Navigation – Plan du site
Articles

Dynamiques des luttes paysannes et rurales dans les forums sociaux 2000-2010 : vers une troisième génération de droits-devoirs envers la « Terre commune »

Dynamics of peasants and rural struggles in social forums 2000-2010: achieving a third-generation of rights-duties towards the “Common Earth”
Béatrice Mesini et Delphine Thivet
p. 98-111

Résumés

Inscrite dans une sociologie de l’action collective, cette analyse décentrée sur les luttes paysannes et rurales dans les forums sociaux entre 2000 et 2010 explore la diversité des acteurs, des mobilisations et des revendications portées au sein d’espaces nationaux, régionaux, continentaux et internationaux, en termes de sécurité, d’autonomie et de souveraineté alimentaires, de réforme agraire et de « Terre commune ». Depuis les années 2000, des acteurs associatifs, syndicaux et militants issus des campagnes ont en effet investi les forums sociaux, arguant de la centralité de leurs luttes dans divers ateliers, plénières, séminaires, déclinées sous la forme de la remise en cause des rapports d’exploitation - de classe, de caste, de race et de genre. Réclamant l’accès à la terre et aux ressources naturelles vitales (eau, semences, forêts, etc.), des « sans-terre », journaliers agricoles, petits paysans, pêcheurs artisanaux, peuples autochtones, ruraux déplacés, femmes discriminées se sont mobilisés autour de la défense de leurs droits d’existence, incriminant en particulier les méfaits d’une mondialisation libérale qui conduit à la surexploitation des ressources naturelles, à la privatisation et/ou la spoliation des terres, la concentration et à la transnationalisation du capital foncier, le développement de l’agrobusiness, le brevetage du vivant, la destruction des communautés, les migrations forcées, ou encore la répression des mouvements sociaux. L’objet de cet article est d’examiner le travail d’internationalisation des enjeux et de convergence des luttes - paysannes et autochtones mais aussi rurales et urbaines - accompli au sein des forums sociaux autour de l’affirmation de l’interdépendance des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels et de la reconnaissance de droits collectifs conditionnés aux devoirs de tous envers la « Terre commune ».

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les campagnes et les territoires ruraux s’offrent comme espaces producteurs de résistances et comme milieux incubateurs d’alternatives face à l’intégration économique des États dans une économie globalisée. Invalidant la perspective d’une « fin des paysans » (Mendras, 1984), les acteurs paysans, associatifs, syndicaux et militants issus d’horizons géographiques, politiques et culturels différents ont progressivement investi les forums sociaux, depuis les années 2000, arguant de la centralité de leurs luttes. Sont particulièrement incriminés les méfaits d’une mondialisation libérale conduisant à la surexploitation et à la privatisation des ressources naturelles et des terres, à la concentration et à la transnationalisation du capital foncier, au développement de l’« agrobusiness », au brevetage du vivant, à la destruction des communautés, aux migrations forcées et à la répression des mouvements sociaux dans les campagnes.

  • 1 Ces sources ont été collectées en amont des forums, par le croisement des textes d’appels des diffé (...)

2Inscrite dans une sociologie de l’action collective et s'appuyant sur des sources écrites et orales recueillies en trois phases distinctes de 2000 à 20101, cette analyse, décentrée sur les luttes paysannes et rurales, se propose d’explorer la singularité des acteurs, la spécificité des mobilisations et la diversité des revendications portées au sein des forums sociaux généralistes - nationaux, régionaux, continentaux et internationaux -, ainsi que dans les forums thématiques, en termes de sécurité, d’autonomie et de souveraineté alimentaires, de réforme agraire et de « Terre commune ». Il s'agit de montrer comment l’acteur collectif paysan, par-delà son hétérogénéité, s’est agrégé dans les forums sociaux par affiliation de divers mouvements et organisations, réactualisant l’urgence de la question territoriale, sociale, économique et culturelle, notamment autour des rapports de domination, d’exploitation et de discrimination de classe, de caste, de genre dans les campagnes. Le processus d’amplification et de développement des forums sociaux pendant les années 2000 a en effet offert à des catégories sociales peu dotées en ressources de tous ordres et faiblement visibles dans l’espace public (Giraud et al., 2005) un double cadre structurant, interprétatif des méfaits de la mondialisation, mais aussi prospectif, comme espace producteur de solidarités face aux politiques néolibérales. Suivre les récits de cette multitude d'acteurs au sein de ces forums permet en ce sens de sortir de la vision « dépréciative » de catégories sociales victimes de leur impuissance à se décrire dans les sciences sociales et à s’inscrire dans les systèmes dominants de représentations politiques et symboliques (Soulet, 2011 : 22).

3Nous montrerons, dans un premier temps, comment ces acteurs hétérogènes ont accompli, à partir des années 1990, un travail d’internationalisation des enjeux et de convergence des luttes paysannes et rurales sur la base de diagnostics partagés, en termes de privation, d’exclusion, de pauvreté, d’exploitation et de misère dans les campagnes. Dans un second temps, nous nous efforcerons de mettre au jour l’intrication des luttes paysannes et autochtones, mais aussi l’articulation des luttes rurales et urbaines. Nous nous interrogerons enfin sur l’émergence d’une troisième génération de droits humains définie sur l’axe nature/culture/environnement au cœur de laquelle la notion de « patrimoine commun » invite à la coexistence des droits des générations passées, présentes et futures.

1. Déclinaison des luttes paysannes et rurales dans les Forums sociaux 2000-2010

4Les représentants paysans associatifs, syndicalistes et militants ont rallié les forums sociaux en dénonçant l’exclusion économique, sociale et culturelle générée par le modèle capitaliste de « développement » rural et agricole. Simultanément, ils ont initié des forums sociaux « thématiques » sur la sécurité et la souveraineté alimentaire ou encore sur la réforme agraire, réactualisant d’anciens questionnements sur la propriété foncière, les structures agraires, la dépendance alimentaire, mais aussi initiant de nouvelles thématiques de luttes sur les usages de la terre, les « communs », les statuts d’occupation des sols, la prédation sociale et environnementale de l’« agrobusiness » ou encore les droits-devoirs envers la « Terre-mère ».

1.1. Des réseaux de solidarité élargis

5Au tournant du XXIème siècle, les forums sociaux ont inauguré l’émergence d’une nouvelle culture politique marquée par le pluralisme et la mise en réseau d’acteurs et de structures hétérogènes (syndicats, mouvements sociaux, organisations non gouvernementales, etc.). Le premier Forum Social Mondial de Porto Alegre (2001) a été conçu comme un réseau horizontal, flexible et décentralisé, un instrument virtuel d’articulation des mouvements sociaux et un espace commun de production et de dissémination d’alternatives sociales. Contrairement au mode d’organisation pyramidal fondé sur le principe de hiérarchie, ce mode d’organisation réticulaire des luttes s’est efforcé de « [répondre] au principe d’agrégation des initiatives et des actions émanant d’une multitude complexe d’acteurs sociaux » (Canet, 2008 : 5), ce dont atteste l’internationalisation des luttes entrevue dans la diversité toujours croissante des organisations représentées au sein des forums sociaux. Prenant appui sur deux réseaux d’acteurs qui contribuent à structurer un espace transnational des luttes paysannes et rurales, nous nous proposons de saisir les dynamiques d’actions collectives - telles que les marches de protestation et campagnes internationales - par lesquelles diverses composantes associatives, syndicales et confessionnelles se sont rassemblées autour d’un socle de revendications partagées.

    • 2 De l’espagnol, signifie en français, « la voie paysanne ».

    La Vía Campesina
    La Vía Campesina
    2 est un réseau international rassemblant cent-cinquante organisations rurales, syndicats d’exploitants agricoles familiaux et mouvements de paysans sans terre issus de 70 pays (soit environ 200 millions de membres). Indépendant vis-à-vis de toute organisation politique, économique ou religieuse et respectueux de l’autonomie de ses membres, ce réseau est structuré par le biais d’un comité de coordination international, composé de manière paritaire de dix-huit membres issus d’organisations agricoles et paysannes et originaires de neuf régions (Asie du Sud, Asie du Nord et du Sud-Est, Europe, Amérique du Nord, Amérique centrale, Amérique du Sud, Cuba et Caraïbes, Afrique de l'Ouest et Afrique de l'Est). Sa création remonte au Deuxième Congrès de l’Union nationale des cultivateurs et éleveurs (UNAG) réunissant, au Nicaragua en avril 1992, les représentants de huit organisations agricoles d’Amérique centrale, des Caraïbes, d’Europe, du Canada et des États-Unis. Issue de cette rencontre, la Déclaration de Managua constituait un premier appel en direction des paysans et agriculteurs du monde entier : « ce n’est que si nous sommes unis que nous trouverons les moyens de faire entendre notre voix et nos propositions par ceux qui usurpent notre droit de cultiver nos terres et d’assurer une vie digne à nos familles » (Desmarais, 2002 : 79-80). En mai 1993, 46 paysans se sont retrouvés à Mons en Belgique autour du rejet explicite des politiques agricoles néolibérales et des négociations en cours du GATT (General Agreement on Tariffs and Trade), desquelles étaient exclus les petits paysans et fermiers, du Nord comme du Sud. Sept mois plus tard, durant la phase finale des négociations du GATT à Genève en 1994, quelque 5 000 paysans, venus d’Europe, du Canada, des États-Unis, du Japon, d’Inde et d’Amérique Latine ont marché ensemble vers le lieu d’accueil de la conférence pour défendre leurs droits dans le contexte mondial, sous la bannière d’un mouvement international naissant. Depuis, le réseau a organisé ses actions autour de 6 axes de travail prioritaires : la souveraineté alimentaire, la biodiversité et la lutte contre les Organismes Génétiquement Modifiés (OGM), l’agriculture paysanne et le respect des droits des militants syndicalistes et des communautés rurales, l’accès équitable aux moyens de production que sont la terre, l’eau et les semences, et enfin la reconnaissance du rôle spécifique des femmes dans l’agriculture, notamment dans l’acte de production et la transmission des savoirs.

  • Ekta Parishad
    En Inde, le mouvement populaire et non-violent Ekta Parishad (en hindi « Forum de l’unité ») s’inscrit lui aussi dans cet objectif de profond changement social, économique et politique dans les campagnes. Issu de la pratique de la philosophie gandhienne, alliant la recherche de la vérité et la lutte contre l’injustice (Satyagraha), ce mouvement est né en 1991 à l’initiative de Rajagopal P.V. Avec environ 150 000 membres et plus de 5 000 organisations de base revendiqués, répartis dans 8 États fédéraux3, Ekta Parishad travaille principalement avec les communautés autochtones (Adivasi), les « castes répertoriées » (Scheduled Castes) et les femmes. Fondé sur les aspirations des catégories sociales les plus opprimées, ce mouvement œuvre pour la défense d’une « Nouvelle Vision pour la Réforme Agraire ». Il réclame en particulier la régularisation et la distribution immédiate des terres aux « sans terre », avec pour condition le plafonnement de la propriété foncière et la garantie des droits fonciers des populations marginalisées. Lors du Forum Social Mondial de Mumbai en 2004, Ekta Parishad a mis en place une plate-forme - Land First International (LFI) - destinée à relier les luttes des « sans terre » au niveau international avec le soutien de diverses associations et organisations non gouvernementales en Europe (Frères des Hommes, Peuples Solidaires, Ekta Europe, Terre du Ciel, Solidarité, CETRI, FIAN, Volens-Mercy Home, etc.).

1.2. Des répertoires d’action collective destinés à amplifier les luttes locales

6Le choix de répertoires d’action collective spécifiques (Tilly, 1986) s’inscrit dans les contraintes de mobilisation des acteurs concernés, de sensibilisation de l’opinion publique et des décideurs à la cause. Il s’agit en effet de trouver « non seulement des modes de lutte et de protestation plus ou moins efficaces pour "imposer les revendications", mais aussi des moyens d’affirmer une identité, de se présenter et de représenter les populations que l’on défend » (Penissat, 2005 : 88). Pour remplir ces deux objectifs, la stratégie de La Vía Campesina et d’Ekta Parishad consiste à « conquérir droit de cité » (Debouzy, 2003 : 17, 24) en recherchant avant tout leur mise en visibilité sur des arènes publiques élargies. Celle-ci passe principalement par l’occupation physique et symbolique de l’espace, mais aussi par l’organisation de marches nationales et de campagnes internationales destinées à soutenir et à amplifier la portée des luttes menées au niveau local.

    • 4 Dans la continuité de la Marche du Sel de Gandhi en 1930 et du mouvement Bhoodhan – « don de terre  (...)
    • 5 Face à la lenteur des réformes accomplies par le gouvernement indien, Ekta Parishad a organisé une (...)

    Les marches de protestation
    La marche collective représente par excellence la métaphore des révoltes sociales : « se dresser, aller de l’avant. Construire de ses pas un espace horizontal, qui s’oppose à l’image pyramidale des sommets » (Schmitt et Spadoni, 2000 : 101). Elle est en outre dotée de « vertus existentielles » propres (Pigenet et Tartakowsky, 2003 : 90) : moment de rupture avec l’espace-temps habituel de ceux qui y participent, elle constitue le lieu de construction d’une sociabilité nouvelle, voire d’une identité et d’une communauté nouvelle qui permet à des catégories sociales marginalisées de recouvrer leur dignité. Elle permet enfin de célébrer un « être ensemble », « la puissance du désir d’être "avec" » (ibid. : 79) qui renforce l’unité du collectif.
    C’est dans cette perspective que le mouvement Ekta Parishad organise des marches de protestation non-violente4 qui traversent des centaines de villages et s’accompagnent de meetings et de blocages de routes pour diffuser les revendications du mouvement auprès des populations rurales et urbaines et faire pression sur le gouvernement indien. Ces marches protestataires s’ancrent dans des mobilisations locales et nationales, mais s’appuient également sur des campagnes de solidarité menées au niveau international visant à consolider les droits des « sans terre » et des populations autochones (Adivasi) en leur redonnant leur capacité d’acteurs sociaux et économiques (« agency »). Ainsi, les « Appels » du Réseau-Solidarité de l’ONG Peuples Solidaires relayent en France ces mobilisations : « 3 000 kilomètres pour le droit à la terre » (février 2000), « Solidarité au kilomètre » (août 2001), « Illégaux sur leurs propres terres » (janvier 2003), « La terre d’abord » (janvier 2004). En 2005, une vaste campagne d’action non-violente intitulée Janadesh 2007 (en hindi, « Le verdict du peuple »), a été initiée pour « connecter les luttes locales, réunir un grand nombre de personnes et d’organisations et donner une impulsion nécessaire aux réformes foncières et au contrôle communautaire des ressources naturelles » .Événement saillant de cette mobilisation, la marche entre Gwalior et Delhi a regroupé quelque 25 000 personnes (sans terre, ouvriers agricoles, membres d’organisations de défense des droits humains, etc.) autour d’un socle de revendications : une accélération du processus de redistribution des terres, une régularisation des possessions des populations autochtones, la mise en place de juridictions adaptées pour résoudre les conflits agraires et créer un service dédié à la gestion des terres. Cette marche a conduit le Parlement indien à adopter une loi consolidant les droits des populations autochtones et a abouti à la mise en place de sept cent mille juridictions5.

  • Les campagnes internationales de mobilisation
    Les campagnes internationales visent à changer les termes d’un débat public en tentant d’imposer sur l’agenda des institutions internationales les revendications propres à des populations rurales de plus en plus marginalisées – telles que la souveraineté alimentaire, le droit à l’alimentation et la réforme agraire – comme des éléments clés du combat contre la pauvreté et les exclusions dans les territoires ruraux (Thivet, 2012). Elles permettent aussi de construire des alliances et de définir un cadre de convergence entre diverses revendications nées de luttes locales. C’est dans cette perspective que La Vía Campesina a lancé en octobre 1999 à Tegucigalpa (Honduras) une Campagne globale pour la réforme agraire, avec le soutien du Food First Information and Action Network (FIAN) (Borras, 2008). Il s’agissait alors de renouveler le thème de la réforme agraire en le distanciant radicalement de sa forme néolibérale promue par différents États et institutions internationales (« réforme agraire assistée par le marché » prônée par la Banque Mondiale). Elle s’est accompagnée de l’envoi de délégations internationales de représentants d’organisations paysannes et de FIAN visant à soutenir les luttes locales et à témoigner de la violation massive des droits de l’homme dont celles-ci font l’objet.

  • 6 Ce syndicaliste paysan portait au moment de son suicide une pancarte autour du cou sur laquelle éta (...)

7La mobilisation internationale se trouve favorisée par la mise en place, par les organisations paysannes, de leur propre agenda de lutte. Á cet effet, les « journées internationales » invitent à la solidarité internationale envers des luttes locales. Ainsi, la Journée internationale des luttes paysannes est célébrée tous les 17 avril depuis 1997, en commémoration du massacre d’Eldorado dos Carajás (1996) au Brésil. Cette journée est également conçue de manière à créer des convergences entre les mouvements paysans et d’autres mouvements sociaux. Ce jour-là, La Vía Campesina invite en effet ses organisations membres à se mobiliser autour d’une journée commune d’actions et d’une thématique particulière en rapport avec les luttes paysannes (lutte contre la répression des mouvements sociaux, lutte contre les OGM, lutte contre les multinationales agro-alimentaires et les firmes de la grande distribution, etc.). Depuis 2003, une autre date est commémorée par les mouvements paysans au niveau mondial, le 10 septembre – jour du suicide du paysan sud-coréen Lee Kyung Hae en septembre 2003, lors de la Conférence de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) à Cancún (Mexique)6 – proclamée Journée internationale contre l’OMC. José Bové, représentant la Confédération paysanne, a réaffirmé l’importance du 17 avril et du 10 septembre pour l’ensemble des mouvements paysans :

  • 7 José Bové, Plénière du FMRA, Valencia, 7 décembre 2004.

8« Ces deux dates sont symboliques de ce qui nous rassemble ici, de cette nécessité de lutter à la fois pour la terre et pour la souveraineté alimentaire parce que les deux sont liées. Ces luttes qui se multiplient aussi bien dans les pays du Sud que du Nord, parfois sous des formes différentes, avec pour objectif clair l’appropriation de cette lutte pour la terre par les populations. »7

2. Transmission des luttes et convergence des revendications

9La sociologie de l’acteur-réseau (Latour, 2006) constitue un outil précieux pour décrire les interactions entre les « actants » de ces mobilisations localisées. Le concept de « réseau » comporte en effet plusieurs avantages heuristiques, dont celui de « se libér[er] de la distinction entre microstructures et macrostructures » en circulant du local au global et de « comprendre comment la force ou le pouvoir se construisent par association de faiblesses » (Callon et Ferrary, 2006 : 37). Il s’agit dès lors de rendre visible le travail de médiation, le flux des traductions qui contribuent à relier et intégrer, au sein de réseaux horizontaux et diversifiés, des luttes paysannes et rurales distantes à la fois dans le temps et dans l’espace.

2.1. Passé-présent-futur, la mémoire des luttes en partage

10Á travers le mot d’ordre de La Vía Campesina « Globalisons la lutte, globalisons l’espérance », les témoignages des acteurs ruraux au sein des forums sociaux éclairent le phénomène de diffusion et de partage, à l’échelle globale, d’une « mémoire militante », et plus largement l’apprentissage de répertoires communs de l’action collective (Filieule et Péchu, 1993 : 60). Jean-Philippe Martin rappelle que les militants de cette « internationale paysanne » partagent des références idéologiques communes, empruntées au christianisme social, à la théologie de la libération, influencés par les extrêmes gauches des années 1970 (anti-capitalisme, féminisme, écologie politique, tiers-mondisme, etc.) (Martin, 2005 : 129).

  • 8 Représentant paysan hondurien, membre du Consejo Coordinador de Organizaciones Campesinas de Hondur (...)
  • 9 Rafael Alegría, La Vía Campesina, FMRA, 5 décembre 2004.

11Le souvenir des luttes rurales et paysannes passées constitue un moyen de légitimer les luttes présentes et à venir en les situant dans une continuité historique. C’est dans cette perspective que, lors du lancement de la Campagne globale pour la réforme agraire en 1999, La Vía Campesina a réactivé le slogan « Terre et liberté ! » en référence à la première réforme agraire du continent américain par les paysans mexicains en 1917. Lors du Forum Mondial sur la Réforme Agraire (FMRA, ci-après) à Valencia du 5 au 8 décembre 2004, Rafael Alegria8 a ainsi rappelé l’historique des luttes d’indépendance sur le continent américain qui ont remis sur le devant de la scène politique les revendications liées à la terre, depuis plus de mille cent ans les peuples indigènes ayant été dépossédés de la terre, de l’eau, de leurs cultures. Il a invoqué également la lutte menée par le Général José Francisco Morazán (1792-1842) en Amérique centrale en faveur de la confiscation des terres de l’Église catholique et de la redistribution de ces dernières aux paysans, les réformes agraires accomplies en Bolivie en 1951, à Cuba en 1960, au Pérou en 1970, au Chili en 1973 et au Nicaragua dans les années 1980, situant explicitement les mobilisations actuelles dans la filiation de ces luttes passées :
« Nous devons aussi reconnaître le caractère permanent de la lutte héroïque du mouvement des sans-terre au Brésil et le processus radical de révolution agraire lancé au Venezuela par le commandant Chavez. C’est une réalité : les luttes sont bien vivantes, cette renaissance donne de l’espoir. La résistance, la lutte pour la terre et pour la réforme agraire, se déploient en Asie, en Indonésie, aux Philippines, en Afrique du Sud, au Zimbabwe, au Mozambique, en Palestine. »9

  • 10 Jaime Amorim, Mouvement des Sans Terre, FMRA, 7 décembre 2004.

12Au sein du même forum, un représentant du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre et de La Vía Campesina-Brésil, Jaime Amorim, a rappelé que les luttes paysannes actuelles ont pour fonction de restaurer les savoirs immémoriaux des populations rurales « déprogrammés par la globalisation » suite au processus de destruction opéré en Amérique du Sud comme en Asie par l’imposition de différents modèles de développement agricole, tel celui de la « révolution verte » :
« Nous sommes qualifiés d’analphabètes, de pauvres, d’attardés… Il nous faut reconstruire nos paysanneries, nos communautés, nos cultures qui agissent une relation d’intégration entre les humains, la terre, l’eau, les semences en construisant une culture qui promeut la vie et la divinité. Nous construisons aujourd’hui la voie de retour à la terre. »10

2.2. Articulation des résistances au modèle économique néolibéral

  • 11 Ana de Ita, CECCAM-Mexique et Cédric Rabany, RONGEAD-France, coordinateurs de l’Atelier Impact des (...)
  • 12 Rafael Alegría, FMRA, loc. cit.

13La libéralisation accrue des échanges agricoles a engendré des conséquences négatives aussi bien au Sud qu’au Nord, affamant les paysans du Sud et marginalisant ceux du Nord (Berthelot, 2002 : 42). Dépossédés de l’accès à la terre, du contrôle des ressources naturelles et de leurs moyens de subsistance, les acteurs paysans et ruraux dressent dans les forums sociaux le constat de l’échec des politiques menées dans les années 1990 sous l’effet des programmes d’ajustements structurels impulsés par les institutions financières internationales (Banque Mondiale, Fonds Monétaire International). La libéralisation des échanges économiques, mesurable par les flux croissants d’investissements directs à l’étranger, a notamment favorisé une double concentration verticale et horizontale du secteur agricole, accélérant ainsi les processus de fusions entre les entreprises de l’agrochimie, les entreprises semencières et celles de fournitures d’intrants. Ce phénomène a eu un impact direct sur les populations rurales et les petits producteurs du Sud, en particulier : privatisation des ressources, non-respect des droits de l’homme et de l’environnement, disparition massive des plus petites exploitations paysannes et régression des droits des travailleurs et ouvriers agricoles (migrants et nationaux)11, de sorte qu’en de multiples endroits du globe, des populations rurales se trouvent confrontées à des usages croissants de la terre, non plus à des fins de production locale et régionale, mais en vue de favoriser une agriculture obéissant avant tout aux logiques d’exportations du commerce international. C’est donc dans leur résistance commune au néolibéralisme que s’unissent les membres de La Vía Campesina :
« Nous subissons un processus de marchandisation, non seulement dans les pays pauvres, mais également en Europe où les jeunes ne peuvent plus accéder à une parcelle de terre. Ces phénomènes de transnationalisation et de concentration de la terre produisent ce modèle mais renforcent aussi la résistance et la lutte des paysans, des indigènes et des femmes. »12

2.3. La construction de solidarités transversales : Nord-Sud / ville-campagne / terre-mer

  • 13 Jaime Amorim, FMRA, op.cit.
  • 14 Pedro Avendaño, Forum mondial des pêcheurs, FMRA, 6 décembre 2004.

14Le coordinateur du Comité international du FMRA, Vincente Garces, a souligné lors de la cérémonie d’ouverture du forum, que la réforme agraire, la lutte contre les OGM, le combat contre l’exclusion sociale dans les campagnes, etc., intéressent « tout à la fois l’agriculture paysanne, les communautés de pêcheurs, les jeunes du Sud et du Nord, mais aussi les secteurs sociaux urbains, les consommateurs, les chômeurs, etc., c’est-à-dire tous ceux dont l’avenir est menacé par la pauvreté, le déracinement, la destruction des écosystèmes et les conflits pour l’accès aux ressources naturelles ». Jaime Amorim, délégué du Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre et de La Vía Campesina, en a ainsi appelé à une « alliance entre tous les pauvres, les protagonistes des luttes pour la réforme agraire […] de tous ceux qui croient qu’il est possible de construire une société pour tous, jusqu’en Europe ». En ce sens, il convient selon lui d’« envisager la réforme agraire comme un projet dans lequel toute l’humanité est impliquée en vue de résoudre le problème des paysans pauvres d’Amérique Latine, d’Asie, d’Afrique, d’Europe... »13. C’est dans cette perspective que les participants de l’Atelier Formes d’organisation de la société paysanne ont proposé aux organisations, associations et mouvements sociaux présents de « renforcer les alliances entre les champs et les villes », en incluant les syndicats, les organisations de défense des droits humains, les associations environnementalistes, les syndicats agricoles. Pedro Avendaño, membre du Forum mondial des pêcheurs, a quant à lui souligné l’homothétie de position existant selon lui entre les paysans et les pêcheurs, entre la Terre et la mer : « Les principales victimes des politiques néolibérales sont les femmes, les paysans et les communautés de pêcheurs. Nous avons les mêmes visions de destruction de nos milieux : la mer c’est notre Terre à nous »14.

3. La mobilisation du droit au fondement des luttes paysannes

  • 15 Ce concept de la science politique recouvre l’ensemble des facteurs favorables à une mobilisation, (...)
  • 16 Ce Protocole facultatif relatif aux droits économiques, sociaux et culturels a été adopté par l'Ass (...)

15Au-delà des questions de simples acquisitions matérielles, les luttes paysannes et rurales de par le monde posent, comme l’écrit Wendy Wolford, la question du « droit à avoir des droits ainsi que la conduite d’une vie en accord avec sa culture » (2010 : 95). Afin d’objectiver l’articulation de ces luttes, il est possible d’appliquer le concept de « structure des opportunités politiques »15 à la prise en compte des circonstances favorables à la mise en forme juridique d’une situation par un mouvement social (Israël, 2003 : 118). Les instruments juridiques internationaux constituent en effet une précieuse ressource pour garantir aux paysans l’accès aux droits fondamentaux, en particulier la revendication d’un protocole au Pacte sur les droits économiques, sociaux et culturels (DESC) qui le rendrait justiciable16. L’adoption par La Vía Campesina d’une « Déclaration des Droits de paysannes et des paysans » à Jakarta en juin 2008 a ouvert notamment un nouveau débat autour de la reconnaissance du concept de « droit paysan ». Enfin, sous l’impulsion d’une articulation entre luttes paysannes, luttes des peuples autochtones et luttes pour la protection de l’environnement, la diffusion d’une cosmovision de la « Terre-mère » dans les mondes ruraux contribue à redessiner, à partir des campagnes, le contour de nouveaux liens de réciprocité entre les humains et leur environnement.

3.1. Application et indivisibilité des droits dans les campagnes

16Sous l’effet du travail réinterprétatif d’un cadre démocratique affirmant le caractère indivisible des droits humains, les mouvements et syndicats paysans et ruraux dénoncent la violation des droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels ainsi que la criminalisation et la répression dont ils font l’objet dans de nombreux pays. Suite à sa Troisième Conférence internationale à Bangalore (Inde) en octobre 2000, La Vía Campesina a défini comme une de ses orientations stratégiques prioritaires la dénonciation systématique des violations des droits humains commises dans le monde à l’encontre des paysans et des travailleurs ruraux. Centré essentiellement sur des pays tels que le Brésil, la Colombie, la Bolivie, l’Indonésie, le Sri Lanka et les Philippines, ce travail est porté par la « Commission Droits Humains » basée à Jakarta (Indonésie). Il en a résulté plusieurs rapports dont le dernier en date rappelle les injustices subies quotidiennement dans les campagnes :
« En Indonésie, le 29 janvier 2008, 35 gardes de sécurité de la Plantation Nationale PTPN IV Adolina avec l'aide de 70 officiers de police du district de Deli Serdang ont détruit 30 hectares de terres plantés de maïs et de manioc appartenant à des petits fermiers. Plusieurs d'entre eux ont été arrêtés pour essayer de défendre leurs récoltes. La société a nettoyé le terrain pour y planter des palmiers à huile. […] Au Brésil, on estime que 4 340 familles ont été expulsées de leurs terres par des compagnies privées. En 2007, 28 personnes ont été assassinées et 259 ont été victimes de menaces de mort dans des conflits pour la terre. En novembre 2007, Valmir Morta d'Oliveira, un secrétaire de La Vía Campesina du Brésil a été assassiné au cours d'une occupation de la terre par des gardes de sécurité employés par la Corporation Transnationale Syngenta. » (LA VÍA CAMPESINA, 2008)

17Les participants à La Vía Campesina et Ekta Parishad contextualisent la privation des droits économiques et sociaux induite par l’augmentation de la dette rurale, l’occupation des terres pour la réalisation de grands projets d’investissements tels que la construction de barrages, l’exploitation touristique, forestière ou l’extraction minière. Les représentants de mouvements paysans venus d’Asie (Vietnam, Bangladesh, Malaisie, Indonésie, Philippines, Chine, Thaïlande, Népal, Inde, Corée du Sud, etc.) présents lors du FMRA ont en effet dénoncé l’augmentation, dans les territoires ruraux de leurs pays respectifs, du nombre de « sans-terre » et l’aggravation de la pauvreté et de la faim dans les espaces ruraux.

  • 17 Shalmali Guttal, Focus on the Global South, FMRA, 5 décembre 2004.

18La chercheuse indienne Shalmali Guttal a, quant à elle, insisté sur les discriminations dont font l'objet les femmes rurales, en tant que fait historique, mais aussi comme un problème social et culturel contemporain dans les campagnes :
« Les femmes sont discriminées juridiquement au sein de leur famille, dans la Constitution, dans les politiques, alors qu’elles ont un rôle primordial dans la production agricole au niveau mondial. Elles n’ont pas accès aux droits, ont un accès inégal aux ressources de la terre et restent les principales victimes invisibles. »17

19Plus largement, les acteurs mobilisés réclament la réalisation des besoins fondamentaux - alimentation, logement, santé, éducation etc. - en tant que droits « créances ».

3.2. Reconnaissance de « droits des paysans »

20à l’initiative de La Vía Campesina, un premier projet de reconnaissance de droits paysans par les Nations Unies a vu le jour en 2000, défini en terme de coexistence de droits individuels et collectifs : « L’agriculture est plus qu’une industrie, c’est un mode de vie. C’est la culture, l’histoire et le moyen de subsistance de la majorité des habitants de cette planète. Les paysans et petits exploitants sont les gardiens légitimes d’un environnement riche, varié et propre, ils devraient en tant que tels faire l’objet d’une législation spéciale qui préserve et protège leurs droits » (LA VÍA CAMPESINA, 2000). Quatre ans plus tard, Henri Saragih, secrétaire général de La Vía Campesina de 2004 à 2013, a explicité lors du FMRA les termes du dialogue entrepris à Genève par les représentants des organisations membres du mouvement avec le Comité consultatif du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, en vue de la consécration de tels droits au sein d’une Convention internationale relative aux Droits des paysannes et des paysans (CIDP) élaborée sur le modèle sur la Déclaration des droits des peuples autochtones (2007) :
« Il s’agit de notre droit à la terre, de celui de pouvoir nous exprimer et nous organiser, ainsi que du droit à un revenu minimal décent dans les campagnes. Il n’existe aucune charte ni aucune convention du droit des paysans, alors qu’il existe une convention internationale des droits du travailleur. Il est urgent de bâtir, comme ici, la solidarité entre tous les paysans et entre les populations, et de renforcer le combat pour la défense de nos droits. »

21Ce n’est cependant qu’au terme d’un long processus de consultation entre les différentes organisations membres du mouvement que la teneur des « droits des paysannes et des paysans » a été précisée, notamment lors de l’adoption de la « Déclaration des Droits de paysannes et des paysans » à l’occasion d’une Conférence internationale sur les droits paysans réunissant une centaine de délégué(e)s d’organisations paysannes issues de 28 pays, du 20 au 24 juin 2008, à Jakarta (GOLAY, 2009 : 15) :

  • « droit de participer activement à l’élaboration des politiques, aux prises de décisions, à la mise en œuvre et au contrôle de tout projet, programme ou politique affectant les territoires » (article 2, § 4 ) ;

  • « droit à la vie et à un niveau de vie satisfaisant » (article 3) » ;

  • « droit à la terre et au territoire » (article 4) ;

  • « droit aux semences et au savoir agricole traditionnel » (article 5) ;

  • « droit aux moyens de production agricole » (article 6) ;

  • « droit à l’information et à la technologie agricole » (article 7) ;

  • « liberté de déterminer le prix et le marché pour la production agricole » (article 8) ;

  • « droit à la protection des valeurs agricoles » (article 9) ;

  • « droit à la diversité biologique » (article 10) ;

  • « droit à la conservation de l’environnement » (article 11) ;

  • « droit à la liberté d’association, d’opinion et d’expression » (article 12) ;

  • « droit d’avoir accès à la justice » (article 13).

22Par la définition et l’énonciation de tels droits au niveau international, il s’agit d’affirmer une « vulnérabilité » propre aux paysans et partagée avec d’autres « groupes » tels que les peuples autochtones, les migrants, les enfants et les femmes, chacun doté d’une convention de protection au plan international – mais aussi de dénoncer les actes de discrimination dont ils font l’objet (La Vía Campesina, 2011). Mais il s’agit surtout, d’un point de vue stratégique, de légitimer sur le plan national les revendications grâce à l’adoption d’une charte reconnaissant l’universalité de leurs droits au niveau international par une sorte d’« effet boomerang » (Keck et Sikkink, 1998 : 12-13). Tel est l’objectif déclaré de La Vía Campesina selon l’un de ses membres, le paysan basque Paul Nicholson :
« Il s’agit d’une convention que nous pensons nécessaire pour les paysans et les pêcheurs qui constituent plus de la moitié des habitants de la planète. Il s’agit aussi d’une stratégie de mobilisation. Cela ne revient pas seulement à initier un processus administratif très compliqué aux Nations Unies ; il s’agit d’un processus qui nous permet également d’identifier nos droits et leur conférer une signification pour les organisations nationales lors de leurs négociations et dans leurs relations au pouvoir […].Cette reconnaissance peut nous fournir des instruments utiles lors de notre dialogue avec les gouvernements. » (Wittman, 2009 : 679).

3.3. Les droits de la « Terre-Mère »

23L’articulation entre mouvements paysans, mouvements de femmes, mouvements environnementalistes et mouvements de peuples autochtones dans les forums sociaux apparaît de manière saillante dans le processus d’élargissement des causes paysannes. Face aux effets désastreux du changement climatique sur la situation des petits paysans et des populations rurales, La Vía Campesina a renforcé ses liens avec les organisations environnementalistes en décembre 2007 en marge de la Treizième Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC, Bali). Ce rapprochement a donné lieu à la création d’une coalition internationale « Climate Justice Now ! » ayant pour objectif de placer les revendications de justice sociale et la situation des petits producteurs en particulier, au centre des considérations écologiques et des négociations climatiques. Ces dernières sont source d’inquiétude pour les mouvements paysans car elles visent, depuis le Protocole de Kyoto (1997) à permettre aux pays « pollueurs » d’acquérir des « crédits-carbone » par l’investissement dans des projets de « réduction d’émissions » dans les pays dits en développement : or, dans de nombreux cas, ces mécanismes incluant les terres agricoles dans les projets de « stockage de carbone » contribuent à accroître l’expansion des monocultures de l’industrie agro-alimentaire ainsi que des processus de spéculation sur les terres. Ces débats autour du réchauffement climatique entrent en résonance, de manière plus fondamentale, avec la nécessité de définir de nouvelles politiques de gestion des ressources naturelles ainsi qu’un autre rapport à la nature.

  • 18 Intervention lors du Forum international sur l’accès à la terre, 18 avril 2009, Montreuil.
  • 19 Pedro de la Cruz, Fenocin, conclusions de l’Atelier Peuples indigènes, FMRA, 5 décembre 2004.

24Á cet égard, la forte participation des mouvements de peuples autochtones – et de femmes indigènes en particulier - lors du Forum Social Mondial de Belem (Brésil, janvier 2009) a introduit de nouvelles revendications telles que celles de « droits de la Terre-Mère » et de « bien-vivre ». La cosmovision des peuples autochtones repose en effet sur une relation à leur environnement fondée sur un schème d’interdépendance et de réciprocité. Ces derniers ne se limitent donc pas à réclamer des terres pourvoyant à leur autosuffisance, mais également la reconnaissance de la propriété collective des terres ancestrales de leurs communautés, en vertu du lien spécifique, culturel mais aussi souvent sacré et spirituel qu’elles ont historiquement tissé avec elles (Stavenhagen, 2006) : comme l’a souligné Pradeep Sharma, membre de la coordination indienne d’Ekta Parishad, « la terre n’est pas seulement nécessaire pour assurer la sécurité alimentaire, elle l’est également en vertu de son fondement de toute culture et de toutes les traditions de la civilisation humaine »18. C’est dans cette perspective que les participants de l’atelier Peuples indigènes ont proposé, durant le FMRA, une définition endogène de leur identité et de leurs territoires comme ensemble de relations culturelles et spirituelles organisant les modalités d’usages des ressources, de transmission et de changement de régime des terres communes :
« Nous réclamons la reconnaissance d’un droit historique sur la terre, de la fonction culturale de la terre, de nos pratiques de production et de nos droits coutumiers en relation avec la terre-mère. La réforme agraire intégrale n’est pas qu’une solution pour les peuples indigènes mais doit être une partie du développement du monde rural. »19

  • 20 Déclaration de la 2ème Assemblée internationale des femmes paysannes, Tierra, n°8, Éditions du CERA (...)
  • 21 Francisca Rodríguez, Anamuri-Chili, Plénière du FMRA, 6 décembre 2004.

25La déclaration finale, issue de la Deuxième Assemblée internationale des femmes paysannes20 a revendiqué « le droit de continuer à créer des modes de vie harmonieux basés sur des cosmovisions diverses et intégrales » (2005 : 65-66), les femmes s’incluant en effet dans la mémoire longue d’une transmission à travers les âges et les générations « inventrices historiques de l’agriculture, gardiennes de la terre et des semences, créatrices des savoirs médicinaux et de la préservation de la biodiversité ». Cette reconnaissance de liens particuliers noués par les communautés locales avec une terre particulière s’accompagne d’une reconnaissance de l’interdépendance entre l’être humain et son milieu de subsistance. Pour Francisca Rodríguez de l’Asociación Nacional de Mujeres Rurales e Indígenas « l’eau, la nature, la biodiversité appartiennent à l’humanité en tant que forces créatrices : si on laisse se multiplier les agressions contre la terre et s’épuiser les forces de la nature, il n’y a plus de vie »21.

Conclusion : Vers l'émergence d'une troisième génération de droits-devoirs envers la « Terre commune » ?

  • 22 Cette conférence a réuni plus de trente-cinq mille militants de cent-quarante-deux pays à Cochabamb (...)
  • 23 On parle ici de « troisième génération » par contraste avec les droits de la première génération de (...)

26Profondément attachés à « une terre et à la Terre », les paysans sont devenus des acteurs majeurs de l’altermondialisme au tournant du siècle, en raison de leur position éminente de « médiateurs du métabolisme entre les sociétés et la biosphère » (Deleage, 2005 : 80), dans un contexte renouvelé de solidarité écologique (Perez-Vitoria, 2005) et de développement durable (Auclair, 2006). Les revendications de justice distributive, d’équité territoriale, de cohésion sociale et de cohérence écologique portées par les acteurs paysans, indigènes et environnementalistes au sein des forums sociaux contribuent ainsi depuis une dizaine d'années à définir de nouveaux « droits-devoirs » envers la Terre commune. Le « buen vivir » (vivre bien) promu dans la « Déclaration Universelle des droits de la Terre-Mère » adoptée à l’issue de la Conférence mondiale des Peuples sur le Changement Climatique et les Droits de la Terre-Mère (Bolivie, avril 2010)22 en constitue l'une des expressions les plus récentes : opposés à la transformation de la Terre-Mère « en une simple source de matières premières », les participants y ont énoncé le principe selon lequel « il ne peut y avoir d’équilibre avec la nature que s’il y a équité entre les êtres humains » et le fait que « pour garantir les droits humains et rétablir l’harmonie avec la nature, il est nécessaire de reconnaître et d’appliquer effectivement les droits de la Terre-Mère ». Cette conception entre en résonance avec l’émergence d’une troisième génération des droits fondamentaux23 - droit de la solidarité incluant à la fois créances et obligations, « droits et devoirs des êtres humains envers la Terre » - préfigurant « une nouvelle conception de la responsabilité, […] un engagement éthique propre à modifier les comportements des autorités et des individus » (Morand-Deviller, 2010 : 6).

  • 24 Atelier « Peuples indigènes», coordinateur Luis Llanquilef et Ranil Lafkentue du Chili et Pedro de (...)

27Au terme de l’analyse, plusieurs interrogations subsistent : comment concilier des droits coutumiers et écrits, des droits individuels et collectifs, mais aussi des droits et devoirs envers la « Terre commune » ? Selon les participants de l’Atelier Peuples indigènes, la consécration des droits collectifs au sein de la société d’ensemble reste à approfondir :
« Nous croyons plus dans les droits collectifs, alors que le modèle néolibéral les présente comme un danger. Quel terrain d’entente peut-on trouver avec les mouvements paysans et comment faire coïncider nos revendications parce que nous vivons tous avec la Terre-mère ? Là où vivent les peuples indigènes, il y a une meilleure gestion des ressources naturelles, comme l’eau. Les consommateurs des villes comme celles de l’Altiplano qui utilisent ces ressources, historiquement protégées par les peuples indigènes, déconsidèrent ceux qui les ont conservées […]. Il nous faut reconnaître l’importance de la propriété collective et d’une conception de la territorialité qui définit le futur de la communauté dans son milieu. »24

28Depuis l’éclatement de la crise bancaire et financière, la terre est devenue l’une des valeurs refuges d’une multitude d’acteurs financiers : groupes industriels, banques d’affaires, fonds de pension, etc. Suite à la dernière réunion du Comité sur la Sécurité alimentaire à Rome en octobre 2010, La Vía Campesina et le Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), FIAN International, les Amis de la Terre International, le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) et Peuples Solidaires se sont rassemblés lors du Forum Social Mondial de Dakar (février 2011, Sénégal) afin de lancer un appel collectif contre les « accaparements de terres ». Quelque cinq cents organisations paysannes, organisations non-gouvernementales, organisations confessionnelles, syndicats et mouvement sociaux réunis ont signé l’« Appel de Dakar contre les accaparements de terres », en réclamant un cadre effectif des droits d’usages et une régulation concertée des droits fonciers :
« Considérant que les récents accaparements massifs de terres au profit d'intérêts privés ou d'États tiers ciblant des dizaines de millions d'hectares - que ce soit pour des raisons alimentaires, énergétiques, minières, environnementales, touristiques, spéculatives, géopolitiques - portent atteinte aux droits humains en privant les communautés locales, indigènes, paysannes, pastorales, forestières et de pêcherie artisanale de leurs moyens de production.[…] Les accaparements aggravent les inégalités d'accès au foncier des femmes, menacent le droit à l'alimentation des populations rurales, exacerbent la pauvreté et les conflits et contribuent à la perte des connaissances, savoir-faire agricoles et identités culturelles. »

  • 25 Rapport de la Commission Coppens de préparation de la Charte de l'environnement ; par Yves Coppens, (...)

29In fine, la conception de la Terre comme « patrimoine commun » ne pourra advenir sans mettre en cause la conception périmée d’un droit de propriété « absolu, inviolable et sacré » qui consacre la primauté du titre individuel (abusus) sur les droits collectifs des peuples (usus et fructus). En tant que bien res communis, la notion de patrimoine commun reconnaît en effet que tous les éléments de l’environnement (eau, air, sol, faune sauvage et domestique, flore sauvage ou cultivée) sont indissociables et constituent ensemble des écosystèmes, indépendamment de leur statut juridique différencié25. Au Nord comme au Sud, les luttes paysannes, rurales et autochtones attestent précisément du rôle social et économique de la propriété foncière mais en appellent également à la reconnaissance juridique de ses fonctions éminemment culturelles, cultuelles et écologiques.

Haut de page

Bibliographie

Auclair L., Aspe C., Baudot, P. (dir.), 2006, Le retour des paysans ? Á l'heure du développement durable, Aix-en-Provence : Edisud, 359p.

Berthelot J., 2002, Pourquoi et comment la libéralisation des échanges affame les paysans du Sud et marginalise ceux du Nord, in, J Ziegler. et al., Vía Campesina : une alternative paysanne à la mondialisation néolibérale, PUBLICETIM, 23/24, pp. 42-54.

Borras S. M. JR, 2008, La Vía Campesina and its Global Campaign for Agrarian Reform, Journal of Agrarian Change, vol. 8, 2 et 3, pp. 258-289.

Callon M., Ferrary M., 2006, Les réseaux sociaux à l’aune de la théorie de l’acteur-réseau, Sociologies Pratiques, 2, 13, pp. 37-44.

Canet R., 2008, L’intelligence en essaim. Stratégie d’internationalisation des forums sociaux et régionalisation de la contestation mondiale », Cultures & Conflits, 70, mis en ligne le 04 janvier 2010, consulté le 28 février 2013. URL : http://conflits.revues.org/1242.

Debouzy M., 2003, Les marches de protestation aux États-Unis (XIXe-XXe siècles), Le Mouvement Social, 202, pp. 15-41.

Déclaration de la 2ème Asssemblée internationale des femmes paysannes, 2005, Tierra, publicación agrocientifica y cultural, 8, Valence : Éditions du CERAI.

Deleage E., 2005, Mouvements paysans dans l’altermondialisation : le cas de l’agriculture durable en France, Anthropologie et Sociétés, vol. 29, 3, pp. 77-95.

Desmarais A., 2002, Vía Campesina : consolidation d’un mouvement paysan internationa, in « Vía Campesina. Une alternative paysanne », Publicetim, 23/24, Centre Europe-Tiers Monde CETIM : Genève, pp. 71-120.

Filieule O., Péchu C., 1993, Lutter ensemble. Les théories de l’action collective, Paris : L’Harmattan, 221p.

Golay C., 2009, Les Droits des Paysans, Cahiers critiques, 5, Centre Europe-Tiers Monde Genève : CETIM.

Israël L., 2003, Faire émerger le droit des étrangers en le contestant, ou l'histoire paradoxale des premières années du GISTI , Politix, 62, pp. 115-144.

Latour B., 2006, Changer de société. Refaire de la Sociologie, Paris : La Découverte , 2006, 406p.

La Vía Campesina, 2000, Les droits de l’homme au centre du développement des communautés rurales : Bangalore. [http://www.viacampesina.org/fr/index.php/nos-confnces-mainmenu-28/3-bangalore-2000-mainmenu-55/164-les-droits-de-lhomme-au-centre-du-dloppement-des-communautrurales]

La Vía Campesina, 2008, « Appel à l'action pour le 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits humains : Nous, paysans et paysannes du monde, exigeons notre propre convention ! » : Jakarta. [http://viacampesina.org/fr/index.php/les-grands-ths-mainmenu-27/droits-humains-mainmenu-40/273-daration-finale-de-la-confnce-internationale-sur-les-droits-paysans]

La Vía Campesina, 2009, « Les paysannes et les paysans refroidissent la planète ! » : Jakarta. [http://viacampesina.org/fr/index.php/actions-et-nements-mainmenu-26/changements-climatiques-et-agrocarburants-mainmenu-71/429-copenhague-la-via-campesina-se-joint-a-mobilisation]

La Vía Campesina, 2011, « Appel à l’intention des États membres du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies » : Genève.

Keck M., Sikkink K., 1998, Activists Beyond Borders. Advocacy Networks in International Politics, Ithaca: Cornell University Press, 228p.

Martin J.-P., 2005, Du Larzac à la Confédération paysanne de José Bové, in Agrikolianski Fillieule O., Mayer N. (dir.), L’Altermondialisme en France. La longue histoire d’une nouvelle cause, Paris : Flammarion, pp. 7-142.

Mendras H., 1984, La fin des paysans. Suivi d'une réflexion sur la fin des paysans vingt ans après, Lonrai : Actes Sud , coll. Babel, 446p.

Morand-Deviller J., 2010, Le droit de l’environnement, : Paris : PUF 126 p.

Mesini B., 2004, Résistances et alternatives rurales à la mondialisation, Études rurales, n° 169-170, Paris : Laboratoire d’anthropologie sociale, pp. 43-60.

Mesini B., 2006, Préservation de la biodiversité et souveraineté alimentaire, réactivation des savoirs paysans et émergence des droits de la Terre. France-Europe, Brésil 2000-2005, in Auclair L, Aspe C., Baudot P., (dir.), Le retour des paysans ? , A l'heure du développement durable, Aix-en-Provence : EDISUD, pp. 71-90.

Mesini B., 2006, Un toit, une terre : lutte planétaire, in Habiter dans les campagnes de faible densité, Clermont Ferrand : Dynamiques rurales-CERAMAC, pp. 641-659.

Moura L-H., 2009, Confronting the Climate Circus, Climate Chronicle from COP15. Critical News & Climate Justice Perspectives, 4 : Copenhague, 2.

Penissat É., 2005, Les occupations de locaux dans les années 1960-1970 : processus sociohistoriques de « réinvention » d’un mode d’action, Genèses, 59, Paris : Belin , pp. 71-93.

Perez-Vitoria S., 2005, Les paysans sont de retour, Arles : Actes Sud, 272 p.

Pigenet M., Tartakowsky D., 2003, Les marches en France aux XIXème et XXème siècles : récurrence et métamorphose d'une démonstration collective, Le Mouvement Social, no 202, pp. 69-94.

Rosset P., Patel R., Courvill M., 2006, Promised Land: Competing Visions of Agrarian Reform, Oakland: Food First Books, 380 p.

Schmitt B., Spadoni P., 2000, Les sentiers de la colère. 105 472 kilomètres à pied contre le chômage, Paris : L’Esprit Frappeur , 60p.

Snow D. A., Burke Rotchford E., Worden S. K., Benford R. D., 1986, Frame Alignment Processes, Micromobilization, and Movement Participation, American Sociological Review, vol. 51, Londres: Sage , pp. 464-481.

Soulet M.-H. (éd.), 2011, Ces gens-là. Les sciences sociales face au peuple, Academic Press Fribourg, coll. Red Socialis, volume 38, Fribourg : Éditions Saint-Paul, 205p.

Stavenhagen R., 2006, Indigenous Peoples: Land, Territory, Autonomy, and Self-Determination, Promised Land: Competing Visions of Agrarian Reform, Rosset, P., Patel R., Courvill M., (dir.), Oakland: Food First Books, pp. 208-217.

Thivet D., 2012, Des paysans contre la faim , Terrains & travaux, n° 20, pp. 69-85.

Tilly C., 1986, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris : Fayard, 622 p.

Wittman H., 2009, Interview: Paul Nicholson, La Vía Campesina in PATEL, R. (dir.), « Food sovereignty », The Journal of Peasant Studies, vol. 36, 3, Londres: Routledge, pp. 663-706.

Wolford W., 2010, This Land Is Ours Now. Social Mobilization and the Meanings of Land in Brazil, Durham/Londres: Duke University Press, 296 pages

Haut de page

Notes

1 Ces sources ont été collectées en amont des forums, par le croisement des textes d’appels des différents collectifs, associations et réseaux ; durant les rassemblements, par la collecte de sources disponibles sur les stands d’exposition (livres, journaux, revues, articles, tracts, pétitions, films) mais aussi par la retranscription et la traduction des témoignages recueillis dans les débats, séminaires, ateliers et plénières, comme autant de fragments expressifs d’une mémoire narrative ; en aval enfin, par une analyse discursive de l'ensemble de ces matériaux écrits et oraux.

2 De l’espagnol, signifie en français, « la voie paysanne ».

3 Madhya Pradesh, Chattisgarh, Orissa, Bihar, Jharkhand, Uttar Pradesh, Tamilnadu et Kerala.

4 Dans la continuité de la Marche du Sel de Gandhi en 1930 et du mouvement Bhoodhan – « don de terre » – lancé en 1951.

5 Face à la lenteur des réformes accomplies par le gouvernement indien, Ekta Parishad a organisé une deuxième marche, Jan Satyagraha 2012, réunissant cette fois plus de  cinquante mille participants. Cette marche initiée le 2 octobre à Gwalior a pris fin le 11 octobre 2012 à Agra, suite à la signature d'un accord entre le Ministre du Développement Rural, Jairam Ramesh, et Jan Satyagraha sur les réformes agraires. La mise en œuvre de cet accord demeure néanmoins incertaine, alors qu’une nouvelle loi sur les acquisitions foncières est en cours de discussion au Parlement indien (Land Acquisition Bill).

6 Ce syndicaliste paysan portait au moment de son suicide une pancarte autour du cou sur laquelle était écrite la phrase suivante : « l’OMC tue des paysans ».

7 José Bové, Plénière du FMRA, Valencia, 7 décembre 2004.

8 Représentant paysan hondurien, membre du Consejo Coordinador de Organizaciones Campesinas de Honduras-COCOCH et ancien coordinateur international de La Vía Campesina de 1996 à 2004.

9 Rafael Alegría, La Vía Campesina, FMRA, 5 décembre 2004.

10 Jaime Amorim, Mouvement des Sans Terre, FMRA, 7 décembre 2004.

11 Ana de Ita, CECCAM-Mexique et Cédric Rabany, RONGEAD-France, coordinateurs de l’Atelier Impact des sociétés transnationales et commerce international : privatisation et concentration, FMRA, 6 décembre 2004.

12 Rafael Alegría, FMRA, loc. cit.

13 Jaime Amorim, FMRA, op.cit.

14 Pedro Avendaño, Forum mondial des pêcheurs, FMRA, 6 décembre 2004.

15 Ce concept de la science politique recouvre l’ensemble des facteurs favorables à une mobilisation, tels que les soutiens externes, les alliés d’influence potentiels, l’ouverture du champ politique qui incitent les acteurs à s’engager.

16 Ce Protocole facultatif relatif aux droits économiques, sociaux et culturels a été adopté par l'Assemblée Générale de l'ONU le 10 décembre 2008, et a été ouvert à la signature des États le 30 septembre 2009. Il est entré en vigueur le 5 mai 2013 suite au dépôt de la dixième ratification (celle de l’Uruguay) en vertu de l’Article 18 du Protocole.

17 Shalmali Guttal, Focus on the Global South, FMRA, 5 décembre 2004.

18 Intervention lors du Forum international sur l’accès à la terre, 18 avril 2009, Montreuil.

19 Pedro de la Cruz, Fenocin, conclusions de l’Atelier Peuples indigènes, FMRA, 5 décembre 2004.

20 Déclaration de la 2ème Assemblée internationale des femmes paysannes, Tierra, n°8, Éditions du CERAI, Valencia, janvier 2005, p. 65-66.

21 Francisca Rodríguez, Anamuri-Chili, Plénière du FMRA, 6 décembre 2004.

22 Cette conférence a réuni plus de trente-cinq mille militants de cent-quarante-deux pays à Cochabamba.

23 On parle ici de « troisième génération » par contraste avec les droits de la première génération de 1789 et les droits économiques et sociaux dits de la « deuxième génération » (1946). L’ambiguïté du terme de « génération » est toutefois à noter car ce dernier semble suggérer que les droits les plus anciens sont définitivement acquis alors que les luttes actuelles se greffent en réalité en permanence sur la défense de droits présumés acquis (droits économiques, sociaux et culturels) ou sur la proclamation de leur désuétude (droit absolu de propriété).

24 Atelier « Peuples indigènes», coordinateur Luis Llanquilef et Ranil Lafkentue du Chili et Pedro de la Cruz, Fenocin-Équateur, FMRA, op.cit.

25 Rapport de la Commission Coppens de préparation de la Charte de l'environnement ; par Yves Coppens, Paris, Ministère de l'écologie et du développement durable, 2005. 54 p. p. 19 [en ligne] : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054000294/index.shtml.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Mesini et Delphine Thivet, « Dynamiques des luttes paysannes et rurales dans les forums sociaux 2000-2010 : vers une troisième génération de droits-devoirs envers la « Terre commune » », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 22 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://tem.revues.org/2461

Haut de page

Auteurs

Béatrice Mesini

Chargée de recherche au CNRS- TELEMME-AMU
Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme
5, rue du Château de l’Horloge-BP 647
13094 AIX-EN-PROVENCE
mesini@mmsh.univ-aix.fr

Delphine Thivet

Doctorante en sociologie à l’EHESS
Centre Maurice Halbwachs
École Normale Supérieure
48 boulevard Jourdan
75014 PARIS
ATER
Université Lille 2
CMH-équipe PRO/IRIS
delphine.thivet@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Territoire en mouvement est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page