille et sa région urbaine, la bifurcation métropolitaine, l’harmattan, 266 p.

Haut de page

Annexe

Agglomération lilloise : le territoire de référence correspond à l’Unité Urbaine de Lille. L’unité urbaine est, par définition incluse dans l'aire urbaine de Lille. Au sens de l'Insee, une aire urbaine est une agglomération urbaine comptant plus de 5 000 emplois au lieu de travail à laquelle ont été rattachées les communes dont 40 % des actifs au moins travaillent dans le pôle urbain, c’est-à-dire l'agglomération urbaine elle-même ou dans la couronne périurbaine.

Taux de migration net. Rapport entre le solde des entrées et des sorties sur la population moyenne au cours de la période. Il est exprimé en ‰.

Haut de page

Notes

1 Dans cette communication, la Métropole lilloise est assimilée à l’unité urbaine de Lille. Elle comptait 1 000 900 habitants en 1999.

2 Pour l’Insee, un migrant est un individu dont la commune de résidence en fin de période intercensitaire n’est pas la même que celle où il résidait en début de période. Le terme migrations intra-urbaines est ici pris dans le sens d’un changement de logement à l’intérieur d’une même commune.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Taux de migration nette selon l’âge (‰)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/247/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Carte 1 : La métropolisation lilloise (agglomération) et le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/247/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Carte 2 : Population communale stable (1990-1999)
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/247/img-3.png
Fichier image/png, 69k
Titre Carte 3 : Les changements de logement à l’intérieur des communes - Effectifs (1990-1999)*
Légende *Note : Nombre de changements de logement à l’intérieur
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/247/img-4.png
Fichier image/png, 70k
Titre Carte 4 : Les changements de logement à l’intérieur des communes en pourcentage (1990-1999)*
Légende *Note : Changements de logement à l’intérieur de la commune par quartier IRIS
URL http://tem.revues.org/docannexe/image/247/img-5.png
Fichier image/png, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Houillon, « Processus migratoires et dynamique démographique : une approche multiscalaire de la métropole lilloise », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 01 septembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://tem.revues.org/247 ; DOI : 10.4000/tem.247

Haut de page

Auteur

Vincent Houillon

Maître de Conférences
UFR de Géographie et Aménagement
Université de Lille 1
59655 VILLENEUVE-D’ASCQ CEDEX
vincent.houillon@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page